Version classiqueVersion mobile

Paul Claudel

 | 
Anne Ubersfeld

Partage de midi

Texte intégral

Acte premier, dernière scène

I. Première version (1905)

Entre de Ciz.

AMALRIC, l'interpellant. – De Ciz, nous deviendrons tous riches !

DE CIZ. – Ainsi soit-il !

AMALRIC. – Aucun doute à ce sujet ! Et d'abord est-ce qu'il ne nous faut pas de l'argent à tous ?

Demandez à cette dame que voilà. Et ce Mesa qui est comme un homme sans poches ! Pour ne pas parler de vous et de moi.

Je vous dis que je sens la fortune dans l’air ! Et allez donc, je m'y connais ! Je reconnais cette odeur ! Est-ce que vous ne sentez pas comme une haleine ?

Ah, je le sais, mon cœur se dilate, nous avons passé une certaine ligne !

Je reconnais mon vieil Est ! Il est pour moi ce qu'est pour la dame d'Épinal ou de Wassy-sur-Blaise

Tout à coup le Grand Magasin du Louvre bondé d’étoffes et de savons !

C'est l’Inde qui est devant nous. Ne l'entendez-vous pas, si pleine

Qu'on entend le bruissement de ce milliard d'yeux qui clignent ?

Hein ! quelle chance de ne plus être en France ! Nous ne reviendrons plus en arrière ! Que tout ce fourrage me paraissait fade et aqueux !

Quel dégoût que cette verdouillade ! et pas de soleil,

Que ce pâle fourneau de chauffe-bain !

DE CIZ. – Encore une fois, nous avons passé Suez.

MESA. – On ne le passe qu'une fois pour de bon. Je pense que nous l’avons tous passé cette fois.

AMALRIC. – Nous ne le repasserons plus jamais, hourra ! nous ne reviendrons plus en arrière, hourra ! mais nous serons tous morts l'année prochaine, hourra !

YSÉ. – Voilà une belle prière.

AMALRIC. – En tout cas, il faut tous devenir riches ou sinon, c'est bien de notre faute ! Nous voilà à même. Je veux faire un tas énorme !

Je reconnais mon brave Levant, hourra ! « I'm wild and woolly and fulI of fleas ! »

Là le soleil est du soleil, à la bonne heure !

Le vert est du vert, et de la chaleur à en crever, et foutre, quand c'est rouge il fait rouge !

On est comme un tigre au milieu des bêtes plus faibles.

Évidemment au lieu de ce commerce ignoble,

Il vaudrait mieux entrer le sabre au poing épouvantablement

Dans les vieilles villes toutes fondantes de chair humaine,

Résolu de revenir avec quatre tonneaux pour sa part tout remplis de bijoux avec par-ci par-là quelques oreilles d’infidèles et doigts coupés de dames et demoiselles,

Ou de périr avec honneur au milieu de ses compagnons !

Cela vaudrait mieux que de transpirer en pyjama devant son ledger !

YSÉ. – Et vous me garderez les perles !

AMALRIC. – Ça ne fait rien ! espérez seulement que je trouve de la main-d'œuvre pour ma plantation de caoutchouc !

Les temps n'y changent rien, c'est toujours le même soleil,

C'est toujours mon Indien, cultivé par les deux moussons, le vieux païen cuisant !

Le dixième degré pour un marin à l’endroit qu’il coupe le soixantième,

Cela veut dire autant que la Belgique et le Labrador et la vingt-cinquième rue de New York, qui est une belle rue.

Et bien plus ! La terre, c'est bête, c'est solide, mais ce pays d'eau, l'homme de la barre sent bien ses façons comment il bouge !

Ça reste la même chose toujours. Dites, est-ce que vous savez où nous sommes ? est-ce que vous comprenez les conditions du commerce ?

Écoutez, je vais vous faire de l'économie politique.

MESA. –Vous êtes ivre, Amalric.

DE CIZ. – Jamais autant qu'il en a l'air. C’est un vrai « voyageur ». Regardez son petit œil qui cligne.

