Version classiqueVersion mobile

L’intelligence tactique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

L’activité des joueurs en sport collectif : l’exemple du football

Jean-Francis Gréhaigne et Patrick Marle

Texte intégral

1Le formateur, comme l’entraîneur, au lieu d’élaborer des plans compliqués puis de définir les moyens les plus adéquats pour les réaliser, devrait, plutôt, aider les joueurs, à partir d’une évaluation minutieuse du rapport des forces en jeu, à s’appuyer sur les facteurs favorables impliqués dans les configurations du jeu pour décider de la suite à donner au jeu. Ces facteurs sont souvent inédits voire imprévisibles et il faut de la disponibilité, de l’expérience et de la clairvoyance afin d’en tirer profit. La tactique du joueur efficace en possession du ballon (ou non) consiste à faire évoluer une situation momentanée du jeu en équilibre en exerçant une pression sur les configurations du jeu en vue de voir apparaître une opportunité prometteuse pour l’attaque. Le potentiel de la situation, une fois bien exploité, doit aboutir à une situation où il est possible de marquer.

2Dans ce cadre, la gestion d’une activité complexe comme un match de sport collectif ne se ramène pas à suivre une procédure établie pour maintenir le système d’affrontement dans un état acceptable d’équilibre en faisant des compromis entre des critères flous et divergents. Comme nous l’avons déjà exposé (Gréhaigne, 2009), les experts sont orientés vers des objectifs précis ; ils se fondent sur des images opératives, partielles, déformées, mais directement tournées vers l’action. Cela implique, ici, une recherche consciente et active des informations en vue de les catégoriser et de les hiérarchiser. Toutefois, ce processus ne précède pas la prise de décision. Ce sont les schémas que le sujet s’est forgé par son entraînement et son expérience qui élaborent une sorte de réservoir de décisions types en relation avec ses ressources disponibles : c’est cette véritable base de données qui sera utilisée par le joueur pour décider des actions à suivre.

1. Base d’orientation et activité du joueur

3Bouthier et Savoyant (1984) soutiennent que, dans toute action individuelle, on doit distinguer, à la suite de Galpérine (1980) des opérations d’exécution et des opérations d’organisation - celles qui assurent le repérage de la situation et conduisent à une décision - en rapport avec la base d’orientation du sujet. Pour Galpérine (1965), la structure interne de l’action est complexe car, outre un but et un mobile, elle suppose la présence d’un objet et, aussi, chez le sujet, d’une base d’orientation. Cette dernière comprend l’ensemble de ses connaissances, à propos de l’action elle-même aussi bien que des conditions dans lesquelles elle est accomplie. En d’autres termes, ce sont les représentations qu’a le sujet du milieu et de l’action. Enfin, toute action est composée d’un ensemble d’opérations. C’est l’ordre dans lequel celles-ci sont exécutées qui constitue le mécanisme de l’accomplissement de l’action. Quant à l’analyse fonctionnelle, elle distingue dans l’action trois parties : orientation, exécution et contrôle.

4Le succès de l’action dépend de sa partie d’orientation. En se servant de celle-ci (représentations du milieu et de l’action), le sujet essaie de s’orienter dans l’une comme dans l’autre. II a été démontré que ce sont la réussite de l’accomplissement de l’action dans son ensemble et son efficacité ultérieure qui donnent à cette partie précisément son caractère (Galperine, 1965). Si les conditions qui déterminent objectivement la réussite de l’action sont données dans la base d’orientation, alors non seulement le joueur construit correctement la partie d’exécution, mais il comprend pourquoi il doit le faire justement de telle façon et non de telle autre. En d’autres termes, le joueur donne, telle ou telle réponse, non seulement parce qu’elle a été construite mais aussi parce que cette réponse contient la logique du jeu et les conditions dans lesquelles se réalise l’action. La base d’orientation est l’élément central dans l’élaboration de toutes les formes d’action. C’est en particulier du contenu de cette base d’orientation de l’action que dépend, pour le joueur, son niveau de compréhension de la nature de la situation de jeu et de l’action elle-même. Dans cette conception fondée sur l’activité, le joueur ne réagit pas passivement et aveuglément ; il raisonne à propos des conditions de jeu.

5Darnis-Paraboschi, Lafont et Menaut (2006) soulignent dans leur étude, l’importance accordée à l’analyse des bases de connaissances des pratiquants et positionnent leur travail sur l’apport des interlocutions dans des dyades dans une perspective de l’enseignement des jeux par la compréhension (Gréhaigne, Godbout & Mahut, 1999). Bien que Vygotski (1933) signale parfois des discordances entre la formation d’un concept et sa restitution verbale, les auteurs considèrent la formulation de règles d’action comme un outil au service de la prise de décision.

6Nous sommes bien en présence de processus qui dissimulent un système de construction complexe, hiérarchisé en fonction des formes et des variétés de l’action, que nous allons essayer de décrypter plus avant.

2. S’organiser en équipe

7Dans son ouvrage « le football », Frantz (1975) défendait l’idée, que dans une équipe de football, en défense, on s’organise alors qu’en attaque, on improvise. Robert, (1985, p. 5), à propos de la dynamique du jeu, affirmait « que les conditions réglementaires conduisent à définir le jeu comme une dualité dynamique où chaque équipe oppose à l’autre le nombre au nombre, l’action offensive à l’action défensive en vue d’obtenir un résultat : gagner ou ne pas perdre ».

2. 1. Établir l’équilibre entre l’attaque et la défense

8Pour continuer notre réflexion, nous allons envisager successivement les points de règlement concernant être en jeu ou hors du jeu et les éléments assurant ou non la continuité du jeu. Le but de l’équipe attaquante est d’assurer la continuité de la possession de la balle et sa circulation en vue de s’approcher du but adverse et, surtout, de marquer des buts.

2. 1. 1. Limiter l’espace

9Au football ou au rugby, les lois sur le hors-jeu limitent le positionnement et la circulation des joueurs. Au handball, devant chaque but, il existe une surface interdite aux joueurs sauf au gardien. La zone, un demi-cercle de 6 m de rayon, est quand même largement utilisée dans les airs. Au basket-ball, devant le panier, se trouve une raquette où l’on ne peut pas stationner plus de trois secondes. Enfin, au hockey sur glace, on retrouve dans le tiers avant de la patinoire une zone tenant toute la largeur où la rondelle doit pénétrer avant tout attaquant lors d’une montée offensive. Ces lois sur le hors-jeu ou sur les zones interdites de façon permanente ou temporaire, visent, en fait, à établir ou rétablir un équilibre entre les droits de l’attaque et ceux de la défense. Cela correspond également à un aspect très moral à savoir que « dans le jeu, nul ne peut s’approprier un avantage immérité ». Le but de l’ensemble de ces règles est le même dans tous les sports collectifs, c’est empêcher les avants piquets (loafers en bon québécois) de camper à proximité du but de l’autre équipe.

