Version classiqueVersion mobile

L’intelligence tactique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Construire la tactique et l’intelligence de jeu en football : du terrain à la théorie et de la théorie au terrain

Éric Duprat

Texte intégral

1C’est un retour aux sources qui m’est offert à travers cette demande de Jean-Francis Gréhaigne de présenter mon expérience dans le domaine de la tactique et du domaine qui s’y rattache : l’intelligence de jeu. Il me paraît impossible d’aborder ces thèmes sans faire référence à un parcours qui me permet aujourd’hui d’apporter une contribution à cet ouvrage. Chacun d’entre nous s’est construit au fur et à mesure de son expérience sur le terrain et des personnes rencontrées qui lui ont permis d’évoluer. Je commencerai donc en exposant d’un point de vue chronologique les étapes du processus qui m’ont amené à modifier mes démarches au cœur de l’intervention. De mon expérience de joueur, en passant par ma formation initiale pour devenir enseignant, à mon parcours en tant qu’éducateur et/ou entraîneur, chaque confrontation à la réalité du terrain occupe une place importante dans mon positionnement actuel. Chaque personne rencontrée, sur le terrain ou à travers des écrits, dans le milieu fédéral, de l’enseignement ou de la recherche devient une source nouvelle d’inspiration. Je présenterai donc les différentes étapes qui ont jalonné le processus de maturation des idées que je vais vous exposer. Des réflexions aux travaux de recherche, du vécu aux expérimentations sur le terrain, vous appréhenderez mieux les moments clefs de ce parcours. On comprendra ce qui m’amène à proposer les mises en situation qui suivront.

2Dans la seconde partie, je présenterai ce que signifie pour moi la notion d’intelligence de jeu, concept qui prend sa source dans la logique interne de l’activité directement liée aux règles établies au cours du développement historique de la pratique. Celles-ci constituent les bases à partir desquelles s’alimente l’intelligence du jeu, elle-même à l’origine de l’intelligence de jeu. J’aborderai aussi la notion d’intelligence corporelle qui se positionne comme l’élément final de la concrétisation de la pensée. Dans la foulée, de cette tentative de conceptualisation, j’en viendrai à parler de la philosophie de l’entraîneur. C’est-à-dire de la façon dont il présente ses choix et orientations et le type de football qu’il veut voir produire par son équipe. Cela correspond aux idées fortes qui posent les bases du style de jeu recherché. Jeu d’attaque, chatoyant et tourné vers l’offensive où l’idée de marquer un but de plus que l’adversaire est prioritaire. Jeu « réservé », moins ambitieux, où la position d’attente est préconisée pour profiter des situations favorables afin d’attaquer. Jeu défensif où l’accent est porté sur la priorité de ne pas prendre de but et de profiter d’une ou deux opportunités pour rafler la mise. L’option philosophique a, bien entendu, des conséquences sur les consignes et directives prônées par l’entraîneur durant son intervention.

3La troisième partie sera consacrée à la mise en place concrète sur le terrain par l’intermédiaire de quelques exemples. En partant du « macro-système » au niveau de l’organisation de l’équipe alimenté par les phases de lancement du jeu que sont les combinaisons sur les phases statiques. En revenant, après certains constats, sur des situations d’apprentissages proposées dans « l’infra-système » et en les faisant évoluer progressivement vers des situations plus complexes au niveau du « microsystème ». Les alternatives proposées permettent alors à l’individu de construire des logiques d’actions et d’accéder à l’intelligence du jeu. Ce processus de formation devient une source de progrès sans limites étant donné l’évolution permanente de la pratique, à laquelle participe l’évolution du règlement. Ces différents paliers m’ont amené à proposer des situations d’apprentissages et/ou d’entraînement au niveau du « méso-système » où bien choisir devient plus compliqué. L’articulation des différents joueurs d’un collectif de ligne ou d’une partie des éléments de deux ou trois collectifs de ligne augmente la quantité des alternatives en présence. Ces conditions de mise en situation et d’application d’actions logiques et pertinentes sont déterminantes pour parvenir à l’autonomie du joueur. Cette autonomie, constatée à travers sa capacité d’adaptation en jeu est, me semble-t-il, un « caractère signifiant » de l’intelligence de jeu. Même si dans la pratique compétitive le chef d’orchestre que représente l’entraîneur ou le « coach » pèse dans les choix des joueurs, l’action in situ leur délègue la responsabilité de l’acte et la concrétisation des idées.

4Je terminerai en exposant les constats souvent empiriques, non vérifiés du point de vue scientifique, qui ont jalonné ce parcours. Sources d’évolutions, de remises en causes, de réflexions, de confrontations d’idées, ils ont provoqué des réajustements, des changements d’orientation, des priorités modulables en fonction des groupes encadrés. Ils s’inscrivent dans une palette de possibilités offertes qui permettent à l’enseignant, l’éducateur, le formateur, l’entraîneur de s’adapter à son tour dans le cadre de son intervention. Ils ouvrent l’accès à un espace particulier, celui de la stratégie et de la tactique que va mettre en œuvre, dans l’intervention, celui qui cherche à faire passer un message. L’idée phare est que la pratique des sports collectifs, comme d’un grand nombre d’activités humaines, passe par le développement du processus d’intelligence de l’individu. Celui-ci s’accompagne, sans nul doute, de l’accès aux connaissances et savoirs dans les divers domaines qui concernent l’activité. Les articles et ouvrages produits par Deleplace, Gréhaigne, Bouthier, Menaut et bien d’autres ont jalonné mon parcours. Les confrontations d’idées ont parfois provoqué des discussions passionnées et sans issue. Mais, elles représentent des étapes essentielles vers une autonomie de l’intervention où les orientations choisies sont nécessairement argumentées.

1. Un parcours engagé

5La première étape de mon vécu de joueur, débutée en 1965 et poursuivie jusqu’en 1976, s’accompagne d’un grand vide au niveau de la formation. C’est certainement cette sensation de manque, alliée au plaisir du jeu collectif et de la rencontre, qui a provoqué cette envie de mieux comprendre, de savoir…

1. 1. De la pratique à la théorie du jeu

6La découverte, durant ma formation initiale d’enseignant, qu’on pouvait jouer au football de manière intelligente représente le déclencheur de ce long cheminement vers la tactique. Merci encore à Paul Filippi et Gérard Perbal qui m’ont ouvert des portes jusque-là inaccessibles. Loin de moi l’idée de reproche vis-à-vis de tous les bénévoles qui encadrent les jeunes dans les associations. Mais, force est de constater que la formation des éducateurs et enseignants est capitale pour le développement et l’amélioration de la pratique par l’intermédiaire de l’intelligence du jeu. Comme Obélix tombé dans la potion magique, j’ai eu la chance de rencontrer durant cette formation universitaire professionnelle les idées véhiculées par des précurseurs comme Deleplace (op. ci.), Mérand (1967), Marsenach (1974), même si à cette époque je n’étais pas conscient de l’importance de cette mouvance. C’est la confrontation avec le milieu fédéral et les méthodes malheureusement encore souvent utilisées qui ont aiguisé ma curiosité vers l’approfondissement des connaissances dans le domaine de la tactique. A l’époque, j’ai découvert l’existence de diverses possibilités de structurer l’équipe grâce aux divers systèmes de jeu. Puis, j’ai appris qu’il existait des organisations de base dans la phase défensive avec la défense individuelle, la défense de zone et la défense mixte. La relation entre théorie et pratique était mise en œuvre sur le terrain en cours ou lors des rencontres du championnat universitaire. Bref, le début des années 1980 (B.E. 1 football en 1981) et la décennie (B.E. 2 en 1988) qui a suivi m’ont permis de mesurer la différence existant entre la formation universitaire et le courant fédéral.

1. 2. Vers l’analyse du jeu (1980-1990)

7Durant cette période, j’ai pu concrétiser le processus de réflexion par une mise à l’épreuve sur le terrain en tant qu’éducateur d’équipes féminines puis de jeunes. Cette période m’a ouvert à l’observation et l’analyse du jeu. Après un stage de formation continue des enseignants où j’ai fait connaissance avec les nouvelles technologies permettant d’exploiter la saisie de données grâce au traitement informatique, j’ai participé à la conception du « Mémobser » (revue EPS de novembre 1986). Cet appareil conçu par un collègue éducateur et spécialiste du domaine (Claude Doucet) nous donnait la possibilité de saisir un grand nombre d’informations lors d’une rencontre et d’avoir des chiffres presque en direct. Le « Mebmobser » nous permettait d’objectiver les performances de chaque joueur à travers des statistiques en rapport avec les diverses actions basiques du footballeur. Les constats globaux issus de l’impression subjective de l’éducateur étaient complétés par les chiffres et parfois radicalement remis en cause.

