Version classiqueVersion mobile

Les objets de la technique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Deuxième partie. Repenser la technique dans ses relations aux stratégies collectives de jeu

Analyse d’un objet technique en football : la passe

Alain Lemoine

Texte intégral

1La passe est le geste technique le plus utilisé en football et son apprentissage est fondamental pour que le joueur devienne un partenaire utile au sein de son équipe. Ces dernières années certaines formations ont organisé leur jeu autour de la possession du ballon. Le Barcelone FC, la sélection nationale espagnole, le Bayern de Munich voire le Paris Saint Germain réussissent entre 600 et 700 passes par match, privant ainsi l’adversaire de toute initiative. Ce niveau de réalisation s’explique à la fois par une maîtrise technique sans faille et une stratégie de jeu reposant sur une circulation collective du ballon privilégiée aux actions individuelles.

2La passe apparaît comme un moyen de mise en relation et de communication entre les joueurs qui est spécifique au sport collectif et au football en particulier. Elle n’est pas de même nature que les nombreuses communications verbales échangées entre partenaires et qui ont pour but de se renseigner mutuellement sur « l’état du jeu », sur le rapport d’opposition ou encore les intentions de jeu. La passe est le moyen de transmission quand l’équipe veut conserver et soustraire le ballon à l’adversaire. Car c’est lui, le ballon, qui est l’élément le plus convoité sur le terrain et l’enjeu des luttes engagées « entre 2 équipes identifiées, sur une aire de jeu délimitée et orientée, en respectant des règles, et finalisé par l’atteinte des cibles qui détermine le gain du match. » (Gréhaigne, Duprat, & Marle, 2009). La passe engage les joueurs les uns envers les autres dans des réseaux de communication motrice liée à « une interaction qui s’effectue par la transmission du ballon et/ou un changement de rôle sociomoteur » au sein de l’équipe (Parlebas, 1999, p. 63). Bien plus qu’un geste technique, la passe est le lien entre les joueurs, leur vocabulaire commun où chacun apporte un mot pour élaborer une phrase ayant un sens reconnu par l’ensemble de l’équipe. La passe possède une double appartenance à la fois centrée sur l’habileté individuelle du joueur (technique égocentrée) et tournée vers le partenaire (technique exocentrée) (Éloi, 2007). Cela en fait un geste destiné à résoudre les problèmes posés par le jeu et l’adversaire. En ce sens son analyse ne pourra se faire que sous un angle tactico-technique. Moyen de communication entre les joueurs, la passe est une habileté ouverte vers les autres. Elle se décline en une multitude de formes et de fonctions. Le sens, la direction, l’intensité des passes vont renseigner les futurs réceptionneurs des intentions des partenaires et induiront les appels de balle.

3Notre propos sera d’envisager dans un premier temps la passe d’un double point de vue théorique en l’abordant comme un objet technique au sens de Martinand (1993a) qui parle de technicité décomposée (participation, lecture, transformation et maîtrise) mais aussi en mobilisant les théories de l’action située qui insistent sur l’intentionnalité du savoir-faire.

4Puis d’un point de vue didactique nous envisagerons différentes propositions issues de séquences d’enseignement avec des élèves de troisième.

1. La passe comme « objet technique intentionnel »

5L’enseignant d’Education Physique et Sportive doit amener les élèves à construire des compétences combinant des connaissances, des attitudes et des capacités telles qu’elles sont définies par les programmes de la discipline. Son rôle est d’élaborer les contenus à transmettre aux élèves à partir des savoirs établis et reconnus pour cet objet spécifique qu’est la passe. Il effectue ce que Martinand (1989) décrit comme une transposition didactique des pratiques sociales de référence en activités scolaires pour des réinvestissements dans des activités éducatives. L’enseignant doit alors s’interroger sur la nature des savoirs mobilisés et l’identification des techniques comme « des manières de faire, des procédés visant l’efficacité ; un ensemble de repères stables permettant répétition et affinement de l’action » (Bouthier & Durey, 1994a, p. 111).

6Si la technique sportive enseignée fait le plus souvent référence à une efficience corporelle fruit d’habitus culturels et d’avancées technologiques reconnues pour leur efficacité sur le terrain, elle est plus que cela et l’unicité du mot cache une pluralité des objets (Combarnous, 1982). En effet l’action sportive est constituée de plusieurs composantes : technique, tactique, affective, athlétique qui sont souvent abordées de manière juxtaposée, successive, alors qu’elles sont en très forte interdépendance. Les démarches qui prônaient l’enseignement des techniques de maîtrise de la balle comme des prérequis incontournables avant de pouvoir jouer semblent dépassées et les nouvelles formations d’éducateurs mises en place par la Fédération Française de Football s’inspirent d’un modèle issu de l’EPS où les gestes techniques deviennent des compétences à construire en relation avec la complexité du jeu. En effet, au-delà de la technique comme expression d’une habileté motrice supérieure, on ne peut la comprendre sans la replacer dans son contexte d’exécution et y intégrer les pressions temporelles, spatiales et affectives issues de la confrontation avec l’adversaire.

7Martinand (1994) explore quatre registres de technicité qui donnent du sens à la technique de la passe et plus précisément celui du registre de lecture. Il fait référence à la prise d’information et à la nécessaire construction du sens que doit donner le joueur à la lecture jeu : quoi regarder ? Quels indices faut-il prélever pour ensuite faire le geste le plus juste possible ? Eloi & Uhlrich (2001, p. 24), en prenant en compte « l’imprévisibilité potentielle des conduites » au cours d’une rencontre établissent le lien entre le registre de lecture, la mobilisation d’une technique appropriée et les effets de l’action. Ils avancent alors que la technicité « déborde la simple gestuelle puisqu’elle doit incorporer la prédiction de la réaction de l’adversaire ». Sans la nommer ils avancent la notion d’intention donnée par le joueur à son geste technique : intention de surprendre, intention de dépasser, intention de leurrer. Cette exploration de la complexité du jeu est rendue d’autant plus difficile que les actions sont éphémères, parfois dans des conditions de pression spatiales, temporelles et affectives importantes. L’utilisation des pieds rend encore plus difficile la libération du regard pour voir le jeu et prendre en compte à la fois des partenaires et des adversaires aux intérêts antagonistes. Nous voyons bien ici que la notion de technicité peut apparaitre restrictive ou incomplète. Son support « computationnel » ou cognitiviste limite la compréhension du joueur en situation. On ne peut pas comparer l’élève uniquement à une machine à traiter de l’information où la passe serait la réponse motrice logique à une situation tactique identifiée, reconnue et comparée à d’autres mémorisées par lui. Le jeu n’est pas toujours logique et facilement lisible.

