Version classiqueVersion mobile

Les objets de la technique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Troisième partie. Les objets techniques au cœur des apprentissages des sports collectifs

Les entraînements mixtes en football : repenser le rapport aux objets techniques

Éric Duprat

Texte intégral

1En préambule à cet article, qui constitue surtout le fruit d’une longue expérience et réflexion, agrémentées des constats de quelques recherches, nous tenons à préciser que l’utilisation du terme de joueur régulièrement repris dans ce type de travail s’entend aussi au féminin. Le masculin est une tradition linguistique académique, mais nous savons tous que les activités sportives en général et le football en particulier sont aujourd’hui pratiqués par les jeunes filles comme par les jeunes garçons. La problématique qui va être développée consiste à envisager comment s’entraîner dans le domaine technique par l’intermédiaire d’entraînements mixtes ou comment intégrer les exercices techniques dans le cadre de l’entraînement en football que l’on soit fille ou garçon, femme ou homme.

2Nombre d’auteurs ont écrit sur la technique et les techniques du corps, Mauss (1950) et Vigarello (1988) entre autres, car l’activité humaine implique nécessairement d’avoir recours aux potentiels mécaniques du corps humain. Tout animal, et nous en faisons partie, se trouve nécessairement confronté à l’utilisation de techniques, car la nature l’a doté des atouts physiologiques, anatomiques, biologiques et biomécaniques pour cela. Le cheminement culturel de l’espèce humaine l’a conduite à élargir le champ des techniques au regard des objectifs visés suivant le secteur d’intervention de l’individu. L’ébéniste utilise la matière et l’outil. Il choisit la matière en fonction du projet et joue avec le fil du bois pour rendre l’effet escompté. Les techniques artisanales ont comme contraintes la matière première et la manipulation du ou des outils nécessaires à l’ouvrage. La dextérité manuelle acquise avec les années de travail par l’artisan lui permettent de développer des compétences uniques car directement liées à ses propres capacités. Il acquiert et développe les techniques nécessaires à la réalisation du produit attendu.

3Dans le domaine du football, la technique a toujours été au centre des débats pour évaluer les performances des joueurs considérés parfois comme des artistes. Nous avons déjà abordé ce domaine dans le cadre d’une précédente étude (Duprat, 1996) intitulée : « Technique et prise de décision : l’exemple du tacle en football ». Nous avions insisté sur la nécessité de re-contextualiser l’action du footballeur, de toujours relier le geste à sa signification. « Le savoir-faire moteur s’élabore de façon consciente au cours des essais pratiqués dans des conditions les plus proches possibles de celles de la compétition » (Platonov, 1988, p. 17).

4C’est en effet le but à atteindre, l’objectif visé et l’intention qui sont à l’origine de la technique. Les joueurs évoluent dans un contexte où les contraintes spatiales et temporelles divergent suivant chaque « configuration du jeu » (Gréhaigne & Bouthier, 1994). « Les opérations corporelles changent avec les modifications de leurs conditions spatiales ou instrumentales. Impossible de les étudier sans évoquer leur solidarité avec chaque élément de leur environnement » (Vigarello, 1988, p. 42).

5L’apprentissage d’une palette motrice la plus large possible et la notion d’adaptabilité constituent des caractères forts de la technique de l’individu pratiquant un sport collectif. Nous ne sommes pas dans l’instinctif, comme certains se plaisent à le dire, mais dans l’intuitif, le réactif, le prédictif qui résultent d’un apprentissage préalable en rapport avec les expériences vécues.

6Dans de nombreuses discussions, le footballeur est souvent comparé au musicien qui exécute ses « gammes » pendant des heures pour améliorer sa dextérité et exploiter au maximum les « potentiels » de son instrument. Mais dans ce cas, l’acteur n’est confronté qu’à trois exigences : la connaissance du solfège, sa lecture, et la manipulation d’un instrument producteur de son. Lorsque le musicien ajoute une autre difficulté, comme lorsqu’il évolue dans une fanfare et qu’il doit se déplacer tout en jouant, la contrainte supplémentaire limite l’étendue du répertoire. On a rarement vu une fanfare jouer du Mozart et il semble très complexe de jouer du piano ou du violoncelle tout en marchant. Nous pouvons donc dire que « faire ses gammes » pour un footballeur n’a pas de sens, tant le contexte de l’activité est différent. La technique dans les sports collectifs confronte les joueurs à de multiples contraintes : les différents savoirs liés à l’activité, l’organisation de base du collectif, la gestion de l’objet dans un environnement « gavé » d’informations, la coordination tactique avec les partenaires, les rapports à l’opposition, la stratégie à respecter, les conditions de jeu, les pressions liées à l’environnement. Au sommet de la complexité on trouve les sports collectifs de « glisse », où s’ajoute à la complexité du déplacement la manipulation de la crosse pour maîtriser la rondelle, au centre de la lutte. Dans un autre registre, le footballeur doit produire un geste et maîtriser l’objet convoité qu’est le ballon tout en se privant d’un appui pédestre, voire des deux. Il peut aussi intervenir sur un ballon aérien en conservant ses appuis mais sans pouvoir utiliser ses membres supérieurs. La difficulté de produire une action en reconstruisant un équilibre dans le déséquilibre, tout en prenant en compte de multiples facteurs liés à l’environnement, implique un apprentissage moteur élargi et orienté. Il s’agit de développer un registre technique le plus large possible afin de répondre à toutes les situations envisageables, dans un laps de temps restreint. Nous sommes dans le cadre d’une production gestuelle en fonction d’un contexte précis et en perpétuelle mouvance. Cela nécessite de faire appel au développement de compétences spécifiques qui dépendent de la capacité du joueur à utiliser au mieux ses qualités physiques et sa coordination motrice suivant l’intention qui guide l’action.

1. Méthodologie mise en œuvre

7La méthode que nous proposons est assujettie à une difficulté particulière : celle des entraînements « mixtes » ou « intégrés », où le travail, de tel ou tel domaine, est orienté vers un double objectif. Le terme technique est volontairement placé en premier ou en second selon la priorité accordée à la situation. Que l’objectif soit physico-technique, technico-tactique, tactico-physique, tactico-technique, technico-stratégique, … nous retrouvons toujours une double dominante, avec une priorité déterminée. Cette caractéristique organisationnelle est liée au contexte d’évolution du football amateur qui, même au niveau national, implique un nombre de séances d’entraînements plus réduit que dans le monde professionnel. Il s’agit de produire plus dans un temps restreint, c’est-à-dire d’apporter plus d’éléments de progression dans un laps de temps plus court. Cela nécessite également l’implication des joueurs parfois difficile à obtenir car liée à leur état d’esprit après une journée d’étude ou de travail. L’adhésion est d’autant plus difficile à obtenir sachant que le contexte social de la pratique a évolué et que les motivations de performance ne sont pas toujours encadrées par des visions d’éthique de la pratique. Le rapport à l’argent est devenu un tel facteur de motivation que le plaisir du jeu et de la débauche d’énergie que l’on accepte de produire sont parfois considérés comme des visions ringardes. La notion de plaisir de jouer et de gagner, que l’on partage avec ses coéquipiers, semble devenir secondaire si cela ne s’accompagne pas d’une reconnaissance financière. Attachés aux valeurs fondatrices de l’activité, à la richesse qu’elle contient dans le domaine des apprentissages moteurs et des moments de partage qu’elle procure, nous poursuivons notre démarche dans le domaine de l’intervention. Nous sommes nourris par l’intérêt d’une pratique physique, d’un jeu empreint d’intelligence, dont la continuité dans son déroulement engendre en permanence des comportements adaptatifs. L’objet de notre exposé est donc de proposer une approche du travail technique à travers la production d’entraînements et d’exercices où prédomine l’idée de « technique intelligente » qui correspond à la « tactique individuelle ». En effet, il nous semble impossible d’aborder la notion de gestuelle sans prendre en compte la signification du geste, au sens de la raison pour laquelle il est produit. À ce titre, l’intention, l’idée, engendre l’activité du joueur et nulle technique ne peut s’analyser sans intégrer la ou les raisons qui sont à l’origine de la conduite motrice : l’objectif recherché. Si cela est valable pour le joueur au cœur de sa pratique c’est aussi un élément fondateur de la méthode d’intervention. Il est déterminant d’objectiver les mises en situation afin de vérifier leur pertinence et d’éventuellement réajuster les variables choisies lors de la conception de l’exercice. Nous allons donc proposer des situations où un double objectif est visé afin de « rentabiliser le temps de pratique ».