8Mon action sur le terrain portait alors en priorité sur la mise en place d’une organisation collective permettant d’occuper rationnellement l’espace de jeu quels que soient les mouvements des joueurs et la circulation du ballon. L’objectif consistant à favoriser la prise d’initiative de chaque joueur lors de la phase offensive pour perturber et déséquilibrer l’adversaire tout en conservant une structure de base. Le jeu au poste était battu en brèche à l’image de l’Ajax d’Amsterdam et de la Hollande des années 70, et la polyvalence représentait un atout supplémentaire. Il devenait nécessaire de faire appel à l’intelligence des joueurs pour leur faire comprendre l’intérêt de « libérer » le jeu tout en insistant sur la responsabilité de chacun dans la reconstitution du bloc équipe. Tenter de faire passer ce message avec des équipes de jeunes très investis et impliqués dans leur processus de formation procure beaucoup de satisfaction. La plasticité des joueurs, à l’époque âgés de onze à quinze ans, et leurs capacités d’apprendre facilitent la tâche. Le second domaine analysé et travaillé de manière spécifique concerne les phases statiques. Des combinaisons pré-établies étaient mises en place à partir de déplacements identiques où le joueur qui enclenche l’action peut choisir entre trois, quatre, voire cinq alternatives en fonction des réactions des adversaires. Sur touche, sur corner et coup-franc, des cheminements de joueurs et circulations du ballon étaient répétés afin de bénéficier d’un temps d’avance sur l’opposant. J’étais alors limité par les différents potentiels physiques des joueurs qui réduisent l’exploitation des diverses dimensions du jeu et par le manque de précision, surtout, pour le jeu long. Le troisième domaine exploité concerne l’aspect défensif. Pour rééquilibrer les rapports de forces liés à la diversité des gabarits (époque des présumés nés), j’ai choisi d’éviter le combat aérien lors des coups francs en faveur de l’autre équipe en utilisant le règlement. Grâce à un signal donné, une remontée du terrain était effectuée lors de la prise d’élan du tireur éloigné du but pour provoquer une mise en position de hors jeu des attaquants adverses. Cette « tactique » utilisée par les Mexicains lors de la coupe du Monde 1986 est parfois exploitée actuellement, même si le risque d’un manque de coordination ou d’une erreur d’arbitrage constitue une forte dissuasion. Le quatrième choix de travail s’est fixé sur la mise en place de « schémas de jeu » (Teodorescu, 1965) ou de cheminements préférentiels. La matrice offensive, constituée de repères communs dans l’organisation et les orientations à privilégier lors de l’attaque, s’appuient sur quelques mouvements pré établis et répétés. La relance se fait à partir de cheminements de joueurs particuliers, complétés par une circulation du ballon déterminée à l’avance. Cette répétition d’actions permet non seulement de conforter les joueurs dans une sorte de sécurité du choix mais aussi de bénéficier d’un temps d’avance sur les adversaires.

9Je conviens que cette démarche est peu favorable à la prise d’initiatives et au développement de l’intelligence du joueur. Encore que la nécessité de se concentrer sur la tâche, le travail de mémorisation et la réorientation du jeu parfois nécessaire, soient source de progrès. Mais dans l’optique de performance, ce procédé m’est apparu comme efficace. Christian Gourcuff y fait d’ailleurs référence dans le travail qu’il accomplit à Lorient avec ses joueurs professionnels. Cette décennie m’a conforté dans l’idée que la notion de tactique est primordiale et que l’éducateur et/ou l’entraîneur ne peut favoriser l’accès de ses joueurs à l’intelligence du jeu que s’il les implique dans un processus de compréhension des effets de leurs actions.

1. 3. Vers la recherche technologique (1990-2000)

10Les années 1990 constituent une seconde étape primordiale car elles m’ont amené progressivement vers la recherche tout en conservant un contact essentiel avec le terrain : découverte d’ouvrages orientés vers la compréhension du jeu (Gréhaigne, 1992), approche plus pointue dans le domaine de la didactique, échanges et réflexions avec les collègues chercheurs à l’université d’Orsay qui m’ont conduit à passer un Diplôme d’Etudes Approfondies (1996). Ce fut une période charnière constituée d’un côté par un début de recherche pour constater les lacunes du football d’élite et de l’autre côté par une confrontation avec la réalité du terrain afin de vérifier la pertinence des orientations choisies. Ces années 90 m’ouvrent la porte vers le niveau national amateur. Masculin d’abord (D.3, D.4) ce qui me permet de vérifier que si les joueurs sont favorables à une approche intelligente du jeu, il n’en est pas de même pour toutes les composantes de la « famille » football. La tactique n’est pas encore un élément primordial pour la majorité des entraîneurs qui privilégient l’aspect physique et le combat. Le monde des dirigeants est lui aussi perplexe et ne juge qu’en fonction des résultats immédiats. Sachant que le passage vers un football intelligent implique un temps d’adaptation, les exigences de résultats à court terme ne s’accordent pas. La nécessité d’une formation orientée vers la sensibilité tactique et le développement de l’intelligence du jeu dès le plus jeune âge (Bouthier & Reitchess, 1984), alors que les enjeux sont moins contraignants, semble inévitable. Elle devient une garantie de la plasticité du joueur senior considéré comme mature face aux diverses orientations prises par les différents entraîneurs rencontrés durant sa « carrière ». L’expérience suivante concerne le football féminin de haut niveau (N. 1 avec le FCF Juvisy) où j’ai la chance de croiser des joueuses d’expérience, appartenant à la première génération ayant accédé à la pratique au même âge que les garçons. Le second atout de ce groupe réside, pour la majorité d’entre elles, dans leur statut d’étudiantes en STAPS. Cela garantit un minimum de potentiel physique et de capacités à supporter une certaine quantité de travail aux entraînements, mais aussi une ouverture d’esprit vers la connaissance de l’activité. Bénéficiant de ces données, j’ai pu améliorer les formes de travail présentées en amont mais aussi ouvrir d’autres horizons. Le plus important est apparu dans la capacité des demoiselles, après adhésion au projet, à s’adapter à partir de stratégies mises en place ponctuellement. Ainsi, leur intelligence de jeu et leur implication dans la réalisation d’exercices, leur curiosité et leur volonté de mieux comprendre les logiques d’action ont permis à l’équipe d’aller de l’avant. Toujours prêtes à s’améliorer et ouvertes à la nouveauté dans la découverte de l’activité, les joueuses ont rapidement franchi un cap dans la production de stratégies adaptées aux caractéristiques des adversaires. Cela nous a permis de remporter les quelques rencontres capitales pour l’obtention du titre national. Nous avons même réussi sur les deux dernières années à modifier notre style de jeu en fonction des caractéristiques de notre propre groupe qui évoluait au niveau de l’effectif. Riche de cette fonctionnalité nouvelle, un sentiment de confiance est apparu comme un pouvoir nouveau et a engendré une sécurité affective, atout considérable dans le football féminin. Cette expérience m’a renforcé dans l’idée que l’évolution de la pratique ne pouvait s’effectuer sans un développement des notions tactiques dans la formation des acteurs, et des connaissances en technologie de l’activité. Les constats empiriques observés dans la pratique du très haut niveau masculin, qui laissait apparaître des comportements qui me semblaient inadaptés, m’ont amené à des analyses plus « objectives » (Duprat, 1996). J’ai aussi vérifié que les lacunes de joueurs non formés sont très complexes à combler dès lors que ceux-ci parviennent à la catégorie senior. Même avec une bonne volonté, il est très difficile de désapprendre pour réapprendre tellement les habitudes de faire sont ancrées dans les processus cognitifs. L’investissement et le temps nécessaire pour modifier les programmes moteurs et les routines cognitives deviennent un obstacle à la performance et confirment l’idée véhiculée que l’entraîneur est d’abord quelqu’un qui utilise les potentiels en présence. Il n’est plus nécessaire alors d’améliorer son savoir pour en faire profiter les joueurs. Il suffit d’être un bon gestionnaire des outils dont on dispose sans chercher à les rendre plus efficaces. C’est sans doute ce type de raisonnement qui laisse à penser que, dès lors que l’expérience du joueur l’amène à un certain niveau, il devient capable d’être entraîneur. Les compétences requises sont alors limitées aux exigences entrevues et au vécu du pratiquant.

1. 4. Vers la transposition didactique (2000-2010)

11L’entrée dans le second millénaire me permet de confirmer sur le terrain les constats réalisés et d’aborder en coulisse le problème de la tactique avec l’objectif d’améliorer les processus de formation. D’abord au niveau des joueurs, puis dans le cadre de l’intervention avec une rencontre bibliographique marquante (Menaut, 1998). Mon action s’effectue dans plusieurs directions. Premièrement l’achèvement d’un travail de recherche qui me conduit au doctorat (Duprat, 2005). C’est un approfondissement de ma première étude sur les comportements défensifs et plus précisément sur la récupération du ballon. Ce travail entre dans les travaux déjà effectués en technologie de l’activité (Bouthier & Durey, 1994) et l’objectif est de m’appuyer sur les constats faits dans la pratique de haut niveau pour proposer des contenus de formation revisités. Deuxièmement, je m’inspire de la notion « d’unité tactique isolable » de Deleplace, reprise par Bouthier (1982) et des concepts d’infra-système, de micro-système, de méso-système et macro-système présentés par Gréhaigne (1992), pour produire un ouvrage sur l’enseignement du football (2007). J’expérimente depuis longtemps sur le terrain, en club et avec les étudiants, des situations d’apprentissage adaptées à partir de quatre thèmes : la conservation, la progression, la finition et la récupération. Le but est de permettre à l’éducateur, l’entraîneur, l’enseignant, de planifier son intervention à partir d’objectifs bien maîtrisés. Le processus de formation s’appuie alors sur une réduction des effectifs suivant les âges et les niveaux afin de favoriser la compréhension des effets d’opposition et la construction de réponses adaptées aux contraintes. Vers la fin de cette décennie, la découverte du processus de saisie et le traitement des données développés par Michel Ebé (scanball) ouvre une nouvelle collaboration. Inspiré par les travaux de Dugrand (1989), il a développé des logiciels de traitement des informations saisies en direct à partir d’un ordinateur portable.

