Version classiqueVersion mobile

L’intelligence tactique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Savoirs collectifs, intelligence tactique et hockey sur glace

Luc Nadeau, Samuel Georget, Kristine Fortier et Paul Godbout

Texte intégral

1Le potentiel éducatif du hockey sur glace est indéniable, particulièrement dans un contexte de programmes scolaires spécifiques et intensifs comme les programmes sports-études ou les concentrations sport. Ces programmes permettent aux élèves de parfaire leur développement, amorcé bien souvent dans le sport civil, tout en conciliant leur formation académique. Pour ces programmes scolaires, l’utilisation d’une approche fondée principalement sur la compréhension du jeu devient une alternative importante au développement des fondements essentiellement techniques constatés dans les différents programmes du réseau de développement civil.

2Cependant, l’utilisation du hockey sur glace comme moyen d’action pour l’enseignement des principes de jeu en sports collectifs est peu fréquente en milieu scolaire canadien dit régulier, contrairement à d’autres sports comme le football (soccer) ou encore le basket-ball. En effet, plusieurs contraintes viennent limiter les possibilités s’offrant aux professeurs d’ÉPS comme la faible disponibilité des patinoires et arénas, les coûts élevés de location et d’achat d’équipements ou encore les temps importants associés aux transitions pour se rendre à l’activité.

3De plus, d’un point de vue plus spécifique, le hockey sur glace exige des participants un niveau de maîtrise minimal de plusieurs aspects techniques, principalement ceux liés aux rudiments de base du patinage sur la surface glacée et à l’utilisation du bâton (la crosse pour les Français) pour contrôler la rondelle. Ces actions ne sont pas aussi naturelles que de courir ou de lancer, contrairement à plusieurs sports comparables comme le football ou le basket-ball. À l’image des bases nécessaires en natation pour pratiquer le waterpolo par exemple, se déplacer sur une surface glacée de plusieurs façons grâce à des patins, dans plusieurs directions et avec aisance et contrôle, nécessite quelques années d’apprentissage, surtout s’il faut également manipuler la rondelle avec un bâton. Un niveau d’habileté minimal devient, jusqu’à un certain point, nécessaire avant de pouvoir penser jouer « efficacement » individuellement, ce qui est encore plus vrai pour « jouer en équipe ».

4Tout est une question de performance en jeu. En effet, la réalisation efficace des actions individuelles et collectives devient impossible si les joueurs ne peuvent pas se déplacer avec une certaine aisance sur la patinoire et s’ils ne peuvent pas faire rapidement progresser la rondelle avec le bâton. Dans ce cas, même si les intentions des joueurs sont appropriées à la situation donnée, l’exécution correcte de l’action devient en revanche périlleuse, trop dépendante qu’elle est de la maîtrise d’une base minimale de patinage et de manipulation. Une aisance technique sur patins et la manipulation de la rondelle avec le bâton augmentent le répertoire des actions disponibles permettant de résoudre des situations données. Cela offre ainsi au joueur un champ de réponses beaucoup plus étendu tout en favorisant sa créativité (Bunker & Thorpe, 1982). Pour reprendre l’exemple du football, il n’est pas nécessaire d’être le meilleur sprinteur pour être un excellent joueur. Toutefois, la capacité de faire des déplacements fluides, rapides et en équilibre offrira au joueur beaucoup plus de possibilités pour déjouer l’adversaire, d’autant plus si elle est combinée à de bonnes capacités de manipuler le ballon.

5Les aspects techniques doivent toutefois être considérés comme étant au service des aspects tactiques du jeu bien qu’ils représentent des éléments essentiels aux sports collectifs tel le hockey sur glace (Gréhaigne, Billard, & Laroche, 1999). Le hockey sur glace, comme tous les autres sports interpénétrés, est une activité essentiellement « tactique » où le but du jeu est de prendre avantage sur l’adversaire pour marquer des points. En soi, un virage, une passe ou un croisement en patinage arrière n’ont de sens que s’ils permettent de faire progresser le jeu ou de limiter l’attaque adverse. L’apprentissage de cette activité doit donc s’éloigner d’une approche dite « technique » car l’exécution parfaite des aspects techniques n’est pas garante d’une performance supérieure (Oslin, Mitchell, & Griffin, 1998). La vitesse de jeu et l’interaction entre les joueurs offrent des conditions de jeu où le résultat de l’action compte beaucoup plus que la qualité d’exécution (Griffin & Butler, 2005).

1. Une approche qui place le joueur au cœur des décisions

6Parmi l’ensemble des approches utilisées pour l’enseignement des sports collectifs, l’esprit de ce chapitre se base sur une approche qui place les joueurs au centre du jeu et des prises de décisions. Cette approche dite tactique est principalement basée sur la compréhension du jeu et de ses règles, de même que sur la recherche de solutions optimales pour contrer l’adversaire (Gréhaigne, 2011). Cet esprit de formation est peu utilisé en Amérique, contrairement à plusieurs modèles de formation des athlètes existant pour les sports collectifs en Europe. Heureusement, ce type de formation s’observe de plus en plus au hockey sur glace moderne. D’un point de vue pédagogique, la richesse de cette approche tient à la grande liberté de création qu’elle offre aux apprenants. Cette créativité favorise grandement le développement de l’intelligence tactique, à savoir la reconnaissance et l’anticipation des actions des adversaires, la connaissance d’options possibles pour s’y ajuster en contrôlant la situation et la capacité de générer éventuellement de nouvelles solutions, plus efficaces ou plus économes, mais dont les résultats demeurent similaires. Pour les participants, cette méthode est plus motivante et, bien que parfois plus complexe à enseigner, apporte des résultats tangibles sur la performance à moyen et à long terme (Bunker & Thorpe, 1982 ; Gréhaigne & Godbout, 1995 ; Memmert, 2011).

7En soi, bien jouer tactiquement implique certaines caractéristiques telles que la compréhension du jeu et de ses règles. L’appropriation des règles de jeu est considérée comme la première étape visant à aider le joueur à jouer efficacement. Il saura ainsi plus facilement prioriser les actions, reconnaître les configurations de jeu et agir en fonction de la logique du jeu (Caron & Pelchat, 1972). Par ailleurs, c’est lorsqu’il commencera à bien comprendre le jeu et ses règles que ce joueur sera dans la possibilité de détecter les indices dans le jeu. Ces indices lui fourniront des informations essentielles pour aider ses coéquipiers et/ou vaincre ses adversaires. Il devra être en mesure de percevoir les vitesses, directions, positions, vélocités et angles de déplacement, que ce soit de la rondelle, de ses coéquipiers, de ses adversaires (repères externes), mais aussi selon ses propres sensations (repères internes) (Gréhaigne, 2009). C’est à partir de ces indices que le joueur pourra anticiper les actions des adversaires et de ses coéquipiers. L’expérience du jeu, le vécu de l’athlète, sa créativité, ses perceptions et surtout son niveau de réflexion permettront ensuite la sélection d’indices plus importants dans le jeu (Ochanine, cité par Gréhaigne, 2011).

8Selon la sélection de ces informations, le temps disponible et le niveau de maîtrise des habiletés, le joueur devra choisir la meilleure option possible entre :

  • une réponse logique, heuristique, souvent plus sûre, ne permettant pas nécessairement de prendre avantage sur l’adversaire, mais ne lui concédant pas d’avantages non plus ;

  • ou la création d’une nouvelle réponse, parfois plus incertaine quant à sa réussite, mais visant à vraiment prendre avantage sur l’adversaire (Gréhaigne, Caty, & Marle, 2004).

9L’intelligence tactique dans les sports collectifs s’illustre donc par l’agencement et la coordination d’une sélection d’actions individuelles et collectives en situation de jeu, ayant pour but de prendre avantage sur l’adversaire, ou encore afin d’équilibrer le rapport de forces s’il est en défaveur de l’équipe (Teodorescu, 1977). Comme il a été mentionné précédemment, l’intelligence tactique serait constituée principalement de deux formes de réponses motrices qui font toutes les deux référence aux niveaux de connaissances, à l’expérience, aux habiletés à détecter les indices dans le jeu, au jugement, aux perceptions et au niveau d’habileté des joueurs concernés. D’une part, la production des réponses aux problèmes de jeu peut suivre une logique habituellement représentée par des actions heuristiques bien souvent attendues ou connues de tous, basées sur la compréhension des règles de jeu. Ce choix est habituellement perçu moins risqué car, pour respecter le principe de l’organisation à double effet présentée par Deleplace (1979), recourir à ces solutions amoindrit les risques, comme celui d’occasionner un revirement provoqué par une perte de duel ou de confrontation. Le choix conscient d’une solution heuristique démontre par exemple que le joueur intelligent reconnaît les difficultés pour son équipe et décide de « jouer sûr », même s’il perçoit que l’adversaire est en position pour parer la confrontation momentanée. Il est également constaté que le joueur qui recourt à cette réponse dans le jeu se sent souvent pressé dans le temps, ou encore ne possède pas ou ne croit pas posséder les habiletés requises pour agir autrement (Gréhaigne, 2011 ; Mouchet, Uhlrich, & Bouthier, 2008). Un joueur peut aussi réaliser une action heuristique sans que ce ne soit par pression ou risque de revirement, mais simplement pour favoriser la coordination entre ses coéquipiers, en vue de préparer une action future, prédéterminée. D’autre part, la solution peut être envisagée par la création d’une nouvelle réponse qui fera évoluer la configuration de jeu et dont l’objectif est de prendre avantage sur l’adversaire. Cette décision prise par le ou les joueur(s) concerné(s) est souvent moins attendue de l’adversaire et l’obligera à réagir d’une façon prévisible et anticipée sur laquelle il est très possible de prendre avantage. Cette situation est grandement basée sur la compréhension des règles et principes de jeu, sur l’expérience et la détection d’indices dans le jeu, autant ceux des adversaires que ceux des coéquipiers (Caron & Pelchat, 1974 ; Gagnon, 1982 ; Gréhaigne, 2009). À l’opposé des actions basées sur les solutions logiques, la création de nouvelles réponses peut comporter certains risques en cas d’échec qui peuvent surprendre les coéquipiers tout autant que les adversaires. Toutefois, le joueur qui prend la décision d’exécuter cette réponse nouvelle le fait parce qu’il considère habituellement avoir un avantage sur l’adversaire. Il décide consciemment de prendre le risque sans nécessairement avoir anticipé et considéré que les probabilités de réussite sont plus grandes que celles d’échec.