AMALRIC. – À gauche, Babylone, et tout le bazar, les fleuves qui descendent de l'Arménie,

À droite l’Équateur, l’Afrique,

Eh bien, vous voyez tout de suite le commerce ?

Les gros boutres à la mousson du Nord, cinglant de Saba, cinglant des ports de Salomon,

Cinglant de Mascate et d'Inde, cinglant de la bouche des Deux-Fleuves,

Pleins de fer, pleins de tissus, et ce qu'il faut de chaînes et de menottes pour en avoir assez,

Vers la Cimbébasie et les Villes Ovales !

Et revenant à la mousson du Sud avec une pleine pochée de la chair de Cham,

Nègres, négresses, négrillons, criant, mangeant, dansant, chantant, pleurant, pissant !

Et parfois au matin les fesses noires de la grosse barque immobile

Au milieu des plumes de poulet et des peaux de bananes sur la mer qui crache des poissons-volants !

Voilà ce qui serait commode pour le caoutchouc !

MESA. – Voilà le soleil qui se couche ! Voilà la mer qui est comme un paon, et comme Lakshmi qui est bleue dans le milieu d'un prisme vert !

YSÉ. – Ah, nous avons passé Suez pour de bon !

MESA. – Nous ne le passerons plus jamais.

Vous avez raison, voici le plus vieux lieu de la mer ! voici le plus riche réservoir,

La plus grande cuve de teinture, le profond vitre,

La plus puissante poche à vin sur qui se lève la lune d'ocre claire et le soleil écarlate !

Mais regardez cela maintenant que le soleil s'abaisse ! C'est des roses !

C'est pur comme un cou de petite fille ! c'est doux comme une femme ! c'est luisant comme l'émail ! c'est fin comme ces vieux cachemires qui coiffent les docteurs-de-la-loi !

Ah, il est indigne de souiller un sein si beau ! et de troubler avec notre Marie-salope ces eaux sacrées toutes pleines du frai des dieux !

YSÉ, à demi-voix. – Voilà le soleil qui se couche, voilà un petit air de vent qui se lève !

Pause.

MESA, à demi-voix. – Voici le soleil qui se couche,

Voici la mer qui fait un mouvement,

Voici le cœur coupable un moment

Qui frémit sous le soupir du ciel. Voici la mer tout en or,

Comme un œil vers la lampe. (Récitant :) « Ses yeux ont une autre couleur. La mer change de couleur comme les yeux d'une femme que l’on saisit entre ses bras ».

Une très juste comparaison. Si délicate que soit la chair, par exemple près de la saignée du bras,

Avec ce mélange de tous les tons, depuis le soufre jusqu'à l'azur et au vermillon,

Elle ne s'empare point comme l'œil de la lumière, ses eaux comme d'une autre source.

Cloche du dîner.

DE CIZ. – Voilà la cloche. Il est temps d'aller nous habiller pour le dîner.

AMALRIC. – Une femme ! Voilà une citation que je n'aurais pas attendue

Du Mesa de mon premier voyage. Eh, eh ! il a passé Suez, lui aussi !

Eh, Mesa ! c’est notre âge ! Voilà l'âge où il convient de réaliser !

MESA. – Impossibilité de l'arrêt en aucun lieu.

DE CIZ. – Allons dîner.

Ils se lèvent tous.

AMALRIC, le dernier, déclamant. – « La mer comme les yeux d'une femme qui a compris ! La mer comme les yeux d'une femme que l’on saisit entre ses bras ! »

II. Version scénique (1948)

Elle rit aux éclats.

AMALRIC. – Voici votre mari qui vient se joindre à nous.

Toujours distingué et silencieux, le gentilhomme.

(Entre de Ciz – l'interpellant.)

De Ciz, savez-vous quoi ? nous deviendrons tous riches !

DE CIZ. – Ainsi soit-il !

AMALRIC. – J'ai une inspiration.