8Rey (2009) en faisant référence aux théories de l’action située, enrichit cette idée en expliquant d’abord que l’apprentissage des gestes techniques est lié à leur utilité dans le rapport d’opposition mais aussi « aux effets qu’ils produisent sur les autres et sur la configuration » du jeu. Il convient alors d’envisager les effets de la passe. Ce qu’elle « … produit sur les circonstances de la situation… et ce qu’elle permet aux partenaires de faire ensuite » (p. 374). Comme Rey nous pensons que l’intention de l’action est à prendre en compte. La difficulté sera alors pour l’élève « d’engager sa conscience dans l’action ». Autrement dit sera-t-il capable d’expliquer pourquoi il fait cette passe plutôt qu’une autre ? Pourra-t-il choisir la meilleure réponse possible et enfin quels sont à ce moment de la scolarité les paramètres choisis pour faire la passe ?

2. Les élèves de troisième

9Dugrand (1989, p. 50) caractérise la passe comme « un élément fondamental du jeu, par sa fréquence supérieure à celle de tous les gestes techniques, et par la fonction de cohésion qu’elle joue au sein d’un groupe ». Les élèves qui jouent au football dans le cadre des cours d’EPS en classe de troisième ont des difficultés à « jouer ensemble » pour être efficaces et gagner la rencontre. Pour eux, le jeu n’est pas une organisation rationnelle préexistante qu’ils pourraient expliquer et schématiser « avant coup ». Le jeu se construit « dans le jeu » par les élèves eux-mêmes. Cela va d’une forme de « chaos » chez les élèves de 6ème où le contexte affectif est prégnant à des configurations de plus en plus identifiables par le joueur, configurations dont il est lui même acteur. L’élève arrive progressivement à donner du sens à son action et à ses passes.

10Une des explications souvent avancée est celle qui a trait aux caractéristiques affectives des adolescents qui refusent le jeu collectif pour abuser du jeu individuel. La passe n’a que peu souvent la fonction de bascule du rapport de forces ou du maintien de la conservation du ballon. Le joueur a la volonté égocentrique de « faire la différence » tout seul pour étaler un savoir-faire narcissique. Falco & Lorca (2006, p. 70) traduisent fort bien ce stade : « bien jouer, c’est savoir dribbler ». Le jeu apparaît alors comme une suite d’actions individuelles permettant aux joueurs les plus débrouillés de « profiter du ballon ». La passe est faite par défaut quand il n’y a plus d’autres solutions. Le partenaire est une « échappatoire » qui permet au moins de ne pas perdre la balle. Ces suites de comportements individuels font que la succession des phases de jeu est aléatoire, le fréquent changement de possession de balle rend difficile des moments de conservation pendant lesquels les équipes s’organisent et peuvent mettre en place une circulation de balle « sécurisée ».

11Nous dirons que dans ces conditions le jeu est instable. La succession des situations n’est pas toujours logique et les pertes de balle consécutives à une technicité défaillante sont légion.

12Ces passes effectuées par défaut ne sont pas issues d’une analyse du jeu, de la reconnaissance d’une situation ou d’une intention de jeu clairement explicite pour l’élève. Elles sont la conséquence d’une action du joueur qui transmet dans l’urgence. L’intention n’est pas forcément de maintenir la conservation du ballon dans les meilleures conditions pour l’équipe mais plutôt d’éviter une perte de balle « déshonorante » pour le joueur lui-même.

13À ce moment le contexte affectif est fort et prend encore le dessus. La vision des situations de jeu est très disparate d’un joueur à l’autre. L’établissement de circulations du ballon sécurisées et permettant une progression du ballon vers la cible est souvent aléatoire. La reconnaissance de l’autre comme partenaire permettant le dépassement de l’adversaire existe mais les intentions de jeu restent individuelles et non collectives. La notion de partage dans l’action est insuffisante et les élèves n’arrivent pas à verbaliser ce qui est partagé dans les activités par les acteurs sur la base de la comparaison des significations construites par chacun d’eux au cours de leurs interactions en situation (Bourbousson & Sève, 2010a).

14La passe n’est pas l’élément central du jeu à ce stade pour les élèves. Il faut la « ré-apprendre » en lui conférant un sens tactique. Quelle intention de jeu j’ai au moment de ma passe ? Qu’est-ce que je veux provoquer chez mes partenaires et adversaires une fois que j’ai pris en compte l’agencement spatio-temporel de la situation dans laquelle je suis acteur ?

15La passe doit à terme devenir un élément de dialogue et d’échange entre les joueurs. Ils communiquent en se passant la balle et la richesse du vocabulaire (le nombre de passes maîtrisées) est un indicateur de l’intelligence du joueur dans le jeu.

2. 1. Ce que les élèves savent faire

16Les élèves évolueront dans une configuration de football à effectif réduit (7 contre 7 ou 8 contre 8) sur un demi-terrain de football à 11, avec prise en compte du hors-jeu dans la zone des 13m. L’espace d’évolution du joueur est plus réduit que si nous avions suivi les préconisations des programmes mais cela permet de minorer la dimension athlétique au profit de la dimension technique et tactique. La réduction de l’aire de jeu a pour effet de confronter les élèves plus souvent aux problèmes posés par le jeu et autorise les différentes gammes de passes adaptées aux capacités morphologiques des élèves. Le jeu long éventuel reste accessible.

17Les élèves sont capables techniquement de maîtriser des ballons arrivant à vitesse modérée, au sol, de les contrôler et de les transmettre correctement dans des conditions d’opposition raisonnables sans pression défensive excessive. La passe courte à 5-6 m de l’intérieur du pied effectuée au sol est réalisable. La régularité de la frappe, son intensité et sa précision sont variables. Les contrôles en mouvement sont assez rares et c’est une limite à la variété des solutions proposées dans le jeu. Le jeu à 2 est possible. Les élèves connaissent la notion de démarquage abordée précédemment dans leur cursus.