8Précisons qu’en toile de fond de ces diverses situations, la planification du travail peut dépendre de deux cas de figure : soit nous intervenons dans un contexte d’initiation de préformation ou de formation, où la performance du moment n’est pas la visée première ; soit nous intervenons dans le cadre de la recherche de performance. La programmation des exercices dépend en partie des constats issus de chaque rencontre en compétition. Dans le premier cas nous évoluons en fonction de cycles où l’on aborde successivement quatre thèmes de travail (Duprat, 2007) qui s’enchaînent de manière répétitive tout en tenant compte de la progression des acteurs. Dans le second cas nous cherchons à mettre en place des situations qui vont permettre au groupe d’être plus compétitif et nous orientons les exercices afin de corriger les lacunes constatées. Il va sans dire que le calendrier des compétitions constitue le premier élément qui structure la planification de l’entraînement, surtout sur le plan physique.

9Il nous semble aussi important de signaler que nous choisissons l’option d’un travail permettant la progression de tous les joueurs, quels que soient leur poste et leurs aspirations. L’intérêt est de toujours chercher à améliorer les compétences individuelles dans un esprit de polyvalence des tâches, sans scléroser le joueur dans une panoplie technique limitée à son champ d’action privilégié. L’implication de chaque membre d’un collectif dans les tâches défensives comme offensives implique que chacun d’entre eux peut, suivant les configurations du match, se trouver contraint de réagir justement dans une situation peu familière. Il semble important de lui permettre d’être efficace quelles que soient les pressions qui s’exercent à son encontre.

10Il est entendu que les caractéristiques psychologiques des individus les poussent à se spécialiser à tel ou tel poste au sein d’une équipe. Suivant leur profil, ils choisiront un poste de responsabilité majeure tel que le gardien de but, un poste de « sacrifice » ou de mise au service de la cause en défendant son but, un rôle de meneur ou de récupérateur dans le secteur de liaison, un poste d’attaquant où la prise de risque et la provocation ouvrent la voie à la jouissance du buteur. Quoi qu’il en soit, plus la palette technique est élargie, plus elle exploite les possibilités issues d’une bonne latéralisation, plus le joueur peut agir à bon escient. En fonction des postes, on découvre différents types de joueurs liés aux potentiels dont ils disposent et à leurs caractéristiques psychologiques. Pour illustrer nos propos, nous parlerons de l’attaquant de couloir qui évite le combat en éliminant l’adversaire par des dribbles et des accélérations qui le mettent hors de portée. Il compense et rééquilibre son rapport à la fuite du contact par une vitesse et une finesse d’exécution qui lui permet d’éliminer son adversaire et de se valoriser en créant le déséquilibre adverse. Il s’inscrit comme un buteur occasionnel lorsque la défense est éliminée et qu’il peut conclure l’action. C’est un pourvoyeur de ballon pour le buteur et certains noms d’hier et d’aujourd’hui caractérisent bien ce style de joueur : Garrincha, Rensenbrink, Magnusson, Di Maria, Neymar.

11Abordons maintenant les mises en situation concrète sur le terrain, les divers exercices objectivés qui s’inscrivent dans le type d’entraînement mixte.

2. Le physique et la technique

12Nombre d’exercices, où l’on retrouve la relation homme plus ballon, peuvent privilégier l’aspect physique. On peut ainsi aborder les différentes filières énergétiques à travers des situations où les joueurs évoluent avec un ballon chacun. Une reprise de saison peut très bien se faire avec des exercices de conduite de balle sous différentes conditions avec des consignes qui permettent de reprendre contact avec l’objet principal du jeu. Cette reprise « en pied » permet de retrouver les sensations de toucher de balle, en insistant sur la latéralité, sur l’utilisation des différentes surfaces de contact. La filière aérobie implique une durée des exercices suffisamment longue, et l’on peut y alterner les séquences de course sans ou avec ballon, accompagnées de diverses techniques de dribbles, de changements de direction, de jonglages suivis de contrôles orientés. Nous sommes là dans le développement d’une capacité en rapport avec ce que l’on appelait l’endurance fondamentale. Le changement de rythme peut aussi être exploité pour s’approcher du travail intermittent souvent utilisé dans le développement de cette filière. Ce travail endurant peut aussi être envisagé en jeu, lors d’oppositions en conservation de balle à effectif réduit, en ajoutant une supériorité numérique ou non, où la répétition des passes dans les diverses conditions vont permettre au joueur de produire une technique adaptée. Là encore, la durée de l’exercice, la détermination de l’espace de jeu, en fonction des potentiels physiques des joueurs, sont des paramètres importants à prendre en compte pour répondre aux objectifs avancés. Il est aussi nécessaire d’insister sur la qualité et la précision des passes sur toute la durée de l’exercice. Une des caractéristiques de l’efficacité du jeu est la capacité de chaque joueur à rester concentré pendant toute la durée du match. Il doit aussi être capable de conserver son efficacité dans ses diverses productions techniques. On porte alors moins l’accent sur la pertinence des choix dans le jeu, mais plus sur les déterminants de la technique : le placement du pied d’appui et son orientation, le mouvement de fouetté de la jambe de frappe, la surface d’impact avec le ballon, l’équilibration grâce à l’aide des bras. La finesse de la passe est aussi liée à la possibilité offerte au partenaire de négocier la réception dans les meilleures conditions. La force de l’impact sera déterminante pour que la vitesse du ballon interdise l’intervention adverse, mais qu’elle facilite aussi la prise en charge ou l’enchaînement de l’action en une touche de balle. Tous les effets doivent donc être utiles au contournement de l’adversaire car le contrôle du ballon est alors rendu compliqué pour le réceptionneur. L’efficacité lors de la conservation passe par une circulation de balle au sol le plus rapidement possible pour éviter les interceptions. L’alternance des moments forts et faibles, en conservation individuelle ou collective suivant la nécessité, imprime le rythme du jeu. L’on retrouve ici une forme de travail intermittent.

