Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La femme et son image dans l’œuvre de Victor Segalen

 | 
Laurence Cachot

Troisième Partie : Femme et exotisme

3. Perspective métaphysique

Texte intégral

1. Exotisme et taoïsme

1V. Segalen adhère, dès 1900, à "l'idéalisme spectaculaire" de Jules de Gaultier et de Remy de Gourmont, courant artistique qui affirme le primat de la beauté. Le monde est alors compris essentiellement comme un phénomène esthétique. La mission de l'art est de faire pressentir cette beauté. V. Segalen explique à P. Claudel que ce qui l'anime est

  • 1 Lettre à Paul Claudel, du 15 mars 1915, citée par Gilles Manceron, Segalen, op. cit., p. 438-439.

une foi tout entière esthétique, une recherche exclusive de beauté, un désir permanent de tendre partout à la beauté, d'en réaliser un reflet dans ses pensées, dans ses actes, dans ses œuvres ; et cela, sans jamais prétendre à embrasser, ni déterminer, ni fixer la beauté1.

2Le beau existe en soi et non grâce à l'influence d'un Dieu tout-puissant, comme l'admet l'œuvre claudélienne. Dans l’Essai sur l'Exotisme, l'auteur déclare que l'esthétique est

le plus merveilleux outil de connaissance. C'est la connaissance qui ne peut être et ne doit être qu'un moyen non pas de toute beauté du monde, mais de cette part de beauté que chaque esprit, qu'il le veuille ou non, détient, développe ou néglige (EE, 84).

3L'esthétique est dépendante d'une Imago Mundi. Elle ne peut donc être le moyen d'appréhender la beauté objective, mais le moyen de suggérer celle que le poète envisage et qui réside, pour V. Segalen, dans le Divers. L'esthétique de la Différence est donc un principe subjectif de connaissance du monde.

4V. Segalen est un mystique. Il exprime un univers apparent derrière lequel il laisse deviner un réel invisible, l'arrière-monde, découvert par sa seule intuition d'artiste. Mais le poète se définit comme un mystique athée :

Il y a toujours le Mystique orgueilleux qui sommeille en moi. Et ce sera même une haute joie que d'approfondir – ô, si lentement le sillon qui me sépare d'Augusto : lui, catholique et non mystique (s'est-il défendu) – moi si anticatholique pur, mais resté, d'essence, amoureux des châteaux dans les âmes et des secrets corridors obscurs menant vers la lumière... (LC, 60).

5Puisque le mysticisme se fonde sur l'intuition, seuls le sentiment et la sensation peuvent élever l'homme à l'idée de l'infini, du Néant et du Tout, alors que la raison l'enferme dans un monde connu et restreint. La connaissance doit être avant tout d'ordre sensible. L'intuition et la sensation permettent d'atteindre la réalité la plus essentielle, située au-delà des apparences. C'est ainsi que le monde sera saisi dans son unité la plus profonde et que l'homme pourra se réaliser en harmonie complète avec l'univers.

6Si d'aucuns ont tenté d'infléchir la quête de l'Absolu de V. Segalen vers la religion catholique, le poète a toujours aspiré à une plénitude vide de transcendance divine. On connaît déjà sa répulsion à l’égard du christianisme ; ce sentiment est également vérifiable pour chaque religion : l'Absolu est innommable, inconnaissable et pourtant les religions polythéistes et monothéistes se proposent de le livrer. Selon V. Segalen, la religion, devenue superstition, dénature le surnaturel.

7Lorsqu'en 1904 il rencontre le bouddhisme, l’écrivain condamne également ses cultes et ses rites, jugés corrupteurs. Il découvre le Tao et il est amené à s'intéresser au taoïsme, en particulier, à cause de son séjour en Chine. L'auteur délaisse le taoïsme religieux, né des échanges avec le bouddhisme, fervent de divinités, pour ne retenir que le taoïsme philosophique et mystique. Le Tao, dans cette perspective, est une voie sans maître. V. Segalen est naturellement séduit par l'aspect impersonnel, puisque sans incarnation, contenu dans cette lecture du monde.