10Sans la règle du hors-jeu, le football serait, sur un grand champ, un jeu sans échange de balle, fait de coups de pieds vers l’avant ou de passes longues d’un bout du champ à l’autre. En empêchant toute position trop avancée la règle privilégie donc la conduite de balle et la passe, plutôt que des coups de pieds longs. Cela favorise le jeu collectif qui, à son tour, encourage de passer rapidement d’un côté du champ à l’autre et comprime l’action sur une plus petite superficie du terrain, habituellement environ 30 ou 40 mètres de long. Le résultat final est que tous les joueurs doivent rester proches de l’action, ce qui permet à chacun de participer aux différentes configurations du jeu. Les premières traces de cette règle datent des années 1870, où après de longues discussions entre les clubs, la règle fut établie à seulement trois défenseurs. En 1925, la règle du hors-jeu a évolué. Le changement avait été rendu inévitable pour les instances dirigeantes du football par la trouvaille des défenseurs du club de Newcastle qui avaient inventé le premier piège du hors-jeu de l’histoire. Remontant le terrain très vite, ils mettaient les attaquants en position de hors-jeu. Les arbitres étaient continuellement en train de siffler. Dès lors, les spectateurs devinrent moins assidus au stade. La nouvelle règle, qui prenait en compte seulement deux joueurs entre le ballon et la ligne de but « au moment où le ballon est joué », était censée donner aux attaquants une plus grande latitude dans le jeu. Ce fut efficace : après 1925, le nombre de buts marqués augmenta de façon spectaculaire.

11En ce qui concerne le rugby, Deleplace (1966, p. 342) remarque que « l’idée de départ qui amène la règle du hors-jeu est le parti pris athlétique ». Les gains de terrain que réalise le ballon tantôt vers un but tantôt vers l’autre doivent être parcourus par un ou plusieurs joueurs. Le rugby veut que ce soit les hommes qui courent et non le ballon. Le mouvement du ballon par rapport à la profondeur du terrain ne doit être que le témoin du mouvement des hommes selon cette dimension.

12Or, pour faire courir tous les joueurs, il suffit d’obliger les attaquants à courir. Ceci oblige les défenseurs à se déplacer pour éviter de se faire déborder tout en protégeant leur cible. L’ensemble de ces règles et de ces modalités de jeu donnent une tonalité particulière à chaque jeu collectif.

2. 1. 2. Continuité / discontinuité du jeu

13Pour les sports collectifs en général, le terme de continuité est employé à propos du passage d’une situation tactique à une autre (attaque / défense). Ici, les règlements ou les options tactiques du moment assurent ou non la continuité du jeu, du football américain au football. La durée moyenne d’une séquence devient un indicateur pertinent des choix effectués. Plus la durée d’une séquence est courte plus tactiquement elle est faite pour éviter le désordre. Plus la séquence dure, plus le désordre peut s’installer dans le jeu. Dans ce cas, le schéma tactique représente une forme de jeu rigide et stéréotypé. On l’utilise d’habitude en attaque, dans les moments fixes du match comme par exemple les différentes remises en jeu. Le schéma tactique est : « exécution d’un dispositif préétabli (établi à l’avance) dans lequel les joueurs et le ballon circulent et agissent de façon stéréotypée, conformément aux indications établies à l’avance, afin de réaliser une tâche partielle du jeu » (Teodorescu, 1965, p. 2). Ce type d’action est caractéristique du volleyball ou du football américain où l’on choisit et annonce le schéma que l’on va utiliser lors de la prochaine mise en jeu. Dans ces jeux, les conditions qui autorisent une circulation de la balle sont très restrictives.

14La circulation tactique est appliquée sur tout le terrain et constitue une forme supérieure au schéma tactique. Dans la circulation tactique participe un grand nombre de joueurs. Elle est utilisée contre une défense déjà organisée. « La circulation tactique représente une suite d’actions individuelles et de combinaisons tactiques effectuées suivant un certain plan d’organisation, le ballon et les joueurs circulant successivement vers des endroits du terrain établis à l’avance » (Teodorescu, 1965, p. 5). Une attaque avec ses différents temps et les déplacements des défenseurs entre les lignes illustrent bien ce type de phénomènes. Enfin, avec un peu des deux aspects, on trouve les jeux où le temps d’attaque est limité par le règlement comme au handball ou au basket-ball.

15Par opposition au schéma tactique, la circulation tactique est élastique, supposant la détermination à l’avance non seulement de certains principes de circulation du ballon et des joueurs, mais aussi le sens et le rythme de ces déplacements. Ainsi, à l’intérieur d’une même situation tactique, on utilise le terme de continuité lorsqu’il y a enchaînement de plusieurs phases collectives. On peut utiliser également ce concept à propos de l’enchaînement des actions par le joueur (capture du ballon, conduite et tir). Si le désordre apparaît, on peut considérer que le premier temps de jeu a été efficace, pour provoquer un déséquilibre défensif. Le temps qui suit a pour but d’exploiter ce déséquilibre en choisissant la forme de jeu la plus adaptée. Assurer la continuité de l’attaque exige un replacement offensif anticipé dans les espaces disponibles et une lecture efficiente du placement et des déplacements des partenaires et adversaires.

2. 2. L’organisation

16Pour sa part, l’organisation, a été bien étudiée par Crozier et Friedberg (1977) qui soutiennent l’idée d’une sociologie de l’action organisée. Cette méthode, basée sur l’analyse stratégique, se positionne sur le plan des relations de pouvoir entre les acteurs et des règles implicites qui gouvernent leurs interactions. Chaque organisation est avant tout un système relationnel. L’observation permet de révéler de nombreux problèmes que l’on peut regrouper en deux grandes catégories, les stratégies des personnes et les relations de pouvoir entre elles. L’un des apports fondamentaux de Crozier (2000) a été de rejeter l’idée selon laquelle le pouvoir est détenu uniquement par les décideurs (meneurs du jeu ou entraîneurs, dans notre cas). Sur la base des travaux menés, on peut considérer que tout le monde, quelle que soit sa position dans l’équipe, dispose de pouvoir, ne serait-ce qu’en bloquant ou facilitant la collaboration.

