Version classiqueVersion mobile

L’éducation à la citoyenneté

 | 
Julien Pasteur
, 
Carole Widmaier

Citadinité et citoyenneté

Gilles Ferréol

Texte intégral

  • 1 Sur l’espace urbain se projette l’historicité de l’homme : « Le cinéma et le théâtre nous arrachent (...)
  • 2 Bassand sous la dir. de 2001 ; Blanquart 1998 ; Bourdin 2000 ; Donzelot et al. 2003 ; Mongin 2013 ; (...)

1L’espace-temps qui nous est légué n’est pas seulement ce dans quoi tous les phénomènes se produisent, le milieu ou le réceptacle de toutes les choses et de tous les événements ; il est aussi, et avant tout, ce par quoi tout ce qui est peut-être et nous apparaître en son être. Une telle approche peut être replacée dans une double perspective : historique et transactionnelle1 et nous permet de mieux appréhender certains thèmes relatifs à la « socialisation de l’espace » : dynamiques territoriales et lien social, ethnicité et appartenances communautaires, enjeux identitaires et altérité2.

De nouveaux arbitrages ?

  • 3 Voir par exemple, Ferréol et Guédez 2000.
  • 4 de Romilly 1991.
  • 5 Nicolet 1976.
  • 6 Ostrowetsky sous la dir. de, 1996.

2Comme le révèlent les étymologies grecque ou latine des termes de politesse et de civilité (polis, civitas), la ville a toujours été perçue comme pouvant favoriser une « sociabilité » accrue, gage de courtoisie, de raffinement et de compréhension réciproque3. La tradition grecque, avec Platon et Périclès, insiste sur deux « formes particulières de douceur » : la « pudeur » et la « justice ». Quant à la « grâce », elle est la compagne de la « persuasion », laquelle – si l’on en croit Isocrate – a pour véhicule la « parole »4. Cet « humanisme rhétorique » sera, par la suite, mis à l’honneur par Cicéron, le modèle de l’orator plenus et perfectus incarnant un idéal de sagesse et d’instruction, de bienséance et d’élégance5. La Renaissance italienne, pour sa part, met en place un code prescriptif rigoureux qui laisse toutefois le dernier mot à la discrezione, ce « discernement » qui donne à chacun la possibilité de tenir compte du lieu, du moment et de circonstances ayant trait à ce qui est ou non « convenable ». C’est ainsi que les grandes œuvres du xvie siècle (le Livre du courtisan de Baldassare Castiglione, le Galatée de Giovanni Della Casa, la Conversation civile de Stefano Guazzo) ne sont pas que de simples manuels de politezza mais s’efforcent de promouvoir les vertus ou les activités susceptibles de « donner tout son sens à l’existence ». L’expansion du modèle haussmannien n’a en rien entaché cette vision : à l’opposé de ses faubourgs hantés par des « sauvages » ou des « apaches », la cité suscite des règles de savoir-vivre ou de « commensalité » et engendre un code de bonne conduite, précisément qualifié d’urbain6.

3Il est vrai que, sur ce point, des positions très contrastées ont été enregistrées. À Jean-Baptiste Say, faisant valoir qu’« il ne manque à plusieurs de nos provinces de France que de belles agglomérations pour être bien cultivées », ou à Jules Michelet, affirmant que « la grande ville est une école », il est aisé d’opposer les critiques de Friedrich Engels, lequel – anticipant le thème riesmanien de la « foule solitaire » – reproche aux métropoles de conduire leurs habitants à « sacrifier la meilleure part de leur qualité d’hommes ».

  • 7 Parmi les monographies les plus célèbres se situant dans cette mouvance, citons The Hobo de Nels An (...)
  • 8 Grafmeyer et Joseph 1979, p. 150.
  • 9 Cf. entre autres, Ascher 1995 et Sassen 1996. À la différence de la conurbation – mode d’expansion (...)
  • 10 Body-Gendrot 2001 ; Haumont sous la dir. de, 1996 ; Roulleau-Berger 1991.
  • 11 Ferréol 2002.