12Côté terrain, régime de la douche écossaise, d’un côté un échec cuisant qui me confirmera qu’il est des missions impossibles et que l’humilité est une qualité essentielle. De l’autre, des résultats probants et rassurants, malgré les difficultés rencontrées, qui corroborent la validité des orientations prises. La suite confirme la tendance, mais les obstacles rencontrés liés à l’évolution des mentalités et du contexte de la pratique risquent de constituer un nouveau frein à l’évolution du football vers une intelligence du jeu.

1. 5. De la théorie à la pratique (depuis 2010)

13Cette entrée dans ce qui sera peut-être ma dernière décennie dans la fonction est consacrée à l’exploration et la vérification du bien fondé de cette forme d’intervention. Le problème majeur concerne les solutions à envisager face aux problèmes des changements visés dans les comportements des adultes. L’idée est de trouver des exercices qui favorisent les transformations ou ajustements chez les joueurs (joueuses) expérimenté(es) pour améliorer leur performance. C’est ainsi que je découvre l’importance, lorsque je ne dispose que d’un demi-terrain, de travailler dans le sens du jeu non, en travers en utilisant le terrain dans la largeur. Je constate que les repères spatiaux sont primordiaux car déjà intégrés dans le mode de pensée. Le cadre dans l’organisation de l’équipe est une notion déjà acceptée et il suffit de répéter les mises en situation en insistant sur des points particuliers lorsqu’on modifie quelques données. L’impératif est de positionner les joueurs en fonction de leur cadre habituel et de jouer sur des détails précis pour peu à peu leur permettre de modifier leur façon de faire. Ce travail s’accompagne d’exercices réalisés au niveau de l’infra-système ou du microsystème. Ceux-ci donnent la possibilité à l’individu de mieux cerner les modifications recherchées et, surtout, de mieux percevoir le sens de son action. Il constate ensuite par lui-même la pertinence de ce qui lui est demandé lors des rencontres où son efficacité lui apparaît « plus clairement ». L’autre aspect visé, constituant une source de progrès, concerne la polyvalence. L’objectif est que chaque joueur soit capable d’évoluer à deux postes au minimum, voire trois. Cela permet d’exploiter au mieux l’effectif mais aussi, pour chacun, d’être confronté aux problèmes que rencontrent les partenaires en fonction de leur positionnement sur le terrain. Tout ceci s’accompagne d’une obsession salutaire, la latéralité.

14L’« unijambisme » des footballeurs est bien connu et même souvent privilégié. Il est primordial aujourd’hui, quel que soit l’âge du joueur, d’insister sur l’utilisation du pied le mieux placé pour agir car l’équilibre est la base d’une technique efficace. Très rapidement le joueur prend conscience de l’atout supplémentaire dont il dispose grâce à l’élargissement de son champ d’intervention. De plus, s’il exploite petit à petit son « mauvais pied » dans les situations d’urgence, progressivement la confiance s’installe. Ce nouveau potentiel dans le jeu lui ouvre d’autres alternatives au moment du choix tactique lors de la prise de décision.

15Il me reste à confirmer la réelle efficacité de cette méthode même si des signes positifs apparaissent jusqu’à aujourd’hui. Tout cela nécessite de construire les conditions d’acceptation par les joueurs des idées proposées. Sans l’adhésion des acteurs et le soutien des dirigeants et de l’encadrement, la mission reste périlleuse étant donné le temps d’adaptation nécessaire.

16Ce condensé résume une quarantaine d’années passées à jouer, à enseigner, à former, à entraîner. De benjamin à vétéran, comme joueur amateur, du niveau départemental au niveau national avec presque toutes les catégories d’âge comme éducateur et entraîneur, du football des jeunes au football masculin et féminin, du collège à l’université comme enseignant, chaque étape a constitué une découverte et une expérimentation d’un processus guidé par la volonté de former les joueurs pour parvenir à une pratique intelligente du football. Celle-ci me semble être la garantie de produire un jeu spectaculaire et plaisant tant pour l’acteur que le spectateur.

2. Intelligence et philosophie de jeu

17L’intelligence de jeu, c’est d’abord pour le joueur d’accepter de mettre son action au service d’une performance collective. S’impliquer dans un processus où la remise en cause ouvre la voie du progrès.

2. 1. L’intelligence de jeu

18L’intelligence de jeu dépend avant tout de l’intelligence du joueur. Cette intelligence se traduit par l’acceptation de nouveaux éléments dans son propre mode de fonctionnement. D’un développement de la culture tactique, voire d’une remise en cause de certitudes qui jusqu’à présent guidaient ses actions sur le terrain. C’est une ouverture d’esprit qui va lui permettre de recevoir favorablement les informations dont on lui fait part et sa capacité, non pas à les appliquer à la lettre sans réflexion, mais tout simplement à y réfléchir. Il est curieux de constater que ceux qui dénigrent le plus le concept d’intelligence dans le jeu sont ceux qui n’en ont pas montré beaucoup durant leur carrière même s’ils ont atteint le « haut niveau » dans le milieu professionnel. Ils ont fait preuve d’autres vertus pour y parvenir mais ont souvent bénéficié de partenaires qui produisaient de l’intelligence pour eux. L’évolution des mentalités vers un individualisme forcené, les représentations véhiculées par l’élite et les médias ne facilitent pas cette démarche. La réactivité actuelle des individus à toujours chercher l’excuse qui explique l’échec est souvent un obstacle à l’évolution du joueur. Le protectionnisme observé lors du processus d’éducation actuel est devenu un facteur limitant de l’amélioration de l’intelligence des acteurs du jeu. La contre-partie de celui qui exécute sans chercher à comprendre le bien fondé de ce qui lui est proposé constitue aussi un écueil au développement d’un jeu intelligent. Cela se traduit par une application sans évolution de la personne vers son autonomie. L’entraîneur n’est alors qu’un marionnettiste qui manipule ou un adjudant chef qui fait appliquer des ordres.

19L’intelligence de jeu c’est accepter que l’action individuelle participe d’un processus global qui se traduit par une efficacité collective observable à travers la réussite d’un enchaînement collectif qui aboutit à un tir et à un but. Elle passe par un élargissement des connaissances et savoirs tactiques qui facilitent l’accès aux principes du jeu (Wade, 1970 ; Duprat, 2007), aux principes de jeu, aux principes et règles d’action (Gréhaigne & Roche, 1990) et à la compréhension des logiques d’action, en fait à l’intelligence du jeu. Car ce jeu, dans sa complexité issue de ses règles, nécessite l’appel à l’intelligence. Être un joueur intelligent, c’est avant tout accepter d’intégrer sa propre action parmi un tout, c’est intervenir de manière pertinente à un instant donné du déroulement global de l’action collective. C’est aussi être capable d’évaluer objectivement le poids de son intervention dans la réussite de l’enchaînement offensif ou dans la récupération du ballon en phase défensive. C’est encore exploiter au mieux ses potentiels et capacités pour améliorer ses compétences de joueur.

20Les grandes équipes sont celles où les individualités oeuvrent ensemble pour que la chance ou le hasard tourne en leur faveur. Ce sont celles ou le fil d’Ariane qui relie les différents potentiels en présence est suffisamment fort pour que nul événement ne fissure la mosaïque élaborée par l’entraîneur et ses collaborateurs lorsqu’il y en a.

21L’intelligence du jeu c’est tout ce que l’activité en elle-même peut faire apparaître de diversité à travers des configurations qui se présentent à l’infini, tellement les situations rencontrées peuvent diverger. Face à cette incertitude, le joueur doit sans cesse adapter ses réponses aux contraintes du contexte. C’est sans doute ce qui fait l’attrait de cette pratique car nul ne peut savoir l’issue de la confrontation sachant l’imbroglio multidimensionnel qui embarque les joueurs et les spectateurs dans un scénario évoluant sans cesse. Même le hasard à son mot à dire et le joueur cherche à se rendre maître du hasard, à devenir l’acteur principal de cette histoire rocambolesque. C’est égaler le pouvoir du magicien. C’est, à l’extrême, accéder à l’inaccessible réservé aux dieux. C’est, pour quelques phénomènes, parvenir à la « reconnaissance éternelle ». L’entraîneur quant à lui essaie d’être le metteur en scène et de garder un minimum de pouvoir sur le déroulement du scénario.