17La dynamique du jeu, c’est l’organisation du jeu et ses aspects d’auto-organisation avec l’imprévu, le hasard et les bons coups à jouer qui ne relèvent pas d’une structure pré-établie qu’il suffirait de bien animer pour réussir. Donc, ni animation car les joueurs ne sont pas des pantins, ni système dynamique puisque les joueurs ne sont pas des particules. L’organisation de jeu constitue la base d’évolution des joueurs ; elle répartit les rôles sur le terrain pour obtenir une efficacité de l’ensemble. En effet, il est bien évident qu’une équipe ne peut jouer sans une organisation collective. Chaque joueur effectue un travail en fonction de celui des autres. Son sens tactique lui permet de s’adapter pour résoudre les situations de jeu dans l’intérêt de l’équipe. Les éléments varient et l’élévation du niveau technique, physique, tactique des joueurs fait modifier les dispositions.

18L’organisation de jeu s’adapte. Les équipes s’organisent en fonction de dominantes, en tenant compte de leurs propres valeurs (qualités et faiblesses) ainsi que de celles de l’adversaire. L’organisation du jeu est permanente alors que le plan de jeu (tactique) est temporaire et relatif à un seul match. Pour le joueur, elle correspond à une situation. On attend d’une organisation bien construite qu’elle permette 1) de couvrir de façon optimale le terrain, 2) d’occuper les espaces entre les défenseurs pour faciliter l’attaque ainsi que de rester en barrage en défense pour empêcher la progression des adversaires et, enfin, 3) de tenter d’accéder rapidement au but adverse.

19Dans le football moderne, les observations montrent que les équipes qui gagnent forment un bloc dont les dimensions sont plus faibles que les équipes qui perdent. Les distances entre joueurs sont réduites.

2. 3. Principes de fonctionnement du jeu en football

20En fait, tous les jeux sportifs collectifs restent soumis à des principes de fonctionnement qui se révèlent communs et identiques avec quelques variations propres au volley-ball. Ces principes constituent le point de départ, la base : ils représentent la source de l’action, ils définissent les propriétés invariables sur lesquelles va se greffer la structure fondamentale du déroulement des événements. Normes d’action clairement représentées à l’esprit, le principe guide les joueurs en dirigeant et coordonnant leur activité. « Lois premières, c’est-à-dire essentielles, évidentes et simples, elles sous-tendent, en les régulant, tant en attaque qu’en défense, les rapports des individus au sein de l’équipe et les rapports des deux équipes au cours de l’affrontement. Un principe se pare d’un trait caractéristique : pouvoir être appliqué, acquis et interprété d’une façon identique par les hommes de bon sens » (Bayer, 1979 p. 44). Pour Gréhaigne, Billard, Guillon et Roche (1989, p. 159) les principes des actions efficaces, dits principes d’actions, « sont une construction théorique et un instrument opératoire qui orientent un certain nombre d’actions dont ils représentent la source et qui permet d’agir sur le réel ». Enfin, Mialaret (1979, p. 356) définit ce terme ainsi : « postulé par la raison, un principe « règle » des actions dont il est compris comme la règle et la source… Ces principes sont à la fois des règles d’action clairement représentées à la pensée… et le moyen d’expliquer rationnellement cette action ».

21Dans ces principes, nous pouvons, néanmoins, distinguer différents niveaux d’abstraction qui consistent à :

  • réfléchir collectivement sur les données concrètes de la situation en liaison étroite avec la perception et le jeu ;

  • utiliser la pensée tactique liée au jeu mais dépassant la situation concrète ; ceci opère un rapprochement entre la situation telle qu’elle a été reconnue et des règles, des principes, des réponses ;

  • recourir à la pensée tactique abstraite qui n’est pas directement liée à l’acte de jeu mais qui opère à l’aide de représentations figurées ou de généralisations abstraites pour apporter des réponses aux problèmes posés.

22Dans les sports collectifs, comme nous l’avons déjà écrit (Gréhaigne, 2009) l’équilibre, la stabilité pour nous, le déséquilibre pour les autres voilà le credo du jeu en mouvement qui vise à prendre un temps d’avance sur le replacement défensif pour pouvoir continuer l’action ou tirer. D’une manière générale, on a coutume d’affirmer qu’en football, il faut :

  • jouer sur la densité des joueurs pour la réduire en attaque, pour se donner du temps et l’augmenter en défense pour réduire les espaces et le temps pour jouer des attaquants ;

  • varier l’incertitude (forte incertitude pour l’adversaire, réduite pour les partenaires) ;

  • coordonner les actions en coopérant en attaque et en défense dans le cadre d’une organisation du jeu la plus commune possible.

23Un modèle présenté par Worthington (1980), basé sur celui initialement développé par Wade (1967), explique les rôles des joueurs dans une approche fonctionnelle du football. La force concrète de ce modèle réside dans l’idée simple de n’utiliser que six rôles à jouer, à savoir trois en attaque (attaquant premier, deuxième et troisième attaquant) et trois en défense (le défenseur premier, deuxième et troisième défenseur), pour fournir une compréhension pratique des principes de jeu. Dans ce modèle, les rôles de premier attaquant, deuxième attaquant et troisième sont liés aux principes respectifs de pénétration, de profondeur offensive et de mobilité. D’autre part, les rôles de premier, deuxième et troisième défenseur sont liés aux principes respectifs d’empêcher la pénétration, de construire la profondeur défensive et de maintenir l’équilibre défensif.

24Ainsi, ces principes sous-tendent les concepts et les idées qui sont fondamentales pour un jeu efficace et un bon fonctionnement de l’équipe. Ainsi la compréhension des principes de jeu est le fondement de l’enseignement des rapports d’opposition dans le jeu.

25Quels sont les principes de fonctionnement du jeu en football qui sous-tendent le jeu d’équipe avec succès en attaque et en défense ? La figure 1 présente un inventaire de ces principes.

Figure 1. Principes du jeu en football.

Principes d’attaque

Principes de défense

- Pénétrer

- Retarder / Presser

- Soutien / Appui

- Couverture / Soutien

- Largeur

- Regroupé / Proche

- Mobilité

- Equilibre.

- Profondeur

- Réduire l’espace

- Tirer / Marquer

- Garder la cible

26Nous allons, maintenant, décrire et analyser plus avant ces principes de fonctionnement en commençant par l’attaque puis suivront ceux de la défense.

27Principes d’attaque 1 – Pénétrer.

Lorsque vous entrez en possession de la balle, le premier attaquant doit se demander : Puis-je marquer ? Si la réponse est oui, il va tirer et ainsi pénétrer la défense par le tir. S’il ne peut pas marquer, il va chercher à faire une passe, qui va pénétrer dans la défense. Si ce n’est pas le cas, il va alors tenter d’avancer en conduisant la balle.

28Principes d’attaque 2 – Soutien /Appui.