10Afin d’illustrer ces propos, il est possible de considérer une situation particulière au hockey sur glace. L’exemple s’inspire du choix d’un porteur, pris profondément en zone défensive, de dégager la rondelle par la clôture lorsque la pression de l’adversaire est forte en échec avant. Cette action semble être la solution logique et spontanée à privilégier. L’analyse des configurations prototypiques démontre clairement que cette option est majoritairement choisie par les joueurs et ce, dans la plupart des catégories ou niveaux de compétition (Moniotte, Nadeau, & Fortier, 2011). Ainsi, le porteur évite la potentialité d’une perte de possession en zone défensive qui offrirait à l’adversaire l’occasion d’attaquer rapidement le but. Toutefois, cette action mène bien souvent à une interception du dégagement et une récupération de la rondelle par l’adversaire. Mais, à l’avantage de l’équipe qui défend, cette récupération est rarement en position dangereuse. Cette configuration prototypique est tellement reconnue au hockey que les joueurs adverses, dans cette situation, anticipent le dégagement en se déplaçant naturellement vers les clôtures (balustrade). L’adversaire reconnaît que le porteur, dans cette situation, voudra surtout éviter de sortir la rondelle de la zone par le corridor central et offrir, en cas d’échec du dégagement, une occasion directe de marquer. En prenant la décision d’effectuer le dégagement par la clôture, le porteur reconnaît les risques d’être intercepté. En revanche, il considère cette solution comme la moins pire des deux et les probabilités de réussite du dégagement plus grandes. Et si jamais, dans cette situation, l’adversaire intercepte, il n’est pas placé dans la zone optimale de tir. Cela laisse donc un peu plus de temps aux coéquipiers en défensive pour tenter de se replacer et de récupérer la rondelle avant que l’adversaire puisse construire son attaque.

11La même situation pourrait toutefois être résolue de plusieurs autres façons selon l’intelligence tactique du porteur et de ses coéquipiers. En effet, le porteur pourrait tenter de feinter l’adversaire qui essaie de le mettre en échec afin de conserver la rondelle et/ou d’effectuer une passe à un coéquipier démarqué au centre, à travers la zone dangereuse. Comme mentionné, étant donné que les adversaires ont davantage tendance à « anticiper » le dégagement contre la clôture, le corridor central est souvent dégagé et accessible aux joueurs habiles qui peuvent réussir à sortir la rondelle de leur zone défensive sans la donner à l’adversaire.

12Pour qu’un joueur puisse choisir une réponse motrice de ce genre et qu’elle ait une bonne chance de réussite, quelques conditions doivent cependant être présentes :

  • le porteur doit bénéficier d’un laps de temps suffisant pour, d’un côté, anticiper l’action en reconnaissant les principaux repères sur la position des adversaires et coéquipiers, surtout si elle doit se faire rapidement, et d’un autre, décider du type de contrôle de la rondelle qui sera le plus adéquat pour réaliser efficacement l’action ;

  • le porteur doit avoir un certain vécu sportif et la connaissance des règles de jeu qui l’aideront à analyser les options, à identifier les sources possibles de difficulté et à repérer le bon moment pour prendre cette décision. Ce vécu est aussi souvent associé à la confiance de pouvoir réussir le jeu… ;

  • le porteur doit posséder ou croire posséder les habiletés nécessaires pour effectuer la manœuvre de feinter l’adversaire, et de faire la passe avec un haut taux de réussite ;

  • le porteur doit également percevoir les indices à l’effet que le receveur aura aussi un haut pourcentage de chance de contrôler la rondelle à la réception pour qu’il puisse par la suite poursuivre l’attaque. Cette forme d’empathie vise à placer son partenaire dans les meilleures conditions de jeu possibles et non pas chercher à lui « refiler le problème ».

13Plus un joueur devient expérimenté tactiquement, plus il cherchera à donner du sens à la situation de jeu qu’il vit et interprètera sans cesse son environnement afin de déceler des indices et éléments porteurs de sens qui évolueront avec la situation (Macquet & Fleurance, 2006). Le joueur débutant, très préoccupé par l’objet de jeu, aura tendance à vivre la situation en recourant aux actions traditionnelles, alors que le joueur expérimenté cherchera au contraire à faire une analyse plus complète de la situation, surtout s’il bénéficie de suffisamment de temps pour déceler les indices du problème et des solutions possibles (Gréhaigne, 2009).

14D’une certaine façon, il est aussi possible d’imager l’intelligence tactique en faisant référence à une question de calcul de probabilité, mais dont le choix final garde tout de même une grande part de subjectivité (Mouchet et al., 2008). Comme mentionné précedemment, plus le joueur considère avoir en sa faveur la probabilité de réussir et/ ou de surprendre l’adversaire, sans engendrer trop de dégâts en cas d’échec, plus il aura tendance à prendre ces risques et à prendre des décisions qui s’écarteront des principales actions logiques. Seulement, pour ce faire, le joueur doit pouvoir bénéficier d’un certain avantage de vitesse, d’espace ou de temps sur l’adversaire afin d’analyser ces probabilités, de faire référence à son passé et de faire des liens avec des situations similaires qu’il a vécues (Mouchet, 2005). Gréhaigne (2011) mentionne d’ailleurs que le joueur en sport collectif, lorsqu’il est dans une situation d’opposition serrée, a un accès moins important aux solutions et aux réponses dont il dispose habituellement. Pour songer à prendre l’avantage sur l’adversaire, le joueur doit considérer être en contrôle (momentané) de la situation, tout en possédant des connaissances minimales lui permettant de juger des possibilités de réussite et/ou d’échec de ses actions (Deleplace, 1979 ; Mouchet, 2005). Lorsque le rapport de forces entre les équipes est équivalent, les joueurs bénéficient habituellement de moins de marge de manœuvre et recourent plus régulièrement aux configurations de jeu usuelles.

2. Intelligence tactique et hockey sur glace

15La suite de ce chapitre présente plusieurs illustrations représentant des formes d’intelligence tactique au hockey sur glace, qui s’inspirent des configurations prototypiques de jeu. Il est cependant impensable dans ce document de couvrir toutes les situations de jeu observées au hockey sur glace, ces dernières étant beaucoup trop nombreuses. D’ailleurs, bien des exemples de manifestations de l’intelligence tactique des joueurs sur le jeu auront des similitudes avec les autres sports de même nature, comme le football par exemple, qui fait l’objet de nombreux ouvrages décrivant la capacité des joueurs à créer tactiquement des solutions de jeu afin de prendre l’avantage sur l’adversaire. Les caractéristiques et règles spécifiques du hockey sur glace rendent toutefois cette activité sportive intéressante à analyser car, malheureusement, très peu d’ouvrages de référence ont traité spécifiquement de ce sujet, particulièrement dans le contexte nord-américain. C’est donc à partir de la description de quelques configurations prototypiques que seront ensuite présentés les principaux schémas évoquant les principes d’actions et règles fondamentales du jeu. Il sera possible d’illustrer comment les joueurs de hockey réussissent à jouer juste, à choisir les actions les plus appropriées pour résoudre les problèmes associés aux situations de jeu, et ainsi, à prendre tactiquement avantage sur l’adversaire en s’inspirant de ces règles de base et des configurations prototypiques habituellement constatées dans le jeu.