22Pour que le joueur atteigne ces objectifs, l’autre élément indispensable est l’intelligence corporelle. Elle se construit à partir du schéma corporel, dans la maîtrise de la coordination motrice. Elle correspond à la compétence que va développer le joueur à exploiter aux mieux ses potentiels. Il faut éduquer son corps pour développer tous les sens et les différents récepteurs d’information en dehors du champ visuel. Ces perceptions fines qui permettent aux joueurs de se rééquilibrer dans le déséquilibre, d’éviter les blessures dans les moments de combat en percevant l’issue de l’action engagée par l’adversaire. Ces réactions « type réflexe » qui vont permettre d’échapper à une charge parce qu’on a senti l’intervention de l’autre avant même qu’elle n’arrive. Ces perceptions proprioceptives rendent possibles les réajustements moteurs au cours de l’action lorsqu’un artefact se produit. Cette richesse dans la motricité fine garantit et favorise l’établissement d’une palette motrice la plus large possible. Elle offre de nouvelles perspectives lorsqu’elle est couplée à la latéralité qui s’inscrit aussi dans l’intelligence du corps. La relation qui s’instaure entre les processus perceptifs et les processus cognitifs va favoriser l’accès à l’intelligence du jeu et à une concrétisation corporelle intelligente dans le jeu.

2. 2. La philosophie du jeu

23Chaque entraîneur possède sa propre philosophie du jeu. Tous sont joueurs et veulent gagner, mais chacun a sa propre perception et approche psychologique de l’activité en fonction de son expérience, de sa formation, de ses compétences et de l’influence des entraîneurs rencontrés durant sa carrière. Il est aussi influencé par la mouvance de la pratique, les innovations tant sur le plan tactique que technique et stratégique, voire dans la préparation physique. Il subit les pressions de son entourage au niveau des dirigeants et des joueurs qui ne trouvent pas leur compte dans les résultats, le jeu pratiqué ou prôné par le coach. Aimé Jacquet après son titre de Champion du Monde en 98, affirmait que le principal pour un entraîneur est de suivre son idée première quelles que soient les pressions et les critiques. Durant mon parcours d’éducateur et d’entraîneur, j’ai systématiquement dû faire face aux critiques. Les détracteurs sont souvent incapables d’apprécier objectivement les conditions dans lesquelles l’entraîneur évolue et les moyens dont il dispose. Les exigences, les espoirs, les envies sont parfois démesurés au regard des conditions rencontrées surtout lorsque les enjeux financiers pèsent dans la balance. Les argumentations sont rarement étayées et restent de l’ordre de l’affectif ou de la frustration. La compétition sportive appelle la victoire mais aussi la défaite. Il y aura un premier et un dernier, tous les acteurs veulent être en tête, excepté Guy Roux qui joue toujours pour le maintien et personne ne souhaite se retrouver dans le dernier wagon. Tout cela pour expliquer que la philosophie du jeu, mais surtout la capacité de l’entraîneur à argumenter sur ses choix, représentent les fondations de son intervention. Faute de cela, il n’est qu’un reproducteur ou une pâle copie d’un autre qu’il ne peut d’ailleurs jamais égaler car incapable de penser de la même manière, garantie de l’exclusivité.

24La philosophie de jeu inspire donc l’entraîneur dans sa méthode et dans ses diverses interventions qu’elles concernent la mise en place des situations d’entraînement ou les explications qui accompagnent les exigences attendues en terme de prestations par les joueurs.

25Influencé par la grande époque hollandaise de l’Ajax et de l’équipe nationale batave, j’opte pour la mise place d’un système en GB-4-3-3. Ce système me semble le plus adapté pour favoriser un équilibre entre les collectifs de ligne. Il offre aussi l’opportunité d’exploiter au mieux les diverses options possibles. Mosaïque de structures triangulaires favorisant la circulation du ballon. Couverture assurée d’un point de vue défensif et équilibre de la répartition des joueurs en largeur et en profondeur pour constituer divers barrages face à la progression adverse. Possibilité optimale d’exploiter les trois orientations en phase offensive : contournement, fixation-changement, pénétration.

26Inspiré par la triple variante fondamentale (Deleplace) proposée au rugby, et en intégrant la loi du hors jeu moins contraignante au football, je vise la « configuration parfaite ». Celle-ci se traduit par une configuration idéale où le porteur de balle a la possibilité d’organiser le jeu dans toutes les directions, dès lors qu’il n’est pas bloqué par les limites du terrain. Il doit pouvoir bénéficier de solutions accessibles sur un jeu proche, moyen et long, ceci vers l’avant et vers l’arrière, sachant que le « jeu à plat » est déconseillé et, si possible, à proscrire étant donné les risques encourus lors de l’interception. L’aide au partenaire ne doit pas trop se rapprocher du porteur afin de lui laisser un espace de liberté lui permettant d’orienter le jeu suivant la logique d’action de la configuration et les contraintes liées à l’opposition. Lorsque les contraintes sont renforcées par les limites et que le joueur est coincé, il doit pouvoir exploiter les orientations encore possibles et « sortir » le ballon par du jeu long qui permet d’aérer, d’éloigner le danger, ou court mais rapide (technique de vitesse) afin d’échapper à l’opposition. Il se retrouve alors dans une situation plus sécurisante du point de vue de la pression temporelle et du risque encouru en cas d’erreur. Lorsque le jeu se situe dans la moitié défensive, le jeu long vers l’avant et les ailes permet à l’équipe de conserver le ballon ou éventuellement de le perdre dans une zone où le danger est moindre, c’est-à-dire loin de son propre but. C’est ce que j’appelle la « solution du moindre mal », celle que je préconise lors des situations d’urgence où le joueur ne maîtrise plus l’issue de son intervention. Il faut alors s’organiser rapidement pour provoquer une configuration favorable à la récupération à la chute du ballon, ou exercer une pression sur l’adversaire et le pousser à la faute, perte du ballon ou sortie des limites. Dans le cas d’un jeu à mi-terrain, l’orientation du jeu peut s’effectuer vers l’avant ou vers l’arrière. Plutôt sur les ailes lorsqu’on va jouer vers l’avant sauf si l’appui axial est accessible, plutôt dans l’axe quand on va vers l’arrière, car les possibilités de jeu sont plus importantes avec les deux défenseurs centraux et le gardien de but, ou sur les ailes si le joueur excentré est clairement positionné en soutien. En cas de positionnement dans la moitié offensive, le jeu long vers l’arrière favorise la conservation du ballon, le jeu long à l’opposé déstabilise la défense grâce au déplacement du jeu loin de la densité. En cas de densité non établie, le jeu intermédiaire ou court en une touche de balle favorise la conservation du ballon ou/et le déséquilibre collectif des adversaires.

27D’autres principes de jeu accompagnent ce genre de règles fondatrices mais il existe une première idée majeure : l’équipe entre toujours sur le terrain pour gagner. Que ce soit à domicile ou à l’extérieur, le but reste la victoire et l’équipe doit s’organiser pour cela. La stratégie peut être différente suivant les qualités de l’équipe adverse, les contraintes liées au terrain ou aux conditions météorologiques, mais l’objectif est avant tout de marquer. Cela passe par une grande rigueur défensive où l’objectif est de dépenser le moins d’énergie possible à partir d’une organisation collective bien articulée et de comportements individuels pertinents et maîtrisés. Replacements anticipés et judicieux afin d’éviter les retours catastrophes. Utilisation du hors-jeu lorsque l’opportunité se présente afin de bloquer les contre-attaques ou de provoquer un recul des adversaires pour les éloigner du but. L’énergie doit être consacrée en priorité pour la phase offensive afin d’offrir un maximum de possibilités au porteur du ballon et de rapidement parvenir devant la cible. Sans entrer dans les détails des orientations prises, je vais maintenant présenter comment cela se traduit durant les séances sur le terrain.

3. Concrétisation dans l’intervention

28Chaque entraîneur est « cadré » par un environnement qui change suivant les clubs dans lesquels il évolue. Les conditions de son intervention peuvent varier de manière contraignante suivant l’espace dont il dispose, avec parfois des influences sur la planification suivant les contraintes météorologiques. Plus on évolue dans la hiérarchie, plus on a de chance de bénéficier d’installations favorisant un travail de qualité.