Afin de conserver le ballon, le premier attaquant (le joueur en possession du ballon) aura besoin de soutien ou d’appui du deuxième et troisième attaquant voire de l’ensemble de ses partenaires. Autrement dit, les équipiers du porteur de balle doivent fournir en avant, en arrière ou latéralement des solutions pour le premier attaquant (joueur avec la balle).

29Principes d’attaque 3 – Utiliser la largeur.

Dans le but d’étirer la forme défensive de l’adversaire, les attaquants doivent utiliser toute la largeur du champ de jeu pour tenter de les attirer loin de la zone dangereuse qui se situe face au but.

30Principes d’attaque 4 – Privilégier la mobilité.

Les attaquants vont faire des courses dans les différentes zones du terrain afin d’attirer les défenseurs hors de leurs positions habituelles, en essayant ainsi de déséquilibrer la défense.

31Principes d’attaque 5 – Écarter les lignes défensives.

Les attaquants vont essayer d’étirer, également, l’espace entre les lignes défensives, en jouant aussi profondément que possible. L’intention est d’étirer l’adversaire dans la verticalité. Cet étirement vertical peut pareillement être atteint par les joueurs en soutien qui reculent pour créer un espace devant eux. Cela revient à étirer l’adversaire dans la profondeur.

32Principes d’attaque 6 – Tirer / Marquer.

Réussir dans la phase de réalisation suppose de tirer au but et de battre le gardien de but afin de pouvoir marquer un point.

33Un autre élément qui traverse ces principes et constitue une condition de la réussite en attaque consiste à tenter de briser les défenses en utilisant la surprise. Des outils tels que talonnades, coups de pieds aériens, têtes de plongée, feintes et fausses pistes sont tous utilisés à cette fin.

34Nous en arrivons, maintenant, à la description des principes de la défense.

35Principes de défense 1 – Retarder / Presser / Flotter Pour éviter la pénétration du porteur du ballon, le défenseur le plus proche doit d’abord s’appliquer à faire pression sur lui ou retarder la pénétration en empêchant le tir, la passe ou le dribble. Ce principe concerne bien sûr tous les défenseurs à des degrés divers.

36Principes de défense 2 - Couverture / Support / Profondeur de la défense Pour pallier l’élimination possible du premier défenseur, le deuxième défenseur couvre son partenaire directement engagé dans l’action. Cela signifie que les défenseurs en soutien coupent les possibilités d’échanges de balle et sont prêts à récupérer le ballon.

37Défendre le principe 3 – Regroupé / Proche

Pour éviter d’être étiré dans une des dimensions du terrain, les défenseurs doivent rester rapprochés et groupés, en particulier dans la zone dangereuse devant le but. Dans cette zone, même s’ils tentent une récupération, ils devront rester, impérativement entre le ballon et le but.

38Principes de défense 4 - Équilibre

Afin de conserver l’équilibre défensif, les joueurs du rideau transversal profond se déplaceront sur le côté faible de l’attaque afin de parer les appels de balle. Néanmoins, ils peuvent suivre un attaquant si quelqu’un d’autre vient prendre sa place afin de maintenir l’équilibre défensif.

39Principes de défense 5 – Réduire l’espace

Pour contrer les attaquants, les défenseurs tenteront de réduire la distance qui leur est laissée entre les lignes, en remontant le terrain vers le but adverse, réduisant efficacement l’espace offensif. Cela a également pour effet de maintenir de petits espaces entre les lignes défensives, ce qui rend difficile la circulation du ballon.

40Principes de défense 6 – Garder la cible

Le gardien de but est la pièce maîtresse de ce principe et dans les mouvements de la défense, il a pour tâche de réduire l’espace entre lui et la dernière ligne défensive. Quand il récupère le ballon, il devient le premier attaquant.

41Une autre donnée qui traverse ces principes et constitue une condition de la réussite en défense consiste à éviter d’être « consommé » trop vite, les défenseurs resteront en barrage et feront preuve de retenue ou de patience, en attendant que l’attaquant fasse une erreur, afin de récupérer le ballon. Un défenseur au sol est un défenseur battu et inutile !

2. 4. Des tâches pour les joueurs

42L’entraîneur possède la capacité de faire des ajustements à propos du style de jeu adopté selon ses préférences personnelles, les exigences de la compétition et les compétences de ses joueurs. Chacune de ces options de jeu est également affectée par d’autres choix qui relèvent de la stratégie choisie, de la composition de l’équipe, des rôles, des tâches, etc. Pour bien fonctionner, il est donc très important qu’une équipe ait un bon équilibre des tâches. Au plan général, l’activité des joueurs s’organise à partir des décisions que prend le joueur face à des choix tactiques dans trois types de situations : porteur de balle, partenaire du porteur de balle, adversaire du porteur de balle (tableau I, II, III). Ces décisions se concrétisent dans des actions de jeu caractéristiques. Il est à noter que les mentions en italique figurant à la fin de la catégorie « réalisation – tir au but » indiquent les tâches prioritaires que les joueurs doivent remplir quand la situation a évolué du fait de la perte ou du gain du ballon (Gréhaigne, 1989).

Tableau I. Les choix du porteur de balle.

Mouvement général Contribuer à rapprocher le ballon de la cible et / ou assurer la conservation du ballon
En utilisant l’action avec la balle
En utilisant l’échange de balle avec un partenaire
Jeu dans la zone de marque
Contribuer à la mise en situation favorable de tir et / ou assurer la conservation du ballon En utilisant l’action avec la balle (pénétrer, contourner)
En utilisant l’échange avec un partenaire (pénétrer, renverser, contourner)
En utilisant les lancers longs ou courts et précis (passes décisives)
Vers un tir, dans un temps différé
Réalisation - tir au but
Battre le gardien pour marquer un but.
En cherchant à prendre une avance décisive sur son replacement
En cherchant à réduire son temps d d’intervention
En cherchant à varier les trajectoires (formes, directions, puissances)
Se replacer en fonction du résultat

Tableau II. Les choix du partenaire du porteur de balle.

Mouvement général Contribuer à rapprocher le ballon de la cible et / ou assurer la conservation du ballon
En favorisant la progression du porteur de balle
En favorisant l’échange de balle long / court
En s’écartant pour élargir le champ de jeu
Jeu dans la zone de marque
Contribuer à la mise en situation favorable de tir et / ou assurer la conservation du ballon En favorisant l’action du porteur de balle
En se préparant à exploiter l’action du porteur de balle
En proposant un échange de balle
Réalisation - tir au but
Récupérer le ballon et / ou défendre sa cible
En cherchant à récupérer la balle s’il y a renvoi
En cherchant à prendre de l’avance pour se replacer en défense

Tableau III. Les choix de l’adversaire du porteur de balle.

