Version classiqueVersion mobile

Les objets de la technique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Préface

Chantal Amade-Escot

Texte intégral

1Ce livre se situe dans la continuité de quatre ouvrages dirigés par l’auteur et parus dans la collection « Didactiques » des Presses Universitaires de Franche-Comté. Alors que les quatre premiers livres de la série ont été résolument axés sur divers aspects du développement des compétences et des connaissances tactiques en sports collectifs, ce cinquième ouvrage aborde l’enseignement et l’apprentissage des pratiques physiques sportives collectives sous l’angle des gestes moteurs qui rendent possibles leurs manifestations. Loin de rompre le fil d’Ariane suivi depuis le premier recueil de contributions, ce cinquième ouvrage le confirme en ce qu’il associe étroitement développement de la technique et construction de la pensée tactique et stratégique. En interrogeant la fonction et l’intérêt de la technique comme objet d’étude en sports collectifs, ce dernier thème clôture un projet éditorial de longue haleine visant, comme indiqué dans le préambule, à mettre à disposition des praticiens et des chercheurs « un livre didactique de vulgarisation scientifique et un manuel professionnel et pédagogique ». La diversité des sujets traités, au regard de son thème central, fait de cet ouvrage un outil de consultation et de réflexion susceptible d’intéresser un large public. Sa particularité est de situer l’état de la réflexion au carrefour d’approches convoquant des cadres théoriques différents mais également de mettre en perspective les avancées des connaissances produites par les travaux francophones au regard de la littérature anglo-saxonne sur l’enseignement des sports collectifs. Par ailleurs, la mise en tension dans les trois parties de l’ouvrage de chapitres développant des résultats de recherche avec ceux relevant du champ professionnel de l’entraînement ou de l’enseignement en milieu scolaire, permet de faire dialoguer des problématiques de recherche et d’action tout à fait intéressantes. Il faut ainsi saluer la volonté des auteurs de tisser des liens entre des traditions de recherche appartenant à des aires culturelles différentes, sans pour autant laisser de côté les dimensions professionnelles ou transformatives qui y sont associées, témoignant ainsi d’un souci permanent d’établir des relations entre théorie et pratique.

2Les différents chapitres de ce livre rendent compte de l’originalité des recherches et de la réflexion francophones traitant des sports collectifs au sein des sciences de l’intervention en sport et en éducation physique. Au fil des contributions, sont ainsi convoqués de façon pertinente et argumentée différents champs théoriques afin de rendre compte de l’actualité de la réflexion sur le thème de la technique et de son enseignement dans les sports collectifs. Citons, sans pour autant viser l’exhaustivité : La technologie des APS (Jean-Francis Gréhaigne ; Alain Lemoine ; Daniel Bouthier et Didier Barthes ; Serge Eloi et Gilles Ulrich ; Jean-Francis Gréhaigne, Zeineb Zerai et Didier Caty ; Luc Nadeau et Benoît Tremblay) ; l’ergonomie de langue française et la problématique de la genèse instrumentale des artéfacts (Serge Eloi et Gilles Ulrich) ; la socio-didactique et les inégalités scolaires (Marie-Paule Poggi) ; la didactique praticienne et de recherche en EPS (Samuel Lepuisant ; Eric Duprat ; Patrick Marle et Jean-Francis Gréhaigne) ; l’histoire des techniques et l’histoire critique (Daniel Bouthier et Didier Barthes ; Jean-Francis Gréhaigne et Patrick Marle) ; l’anthropologie des techniques (Jean-Jacques Sarthou ; Daniel Bouthier & Didier Barthes) ; la question des inégalités scolaires de sexe ou comment le système genre influence, à l’insu des acteurs ou malgré leur bonne volonté, les pratiques de classe ou d’entraînement (Eric Duprat ; Marie-Paule Poggi ; Zeineb Zerai et Jean-Francis Gréhaigne). Soulignons aussi le choix délibéré de certains auteurs de parler de « pratiques physiques sportives et artistiques » (PPSA) contre l’acronyme simplificateur d’APSA en usage dans la sphère institutionnelle, et dont la potentielle polysémie voile les enjeux fondamentaux de ce que en quoi la technique est au fondement des pratiques, de leur enseignement, de leurs apprentissages. Dans cet ensemble il convient de pointer la perspective internationale francophone, notamment les chapitres venant du Canada et de Tunisie, ainsi que le souci de traiter de la diversité des sports collectifs (Hockey sur glace, Rugby, Football, Handball, Volley-ball). On regrettera que le Basketball, en dehors de quelques éléments abordés dans le chapitre de Patrick Marle et Jean-Francis Gréhaigne à propos de l’observation des techniques de maniement du ballon dans les sports collectifs, ne soit davantage développé. Il reste que la richesse des références bibliographiques citées, leur variété et leurs actualité, sans pour autant oublier, sur la thématique des rapports entre technique et tactique, des auteurs plus anciens comme Teodorescu ou Malho, trop souvent ignorés par les travaux contemporains, permettra au lecteur d’avoir un point de vue élargi sur le sujet. Au regard des ponts entre recherches anglo-saxonnes et francophones évoqués précédemment, les nombreuses références aux publications de langue anglaise comme aux travaux de Jean-Francis Gréhaigne, et plus particulièrement son ouvrage Teaching and Learning Team Sports and Games (2005) permettront aussi de saisir le contenu des échanges constructifs entre ces deux communautés de recherche.

3Pour conclure, le lecteur trouvera dans ces chapitres matière à réflexion sur la notion même de « technique » qui est ici affinée et approfondie. Ce terme, selon les auteurs, doit être compris dans un sens large, quasi anthropologique, prenant appui sur la signification élaborée par Marcel Mauss dans son article célèbre sur « les techniques du corps » (originellement publié en 1936). Ce point est décisif pour un didacticien de l’EPS ! Il l’est d’autant plus que, comme le disaient en substance il y a presque 20 ans Alain Durey et Daniel Bouthier, l’acronyme du « T » de « technique » dans la discipline académique « STAPS » reste une arlésienne tant les travaux portant sur cette dimension sont rares. On pourrait même ajouter que lorsqu’ils existent, dans les facultés de sports et leurs laboratoires de recherche, ils sont en partie méprisés, voire ringardisés par les institutions de légitimation de cette discipline. D’où la nécessité que chercheurs, formateurs et in fine enseignants réhabilitent cette question. Face à ce défi, la pertinence de la réflexion dont témoignent les contributions successives proposées par les auteurs de l’ouvrage : Les objets de la technique. De la compétence motrice à la tactique individuelle est tout à fait convaincante.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search