8L'influence du taoïsme est fondamentale dans la pensée de V. Segalen, bien qu'il s'y réfère rarement d'une manière explicite. Dans une lettre à P. Claudel, il établit que sa conception du monde rejoint celle du taoïsme :

  • 2 Lettre à P. Claudel, du 15 mars 1915, citée par Gabriel Germain, Victor Segalen. Le Voyageur des d (...)

J'espère seulement ne pas mourir à tout sans avoir dit aux autres comment je concevais ce monde illusoire et beau : – et ceci me ramène au point de vue taoïste, à cette « vision ivre » de l'univers ; d'une part la pénétration à travers les choses lourdes, et la faculté d'en voir à la fois l'avers et le revers ; d'autre part, la dégustation ineffable de la beauté dans ces apparences fuyantes2.

9À l'instar des taoïstes, le poète cherche à sonder le mystère des choses, à découvrir l'Être qui demeure inconnu, à trouver le rapport qui met l'Être et l'univers en harmonie. Le Tao, symbole de l'Absolu : tout vient de lui, tout va à lui, est impénétrable, mais c’est vers lui que l'on tend. De même, la poésie veut saisir l'inexprimable en effleurant le Tout et le Néant, qu'elle associe par ailleurs. Si on ne peut définir l'ultime, il est néanmoins possible d'en indiquer la voie ; c'est ce que proposent le taoïsme et l'écriture ségalénienne. Le tao-poète devient même un modèle pour V. Segalen :

  • 3 Lettre à Jean Lartigue, du 10 février 1917, citée par Gilles Manceron, Segalen, op. cit., p. 449.

Quand le tao-poète se trouve parmi les gens, il s'oppose à eux dans toutes les directions, car il n'est pas du troupeau... L'inspiration est un son du Tao, rarissime, inaudible... L'idéal de la poésie restera une intuition inexprimable qui s'accumule en silence et se fait voir sans qu'aucun mot soit prononcé... J'ai proposé que la même qualité soit appliquée à tous les arts...3.

10V. Segalen n'adopte de la pensée classique chinoise que ce qui est sensiblement commun avec ses aspirations initiales. Le taoïsme ne fait que renforcer son idée d'une dualité du monde :

  • 4 Lettre à Jules de Gaultier, 26 janvier 1913, citée par Gabriel Germain, Victor Segalen. Le Voyageu (...)

dans ce monde chinois, j'ai placé simplement ce que j'avais à exprimer4.

11Sa conception de l'Exotisme, qui organise son univers poétique, rejoint le système du monde taoïste. Les critiques occidentaux prennent ici plus facilement pour référence culturelle le philosophe grec du monde sensible, Héraclite, selon lequel le monde est autonome et a pour loi l’opposition de ses forces : le jour et la nuit, les hivers et les étés, la vie et la mort, le mal et le bien. La coexistence des contraires est, quoi qu'il en soit, un élément majeur de la poétique de V. Segalen. Nous préférons pourtant rapprocher sa vision du monde du taoïsme, puisque l'auteur emprunte les symboles chinois. Il reconnaît, par exemple, dans le dispositif d'une jonque l'image du système du monde, ou, encore, évoque

La brouette à grande roue centrale qui porte tant d'hommes ou de femmes... (BT, 30).

12La grande roue symbolise l’univers dans sa totalité temporelle, celle de l'éternel recommencement. La brouette représente donc le Tao, également reconnu ici comme le principe d'équilibre entre Yin et Yang.

2. Les deux principes sexuels constitutifs de l'univers

13Comme la philosophie taoïste, la poétique de V. Segalen différencie fondamentalement deux univers symétriques : le masculin et le féminin. Le monde est bipolarisé. Régi par les forces cosmiques mâles et femelles, il est dynamique. Le Combat pour le Sol présente, à un moment donné, le monde chinois en déséquilibre car

Le principe femelle s'est tout d'un coup trouvé prépondérant (CS, 90).