4Au-delà de ces divergences, une chose est sûre : c’est bien la notion de « citadinité » qu’il convient de réexaminer. Et, jusqu’à aujourd’hui, l’idée que la culture urbaine puisse être, comme chez les tenants de l’École de Chicago7, un « mode de vie », demeure centrale dans toutes les problématiques, aussi bien savantes qu’institutionnelles ou médiatiques. Pour des auteurs comme Robert Park, Ernest Burgess ou Roderick MacKenzie, la ville est « quelque chose de plus qu’une agglomération d’individus et d’équipements collectifs : rues, immeubles, éclairage électrique, tramways, téléphones… ». Ne se réduisant pas à une « simple constellation d’institutions et d’appareils administratifs : tribunaux, hôpitaux, écoles, postes de police et corps de fonctionnaires de toutes catégories », elle renvoie à un « état d’esprit », un « ensemble de coutumes et de traditions, d’attitudes et de sentiments organisés », une « culture propre », un « tempérament » et un « milieu » spécifiques, un « laboratoire du social ». La perspective « écologique » se présente alors comme l’« étude des relations spatiales et temporelles des êtres humains en tant qu’affectées par des facteurs de sélection, de distribution et d’adaptation liés à l’environnement »8. Mais si l’association civilité/urbanité n’a pas disparu, elle n’en est pas moins mise à mal9. Gangrène, éventration, fracture, éclatement : journalistes, romanciers, cinéastes et décideurs publics usent du même vocable et font appel aux mêmes clichés pour rendre compte des difficultés rencontrées. Le recours à la « métaphore cellulaire » est très éclairant et met en exergue le scandale de ces déchirures, les fissures constatées faisant d’autant plus peur qu’elles menacent l’unité de la société, entendue comme corps10. Au cœur des discussions : le paradigme de la « cité-État », « communauté » au plein sens du terme, dotée d’une juridiction propre, d’une administration relativement indépendante et d’autorités élues, le « centre » où s’exerce le pouvoir assurant non seulement la symétrie mais aussi la parité et la convertibilité des parties. Juger, à l’aune d’un tel idéaltype (dont Weber reconnaissait qu’il était des plus restrictif), les agglomérations contemporaines fausse inévitablement la donne. Reste que, sous ses multiples facettes, toute ville peut être considérée comme une organisation tendant à une certaine cohésion. Or, à notre époque, la dilution des liens organiques n’est pas sans provoquer de vives inquiétudes, d’où le retour en force de la thématique de la citoyenneté11. Longtemps considérée comme exclusive, conditionnée et circonscrite, celle-ci se présente de nos jours comme active, élargie, tolérante, éclatée et plurielle.

  • 12 Barou 1993.
  • 13 Bottomore, Marshall 1992.
  • 14 Lefebvre 1968.

5On gagnerait sans doute ici à bien différencier le mot et le concept, afin de dépasser le registre de l’incantatoire et de ne plus se limiter à l’étude des banlieues ou des quartiers défavorisés12. Dans un ouvrage écrit en collaboration avec Tom Bottomore, Herbert Marshall opère, à cet égard, une distinction intéressante entre droits civils, politiques et sociaux. Grâce à cette typologie, on peut s’interroger sur le statut d’individus ou de groupes qui, en milieu urbain, ne sont pas citoyens à part entière, qu’il s’agisse d’immigrés ou de marginaux, de SDF ou de chômeurs de longue durée13. La manière dont ces trois niveaux s’articulent et se recomposent pourrait également nous aider à mieux saisir comment se reformule, par le biais de différents relais, un « droit à la ville » qu’Henri Lefebvre jugeait menacé par la dégradation des rapports interpersonnels14.

  • 15 Dubet 1987.

6L’une des théorisations les plus célèbres est celle proposée par François Dubet15. La méthode utilisée pour faire émerger les discours ambiants reprend celle employée par Alain Touraine dans ses différentes enquêtes : organiser systématiquement des confrontations locales, aider à formuler des interprétations et mobiliser pleinement les capacités d’autoanalyse des acteurs. Au terme de cette investigation, l’expérience de la galère, telle qu’elle est décrite par les intéressés, prend appui sur des logiques d’action souvent très disparates. La rage engendre le nihilisme, et la désorganisation amène le sentiment de vivre dans un monde pourri, ce qui produit une violence sans objet. La frustration et le recours à la force induisent des comportements délictueux. Enfin, une attitude de retrait, souvent liée à des problèmes personnels, conduit à s’inscrire dans un espace de protection, celui de la cité dans laquelle on est reclus, ou celui des services sociaux, auxquels on se livre. Les pouvoirs publics ont assez peu de prises sur ces systèmes. En réponse à l’exclusion, on suggère la mobilité. Pour pallier la désorganisation, on tente l’intégration. Quant à la rage, elle est sans adversaire politique, sans projet identifié et sans utopie collective…

  • 16 Ou de citoyennetés « en miettes », pour reprendre l’expression de Michel Richard (Richard 2002).
  • 17 Cambier 2000, p. 2.
  • 18 Aux yeux de nombreux spécialistes, le vocable de ghetto peut apparaître comme un « abus de langage  (...)
  • 19 Marchal, Stébé 2014.
  • 20 Se pose alors la question du « vivre ensemble » et de la coexistence des cultures, les apories ou l (...)

7Face au risque de « dislocation »16, bon nombre d’idéaux peuvent être battus en brèche, de sorte que « l’avenir de la démocratie paraît bien fragile ». De conurbations en rurbanisations, précise Alain Cambier, « nous n’avons plus affaire qu’à des agglomérations étranges, sans dedans ni dehors. Tour à tour Minotaure ou Sphinx, la ville ne semble plus être qu’un monstre hybride dont le labyrinthe est lui-même le lieu de l’énigme. Dans la mégapole dérélictionnelle, nous sommes ramenés à l’errance originaire »17. Crise, délinquance, intolérance, ségrégation ou « ghettoïsation »18 sont autant de maux cumulés comme si, en reprenant les analyses durkheimiennes relatives à l’anomie, on ne pouvait décrypter que négativement, à travers toute une série de dysfonctionnements ou de dérèglements, ces mutations19. Néanmoins, et sans renier la pertinence des constats établis, ne peut-on déceler les prémices d’une « effervescence créatrice », creuset d’une nouvelle citadinité20 ?

  • 21 Duclos 1993, p. 25.
  • 22 Ibid., p. 38.
  • 23 Ibid., p. 55-56.
  • 24 Ibid., p. 77.
  • 25 Ibid., p. 251.