13Lorsque l’objectif s’oriente vers des exercices développant « l’endurance puissance », c’est-à-dire l’amélioration de la ventilation maximum d’oxygène (VMO) ou de la puissance maximum aérobie (PMA), on peut, là encore, proposer des exercices individuels ou collectifs. Ainsi on peut enchaîner des remontées du ballon avec des retours en course sur des longueurs de terrain, complétées par des courses en reculant ; cet exercice, réalisé sur une durée minimale de six minutes ou sur une répétition de séquences temporelles plus courtes, permet d’améliorer ces capacités physiques. L’ajout de la conduite de balle implique d’être dans une activité spécifique où la coordination de la course, la longueur des foulées, l’orientation des appuis et la maîtrise des impacts participent au développement physique et technique. On peut retrouver les mêmes effets physiologiques par l’intermédiaire de jeux d’opposition en conservation du ballon : par exemple proposer une situation de conservation du ballon en cinq contre dix sur une moitié de terrain avec une tâche définie pour les joueurs en infériorité numérique. La consigne est alors de chercher à récupérer le plus de ballons possible ou à provoquer des erreurs chez l’adversaire se traduisant par des sorties du ballon de l’espace de jeu. Cet exercice, vécu sur une durée de trois à cinq minutes et répété plusieurs fois, s’organise sur une fréquence d’un temps sur trois puisque nous avons quinze joueurs en présence. Nous avons pour les défenseurs la nécessité de s’engager en permanence pour créer des conditions favorables à la reconquête du ballon, ou à la faute adverse. L’engagement dans le processus de récupération doit être maîtrisé et chaque action défensive empreinte d’une coordination motrice ajustée, afin de ne pas produire d’« efforts inutiles ». Cela entre dans les techniques défensives même si l’action directe sur la balle n’est pas systématiquement présente. Pour les joueurs en possession du ballon, l’exigence se porte sur la qualité de prise en charge du ballon (contrôle) et sur la qualité du geste de transmission (passe), pour sécuriser l’enchaînement et la conservation du ballon par son équipe. Suivant le niveau d’expertise des joueurs on peut rajouter une consigne en rapport avec le nombre de contacts autorisés : deux touches de balle sont permises par joueur, ou un joueur sur deux doit intervenir en un seul contact.

14Lorsque l’on aborde la filière anaérobie lactique il faut créer les conditions d’un engagement maximum dans l’activité. Là aussi on peut proposer des situations où un joueur est en relation avec le ballon dans certaines conditions. Suivant que l’on veut travailler sur la résistance capacité ou la résistance puissance on détermine des séquences de récupération différentes. On peut ainsi s’appuyer sur le thème de la progression pour imposer un déplacement en conduite de balle avec des changements de direction, des slaloms, des retours au point de départ pour effectuer plusieurs fois le même parcours le plus rapidement possible afin d’en réaliser le plus grand nombre. Dans ce cas, la qualité technique de la coordination foulées-contacts avec le ballon, malgré la fatigue, constitue un facteur déterminant de la performance. On peut aussi, en s’appuyant sur le thème de la finition, demander d’enchaîner plusieurs centres, avec un retour à la source, en insistant sur la précision des centres. L’ajout d’attaquants buteurs devant la cible complète la situation et permet d’instaurer une rotation des différents acteurs afin que tous soient en action, dans le cadre d’une récupération active. Le centreur doit alors enchaîner une conduite de balle précise surtout à l’amorce de la zone prévue pour le centre. Il doit ensuite gérer la gestuelle spécifique du centre avec une course rectiligne et un positionnement par rapport au ballon qui lui permet de poser son pied d’appui au regard de la direction perpendiculaire que doit prendre son geste au moment de la frappe. L’anticipation du mouvement du ballon s’il n’arrive pas au point mort, et l’orientation de la surface de contact au moment de l’impact, doivent permettre de modifier la trajectoire initiale de manière radicale. Sachant qu’il s’agit d’une passe estimée « moyenne » pour ramener le ballon devant la cible, et qu’il faut souvent éviter des adversaires, la trajectoire devient alors aérienne. Il y a donc nécessité de frapper un ballon qui roule plus ou moins vite au sol ou de lui faire prendre une trajectoire aérienne la plus tendue possible ou enroulée, ou lobée, afin d’éviter l’intervention adverse. La force de frappe doit être ajustée en fonction de la présence des partenaires devant la cible. Il faudra aussi tenir compte du champ d’intervention du gardien de but pour éviter qu’il n’intercepte le ballon. L’influence des bras dans l’équilibration du centreur est essentielle afin d’éviter d’être emporté par l’élan de la course rectiligne. La répétition des efforts occasionne nécessairement un risque de déchet dans la production gestuelle et c’est là tout l’enjeu de la précision technique au cours d’un match alors que l’on enchaîne plusieurs efforts. Si l’on veut retrouver ce type de travail physique par le jeu, il est possible de proposer des situations d’opposition en un contre un, deux contre deux ou trois contre trois suivant la superficie du terrain d’évolution. On y ajoute une ou deux petites cibles sans gardien de but, et l’on matérialise une zone de frappe autorisée assez proche de ces cibles pour éviter des frappes précipitées et lointaines. On peut rajouter la consigne d’obligation de dépasser la ligne médiane pour le ou les joueurs afin que le but soit validé. Des appuis positionnés en périphérie, en récupération passive, nourrissent le jeu avec l’apport d’un nouveau ballon en cas de sortie, alors que d’autres joueurs sont en récupération active en trottinant ou en jouant au tennis ballon. D’autres ateliers peuvent être constitués si l’on veut augmenter les temps de récupération en fonction de l’intensité de l’effort produit. L’exigence technique peut alors être évaluée au nombre de ballons perdus par chaque joueur suite à des erreurs dans les diverses gestuelles réalisées.

15Pour ce qui est du travail en anaérobie alactique, souvent nommé vitesse, il est intéressant de lier l’explosivité, la vivacité, à des techniques spécifiques. Le choix de l’entraîneur est souvent orienté vers les gestes de finition, mais il est aussi approprié de choisir des gestes défensifs ou de joindre un passage au sol ou une impulsion avec une technique particulière. Dans le cadre joué, des oppositions individuelles sur combinaison de déplacement avec ballon et sans ballon sont très prisées, surtout si elles s’accompagnent d’une frappe au but (figure 1).

16Les exercices de musculation sont plus contraignants d’un point de vue matériel. À mon sens, le travail en pliométrie est indispensable, non seulement dans l’amélioration des capacités d’explosivité, mais aussi dans le cadre du renforcement musculaire approprié à cette activité. Le poids du corps avec l’ajout éventuel d’une charge légère me semble suffisant. La réalisation d’une technique spécifique enchaînée, empreinte d’une exigence de précision, ajoute de l’intérêt à l’exercice et accroît la motivation du joueur. Le travail de proprioception s’enrichit aussi d’une liaison avec un enchaînement technique qui développe et favorise les perceptions et ressentis des joueurs.

Figure 1. Exercice de vitesse – technique – coordination.

17Certains tests physiques avec ballon peuvent être exploités afin de valider la performance physique au regard de la technicité. Voici deux exercices, déjà pratiqués sur le terrain, qui apportent un regain spécial de curiosité et d’implication. Le premier (figure 2) consiste à partir de l’angle de la surface de but pour rejoindre l’angle de la surface de réparation en sprint.

Figure 2. Test de vitesse – technique – latéralité.

18Il s’agit alors de prendre en charge un ballon et de partir en conduite de balle slalomée en suivant la ligne de la surface sur ses 40,32 mètres (4 mètres entre chaque plot), jusqu’à l’autre angle où le ballon est laissé pour finir par une course jusqu’à l’autre angle de la surface de but. Ce trajet chronométré est réalisé sans ballon, puis avec ballon. L’objectif est double, parcourir la distance le plus vite possible et avoir le plus petit écart possible entre la réalisation sans ballon et celle avec ballon. Ce test peut être agrémenté d’une comparaison faite à partir d’une obligation de conduite de balle avec le pied droit, puis avec le pied gauche en faisant le parcours inverse. La dextérité des deux pieds peut alors être comparée et constituer un nouvel objectif de progression dans le cadre de la latéralité. Le second test (figure 3) consiste à enchaîner cinq têtes en visant cinq cibles avec des angles différents. Le point de départ se situe à dix mètres de la ligne. Un pourvoyeur envoie successivement les ballons lorsque le joueur est revenu faire le tour du plot de départ et relance sa course. L’objectif du pourvoyeur (P) est de contraindre le joueur à prendre une impulsion avant de frapper le ballon aérien. La performance est chronométrée et chaque cible manquée rajoute deux secondes au temps réalisé. Il faut donc rechercher et conserver l’équilibre dans la course, l’impulsion et le geste technique, pour allier vitesse et précision.