2. 2. Les élèves jouent dans l’instant

18Les élèves voient le jeu à T+1, c’est-à-dire à l’instant (T) où ils ont la balle et la passe « à suivre » avec le partenaire déterminé comme réceptionneur de la passe. Ils ne perçoivent le jeu que dans l’instant et ils n’anticipent pas les déplacements ultérieurs, aussi bien les leurs que ceux de leurs partenaires. Les intentions de jeu sont éphémères.

19A ce moment de leur cursus, la projection du joueur à T+2 passes voire à T+3 passes est entièrement à construire. Le jeu reste souvent bloqué sur un côté du terrain car les élèves n’ont pas une vision générale du jeu allant vers un déséquilibre collectif de la défense. Le principe de jeu : fixer « l’adversaire d’un côté pour jouer ensuite à l’opposé » n’est pas maîtrisé par tous.

20La passe longue de 20 à 30 m qui peut permettre ce renversement apparaît chez certains élèves. Elle n’est pas forcément liée à une recherche d’un joueur en appui ou au placement excentré. Elle est aussi parfois le fait d’un dégagement défensif destiné à éloigner rapidement le danger. Les éventuelles passes de relais pour aller d’un côté à l’autre de manière sécurisée ou des transversales plus audacieuses sont peu utilisées. Les centres, qui sont une forme de passes particulières car effectués de la périphérie du terrain vers l’intérieur, sont eux aussi peu utilisés par les élèves. La position de tir est souvent atteinte suite à une action individuelle qui ne rencontre pas de réseau défensif efficace. Il y a peu de passes « décisives » celles qui modifient le rapport de forces et permettent au partenaire de se retrouver en situation favorable de tir. Si la situation est identifiée comme favorable, la réussite technique est souvent insuffisante pour doser et calibrer la passe.

3. Les connaissances mobilisées

21Les connaissances utilisées par les élèves font référence au registre de lecture de la technicité. La perception des situations pendant l’action est parcellaire et ne permet pas une continuité des actions. « L’information prise ne fait pas sens pour tous et se résume souvent à des actions avec un seul et unique partenaire » (Gréhaigne, Duprat, et al., 2009, p. 153).

22La connaissance théorique fondamentale « si je ne peux pas avancer avec la balle alors je transmets » est connue. Mais la lecture des signes qui permet ce jeu minimal n’est pas systématique, la recherche du partenaire démarqué pour assurer la continuité du jeu se fait le plus souvent dans la zone défensive sans pression adverse. À proximité de la cible où dans des configurations à forte densité, le Porteur de Balle (PB) et le Non Porteur de Balle (NPB) sont à nouveau submergés par le traitement important des informations et la difficulté à se projeter dans un futur relatif. Les élèves n’arrivent pas à prélever des informations pertinentes sur la configuration du jeu et la représentation commune qu’ils peuvent avoir à un moment T de la situation ne repose pas sur un référentiel antérieur commun. La passe s’effectue le plus souvent par obligation que par nécessité.

23Comment améliorer la réalisation du geste technique de la passe en lui donnant du sens et une intention pour l’ensemble des joueurs impliqués dans l’action ? Par exemple « jouer dans l’espace libre et s’y démarquer est rendu possible et nécessaire parce que le joueur et ses partenaires infléchissent constamment le déroulement des circonstances, et que leurs actions re-définissent continuellement le cadre du jeu » (Rey, 2009, p. 375). Améliorer le registre de maîtrise est aussi fondamental afin d’influencer le comportement de l’adversaire. À ce titre le jeu en une touche de balle pourra être un moment de cet apprentissage. La technique de la déviation facilite cette création d’ordre et de prise d’avance des attaquants car l’information transmise entre partenaires est univoque et permet l’anticipation des déplacements et de l’action sur le ballon. Par ailleurs, « les postures adoptées par les joueurs, leurs orientations sur le terrain sont des indicateurs pris en compte et organisateurs des déplacements » (Lemoine, 2011, p. 110). Comment construire ces repères communs collectifs qui vont permettre une analyse commune de la situation tout en autorisant chaque joueur à agir sur le jeu ?

24Notre proposition, c’est de passer d’une technique « subie » à une intervention sur le jeu. C’est-à-dire mettre l’élève en situation d’apprentissage où il devra utiliser à la fois le registre de lecture et celui de maîtrise pour modifier le cours du jeu et être un élément acteur du jeu.

3. 1. Des règles pour le Porteur de Balle

25Prendre des informations sur « la probabilité de réussite de mon action ». Avant de transmettre le ballon ou de m’engager dans une action individuelle, je repère les partenaires potentiels à T+1.

26Utiliser des passes qui vont permettre la continuité et la progression du jeu vers la cible adverse. Quand je transmets le ballon, je me déplace immédiatement pour participer activement au jeu. Ma passe et mon déplacement témoignent des intentions de jeu.

27Repérer les situations à proximité de la cible adverse qui vont nécessiter une passe modifiant le rapport de forces et placer mon partenaire dans les meilleures conditions pour tirer.

28Utiliser des centres quand je suis en position excentré. Faire une passe aérienne qui peut mettre la défense adverse en difficulté.

3. 2. Des règles pour le Non Porteur de Balle

29Identifier des emplacements sur le terrain dans les espaces laissés libres par l’adversaire où je peux me situer pour recevoir le ballon et permettre la continuité du jeu.

30Quand je suis une solution « très probable de passe à T+1 », envisager le mouvement du troisième joueur « le plus probable » pour lui transmettre ensuite le ballon.

31Quand je ne suis pas une solution « très probable à T+1 », me positionner pour devenir ensuite une solution « très probable à T+2 ».

32Identifier le placement défensif adverse : alignement, couverture, distance d’intervention. S’orienter sur le terrain et avoir une posture et une orientation qui indiquent à mes partenaires que je suis une solution de continuité du jeu.

33En termes d’attitude, il semble important que les élèves arrivent le plus souvent possible à privilégier la solution collective par rapport à la solution individuelle. Il faut alors construire :

  • une disponibilité permettant de s’inscrire dans une combinaison collective ;
  • le sentiment d’appartenance et de participation active à une combinaison collective. Ma passe peut modifier le jeu.