8Que l’on se réfère à des comités d’éthique, à des collèges de sages, à des réseaux ou à des forums de rencontre, la civilité est de plus en plus mise en exergue. Elle s’ancre, tout d’abord, dans « le ponctuel, l’individuel et le quotidien »21 en prenant appui sur une présence soutenue mais discrète aux autres, en privilégiant une gestion « périphérique » et en étant attentive à la complexité, à l’informel22. Elle peut aussi faire des « miracles », des situations bloquées pendant des lustres se dénouant comme « par enchantement », des angoisses emmagasinées pendant des années se volatilisant « non pas parce que les faits dénoncés ont disparu mais parce que les personnes concernées ont décidé de les prendre autrement »23. Elle engendre, par ailleurs, des « paradoxes fructueux »24 et doit ruser en permanence : « Si elle accepte l’image, c’est pour la détourner et découvrir d’autres figures des rapports sociaux ; si elle se sert des règles, c’est en se souvenant de leur arbitraire ; et, lorsqu’elle se base sur la rationalité, c’est pour la soumettre à diverses contraintes »25.

  • 26 Gaulejac, Taboada Leonetti 1994.
  • 27 Ferréol 1991, 2007 ; Lassave 1997 ; Paquot 1999.
  • 28 Authier et al. 2007 ; Desbons 2000 ; Epstein, Kirszbaum 2003 ; Lussault, Lévy 2003.

9En témoigne la dynamique du mouvement associatif, que celui-ci soit militant, caritatif ou religieux, une telle base constituant une « réserve de citoyenneté ». On conçoit, dans ce nouveau contexte, que la « lutte des places » devienne un enjeu fondamental26 et que la dialectique espaces/sociétés doive être repensée27, d’autant qu’à l’heure de la mondialisation de nouveaux modèles de référence font leur apparition28 :

Ville globale Ville « duale » Ville émergente Ville durable
Caractéristiques Territoires urbains en réseaux, maillage et interpénétrations, centres et périphéries tendant à s’imbriquer Césure in/out : d’un côté, les « nantis » ; de l’autre, les « désaffiliés », en proie à la précarisation et à l’exclusion Polycentrisme et mobilité, invention ou réinvention permanente, urbanisme pragmatique Attention particulière à l’environnement (cf. la Conférence de Rio, en juin 1992), afin d’assurer un développement viable pour les générations futures
  • 29 Jaillet 2003, p. 5-23 ; Maurin 2004.

10Amorcée dans l’Hexagone à partir de 1997, la politique de la ville se préoccupe en ce sens principalement des « quartiers en crise » (paupérisation, chômage, échec scolaire, concentration de populations d’origine étrangère). Le bilan demeure mitigé29 :

Une insatisfaction constante eu égard aux résultats et aux méthodes La matrice d’une transformation de l’action publique
Enchevêtrement des procédures
Conflits de légitimité
Manque de coordination et de lisibilité
Faiblesse des moyens financiers engagés
Implication insuffisante des élus
Champ d’expérimentation
Partenariat
Participation des résidents
Coopération et horizontalité

Espace vécu et jeu des acteurs

11Examinons plus particulièrement l’espace local et ses différentes manifestations, du bassin d’emploi aux chartes intercommunales. Cet « effet-territoire » est parfois présenté comme une référence essentielle, susceptible de correspondre à un idéal de démocratie participative. La redécouverte des valeurs d’initiative et de responsabilité serait ainsi à même d’assurer l’adéquation entre « bonheur privé » et « action publique ». Parce qu’elle tend à promouvoir l’authenticité du terroir et la sauvegarde des traditions culturelles, la célèbre formule « Vivre et travailler au pays » est, sur ce plan, très révélatrice.

12Bien qu’elle puisse sembler séduisante (car « chaudement persuasive », selon une expression de Peter Willmott), cette rhétorique de l’« intérêt communautaire » n’est cependant pas dépourvue d’ambiguïtés. Si nous nous intéressons au pouvoir périphérique ou aux réseaux notabiliaires, force est de souligner que les propositions exprimées par la « base » passent par le filtre des intérêts corporatistes et demeurent soumises à des impératifs de normalisation : les choix retenus émanent de « véritables professionnels du développement », ces « virtuoses de la rationalité administrative » contribuant au « sacre des notables ».

13L’efficacité des programmes d’action destinés à orienter ou à accompagner tel ou tel type de courants migratoires pose par ailleurs problème. Appliqué aux trajectoires résidentielles, le paradigme olsonien nous révèle la présence d’« effets pervers » : création de rentes de situation, accentuation du déséquilibre entre offre et demande de travail, phénomènes d’éviction… De la même manière, la réaffectation des flux financiers au profit des circonscriptions ou des collectivités les plus défavorisées conduit quelquefois à amplifier (plutôt qu’à corriger) les disparités initiales.

  • 30 Bagnasco, Le Galès 1997.