16Au hockey sur glace, un travail important a été réalisé il y a plusieurs années par deux équipes d’auteurs pour décrire ces principes et règles de jeu (Caron & Pelchat, 1974 ; Gagnon, 1982). Ces efforts ont coïncidé avec les premiers déplacements en Amérique du Nord, dans les années 1970, des équipes de l’ex-URSS. La « Série du siècle » a été, et demeure encore aujourd’hui, un moment tournant de l’histoire de l’évolution du hockey sur glace. Pour une première fois en effet, la dite suprématie canadienne du hockey sur glace a été remise en question (Bérubé, 1973). Les amateurs de hockey ont pu voir les joueurs de l’Armée Rouge dont le style de jeu tout en mouvement, basé sur la cohésion de l’ensemble des joueurs de l’équipe, différait complètement du modèle nord-américain (en corridor, où chaque joueur reste dans la partie de son espace de jeu associé à sa position et fondé sur les habiletés davantage individuelles des joueurs). S’opposaient donc pour une première fois le style russe, préconisant les permutations, les transitions rapides, le mouvement perpétuel et le jeu collectif, contre le style américain davantage planifié et coordonné par les entraîneurs, et fondé sur les habiletés individuelles des joueurs et leurs gabarits plus imposants. À partir de cette confrontation légendaire, beaucoup d’entraîneurs et spécialistes canadiens et américains du hockey ont remis en question leur vision de l’enseignement du hockey, comme l’ont fait Caron et Pelchat, entre autres. Ainsi, en s’inspirant des travaux de Deleplace (1966, 1979) et de Parlebas (1972), et en travaillant de concert avec des entraîneurs et spécialistes européens de football, de rugby, de basket-ball et même de hockey sur glace, Caron et Pelchat (1974), de même que Gagnon (1982) par la suite, ont réussi à décrire, d’un point de vue davantage tactique, les caractéristiques et règles du hockey sur glace favorisant la cohésion entre les joueurs et la compréhension du jeu. Auparavant et, même encore de nos jours, dans le monde anglo-saxon du hockey sur glace, les ouvrages spécialisés sur le hockey proposaient une description de jeu s’inspirant exclusivement ou presque d’une approche traditionnelle où l’entraîneur est au cœur du système de jeu et personnifie la structure à la base de la cohésion de l’équipe (Caron & Pelchat, 1974). Dans les nombreux ouvrages de référence disponibles aujourd’hui, cette approche était fondée sur une nomenclature très détaillée des aspects techniques du jeu, portant sur les plans biomécanique, physiologique et physique. Elle était principalement constituée de l’entraînement des capacités physiques ou des techniques spécifiques et, dans bien des cas, d’une liste relativement exhaustive de patrons de jeu en lien avec chacune des phases de jeu (Chambers, 2008 ; Smith, 2009). La cohésion entre les joueurs de l’équipe devenait ainsi impossible sans ces patrons de jeu qui définissaient, selon chaque zone et/ou situation particulière, la structure attendue de l’équipe et le déplacement bien précis des joueurs. Les meilleurs entraîneurs étaient ceux qui parvenaient à créer des patrons de jeu différents, s’adaptant spécifiquement aux caractéristiques des équipes adverses, et qui réussissaient à imposer systématiquement des déplacements spécifiques à chacun des joueurs (Caron & Pelchat, 1974). Cette tendance à placer l’entraîneur au centre des décisions pourrait aussi s’expliquer par la culture de l’enseignement des sports d’équipe en Amérique, culture qui place l’entraîneur comme pilier de la prise des décisions sur le jeu. L’exemple du football américain, avec ses cahiers de jeu (« playbook ») et les choix du jeu dictés systématiquement par l’entraîneur et transmis au quart-arrière à travers un système de communication audio sans fil, demeure la plus belle illustration de l’importance de cette culture aujourd’hui.

2. 1. Le langage commun du hockey sur glace

17Toutefois, selon Caron et Pelchat (1974), l’intérêt de la formation des joueurs était, à l’époque, de placer le joueur au centre des prises de décisions. Cette constatation est encore d’actualité, trente-cinq ans plus tard. Il importe d’enseigner aux joueurs à comprendre le jeu et à repérer eux-mêmes les indices qui peuvent leur permettre de prendre l’avantage sur l’adversaire, compte tenu de la prévisibilité des schémas de jeu et du caractère aléatoire du jeu (Gréhaigne, 1992 ; Myers, Payment, & Feltz, 2004). Caron et Pelchat nomment cette approche « Le modèle théorique », qui est une approche structurale fondée sur les grands principes de jeu ainsi que sur les statuts et rôles des joueurs, sans regard spécifique sur leurs positions sur le jeu. Contrairement au modèle traditionnel, axé sur des structures de jeu rigides et assujetties aux positions spécifiques des joueurs, le modèle théorique se fonde sur la compréhension du jeu par les joueurs et sur l’élaboration d’un réseau de communication efficace entre eux. De façon à assurer une cohésion entre les joueurs, ceux-ci doivent pouvoir se rallier à un référentiel commun, s’adaptant à toutes les situations de jeu, autant en défense qu’à l’attaque. Sans ce référentiel, l’union entre les joueurs devient difficile et s’avère propice à un désordre qui favorise automatiquement l’équipe adverse (Caron & Pelchat, 1974 ; Gagnon, 1989).

18Afin de décrire l’analyse de l’apprentissage du jeu au hockey sur glace, Caron et Pelchat (1974) suggèrent de s’inspirer d’une analogie découlant de l’apprentissage du langage. Ainsi, pour que les joueurs d’une équipe puissent coordonner ensemble leurs actions, ils doivent « parler le même langage », avoir les mêmes repères sur lesquels ils peuvent se baser, peu importe la situation sur le jeu. De la sorte, un joueur intelligent est en mesure d’utiliser une langue de communication qui rend chaque action compréhensible à ses partenaires, peu importe son rôle ou sa position (Bosselut, Heuzé, & Eys, 2009). D’un point de vue général, il y a la langue des sports collectifs, particulièrement des sports de même nature, comme les sports interpénétrés, et dont les références sont communes (Mouchet et al., 2008). Cette langue est fondamentalement comparable pour tous les partenaires de tous les sports interpénétrés comme, par exemple, se démarquer, faire progresser le jeu vers le but adverse, protéger son but, etc. Mais, en plus, elle doit avoir des caractéristiques propres à un sport donné selon les règles particulières de jeu, telle la possibilité de jouer derrière le filet au hockey par exemple, ou l’interdiction de revenir derrière la ligne centrale (retour en zone) au basket-ball. Il peut bien sûr y avoir des similitudes, au même titre qu’on en retrouve entre les langues latines par exemple, mais les règles de jeu spécifiques apportent les nuances caractéristiques d’un sport donné. Cela se traduit habituellement par l’établissement d’un réseau de communication basé sur des principes dictant les actions logiques ou heuristiques à prioriser, qui sont fondées sur les règles de jeu spécifiques du hockey sur glace.

19Pour poursuivre sur la description de l’analogie du langage, la parole représenterait ainsi les actions individuelles du joueur, choisies en fonction du contexte dans un match déterminé (Caron & Pelchat, 1974 ; Parlebas, 1972). À l’image d’une discussion de groupe, pendant le jeu, les joueurs ne jugent pas nécessairement le contenu de la discussion, mais ont comme préoccupation que tous parlent de la même chose pour que leurs actions soient coordonnées, et que les règles de communication de base telle que ne pas couper la parole, ne pas parler en même temps que les autres, etc., soient respectées. C’est donc la situation de jeu qui doit dicter au joueur l’action à entreprendre. Au hockey, cela signifie qu’en fonction de chaque situation, les joueurs doivent s’ajuster aux actions des autres joueurs selon les règles, l’évolution du jeu, leurs rôles, leurs positions et responsabilités. Pour compléter le modèle, la syntaxe utilisée par les joueurs constituerait les règles et principes d’actions collectifs, et les mots utilisés seraient l’ensemble des actions tactiques les plus simples permettant de répondre à une tâche offensive ou une défensive donnée, comme effectuer un passe et va ou un passe et suit par exemple.

20Cette analogie fait ressortir le besoin de décrire le langage spécifique du hockey afin de présenter les grands principes de jeu qui coordonnent les actions des joueurs. Par la suite, l’objectif est d’illustrer comment les joueurs, pour faire preuve d’intelligence tactique au jeu, peuvent agencer les mots et les lettres pour, conjointement, prendre l’avantage sur l’adversaire dans des situations de jeu données.

2. 2. Caractéristiques fondamentales du jeu

21Tout comme nos prédécesseurs l’on fait (Caron & Pelchat, 1974, Gagnon, 1989), les différentes caractéristiques du jeu au hockey sur glace doivent être considérées afin de mieux illustrer la représentation des manifestations spécifiques de l’intelligence tactique de ce sport. Certes, malgré plusieurs similitudes associées aux autres sports dits interpénétrés comme le football ou le basket-ball, des distinctions liées à la forme de la patinoire ou encore aux différentes règles de jeu spécifient la nature du jeu au hockey par rapport à d’autres sports similaires. Les caractéristiques distinctives liées à la pratique de ce sport en influencent énormément l’enseignement et deviennent, pour le professeur d’ÉPS ou l’entraîneur, un moyen d’action particulier pour développer l’intelligence au jeu.