Figure 3. Test vitesse – détente – technique.

3. La tactique et la technique

19La notion de tactique implique une coordination des actions individuelles au profit du collectif. Dans le domaine offensif, on aborde cet aspect essentiellement au niveau du « circuit préférentiel » ou « des schémas de jeu ». Il s’agit, au sein de la matrice offensive, d’orienter de manière privilégiée les choix d’enchaînements dans la progression du ballon vers la cible. On cherche donc à articuler les déplacements des joueurs avec une circulation du ballon pré-établie en exploitant au mieux les potentiels spécifiques de chaque individualité. En partant de l’organisation de base de l’équipe, on oriente le jeu en fonction du type de récupération du ballon et de son emplacement sur le terrain. Le rapport au temps est alors déterminant car l’équipe initiatrice du jeu bénéficie de l’avantage de savoir ce qui va se passer. La vitesse du déroulement de l’action doit permettre d’avoir systématiquement un temps d’avance sur la défense. Le rapport à la technique joue un rôle essentiel car, à chaque étape du parcours, le joueur va devoir ajuster sa gestuelle pour que l’action aboutisse à son terme, le tir, le but. La justesse dans l’enchaînement « contrôle-passe », le recours à une motricité monopodale ou l’utilisation des techniques de vitesse impliquent une finesse technique surtout dans la réalisation à grande vitesse. Le jeu en une touche de balle, déviation remise, un-deux, une-deux-trois, nécessite un équilibre parfait pour que la surface de contact, mais aussi la force de l’impact, permettent de propulser le ballon à l’endroit visé. Que ce soit sur le joueur en mouvement, ou dans l’espace libre vers lequel il se dirige, la passe doit être ajustée pour éviter la rupture de la chaîne. Les déplacements des divers protagonistes et la vitesse des différents mobiles relativisent la notion d’automatisme souvent utilisée et impliquent une adaptation gestuelle fine. Ce genre de travail est en général réalisé sans adversaire, afin de privilégier dans un premier temps l’enchaînement des diverses combinaisons jusqu’à l’aboutissement de l’action. Il n’est pas envisagé de tenir compte de l’opposition mais de favoriser la coordination des diverses productions individuelles et la mémorisation. Il n’empêche que l’entraîneur se doit de virtuellement anticiper sur la production logique des joueurs adverses. Il doit envisager les réactions probables des adversaires à partir d’une projection qui lui semble pertinente des réactions individuelles défensives à chaque étape du parcours. Pour franchir chaque obstacle il va falloir ouvrir des portes dans le quadrillage du terrain réalisé par l’équipe adverse. À ce titre, les informations dont dispose l’entraîneur sur le jeu adverse facilitent la mise en place de circuits adaptés au contexte. Nous sommes là dans une configuration particulière qui concerne plus la pratique de haut niveau. Dans le football amateur, nous ne disposons pas toujours des informations et du temps nécessaire pour affiner ce genre de préparation. Il faut alors tenir compte de réactions logiques attendues ce qui permet d’introduire des adversaires, semi passifs dans un premier temps, à des endroits clefs du cheminement du ballon. La présence d’obstacles constitue une contrainte supplémentaire qui entre dans le champ de vision du joueur et l’oblige à réaliser sa passe en dehors du champ d’intervention du défenseur. La présence de ces opposants doit être bien calibrée pour constituer des obstacles clairement définis mais sans conséquences sur le taux de réussite global des tentatives réalisées. La réussite attendue doit être au rendez-vous pour que les joueurs se sentent rassurés et s’impliquent totalement dans le projet. Ils peuvent parfois apporter leur contribution, en fonction de leurs ressentis, à l’aménagement du circuit initial pour ouvrir d’autres possibles. Dans tous les cas, les probabilités envisagées ne sont pas toujours en adéquation avec les réponses produites en compétition. Il est impossible de prévoir systématiquement comment les joueurs adverses vont réagir au cœur de l’action. Il est donc de bon ton de laisser une marge de manœuvre aux joueurs qui, là encore, vont devoir réajuster et adapter leurs actions et les techniques employées suivant les circonstances. Ce genre d’exercice peut être réalisé en impliquant un nombre plus ou moins important de joueurs et d’étapes, suivant que l’on engage le mouvement offensif en partant de ses bases ou dans la zone de finition. Il peut aussi s’élaborer à partir d’une position initiale identique offrant plusieurs combinaisons possibles. Tout cela ouvre des possibilités considérables de mises en situation diverses et variées. Ce type de travail doit être logiquement envisagé sur les phases statiques, touche, coup-franc, coup de pied de but et coup de pied de coin (corner), voire sur le coup d’envoi. Il nous semble aujourd’hui curieux de constater que la touche est souvent considérée comme une simple remise en jeu du ballon dans l’espace de jeu. Rares sont les équipes qui profitent de ce lancement de jeu réalisé de manière exclusive avec les mains, ce qui favorise la précision et l’utilisation du jeu aérien pour franchir les obstacles. Il est vrai que le jeu lointain nécessite la production de trajectoires tendues ce qui complique un peu la réalisation technique de la touche. Néanmoins plusieurs exemples, issus du haut niveau, ont montré l’atout que ce genre de combinaison peut représenter. Nous constatons d’ailleurs que les trajectoires longues qui permettent d’éliminer plusieurs rideaux et joueurs adverses, sur des frappes au pied, nécessitent des compétences particulières. La précision n’est pas toujours au rendez-vous même pour des joueurs experts. Les potentiels physiques influencent le pouvoir technique dans le football des jeunes ou dans le football féminin, ce qui rend cet exercice encore plus périlleux. Il est alors nécessaire de prendre en compte ces caractéristiques dans la conception des circuits préférentiels et des combinaisons préétablies.

20Dans le domaine défensif, les techniques d’intervention sont directement liées à l’organisation tactique et au quadrillage mis en place. La défense de zone va plutôt privilégier les différents types d’interceptions car l’idée est d’enserrer le porteur du ballon, de le priver de solution, et d’agir sur les temps de passes. La défense individuelle, plutôt basée sur le combat et la lutte pour s’approprier le ballon lors des conquêtes et des duels, provoque plus l’utilisation de la charge, du contre, du tacle. Les différents types de défense mixte font appel à l’ensemble des techniques d’intervention suivant les cas rencontrés. Dans notre recherche sur la récupération du ballon (Duprat, 2005) nous avions aussi fait apparaître un autre type de technique que nous avions nommé le « pique ballon ». Cette technique, apparue dans le cadre de la conquête (puisqu’elle est employée à la réception d’une passe), nécessite une qualité de perception et d’anticipation particulière. Elle devrait peu à peu se développer au niveau des experts. Précisons que les joueurs de l’équipe en défense ne sont pas maîtres du ballon et que les techniques traditionnelles défensives concernent l’action proprement dite pour récupérer le ballon. Certains estiment qu’on les considère comme efficaces même si elles se limitent à détruire l’action offensive et rompre son déroulement. Mais il ne faut pas oublier que les techniques de placement, replacement, déplacement, donc de positionnement et de courses dans différentes orientations et directions s’inscrivent dans les techniques défensives. Il n’y a pas là d’action directe sur le ballon mais, à l’exemple du marquage, du placement dans l’alignement, du harcèlement, du recul frein, du flottement, du glissement, les joueurs font appel aux techniques défensives. Tous ces comportements et attitudes prennent du sens au sein d’une matrice défensive et constituent des repères dans les représentations des joueurs et dans leurs actions. Tous ces éléments sont à intégrer dans le cadre du référentiel commun qui réunit les joueurs autour de bases d’interventions communes.