4. Proposition didactique

34Elle se place dans une approche située utilisant le jeu comme support de l’apprentissage. L’élève va apprendre dans le jeu et par le jeu. La passe sera effectuée dans des conditions réelles d’opposition et sera le reflet d’une « activité collective collaborative dans une situation dynamique et incertaine » (Bourbousson, Poizat, Saury, & Sève, 2008, p. 23). Nous utiliserons un système de « double score » qui a pour but de prendre en compte à la fois la réalité de l’activité, gagner le match, le décompte des réussites liées au thème d’apprentissage. Nous espérons ainsi impliquer davantage les élèves dans les tâches en mêlant le gain du match et la réalisation technique.

4. 1. L’objet technique intentionnel

35En plaçant les élèves en situation de match, nous les confrontons au caractère indéterminé du jeu, à l’évolution permanente des configurations de jeu, au rapport de forces, à l’imprévisibilité du jeu adverse et aussi à l’écart au score entre les équipes qui influent sur l’engagement du joueur dans l’action. Cette complexité du jeu devra être prise en compte par les élèves au moment de transmettre la balle. C’est l’interprétation qu’ils auront de la situation qui les guidera dans la réponse enclenchée. Le contexte et la fugacité des actions justifient alors le terme de « technique située » où le registre de lecture se marie avec la volonté du joueur d’agir sur le jeu, d’avoir des intentions de jeu.

36La passe va donc revêtir des formes différentes en fonction des intentions du joueur. Si les modalités d’exécution sont communes à toutes les zones du terrain, le paramétrage du geste varie. La force, la vitesse, la direction, la hauteur de la passe seront directement impactées par la position et les mouvements du joueur, des partenaires et des adversaires. En zone défensive, les passes pourront être latérales, courtes et d’intensité moyenne. En zone de conservation-progression les transmissions seront généralement vers l’avant, courtes dans un jeu de possession ou bien longues et puissantes dans un jeu de déséquilibre. En zone de déséquilibre et de finition les échanges entre partenaires seront brefs et rapides avec comme finalité la recherche de la mise en position de tir. Généralement au sol, les passes pourront aussi être aériennes au moment des centres.

37Les jeux réduits auront aussi l’avantage de placer les élèves le plus souvent possible dans les conditions de réalisation de la passe. Ces situations de jeu/apprentissage ne vont pas reproduire des situations standardisées comme peuvent l’être les exercices techniques décontextualisés qui assurent un nombre de répétitions et un isolement du geste technique. Ici, la tâche est une situation d’apprentissage « déguisée » ayant du sens pour les élèves : gagner le match tout en respectant la consigne imposée par l’enseignant. La proposition didactique est donc constituée de situations reprenant la notion de « technique située ». Les passes étudiées le seront en fonction de la zone du terrain.

4. 2. Les paramètres didactiques

38Les élèves disputent des rencontres de 15 minutes sur un terrain de football à 7. Le hors-jeu n’est pris en compte que dans la zone des 13 m. Les équipes sont hétérogènes en leur sein et équilibrées entre elles. Elles varient de 4 à 7 joueurs.

39Chaque jeu propose un thème particulier qui impose aux élèves de mettre en œuvre les compétences spécifiques propres à la passe étudiée. La réussite dans l’exercice se traduit alors par un nombre de points attribués à l’équipe en fonction du résultat du match et du nombre de réussites dans les passes. Même si l’équipe perd le match elle marque des points synonymes de réussite dans la tâche proposée.

5. Les situations d’apprentissage

40Nous envisagerons successivement les passes de conservation et progression puis la technique située et les compétences à construire.

41Situation N° 1 : « Le va-et-vient »

42Le but de la tâche est de « réaliser 3 passes dans un demi-terrain avant de pouvoir changer de demi-terrain ; une fois dans l’autre demi-terrain, il faut réaliser à nouveau 3 échanges avant de pouvoir repasser de l’autre côté » (figure 1). Chaque passage dans le terrain adverse est synonyme de réussite de la première partie de la tâche.

43La réussite de 3 passes consécutives et le passage dans le camp adverse valent 1 point.

44Le nombre de joueurs par équipe peut varier de 3 à 5 et les dimensions du terrain iront de 40 m x 40 m à 60 m x 60 m.

Figure 1. « Le va-et-vient » temps 1.

45Au temps 1 les joueurs gris effectuent 3 passes ; au temps 2, ils changent de demi-terrain grâce à une passe orientée vers cet espace (figure 2) ; au temps 3, les joueurs gris recommencent une conservation de balle (figure 3).

Figure 2. « Le va-et-vient » temps 2.

Figure 3. « Le va-et-vient » temps 3.

5. 1. La technique située et les compétences à construire : les passes de conservation

46L’équipe en possession du ballon doit s’organiser pour conserver la balle dans un espace délimité sans cible à défendre. La finalité de cette conservation sera à un moment donné de pouvoir progresser vers l’avant pour changer de surface de jeu. L’ensemble des gestes techniques a ici une intention. Dans le temps 1, l’élève doit transmettre le ballon dans le souci de mettre son partenaire dans les meilleures conditions de réception mais il doit aussi enchainer un mouvement pour être un réceptionneur potentiel des passes suivantes. Contrairement au match où le joueur peut être momentanément absent d’une combinaison de jeu, la conservation du ballon en effectif réduit oblige les joueurs à transmettre et à se rendre immédiatement disponible pour le maintien de la conservation du ballon. La présence des défenseurs oblige les joueurs à être précis et elle donne du sens à la passe qui est alors le signe de réussite d’un projet commun.

47La prise d’avance sur l’adversaire se fait en accélérant la circulation de la balle et en diminuant de nombre de touche de balle par joueur. La vitesse maximale de transmission du ballon sera le jeu en une touche (Dugrand, 1989 ; Lemoine, Jullien, & Genolini, 2007) mais il semble encore trop difficile pour des élèves de troisième. Pour eux, c’est une réelle difficulté et ne pas toucher souvent le ballon va à l’encontre de leurs représentations et peut limiter leur engagement dans l’exercice où ils pensent avoir du mal à se mettre en valeur. Nous essayons de contourner ce fait en utilisant le système du double score qui prend toute son importance dans la mesure où les points attribués à l’équipe se traduiront en note pour l’élève. Ce qui reste pour la majorité une source réelle de motivation.