Aucun doute à ce sujet ! Et d'abord, est-ce qu'il ne nous faut pas de l'argent à tous ? Alors !

Demandez à cette dame que voilà. Et ce Mesa qui est comme un homme sans poche ? Pour ne pas parler de vous et de moi.

Je vous dis que je sens la fortune dans l'air !

(Espèce de rugissement.)

Et allez donc, je m'y connais !

Je reconnais cette odeur ! Est-ce que vous ne sentez pas comme une haleine ?

Ah, je le sais, mon cœur s'élargit, nous avons passé une certaine ligne !

(Il déclame.)

Je reconnais mon vieil Est ! Il est pour moi ce qu'est pour la dame d’Épinal ou de Wassy-sur-Blaise

Tout à coup le Grand Magasin du Louvre bondé d'étoffes et de savons !

C'est l'Inde qui est devant nous. Ne l'entendez-vous pas, si pleine

Qu'on entend le bruissement de ce milliard d'yeux qui clignent ?

Hein ! quelle chance tout de même de ne plus être en France !

Nous ne reviendrons plus en arrière ! Tralala ! Que tout ce fourrage me paraissait fade et aqueux !

Quel dégoût de cette verdouillade ! et pas de soleil,

Que ce pâle fourneau de chauffe-bain ! Cette espèce de Pierrot malade qui tire la langue au travers d’un œil-de-bœuf.

DE CIZ. – Encore une fois nous avons passé Suez.

MESA. – On ne le passe qu'une fois pour de bon. Je pense que nous l'avons tous passé cette fois.

AMALRIC. – Nous ne le repasserons plus jamais, hourra ! nous ne reviendrons plus en arrière, hourra ! mais nous serons tous morts l'année prochaine, mes petits poulets, hourra ! tous crevés l'année prochaine, mon petit curé, hourra !

YSÉ. – Voilà une belle prière.

AMALRIC. – En tout cas, il faut tous devenir riches ! ou sinon, c'est bien de notre faute ! Nous voilà à même. Je veux faire un tas énorme !

Je reconnais mon brave Levant, hourra ! I am wild and woolly and full of fleas !

Là le soleil est du soleil, à la bonne heure !

Le vert est du vert, et de la chaleur à en crever, et foutre, quand c'est rouge il fait rouge !

Un tigre, vous avez vu cela dans les ménageries,

On est comme un tigre au milieu des bêtes plus faibles.

Évidemment au lieu de ce commerce ignoble,

Il vaudrait mieux entrer le sabre au poing épouvantablement

(Lyrique et bouffonnant.)

Dans les vieilles villes toutes fondantes de chair humaine,

Résolu de revenir avec quatre tonneaux pour sa part tout remplis de bijoux avec par-ci par-là quelques oreilles d'infidèles et doigts coupés de dames et demoiselles,

Ou de périr avec honneur au milieu de ses compagnons !

Cela vaudrait mieux que de transpirer en pyjama devant son ledger !

YSÉ. – Et vous me garderez les perles !

AMALRIC. – Ça ne fait rien ! espérez seulement que je trouve de la main-d'œuvre pour ma plantation de caoutchouc !

Et alors ce que je la revendrai !

Les temps n'y changent rien, c'est toujours le même soleil,

C'est toujours mon Indien, cultivé par les deux moussons, le vieux païen cuisant !

Ça reste la même chose toujours. Dites, est-ce que vous savez où nous sommes ? est-ce que vous comprenez les conditions du commerce ?

Écoutez, je vais vous faire de l’économie politique.

MESA. -Vous êtes ivre, Amalric.

DE CIZ. – Jamais autant qu'il en a l'air. C'est un vrai « voyageur ». Regardez son petit œil qui cligne.

AMALRIC. – À gauche, Babylone, et tout le bazar, les fleuves qui descendent de l'Arménie,

À droite l'Équateur, l'Afrique,

Eh bien, vous voyez tout de suite le commerce ?