4. La stratégie et la technique

21L’aspect stratégique entre en considération, que l’on dispose ou non d’informations sur son adversaire ou que l’on découvre au cœur du jeu les capacités et potentiels de celui-ci. Que cela soit sur les aspects offensifs ou défensifs chacun projette son plan d’action pour gagner le duel qui l’oppose à son adversaire direct. Il s’agit alors de choisir parmi sa palette gestuelle personnelle la technique qui doit permettre de prendre l’ascendant. L’atout premier dans la confrontation directe se trouve en premier lieu dans la vitesse de déplacement mais aussi dans la vitesse d’exécution. Lorsque le rapport d’opposition est équilibré la notion de feinte devient inévitable afin de provoquer une réaction de l’adversaire et d’agir à l’opposé de la fausse piste indiquée. Offensivement, certains dribbleurs excellent dans cette finesse corporelle qui d’un louvoiement de course, d’un changement d’appui, d’une ondulation des hanches, d’un passement de jambes, provoque systématiquement une réaction fatale pour le défenseur. L’important c’est que la position sur le terrain vis-à-vis de son propre but et de la cible à atteindre détermine la pertinence du choix de type de dribble à réaliser. Cela entre dans les règles d’action que le technicien doit prendre en compte dans le choix de la technique à utiliser. Un porteur de balle proche de son but cherche à éviter l’affrontement direct pour s’échapper des zones risquées et à se décaler afin de dégager ou relancer le jeu (dribble de dégagement). Un joueur situé dans sa propre moitié de terrain, à l’approche de la ligne médiane, évite le combat frontal et utilise son corps en protection pour réorienter le jeu sans risquer de perdre le ballon dans une zone où le contre pourrait être fatal (dribble d’orientation). Lorsque la ligne médiane est franchie la prise de risque est intéressante car la pression s’inverse. Il s’agit de créer le déséquilibre si possible en éliminant son adversaire direct et en ouvrant ou en exploitant une faille dans le système défensif adverse (dribble de rupture, d’élimination). Lorsque l’attaquant pénètre dans la zone de finition, correspondant au dernier quart du terrain, la prise de risque est de bon goût. Provoquer pour pousser à la faute, surtout dans la surface de réparation, pour éliminer l’avant-dernier rempart et faire la dernière passe, ou le dernier obstacle pour tirer (dribble de finition). On voit bien que dans les divers cas présentés, le type de technique est choisi en fonction d’une certaine pertinence et prend tout son sens en relation avec les positions occupées et les déplacements des protagonistes du duel. L’orientation de la course ou du contrôle lors de la prise en charge du ballon induit des réactions et un positionnement de l’adversaire direct, mais aussi d’un éventuel défenseur venu se rajouter pour couvrir son partenaire. Cette aspiration d’adversaires ou cette action de fixation peut aussi être l’objectif recherché afin de libérer un partenaire et de profiter d’une supériorité numérique passagère.

5. Place de la technique dans la formation

22Nous avons présenté des éléments pour expliquer en quoi la méthode des entraînements intégrés permet d’aborder des exercices où la technique est systématiquement au rendez-vous. En effet, chaque mise en situation nécessite de faire appel aux conduites motrices, ce qui implique de donner une signification à l’action. Le terme de technique intègre logiquement le contexte dans lequel l’acteur évolue. La technique devient alors la tactique individuelle, c’est-à-dire l’action produite dans un contexte spécifique, et, dans ce cas, d’opposition et de collaboration. La méthode qui consiste à former le joueur suivant un apprentissage basé sur la répétition de gestuelles aseptisées peut être considérée comme un atout certain dans le cadre de moments spécifiques où l’on cherche à rassurer le joueur sur son potentiel de coordination motrice. On le met alors dans un contexte de réussite et l’on peut centrer son attention sur des détails de la réalisation. L’approche biomécanique du geste et l’utilisation de la latéralité sont exploitées dans certaines méthodes de rééducation fonctionnelle au sortir d’une blessure. La rééducation sensorielle et le rééquilibrage, nécessaires après un travail musculaire spécifique, jouent sans doute un rôle important dans le fait de rassurer le joueur lors de sa reprise. Cela lui permet aussi de retrouver des sensations perdues ou modifiées avec les lésions des différents tissus atteints. On peut aussi utiliser ce genre d’exercice pour la récupération le lendemain des rencontres. Ce travail des sensations fines dans le toucher de balle, avec les yeux fermés par exemple et sur des déplacements réduits, agrémente les situations. Le fait de conserver le contact avec le ballon en changeant de pied et de position, sur des séquences de déplacements avec les yeux fermés, renforce les sensations et enrichit les représentations du schéma corporel.

23Par contre, nous ne sommes pas convaincus de la pertinence de ce travail lors des apprentissages initiaux. Dès lors que l’enfant s’est bien approprié son image du corps, il est capable d’évaluer les effets des divers mouvements qu’il produit. Lorsque ses apprentissages moteurs initiaux lui ouvrent l’accès à la coordination motrice, il est capable d’évoluer à sa guise dans son environnement naturel. Il est alors apte à acquérir les techniques corporelles spécifiques en rapport avec les activités diverses qu’il peut pratiquer. Son entrée dans l’apprentissage d’une pratique sportive implique de le plonger directement dans une activité significative, car chaque sport possède sa propre logique interne issue de ses règles ou de ses lois du jeu. « L’exécution automatique d’éléments techniques appris ne suffit pas en football, vu que la technique doit être appliquée dans des conditions et des situations de jeu variables et sous pression de l’adversaire » (Benedek, 1984).

24Il est alors nécessaire de le mettre en situation de production d’actions motrices adaptées aux contraintes qu’il va rencontrer. Il va ainsi découvrir et apprendre les techniques corporelles qui vont lui permettre de rendre son geste, peu à peu, efficace et performant. Comme nous l’avons déjà écrit, son intention est déterminante dans le choix de l’action à produire. Il est nécessaire de le mettre dans des situations simplifiées par rapport à la complexité de la pratique culturelle de référence qu’il doit aborder à la fin de son processus de maturation physique et mental :

  • jouer sur les dimensions de l’espace par rapport à ses capacités et ses potentiels physiques ;

  • jouer sur la quantité d’informations à traiter lors de la tâche, pour réduire l’incertitude et simplifier la prise de décision ;

  • adapter les règles du jeu et les intégrer progressivement dans son mode de pensée.

25Voilà des variables sur lesquelles l’enseignant, l’éducateur, le formateur et l’entraîneur doivent agir pour permettre une progression efficace. Au fur et à mesure, les différentes étapes franchies, dans le cadre des apprentissages cognitifs inhérents à la pratique, complètent son bagage. Le processus de formation et de maturation de chaque individu dépend systématiquement d’un cumul d’expériences et de « mises à l’épreuve ». Le football n’échappe pas à la règle et c’est ce qui valide l’intérêt de l’approche constructiviste qui nous guide. C’est en cela que la démonstration représente une aide toute relative dans les processus d’apprentissages, car les potentiels des individus sont tous différents et que l’appropriation d’une technique est directement liée aux capacités et aux potentiels de chacun. Ces capacités et potentiels évoluant tout au long du processus de formation du joueur, en même temps que sa maturation physiologique et morphologique, l’individu se retrouve dans des réajustements quasi permanents de sa technique. Il devient donc essentiel de s’approprier les divers types de gestuelles et de les appliquer suivant le contexte et la nécessité de rendre la technique efficace et performante. De plus, à l’instar des sports de combat, la technique académique subit des aménagements, des modifications parfois subtiles, qui permettent au joueur d’apporter la diversité et la tromperie favorable à la réussite dans la confrontation. En fait, le reproche principal que nous adressons à la méthode traditionnelle est de tout baser sur la relation joueur-ballon. Les apprentissages moteurs sont alors centrés sur une mise en bulle de l’action motrice où l’attention est prioritairement portée sur l’objet à maîtriser. Cela implique d’avoir réglé le problème de la prise en charge du ballon avant d’envisager l’action suivante. Cela réduit les situations de jeu en une touche de balle, provoque donc un ralentissement de la circulation du ballon permettant un regroupement défensif adverse. Si l’on ajoute à cela la propension sécuritaire à faire reculer un grand nombre de joueurs, on se retrouve avec une remontée du ballon trop lente pour profiter d’un éventuel déséquilibre initial. D’où le nombre restreint de mises en situation de tir et un score qui évolue peu. L’objectif prioritaire est d’ouvrir prioritairement l’action du joueur en fonction de son environnement ce qui lui permet d’adopter la technique la plus efficace suivant la situation, et si possible, d’y ajouter la vitesse d’exécution. L’équipe bénéficie alors de la prise d’initiative et conserve le temps d’avance qui lui permet de créer la faille et de l’exploiter. Pour illustrer nos propos nous allons présenter quelques mises en situations qui permettent de développer les compétences des joueurs dans le domaine de la tactique individuelle.