22Encore une fois, il faut mentionner que le déplacement sur la glace avec des patins et l’utilisation d’un bâton pour manipuler la rondelle constituent, en soi, une première différence fondamentale entre le hockey sur glace et les autres sports interpénétrés. Ces caractéristiques provoquent un très grand nombre de pertes de possession au profit de l’adversaire, de passes déviées ou de rondelles libres, observées autant chez les joueurs débutants que les initiés. Ces changements fréquents de possession sont propices aux nombreuses transitions rapides attaque/défense ou défense/contre-attaque. Ainsi, au cours d’une présence sur la patinoire, qui dure généralement entre 30 et 88 secondes (Green et al., 1976), un joueur peut perdre possession de la rondelle au profit de l’adversaire en moyenne 0,82 fois par minute jouée dans un match (Fortier, Nadeau, Goulet, Hamel, & Emery, 2012). Plusieurs études sur le sujet ont également démontré que les durées de contrôle de la rondelle par les joueurs sont très courtes, et qu’habituellement, le nombre de passes consécutives entre les joueurs est très faible, comparativement à bien d’autres sports (Moniotte et al., 2011). Cette situation s’explique autant par la rapidité des actions, la dimension de la surface de jeu, les rampes autour de la surface, les déplacements sur patins, que les actions et les habiletés techniques des joueurs en possession de la rondelle (Nadeau, Godbout, & Richard, 2008).

23Notamment, la forme du terrain et la rampe placée tout autour de la patinoire jouent un rôle très important dans le jeu (Moniotte et al., 2011). La hauteur de la rampe et la forme rectangulaire de la patinoire avec les coins arrondis font en sorte que la rondelle demeure active presqu’en tout temps, et qu’il n’y a aucun espace mort sur la surface de jeu. Ainsi, les joueurs ont la possibilité de se servir de la rampe pour dégager la rondelle par un ricochet, rendant alors la trajectoire plus difficile à intercepter par l’adversaire. La rampe sert également à faire une longue passe par ricochet à un coéquipier qui est inaccessible directement. Finalement, les joueurs peuvent également s’en servir pour bloquer physiquement la progression de l’adversaire, ou encore pour protéger physiquement la rondelle d’un adversaire qui cherche à les mettre en échec. Dans l’analyse des principales configurations de jeu au hockey sur glace, Moniotte et ses collaborateurs (2011) ont constaté que les joueurs utilisent énormément la rampe dans le jeu, autant à des fins offensives que défensives.

24En définitive, la possibilité de bloquer physiquement l’adversaire sur une surface de jeu, somme toute petite pour le nombre de joueurs évoluant en même temps sur le jeu, occasionne une quantité appréciable de contacts physiques entre les joueurs (Malenfant, Goulet, Nadeau, Hamel, & Emery, 2012). Ces contacts, autant ceux délibérés que ceux bien souvent involontaires, contribuent énormément à diminuer le temps utile pour manipuler la rondelle avant d’effectuer un tir ou encore de faire une passe.

3. Intelligence tactique à travers les règles et principes d’action au hockey sur glace

25Il convient d’abord, pour parler le même langage, de se référer à un modèle décrivant les aspects tactiques collectifs à la base du jeu (Gagnon, 1989). En effet, il est possible de considérer que l’intelligence tactique dans le jeu consiste initialement à reconnaître les principales actions ou phénomènes de jeu habituels et logiques que sont les configurations prototypiques. Ensuite, elle se manifeste par la création de situations qui vont au-delà de ce que l’adversaire a anticipé ou de la façon dont il a réagi. Comme le mentionnait Gréhaigne (2009), l’objectif visé est de prendre l’avantage sur l’adversaire en créant un déséquilibre qui permettra de le devancer dans le temps ou dans l’espace. Il ne faut jamais oublier que la création et/ou le choix d’une option tactique par un joueur n’est, bien souvent, que momentanée et ne vise qu’à lui offrir, à un instant donné (T), une longueur d’avance sur ses adversaires.

26Ces bases tactiques collectives dépendent également de la réalisation, par les joueurs, d’une série d’actions tactiques individuelles et, conséquemment, d’une série d’actions techniques et physiques. Les actions tactiques sont considérées comme étant individuelles parce qu’elles ne mettent habituellement en action qu’un adversaire ou un coéquipier à la fois. Toutefois, elles sont nécessaires à la réalisation des aspects collectifs du jeu. Les feintes, les écrans ou encore le passe et va, sont des exemples d’actions tactiques individuelles qui permettent la réalisation d’actions collectives comme l’étalement (dispersement) ou l’attaque dans la zone privilégiée.

27Le modèle proposé par Gagnon (1982, 1989) décrit et résume d’abord les grands principes de jeu tactiques autant pour le pôle offensif que le pôle défensif du jeu. Ces éléments du modèle rappellent la langue du hockey sur glace et respectent la pensée de Deleplace (1966, 1979) concernant l’organisation à double effet qui est d’attaquer le but tout en défendant son propre but/territoire. Ils sont essentiels afin de favoriser la coordination entre les joueurs.

28Les principes offensifs et défensifs de base du modèle de Gagnon sont ensuite supportés par une série de règles d’organisation du jeu qui, selon les situations, permettent aux joueurs de se coordonner entre eux afin de respecter chacun de ces principes (Gagnon, 1989). Fait intéressant, les définitions, autant de ces grands principes que des règles d’organisation du jeu, peuvent convenir à la grande majorité des sports collectifs interpénétrés. Le travail des entraîneurs ou des éducateurs physiques sera, comme l’a proposé Gagnon pour le hockey sur glace, d’adapter ces définitions au contexte particulier du sport visé.

29L’ensemble de ces règles et principes d’action se retrouvent dans les différentes phases spécifiques de jeu, telles les sorties de zone, les entrées de zone, l’attaque en zone centrale, etc. Toutefois, à la lecture des éléments constituant le modèle de Gagnon, les actions collectives déterminées semblent s’adresser davantage aux joueurs non porteurs et n’identifient que très rarement le rôle des porteurs pour chaque action correspondante. Or, bien que la majorité des actions offensives et défensives des équipes s’amorcent à partir de la position et des actions du porteur, ce même porteur doit aussi respecter des principes et règles d’organisation du jeu qui favoriseront les actions de ses coéquipiers et qui permettront de faire collectivement progresser le jeu. C’est ce que Caron et Pelchat (1974) nomment les règles de base de communication dans une discussion.

30Le tableau I illustre une adaptation du modèle de Gagnon visant à mieux définir les actions tactiques collectives qui concernent spécifiquement les porteurs et non-porteurs.

Tableau I. Principes et règles d’organisation tactique du jeu au hockey sur glace (adapté de Gagnon, 1989)

Tableau I. Principes et règles d’organisation tactique du jeu au hockey sur glace (adapté de Gagnon, 1989)

31L’intégration de ces principes et règles d’organisation du jeu peut ensuite devenir spécifique aux phases de jeu et aux zones sur la patinoire d’où elles s’amorcent. Comme mentionné, l’objectif ici est d’illustrer, à partir des configurations prototypiques de certaines phases de jeu en fonction des zones sur la patinoire, différents schémas tactiques de jeu décrivant ces actions d’organisation du jeu. Les descriptions graphiques présentes dans ce chapitre devraient permettre de situer les grandes tendances habituellement observées des configurations de jeu les plus utilisées.

32En regroupant spécifiquement les actions des porteurs et des non-porteurs, et en les adaptant au modèle illustré par Gréhaigne et al. (1999), cela donne les représentations illustrées par les figures 1a et 1b suivantes :

Figure 1a. Principes et règles d’organisation du jeu du porteur.

Figure 1a. Principes et règles d’organisation du jeu du porteur.

Figure 1b. Principes et règles d’organisation du jeu des non-porteurs.

Figure 1b. Principes et règles d’organisation du jeu des non-porteurs.

33Il est important de remarquer que les principes et règles d’organisation du jeu des non-porteurs ne sont pas spécifiques aux phases de réaliser l’attaque, de conserver la possession ou encore pour la récupération de la possession ou la défense du but. En fait, les principes et règles d’attaque des non-porteurs sont associés à l’attaque ou la défense contrairement aux actions des porteurs qui sont plus spécifiques à ces deux phases distinctes.

3.1. Règles et principes d’action en zone d’attaque

34La logique de présentation des différentes configurations de jeu au hockey sur glace pourrait s’effectuer de bien des façons. La présentation des éléments en fonction de chacune des zones sur la patinoire semble plus logique et plus facile pour le lecteur. Ainsi, la suite de ce chapitre se basera sur les actions et configurations de jeu liées à la zone d’attaque, où se réalise habituellement l’attaque du but adverse, la zone neutre qui est une zone de transition, et la zone défensive qui représente l’endroit d’où se restructurent les attaques, et où se déroule la défense du but.