14Les misères de l'Empire et tous les maux terrestres sont révélateurs d'un trouble de l'ordre du monde :

Tout ceci ne dit pas autre chose qu'un manque d'harmonie entre les deux grands principes (CS, 151).

15V. Segalen utilise les symboles antagonistes de l'univers, Yin et Yang, qui représentent la division sur laquelle repose le Tao, principe premier, car

cette opposition et cette pénétration [...] sont également capables de contenir tout ce qu'on veut (E, 50).

16En effet, les couples femme et homme, réel et imaginaire, par exemple, sont à l'image de ces principes corrélatifs et contraires. Chaque opposition, chaque différence peut être, pour V. Segalen, source d'exotisme. L'Esthétique du Divers est inhérente à la dynamique de dualité du monde.

17L'homme et la femme sont complémentaires et participent à l'harmonie universelle. Leur relation est similaire à

l'enroulement réciproque des deux virgules du Tao, Tune blanche, l'autre noire, égales, symétriques, sans que Tune l'emporte sur l'autre (E, 50).

18Si chacun est original par rapport à l'autre, ils existent conjointement et sont destinés l'un à l'autre. Lorsque V. Segalen écrit à ses amis Manceron :

Je vous remercie profondément de votre gentillesse pour le cher « dimidium » laissé si loin de moi (TF, 94),

19il manifeste, par l'emploi du substantif latin qui signifie "moitié", que sa femme est le complément indispensable à son être. De même, l'auteur semble toujours créer ses personnages masculins et féminins dans une mutuelle dépendance. Chaque couple tend vers une harmonie. L'écrivain remarque dans ses notes sur Siddhârtha que

Les personnalités de Siddhârtha et de Krisha sont donc complémentaires, se supposent et s'enveloppent (SID, 120).

20Le jeu des contraires maintient un équilibre. La différence entre les deux moitiés du genre humain est génératrice de beauté et elle doit, pour cette raison, être préservée. H. Normand explique que dans la pensée taoïste,

  • 5 Henry Normand, Les Maîtres du Tao, collection "Les Hommes de Connaissance", Éditions du Félin, Par (...)

l'harmonie naît des différences Yin et Yang, c'est ce qui se produit, entre autres choses, lors de l'acte sexuel5.

21Mais si l'acte sexuel constitue bien une symbiose des corps et donne le sentiment d'une participation à la grande harmonie, il ne permet en aucun cas la fusion des êtres. J. Shapiro montre que chez V. Segalen

  • 6 Joël Shapiro, La Chine : un Choix philosophique, in Colloque de Pau, op. cit., p. 84-85.

l'identité des êtres est maintenue : l'homme et la femme conservent chacun leur identité sexuelle6.

22La différence ne doit jamais être assimilée, car ce serait menacer le monde d’entropie ou provoquer une perte d'identité.

23Cependant l'écrivain semble reconnaître parfois les signes d'une unité révolue, subsistant dans la diversité. En effet, c'est à Tahiti que naît son sentiment de l'exotisme des sexes, qui est aussi le lieu qui évoque communément un univers archaïque et paradisiaque, et par conséquent aussi, le temps primordial d'avant la séparation des sexes. Le physique des Polynésiens est d'ailleurs, aux yeux des Occidentaux, véritablement marqué par des caractères androgynes. P. Gauguin avait déjà remarqué les similitudes apparentes des hommes et des femmes, malgré leur nudité :

  • 7 Gauguin, Noa-Noa, "Le regard littéraire", Éditions Complexe, 1989, p. 50.

quelque chose de viril est en elles, et en eux quelque chose de féminin. Cette ressemblance des deux sexes facilite leurs relations7.

24V. Segalen décrit de même la vahiné dont

la hanche est discrète et naturellement androgyne (HG, 110).

25Il juge même que

La femme possède avant toute autre la qualité de l'homme jeune : un bel élancé adolescent (HG, 110).

26Or l'écrivain avait déjà utilisé ce dernier syntagme pour décrire Madame Wang dans René Leys. Les Chinoises sont souvent présentées comme des êtres asexués. La frontière entre les sexes semble donc parfois très fragile.