3. 1. Mise en œuvre

29Au préalable, il me semble important de signaler que ma méthode de travail s’articule autour d’une nécessité de s’appuyer sur des entraînements mixtes. Disons que la séance s’organise avec la volonté constante de travailler au moins deux domaines dans chaque situation proposée afin de « rentabiliser le temps de travail ». Le travail physique est rarement effectué seul et se trouve donc couplé avec un objectif de coordination ou de qualité technique. Lorsque le ballon n’a pas droit au chapitre, la séquence n’est pas trop longue mais revient plusieurs fois dans la séance entrecoupée de petits jeux avec ballon qui favorisent la récupération active. Le travail technique est obligatoirement couplé avec un objectif physique ou d’organisation du jeu sur des schémas pré-établis avec des effectifs réduits. Le travail tactique se fait toujours à partir d’un type d’effort particulier qui va permettre d’abord d’analyser la pertinence des choix et de corriger les erreurs et parfois de développer la capacité d’enchaîner les actions à vitesse maximum afin de coller le plus possible à la réalité du match. Il peut concerner un nombre d’éléments plus ou moins importants suivant l’objectif visé. Si les séances d’entraînement se produisent sur quatre journées de la semaine ; la première est plus basée sur un travail de récupération et prend en compte les constats du dernier match. La seconde est plus orientée sur les aspects physiques. La troisième permet d’individualiser le travail à partir de situations où l’intelligence du jeu est privilégiée. La quatrième permet de revoir l’organisation de l’équipe pour le prochain match du point de vue stratégique, surtout si l’on dispose d’informations sur l’équipe adverse. En parallèle, je m’appuie sur le calendrier de la compétition pour organiser globalement l’intensité du travail suivant les périodes de l’année et, parfois, des impératifs météorologiques.

30La chose qui me semble primordiale lors de la prise en charge d’une équipe, c’est de parvenir à proposer une structure organisationnelle à partir de laquelle chaque joueur doit trouver sa place.

3. 2. Le macro-système

31Les premiers exercices proposés concernent le macro-système « équipe » (Duprat, 2005). Je positionne donc les joueurs en reprenant le système qui me paraît le plus cohérent pour obtenir une occupation rationnelle du terrain, basée sur des relations triangulaires où le gardien est considéré comme la base de lancement du mouvement, le GB-4-3-3. On passe à la réalisation après une explication sur le positionnement, illustrée à l’aide d’un schéma sur tableau si la présentation a lieu en salle, au vestiaire, ou bien de coupelles positionnées au sol devant les joueurs lorsqu’on est sur le terrain. En fait, pour avoir expérimenté les deux méthodes, il me semble que les joueurs sont plus « réceptifs » lorsqu’on est dans la seconde situation. Le fait d’être dans le contexte et d’intervenir en application directe dans la mise en oeuvre permet non seulement de rapidement voir ce qui est attendu, mais aussi favorise les réajustements in situ. Peut-être que cela influence plus facilement l’investissement du joueur et que les représentations qui s’inscrivent en mémoire restent plus profondément gravées.

32Je place donc les joueurs en dix contre un (GB adverse) et j’enchaîne deux à trois séries de six à huit répétitions. Je lance les ballons successivement vers les différents défenseurs pour partir à chaque fois avec un angle différent (figure 1). La circulation du ballon à travers les échanges qui s’enchaînent doit permettre de progresser rapidement vers la cible adverse et se terminer par un tir et un but. Dans la situation du dix contre un l’accent est porté sur la rapidité de la circulation par l’intermédiaire d’un jeu à deux touches de balle. Les joueurs doivent se déplacer de manière à ce que la structure initiale, malgré les déformations liées aux mouvements, se retrouve à l’arrivée en position haute sur le but adverse lors du tir. L’action terminée, les joueurs reviennent en course lente se replacer afin de repartir rapidement, ce qui permet aussi de travailler les processus aérobies.

Figure 1. Exercice en 10 c 1 (GB) pour progresser vers la cible tout en conservant une occupation rationnelle du terrain.

Figure 1. Exercice en 10 c 1 (GB) pour progresser vers la cible tout en conservant une occupation rationnelle du terrain.

33Des recommandations et corrections sont alors succinctement effectuées avant de relancer le mouvement. Cet exercice peut aussi se réaliser en demandant au gardien de lancer les actions à partir d’un jeu à la main ou au pied qui va permettre de lancer l’action en adressant le premier ballon à des rideaux de joueurs différents. Cela provoque une réaction différente des joueurs pour organiser l’encadrement de la réception et réactiver rapidement le mouvement qui suit pour retrouver la meilleure occupation du terrain possible favorisant la circulation du ballon dans toutes les directions et dimensions. On peut encore effectuer les lancements du jeu à partir des phases statiques et des combinaisons prévues.

34Le dix contre un est rapidement abandonné pour confronter cette remontée du ballon à la présence de l’opposition. Parfois, je la réutilise lorsque je souhaite mettre les joueurs dans des situations de compréhension des problèmes rencontrés par les autres. Je modifie alors les postes pour favoriser cette compréhension à travers le positionnement qui influe sur la prise d’information et sur les possibilités d’enchaîner du point du vue moteur. Les courses, les types de déplacements, la liberté de mouvement, de l’action se trouvent modifiés et cela participe à la formation polyvalente des joueurs. Cela développe les capacités d’adaptation de chaque joueur et favorise les changements de poste provoqués par les choix stratégiques ou les blessures en fonction de l’effectif. Ce type d’enchaînement de circulation du ballon est aussi utilisé pour mettre en place des schémas de jeu ou des circulations du ballon pré-établies que Ebe répertorie dans les « chemins préférentiels ». La circulation du ballon est alors imposée jusqu’à la zone de finition ou le choix de la dernière passe est laissé libre en fonction des repères de placement demandés aux joueurs. Quelles que soient les courses et les permutations provoquées par les ruptures dans la chaîne idéale, les placements à l’arrivée sur la cible doivent correspondre aux exigences. Celles-ci sont logiquement établies à partir du champ d’intervention privilégié du gardien de but et d’une répartition pertinente et équilibrée sur la largeur et la profondeur en fonction de la position du dernier passeur. Quelle que soit la relance initiale du gardien de but, courte, moyenne ou longue, la circulation doit permettre d’aller le plus rapidement possible vers la cible et de se positionner afin de recevoir le ballon dans les meilleures conditions à l’arrivée de la dernière passe. L’objectif est de favoriser les conditions de réalisation du dernier geste qui s’effectue sous plus ou moins forte pression temporelle suivant la quantité d’adversaires. Pour cela, je vais opposer de trois à neuf adversaires, avec un gardien ou non, face à mon onze initial. Parfois, je place l’opposition très haute sur le terrain pour perturber la relance et je leur donne la possibilité de marquer un but s’ils interceptent le ballon. Cela provoque la vigilance lors de la prise en charge du ballon par mes premiers relanceurs et un retour éventuel à la source, au soutien que représente le gardien de but. Lorsqu’on recherche une circulation du ballon facilitée, je répartis les adversaires sur toute la profondeur. Si je souhaite améliorer la phase de finition, je rajoute de la densité dans la moitié offensive pour complexifier l’approche de la cible et le tir. Si l’objectif est de provoquer des courses intelligentes ou des prises d’initiative pour ne pas se faire piéger sur le hors-jeu, je renforce l’opposition en zone intermédiaire et je positionne peu de défenseurs pour qu’ils puissent plus facilement s’organiser dans l’arrêt ou la remontée du terrain et provoquer la mise en situation illicite. En fait, suivant l’objectif recherché, je vais jouer sur le nombre d’adversaires et sur leurs placements initiaux. L’action se termine alors, soit à la perte du ballon pour l’équipe attaquante, soit après avoir laissé la possibilité à l’autre équipe de repartir à l’attaque en essayant de marquer un but, soit en réalisant un stop ballon sur la ligne médiane ou une partie de celle-ci.

35Le but de cette forme de travail est d’organiser l’équipe et de donner une trame au moment de la phase offensive. Cela s’inscrit dans ce que j’appelle le fond de jeu ou la matrice offensive. C’est à partir de cette base que se construisent les repères entre les joueurs et qu’ils prennent l’habitude de se sentir concernés quel que soit l’endroit où se situe le ballon. C’est le moyen de les impliquer dans la chaîne de développement du jeu et de leur faire prendre conscience de leur rôle dans la capacité de l’équipe à conduire le ballon vers la cible. C’est aussi une prise de conscience que même lorsqu’on n’est pas concerné directement par l’action, on peut avoir une responsabilité dans le rééquilibrage de la structure initiale. C’est ce qui permet de libérer le porteur de balle dans sa prise d’initiative car il sait que son déplacement est compensé et que la couverture est assurée en cas de perte du ballon. Prendre ses informations sur le plan large, extraire son attention de l’unique centre d’intérêt que représente le ballon, prendre les décisions et ajuster ses déplacements en fonction de la circulation du ballon et des courses des partenaires et adversaires, rechercher la justesse technique et faire le bon choix dans la passe lors de la phase finale, c’est en ces termes que je cherche à développer l’intelligence du joueur dans son évolution au sein du macro-système.