5. 2. La technique située et les compétences à construire : les passes de progression

48L’équipe ayant réussi 3 passes consécutives doit changer de surface de jeu et aller de l’autre côté du terrain. Ce passage n’est possible qu’à la double condition d’avoir un partenaire ayant fait un appel de balle pour recevoir la balle et de réaliser une passe vers celui-ci. Ce moment est difficile pour les élèves de troisième car l’appel doit être coordonné avec la passe. La rupture conservation/progression est pour certains une notion difficile et les mouvements produits peuvent alors être insuffisamment lisibles par les partenaires. Pour maintenir l’avance temporelle prise sur l’adversaire au moment du déclenchement du changement de côté, il faut « Jouer vite sans perdre la balle ». Cela nécessite pour les élèves une lecture commune et immédiate des signes venus principalement du mouvement des adversaires, associée à un choix de transmission rapide et sans risque pour aller vers l’autre surface. La passe montrera l’intention du joueur de changer de terrain pour assurer immédiatement la phase de conservation suivante. Chez les meilleurs élèves, on pourra observer une passe faite dans un espace du terrain parfaitement dégagé incitant ainsi le partenaire à orienter sa course vers cette zone. Le PB influe alors directement le déroulement du jeu en utilisant à fond le registre de lecture et en anticipant les possibles déplacements et actions des défenseurs.

5. 2. 1. Capacités

49La passe de conservation est effectuée le plus souvent de l’intérieur du pied, au sol, avec une intensité moyenne sur une distance de 8 à 10 m. Les contrôles de balle se font en mouvement pour échapper à l’action du défenseur.

50La passe de progression est aussi effectuée de l’intérieur du pied mais elle est plus longue (entre 8 et 20 m) et plus puissante.

51La prise d’informations est liée aux positionnements respectifs des attaquants et des défenseurs.

52Quant au Non Porteur de Balle (NPB), il doit être accessible dans une posture permettant la prise de balle sécurisée et une transmission rapide du ballon, c’est-à-dire être orienté vers les partenaires et les adversaires pour s’écarter des défenseurs et en même temps préparer sa future passe en repérant les partenaires comme potentiels réceptionneurs du ballon.

5. 2. 2. Connaissances

53Les élèves doivent repérer les signes favorables à la réalisation de la conservation. Dans cette situation les élèves partagent ce qu’ils savent déjà : le démarquage simple à T+1. En termes de « savoir collectif partagé » nous recherchons l’identification simultanée par plusieurs joueurs d’une posture signifiante de démarquage chez un autre partenaire : orientation des appuis, des épaules, du bassin permettant la réception/transmission du ballon.

54Si je suis NPB le plus proche du Porteur de Balle (PB) (T+1), je me place dans le champ visuel de mon partenaire, orienté pour assurer la continuité du jeu, à distance de 8 à 10 m pour recevoir la balle.

55Si je suis NPB plus éloigné (T+2), je me place dans un espace laissé libre par l’adversaire pour permettre à mon ou mes partenaires T+1 de pouvoir enchaîner la passe à la réception du ballon.

56Ici apparaît pour les élèves la difficulté à anticiper et à lire le jeu dans le futur. Les indices prélevés le sont souvent au dernier moment quand le défenseur exerce déjà une pression importante sur le porteur de balle.

5. 2. 3. Attitude

57L’élève devra adopter une posture dynamique de recherche de l’espace libre. Afin de les aider dans cette construction nous encouragerons les appels de balle de la voix pour les impliquer encore davantage.

58Situation N° 2 : « Franchir la rivière »

59Cette situation est complémentaire de la première et peut être proposée aux élèves quand ils sont en échec en S1. Le but de la tâche est pour les attaquants de réussir à faire des passes aux trois autres partenaires situés en face sans que les défenseurs arrivent à intercepter le ballon (figure 2). Nous retrouvons sous une autre forme les passes de conservation et de progression. En effet les attaquants devront trouver le moment favorable pour utiliser un intervalle apparu entre les défenseurs. Ils effectueront alors une passe de progression vers l’avant afin de transmettre la balle à un partenaire. Les passes de conservation sont effectuées dans un contexte sécuritaire avec un adversaire à distance. Elles nécessitent malgré tout une organisation spatiale de l’équipe permettant de créer un décalage chez les défenseurs. Si la profondeur du terrain est peu exploitée à cet instant, la situation oblige malgré tout les élèves à se déplacer les uns par rapport aux autres afin de s’orienter face à leurs partenaires pour effectuer la passe dans les meilleures conditions. L’équipe marque un point à chaque fois que le ballon passe de l’autre côté de la rivière sans être touché par les défenseurs et que les partenaires maîtrisent et conservent la balle pour procéder à un nouvel échange. Cette situation est différente des conservations de balle appelées encore « passe à dix ». Elle organise l’espace de jeu et oriente les actions et les intentions de jeu vers l’avant. Par ailleurs elle simplifie la situation N° 1 dans la mesure où les partenaires sont déjà présents dans une surface à atteindre. La position et les déplacements des défenseurs vont contraindre les attaquants à produire des passes semblables à celles des matchs.

60Le registre de lecture est sollicité mais dans des conditions plus faciles que dans le match. Les défenseurs ne pouvant se déplacer que latéralement, ils produisent des informations moins complexes à gérer pour les attaquants. La mise à distance des défenseurs diminue aussi la pression affective sur le PB et lui permet d’améliorer son geste technique de la passe en situation d’opposition. Cette technique située permet aux élèves de construire une circulation du ballon avec l’intention de transmettre la balle en évitant des défenseurs présents mais non « invasifs ». Il faudra donc qu’ils orientent leurs appuis pour réussir à la fois la transmission du ballon tout en prenant des informations sur la position des défenseurs peu porteuse d’incertitude. Cette dissociation tête/corps n’est pas facile à obtenir au début dans la mesure où les élèves se projettent peu à T+1 ou T+2. Ils n’éprouvent pas le besoin de prendre des informations et attendent le dernier moment pour faire un choix de passe, ce qui a pour effet de ralentir voire d’arrêter la circulation du ballon. L’enseignant doit alors insister sur l’orientation du corps des attaquants afin que ceux-ci prennent en compte la position des défenseurs. Transmettre rapidement le ballon pour éliminer un défenseur ou bien contacter le troisième partenaire sans passer par celui du milieu sont des choix de passes dont les intentions tactiques sont à construire chez l’élève de troisième. C’est pourquoi le jeu de la rivière nous apparait répondre à cette exigence dans la mesure où le temps et l’espace donnés aux élèves qui éprouvent des difficultés vont leur permettre de construire une technique située ayant un sens.