14Les objectifs de justice distributive et d’optimum économique, on le voit, ne sont pas nécessairement compatibles. S’il est clair que la décentralisation met en place des mécanismes institutionnels propices à l’expression renouvelée des particularismes, cela n’implique pas pour autant l’abandon du principe de péréquation des finances publiques : les demandes de crédits ou de subventions n’ont jamais été aussi fortes ! Loin de se contrarier, les passions de l’égalitarisme et de la différenciation s’interpénètrent et se conjuguent30. Aux contraintes que la participation impose aux acteurs en présence, aux problèmes de représentativité qu’elle suscite, viennent s’ajouter des différences de rationalité. L’analyse des politiques municipales de concertation le montre bien. Besoins de légitimité (« Seule l’Assemblée communale, démocratiquement élue, est habilitée à décider pour l’ensemble des administrés ») et aspirations autogestionnaires (« Tout citoyen doit prendre en charge ses propres affaires et est convié à participer à l’élaboration des projets le concernant ») se font concurrence. Dans ces conditions, les ajustements auxquels on aboutit dépendent des rapports de force et des relations de pouvoir.

  • 31 Blanc 1988, p. 105.

15Souvent encouragées ou financées par le ministère de l’Équipement, les procédures de consultation en matière d’urbanisme s’inscrivent dans ce cadre et répondent à une triple finalité : droit à l’information, meilleure connaissance des dossiers, accroissement des prérogatives. L’émergence de cette « nouvelle citoyenneté » se heurte à de vives résistances : « On invite les habitants à s’exprimer ; mais, s’ils le font, les autorités locales se sentent mises en accusation et développent des techniques de défense pour annuler la parole qu’elles ont sollicitée »31. Sans vouloir nier le bien-fondé des critiques en termes de « simulacre » ou d’« adhocratie », ce type de collaboration ne signifie pas obligatoirement récupération, résignation ou apathie. Elle peut aussi favoriser la promotion des classes moyennes, déboucher sur des contre-propositions et faire place à un processus d’apprentissage mutuel entre techniciens, usagers et planificateurs. Remarquons toutefois que les réussites enregistrées demeurent l’exception et que le débat normalisation/émancipation conserve toute son actualité : outre-Rhin, les sociologues de Bielefeld, Göttingen ou Darmstadt s’affrontent fréquemment sur ce thème.

  • 32 Authier 2001.

16Dans les quartiers anciens, les programmes de réhabilitation ne sont pas non plus réductibles à un schéma interprétatif univoque. La logique du « capital immobilier », de l’« appareil d’État » ou de la « reproduction de la force de travail » n’explique pas tout. Interventions gouvernementales et cycles spéculatifs n’agissent que comme des aiguillons sur un phénomène qui a des racines beaucoup plus profondes. Ces racines, comme celles d’autres manifestations regroupées sous l’étiquette de gentrification, trouvent leur origine dans les mutations d’ordre démographique ou professionnel. Si l’offre de logement s’intègre bien dans un processus de « dévalorisation-revalorisation » du tissu urbain et s’accompagne d’une « recomposition différentielle des structures de propriété », l’organisation et les transformations de l’habitat prennent plusieurs formes : transgression des règlements, réaménagement des surfaces, construction d’espaces de rangement32.

17Il semble, en outre, que l’impact attribué à l’« idéologie des promoteurs » ou à celle de la « classe dominante » doive être reconsidéré. N’oublions pas, à ce propos, que le social ne peut être pensé comme instance purement contraignante, et qu’à l’inertie du code architectural s’oppose – dans des limites qu’il convient de bien préciser – l’« individualisation des pratiques ». Le débarras fait ainsi l’objet de soins particuliers. De même, l’exiguïté peut être partiellement déjouée, la partition et la dénomination des pièces correspondant à une stratégie d’« appropriation ».

  • 33 Bonnet, Desjeux 2000 ; Chalvon-Demersay 1998 ; Ledrut 1973 ; Lévy, Dureau 2002 ; Lynch 1998 ; Segau (...)

18Derrière une apparente uniformisation, se cachent des disparités plus ou moins fortes. Dans les grandes métropoles, certains quartiers ne sont pas que des « dortoirs ». Des choix plus ou moins explicites, liés à des représentations symboliques (la Croix-Rousse à Lyon, le « Triangle » du xive arrondissement à Paris), interviennent et concourent à la production d’« identités résidentielles »33. C’est dire l’importance des arbitrages entre troc, services domestiques, échanges marchands et travail clandestin. Bien que délicate à appréhender, cette « économie informelle » recouvre des réalités très différentes en fonction du cadre régional dans lequel elle s’insère : alors que, dans le Nord, les chômeurs de longue durée trouvent dans leur entourage le plus proche un soutien matériel non négligeable, la contraction du marché de l’emploi dans la sidérurgie lorraine se traduit par d’autres manifestations : bricolage, autoconsommation, activités au noir.

19Si, dans les grandes enquêtes américaines de l’entre-deux-guerres (de Middletown à Yankee City), une tonalité « réaliste » prédominait (avec parfois des nuances très marquées selon les auteurs : Robert et Helen Lynd, Louis Wirth, William Warner…), d’autres conceptualisations ont été depuis lors proposées. La dynamique de la stratification est ainsi mise en rapport avec l’évolution des systèmes d’alliance à travers des logiques de consolidation, de fractionnement ou de rupture. Dans cette « territorialité relationnelle », les positions sont inégales et les intérêts plus ou moins divergents. Puisque les normes ne sont ni fixes ni univoques, l’issue de la transaction n’est pas fixée par avance et dépend des capacités de négociation ou de marchandage des différents protagonistes.