27Kouang-Siu et René Leys sont des personnages qui manquent singulièrement de passion pour le corps féminin et sur qui peuvent peser des soupçons de bisexualité. René Leys n'hésite pas à se travestir en femme, afin de pénétrer, prétend-il, dans le palais impérial. Le narrateur le rencontre donc

costumé, et, véritablement, fort bien costumé en princesse mandchoue (RL, 190).

28M. Gontard pense que

  • 8 Marc Gontard, Victor Segalen. Une Esthétique de la Différence, op. cit., p. 114.

ce n'est pas forcer le texte que de voir, chez René Leys, une ambivalence sexuelle qui fait de lui un être androgyne8.

29Si la Différence demeure pour V. Segalen une donnée primordiale, cela n'exclut pas l'existence d'un principe supérieur d'unité.

3. L'impénétrabilité des êtres

30Afin d'éprouver le plaisir de sentir le Divers, l'individu doit être doué d'une forte personnalité. Est véritablement exote celui qui ne cède pas à la tentation de s'intégrer au Divers ou de s'approprier la Différence, ce qui le plongerait alors dans une conformité monotone. Le sentiment d'individualité est nécessaire pour saisir l'exotisme de toutes choses. L'exote doit donc se considérer comme une unité humaine irréductible et originale en soi. V. Segalen construit sa théorie sur cet aveu d'impénétrabilité (EE, 38), seul garant de l'expérience du Divers. Les limites doivent demeurer infranchissables, non seulement entre les êtres, mais aussi entre les peuples, les cultures, les mœurs, les religions, etc. Y.-A. Favre constate que l'auteur, dans Le Combat pour le Sol,

  • 9 Yves-Alain Favre, Claudel et Segalen, in Europe, no 696, op. cit., p. 113.

loin de montrer ce qui dans la Chine annonçait le christianisme, exalte la différence entre les deux conceptions du monde chinoise et chrétienne, et il souligne leur irréductibilité9.

31La relation avec l'Autre, quelle qu'elle soit, est donc toujours marquée par la distance.

32L'union physique entre amants n’est qu'une illusion de fusion. Ce serait folie de croire que deux êtres puissent se confondre par la magie de l'acte sexuel. Dans Le double Rimbaud, V. Segalen évoque cette utopie :

  • 10 Le double Rimbaud, Fata Morgana, Montpellier, 1979, p. 23.

Des amants seraient épouvantés si au plus fort de la volupté partagéequand la joie se répand, tellement une que les deux êtres proclament leur consubstantialité, – s'ils mesuraient l'infrangible barrière qui sépare deux êtres sentants, et les séparera toujours malgré l'apparente harmonie de leur unique joie10

33Si l'individu sait accepter cette réalité de la Différence entre les êtres, renforcée d’ailleurs par l'exotisme des sexes, il saisira la beauté de la distance, au lieu de déplorer celle-ci ou de la nier aveuglément.

34La femme demeure à jamais inconnue et inaccessible à l'homme. De toutes les tentatives de conquêtes masculines, une seule est vouée à l'échec, celle de la femme :

Je t'ai monté, Pôle du froid ; je t'ai dompté, Pic des montagnes,
Mais elle où la vaincre et la gravir ? (T, 54).

35Par son interrogation, le poète avoue tacitement que, malgré son effort, il ne peut atteindre ce qui demeure pour lui inconnu. Dans Le double Rimbaud, l'auteur affirme, d'une manière plus générale, que l’intériorité de chacun est impénétrable :

  • 11 . Idem, p. 22.

Il existe d'ailleurs en chacun de nous, et pour chacun de nos modes de penser, de vouloir, de sentir, une irréductible et forclose tanière que, de gré ou de force, de haine ou d'amour, nous ne pouvons entr'ouvrir à autrui11.