61Dans la figure 4, l’équipe grise marque un point quand elle réussit à transmettre la balle aux quatre autres attaquants placés face à eux. Le point n’est validé que si les attaquants maîtrisent la balle et enchaînent une nouvelle conservation/progression.

Figure 4. « Franchir la rivière ».

5. 2. 4. Capacités

62La passe de conservation aura les mêmes caractéristiques qu’en S1 mais elle sera ici quasi exclusivement réalisée dans la largeur du terrain.

63La passe de progression pourra de manière plus fréquente être exécutée sans contrôle préalable de manière à utiliser au plus vite l’intervalle repéré entre les défenseurs.

64La prise d’informations se fera de façon plus simple en évacuant l’espace arrière. L’élève n’aura donc à se préoccuper que de ses partenaires placés sur un même plan sagittal et des adversaires placés face à lui et dont les déplacements sont limités à des courses latérales.

5. 2. 5. Connaissances

65Le démarquage est ici facilité et il ressemble davantage aux manœuvres initiées par les joueurs de volley-ball quand ils veulent tromper leur adversaire direct. Ici nous dirons que l’intention se retrouve davantage dans les déplacements sans ballon des attaquants initiateurs de déséquilibres au sein de la défense adverse. Intention de tromper, intention de donner de fausses pistes à l’adversaire. Cela devra se traduire par des courses franches et orientées dans l’espace investi par les attaquants.

5. 2. 6. Attitude

66L’élève devra lutter contre l’apparente facilité de la situation et avoir une attitude dynamique tout au long de l’exercice : se déplacer pour perturber la défense, être bien orienté pour faire la passe. L’équipe en attaque ne peut réussir que si les élèves sont en mouvement les uns par rapport aux autres.

5. 3. La technique située et les compétences à construire : les passes de finition

67Ici nous aborderons les passes de finition qui sont l’aboutissement de la conservation. Elles visent à dépasser la défense, la mettre hors de position et permettre à un partenaire d’être en position finale de tir.

68Situation N° 3 : « Donner à l’attaquant »

69Nous placerons les élèves dans un contexte d’opposition s’apparentant au match. Nous retrouvons des passes de conservation et de progression, mais surtout le but de la tâche sera de réaliser une passe de finition en transmettant le ballon à un partenaire qui devra ensuite tirer au but. Il y a des gardiens de but et l’équipe marque un point quand elle réussit à transmettre le ballon à son joueur-cible (figure 5) et un autre point quand elle marque.

70Contrairement à la situation N° 1, les deux équipes occupent un camp identifié et peuvent dresser un réseau défensif organisé pour freiner et empêcher l’atteinte de la cible. Les problèmes posés à l’attaque sont ceux d’un jeu réel et les élèves devront prendre de l’avance sur l’adversaire pour réussir à transmettre le ballon à la cible dans les meilleures conditions. Ici les passes de conservation préparent l’action finale qui sera la passe de finition au joueur-cible.

71La technique située apparaît ici comme la production de passes dans l’ensemble des directions de l’espace pour créer des déséquilibres chez l’adversaire. Fixer-Donner/Fixer-Renverser sont autant de principes à traduire en passes correctement réalisées.

72Le simple registre de lecture n’est pas suffisant pour réussir et le PB peut donner une intention à sa passe en transmettant volontairement le ballon au joueur-cible dans un espace où il ne se trouve pas l’obligeant ainsi à se dégager de l’intervention d’un défenseur. Nous retrouvons alors une similitude avec la situation N° 2. Le joueur-cible n’est pas directement sous l’emprise de son adversaire mais il doit être en mouvement pour recevoir le ballon dans les meilleures conditions pour aller tirer. Cette situation aménage l’aspect inattendu et aléatoire du match où parfois il faut « forcer » la solution de passe en donnant du temps et de l’espace au réceptionneur du ballon. Sa position favorable doit permettre à ses partenaires de jouer au plus juste et d’utiliser un appel profond comme cela est stipulé par les textes officiels.

73Dans la figure 5, les équipiers gris doivent transmettre le ballon à l’attaquant qui est inattaquable derrière la ligne pointillée.

Figure 5. « Donner à l’attaquant ».

5. 3. 1. Capacités

74La passe de conservation a les mêmes caractéristiques que précédemment mais ici elle est réalisée en contexte d’opposition et avec un sens donné au jeu. Les élèves doivent faire la différence entre le jeu en appui et le jeu en soutien comme le demande le programme de la discipline au niveau 2 de pratique.

75La passe de finition est le plus souvent exécutée dans la profondeur du terrain. À ras de terre, elle doit être appuyée pour traverser le réseau défensif adverse. Elle s’effectuera avec l’intérieur du pied, jambe d’appui à proximité du ballon, centre de gravité abaissé, les bras servant à l’équilibre du corps. Elle peut aussi être exécutée sans contrôle préalable afin de contacter au plus vite l’attaquant.

76La position favorable de l’attaquant en appui doit faciliter la prise d’information de ses partenaires qui vont le contacter. Le registre de lecture est aménagé et la situation diminue l’incertitude quant à la façon d’atteindre la cible.

5. 3. 2. Connaissances

77L’élève doit connaître les principes du jeu offensif collectif qui consiste à rechercher le déséquilibre de l’équipe adverse en participant à des mouvements et déplacements ayant pour objectif la bascule du rapport de forces. La passe de finition est la concrétisation de ces actions. Elle met en évidence le moment où l’adversaire est dépassé grâce à une transmission à travers ses lignes. Le joueur doit repérer le moment favorable et coordonner sa passe avec l’instant fugace où le réceptionneur est joignable. D’un point de vue technique, il faut alors s’organiser corporellement pour que l’orientation du corps et des segments permette la transmission la plus rapide et la plus sécuritaire.