35L’illustration des schémas tactiques facilite la compréhension des principes et des règles et démontre comment les joueurs peuvent construire des solutions tactiques aux problèmes habituels de jeu. Bien entendu, plusieurs nuances peuvent être apportées aux illustrations car ces éléments sont le fruit d’observations et d’analyses de situations de jeu de différents niveaux. Le jeu avec des joueurs débutants sera nécessairement moins raffiné et moins élaboré que celui des joueurs débrouillés. Cependant, les actions de base demeurent essentiellement les mêmes. De plus, le choix de la meilleure situation de jeu n’est pas déterminé que par une considération théorique, mais bien plus en raison d’une logique associée au contexte de jeu et à l’interprétation que se font les joueurs concernés (Mouchet et al., 2008). Par ailleurs, l’apprentissage de ces principes et règles de jeu demande du temps et de l’expérience, et l’adoption des différentes options présentées ne peut se faire que progressivement.

3. 1. 1. Attaque du but, zone privilégiée et zone de contrôle

36Le premier principe de jeu à la base de tous les sports est bien sûr d’attaquer le but adverse afin de tenter de marquer des points. Au hockey sur glace, ce principe s’actualise par la recherche d’une position optimale qui permettra un tir d’une bonne précision à une distance du gardien l’obligeant à bouger et réagir très rapidement pour tenter de faire l’arrêt. Cette zone se nomme la zone privilégiée de tir (figure 2) et est la zone dite optimale permettant de marquer. Cette zone peut être plus grande ou plus petite selon la vélocité des tirs des joueurs et les habiletés du gardien. Comme illustré à la figure 2, elle se situe généralement devant le but, dans un angle déterminé par les points de mise en jeu de chaque côté du but. Elle représente l’axe central d’où les tirs offrent une bonne chance de marquer. Habituellement, la vélocité du tir oblige le gardien à faire l’arrêt en anticipant la direction de la rondelle ou à chercher à couvrir le plus d’espace possible devant le but, car le tir peut avoir été voilé ou dévié par la circulation des joueurs. En soi, comme premier grand principe, l’objectif de l’équipe à l’offensive est de libérer un joueur dans cette zone pour qu’il puisse recevoir une passe et effectuer un tir vers le but, à moins bien sûr qu’un coéquipier soit en meilleure position, et disponible pour recevoir une passe (figure 3).

Figure 2. Configuration prototypique illustrant la zone de contrôle et la zone privilégiée de tir.

Figure 2. Configuration prototypique illustrant la zone de contrôle et la zone privilégiée de tir.

37Pour parvenir à placer un joueur dans cette zone, plusieurs configurations de jeu et actions collectives peuvent être utilisées par les joueurs à l’offensive, toujours selon la position des adversaires en défensive. La figure 3 présente l’espace de jeu effectif typique d’une équipe en situation d’attaque du but, lorsque l’adversaire est en situation de défensive de zone. Les joueurs de l’équipe en défensive forment habituellement un carré, légèrement déformé vers la position du porteur et dont le centre occupe la zone privilégiée de l’adversaire. Pour l’équipe en défensive, cette zone est appelée zone interdite.

Figure 3. Configuration prototypique illustrant l’espace de jeu effectif en situation d’attaque du but et la configuration de la boîte défensive.

Figure 3. Configuration prototypique illustrant l’espace de jeu effectif en situation d’attaque du but et la configuration de la boîte défensive.

38Compte tenu de la pression temporelle imposée par les adversaires et des limites physiques que les défenseurs imposent à l’intérieur de la zone privilégiée des attaquants (occupation du territoire), ceux-ci n’ont d’autre choix que d’exploiter le pourtour de cette zone de manière à contrôler la rondelle. Conséquemment, la rondelle se retrouve presque toujours en périphérie de l’espace de jeu effectif (EJE). Cette zone limitrophe est justement appelée zone de contrôle et représente l’endroit sur la patinoire où les porteurs peuvent amorcer les actions vers le but. De cet endroit, ils peuvent faire circuler la rondelle autour de la zone privilégiée et peuvent aussi protéger leur possession en situation de mise en échec en plaçant leur corps entre l’adversaire et la bande. L’inconvénient de protéger la rondelle de cette façon est que le joueur fait habituellement dos au jeu et est vulnérable aux coups (agressions) venant de côté ou de derrière. Toutefois, les déplacements fréquents et rapides de même que l’espace limité par la bande peuvent l’aider à bien exploiter cette surface pour conserver la rondelle. Ces endroits sur la patinoire sont habituellement les plus occupés par les joueurs au cours d’une partie. Compte tenu de l’espace disponible et des contacts physiques très fréquents, cela explique pourquoi cette tendance est observée dans les niveaux professionnels, d’où l’utilité d’avoir des joueurs forts et de gabarits physiquement imposants.

3. 1. 2. Étalement (dispersement selon Gagnon, 1989)

39L’application des règles d’organisation du jeu par l’ensemble des joueurs permet de faciliter la réalisation des grands principes de jeu en zone d’attaque. Par exemple, l’application de la règle de l’étalement (dispersement) par les non-porteurs met à la disposition du porteur plusieurs options de passes permettant de mieux contrôler collectivement la rondelle, ou encore d’offrir de plus grandes possibilités de récupération de rondelles libres. L’étalement est l’action de s’éloigner à une distance optimale du porteur et des coéquipiers pour permettre une circulation efficace de la rondelle et rendre plus difficile les actions des joueurs qui défendent. La distance optimale doit permettre au joueur d’être, à un premier niveau, démarqué, disponible et accessible au porteur, et à un deuxième niveau, en position pour une deuxième passe pouvant provenir d’un coéquipier démarqué et dans la priorité du porteur. Ce jeu de premier et de deuxième niveau facilite la construction d’attaques structurées, phénomène très difficile à réaliser en jeu à forces égales au hockey (figure 4). Les joueurs considérés intelligents tactiquement, en mesure d’anticiper les jeux collectifs de deuxième niveau, ont également la responsabilité d’anticiper les actions à faire en cas de perte et, ainsi, de respecter l’organisation à double effet. Comme leur position est quelque peu en retrait du jeu, ils subissent moins la pression des adversaires et ont davantage de temps pour anticiper et réagir en cas de perte et de revirement (Gréhaigne, 2011).

Figure 4. Schéma tactique illustrant la règle d’étalement en zone d’attaque et le démarquage de premier et deuxième niveaux.

Figure 4. Schéma tactique illustrant la règle d’étalement en zone d’attaque et le démarquage de premier et deuxième niveaux.

3. 1. 3. Démarquage des attaquants non-porteurs, contrôle de la rondelle et triangle offensif

40Le deuxième grand principe de jeu des attaquants non porteurs est le démarquage constant. Ce principe est appuyé par la règle du contrôle de la rondelle et signifie que les joueurs doivent tenter collectivement d’en garder la possession jusqu’à ce qu’ils aient une bonne chance de marquer.

41En zone d’attaque, ce principe vise idéalement à se libérer d’un adversaire dans la zone privilégiée au moment où le porteur est dans la capacité de faire une passe (figure 4). Sinon, les coéquipiers du porteur doivent tenter de se rendre disponibles et accessibles au porteur à l’intérieur de la zone de contrôle afin de poursuivre la construction de l’attaque et le contrôle de la rondelle. En considérant la vitesse de jeu, la proximité des joueurs, la grandeur de la zone et le niveau de maîtrise de la rondelle par le porteur, le démarquage des non-porteurs implique couramment les deux joueurs les plus près du porteur, à une distance rarement plus grande que l’équivalent de la moitié de la surface de la zone d’attaque (3 à 5 mètres). Il est effectivement rare que le porteur ait plus d’une ou deux possibilités de passes, ou que de grandes passes soient effectuées efficacement de part en part de la zone en situation d’égalité numérique. Cette configuration à trois joueurs, soit un porteur et deux coéquipiers ou encore un porteur, le joueur qui se démarque et l’adversaire qui le marque, est représentée par un triangle. Un des sommets du triangle est le porteur qui est localisé, la plupart du temps, dans la zone de contrôle. Lorsque deux coéquipiers tentent de se démarquer, la base du triangle est généralement dans la zone de contrôle. Les possibilités de se démarquer dans la zone privilégiée sont, d’ordinaire, peu nombreuses, mais doivent être utilisées en priorité afin de profiter d’une belle chance d’attaque du but. Dès qu’un coéquipier se démarque dans cette surface, le porteur devrait envisager en priorité la décision de lui passer la rondelle. À un haut niveau, un joueur dans la zone privilégiée n’a besoin que d’avoir les bras et le bâton libres pour être en mesure de prendre un tir, même s’il est marqué de près par l’adversaire. À ce niveau de jeu, le temps de contrôle est généralement très court et la situation propice aux tirs sur réception. En utilisant l’image du triangle, les entraîneurs réussissent facilement à illustrer les conditions pour se démarquer, surtout auprès de jeunes participants (figure 5).

Figure 5. Schéma tactique illustrant la position en triangle habituellement utilisée par les joueurs pour se démarquer.

Figure 5. Schéma tactique illustrant la position en triangle habituellement utilisée par les joueurs pour se démarquer.