Les gros boutres à la mousson du Nord, cinglant de Saba, cinglant des ports de Salomon,

Cinglant de Mascate et d'Inde, cinglant de la bouche des Deux-Fleuves,

Pleins de fer, pleins de tissus, et ce qu'il faut de chaînes et de menottes pour en avoir assez ;

(Déclamant :) Vers la Cimbébasie et les Villes Ovales !

Et revenant à la mousson du Sud avec une pleine pochée de la chair de Cham,

Nègres, négresses, négrillons, criant, mangeant, dansant, chantant, pleurant, chiant, pissant !

Et parfois au matin les fesses noires de la grosse barque immobile

Au milieu des plumes de poulet et des peaux de bananes sur la mer qui crache des poissons-volants !

Voilà ce qui serait commode pour le caoutchouc !

YSÉ. – Ah ! nous avons passé Suez pour de bon !

MESA. – Nous ne le repasserons plus jamais.

Pause.

AMALRIC. – Bientôt midi.

MESA. – Nous allons entendre la sirène. La sirène ! Quel drôle de nom !

YSÉ. – Il n'y a plus de ciel, il n’y a plus de mer, il n'y a plus que le néant, et au milieu épouvantablement cette espèce d'animal fossile qui va se mettre à braire !

MESA. – Quel cri dans ce désert de feu !

DE CIZ. – Sss ! Regardez !

Il ouvre la toile du doigt.

YSÉ. – N'ouvrez pas la toile, bon dieu de bois !

AMALRIC. – On est aveuglé comme par un coup de fusil ! Ce n'est plus du soleil, cela !

DE CIZ. – C'est de la foudre ! Comme on se sent réduit et consumé dans ce four à réverbère !

AMALRIC. – Tout est horriblement pur. Entre la lumière et le miroir

On se sent horriblement visible, comme un pou entre deux lames de verre.

MESA, près de la fente du prélart, regardant. – Que c'est beau !

Que c'est dur !

La mer à l'échine resplendissante

Est comme une vache terrassée que l'on marque au fer rouge.

Et lui, vous savez, son amant comme on dit, eh bien ! la sculpture que l'on voit dans les musées,

Baal,

Cette fois ce n'est plus son amant, c'est le bourreau qui la sacrifie ! Ce ne sont plus des baisers, c'est le couteau dans ses entrailles !

Et face à face elle lui rend coup pour coup.

Sans forme, sans couleur, pure, absolue, énorme, fulminante,

Frappée par la lumière elle ne renvoie rien d'autre.

YSÉ, s'étirant. – Ah qu'il fait chaud ! Combien de jours encore jusqu'au feu de Minnicoï ?

MESA. – Je me rappelle cette petite veilleuse sur les eaux.

DE CIZ. – Savez-vous combien de jours encore, Amalric ?

AMALRIC. – Ma foi non ! Et combien de jours au juste depuis que l'on est parti ? Je n'en sais rien.

MESA. – Les jours sont si pareils qu'on dirait qu'ils ne font qu'un seul grand jour blanc et noir.

AMALRIC. – J'adore ce grand jour immobile. Je suis bien à mon aise. J'adore cette grande heure sans ombre.

J'existe, je vois,

Je ne sue pas, je bois, je suis satisfait.

YSÉ. – Il est satisfait ! Et vous aussi, Mesa ?

Est-ce que vous êtes satisfait ? Moi, moi, moi, je ne suis pas satisfaite !

Elle rit aux éclats pas très sincèrement.

MESA. – Impossibilité de l'arrêt en aucun lieu.

DE CIZ, tirant sa montre. – Attention ! On va afficher le point.

La cloche sonne huit coups.

AMALRIC. – Huit coups.

MESA. – Midi.

Ysé lève le doigt, tous restent immobiles. De Ciz commence le geste de remonter sa montre. La sirène brait. Ysé a pris la main de Mesa, puis le geste inachevé de prendre celle d'Amalric. Tous restent immobiles un moment, comme au lever du rideau, dans une attitude pétrifiée. Ils restent ainsi quelque temps, avant que le rideau tombe.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search