Version classiqueVersion mobile

L’intelligence tactique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Conclusion

Jean-Francis Gréhaigne

Texte intégral

1L’objectif déclaré de cet ouvrage était de montrer que l’intelligence tactique s’éduque et ne relève pas de quelques dons cachés dans un quelconque chromosome. Une bonne analyse des rapports d’opposition et le fait d’être capable de percevoir les prémisses de l’apparition d’opportunités nourrissent la pensée tactique et ainsi contribuent au développement de l’intelligence tactique. L’analyse de l’action tactique en sport collectif n’a pas pour objectif l’action concrète prise isolément mais l’action tactique générale qui comprend toutes les caractéristiques de la succession des actions concrètes. L’activité en jeu contient la solution de nombreux problèmes qui sont apparus dans telle ou telle situation, la pensée tactique en tant que processus intellectuel qui a participé à la résolution de ces problèmes, constitue une composante indispensable et indissociable de cette activité. Au sens large, la pensée est une activité psychique que l’on peut qualifier de consciente dans son ensemble. Cela recouvre les processus par lesquels l’être humain élabore, au contact de la réalité, des concepts, des théories qu’il associe pour apprendre, créer ou résoudre. Concernant la pensée tactique et l’intelligence tactique, tous les auteurs s’accordent à considérer (en théorie au moins) qu’à des degrés divers et selon des modalités différentes, les aspects stratégiques et tactiques jouent un rôle dans les activités sportives.

2Aussi, en sport collectif, la notion d’activité du joueur ne se ramène pas à celle d’activité motrice auto-adaptative. L’activité consiste aussi, dans une large mesure, en l’exploration du champ des connaissances, en un rapprochement analogique ou contradictoire des différents éléments de la situation et en l’effort du sujet pour répondre de façon plus cohérente et plus économique aux systèmes de contraintes qui lui sont proposés. Les joueurs sont donc confrontés à de nombreuses séquences de jeu qu’il leur faut reconnaître du fait de la dynamique du jeu dans le système complexe que constitue une rencontre de sport collectif. Un des objectifs important de l’étude de ces systèmes complexes dans les sports collectifs reste donc la description d’états, temporairement, stationnaires du système. Pour nous, cela renvoie aux configurations du jeu qui, momentanément, n’évoluent plus avec le temps. On peut penser que certains de ces points fixes sont attractifs (par exemple : le jeu sur espace stabilisé en basket-ball), ce qui signifie que si le système parvient à leur proximité, il va converger vers cet état d’équilibre. De même, on s’intéressera aux aspects périodiques, c’est-à-dire les états du système qui se répètent au bout d’un certain temps. Les configurations prototypiques nous paraissent être une illustration particulièrement probante de ce type de phénomène (Caty, Meunier, & Gréhaigne, 2007). Enfin, les transitions entre deux états sont toujours porteuses d’informations notables sur l’évolution du jeu. Ici, la description d’états dynamiques permet de mieux comprendre, à un instant donné, comment les joueurs sont en mouvement. Chacun possède un emplacement sur le terrain mais cette position est en train d’évoluer car l’ensemble des joueurs possède une vitesse instantanée différente.

3Le développement de la pensée tactique nourrit l’intelligence tactique qui permet de décider de plus en plus vite et plus sûrement et judicieusement en prenant, par exemple, un temps d’avance sur le décodage des configurations du jeu à venir. Un des premiers critères de l’intelligence tactique est l’anticipation car c’est comprendre bien avant tout le monde. C’est aussi cette capacité d’adaptation au jeu en mouvement pour déterminer à l’avance la trajectoire du ballon.

1. Penser la tactique et la stratégie

4Dans ce travail, nous avons pu voir que la pensée occidentale et la pensée chinoise n’appréhendent pas de la même manière la stratégie et les activités apparentées. Dans la tradition occidentale, dans la démarche du stratège, doit être conçu un projet organisé autour du but de l’action. Puis, les moyens doivent être déterminés, en incluant sous ce terme les étapes, les buts intermédiaires à atteindre pour aboutir au but final. Reste alors à réaliser le plan ainsi élaboré. Autrement dit, il s’agit en quelque sorte de l’imposer au réel. Néanmoins, l’intelligence rationnelle qui a construit ce plan se révèle souvent insuffisante et doit céder sa place à l’intelligence pratique, faite de souplesse et d’adaptation. La réalisation du plan, en outre, exige généralement la rencontre de l’occasion favorable, parfois difficilement prévisible. Aussi, cette réalisation comporte des temps d’attente, de l’imprévu, alors il ne s’agit plus seulement de l’emporter sur l’adversaire mais aussi sur le hasard. Quant à elle, la pensée stratégique chinoise cherche à tirer parti, discrètement, de chaque situation pour obtenir un profit, sans pour autant se fixer un but idéal. Il s’agit d’exploiter le potentiel de la situation, de se laisser porter par lui et de le développer, sans rien brusquer, jusqu’à en recueillir les effets à long terme, plutôt que de rechercher directement l’effet en le forçant sans tenir compte du processus engagé. L’autre « erreur » consisterait à ne pas accompagner le processus, à l’assister à bon escient, pour qu’il arrive à terme et porte ses fruits (Jullien, 1996). Le stratège chinois pense non pas en termes de moyens et de fin selon un plan projeté d’avance mais plutôt en termes de conditions et de conséquences. Ici encore, il ne vise pas l’effet immédiat mais fait basculer progressivement le potentiel de la situation de son côté. La stratégie consiste par commencer à fatiguer les adversaires afin de ne vraiment les affronter qu’après les avoir privés d’une partie de leur potentiel. Ainsi, peut-il espérer gagner sans grande résistance. Ces conceptions diffèrent en leur fondement. On peut d’une certaine manière voir l’histoire de la pensée en Occident comme celle d’une disqualification. Dans le texte platonicien, « la mètis » qui désignait chez Homère l’intelligence rusée, pratique, se trouve supplantée par l’intelligence suprême du philosophe. Aussi, la mètis, l’intelligence de l’action est reléguée à une place secondaire, au profit de la théorie. Or, l’ingéniosité du praticien et son sens pratique sont difficiles à reconnaître pour ceux qui ne conçoivent la pratique que comme le sous-produit du discours et de la théorie.