42La surface de jeu derrière la ligne de but est, dans le hockey moderne, très souvent utilisée par les joueurs dits intelligents pour construire les attaques. En effet, cette position pour un porteur amène plusieurs avantages tactiques. Dans les années 1980, Wayne Gretzky, l’un des meilleurs joueurs de hockey de son époque, a été un des premiers joueurs professionnels à utiliser massivement cette zone afin de construire les attaques pour ses coéquipiers. Premièrement, lorsque le porteur est dans cette position, il peut utiliser le but comme écran pour protéger la rondelle des adversaires qui cherchent à le mettre en échec, et ainsi gagner du temps pour organiser l’attaque. Bien qu’il ne puisse pas vraiment marquer de cet endroit, le porteur derrière le but oblige ainsi tous les joueurs adverses à faire dos à la surface de jeu, dont principalement le gardien. Les joueurs en défensive retrouvent donc le porteur à l’opposé des joueurs qu’ils ont à marquer. La figure 6 illustre justement ce schéma tactique de jeu qui est presque considéré comme une configuration prototypique tellement elle est régulièrement constatée pendant les parties. En effet, le porteur utilise le but comme écran afin de se protéger des adversaires qui veulent le mettre en échec. Ce faisant, le porteur joue dans le dos du gardien et voit, devant lui, toutes les possibilités de passes à ses coéquipiers (c.f. jeu rondelle en avant). Cette position amène les défenseurs adverses à regarder le porteur et donne l’occasion à ses coéquipiers de se libérer plus facilement dans la zone privilégiée en jouant dans le dos des défenseurs et du gardien adverses qui eux, doivent obligatoirement suivre le mouvement de la rondelle. Si ces joueurs délaissent le porteur pour se concentrer uniquement sur le joueur à marquer, le porteur peut profiter de la situation pour revenir devant le gardien et être en position optimale pour effectuer un tir au but. L’avantage de cette configuration est aussi que le porteur peut effectuer une passe à l’un de ses partenaires lorsqu’il est lancé vers le but, et donc beaucoup plus difficile à arrêter par les défenseurs. La vitesse de démarrage acquise par deux ou trois coups de patin peut même être transférée dans la force du tir au but.

Figure 6. Schéma tactique démontrant l’utilisation du but comme écran par le porteur en attaque.

Figure 6. Schéma tactique démontrant l’utilisation du but comme écran par le porteur en attaque.

43Parmi les autres configurations généralement observées en zone d’attaque par les joueurs à l’offensive, il y a l’utilisation des arrières qui jouent à la position de défenseurs et qui sont habituellement à l’extrémité de l’EJE et de la zone privilégiée, près de la ligne bleue (lignes de part et d’autre de la ligne médine séparant le terrain en trois zones). Ces joueurs, aussi nommés joueurs de pointe, sont souvent utilisés à l’attaque pour plusieurs raisons. Premièrement, les joueurs de l’équipe en défensive ont tendance à maintenir une structure fermée afin de bloquer l’accès à la zone privilégiée de l’équipe en attaque. Plus ils s’avancent sur ces joueurs de pointe, plus ils ouvrent la boîte défensive et peuvent permettre aux autres attaquants d’y entrer. Donc ces joueurs de pointe sont souvent libres et en mesure de contrôler la rondelle. Deuxièmement, comme les joueurs de pointe sont plus loin du but, l’adversaire en défensive aura tendance à préférer qu’un tir vienne de cette extrémité de l’EJE plutôt que directement du centre de la zone privilégiée. Ces tirs de loin sont souvent plus faciles à arrêter par le gardien ou sont tout simplement bloqués par les joueurs qui circulent devant le but. À l’opposé, ils peuvent parfois être voilés de la vue du gardien ou encore déviés de leur trajectoire. Couramment, dès qu’un joueur de pointe est en position de tir, un ou des coéquipiers ont systématiquement comme tâche de se déplacer devant le gardien pour lui obstruer la vue (figure 7). Troisièmement, ces joueurs bénéficient souvent de plus de temps et d’espace pour réaliser leur attaque étant donné que leur position est moins menaçante que celle des autres joueurs autour du but. Finalement, ces joueurs sont souvent en position pour intercepter les dégagements des adversaires, et peuvent donc contribuer spécifiquement à conserver la rondelle dans la zone d’attaque. En fonction des règles du hockey, si la rondelle quitte la zone d’attaque, tous les joueurs attaquants doivent ressortir de la zone avant que la rondelle n’y entre à nouveau et que l’attaque du but se restructure.

Figure 7. Schéma tactique illustrant l’attaque du but par le joueur de défense et position des coéquipiers devant le but.

Figure 7. Schéma tactique illustrant l’attaque du but par le joueur de défense et position des coéquipiers devant le but.

Figure 8. Schéma tactique illustrant une attaque du but par le joueur de pointe après une situation de passe et va.

Figure 8. Schéma tactique illustrant une attaque du but par le joueur de pointe après une situation de passe et va.

44Des avantages importants peuvent être associés à la présence de joueurs de pointe intelligents et créatifs. En connaissant les différentes règles énumérées sommairement précédemment, le joueur de pointe peut profiter de sa position pour créer de nouvelles solutions afin que les chances de marquer soient plus grandes. Ces joueurs peuvent, par exemple, attirer les joueurs en défensive pour chercher à ouvrir la boite défensive. De cette façon, ils peuvent effectuer des actions tactiques individuelles, comme les passes et va avec les coéquipiers placés dans la zone de contrôle, et avoir ainsi la possibilité d’entrer dans la zone privilégiée pour effectuer un tir (figure 8). Sinon, la création de cet espace peut également servir à un coéquipier. Par exemple, un déplacement de leur part vers l’axe central apporte bien souvent une certaine confusion des joueurs en défensive, qui se demandent s’ils doivent suivre le porteur et le mettre en échec et en même temps, risquer de défaire la structure défensive. À l’opposé, comme les joueurs de pointe sont la dernière ligne de protection entre l’adversaire et le but, une mauvaise passe ou une perte directe de la rondelle par ces joueurs provoque rapidement une situation de revirement très menaçante. Ces joueurs doivent donc être prudents lorsqu’ils se compromettent vers le filet.

45En cas de perte de possession en zone d’attaque, l’action de mettre de la pression sur les joueurs adverses qui tentent de sortir la rondelle de leur zone défensive se nomme échec avant. L’échec avant est une action collective spécifique dont la structure de base est habituellement déterminée à l’avance par les entraîneurs, mais dont le principe est de chercher à reprendre possession de la rondelle, à poursuivre l’attaque du but (figure 9) et, parallèlement, à retarder la structuration de l’attaque adverse. Habituellement, l’échec avant se réalise à la suite d’une attaque manquée ou d’une perte de possession contrôlée. Il arrive souvent effectivement que l’équipe donne délibérément la rondelle à l’adversaire mais en fond de terrain et dans une condition où les probabilités de reprendre possession sont très grandes si, dos au jeu ou dans le coin de la patinoire, le porteur est mis en échec rapidement.

Figure 9. Exemple de configuration de jeu dans une situation d’échec avant et conduite typique du porteur pour utiliser la rampe pour dégager son territoire.

Figure 9. Exemple de configuration de jeu dans une situation d’échec avant et conduite typique du porteur pour utiliser la rampe pour dégager son territoire.

46La grande majorité des structures d’échec avant utilisent la rampe et les coins de patinoire afin de créer des zones pièges aux porteurs. Comme mentionné un peu plus tôt, autant les joueurs en position d’attaque du but cherchent à passer la rondelle à leur coéquipier dans la zone privilégiée, autant l’équipe en défensive qui reprend possession de la rondelle en fond de zone ne veut pas faire une mauvaise passe dans cet espace pouvant mener à un revirement qui accorderait un tir au but à l’adversaire. Les joueurs en situation défensive et en possession de la rondelle chercheront ainsi à utiliser la zone de contrôle ou simplement la rampe pour diminuer la pression de leur territoire. Ceci explique encore pourquoi les joueurs adverses, en situation d’échec avant, se placent près de la rampe, ou l’utilisent pour tenter de reprendre possession (Moniotte et al., 2011).

3. 2. Principes et règles en zone centrale

47La zone centrale au hockey, ou souvent dite neutre, est une zone de transition généralement déterminante de la qualité de la défense de l’équipe à la défensive et des probabilités de réussir l’attaque de l’équipe à l’offensive. D’une part, de cette zone, se dessinent bon nombre d’attaques amorcées en zone défensive et pouvant mener à un tir au but. D’autre part, toute la configuration de la défense s’y prépare afin de diminuer ou d’éliminer l’amorce des attaques adverses. L’application des principes de jeu de base est souvent à l’origine des attaques réussies. Compte tenu de la nature du sport et du nombre important de pertes de rondelle à l’adversaire constaté dans les matchs, plusieurs de ces principes et règles collectifs offensifs visent à conserver et contrôler la rondelle suffisamment longtemps pour entrer efficacement en zone d’attaque, donnant ainsi un plus grand pourcentage de réussite de l’attaque du but.