3. 3. L’infra-système

36Lorsque le fond de jeu se met progressivement en place, il devient nécessaire d’adopter des comportements défensifs intelligents. En effet, l’option prise avec la présence de trois attaquants dégarnit la zone médiane si les défenseurs restent sur des positions arrière ou dégarnit la défense si un ou plusieurs d’entre eux s’engagent vers l’avant. Il s’agit alors de jouer sur la répartition des joueurs en fonction des adversaires et d’assurer une couverture ou, au moins, une égalité numérique présente au marquage. Cela peut provoquer des situations de contre en duel homme à homme et il devient obligatoire de ne pas être éliminé et de gagner du temps pour permettre aux partenaires de revenir se replacer. A partir des différents constats effectués sur les comportements défensifs des joueurs de haut niveau, j’ai petit à petit établi une méthode de travail pour améliorer la performance individuelle de tous les joueurs quel que soit leur poste de prédilection. Le célèbre « ne pas se jeter » rarement accompagné de prescription s’inscrit aujourd’hui comme un invariant du comportement attendu généralement pour un défenseur en duel. Il nous a d’ailleurs fallu préciser les types d’actions défensives pour ne pas amalgamer les configurations dans une dénomination commune souvent inappropriée. Distinguer le duel de la conquête offre d’autres situations à travailler car il est possible de s’engager dans un processus de reconquête lorsque les conditions sont favorables. Mais il vaut mieux rester sur une certaine réserve dans d’autres conditions, que ce soit en duel ou en conquête. C’est à partir de ces constats que je propose un panel d’exercices d’abord dans le travail au niveau de l’infra-système. Rappelons que celui-ci concerne tout ce qui touche au un contre un, que ce soit offensivement ou défensivement. La capacité des joueurs barcelonais à maîtriser la conservation du ballon malgré la pression d’un, voire de deux adversaires, montre bien l’importance de ce type d’exercice dans la réussite de l’attaque. Du point de vue défensif, la complexité se situe déjà dans la capacité du joueur à reculer face à un adversaire qui conduit la balle et peut changer continuellement d’orientation et de rythme. La coordination motrice impose d’être capable de passer rapidement d’un appui sur l’autre afin de pouvoir réagir face aux actions de l’adversaire. Les pas chassés traditionnellement adoptés offrent la possibilité à l’attaquant d’accélérer durant le temps de suspension du défenseur. L’acquisition d’un type de déplacement à reculons qui permet d’être réactif et de limiter le temps d’avance de l’attaquant, qui bénéficie de l’initiative, est souvent complexe. Les habitudes prises sans réel guidage ou sans réflexion sur les possibilités offertes aux défenseurs dans cette situation représentent un handicap parfois difficile à surmonter. L’objectif prioritaire est alors de ne pas être éliminé et de ralentir la progression adverse pour gagner du temps. Ce gain temporel permet aux partenaires de se replacer et de favoriser la récupération du ballon grâce à la supériorité numérique qui peut se construire sur et autour du porteur de balle adverse. Le second objectif est d’apprendre au défenseur à prendre à son compte l’initiative du jeu. Il s’agit de provoquer, grâce à une feinte d’intervention, une tentative de dribble qui va se traduire par un éloignement du ballon des pieds de l’attaquant. Le défenseur doit alors se positionner dans le sens du déplacement et surpasser l’adversaire pour accéder en premier sur le ballon et s’en emparer. Il peut utiliser la charge qui est réglementairement admise ou, en cas d’urgence, toucher le ballon pour l’éloigner de l’adversaire et provoquer une rupture du mouvement d’attaque, une récupération par un partenaire ou une sortie des limites du terrain qui permet de bénéficier d’une « fenêtre temporelle » de replacement. A partir des deux schémas qui suivent, je vais chercher à concrétiser mes propos. Au préalable, un échauffement spécifique est proposé pour provoquer les déplacements attendus vers l’arrière avec un jeu de miroir dans lequel le défenseur doit se déplacer toujours de profil. Il lui faut changer d’orientation en fonction des modifications de trajectoires de l’adversaire en conduite de balle. La dissociation du haut du corps qui s’inscrit comme un obstacle et du bas du corps qui s’oriente à partir d’un déplacement calqué nécessite une coordination complexe. Jouer sur les changements de direction et de rythme dans la course afin de mettre le défenseur « sur les fesses » est un challenge que l’attaquant apprécie particulièrement. C’est au défenseur de rétablir en permanence son équilibre pour ne pas être éliminé. Ce type de déplacement se trouve recontextualisé dans une situation matérialisée comme suit (figure 2).

Figure 2. Récupération individuelle du ballon sur les côtés du terrain.

Figure 2. Récupération individuelle du ballon sur les côtés du terrain.

37Cette première situation place le défenseur dans une configuration où il doit empêcher l’attaquant de le déborder et de centrer (porte 2) ou de revenir dans l’axe pour tirer (porte 1). Nous sommes dans un exercice en un contre un. Pour l’attaquant, revenir trop tôt dans l’axe favorise le jeu de la défense grâce à la densité (Duprat, 2005). Il ne peut donc pas dépasser la ligne pointillée qui bloque le jeu vers l’axe, sauf à l’approche du but (porte 1). Un retour vers le centre à l’approche de la surface de réparation est bénéfique car il permet d’enchaîner rapidement par un tir (P1).

38L’attaquant peut aussi déborder le défenseur pour revenir vers l’axe ou centrer (P2). Nous matérialisons donc deux portes à travers lesquelles celui-ci doit chercher à passer (P1) et/ou à centrer pour celle qui se trouve contre la ligne de but (P2). Le défenseur parti de la première porte (P1) devra monter à la rencontre de l’attaquant, s’organiser pour ne pas être débordé et interdire l’accès vers l’intérieur à l’approche du but. Il doit adapter sa motricité à partir de plusieurs objectifs : ne pas subir la vitesse du porteur, ne pas être éliminé, orienter l’adversaire vers la ligne de touche afin de construire une supériorité numérique fictive (réduction du champ d’action de l’attaquant), provoquer une faute chez l’adversaire, s’emparer si possible du ballon, au pire accompagner le porteur jusqu’à la ligne de but afin de le bloquer dans trois directions (ligne de touche, ligne de but, corps du défenseur). Durant cette action les partenaires auront eu le temps de se repositionner en protection du but.

39Cette configuration d’opposition en un contre un peut aussi se retrouver dans l’axe. Nous proposons donc en parallèle une situation illustrée par le schéma suivant (figure 3).

Figure 3. Récupération individuelle du ballon dans une position axiale.

Figure 3. Récupération individuelle du ballon dans une position axiale.

40Pour cet exercice, l’attaquant part à environ 30 mètres du but et doit progresser jusque dans la surface de réparation pour tirer en ayant ou non éliminé le défenseur. Si le gardien n’est pas utilisé, on peut le remplacer par deux plots positionnés à environ un mètre de chaque poteau. Les cibles à atteindre pour l’attaquant sont alors situées entre le plot et le poteau correspondant, soit hors du champ d’intervention facilité pour le gardien de but. Il doit pénétrer dans la surface de réparation pour tirer et la frappe doit être réalisée avant la surface de but. Le défenseur démarre à la hauteur de la surface de réparation et agit librement. Son objectif est de faire sortir le porteur du ballon du cône matérialisé par les coupelles (en pointillé) ce qui représente un éloignement du jeu sur les côtés et une fermeture de l’angle de tir si l’attaquant y parvient. Il peut aussi s’emparer du ballon si les conditions le lui permettent avec l’obligation d’efficacité car, en cas de loupé, la cible devient facilement accessible pour l’attaquant. Il peut encore éloigner le danger en poussant le ballon hors du cône ou des limites, voire vers le gardien si celui-ci est présent. Face à l’alternative dont dispose l’attaquant de contourner et déborder le défenseur par la droite ou par la gauche, celui-ci doit adapter son action en fonction des caractéristiques et potentiels du porteur. Il lui faut monter vers le porteur pour éviter la prise de vitesse, choisir d’orienter son corps de profil d’un côté ou de l’autre et se mettre dans le sens du déplacement au niveau des membres inférieurs. Suivant l’orientation prise par l’attaquant, il va « ouvrir une porte » en positionnant son corps de manière à bloquer un des côtés. Si le porteur se présente bien dans l’axe, le défenseur peut choisir de bloquer le côté du pied fort du porteur ou celui du pied faible. Si l’attaquant est plus rapide, il est préférable de bloquer le pied fort pour le contraindre à s’écarter. S’il est lent, on peut plus facilement le laisser partir vers son bon pied et progressivement l’obliger à s’éloigner vers l’extérieur. Dans tous les cas, la dissociation du bas et du haut du corps est nécessaire pour pouvoir rapidement se retourner et se mettre dans le sens de la course de l’attaquant s’il vient à pousser le ballon loin vers l’avant. Le défenseur doit alors passer son bras puis son corps en obstacle pour se positionner entre le ballon et l’adversaire.

41Dans les deux situations exposées ci-dessus, lorsque le défenseur s’empare du ballon, il doit rapidement s’échapper du champ d’intervention de l’adversaire et le reconduire jusqu’au point de départ ce qui favorise la prise d’initiative et la remontée du jeu. On peut aussi lui demander une relance vers un partenaire ou un repère quelconque et valider la précision de la relance. Nous sommes là dans des apprentissages de conduites motrices qui nécessitent une adaptation permanente en fonction des informations dont le joueur dispose sur les caractéristiques de l’attaquant. Le défenseur doit réajuster ses actions en fonction de celles de son adversaire. Il doit donc percevoir les indices et sélectionner ceux qui vont lui permettre de choisir le type d’action le plus approprié. On fait ainsi appel à l’intelligence du joueur et on la développe grâce à l’évaluation et l’analyse de la performance.