36Le moi essentiel ne peut donc se livrer. Ceci pose le problème de la communication entre les personnes. Lorsque le poète s'interroge sur la capacité de la femme, celle qui lui est le plus proche, à sentir ce que lui-même ressent face au Thibet, il semble reconnaître l’incommunicabilité entre les êtres :

Que dirait-elle en ton sein ? Saurait-elle harmonieuse,
Se taire, et, Là-bas, vivre et jouir ? (T, 59).

37Bien qu'il la déclare impossible, la fusion des êtres fascine V. Segalen. C’est pourquoi il imagine parfois la réussite totale et extatique d'un couple. Les amants de la stèle Pierre musicale réalisent leur communion dans la musique :

[...] ils s'aimaient par les tons essentiels (S, 78).

38Et si ce couple n'est plus, il vibre encore dans la pierre dressée à son union. L'auteur crée d'autres couples qui tendent vers un accord parfait, mais celui-ci n'est jamais qu'éphémère. Les personnages féminins et masculins de V. Segalen ne sont pas surnaturels mais exceptionnels, puisqu'ils cherchent à se dépasser. Orphée et Eurydice accomplissent un prodige par leur union : désormais le monde résonne. Leurs voix, qui se répondent, établissent un accord parfait. L'hymne du monde est réalisé par leur fusion dans le chant. Mais l'œuvre accomplie, Eurydice disparaît. Le triomphe du couple ne dure qu'un temps.

39De même, Krisha devenue fantôme et Siddhârtha illuminé ne font plus qu'un dans la Connaissance : Je suis toi (SID, 109) lance Krisha à Siddhârtha. Lui aussi partage cette pénétrabilité :

Krisha ! Je ne pense plus qu'avec ton esprit irradieux ! Krisha ! je pense ta pensée ! Je suis toi-même ! (SID, 109).

40Les deux êtres supérieurs s'appartiennent mutuellement : ils sont en totale communion d'esprit :

Alors, les amants éternels desserrent l'étreinte de leurs yeux, et tournent leur seul regard vers le monde qui subsiste encore. (Leurs gestes deviennent symétriques et harmonieux) (SID, 110).

41Mais la plénitude est fugace : Siddhârtha doit choisir entre vivre son amour pour Krisha ou devenir Bouddha, les deux étant incompatibles. Si l'amour de Krisha est à l'origine de son éveil, "l’éveillé" doit cependant renoncer à son amour pour Krisha. L'écrivain explique qu'un des membres du couple, la femme en l'occurrence, doit à nouveau se sacrifier :

Krisha l'initiatrice donnant à Siddhârtha la force de la repousser, de l'anéantir (LC, 194).

42Dans Combat pour le Sol, l'Empereur et l’Étrangère ne parlent pas le même langage. Pourtant un baiser, des signes et des paroles magiques réunis triomphent de l'incompréhension. Le dialogue amoureux se fait clair et chacun aspire alors à atteindre l'âme de l'autre. C'est pourquoi l’Étrangère implore de retrouver ce bonheur momentané :

Donnez-moi une fois encore... le don de comprendre et parler... par miracle... le don de comprendre par amour ! (CS, 101).

43Les forces occultes ne leur permettront pas de s'aimer durablement et de se découvrir à l'autre. La distance a raison des sentiments les plus forts. Y.-A. Favre montre que la relation entre l'Empereur et l’Étrangère n'a cependant pas complètement échoué :

  • 12 Yves-Alain Favre, Claudel et Segalen, in Europe, no 696, op. cit., p. 113.

Entre les deux amants s'établit une communication, chacun admet et conçoit l'Autre, qui pourtant demeure impénétrable et inaccessible. Mais cette démarche vers l'Autre transforme l'être12.

44Bien qu'à la fin l’Empereur retourne à son "Ciel de Chine" et l’Étrangère à son "Ciel chrétien", ils ont été agis l'un par l'autre. L'Empereur a réellement pris conscience de la diversité et qu'un autre "ciel" que le sien pouvait exister.