Mouvement général
Défendre sa cible, s’opposer à la progression et / ou reconquérir le ballon.
Par une intervention directe sur le porteur de balle
Par des actions sur les trajectoires d’échanges
Par un replacement dans la réserve axiale
Jeu dans la zone de marque
Empêcher le tir et / ou assurer la reconquête du ballon
Par une action très directe sur le porteur de balle
Par un soutien au partenaire engagé dans une action sur le porteur de balle
Par des actions différées sur les trajectoires d’échange
Réalisation - tir au but
Détourner, intercepter, arrêter le tir
Gardien de but
Anticipation dans le placement
« Lire » le tir adverse détourner, arrêter, récupérer la balle
Lancer la contre-attaque…
Défenseur
Gêner le tireur (exercer une pression)
Si renvoi du ballon reconstituer la ligne de forces défensives
Si récupération du ballon, participer à la contre-attaque

43Nous allons en venir maintenant à des données numériques générales qui sont au cœur de l’analyse d’une rencontre.

3. Des éléments d’appréciation, d’observation et d’évaluation

44Examinons successivement les efforts que demande un match de football et des outils statiques et dynamiques pour une bonne observation en jeu.

3. 1. Quelques aspects des efforts en football

45Sur le plan des efforts (Cazorla, Montéro, & Goubet, 1995 ; Reilly & Williams, 2003), il faut savoir que lors d’un match de football de 90 minutes (hors arrêts de jeu), le temps de jeu effectif se situe entre 50 et 55 minutes pour les matchs amateurs et entre 60 et 65 minutes pour les matchs internationaux, avec des courses variées suivant les postes. Dans les vingt dernières années, on a constaté que l’évolution du jeu en football va vers davantage d’actions intenses par joueur et par match. Ainsi le football peut-il être caractérisé comme un sport intermittent avec des efforts explosifs répétés. Comment cela se traduit-il concrètement pendant le match ? Un match de haut niveau se caractérise en moyenne par 50 à 55 duels (au sol et aériens), de 25 à 40 sauts et quelques tacles, surtout pour les défenseurs. Un joueur réalise environ 125 actions intenses ou sprints de 2 à 4 secondes par match suivis d’une période de récupération. Bien que ces actions de durée très courte (2 à 4 sec) se répartissent de façon aléatoire au cours d’un match, on peut calculer qu’une action intense a lieu environ toutes les 30 – 35 sec. Cazorla et al., (1995, p. 146) précisent « nos résultats sont sensiblement supérieurs à ceux déjà publiés dans la littérature au cours des dix dernières années : la somme des sprints, départ arrêté, avec élan, avec changement de direction et avec conduite du ballon représentent plus de 19 % de la distance totale parcourue au cours du match, le reste pouvant être considéré comme course rapide de replacement (14 %) ou de récupération active (67 % des distances, soit plus de 80 % de la durée totale du match) ». Si l’on fait une synthèse des données proposées par différents auteurs, la distance totale mesurée en mètre parcourue par les joueurs s’établit à environ 8 500 avec des variations de 10 % et est composée de marche, 2 640 m, de courses lentes, 3 375 m, de courses intenses, 1 210 m, de sprints, 740 m, de courses en reculant, 360 m et de pas chassés, 175 m.

46La consommation maximale d’oxygène (VO2 max) dans un match se situe entre 75 et 80 % du VO2 max. Pour être efficace dans un match, un joueur doit être capable de soutenir le plus longtemps possible ce pourcentage et on observe ici une différence significative en faveur des milieux de terrain. Enfin, la fréquence cardiaque moyenne au cours d’un match de football se situe entre 170 et 175 battements par minute. Suivant l’intensité des matchs, on atteint souvent des pics aux environs de 200 battements/min. Un match de football est un jeu dont la durée est notable (90 min) avec des fréquences cardiaques élevées, une lactatémie peu importante et où la base physiologique du jeu est constituée de sprints, de courses rapides et d’actions techniques et tactiques exigeant vitesse, puissance. Cet ensemble est suivi de moments de récupérations passives ou actives assez brèves. Tout cet ensemble nécessite des qualités qu’il convient de développer dans la pré-formation et à des périodes ciblées au cours de la saison et/ou de la carrière du footballeur.

47Aussi, la préparation physique en football ne peut pas être basée sur un simple paramètre car elle repose sur un large éventail de qualités physiques et physiologiques. En outre, les qualités physiques du joueur sont affectées par l’entraînement et les matchs, ce qui amène des variations tout au long de la saison. Après l’exposé de ces quelques aspects physiologiques, nous allons en venir aux éléments d’observation qui influencent aussi la façon de jouer.

3. 2. Des faits pour nourrir la pensée tactique

48On trouve dans le livre de Morris (1981) une première approche de l’analyse du jeu qui vise à obtenir des données statistiques précises. L’auteur étudie le nombre de touches de balle par match et la continuité du jeu. « Cette idée de balle en jeu et hors du jeu est importante pour la compréhension des schémas de base du jeu » (p. 94). La vitesse du ballon dans un match est également pour lui un élément important. Un match ordinaire totalise environ 2 000 touches de balle (1 000 par mi-temps) et d’environ 100 périodes d’activité intense où la balle est en jeu. A partir de l’étude de dix matchs internationaux analysés action par action, Morris (1981) montre que la moyenne des touches de balle est d’environ 2 300 par match (chiffre le plus bas : 1 911, le plus haut : 2 622). Cela représente 26 touches de balle par minute, soit une toutes les deux secondes. « En dépit de l’énergie utilisée, c’est toujours le dernier quart d’heure de chaque mi-temps qui obtient le meilleur score dans les contacts de balle, les deux équipes faisant des efforts importants afin de conclure » (p. 80). Encore, faut-il admettre que toutes les touches de balle sont équivalentes et ont la même importance (poids spécifique) en regard des configurations du jeu… Ensuite, lors du match France - Argentine de 1 978, Morris (ibid.) comptabilise les échanges de balle réussis qui sont de 780 (Arg, 368 ; Fra, 412) ainsi que les pertes de balle dont le résultat est 464 (Arg, 232 ; Fra, 232). Tous ces résultats chiffrés peuvent donner des renseignements sur la qualité d’un match et constituent des données objectives. Il est à noter que différents logiciels d’analyse du jeu proposent des résultats fiables pour ce type d’observation.