6. Les types de situations de résolution de problème

26Nous allons présenter successivement l’approche dite technico-tactique puis l’approche tactico-technique.

6.1. Situation technico-tactique

27Nous parlons de technico-tactique lorsque nous présentons des situations d’apprentissage basées sur une opposition dans « l’infra-système » (Duprat, 2007 ; Gréhaigne, 1989). En effet, dans ce cas l’opposition est centrée sur la relation avec un adversaire direct. La collaboration n’est alors pas possible en dehors d’une éventuelle source de balle à l’origine de l’action et d’un joueur à atteindre (statique ou en mouvement) matérialisant la fin de l’action. La seule alternative possible se situe dans la latéralité et la possibilité d’agir sur le ballon en fonction de l’action du défenseur. Il est alors important d’introduire une contrainte spatiale ou d’inclure des obstacles potentiels dans l’action, afin que le joueur soit obligé d’alterner sa prise d’information successivement sur le ballon, l’environnement et l’action de l’adversaire. L’intelligence tactique se retrouve alors dans l’intelligence du corps et la capacité du joueur à utiliser les appuis les plus efficaces, à orienter son corps de la façon la plus pertinente et à produire la gestuelle technique la plus précise possible. Il s’agit donc d’éviter les actions de l’adversaire et de s’ouvrir des angles de jeu permettant de répondre à l’objectif visé.

28Rappelons que notre méthode (reprise et adaptée par la FFF) s’appuie sur une structuration du travail à partir de quatre thèmes (Duprat, 2007). La phase offensive se retrouve à travers les thèmes de la conservation, la progression et la finition alors que la phase défensive est abordée sous le terme générique de récupération. Il est précisé que la conservation peut être considérée comme une phase défensive dès lors que le score est à votre avantage. En effet, priver l’adversaire du ballon est alors le meilleur moyen de ne pas prendre de but. Chaque thème est assujetti à un facteur induit incontournable. Pour la conservation il est indispensable d’avoir le ballon, soit au niveau du coup d’envoi ou d’une remise en jeu, soit après sa récupération dans la continuité du jeu. Pour la progression il s’agit de se diriger vers la cible ce qui implique la présence d’une opposition orientée en barrage, d’où la nécessité de franchir des obstacles successifs. Pour la finition, la phase de déséquilibre défensif est le point de départ d’une mise en situation favorable pour le tir vers la cible, ce qui inclut : la dernière passe, l’avant dernière passe, voire l’antépénultième. Pour la récupération, l’objectif premier consiste à se replacer pour protéger son but, ce qui implique une réactivité immédiate dès la perte du ballon et une organisation dans les courses de replacement.

29Prenons, par exemple, un exercice ayant pour objectif la conservation individuelle du ballon. La tâche consiste à conserver, le plus longtemps possible, un ballon face à un adversaire. On alterne des séquences d’une minute, en changeant les rôles, et en incluant une période de récupération entre les deux séquences d’opposition. La consigne est donnée de réduire au maximum ses déplacements et de ne pas fuir l’adversaire. La première logique d’action qui entre en jeu consiste à éviter l’affrontement direct (le risque de perte du ballon est réel). Même si l’initiative du jeu est au porteur du ballon, la probabilité de réussite du défenseur est importante dans ce cas-là, sauf si le niveau des joueurs est déséquilibré. L’intérêt de ces exercices en infra-système est justement de pouvoir plus aisément constituer des oppositions équilibrées en fonction des potentiels de chacun. L’idée de l’affrontement en dribble trop risquée, le porteur doit faire en sorte de protéger son ballon. Cela nécessite de se positionner entre l’adversaire et la balle. Celle-ci est encore accessible tant que le porteur n’éloigne pas suffisamment le ballon hors de portée des jambes de l’adversaire. La position de profil résultant de cette logique permet alors au porteur de balle d’alterner sa prise d’informations sur le ballon et sur l’action de son adversaire. Lorsque celui-ci sort du champ visuel du porteur pour le contourner, les bras (écartés pour favoriser l’équilibration) font alors office « d’antennes » pour capter le contact corporel et informer de son déplacement. Les informations sur les différents mouvements du défenseur sont donc perçues au niveau visuel ou tactile. Il reste au porteur à se déplacer, à changer d’appuis et de profil en fonction de l’action de son opposant. Les changements d’appuis s’accompagnent d’actions sur le ballon pour faire en sorte qu’il reste toujours hors de portée de l’adversaire. Dans la lutte corporelle engagée, le porteur du ballon doit faire en sorte de baisser son centre de gravité et de prendre appui sur la jambe opposée pour réagir à la poussée de l’adversaire. Pendant cette action celui-ci ne peut pas agir simultanément sur le ballon sans se mettre en déséquilibre. Au cours de cette lutte directe il est recommandé de ne pas trop pencher la tête, afin que les sensations issues des canaux circulaires de l’oreille interne n’entraînent pas de sensations de déséquilibre. Cette position redressée permet alors de conserver des angles de vue les plus larges possibles afin de se situer dans un environnement global. Les déplacements, certes limités, peuvent alors s’effectuer suivant les espaces libres proximaux. Le « principe d’actions » de conserver le ballon face à un adversaire direct se décline donc en plusieurs « règles d’action » logiques qui permettent de répondre à l’objectif de base (Gréhaigne & Roche, 1990). Pour éviter toute confusion, on estime que les « règles d’action » peuvent aussi être considérées comme des « logiques d’actions ».

30Être capable de conserver le ballon face à un adversaire peut être considéré comme la technique qui rassure le débutant plutôt enclin à s’en débarrasser. On constate néanmoins que cette action trouve son prolongement à tous les niveaux de jeu avec une augmentation des contraintes dans le rapport d’opposition. Ces exercices trouvent donc leur bien-fondé quel que soit le niveau des joueurs. Ils peuvent aussi s’inscrire dans un travail de préparation physique comme nous l’avons déjà signalé. En fonction des objectifs prioritaires affichés l’intervenant insiste sur des aspects différents au niveau des corrections apportées. Les joueurs bénéficient de la répétition de ce type d’exercice avec divers aménagements, pour ancrer leurs apprentissages et les rendre immédiatement transférables dans les situations jouées. Nous échappons alors au « je me débarrasse du ballon » par crainte de mal faire car « je sais comment faire pour ne pas le perdre », ou « j’ai le ballon et je le garde » sans tenir compte des éléments environnants, pour les débutants. Et le « je joue en une touche de balle » car « j’ai la solution pour enchaîner », ou « je conserve en attendant une solution » car « je suis sous pression », pour les experts. Le problème se pose alors d’échapper à la présence de l’adversaire pour aller vers la continuité du jeu, car rester sur place devient source de mise en danger et risque de perte du ballon.

Figure 4. Situation de conservation – progression grâce au dribble d’orientation.