48Le retour en zone défensive laisse habituellement à l’équipe suffisamment de temps pour que l’ensemble des joueurs se réorganisent. La figure 10 présente la configuration prototypique de cette action lorsque la rondelle est à l’arrière de l’EJE. L’observation des structures de jeu nous permet de constater des lignes de barrage naturelles de l’équipe en défensive. Ces dernières sont représentées par les positions des joueurs et font habituellement partie des décisions stratégiques adoptées par l’équipe en défensive. La figure 11 illustre la forme traditionnelle des lignes de barrage. Pour les joueurs à l’offensive, les lignes de barrage adverses sont des indices clairs des options de passes pour faire progresser les attaques. Ainsi, les joueurs qui se démarquent pour faire progresser le jeu vont habituellement tenter d’utiliser soit l’espace en appui entre les lignes de barrage, ou encore les intervalles entre les joueurs. Le succès de ces tentatives de démarquage constant des non-porteurs relève premièrement de la vitesse et de la précision à laquelle l’action se réalise, autant pour la vitesse de patinage, que pour la qualité de la passe tentée. Deuxièmement, les tentatives de démarquage sont dépendantes de la valeur du synchronisme entre les joueurs, représentée par le choix éclairé du moment approprié pour le porteur de faire la passe et le juste choix des déplacements effectués des non-porteurs. Dans le cas où les actions des joueurs en appui ne sont pas synchronisées, le porteur peut toujours utiliser le ou les coéquipier(s) en soutien pour favoriser la conservation de la rondelle et aider à restructurer l’attaque.

Figure 10. Configuration prototypique illustrant la position des joueurs lors d’une relace d’attaque provenant de la zone défensive et neutre.

Figure 10. Configuration prototypique illustrant la position des joueurs lors d’une relace d’attaque provenant de la zone défensive et neutre.

Figure 11. Schéma illustrant des lignes de barrage habituellement observées en zone neutre et des possibilités de se démarquer entre les lignes de barrage par l’équipe à l’offensive

Figure 11. Schéma illustrant des lignes de barrage habituellement observées en zone neutre et des possibilités de se démarquer entre les lignes de barrage par l’équipe à l’offensive

49L’entrée en zone d’attaque est souvent très déterminante de la qualité de l’attaque du but. C’est pour cette raison que les équipes en défense utilisent, à la ligne bleue, des structures défensives très hermétiques. Cette tendance a été observée au sein de plusieurs équipes de haut niveau au cours des dernières années. Elle a aussi passablement modifié le type des attaques adoptées par les équipes adverses. Ainsi, défensivement, il est possible d’observer régulièrement des lignes de barrage formées de quatre joueurs (figure 12). Cette situation a fait en sorte que les adversaires à l’offensive ont dû structurer leurs attaques en contrevenant à un principe de jeu important, soit le contrôle de la rondelle par l’équipe. En effet, ces équipes utilisent le concept de « dump and chase » qui représente une perte volontaire de la rondelle à l’adversaire pour entrer en zone d’attaque et ainsi gagner du terrain. Tout comme le jeu en avant au rugby, cette action consiste à traverser la ligne centrale du jeu et à envoyer vigoureusement la rondelle en fond de patinoire en espérant qu’un coéquipier, en échec avant du côté opposé, puisse la récupérer avant l’adversaire ou le mettre en échec en fond de territoire. Lorsqu’elle mène à une reprise, cette action permet de construire une attaque à partir de la zone de contrôle. Au niveau de la structure défensive, il n’est pas rare de voir ces exemples de lignes de barrage sur la ligne bleue au moment de l’attaque de l’équipe adverse, surtout si cette équipe en défensive est justement en avance au pointage. À ce moment, entrer la rondelle en zone d’attaque grâce à un contrôle devient très difficile, car l’espace y est très limité (Figure 12).

Figure 12. Configuration prototypique d’une attaque « classique » en zone centrale pour contrer le barrage (1-4) à la ligne bleue.

Figure 12. Configuration prototypique d’une attaque « classique » en zone centrale pour contrer le barrage (1-4) à la ligne bleue.

50Des ajustements défensifs ont été constatés au cours des dernières années et ont permis de diminuer énormément le taux de réussite de ce type d’attaque. D’une part, du fait de l’amélioration de la rapidité et de la mobilité des joueurs en défensive, ils sont bien souvent les premiers à reprendre possession de la rondelle, malgré la pression des joueurs en échec avant. De plus, les gardiens ont également contribué à freiner ce type d’attaque en sortant davantage pour intercepter la rondelle derrière le but. Malgré tout, cette forme d’attaque est encore largement utilisée, particulièrement chez les équipes dont la cohésion est plus faible ou lorsque la défensive adverse est moins mobile.

3. 2. 1. Le repli offensif et le surnombre offensif

51La stratégie du barrage à quatre joueurs face à l’attaque adverse à partir de la zone neutre est maintenant de plus en plus contrecarrée grâce à l’utilisation du repli offensif et de la notion de surnombre offensif par les joueurs. Ceci fait appel à des caractéristiques du jeu très simples, mais somme toute logiques et naturelles. En situation de défensive pour protéger l’entrée de zone, les joueurs sont souvent presque stationnaires sur la ligne bleue car la rondelle dribblée ou lancée par le porteur doit entrer en premier dans la zone pour respecter la règle de la ligne bleue. Ainsi, c’est grâce au mouvement qu’il est possible de prendre avantage de la situation et de briser le barrage stationnaire adverse. De cette façon, un porteur qui arrive à pleine vitesse devant ces joueurs arrêtés peut faire mine de rebrousser chemin vers sa propre zone en amorçant un repli offensif. Ce faisant, les joueurs de l’équipe adverse seront nécessairement et naturellement portés à avancer pour le suivre ou pour tenter de le mettre en échec, libérant ainsi un espace dans l’intervalle entre les joueurs. Ce phénomène créera normalement une brèche dans le barrage. Ce principe s’inspire beaucoup de ce qui est observé des constructions des attaques au handball. Au hockey, la réussite de ce repli offensif tient à ce que les attaquants en soutien se synchronisent pour entrer en mouvement dans ces intervalles de joueurs arrêtés, après avoir reçu une courte passe, comme illustré à la figure 13.

Figure 13. Illustration d’un schéma tactique utilisant le repli offensif pour créer un surnombre offensif contre une défensive en barrage à la ligne bleue.

Figure 13. Illustration d’un schéma tactique utilisant le repli offensif pour créer un surnombre offensif contre une défensive en barrage à la ligne bleue.

52La clef de la réussite de cette entrée de zone tient d’abord à ce que le porteur n’ait aucun coéquipier en appui. Ensuite, il doit reconnaître les signes indiquant que le défenseur adverse semble « mordre à l’hameçon » et tente de le suivre, soit parce qu’il cherche à le mettre en échec ou qu’il semble attiré par la rondelle. En avançant, il brise ainsi le barrage et offre une ouverture. Finalement, il est nécessaire que les coéquipiers en soutien cherchent à entrer dans l’intervalle créé exactement au moment où la brèche est ouverte et que le porteur est en mesure de leur faire une passe.

53L’utilisation de cette forme de cohésion d’équipe, utilisant le repli offensif, est aussi bien souvent constatée pour contrer les défensives plus classiques en zone d’attaque (figure 14). Selon la vitesse à laquelle les attaquants entrent en zone d’attaque, la tendance naturelle des joueurs à la défensive, qui ont dû concéder la ligne bleue pour éviter de se faire contourner, est de rester à une distance déterminée du porteur, soit habituellement environ deux longueurs de bâton. À ce moment, plusieurs options s’offrent au porteur intelligent qui amorce un repli offensif :

  • si le défenseur continue de reculer, cela ouvre un grand espace dans la zone optimale de tir pour un tir voilé au but ;

  • si le défenseur freine et revient sur le porteur, il est ainsi vulnérable à l’attaque d’un joueur en soutien qui peut arriver à grande vitesse.

54La recherche d’intervalles entre les joueurs de défense se réalise plus facilement lorsque les porteurs amorcent les attaques aux périphéries de l’EJE, tout comme ce qui est constaté habituellement au handball. En effet, une attaque menée par le centre se retrouve plus souvent bloquée par une fermeture de l’espace central, ce qui s’explique par la tendance naturelle de l’adversaire à protéger le centre devant la zone privilégiée.

Figure 14. Schéma tactique reprenant la règle du repli offensif mais en zone d’attaque contre une défensive traditionnelle.

Figure 14. Schéma tactique reprenant la règle du repli offensif mais en zone d’attaque contre une défensive traditionnelle.

3. 2. 2. Les permutations offensives

55De son côté, la règle des permutations offensives prend habituellement deux formes, soit la permutation latérale ou la permutation interpaliers. La permutation latérale se réalise lorsque deux joueurs changent systématiquement de position droite-gauche. Un joueur qui effectue une permutation interpaliers passe d’une position en soutien au porteur, donc derrière le porteur, à une position en appui au porteur, soit devant ou à égalité avec le porteur, ou inversement, d’une position en appui à une position en soutien. Dans le cas d’une attaque provenant de la zone neutre, le joueur en appui doit nécessairement devenir le porteur pour respecter la règle de la ligne bleue. Aucun joueur à l’offensive ne peut entrer dans la zone avant que la rondelle n’y soit entrée.