5. 3. 3. Attitude

78L’élève doit s’incorporer aux mouvements collectifs de l’équipe. Il est un relais et/ou un passeur décisif. Il devient partenaire des autres et n’est pas toujours le joueur cible. En troisième il est important que les élèves adoptent cette attitude collective à la place de comportements individualistes trop souvent constatés. La situation N° 3 permet de placer la majorité des élèves en situation de partenaires réunis pour faire réussir un seul attaquant.

5. 4. La technique située et les compétences à construire : les centres

79Nous aborderons pour terminer les passes particulières que sont les centres. Ils vont permettre de dépasser la défense en utilisant des passes généralement aériennes et qui auront comme caractéristiques d’être délivrées d’un côté du terrain en direction du but.

80Situation N° 4 : Contourner la défense

81La technique utilisée est particulière et même si elle reprend en grande partie des capacités liées aux passes de conservation et de finition, le contexte spatial où est effectué le centre et sa fonction imposent une motricité « située » à l’élève. Même si cette technique n’est pas la plus utilisée par les élèves, il nous semble important de les confronter à cette situation.

82Le jeu des élèves de troisième utilise peu les couloirs latéraux du terrain. La zone axiale est privilégiée et la majorité des offensives se termine par des actions individuelles dans la profondeur du terrain. À terme la maîtrise du centre est une acquisition précieuse pour les élèves quand ils seront au lycée confrontés aux niveaux 3 et 4 de compétences.

83La situation d’apprentissage placera les élèves dans une situation d’opposition à 4 contre 4 ou 5 contre 5 avec des gardiens de but (figure 6). Deux couloirs latéraux définiront des zones offensives où les élèves seront inattaquables quand ils sont en possession du ballon. L’équipe marque des points à chaque fois qu’un but est marqué consécutivement à un centre.

84Ici encore nous donnons du temps et de l’espace au joueur afin qu’il puisse réaliser le geste technique dans un contexte favorable sans supprimer la complexité du jeu. Les couloirs latéraux vont orienter les mouvements du joueur vers l’avant dans la profondeur du terrain. Il devra centrer avant la fin de la zone. En fonction de la largeur de la zone latérale l’élève aura plus ou moins d’espace pour s’organiser corporellement et déclencher le centre. La réalisation de cette « technique située » dans un espace latéral et peu large (2 à 3 m) demande à l’élève, pour produire une passe plus forte que celles vues précédemment, d’avoir un appui au sol plus tenu, les épaules projetées légèrement en arrière et surtout de frapper le ballon avec le cou-de-pied afin de soulever la balle et lui conférer une trajectoire aérienne. Le rôle équilibrateur des bras est alors très important car le déséquilibre créé par le geste de balancier de la jambe de frappe est plus important que sur des passes de conservation faites au sol. L’élève doit envoyer le ballon haut, loin et fort. Il transforme la trajectoire horizontale, parallèle aux lignes de touche en une trajectoire aérienne perpendiculaire à la première. Cette modification brusque du mouvement du ballon effectuée le plus souvent par le joueur alors qu’il court entraîne chez lui des déséquilibres et il n’est pas rare de voir des élèves de troisième chuter au moment de transmettre le ballon. Le centre demande alors de développer une grande force dans la jambe d’appui afin de pouvoir frapper le ballon avec le cou du pied, légèrement sous son équateur (ligne médiane) pour le décoller du sol.

85Le centreur peut alors choisir de placer le ballon à différents endroits devant le but adverse. En troisième l’élève n’est généralement pas assez habile pour viser un endroit précis du terrain. La coordination des courses de ses partenaires avec le déclenchement de son centre est peu assurée, les trajectoires restent très aléatoires. Le registre de lecture est rendu difficile par le geste du centre qui accapare souvent la vision de l’élève. Il est préoccupé par sa réussite, par le maintien de son équilibre et il ne peut pas toujours prélever les indices pertinents qui lui permettront de « viser » une cible. Le centre est dirigé globalement vers le but et c’est aux partenaires de venir couper la trajectoire du ballon pour essayer de marquer. Malgré tout l’intention du centreur peut influer sur son geste technique quand il mettra le ballon au second poteau de but pour éviter le regroupement massif formé par les attaquants et les défenseurs. Il influe alors sur le comportement de ses partenaires en proposant une alternative à des solutions de passes bloquées par les défenseurs.

Figure 6. Contourner la défense.

86Dans la figure 6, des couloirs latéraux rendent les joueurs inattaquables. Ils peuvent centrer vers l’intérieur du terrain avec de l’avance spatiale et temporelle.

5. 4. 1. Capacités

87Le centre demande pour l’élève une modification de son équilibre postural et il doit résister à l’énergie qu’il a développée au moment de la course dans le couloir pour positionner sa jambe d’appui à proximité du ballon et frapper la balle pour qu’elle décolle du sol. Pour résister à ce déséquilibre momentané, il doit utiliser ses bras comme des balanciers afin de pouvoir assurer la prise de balle légèrement par en-dessous. La légère inclinaison du buste en arrière crée un couple cinétique qui transforme le pied en « club de golf » et permet de lever la balle.

88L’élève doit prélever des indices sur ses partenaires et adversaires qui sont regroupés devant le but. Dans cet espace réduit devant le but, les déplacements sont limités et peu visibles pour le centreur. Les courses indiquant des changements de direction, des accélérations brusques seront des indicateurs importants à prendre en compte.

5. 4. 2. Connaissances

89L’élève doit comprendre que le contournement de la défense est une manière d’attaquer et de prendre la défense à revers. Quand l’adversaire est massé devant son but, l’attaque frontale devient impossible et il est plus judicieux d’utiliser les couloirs latéraux pour centrer et essayer de passer au-dessus de la défense.

5. 4. 3. Attitude

90L’élève doit étendre son champ d’action et appréhender les différents espaces du terrain. Non seulement il doit être prêt à se déplacer latéralement dans les couloirs protégés mais il doit aussi envisager le jeu aérien mis en place par l’utilisation des centres. Il ne peut plus se contenter de jouer seul en tentant de régler les problèmes du jeu en utilisant le dribble.