31Pour une progression logique, l’exercice suivant consiste à recevoir le ballon ou à le conduire vers l’opposant, le protéger et le conserver avant de s’ouvrir une porte et d’orienter le jeu pour s’échapper (figure 4).

32Sur une surface aux dimensions dépendantes des potentiels physiques et des contraintes souhaitées, nous disposons quatre joueurs qui vont s’affronter alternativement en 1 contre 1. L’opposition peut démarrer à partir d’une passe sur un appui ou d’une conduite de balle vers l’adversaire qui vient au contact. Dans le premier cas, l’objectif est le « passage de la conservation individuelle à la progression individuelle ». Dans le second, nous retrouvons l’apprentissage du « dribble d’orientation », cité précédemment, qui permet d’orienter le jeu et de franchir l’obstacle. En fonction du niveau des joueurs, si la passe se fait sur un appui, on peut demander au défenseur de laisser l’appui réceptionner le ballon ou à l’attaquant de se décaler du défenseur et de se démarquer. À la réception du ballon ou au moment de l’affrontement, l’idée est de positionner son corps en protection de balle. Une fois l’adversaire fixé et le ballon hors de sa portée, il faut enclencher un mouvement dans une direction oblique à la position initiale avec l’idée de dépasser l’adversaire. Soit le passage est suffisant et l’objectif est de franchir le défenseur, soit celui-ci se déplace pour constituer un barrage à la progression. Le porteur enchaîne alors par un changement de direction et de pied de conduite pour s’échapper à l’opposé. Une fois sorti de la pression adverse, l’attaquant peut soit donner son ballon au joueur en attente et se replacer en appui, soit faire la passe et récupérer la place du réceptionneur. Celui-ci peut relancer l’action en conduisant la balle vers le quatrième joueur en attente qui devient défenseur, ou aller se positionner en appui à mi-terrain.

33Les apprentissages attendus ou critères de réalisations, ou règles d’action, ou logiques d’actions, au départ, sont différents en fonction de la situation initiale pour devenir identiques à la suite de la prise de contact avec l’adversaire. Si le jeu se fait sur un appui, l’attaquant doit se décaler ou se démarquer du défenseur par une course courte et explosive. Il peut au préalable entrer en contact et provoquer un déséquilibre du défenseur en feintant l’appel en profondeur pour bénéficier d’un temps d’avance et déclencher son appel. Il oriente alors son corps en fonction de son pied fort ou de la position excentrée qu’il occupe sur l’espace de jeu. Il peut ensuite contrôler le ballon à la réception en étant de profil, ce qui lui permet de voir à la fois la balle et l’adversaire. Si le porteur progresse vers le défenseur, il doit maîtriser sa conduite de balle pour éviter le jaillissement défensif et le contre ou la perte. À l’approche de l’adversaire, il doit dépasser le ballon et positionner son corps en obstacle. Il adopte alors une position de profil qui lui permet de conserver le ballon loin du champ d’intervention du défenseur. Dans les deux cas, il est de bon ton de conserver devant soi la partie du terrain qui est la plus large, même si nous concevons que pour les débutants le pied fort soit souvent privilégié. Dès lors les deux cas se rejoignent pour des actions identiques :

  • prendre appui sur l’adversaire dans la direction de la « grande porte » avec suffisamment d’espace pour le franchir, s’il ne se repositionne pas en barrage ;

  • ramener le ballon durant la progression en le conservant hors de portée du défenseur. L’utilisation de la plante du pied ou de la semelle est souvent la plus efficace jusqu’à la prise d’initiative de la pénétration et du dépassement de l’adversaire ;

  • passer la jambe la plus rapprochée du défenseur en premier pour constituer un barrage à son action, alors que l’autre pied va ramener le ballon dans la direction choisie.

34Si le défenseur s’est repositionné en barrage, ces actions devront être précédées d’un changement rapide de côté pour s’ouvrir une nouvelle porte et s’échapper. Cette technique de franchissement orienté s’accompagne d’un tempo qui permet de passer du lent au rapide grâce à une accélération placée au bon moment. La position de la tête joue là aussi un rôle important, non seulement pour l’équilibration mais aussi pour la prise d’information sur l’espace de jeu et l’enchaînement possible.

35Tous ces types d’apprentissages technico-tactiques, liés à une intention, induisent une certaine cohérence de la gestuelle. Ils s’inscrivent dans le développement de compétences proches de celles rencontrées dans le contexte du match. Ils sont donc plus appropriés que ceux qui résultent d’un apprentissage sans contraintes, éloignés des pressions physiques et émotionnelles qui s’y rattachent. Elles sont accessibles à des débutants lors des apprentissages initiaux, dès lors que les rapports d’opposition sont équilibrés ou que les conditions sont créées pour faciliter l’action du porteur du ballon. La compétence de l’intervenant est donc essentielle pour proposer et aménager les conditions de pratique favorisant l’acquisition de gestuelles sensées et efficaces. Celles-ci peuvent être ensuite exploitées dans des situations où la coopération devient un atout supplémentaire. Pour cela on fait appel au concept « d’unité tactique isolable » (Bouthier, 1988) qui permet de placer le joueur dans des situations qui vont progressivement se complexifier avec l’apport d’éléments supplémentaires. Le processus décisionnel devient plus problématique vu l’augmentation du nombre d’alternatives et les différentes étapes à franchir pour aboutir. Nous parlons des compétences tactico-technique.

6. 2. Situation tactico-technique

36Nous ne donnerons qu’un exemple afin de ne pas trop alourdir le chapitre. Il est évident que les mises en situation sont innombrables suivant les thèmes travaillés et les objectifs visés. Nous sommes là dans le microsystème où toutes les combinaisons, incluant trois joueurs contre un, deux ou trois adversaires, ou bien quatre joueurs contre un ou deux adversaires, peuvent être envisagées. La situation de référence est alors le trois contre trois, plus gardien si besoin, avant de passer aux exercices basés sur le méso-système.

37Nous choisissons de vous présenter une situation sur le thème de la progression. L’objectif est de franchir plusieurs obstacles avant de parvenir à la cible. L’action peut se terminer par un tir vers une cible gardée ou non, ou bien comme au rugby, par le transport du ballon vers une zone d’en-but clôturée par un stop-ballon (figure 5).

38Dans l’exercice proposé, trois attaquants partent au même niveau sur la ligne de leur embut et ont pour tâche de progresser vers une petite cible sans gardien de but. Ils doivent l’atteindre en tirant dans la dernière zone du terrain avec ou sans contrôle préalable. Pour y parvenir ils vont devoir franchir quatre zones, la cible à atteindre se situant dans la dernière, sur la ligne de fond. Dans chacune des zones un défenseur est positionné sur la ligne arrière et ne peut intervenir que lorsque le ballon pénètre dans sa zone. On autorise le premier défenseur à revenir dans la zone deux pour aider son partenaire et le troisième défenseur à revenir en zone quatre pour collaborer à son tour. Les attaquants bénéficient donc toujours d’une supériorité numérique quelle que soit la zone d’évolution.

Figure 5. Situation de progression collective.