45Lorsque l'on prend conscience de l'Autre, le moi n'est plus le même, et d'autant plus lorsque l'on découvre que l'on peut être l'Autre pour autrui. V. Segalen est persuadé que

La sensation d'exotisme augmente la personnalité, l’enrichit, bien loin de l'étouffer (EE, 57).

46En effet, sentir ce que l'on n’est pas, c'est sentir ce que l'on est. Le sentiment d'exotisme des sexes conforte l'homme dans sa masculinité. La Différence avec la femme permet donc à l'homme de se définir, de se situer, de s'affirmer par rapport à elle. La recherche de l’altérité est le corollaire d'une conscience de soi. Dans Thibet, le poète déclare diriger ses pas

Vers Elle que je n'atteindrai pas (T, 89),

47pourtant c'est lors de cette quête qu'il se trouve :

C'est ainsi que symbolisant mon effort et joie de requête
Je puis, décemment, me nommer en ce lieu (T, 89).

48L'expérience de l'Autre fait donc surgir la conscience de soi en tant qu'être autonome et pousse vers une connaissance de soi. Selon M. Gontard,

  • 13 Marc Gontard, Victor Segalen. Une esthétique de la Différence, op. cit., p. 18.

L'enjeu de l'exotisme comme théorie de la Différence devient donc, pour Segalen, le mystère irrésolu de l'Être, problème fondamental de l'ontologie13.

49La notion de "bovarysme", de Jules de Gaultier, que V. Segalen définit ainsi :

tout être qui se conçoit, se conçoit nécessairement autre qu'il n'est (EE, 37),

50est certainement à l'origine de l'idée de l'exotisme de soi-même. Le thème du dédoublement est très présent dans l'œuvre de Segalen, avec la figure de l'Empereur du Fils du Ciel, qui est en quête de son identité à travers l'Autre, son sosie, et par les nombreux phénomènes d'autoscopie évoqués dans Stèles, dans Imaginaires, dans Équipée et dans l'Essai sur Soi-même. L'individu confronté à l'inquiétante duplicité de sa personne recherche néanmoins l'intégrité de son être. L’écrivain sait que l'Être essentiel est obscur et impénétrable. Il faut accepter cette diversité en soi-même. Ni la vérité du monde, ni celle de l'Être n'appartiennent à l'homme. Pourtant le poète se propose de découvrir son moi profond. Le sentiment de la Différence est donc la première limite à la Connaissance, mais il permet de dépasser l'objet et d'effectuer un retour sur soi pour atteindre l'irréductible et ineffable Milieu.

Notes

1 Lettre à Paul Claudel, du 15 mars 1915, citée par Gilles Manceron, Segalen, op. cit., p. 438-439.

2 Lettre à P. Claudel, du 15 mars 1915, citée par Gabriel Germain, Victor Segalen. Le Voyageur des deux Routes, Rougerie, Limoges, 1982, p. 33-34.

3 Lettre à Jean Lartigue, du 10 février 1917, citée par Gilles Manceron, Segalen, op. cit., p. 449.

4 Lettre à Jules de Gaultier, 26 janvier 1913, citée par Gabriel Germain, Victor Segalen. Le Voyageur des deux Routes, op. cit., p. 49.

5 Henry Normand, Les Maîtres du Tao, collection "Les Hommes de Connaissance", Éditions du Félin, Paris, 1985, p. 42.

6 Joël Shapiro, La Chine : un Choix philosophique, in Colloque de Pau, op. cit., p. 84-85.

7 Gauguin, Noa-Noa, "Le regard littéraire", Éditions Complexe, 1989, p. 50.

8 Marc Gontard, Victor Segalen. Une Esthétique de la Différence, op. cit., p. 114.

9 Yves-Alain Favre, Claudel et Segalen, in Europe, no 696, op. cit., p. 113.

10 Le double Rimbaud, Fata Morgana, Montpellier, 1979, p. 23.

11 . Idem, p. 22.

12 Yves-Alain Favre, Claudel et Segalen, in Europe, no 696, op. cit., p. 113.

13 Marc Gontard, Victor Segalen. Une esthétique de la Différence, op. cit., p. 18.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.