3. 2. 1. Des aspects quantitatifs pour analyser un match

49Bien qu’elles soient la plus ancienne forme de données d’observation, les statistiques tirées du jeu restent largement utilisées de nos jours non seulement par des journalistes sportifs (figure 2) mais aussi par les chercheurs. Les logiciels d’analyse du jeu fournissent beaucoup de données numériques et sont utiles pour constituer une équipe, compte tenu des forces et faiblesses des adversaires. La plupart des clubs ont adopté le système, ainsi l’entraîneur, le préparateur physique évalue leurs choix. Avec ces données, même les joueurs se rendent mieux compte de la réalité de leurs performances. La plupart des logiciels sont capables d’analyser tous les mouvements des joueurs et de faire ressortir qu’un tel a parcouru telle distance, a reçu tant de ballons, en a perdu tant, a délivré une passe décisive lors de telle séquence de jeu. Le porteur du ballon mais aussi le mouvement du joueur qui se démarque font l’objet d’une attention soutenue car la finalité de tous ces logiciels est bien là : décortiquer l’action de jeu. Nourrir la tactique élaborée par l’entraîneur tout en servant de miroir critique aux joueurs. Techniquement, cela permet de préparer les entraînements sur des tableaux animés, d’analyser tous les mouvements et de mémoriser les statistiques individuelles. Un outil dont la présence ne surprend aujourd’hui plus sur les bords de touche d’un terrain…

Figure 2. Un exemple typique de bandeau publié par les journalistes.

Figure 2. Un exemple typique de bandeau publié par les journalistes.

3. 2. 2. Des aspects qualitatifs pour analyser un match

50Il faut essayer de ne pas tomber dans les extrêmes de deux types d’évaluation : « l’œil du maquignon » ou la sophistication de grilles multifactorielles peu aisées à décoder. Ici, l’observateur n’a pas à juger les intentions de l’équipe observée mais, bien à apprécier les résultats concrets des actions effectuées.

51L’espace peut donc être considéré comme un premier révélateur pertinent des contradictions nées de l’opposition auxquelles un joueur est soumis. La mise en relation des espaces occupés réellement par les joueurs dans une équipe constituera la première étape de notre analyse. La notion d’espace de jeu effectif sert de support à cet outil. Le système de repère propre à définir l’espace de jeu effectif est constitué par l’ensemble des lignes qui délimitent l’aire de jeu réglementaire. Les variables observées sont les positions des joueurs situés, à l’instant T, à la périphérie des équipes en jeu, exceptés les gardiens de but. Ces positions reliées entre-elles, délimitent une surface polygonale que nous définissons comme l’espace de jeu effectif (E.J.E.).

52A partir de cette définition générale, nous avons fait évoluer cet outil et nous avons construit un autre référentiel pour l’observation : l’espace de jeu effectif d’un joueur (E.J.E.J.). Cela montre de façon précise l’extrême variabilité et les différences importantes que peut recouvrir la notion de jeu en 4. 4. 2. En conséquence, nous dirons que ce terme de 4. 4. 2. caractérise un système de jeu formel.

- La distribution réelle et la composition de l’équipe

53Ce type de méthodologie permet de mieux comprendre comment fonctionne le plan de jeu d’une équipe la notion de système de jeu. Les systèmes de jeu qui constituent une forme d’ordre extérieur sont souvent caractérisés par des sigles « WM » ou par des chiffres 4. 4. 2. ou 5. 4. 1. etc. A titre d’exemple, nous allons reprendre la comparaison faite, pour le match Auxerre - Marseille en 1 984, entre la composition de l’équipe d’Auxerre et les positions obtenues avec notre méthodologie. Avant la rencontre, la composition de l’équipe d’Auxerre était annoncée en 4. 4. 2.

54La composition de l’équipe donne le nom des joueurs retenus pour la rencontre considérée et montre une distribution théorique de ceux-ci qui révèle de façon grossière le dispositif adopté par l’entraîneur. En effet, ce dispositif peut rendre compte de la répartition des joueurs sur le terrain, en particulier dans les trois grandes lignes de force mais, le plus souvent, il reste très imprécis, sans compter que beaucoup d’entraîneurs se servent de la composition des équipes pour « masquer » leurs choix avant la rencontre. Si nous comparons la distribution théorique (figure 4) avec la distribution réelle (figure 3), donnée par l’étude des centres de rayon d’action, nous relevons des analogies et des différences.

55La composition de l’équipe donne une distribution théorique à partir d’emplacements formels. Nous dirons qu’elle se caractérise par une répartition formelle des joueurs. La distribution des centres de rayon d’action des joueurs est une donnée importante pour obtenir une caractérisation objective du système de jeu réel d’une équipe et ainsi obtenir des renseignements précis sur l’organisation du jeu de cette équipe. Néanmoins, il n’est pas toujours aisé de classer tel ou tel joueur dans une ligne de force, seule l’étude précise de sa zone d’action peut permettre de découvrir son appartenance à tel ou tel groupe.

Figure 3. Position moyenne des joueurs calculée à partir du centre de rayon d’action.

Figure 3. Position moyenne des joueurs calculée à partir du centre de rayon d’action.

Figure 4. Composition annoncée de cette équipe.

Figure 4. Composition annoncée de cette équipe.

56Les systèmes de jeu théorique ne sont qu’un reflet de ce qui se passe réellement sur le terrain. L’identification du nombre d’attaquants et de défenseurs en affectation prioritaire donne déjà une bonne idée des choix effectués.

- Analyse collective de l’équipe

57En sport collectif, en raison de la complexité de l’environnement, des caractéristiques temporelles et spatiales des mouvements, des joueurs et de la balle, le jeu doit être analysé d’une façon très systématique si l’on souhaite obtenir des informations fiables et utiles. Ce type d’analyse prend nécessairement en compte des éléments durables telle que la surface de jeu mais aussi d’autres variables qui sont contrôlées par les joueurs tels que le ballon, les règles d’organisation, de tactique, etc. (Gréhaigne & Godbout, 1995).

Figure 5. Une illustration des outils statiques.

Figure 5. Une illustration des outils statiques.

58Les difficultés d’analyse de la performance dans les sports d’équipe sont celles liées à l’évaluation de tout système complexe où, 1) les éléments intervenant sont non seulement nombreux mais aussi en interaction, 2) le rapport de forces joue un rôle important car il peut varier en fonction des situations, de l’opposition dans une situation donnée.

59L’analyse des performances rapportée dans la littérature reflète deux stratégies principales d’observation. D’une part, l’observation peut être basée sur une image figée de jeu à un instant donné, en attirant l’attention sur l’emplacement des joueurs sur le terrain et l’emplacement de la balle. Une telle approche peut être considérée comme statique. D’autre part, l’observation peut se concentrer sur l’évolution du jeu par rapport à l’emplacement des joueurs, la direction des mouvements et la vitesse du mouvement, compte tenu de configurations momentanées du jeu. Une telle approche peut être classée comme dynamique.

