Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La femme et son image dans l’œuvre de Victor Segalen

 | 
Laurence Cachot

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude, il apparaît que les rapports entre l'homme et la femme chez V. Segalen, sont marqués par une complexité et une ambivalence. Son regard sur l'être féminin est la plupart du temps dichotomique : symbole de vie et de sensualité, la femme peut également représenter l’interdit, la violence, voire la mort. Entrave et initiatrice, réelle et imaginaire, proche et exotique, la femme est multiple.

2Une approche rapide de l'œuvre de V. Segalen laisserait supposer que ses premiers ouvrages, ceux du cycle polynésien, sont dominés essentiellement par l'écriture du sensible et que ceux, plus tardifs, du cycle chinois sont, au contraire, consacrés à des préoccupations plus spirituelles. Or l'étude de la femme révèle que l'évolution esthétique de V. Segalen ne peut être si aisément tracée. En effet, la composition des Immémoriaux coïncide avec celle de Dans un Monde sonore et celle de la première version de Siddhârtha. Le premier de ces trois ouvrages présente la femme dans une relation simple à l'homme ; le deuxième évoque l'exclusion mutuelle des membres d'un couple de leurs univers respectifs, pour s'achever sur l'abandon de ses aspirations supérieures par l'homme, vaincu qu'il est par la médiocrité de sa femme. Et enfin, le drame expose le conflit intérieur d'un homme qui résiste à l’emprise de la femme afin d'accéder à l'ultime vérité, qu'il n'atteint que par le sacrifice de celle qui l'aime. La quasi simultanéité de la création de ces trois sujets antithétiques témoigne de la richesse et de l'intensité de la vie intérieure de l'auteur. Il ne s'agit pas d'opposer plusieurs figures de la femme, mais de souligner combien la représentation de la femme est diverse. De même, dans Stèles, la femme est présentée à la fois comme le tyran que l'homme se choisit et comme un être érotique, dont la contemplation ravit l'âme du poète. La poétique de V. Segalen, en ce qui concerne la femme, se fonde sur l'ambiguïté.

3Toutefois, la vision de la femme trouve une forte cohérence dans la perpective de l’Esthétique de l'Exotisme. L'œuvre entière tend à poser la femme comme être exotique à l'extrême. L'être féminin transcende, pour Segalen, les spécificités de chaque type de femme. Grâce à la femme, l'homme découvre la sensation de la Différence, ce qui lui permet, en retour, de prendre conscience de l'univers et de lui-même.

4Nous avons par là même mis en évidence un autre invariant : la femme est toujours envisagée relativement à l'homme. Chaque personnage féminin se confond avec son statut par rapport aux figures masculines. Jamais protagoniste, la femme joue cependant un rôle capital dans l’œuvre, puisqu'elle accompagne systématiquement les personnages masculins et qu'elle exerce une influence décisive sur eux. Elle est tantôt l'opposant, tantôt l'adjuvant du héros masculin, seul véritable sujet de l'action. La description du monde intérieur de la femme est d’ailleurs significativement absente de l'œuvre. L'écrivain ne pénètre guère la psychologie féminine et se borne généralement à une description phénoménologique de la femme. La complexité des relations réciproques entre les actants de sexes opposés, présentée dans les micro-univers fictionnels de V. Segalen, est le reflet d'une réflexion de l'auteur, parfois angoissante, sur les rapports entre l'homme, surtout l'artiste, et la femme.

5Le poète, selon V. Segalen, est investi d’une mission. Constamment en quête de vérité et de beauté, il est un guide pour ceux qui aspirent à autre chose qu'à un banal bonheur terrestre. Homme qui cherche toujours à se dépasser, à inspecter l'invisible, l'artiste n'entretient pas toujours des rapports faciles avec son entourage, en particulier avec la femme. La plupart des personnages masculins de V. Segalen se distinguent du commun des mortels du fait qu'ils sont en quête d'absolu : la femme constitue une menace, presque une entrave, dans leur univers. Il nous semble alors évident que l'œuvre, dans sa totalité, recèle une interrogation sur la compatibilité possible entre une relation de couple et la réalisation individuelle des deux partenaires. Or l'écrivain ne tranche pas. Si la femme peut être un frein au génie, c’est parfois elle qui insuffle à l’homme, par la force de son amour, l'énergie nécessaire pour agir, créer, accéder à un au-delà.

6Mais même au plus haut degré de complicité, l'impénétrabilité des êtres demeure. Dans Stèle provisoire, qui occupe une position centrale dans Stèles, le poète nourrit le fantasme de concilier la femme aimée et la poésie. Il formule le rêve que le texte poétique, déchiffré par la femme et qui lui est exclusivement réservé, s'arrache de son support et s’enroule autour d'elle :

Alors, ce déduit, enjambant l'espace et dansant sur ses cadences ; ce poème, ce don et ce désir,
Tout d'un coup s'écorchera de ta pierre morte, oh ! précaire et provisoire, pour s'abandonner à sa vie,
Pour s'en aller vivre autour d'Elle. (S, 83)

7Déjà annoncée par le caractère paradoxal du titre de la stèle, l'osmose entre femme et écriture est en définitive présentée comme irréalisable. La non-conformité de cette stèle par rapport à la poétique stélaire le confirme, puisque la particularité d'une stèle réside dans l'alliance du texte et du support. Cette stèle est donc l'aveu d'une impossibilité. L’amour ne sera jamais éprouvé que dans ce vertige de l'irréductible distance entre deux êtres destinés pourtant l'un à l'autre.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.