  • 34 Ballain et al., 1990.

20Face aux restructurations de leur quartier, les habitants ne sont pas dans un rapport d’extériorité. Possibilité leur est offerte de se regrouper dans des actions collectives engagées sur tout un périmètre ou d’intervenir, de manière plus ponctuelle, immeuble par immeuble. Les itinéraires résidentiels, en prise directe avec les grandes étapes du cycle de vie (constitution du couple, procréation, veuvage…), peuvent être « volontaristes » (accession à la propriété) ou « forcés » (expulsions, délabrement, conflits de voisinage), les changements observés reposant sur des échanges, des permutations ou des « annexions » : extension de la superficie, addition d’éléments, acquisition de maisons mitoyennes34.

21Quelles que soient les caractéristiques du logement, les travaux d’aménagement dépendent fondamentalement des stratégies d’occupation (courte ou longue période), elles-mêmes tributaires de nombreux paramètres comme la taille du ménage ou les perspectives de carrière. La prise en charge des opérations de rénovation n’obéit donc pas exclusivement à un critère de rationalité économique (la minimisation des coûts) : elle peut tout aussi bien incarner la volonté de maîtriser l’environnement ou servir de support à la valorisation de compétences et de savoir-faire. Pour les non-propriétaires, l’investissement réalisé est à la fois financier et affectif.

22On aboutit de la sorte à des « représentations » et à des « mises en scène » très typées : si, dans les ménages d’ouvriers, meubles et bibelots en tous genres attestent de la permanence et de l’intensité des liens familiaux, l’intérieur des foyers de jeunes cadres laisse libre cours à des agencements plus mobiles et plus hétéroclites. Dans les milieux populaires, l’attention portée à l’entretien et à la propreté demeure bien présente. Les solidarités qui s’y déploient se manifestent de différentes façons, principalement par les services de garde ou la réparation des parties communes. Chez les professions intermédiaires, l’affirmation maintes fois répétée d’une très grande fréquence dans les relations de voisinage (hors parentèle) correspond à la recherche d’un idéal de convivialité, la capacité à nouer des relations étant primordiale.

  • 35 Burgel 2012 ; Ferrand-Bechmann 1992.
  • 36 Degenne 1986 ; Kherdjemil et al. 1998.

23Toutes ces indications tendent à accréditer la thèse selon laquelle la socialisation de l’espace n’est pas un jeu à somme nulle, d’autres configurations étant envisageables35. Le langage des réseaux nous est, sous cet angle, fort utile pour faciliter la compréhension de ce que Célestin Bouglé, ce durkheimien hétérodoxe, désignait jadis sous l’appellation de « cercles sociaux ». En tenant compte d’un certain nombre de contraintes sociopolitiques, il est alors possible d’esquisser une première typologie permettant de distinguer « bureaucratie », « clientélisme » et « organisation traditionnelle »36. Selon la nature des buts poursuivis, on fera état de régulations « unifiantes », « néoconviviales »…

*

  • 37 Calvino 2013 ; Ledrut 1987.
  • 38 Postulat de l’École diffusionniste, ce concept (en allemand, Kulturkreis ; en anglais, culture area(...)
  • 39 Ferréol, Peralva, sous la dir. de, 2010.

24À partir du moment où l’homo urbanus – ni pleinement citadin, ni vraiment banlieusard – est dans un « entre-deux »37, les cadres usuels avec lesquels nous pensions la Cité classique et, plus spécialement, les formes de civilité ou de socialité qu’on y associait spontanément, peuvent-ils être encore adéquats ? Les agglomérations modernes ne suscitent-elles pas, du fait de leur « fragmentation », l’apparition de « citoyennetés » elles-mêmes éclatées ? Comment, dès lors, conjuguer « lumières universalistes », « engagements communautaires » et « libertés individuelles » ? Reconnaissons ici que, selon les aires culturelles38, le spectre des positionnements est des plus vastes, allant de la stigmatisation au cosmopolisme, de la nostalgie à l’acrimonie, les compromis réalisés reposant sur la constitution de territoires bien délimités, sur le respect scrupuleux des distances et sur des stratégies de consolidation très élaborées basées sur des « accommodements » et des « métissages »39. Si les sujets de discorde ne manquent pas (songeons à l’octroi du droit de vote et d’éligibilité aux étrangers, aux procédures d’asile et aux conditions d’obtention de la nationalité du pays de résidence, aux politiques de remédiation ou bien encore aux débats plus récents sur la mémoire de l’esclavage), l’intégration – à travers le prisme du contrat social – ne peut plus être appréhendée comme une voie moyenne entre assimilation et insertion mais comme un processus de négociations et de redéfinitions, articulé à un système de normes et de principes communs (les différences ne devenant enrichissement que si elles vont de pair avec la promotion de valeurs universelles).

Bibliographie

Références bibliographiques

Ascher F. (1995), Metapolis ou l’avenir des villes, Odile Jacob, Paris.

Authier J.-Y. (sous la dir. de) (2001), Du domicile à la ville. Vivre en quartier ancien, Anthropos, Paris.

Authier J.-Y. et al. (2007), Le Quartier : enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, La Découverte, Paris.

Bagnasco A., Le Galès P. (sous la dir. de) (1997), Villes en Europe, La Découverte, Paris.