3. 2. 3. Approche statique de l’observation du jeu

60Concernant la longueur du terrain, l’approche la plus simple de l’observation consiste à considérer, d’une part, la partie défensive et, d’autre part, la partie offensive. Si on divise chaque partie en deux, on obtient quatre zones d’observation : (a) de vérité défensive, (b) de pré-vérité défensive, (c) de pré-vérité offensive, et (d) de vérité offensive (figure 6). Pour la largeur, on peut envisager un couloir central (C3) (entre le but attaqué et le but défendu) avec deux couloirs le bordant de chaque côté (C2 et C4). Deux autres couloirs périphériques (C1 et C5) complètent le système d’analyse.

61Un troisième type d’outil concerne l’espace de jeu direct avec des jeux à cible verticale comme au football ou au handball. Du fait de la verticalité de la cible, la surface apparente varie avec « l’angle de tir ». L’espace de jeu direct est alors défini comme la surface du terrain d’où la balle peut être tirée directement à la cible. Dans la figure 6, l’espace de jeu direct est délimité par quatre lignes en pointillés qui vont du milieu du terrain au coin de la surface de but.

62Si l’on considère une configuration donnée du jeu comme celle présentée dans la figure 6, on peut la résumer en utilisant la notion d’espace de jeu effectif (Mérand, 1977 ; Gréhaigne, 1989 ; Gréhaigne et al., 1999). L’espace de jeu effectif (E.J.E.) peut être défini comme une surface polygonale que l’on obtient en traçant une ligne qui relie tous les acteurs impliqués situés à la périphérie de la pièce à un instant donné (voir pointillé noir dans la figure 5). Le ballon peut être dans différentes positions par rapport à l’espace de jeu effectif : au milieu, en avant, en arrière ou encore à la périphérie. Dans l’exemple illustré à la figure 5, la balle est située à l’arrière de l’E.J.E., dans le couloir central (C3), dans la zone de pré-vérité défensive (b).

63Il est possible à partir de l’espace de jeu effectif de définir l’espace de jeu effectif offensif (E.J.E.O.) et l’espace de jeu effectif défensif (E.J.E.D.). On obtient alors deux surfaces polygonales plus ou moins interpénétrées. Les relations qui s’établissent entre ces deux espaces antagonistes et leurs évolutions respectives dans le temps doivent pouvoir nous éclairer sur les évolutions du rapport de forces durant les matchs. En particulier, la position du ballon ou du porteur de balle dans l’espace de jeu effectif offensif en fonction des phases de l’attaque donne de bonnes indications avec le ballon à l’arrière, à l’intérieur, à la périphérie ou à l’avant de l’espace de jeu effectif offensif (Duprat, 2005 ; Gréhaigne, Godbout & Zerai, 2010).

- La notion d’espace de jeu effectif d’un joueur (E.J.E.J.).

64A la différence de l’E.J.E. qui a un caractère instantané, l’E.J.E.J. a une dimension diachronique. Les variables observées ici sont les positions du joueur notées toutes les 30 secondes. Nous avons testé d’autres intervalles temporels (10, 15, 20 secondes) ; un intervalle de 30 secondes s’est avéré le plus pratique tout en restant significatif (Gréhaigne, 1982 ; Winkler, 1984). La jonction des positions situées à la périphérie du nuage de points obtenus, délimite une surface polygonale appelée par définition l’espace de jeu effectif du joueur (Gréhaigne, 1989). La figure 6 est un exemple de l’espace de jeu effectif d’un joueur, milieu de terrain droit dans son équipe.

65La zone d’action d’un joueur nous renseigne précisément sur l’espace préférentiel qu’il occupe. Elle apporte une précision importante par rapport à la notion d’espace de jeu effectif d’un joueur en permettant de traiter les problèmes de concentration dans le nuage de points :

  • l’espace de jeu effectif indique davantage le volume de jeu d’un joueur ;

  • la zone d’action renseigne sur la densité à l’intérieur de ce volume de jeu.

66Enfin, l’étude précise de ces données permet une modélisation par poste de l’espace occupé par un joueur (Gréhaigne, 1989).

Figure 6. Centre de gravité et espace de jeu effectif d’un joueur.

Figure 6. Centre de gravité et espace de jeu effectif d’un joueur.

Figure 7. La zone d’action de l’équipe (Gréhaigne, 1989). Ici le flanc gauche est relativement délaissé.

Figure 7. La zone d’action de l’équipe (Gréhaigne, 1989). Ici le flanc gauche est relativement délaissé.

67Ainsi, les notions de centre de gravité, d’espace de jeu effectif d’un joueur et de zone d’action d’un joueur illustrent la manière dont un entraîneur peut utiliser les données d’observation statique des jeux. Pour quelques exemples, le lecteur peut consulter Frencken, Lemmink, Delleman, et Visscher (2011) ; Gréhaigne (1992), Gréhaigne, Bouthier et David (1996) ainsi que Winkler (1988).

68En regroupant toutes les zones d’action des joueurs sur une même figure, nous avons obtenu la zone d’action de l’équipe que nous définirons comme : la réunion des zones d’action de chaque joueur (figure 7). Ainsi, sont révélés les espaces privilégiés par l’équipe qui sont soit définis a priori par l’entraîneur, soit imposés par le rapport de forces. Cet outil illustre bien la position de l’équipe sur le terrain, mais surtout la densité que donnent les joueurs réellement à tel ou tel espace de jeu. Cette analyse ne peut s’effectuer que par rapport à l’ensemble des joueurs. Si certaines cases sont occupées très souvent par un ou deux joueurs, d’autres le sont par la combinaison de nombreux joueurs y venant à tour de rôle ou en même temps. Enfin, certaines sont vides ou peu utilisées mettant en évidence des sites où l’affrontement n’est pas préférentiel.

69Une caractéristique importante de ces outils est qu’ils donnent une bonne idée du placement des joueurs sur le terrain dans différentes configurations de jeu. Ce type d’information peut être très utile pour les entraîneurs et les joueurs dans l’évolution du jeu d’une équipe. Ces aspects statiques des données d’observation restent particulièrement intéressants dans la mesure où ils peuvent être la base d’une analyse de la transition, d’un instant à l’autre. L’ensemble de ces résultats constitue une indication intéressante, en vue de préparer un plan de jeu, dans la perspective d’une future confrontation. Une équipe a ses habitudes de jeu, son « fond de jeu » disent les techniciens, et la connaissance d’éléments objectifs comme la zone d’action d’un joueur ou la zone d’action d’une ligne de forces permet de mieux caractériser les forces et les faiblesses d’une équipe.

4. Le point de vue de la pratique : l’exemple de Barcelone

70Si l’on observe bien le jeu d’attaque du FC Barcelone, on s’aperçoit que depuis Yohan Cruijff, cette équipe a toujours joué avec des joueurs très excentrés en attaque, misant sur un écartement maximum près de la cible favorisant ainsi les espaces pour jouer. Ce pré-positionnement permet un jeu en mouvement à peu de touches de balle avec des joueurs très disponibles.