5C’est que la pensée occidentale, comme le montre Jullien (1996), ne conçoit l’action, dans ses paradigmes dominants, que sous les catégories du but, de l’idéal et de la volonté. De là découle une prégnance des théories de l’action qui la conçoivent d’après un modèle préexistant à l’action proprement dite. Les analyses de Jullien, appuyées sur certains éléments récurrents de la pensée chinoise peuvent sans doute permettre de penser l’action autrement. A ce propos, Sensevy (2001, p. 219) pose la question : « Cette intelligence de l’action, ce sens pratique, s’il n’est en général pas reconnu dans les traditions de pensée de la philosophie occidentale, a-t-il pour cela disparu des pratiques ? La réponse est évidente : même si elle n’est pas suffisamment pensée, l’ingéniosité pratique demeure heureusement effective au sein des actions ».

6Encore faut-il posséder des outils pour appréhender ces différents aspects. Il nous semble que la notion de matrice d’action (Deleplace, 1979) pourrait constituer un de ces outils.

2. Matrice d’action

7En effet, une des principales difficultés dans la formation à la tactique est de parvenir à enserrer cette complexité entière du jeu dans un système de pensée formé du plus petit nombre possible d’axes fondamentaux articulés entre eux dans une unité logique fonctionnelle forte. Ce système permet de redéployer la complexité à la demande et au besoin du jeu en pleine action. C’est constituer là une véritable « matrice d’actions » que le sujet développe avec l’expérience. La construction de la notion de matrice de jeu doit être conçue comme le résultat d’un processus qui met l’accent sur la relation dynamique joueur / configuration du jeu. Dans cette perspective, agir, c’est activer la matrice d’action en fonction de signes lus dans la situation présente. Le processus cognitif fondamental est donc un processus d’analogie : les joueurs agissent ainsi parce qu’ils ont établi une analogie entre la situation présente et une situation prototypique qui apparaît comme analogue à la première. Ce processus suppose une accommodation permanente, plus ou moins importante, en fonction de la distance entre la configuration momentanée du jeu et une configuration prototypique. L’ingéniosité du joueur est alors à rechercher dans cette opération d’analogie, où le mouvant se trouve en partie ramené à du stable.

8Une autre approche théorique propose des situations où l’on dispose d’un peu de temps pour la mise au point de stratégies ou encore la possibilité de recourir à des procédures relevant de la méta reconnaissance cognitive (Cohen, Freeman, & Wolf, 1996). Le modèle « reconnaissance / méta recognition » traite la prise de décision en temps contraint comme un processus de résolution de problèmes qui débute par la reconnaissance des configurations de jeu et recherche de l’information supplémentaire, si nécessaire. Ces stratégies aident à identifier les problèmes de conflits ou de fiabilité dans la situation de jeu en cours et peuvent conduire à la correction des réponses envisagées. Chez les joueurs, le résultat final est constitué par une série de modèles de configuration avec une compréhension de leurs forces et leurs faiblesses. Dans une description plus précise de la réflexion des joueurs, ceux-ci peuvent adopter une stratégie à deux niveaux : soit l’activation de la métareconnaissance cognitive avec des réponses associées en attente, soit un processus optionnel d’analyse critique et de correction. Ensemble, ces processus construisent, vérifient et modifient des « scénarios » où le joueur peut faire face à un ensemble relativement nouveau d’événements.

9Néanmoins, la tactique n’est pas seulement une question de connaissances des réponses que l’on peut apporter aux principaux problèmes posés par le jeu et les adversaires. Les configurations du jeu sont tellement évolutives qu’il y a beaucoup de réponses aux problèmes posés par la séquence de jeu. Pour un joueur, la capacité à résoudre ces problèmes et l’intelligence de jeu aident à faire le bon choix et à trouver ainsi une bonne réponse parmi d’autres. Le sens tactique ne s’improvise pas, il faut donc aider à le construire, le développer et l’entretenir tout au long de la carrière sportive. Comme nous l’avons déjà écrit, le sens tactique est un état d’esprit qui permet aux joueurs de collaborer : un bon groupe est plus fort que l’individu isolé (Sartre). Le joueur développe ainsi sa volonté d’aider, accepte de prendre des initiatives et surtout le talent de chacun est mis au service de l’équipe. Le travail tactique doit être vu comme un concept global. Les tactiques collectives et individuelles doivent être au service du jeu et enseignées en tenant compte de la réalité du match : pression constante de l’adversaire, peu de temps donc peu d’espace et en football, peu de buts. Mais, qui dit lecture du jeu dit vision du jeu, qu’on peut développer assez tôt chez les jeunes joueurs. Sans une bonne vision du jeu, on ne peut ni bien lire le jeu, ni l’anticiper : dès lors, adieu le jeu sans ballon. L’anticipation est synonyme de vitesse de pensée.

10Enfin, nous dirons que l’intelligence tactique est à un carrefour et elle se nourrit du rapport d’opposition en cours, de l’expérience, des connaissances, des images opératives, des feintes, de l’inattendu, des configurations stockées, de l’intuition, de l’organisation et l’auto organisation du jeu et du plan de jeu.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search