42D’autres situations sont proposées afin que les joueurs, quel que soit leur poste, soient capables de réagir de manière pertinente dès la perte du ballon. Perte à la suite d’une passe en profondeur mal ajustée, perte à la suite d’une interception, perte enchaînée par une relance, le jeu défensif en position haute fait partie de la palette des conduites motrices ou techniques défensives signifiantes.

43Ce type d’exercice s’inscrit dans l’intelligence du corps. Dans cette capacité d’adopter des conduites motrices maîtrisées ayant une signification précise guidée par une logique d’action. Cette logique s’intègre dans un tout car elle ne représente que le début d’une collaboration naissante qui se construit avec les partenaires. Nous ne sommes plus dans des actions individuelles ou seul le défit personnel commande l’action. Nous développons une culture tactique, l’apprentissage d’une conduite motrice adaptée au contexte et aux contraintes du jeu. Certes, nous évoluons dans une « unité tactique isolée » mais celle-ci prend son sens dans l’environnement créé et l’articulation qui se construit avec l’action des partenaires.

3. 4. Le microsystème

44Lorsque les joueurs ont acquis des compétences motrices pertinentes dans la confrontation individuelle, on peut complexifier les situations avec l’apport de nouvelles alternatives. Dans l’infra-système, les choix offerts sont liés à la latéralité et dépendent des potentiels et des qualités des joueurs en présence. Lorsqu’on rajoute des adversaires et des partenaires, les alternatives se multiplient au regard des options que l’on peut prendre dans la circulation du ballon. Conduite de balle ou passe, dribble ou non, vers la droite ou vers la gauche, au sol ou en l’air, en appui ou en soutien, sur le joueur ou dans la course, entre ou par-dessus, jeu long ou jeu court, le choix reste à faire et la prise d’initiative doit être encouragée. C’est là que l’intelligence de jeu intervient et que la pertinence du choix peut être évaluée en fonction de la configuration et du rapport d’opposition qui évoluent sans cesse. Je vais illustrer mes propos à travers une situation proposée dans le cadre du travail de finition où l’objectif est de faciliter la mise en situation de tir et de confrontation avec le gardien de but (figure 4).

Figure 4. Coordonner la phase de finition dans la zone axiale avec un joueur en appui.

Figure 4. Coordonner la phase de finition dans la zone axiale avec un joueur en appui.

45L’espace de jeu est matérialisé dans l’axe du terrain sur une largeur équivalente à la surface de but (18,32 m) sur une profondeur équivalente approximativement à deux fois la surface de réparation (33 m). La confrontation oppose trois attaquants à deux défenseurs plus le gardien de but. Les attaquants doivent parvenir à marquer malgré l’opposition. La mise en jeu s’effectue librement à partir de l’extrémité du terrain avec deux attaquants pour aller vers la cible et marquer. Un attaquant est positionné dans l’axe en appui à hauteur de la surface de réparation. Les deux défenseurs s’organisent sur la profondeur avec un joueur au marquage de l’appui et un autre en barrage positionné à 20 mètres du but. En cas de récupération du ballon, leur objectif est de le ramener et de l’arrêter (stop-ballon) sur la ligne d’embut des attaquants. Nous instaurons donc la notion de réversibilité qui favorise la continuité du jeu et la relance. Le porteur du ballon aura pour objectif de le conduire jusqu’à la fixation du premier défenseur afin de choisir le bon moment pour passer au partenaire qui l’accompagne en utilisant la largeur. Il peut passer à l’appui qui s’est rendu disponible hors de la zone d’ombre du premier défenseur en privilégiant la profondeur. Il peut encore éliminer le défenseur en le dribblant et progresser vers la cible en attendant la réaction du second défenseur. S’il fait le choix de donner son ballon, il a alors la possibilité de poursuivre sa course vers l’avant pour profiter de son déplacement en l’ajustant dans la largeur suivant le placement du nouveau porteur et du deuxième défenseur pour apporter une aide. Il peut aussi se positionner en soutien de l’action et assurer la couverture en cas de perte du ballon.

46En cas de passe latérale, le nouveau porteur à la réception, va progresser en conduite et à son tour fixer le second défenseur ou pénétrer si celui-ci choisit de rester au marquage sur l’appui. L’attaquant avancé devra donc libérer le chemin du porteur en s’écartant pour obliger le défenseur à choisir. Il doit aussi prendre en compte dans son déplacement la loi du hors-jeu et agir en conséquence pour éviter de se trouver en position irrégulière, si passe il y a. Si l’appui reçoit le ballon, il lui faut adopter une position du corps à la réception qui favorise l’enchaînement vers l’avant et la poursuite du mouvement. Quelle que soit la configuration finale à l’approche du dernier obstacle que constitue le gardien de but, il est préférable de se retrouver en deux contre un pour rajouter à l’incertitude du dernier rempart. Si l’action s’est poursuivie à partir d’une relation entre les deux joueurs partis de leur base, l’attaquant positionné en appui doit se replacer en couverture et se retrouver à la pointe basse du triangle. L’action finale peut se traduire par un tir, un dribble du gardien ou une passe au partenaire qui se trouve seul face à la cible. Dans tous les cas, le dernier geste doit être guidé par une volonté d’application dans la réalisation technique. Le buteur doit apprivoiser la pression affective qui s’exerce à ce moment crucial lors de la rencontre. Plus il prend l’habitude d’accorder de l’importance à la réalisation du geste pendant l’entraînement, plus il est efficace et plus il devient maître de ses réactions lors des situations de compétition.

47La répétition de ce type de confrontation implique une prise de conscience des diverses conditions d’opposition que l’on peut rencontrer dans ce cas et permet de rationaliser l’action produite par le porteur de balle mais aussi les non-porteurs de balle. A chaque étape du déroulement de l’action, une configuration nouvelle apparaît, qui présente une logique d’action propre suivant les contraintes rencontrées. Les réactions des défenseurs et leur stratégie qui peut s’appuyer sur l’utilisation du hors-jeu renforcent la complexité du choix parmi les alternatives. Ce genre d’exercice favorise la réflexion du joueur sur des bases d’alternatives simples, car limitées par leur nombre, et la prise de conscience de l’existence de logiques d’actions en fonction de l’unité tactique isolable sélectionnée. Cet exercice peut être déplacé sur les côtés du terrain avec un retour vers l’axe pour l’action finale sur la cible. La diversité des configurations rencontrées dans le jeu ouvre une large palette de mises en situations possibles à exploiter. C’est à l’intervenant de choisir celle qui correspond le mieux à son objectif. Progresser vers la réalité de la pratique culturelle de référence, jeu à 11 contre 11, nous contraint à complexifier les configurations pour que les joueurs soient confrontés à une plus grande difficulté dans la prise de décision. On rajoute donc peu à peu des partenaires et des adversaires pour diversifier et augmenter le nombre d’alternatives. Les défenseurs peuvent se trouver dans trois positions au départ de l’action. Les défenseurs sont en barrage, c’est-à-dire positionnés en obstacle de la progression, à égalité, c’est-à-dire au même niveau à l’intérieur ou à l’extérieur par rapport à l’axe, ce qui constitue déjà un avantage ou un handicap. En retard c’est-à-dire avec un handicap sur la profondeur pour revenir défendre. Suivant l’objectif recherché et le niveau des joueurs en présence, je laisse plus ou moins de liberté de manœuvre ou de temps pour faciliter la réussite et donc la répétition source de progrès.

3. 5. Le méso-système

48Les exercices proposés sur le méso-système peuvent s’organiser à partir de la collaboration des différents éléments d’un collectif de ligne ou de l’articulation de deux collectifs de ligne entre eux. Je peux aussi prévoir des oppositions raisonnées sur une moitié de terrain dans la largeur mais, aussi, sur toute la longueur (figure 5). L’objectif est de faire progresser la balle jusqu’à la cible en coordonnant les actions d’une partie des trois collectifs de ligne. L’attaque se termine alors sur toute la largeur du terrain à l’approche du but adverse. Ayant constaté que les joueurs aux habitudes bien ancrées sont plus sensibles aux modifications apportées dans un cadre joué, j’utilise régulièrement les oppositions sur moitié de terrain avec plus ou moins de joueurs.

49Des consignes sont alors apportées pour concentrer l’attention sur un type de circulation du ballon ou une orientation du jeu spécifique. L’idée est de passer par une phase de conservation du ballon jusqu’à l’apparition des conditions favorables à la réalisation du type d’action attendu. Les directives peuvent être très précises sur le thème, comme par exemple un passage obligé par un débordement en utilisant l’arrière latéral. Je peux aussi exiger un passage obligé par un jeu en appui sur un des trois attaquants. Je vais vous donner un exemple grâce à un jeu d’application en attaque / défense à partir de la figure 5. Mon objectif est de travailler sur l’utilisation des différentes façons de déséquilibrer une défense. L’action va se trouver facilitée par une légère supériorité numérique des joueurs de champ en faveur des attaquants.

