Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La femme et son image dans l’œuvre de Victor Segalen

 | 
Laurence Cachot

Introduction

Full text

1Longtemps ignorée, l’œuvre de Victor Segalen semble enfin, depuis la seconde moitié de ce siècle, susciter la considération des milieux littéraires. Le contexte historique de l'époque de V. Segalen (1878-1919) explique, sans aucun doute, le manque d'enthousiasme de ses contemporains pour cet auteur qui exalte la diversité du monde. Sa sensibilité, qui le fait s'émerveiller devant la Différence, est en profonde discordance avec l'idéologie ambiante. En effet, de 1880 jusqu'aux Indépendances, la colonisation européenne est à son apogée. Une grande partie de la littérature française est alors imprégnée du complexe de supériorité développé lors de cette période brillante de l'impérialisme. Λ l'image des entreprises coloniales, animées par un désir d'influence, d’autorité, de domination sur d'autres peuples et par un prosélytisme religieux, la littérature exotique étouffe la richesse des cultures indigènes, considérées comme sous-évoluées. Aussi les écrivains exotiques livrent la splendeur des Tropiques à travers le filtre déformant des idées, des croyances et des doctrines de leur époque. V. Segalen refuse ce regard, qu'il juge superficiel, et il se propose de traduire la beauté du choc qu'il éprouve devant l'originalité de chaque civilisation.

2Médecin dans la marine, V. Segalen a eu, en effet, l'opportunité de quitter le sol natal pour de lointaines contrées. Voyageur dans l’âme, c'est avec passion qu'il découvre les divers spectacles du monde, en particulier en Polynésie et en Chine. Son séjour en Océanie, en 1903, aiguise sa sensibilité de jeuné artiste. Dans cet univers étranger, V. Segalen élabore une "Esthétique de la Différence", qu'il mûrira toute sa vie et à laquelle toute son œuvre est acquise.

3La multiplicité et la variété des activités de V. Segalen est étonnante : cet écrivain, parfois critique d'art, est un perpétuel voyageur, un explorateur qui effectue des missions archéologiques ; il a été aussi professeur et interprète, et a continué à exercer son art de la médecine. Cette polyvalence révèle sa soif de vivre. Ses dispositions artistiques sont naturellement marquées par son esprit scientifique et par ses nombreuses expériences. Mais V. Segalen demeure un visionnaire : la réalité est soumise à sa subjectivité et il décèle, derrière le monde visible et sensible, une réalité secrète qu'il dévoile par son écriture. Sa production littéraire est à l'image de la richesse de sa vie.

4L'auteur s'est essayé, avec succès, à la plupart des genres littéraires. Il a composé trois romans (Les Immémoriaux, René Leys, Le Fils du Ciel), trois recueils poétiques en vers (Stèles, Odes, Thibet), un recueil de proses poétiques (Peintures), trois drames (Siddhârtha, Le Combat pour le Sol, Orphée-Roi), plusieurs nouvelles dont La tête et Dans un Monde sonore, deux essais (Essai sur l'exotisme, Essai sur Soi-même), ce que l'on pourrait appeler des journaux poétiques comme Équipée, Journal des Iles ou Briques et Tuiles, qui rassemblent ses impressions de voyage. D'autres textes peuvent difficilement être classés dans une catégorie précise. Malgré cette étonnante créativité, seuls trois ouvrages ont été publiés du vivant de l'auteur : Les Immémoriaux en 1907, Stèles en 1912 et Peintures en 1916.

5Comme nous pourrons le constater, la femme est au cœur de l'esthétique de V. Segalen. Par le biais de la femme étrangère, le jeune écrivain prend en effet conscience que l'être féminin en général est fondamentalement différent de l'homme qu'il est, et donc exotique. Dans la stèle Les cinq relations, le poète fait l'éloge de la femme, puisqu'elle lui permet de sentir le Divers :

Je lui dois par nature et destinée la stricte relation de distance, d'extrême et de diversité (S, 73).

6Le premier poème des « Stèles orientées », section consacrée à l'amour, est représentatif de l’attitude amoureuse du poète. Il y souligne l'infinie diversité de la femme et lui accorde une place privilégiée dans son univers affectif en distinguant son rapport avec elle des autres relations humaines, telles que les définit Confucius : filiale, hiérarchique, fraternelle et amicale.

7Notre intention est donc de nous interroger sur la représentation de la femme dans l'œuvre de V. Segalen. Nous entendons par "représentation" non seulement le lait de transposer l'être féminin dans le langage, sous forme de descriptions, d'évocations, mais également tout le processus de perception et de conception qui élabore dans la conscience du poète une certaine image de la femme. La représentation repose sur des éléments à la fois sensitifs et cognitifs. L'image et la conception de la femme sont présentées à la conscience par les sens, la mémoire, la réflexion et l'imagination.

8Notre lecture de l'œuvre sera essentiellement thématique. Il s'agira de découvrir si la représentation de la femme est révélatrice ou non d'une unité de signification et de tenter de dégager la spécificité du regard de V. Segalen sur la femme.

9Nous porterons tout d'abord l'attention sur l'ambivalence de l'image de la femme qui se révèle dans l'œuvre de V. Segalen. Nous verrons que l'indéniable hédonisme de l'auteur est intimement lié à son expérience sensuelle de la femme, mais que l'être féminin peut aussi être à l'origine de grandes souffrances. Ensuite, nous considérerons le regard de l'écrivain sur la femme, compagne de l'homme exceptionnel, artiste, visionnaire, et qui tente, par amour, de se joindre à lui. Enfin, nous essaierons de déterminer précisément la place qu'occupe la femme dans l'Esthétique du Divers de V. Segalen.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1999

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.