39La notion de réversibilité est prise en compte, et les défenseurs, si le ballon n’est pas sorti des limites, peuvent le ramener à leur tour dans la zone d’embut adverse. Le placement des défenseurs sur la profondeur permet aux attaquants de franchir les obstacles successivement, dès lors que le défenseur battu n’a pas le temps de revenir durant la progression de l’attaque. Si l’action est retardée, les attaquants devront s’organiser à partir d’une phase de conservation pour que la circulation du ballon leur permette d’exploiter leur supériorité numérique pour tirer. Au début de l’action, les attaquants sont placés sur la même ligne avec le départ du ballon au centre ce qui donne la possibilité d’utiliser la largeur dans les deux dimensions pour éliminer le premier obstacle. Si le ballon reste sur le joueur excentré, le deuxième barrage peut être dépassé par une passe de retour vers l’axe, par une passe à l’opposé ou par un dribble si le défenseur dans son placement anticipe pour intercepter la passe. Les déplacements des attaquants devront leur permettre d’avancer pour franchir mais aussi donner la possibilité au porteur de jouer dans les deux dimensions : largeur et profondeur. On peut introduire assez rapidement la loi du hors-jeu car on sait l’importance de cette règle dans la régulation des appels dans la profondeur. À chaque étape de la progression, les joueurs sans ballon devront avoir des déplacements pertinents pour que le porteur bénéficie toujours des deux choix de passe, plus celui du dribble. Ils tiennent compte du placement du ballon sur l’espace de jeu, du positionnement des défenseurs et de leur répartition sur le terrain afin de ne pas réduire les alternatives du porteur. Nous sommes là dans la qualité tactico-technique de l’appel de balle. La qualité de la passe, en fonction de la direction des appels de balle, de la présence des défenseurs et de la vitesse de déplacement des partenaires, est primordiale pour assurer la poursuite de mouvement. La prise de décision est du ressort de la tactique et la passe dépend des aspects techniques. La prise en charge du ballon par le réceptionneur doit être orientée pour faciliter la continuité de l’enchaînement, avec l’intention de dépasser le premier défenseur et chercher à fixer le suivant ou à l’éviter. L’orientation du corps, coordonnée avec le type de déplacement, est prépondérante car elle influence l’équilibre et le toucher de balle au moment du contrôle. La conduite qui s’ensuit doit tenir compte du prochain obstacle afin que celui-ci ne puisse intervenir et bloquer la circulation de balle ou s’en emparer. L’enchaînement, avec à chaque étape une configuration spécifique, est très souvent imprévisible puisqu’il dépend des réactions des défenseurs. La nécessité d’adaptabilité, présentée en amont, prend ici toute sa valeur et confirme la nécessité d’élargir au maximum la palette des possibles pour chaque joueur en fonction de ses capacités. Comme nous le remarquons, la technique du footballeur ne se limite pas à son utilisation du ballon. Elle existe déjà dans le type de déplacement choisi, dans l’orientation du corps et le placement des appuis lors de la réception du ballon. Elle existe aussi dans la pertinence des déplacements et de l’engagement corporel du défenseur alors qu’il ne possède pas le ballon. Elle existe ensuite dans toutes les gestuelles utilisées pour agir sur le ballon. Toutes ces techniques ont un rôle important dans le jeu et ne peuvent pas se concevoir sans le lien intentionnel qui est à leur origine.

7. Conclusion

40À notre sens, ce qui reste le fil rouge de la technique ou des techniques, car l’action entreprise mêle plusieurs techniques, est ce que nous nommons l’intelligence corporelle. Pour éviter toute confusion sur le terme, nous allons préciser le sens donné à cette « intelligence corporelle ». Au même titre que nous avions tenté de préciser la signification accordée à la philosophie du jeu, à l’intelligence du jeu et à l’intelligence de jeu (Gréhaigne, Godbout, & Zerai, 2014), nous allons préciser ce que nous entendons dans ce concept d’intelligence du corps. Au-delà du comportement général de l’acteur, qui se traduit par un investissement parfois sans limites dans cette pratique ludique riche en esthétique et en émotion, l’intelligence du corps se traduit par des attitudes, c’est-à-dire des organisations corporelles anticipatoires déjà orientées en fonction des intentions. Ces attitudes sont issues d’une prise d’informations à travers la lecture du jeu et surtout la capacité à analyser la situation et à se projeter vers l’avenir. Il s’agit de se déplacer et de se positionner de façon à pouvoir enchaîner les actions pour provoquer les réactions souhaitées chez l’adversaire et se donner un degré de liberté dans l’action, de se libérer des diverses pressions rencontrées dans la lutte physique et la confrontation directe ou indirecte qui accompagnent la réalisation de la technique. Cette sérénité à la Pelé, Cruijff, Van Basten, Messi, Maradona, Zidane, Iniesta, Beckenbauer, Baresi ou Barthez (pour ne citer qu’eux) permet à chacun de ces artistes funambules d’agir dans un équilibre corporel global indispensable à la réalisation d’une technique performante malgré les contraintes. C’est ce que certains appellent le don, comme si, avant même leur naissance, la bonne étoile du football avait brillé sur le ventre de leur maman et que d’autres nomment le génie comme si l’on pouvait avoir des prédispositions à jongler avec ses pieds avant même d’avoir appris à marcher. C’est aussi ce que l’on peut traduire par le terme de talent (Blaquart, 2012), qui me semble plus approprié, car il fait intervenir les aspects culturels de la pratique et l’influence des apprentissages. Il est le fruit d’un long travail d’acquisition de compétences spécifiques construit à partir d’une motivation exceptionnelle qui permet d’exploiter sa sensibilité fine dans la conduite motrice. Dans tous les cas, ces conduites motrices sont empreintes d’une signification, d’une pertinence, d’une rationalité. À ce titre, elles sont intelligentes. Je parle d’intelligence corporelle lorsque j’isole l’action au domaine technico-tactique qui se décline du point de vue biomécanique en technique.

41En 1969, Justin Teissié écrivait déjà « La véritable technique, doit en plus, tenir compte de la situation des partenaires et du « conditionnement » du champ de jeu imposé par l’adversaire. C’est la manière de se servir du ballon dans les conditions normales du jeu » (p. 93). Il a fallu plus de cinquante ans pour que le conservatisme féodal de notre système de formation mis en place par la fédération française de football (FFF) entrouvre ses portes aux nouvelles connaissances et savoirs. L’engagement de la corporation de footballeurs enseignants, l’ouverture d’esprit de certains cadres en place et l’arrivée de nouveaux, ayant bénéficié d’une formation universitaire, ont permis ce renouveau conceptuel. Aujourd’hui, il est bien entendu que le travail technique doit intégrer les contraintes de l’environnement au cœur du match. Malheureusement, les idées mettent du temps à franchir le cap des habitudes inscrites dans les méthodes largement répandues à ce jour. Les éducateurs, enseignants, entraîneurs, formateurs évacuent difficilement les acquis antérieurs et n’acceptent pas toujours la remise en cause nécessaire pour faire évoluer leur méthode d’intervention. L’encadrement bénévole, encore majoritaire chez les jeunes dans les apprentissages initiaux, fonctionne souvent à partir d’acquis empiriques. Il est aussi très compliqué de faire évoluer les représentations basées sur une rationalité d’époque. Favoriser et répandre l’idée des entraînements mixtes ou intégrés dans le football amateur me semble judicieux. Répandre la bonne parole des apprentissages initiaux basés sur la technique intelligente ou la tactique individuelle me semble beaucoup plus bénéfique à la formation. L’entrée dans cette activité physique empreinte de sens doit se faire à partir des logiques d’actions issues du contexte et de la configuration de la situation. Le travail technique, au sens biomécanique du terme, est présent dans toutes les situations proposées. Elles peuvent être axées sur des objectifs prioritaires différents, mais les corrections techniques peuvent intervenir à chaque instant, qu’elles soient en rapport avec la pertinence du choix de telle ou telle gestuelle ou en rapport avec la réalisation proprement dite.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Exercice de vitesse – technique – coordination.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende Figure 2. Test de vitesse – technique – latéralité.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende Figure 3. Test vitesse – détente – technique.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende Figure 4. Situation de conservation – progression grâce au dribble d’orientation.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende Figure 5. Situation de progression collective.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k

Auteur

Université d’Evry-Val d’Essonne, équipe « ETE » du CRF – CNAM- EA 1410

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search