Figure 8. Le « cône des lumières » et les zones de soutien.

Figure 8. Le « cône des lumières » et les zones de soutien.

71André Menaut, cité par Melhli (2011), qualifie l’espace produit par ce type de jeu de « cône des lumières » car c’est dans ce volume que résident les réponses à apporter à l’évolution des configurations du jeu. Ici, cet « espace de jeu d’attaque » en forme de cône peut être défini comme un espace en trois dimensions en avant du porteur de balle. Cet espace de jeu d’attaque est matérialisé à tout instant par la position du porteur de balle. Ses extrémités sont concrétisées par les attaquants les plus en avant et les plus excentrés. Cet espace particulier se situe le plus souvent dans le demi-terrain offensif et le jeu dans ce cône entraîne souvent une action dangereuse avec une possibilité de marquer.

72Il représente l’éventail des possibles dans le jeu d’attaque et, en particulier, dans l’attaque du but. Ce concept souligne aussi la nécessité de penser les réponses aux configurations du jeu en trois dimensions ; la largeur, la profondeur et la dimension verticale. Même si Barcelone a le plus souvent recours à un jeu dans le plan, cette dernière dimension permet l’utilisation du jeu de tête mais aussi de ballon aérien, de ballon brossé et tournoyant exécuté de l’intérieur ou de l’extérieur du pied, en un mot de l’espace libre aérien… Enfin, plus la base de ce cône est large plus les intervalles peuvent être importants entre les défenseurs facilitant ainsi la tâche des attaquants.

73Néanmoins, notons que, dans ce cas, derrière le porteur de balle se trouve une zone qui est généralement moins bien défendue que l’aire d’attaque directe mais qui constitue une zone pour réorienter l’attaque. Cette véritable zone de soutien est bien utile pour maintenir la possession du ballon, se libérer un peu de la pression des défenseurs, varier le type d’attaque et avoir la possibilité de tirer quand on est suffisamment près de la cible. La raison de cet espace relativement libre est simple. En effet, comme souvent la balle est jouée en avant, les défenseurs tendent à se concentrer davantage sur le porteur de balle et les éventuels réceptionneurs en avant plutôt que sur les espaces derrière le porteur de balle. Barcelone redonne aussi souvent la balle au gardien de but avancé pour relancer l’attaque. Pour le jeu en mouvement, ces éléments militent en faveur d’une attaque largement déployée avec de vrais ailiers qui jouent à la périphérie ou des arrières latéraux suffisamment offensifs pour permettre d’écarter le jeu.

74Cette vision dynamique de l’espace de jeu d’attaque s’oppose à la vision statique de l’entonnoir dont parlent beaucoup de techniciens du football (Gréhaigne, 1992). Celui-ci est caractéristique de tous les jeux sportifs collectifs, interpénétrés, de signes contraires et à cibles verticales (handball, water-polo, hockey sur glace, hockey sur gazon…). Souvent, dans ce type de jeu, l’absence de joueurs à la périphérie confine attaquants et défenseurs et donne un avantage certain à la défense car l’espace est très resserré en particulier près du but (figure 9).

Figure 9. L’attaque en pointe.

Figure 9. L’attaque en pointe.

75Pour en revenir à Barcelone, cette équipe est aussi capable de perturber l’image habituelle de l’espace libre pour utiliser par le mouvement un espace où une densité défensive existe. Jouer dans un espace occupé consiste à passer le ballon à un endroit où personne ne s’attend à le voir arriver là. Le plus souvent, ce sont des espaces qui paraissent bien denses en défenseurs mais où des joueurs à l’aise techniquement peuvent encore manipuler le ballon sans problème. Néanmoins, une différence existe. Dans le cas du temps collectif, la priorité va au cadre temporel et aux déplacements de la balle, tandis que dans le cas de l’espace, la priorité est au positionnement. Lorsqu’une équipe s’insère ainsi dans une partie de l’espace, elle la transforme à son image, tout en s’adaptant à un autre groupe qui lui résiste. C’est l’équipe elle-même qui, de cette manière, maîtrise les rapports d’opposition, l’ensemble de ses actions participant de son propre équilibre. Ici, deux stratégies visant à la réussite consiste à :

  • garder le ballon en équipe et le conserver avec une circulation de celui-ci en peu de touches de balle et en appliquant la règle « savoir avant de le recevoir ce que l’on va en faire » :

  • récupérer le ballon très haut tout en étant capable de repartir, s’il le faut, de sa ligne de but

76constitue une trame de jeu que peu sont capables d’égaler.

5. Conclusion

77Et le temps me direz-vous ? Entre un point de rupture de l’état d’équilibre et un but réussi, le temps est compté. Ce type de traitement des données apporte bien des informations significatives sur les modalités de la marque en football, mais il présente encore un certain nombre de défauts sur lesquels il nous faut revenir. Pour les attaquants, amener le ballon en avant de l’espace de jeu effectif et dans l’axe central constitue une action de jeu très dangereuse pour la défense. Centrer en retrait et utiliser les joueurs en réserve représente une deuxième catégorie de configurations très favorables. En un mot, toute action qui permet de prendre de l’avance sur le replacement défensif constitue une action positive pour l’attaque et peut amener une action de marque. Mais, pour marquer un but, il faut le plus souvent possible prendre de l’avance sur le replacement défensif, conserver cette avance et réussir la réalisation.

78Pour parvenir à une tentative de tir au but, il existe des configurations prometteuses. Faut-il attendre qu’elles surviennent ou tenter de provoquer leur apparition ? Toutes les décisions qui assurent la continuité ou la rupture de l’action en cours sont typiques des tentatives de résolution par les joueurs de cette classe de problèmes (Tennenbaum, 1999). Ensuite, tout changement de jeu ou déplacement du jeu peut être à l’origine d’un point de rupture de l’état d’équilibre. Ce sont des actions à enseigner, à encourager et à favoriser dans le jeu et son apprentissage.

Table des illustrations

Titre Figure 2. Un exemple typique de bandeau publié par les journalistes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 3. Position moyenne des joueurs calculée à partir du centre de rayon d’action.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Titre Figure 4. Composition annoncée de cette équipe.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Titre Figure 5. Une illustration des outils statiques.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 6. Centre de gravité et espace de jeu effectif d’un joueur.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Figure 7. La zone d’action de l’équipe (Gréhaigne, 1989). Ici le flanc gauche est relativement délaissé.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 8. Le « cône des lumières » et les zones de soutien.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Figure 9. L’attaque en pointe.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10598/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search