6. Conclusion

91Ces situations d’apprentissage proposent des contenus destinés à faire construire par l’élève un geste technique qui est la passe. Geste fondamental, geste indispensable, la passe est l’outil de communication entre les joueurs de football, celui qui permet de conserver le ballon, de progresser vers la cible et de mettre un partenaire en position de tir. L’utilisation préférentielle de la passe dans le jeu d’une équipe renseigne souvent sur son style et sa manière d’appréhender l’opposition à l’autre. Soit l’utilisation de la passe et donc du jeu collectif permet le dépassement de l’adversaire, soit pour les élèves de troisième c’est la dernière possibilité quand toutes les solutions individuelles ont été épuisées.

92En EPS, l’apprentissage du football est difficile car l’acquisition des techniques de maîtrise du ballon avec les pieds nécessite du temps. Le débat entre les tenants d’un apprentissage analytique, décontextualisé débouchant sur une approche fragmentée de l’habileté et ceux partisans d’une approche contextualisée, située, du geste technique est toujours présent. Gain de temps, solidité des bases pour les uns, valeur utilitaire, technique au service du jeu pour les autres sont des thèmes toujours présents au sein de la profession. Notre proposition s’inscrit dans une perspective « technologico-située » qui prend en compte la complexité et l’incertitude du jeu sans oublier la nécessaire maîtrise du ballon qui doit être le reflet des quatre registres de technicité (Martinand, 1994). Dans chaque proposition nous avons tenté de montrer en quoi le joueur peut engager sa conscience dans l’action, comment il peut influer sur le jeu en donnant une intention à sa passe. Parce que le joueur n’est pas uniquement une boîte noire répondant de façon quasi automatique à des signaux issus du jeu, nous pensons qu’il doit à tous moments faire un détour entre ce qu’il perçoit et ce qu’il croit être la meilleure solution de jeu pour la suite. La passe est alors la traduction de sa compréhension et interprétation du jeu. Deux élèves peuvent avoir identifié et analysé la même situation de jeu de la même manière mais ils donneront deux solutions différentes en fonction de leur(s) intention(s) de jeu qui est elle-même est très probablement liée aux capacités techniques de chacun des deux joueurs.

93Pour nous, l’apprentissage de cette technique doit prendre en compte la nécessité de conserver la complexité du jeu de football dans les situations. Pour cela il faut résister à la tentation de délivrer un savoir permettant de résoudre la situation, supprimant ainsi les zones d’incertitude qu’elle contient (Abiven, Gagnebien, & Volant, 2014). Dans ce but nous avons proposé des situations de jeu opposant deux équipes ayant l’intention de prendre l’avantage sur l’autre, l’élève étant dans l’obligation de construire un geste technique situé en fonction de son emplacement sur le terrain et de son intention de jeu. Si les différentes passes ont une base motrice d’exécution commune (placement du pied d’appui, position du buste, action des bras, mouvement pendulaire de la jambe de frappe), le calibrage de la vitesse, des angles et de l’intensité des mouvements varie en fonction de la passe exécutée.

94Cette liaison entre la position sur le terrain et l’intention de jeu de l’élève va permettre de donner du sens aux apprentissages et de faire de la complexité une richesse.

95Comme Éloi et Uhlrich (2001) nous pensons que c’est dans la « triple relation, aux adversaires, aux partenaires et au système de marque » que la situation proposée aux élèves devient pertinente pour leur permettre de construire de nouvelles compétences. Mais alors en quoi ces situations sont-elles différentes du match ? Ne serait-il finalement pas plus simple et économique pour l’enseignant de faire des rencontres en espérant qu’à terme les élèves apprendront pour autant qu’ils soient immergés dans le jeu. Cette vision simpliste et simplificatrice met de côté le travail de l’enseignant qui élabore une tâche dans laquelle le problème à résoudre va permettre la construction ou la mise à l’épreuve de la compétence (Abiven et al., 2014). Il incombe alors au professeur le choix des paramètres didactiques : la dimension du terrain, le nombre de joueurs, les pouvoirs sur la balle qui sont autant de contraintes réfléchies et qui associées à la « triple relation » vont permettre à l’élève de construire une technique-située. Si l’on se réfère à la situation 1, la passe de progression en est une bonne illustration. Ici, passer dans le camp adverse ne peut se faire que si toutes les conditions sont réunies : possession du ballon, partenaires faisant des appels dans des espaces libres et un porteur de balle orienté pour faire une passe appuyée qui permettra la continuité du jeu. Son intention dans la passe est bien double : progresser et poursuivre la conservation du ballon. L’action de l’enseignant se poursuivra par un questionnement permettant aux élèves de prendre conscience de ce qu’ils font et du sens que prend la passe quand elle faite dans des conditions particulières. Sans ce travail l’apprentissage ne peut être qu’incident et distribué de manière aléatoire parmi les élèves. Dans une approche purement technique, la même passe faite « à vide » ne mettra en avant que la capacité motrice. Dans cette approche « technologico-située » c’est bien la compétence permettant « les montées de balle collectives par une continuité des actions avec et sans la balle » qui est visée. Elle s’appuie sur les trois composantes en incluant aussi les connaissances et les attitudes. La situation d’apprentissage située va se distinguer du match en proposant une « complexité adaptée » reprenant la logique du match mais en situant spatialement les gestes techniques à effectuer, en les limitant à ceux voulus par l’enseignant et en en permettant une répétition suffisante pour respecter les règles de l’apprentissage moteur. Comme Rey (2009) nous pensons alors que ces propositions techniques permettent à l’élève « d’éprouver un véritable sentiment de compétence, d’avoir une image d’eux-mêmes positive et, sans doute, d’être au vrai sens du terme acteurs de leurs apprentissages » (p. 378).

Table des illustrations

Légende Figure 1. « Le va-et-vient » temps 1.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Figure 2. « Le va-et-vient » temps 2.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 3. « Le va-et-vient » temps 3.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Figure 4. « Franchir la rivière ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Figure 5. « Donner à l’attaquant ».
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Figure 6. Contourner la défense.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search