Figure 5. Jeu d’application en 8 contre 8 pour accéder en zone de finition et marquer.

Figure 5. Jeu d’application en 8 contre 8 pour accéder en zone de finition et marquer.

50Les joueurs évoluent sur une moitié de terrain en huit (dont un gardien) contre huit. Les défenseurs peuvent marquer de deux façons. Soit ils atteignent une des trois petites cibles matérialisées sur la ligne médiane grâce à une relance longue réalisée en deçà d’une ligne fictive située à environ 25 mètres du but, soit ils marquent un point lorsque l’un d’entre eux passe la ligne dans une des cibles en conduite de balle. L’objectif des attaquants est de marquer à partir de trois possibilités et celles-ci permettent de doubler la marque lorsque les conditions sont respectées. Tout autre but ne vaut qu’un point. La ligne utilisée, matérialisée par des coupelles, est en fait une ligne brisée et elle est divisée en cinq couloirs de jeu sur la largeur. Pour que le but compte double, il faut que l’attaque à l’origine de la marque se traduise : soit par un débordement de la défense en conduite de balle dans les couloirs d’ailes ; soit par une passe en diagonale ou transversale vers une aile en passant par un des deux couloirs intermédiaires, passe suivie d’un centre ; soit par une pénétration dans le couloir axial, plus large, grâce aux techniques de vitesse suite à une prise d’appui ou un relais dans l’axe. En cas de récupération haute du ballon par les attaquants face à la grande cible, ceux-ci sont contraints de revenir en deçà de la ligne pour construire leur attaque.

51Les défenseurs doivent donc agir pour se retrouver dans une position favorable à la réalisation d’une relance longue et précise vers leurs partenaires fictifs (cibles). L’autre possibilité est de construire une relance propre avec leurs milieux de terrain pour permettre le passage dans la moitié offensive en possession du ballon. Les attaquants, soutenus par leurs trois milieux de terrain et les deux arrières latéraux doivent conserver la balle et provoquer les conditions d’une réalisation de l’attaque en rapport avec les exigences attendues. Les deux milieux de terrain hauts sont à la manoeuvre et bénéficient du soutien du milieu axial et des deux latéraux. Ils doivent assurer une circulation et une distribution du ballon rapide et précise surtout pour leurs passes orientées dans la profondeur. Il leur faut aussi prendre des risques dans les tentatives de pénétration. Le milieu axial, placé plus en retrait, est responsable de l’orientation du jeu mais peut aussi apporter une supériorité numérique en pénétrant dans la zone axiale. La couverture est alors de la responsabilité du milieu le plus proche ou situé du côté de la montée. Les arrières latéraux constituent les bases du jeu de conservation et participent aux phases d’attaques en venant dédoubler avec l’attaquant du couloir, soit sur une prise d’appui, soit à la suite d’un changement de jeu en transversale. Ils peuvent aussi prendre appui avec les milieux et poursuivre leur course vers l’avant pour aller au bout du mouvement. Nous présentons là les alternatives de base qui constituent une partie de la matrice offensive. Il va de soi que la réalisation et la réussite des divers mouvements engagés et tentatives entreprises dépendent de la qualité de coordination de la cascade de décisions qui en découlent. Faire le bon choix au bon moment participe au développement de l’intelligence de jeu à chaque étape de l’enchaînement. Chaque joueur constitue un maillon de la chaîne qui permet à l’action de se dérouler jusqu’au bout. Un autre aspect est significatif de la maîtrise du jeu et de la capacité à réagir intelligemment. C’est la pertinence du joueur à stopper le mouvement lorsque celui-ci est voué à l’échec et à être capable de passer par une phase de conservation en reculant pour se repositionner et construire une nouvelle attaque. Mettre les joueurs dans une situation proche de celles rencontrées dans le match en réduisant les alternatives par une réduction des effectifs constitue une étape de sécurisation et de prise de conscience des possibilités offertes en fonction des configurations rencontrées. Reste à corriger les erreurs qui peuvent être commises dans la réalisation technique qui concrétise l’idée dans le jeu. Les situations d’entraînement qu’il est possible de proposer par l’intermédiaire du méso-système sont innombrables. Elles participent au processus de complexification qui permet aux joueurs d’appréhender progressivement le cumul des contraintes. La prise de conscience que chaque configuration présente plusieurs alternatives plus ou moins pertinentes est déjà une avancée vers l’intelligence de jeu. La capacité à anticiper sur les nouvelles alternatives comme un joueur d’échec constitue une preuve d’intelligence du joueur. L’objectivité dans l’analyse du résultat de l’action entreprise et des éléments qui ont favorisé la réussite ou de ceux qui ont provoqué l’erreur est une nouvelle preuve d’intelligence du joueur. C’est le développement de ces diverses compétences qui permet de tendre vers l’autonomie du joueur et vers un jeu plus rationnel.

4. Conclusion

52Le football est un jeu qui a du sens. Chaque action a du sens et le bon choix face aux alternatives rencontrées est le garant de l’efficacité et de la performance. Pour y parvenir, le passage obligé se focalise sur l’intelligence de jeu, donc sur la capacité du joueur à raisonner et à être pertinent dans ses choix. La réalisation motrice à travers la technique n’est pas négligée, mais elle est la concrétisation de la pensée. Elle vient au bout de la chaîne pour traduire en acte les processus mentaux.

53Le monde du football est traditionnellement très conservateur. Il suffit d’aborder l’évolution du règlement pour constater les différences avec d’autres sports collectifs. Malgré tout, la réussite actuelle, au haut niveau, des entraîneurs ex-joueurs professionnels ayant bénéficié d’une formation universitaire (Rudy Garcia, Philippe Montanier) nous permet d’envisager une avancée dans les modes de pensée. L’ouverture d’esprit d’autres anciens à l’image de René Girard et de certains cadres fédéraux doit nous laisser à penser que l’intelligence de jeu à travers l’approche tactique peut devenir un objectif prioritaire de la formation. Espérons que la démarche se développe afin d’éviter les rencontres somnolentes qui ont tendance à se généraliser. L’intelligence du jeu et l’intelligence des joueurs doivent constituer le carburant essentiel de la production d’un jeu et donc d’un spectacle de qualité, où l’action individuelle n’est plus considérée comme l’acte unique de reconnaissance. L’esthétique de la gestuelle ne représente que la touche supplémentaire du plaisir des yeux obtenu par la qualité et la fluidité de l’enchaînement collectif qui mène au but. Évoluer vers un jeu où la priorité est donnée à la construction offensive, sans pour autant négliger la sécurité défensive grâce à l’adoption de comportements intelligents, où le combat n’est plus l’unique leitmotiv, nous semble possible. L’exemple de Barcelone et des formations actuelles les plus performantes au niveau de la marque devrait être le but recherché par tout formateur au sens large.

54Pour ma part, je n’ai pas toujours adopté des comportements judicieux. J’ai souvent été trop directif, ce qui représente un obstacle au développement d’autonomie chez les joueurs. Le « danger » constaté aujourd’hui à propos de mon attitude peut malgré tout être grandement atténué. Il est alors nécessaire de préciser que la solution proposée sur le banc n’est qu’un indicateur d’orientation du jeu et non une directive imposée. Nous constatons d’ailleurs que certains exercices sont beaucoup plus complexes à mettre en place avec des joueurs seniors qui bénéficient d’une longue expérience. Deux obstacles se dressent alors : la convergence des points de vue qui nécessite une argumentation pertinente pour obtenir l’adhésion des joueurs et les habitudes prises tout au long d’un parcours de formation sans accompagnement tactique. Ce manque de bases tactiques explicitées et argumentées est l’obstacle majeur à la production d’un jeu intelligent et performant donc plaisant à pratiquer et à voir.

55Je me suis en permanence inspiré de la pratique de haut niveau et des interrogations qu’elle provoquait pour tenter de faire évoluer ma démarche. J’ai profité des nouveautés et des courants de pensée pour faire évoluer mes conceptions. J’ai aussi conservé une démarche critique pour lutter contre les effets de mode lorsque l’ensemble des entraîneurs copiait ou appliquait des « directives » fédérales sans prendre un peu de recul. Certaines orientations ne sont pas systématiquement reproductibles si l’on ne dispose pas des atouts nécessaires. Ma méthodologie d’intervention a peu à peu évolué vers ce qu’elle est aujourd’hui. Elle n’est sans doute pas exhaustive mais se présente comme un tremplin supplémentaire vers la production d’un football intelligent, performant et spectaculaire.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exercice en 10 c 1 (GB) pour progresser vers la cible tout en conservant une occupation rationnelle du terrain.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Titre Figure 2. Récupération individuelle du ballon sur les côtés du terrain.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Titre Figure 3. Récupération individuelle du ballon dans une position axiale.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Titre Figure 4. Coordonner la phase de finition dans la zone axiale avec un joueur en appui.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10573/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4k
Titre Figure 5. Jeu d’application en 8 contre 8 pour accéder en zone de finition et marquer.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10573/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4k

Auteur

Département STAPS de l’Université d’Evry-Val d’Essonne, Laboratoire ETE de l’UEVE

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search