Ballain R. et al. (1990), Sites urbains en mutation. Territoires et trajectoires, L’Harmattan, Paris.

Barou J. (1993), « Les paradoxes de l’intégration », Ethnologie française, vol. 23, n° 2, avril-juin, p. 169-176.

Bassand M. et al. (sous la dir. de) (2001), Enjeux de la sociologie urbaine, Presses polytechniques et universitaires romanes, Lausanne.

Blanc M. (1988), « Concertation, sociologie urbaine, citoyenneté », Les Annales de la recherche urbaine, n° 38, juin-juillet, p. 104-112.

Blanquart P. (1998), Une histoire de la ville : pour repenser la société, La Découverte, Paris.

Body-Gendrot S. (2001), Les Villes. La fin de la violence, Presses de Sciences Po, Paris.

Bonnet M., Desjeux D. (sous la dir. de) (2000), Les Territoires de la mobilité, PUF, Paris.

Bottomore T., Marshall H. (1992), Citizenship and Social Class, Pluto Press, Londres.

Bourdin A. (2000), La Question locale, PUF, Paris.

Burgel G. (2012), Pour la ville, Créaphis, Paris.

Calvino I. (2013), Les Villes invisibles, trad. fr., Folio [1re éd. en italien : 1972], Paris.

Cambier A. (2000), « La ville : espace et liberté », Les Nouvelles d’Archimède (Dossier n° 2 : « Penser la ville »), n° 24, mai-juin, p. 1-3.

Chalvon-Demersay S. (1998), Le Triangle du xive. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris, Paris, Éd. de la MSH [1re éd. : 1984].

Degenne A. (1986), « Un langage pour l’étude des réseaux sociaux », in L’Esprit des lieux. Localités et changement social en France, Éd. du CNRS, Paris, p. 291-312.

Desbons D. (2000), « Les représentations de la ville », Regards sur l’actualité, n° 260, avril, p. 57-65.

Donzelot J. et al. (2003), Faire société, la politique de la ville aux États-Unis et en France, Seuil, Paris.

Dubet F. (1987), La Galère : jeunes en survie, Fayard, Paris.

Duclos D. (1993), De la civilité. Comment les sociétés apprivoisent la puissance, La Découverte, Paris.

Epstein R., Kirszbaum T. (2003), « L’enjeu de la mixité sociale dans les politiques urbaines », Regards sur l’actualité, n° 292, juin-juillet, p. 63-73.

Ferrand-Bechmann D. (sous la dir. de) (1992), Entraide, participation et solidarités dans l’habitat. Le cas de sept pays, L’Harmattan, Paris.

Ferréol G. (1991), « Espace administré et espace vécu : une mise en perspective », Géographie sociale, n° 11, juin, p. 233-240.

Ferréol G. (2007), Universités et territoires. Une comparaison européenne, Sudel, Paris.

Ferréol G. (2010), Grands domaines et notions clés de la sociologie, Armand Colin, Paris.

Ferréol G., Guedez A. (2000), « Théories du changement social et homo urbanus. Vers de nouvelles civilités ? », Documents pour l’enseignement économique et social, n° 120, juin, p. 5-12.

Ferréol G. (sous la dir. de) (2002), Rapport à autrui et citoyenneté, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq.

Ferréol G., Jucquois G. (sous la dir. de) (2003), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Arman Colin, Paris.

Ferréol G., Peralva A. (sous la dir. de) (2010), Altérité, dynamiques sociales et démocratie, LGDJ/Lextenso, Paris.

Gaulejac V. de, Taboada Leonetti I. (1994), La Lutte des places. Insertion et désinsertion, Desclée de Brouwer, Paris.

Grafmeyer Y., Joseph I. (1979), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Éd. du champ urbain, Paris.

Haumont N. (sous la dir. de.) (1996), La Ville : agrégation et ségrégation sociales, L’Harmattan, Paris.

Jaillet M.-C. (2003), « La politique de la ville en France : histoire et bilan », Regards sur l’actualité, n° 296, décembre, p. 5-23.

Kherdjemil B. et al. (sous la dir. de) (1998), Territoires et dynamiques économiques. Au-delà de la pensée unique, L’Harmattan, Paris.

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain, ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Robert Laffont, Paris.

Lassave P. (1997), Les Sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Presses universitaires du Mirail, Toulouse.

Ledrut R. (1973), Les Images de la ville, Anthropos, Paris.

Ledrut R. (1987), « L’espace et la dialectique de l’action », Espaces et sociétés, n° 48-49, 1er semestre, p. 131-150.

Lefebvre B., Rautenberg M. (2010), Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq.

Lefebvre H. (1968), Le Droit à la ville, Anthropos, Paris.

Lévy J.-P., Dureau F. (sous la dir. de) (2002), L’Accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, L’Harmattan, Paris.

Lussault M., Levy J. (sous la dir. de) (2003), Dictionnaire de la géopolitique et de l’espace des sociétés, Belin, Paris.

Lynch K. (1998), L’Image de la Cité, trad. fr., Dunod [1re éd. en anglais : 1960], Paris.

Marchal H., Stebe J.-M. (2014), Les Grandes Questions sur la ville et l’urbain, PUF [1° éd. : 2011], Paris.

Maurin E. (2004), Le Ghetto français. Essai sur le séparatisme social, Seuil, Paris.

Mongin O. (2013), La Ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Fayard, Paris.

Nicolet C. (1976), Le Métier de citoyen dans la Rome républicaine, Gallimard, Paris.

Ostrowetsky S. (sous la dir. de) (1996), Sociologues en ville, L’Harmattan, Paris.

Paquot T. (1999), « Le devenir urbain du monde », Urbanisme (n° spécial : Le xxe siècle : de la ville à l’urbain. Chronique urbanistique et architecturale de 1900 à 1999), novembre-décembre, p. 126-130.

Raulin A. (2001), Anthropologie urbaine, Armand Colin, Paris.

Remy J. (1987), « Bilan et tendances de la sociologie urbaine de langue française depuis 1945 », Espaces et sociétés, n° 48-49, premier semestre, p. 47-87.

Richard M. (2002), « Vers une citoyenneté en miettes », in G. Ferréol (sous la dir. de), Rapport à autrui et citoyenneté, p. 115-131.

Rinaudo C. (1999), L’Ethnicité dans la cité. Jeux et enjeux de la catégorisation ethnique, L’Harmattan, Paris.

Romilly J. de (1991), Problèmes de la démocratie grecque, Presses Pocket, Paris.

Roulleau-Berger L. (1991), La Ville-intervalle, Klincksieck, Paris.

Sassen S. (1996), La Ville globale. New York, Londres, Tokyo, trad. fr., Descartes [1re éd. en anglais : 1991], Paris.

Segaud M. et al. (sous la dir. de) (1998), Logement et habitat. L’état des savoirs, La Découverte, Paris.

Valiere M. (2003), « Aire culturelle », in G. Ferréol, G. Jucquois (sous la dir. de), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, p. 1-2.

Notes

1 Sur l’espace urbain se projette l’historicité de l’homme : « Le cinéma et le théâtre nous arrachent au rythme du temps institué pour nous faire croiser des destins anachroniques ; le cimetière, l’église et l’hôpital aiguisent notre conscience existentielle. » La place publique, de son côté, n’est pas que le « carrefour de l’échange marchand », c’est – plus fondamentalement – le « creuset où se forge le jugement critique de l’opinion », Cambier 2000, p. 3.

2 Bassand sous la dir. de 2001 ; Blanquart 1998 ; Bourdin 2000 ; Donzelot et al. 2003 ; Mongin 2013 ; Remy 1987.

3 Voir par exemple, Ferréol et Guédez 2000.

4 de Romilly 1991.

5 Nicolet 1976.

6 Ostrowetsky sous la dir. de, 1996.

7 Parmi les monographies les plus célèbres se situant dans cette mouvance, citons The Hobo de Nels Anderson (1923), The Gang de Frederic Thrasher (1927), Suicide de Ruth Cavan (1928), The Ghetto de Louis Wirth (1928), The Gold and the Slum de Harvey Zorbaugh (1929), The Taxi-Dance Hall de Paul Cressey (1932). On peut y ajouter des autobiographies écrites à la demande de chercheurs et commentés par ceux-ci, comme The Jack-Roller de Clifford Shaw (1930) et The Professional Thief d’Edwin Sutherland (1937).

8 Grafmeyer et Joseph 1979, p. 150.

9 Cf. entre autres, Ascher 1995 et Sassen 1996. À la différence de la conurbation – mode d’expansion lié aux régions desservies par des voies ferrées – la métropole (substantif dont les racines grecques désignent la « ville mère » d’un territoire) est un véritable kaléidoscope (Rinaudo 1999) qui « puise sa dynamique dans un secteur de production puissant fondé sur un marché de l’emploi unique et un réseau de circulation qui rend aisément accessibles ses différentes parties » et fait souvent peur : « C’est sans doute à Fritz Lang (Metropolis 1926) que l’on doit le paradigme de cette “marée montante d’asphalte, de brique, de ciment […]”, au sein de laquelle la conscience commune des habitants a du mal à se former. » De son côté, Maurice Halbwachs soulignait les difficultés occasionnées par ce « lien dépourvu de dimension historique et que l’humain ne vient plus connoter » (Desbons 2000, p. 58-59).

10 Body-Gendrot 2001 ; Haumont sous la dir. de, 1996 ; Roulleau-Berger 1991.

11 Ferréol 2002.

12 Barou 1993.

13 Bottomore, Marshall 1992.

14 Lefebvre 1968.

15 Dubet 1987.

16 Ou de citoyennetés « en miettes », pour reprendre l’expression de Michel Richard (Richard 2002).

17 Cambier 2000, p. 2.

18 Aux yeux de nombreux spécialistes, le vocable de ghetto peut apparaître comme un « abus de langage » pour décrire la réalité des quartiers en déshérence (Lapeyronnie 2008). Les arguments retenus font valoir qu’il n’y a ni abandon étatique, ni monoethnicité, ni assignation à résidence. Cette appellation, « par trop polymorphe, ambivalente et lourde de son passé », n’est donc pas sans poser problème, de sorte qu’« il semble nécessaire de la dépasser […], sans pour autant négliger ce qu’elle révèle dans les mentalités contemporaines », et ceci afin d’« élaborer des concepts adéquats » et de prendre ses distances avec toute entreprise de stigmatisation (Raulin 2001, p. 110-124). Même interrogation à propos des banlieues. Ce terme apparaît l’une des toutes premières fois dans un texte picard daté de la fin du xiie siècle mais le principe même d’un espace annulaire ou concentrique entourant un noyau urbain et délimitant le seuil de la campagne profonde est beaucoup plus ancien et met à l’honneur une forme de complémentarité entre le « centre qui protège » et la « ceinture qui nourrit ». Par la suite, le mot est utilisé pour définir le périmètre exact de la juridiction des magistrats et pour nommer l’« étendue de pays qui est située autour d’une ville et qui en dépend ». A partir de la Restauration, l’accent est mis sur un système de valeurs ou sur des modes de vie opposant la cité à ce qui l’entoure, la périphérie cumulant peu à peu les handicaps. Avec l’accroissement démographique, l’exode rural et surtout la révolution industrielle, la banlieue – notamment parisienne – devient un exutoire pour les activités encombrantes ou polluantes. De nos jours, on fait référence non plus à une « masse homogène » mais à une multiplicité de situations intermédiaires et à une pluralité de vécus, de représentations ou d’opinions. On met ainsi en évidence une « mosaïque complexe » rassemblant plus de trente millions d’habitants et où, en fonction de la structuration du marché du travail, des caractéristiques culturelles ou socio-économiques des habitants, du degré de proximité ou d’éloignement de telle ou telle métropole, peuvent coexister zones pavillonnaires et grands ensembles, pratiques d’entraide et barrières ségrégatives, sociabilité et misérabilisme (Lefebvre, Rautenberg 2010). D’un côté, on se remémore les idéaux de fraternité et de convivialité ; de l’autre, on déplore le dénuement et la stigmatisation, lot quotidien des quartiers dits « sensibles ». Ce dernier volet est, depuis une bonne vingtaine d’années, celui qui occupe le devant de la scène médiatique, les discours sur la précarité et l’insécurité tendant à se banaliser, de même que ceux dénonçant le commerce d’armes ou de drogues, la montée de la délinquance, la violence et les affrontements avec les forces de l’ordre. Les politiques menées par les pouvoirs publics, qu’il s’agisse de la discrimination positive ou de la mixité, de la participation citoyenne ou du contrat d’intégration, ont réactivé de nombreux débats, les analyses sociologiques faisant appel à des théorisations en termes de « galère » ou de « sous-culture », de « frustration » ou de « désorganisation » (Ferréol 2010).

19 Marchal, Stébé 2014.

20 Se pose alors la question du « vivre ensemble » et de la coexistence des cultures, les apories ou les impasses du « droit à la différence » ne devant pas être perdues de vue ni occultées (Ferréol, Jucquois 2003).

21 Duclos 1993, p. 25.

22 Ibid., p. 38.

23 Ibid., p. 55-56.

24 Ibid., p. 77.

25 Ibid., p. 251.

26 Gaulejac, Taboada Leonetti 1994.

27 Ferréol 1991, 2007 ; Lassave 1997 ; Paquot 1999.

28 Authier et al. 2007 ; Desbons 2000 ; Epstein, Kirszbaum 2003 ; Lussault, Lévy 2003.

29 Jaillet 2003, p. 5-23 ; Maurin 2004.

30 Bagnasco, Le Galès 1997.

31 Blanc 1988, p. 105.

32 Authier 2001.

33 Bonnet, Desjeux 2000 ; Chalvon-Demersay 1998 ; Ledrut 1973 ; Lévy, Dureau 2002 ; Lynch 1998 ; Segaud et al. 1998.

34 Ballain et al., 1990.

35 Burgel 2012 ; Ferrand-Bechmann 1992.

36 Degenne 1986 ; Kherdjemil et al. 1998.

37 Calvino 2013 ; Ledrut 1987.

38 Postulat de l’École diffusionniste, ce concept (en allemand, Kulturkreis ; en anglais, culture area) se réfère à un espace géographique et social au sein duquel se répartissent et s’échangent croyances, objets matériels, rituels, systèmes de valeurs… Les chercheurs qui se sont intéressés à cette question sont légion. Les plus célèbres sont Boas, géographe de formation, Kroeber, Sapir, Wissler. Mais c’est Melville Herskovits (1895- 1963) qui a sans doute le plus approfondi la réflexion en mettant l’accent sur les phénomènes d’acculturation, plusieurs terrains étant privilégiés tant en Amérique du Sud que sur le continent africain : Surinam (1928-1929), Dahomey (1931), Brésil (1941-1942), Afrique noire (1953, 1956-1957). Pour ce qui est de la France, et dans une même optique, il convient de mentionner les travaux d’Arnold van Gennep portant sur les zones folkloriques. Si ces approches ont permis d’utiles comparaisons, elles n’ont en revanche trouvé que peu d’échos auprès des ressortissants eux-mêmes : « En effet, les individus d’une société ou d’un groupe donné sont généralement plus sensibles aux traits qui les distinguent de leurs voisins immédiats, qu’aux ressemblances, si évidentes soient-elles, qui frappent davantage les tiers observateurs » (cf. sous cet angle, Valière, 2003, p. 2.)

39 Ferréol, Peralva, sous la dir. de, 2010.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search