56La figure 15 illustre d’abord la configuration prototypique d’une attaque provenant de la zone neutre et dont le porteur se retrouve à l’avant de l’espace de jeu effectif (EJE). Par ailleurs, le porteur se retrouve régulièrement aux extrémités de l’EJE lorsqu’il entre en zone d’attaque. Cette situation s’explique par la recherche d’espace et de temps, soit pour contourner les défenseurs, ou encore pour amorcer un jeu avec ses coéquipiers. Ainsi, pour contrer la défensive, la figure 16 illustre le schéma tactique des types de permutations dans une configuration la plus souvent utilisée au hockey sur glace, habituellement en entrée de zone d’attaque. Lorsque les attaquants réalisent cette permutation, une confusion passagère s’établit entre les défenseurs adverses pour savoir lequel va mettre en échec le porteur. Le mouvement naturel du chasseur, c’est-à-dire celui qui met en échec le porteur, est de suivre le porteur ; étant donné qu’il quitte ainsi la position qu’il couvre habituellement, il libère un espace libre qu’un coéquipier de la permutation pourra exploiter. Si le chasseur décide au contraire de rester à sa position, le porteur pourra conserver la rondelle et poursuivre l’attaque en créant un surnombre avec son ou ses coéquipier(s).

Figure 15. Configuration prototypique et espace de jeu effectif en situation d’attaque provenant de la zone neutre, porteur à l’avant et à l’extrémité de l’EJE

Figure 15. Configuration prototypique et espace de jeu effectif en situation d’attaque provenant de la zone neutre, porteur à l’avant et à l’extrémité de l’EJE

Figure 16. Schéma tactique illustrant l’utilisation des permutations offensives en zone d’attaque.

Figure 16. Schéma tactique illustrant l’utilisation des permutations offensives en zone d’attaque.

57Tout comme pour le repli offensif, l’action du porteur de patiner latéralement au lieu d’aller directement au but a pour effet de ralentir et même de bloquer le mouvement des défenseurs. Cette situation devient encore propice à la deuxième forme, la permutation offensive interpaliers. Le coéquipier en soutien, arrivant à grande vitesse contre un défenseur presqu’arrêté, pourra recevoir la passe du porteur et profiter d’une bonne chance pour entrer en zone privilégiée et marquer un but.

58Le mouvement des joueurs qui changent de positions entre eux doit se faire dans un processus de communication et de compréhension du jeu afin de rééquilibrer la structure d’occupation du territoire. Cette condition est importante en fonction de l’organisation à double effet (Deleplace, 1979). Une mauvaise communication entre les joueurs peut créer une brèche dans la structure de l’équipe et devenir très menaçant lors d’une perte suivie d’une transition rapide. Plus les joueurs sont en mesure de comprendre les règles de base telles que protéger le corridor central, éviter de provoquer des surnombres par l’équipe adverse, couvrir les espaces libres, protéger la ligne bleue, etc., plus ils peuvent observer les repères qui leur permettent d’équilibrer la structure de jeu, que ce soit de façon générale ou en fonction de ce qui est prédéterminé par l’équipe et l’entraîneur (structure 2-2-1, 2-1-2, 2-3, etc.).

59Les permutations offensives sont de bons exemples d’actions collectives qui exigent une communication efficace entre les joueurs, principalement les non-porteurs. Un joueur d’équipe, qui joue juste, saura non seulement aider le porteur, mais aussi aider ses coéquipiers non-porteurs afin qu’eux-mêmes puissent plus facilement contribuer à l’attaque ou à la conservation de la rondelle. Comme mentionné un peu plus tôt, c’est l’exemple de jouer à un premier niveau, soit d’aider directement le porteur en se rendant accessible et disponible, ou encore à un deuxième niveau et faire en sorte qu’un coéquipier puisse plus facilement se libérer pour se rendre accessible et disponible au porteur. Cela peut être aussi de se placer pour faire progresser le jeu pour une deuxième ou troisième passe.

3. 3 Principes et règles en zone défensive

60Deux éléments importants doivent être considérés lorsque le jeu se déroule en zone défensive. D’une part, il est essentiel et prioritaire que les joueurs coordonnent leurs actions afin de limiter toutes les possibilités d’attaque de l’équipe adverse. D’autre part, lorsque l’équipe réussit à reprendre possession de la rondelle, les joueurs doivent respecter les principes et règles d’organisation du jeu afin de sortir efficacement de la zone en possession de la rondelle et de préparer toute nouvelle attaque vers le but adverse.

3. 3. 1. Les règles d’organisation du jeu utilisées en sortie de zone

61La zone défensive sert habituellement de zone pour reformer et restructurer les attaques de l’équipe en possession de la rondelle, principalement lorsque la pression de l’adversaire est faible ou inexistante. Lorsque la rondelle est récupérée profondément en zone défensive, l’action collective visant à contrôler la rondelle et à structurer l’attaque se nomme sortie de zone. Les sorties de zone perdent de leur structure et de leur cohésion lorsque la pression de l’adversaire en échec avant se fait plus forte, et que la marge de manœuvre de l’équipe qui tente de sortir s’amoindrit. Dans ces occasions, la sortie de zone est souvent remplacée par le simple dégagement du territoire où les joueurs, afin d’éliminer la pression et d’éviter un revirement dangereux, dégagent la rondelle vers la zone centrale. Étant donné la proximité avec le but, les joueurs doivent être particulièrement prudents afin d’éviter toute perte de possession à l’intérieur de la zone défensive qui offrirait un revirement à l’équipe adverse.

62Les figures 17 et 18 sont des illustrations des étapes d’une amorce de permutation offensive par les joueurs qui effectuent une sortie de zone. La communication entre les joueurs, effectuée à partir de la reconnaissance des indices laissés par les coéquipiers et l’anticipation de ce qu’ils veulent faire, est à la base de la réussite de ce type de tactique collective. Sans la reconnaissance de ces indices, les possibilités de réussir la sortie de zone, en contrôle de la rondelle, diminuent énormément. Il ne suffit même que d’un retard léger dans la prise de décision d’un seul joueur, ou d’une exécution motrice manquée, pour que l’amorce de la permutation ne se fasse pas adéquatement et fasse échouer la tentative de sortie.

Figure 17. Configuration prototypique d’une amorce de sortie de zone défensive avec le porteur à l’arrière de l’EJE.

Figure 17. Configuration prototypique d’une amorce de sortie de zone défensive avec le porteur à l’arrière de l’EJE.

Figure 18. Schéma tactique illustrant la règle de la permutation offensive utilisée pour se défaire d’un surveillant ou encore pour créer un espace libre pour un autre coéquipier.

Figure 18. Schéma tactique illustrant la règle de la permutation offensive utilisée pour se défaire d’un surveillant ou encore pour créer un espace libre pour un autre coéquipier.

3. 3. 2. Les actions tactiques individuelles de « passe et va » et de « passe et suit »

63Au hockey sur glace, la notion de passe et va (1-2) est tout autant utilisée que dans les autres sports interpénétrés. Ainsi, tout au long de ce document, les illustrations des actions des joueurs pour faire progresser la rondelle dans une zone restreinte ont essentiellement représenté cette tactique (exemple : figure 8). Par contre, contrairement aux autres sports comparables, les joueurs de hockey utilisent beaucoup plus souvent une tactique individuelle nommée passe et suit pour provoquer des surnombres offensifs. En effectuant une passe et en suivant la direction de celle-ci, les joueurs provoquent un déséquilibre momentané dans la structure du jeu en ayant plus de joueurs d’un côté ou dans un espace de jeu. Bien souvent, le surnombre est à 2 vs 1, 3 vs 1 ou 3 vs 2. Compte tenu de la nature du hockey, de la grande vitesse des déplacements des joueurs et de la surface de jeu restreinte, les joueurs de hockey ont l’avantage d’effectuer des passes et suit pour créer des surnombres sans trop courir de risque de déséquilibrer la structure en cas de perte, car ils ont la possibilité de rapidement se disperser si jamais le surnombre est contré trop rapidement par l’adversaire (figure 19).

64À titre de dernier exemple de configuration de jeu en zone défensive, cette zone sert aussi à restructurer les attaques lorsque la pression de l’adversaire en échec avant est faible ou inexistante. La figure 20 illustre la configuration prototypique généralement utilisée par les équipes en possession de la rondelle pour tenter, depuis la zone centrale, de traverser la ligne bleue et ensuite de préparer l’attaque finale. Selon Moniotte et al. (2011), les attaques structurées provenant de cette zone et menant, sans perte de contrôle à l’adversaire, à un tir au but sont très peu nombreuses, surtout chez les jeunes. Par contre, plus l’expérience et les niveaux d’habiletés technique et tactique augmentent, plus il y a d’attaques, sans perte de contrôle, qui débutent en zone défensive et se rendent, sans perte, jusqu’au tir au but.

Figure 19. Schéma tactique illustrant l’utilisation du passe et suit pour provoquer un surnombre offensif en entrée de zone.

Figure 19. Schéma tactique illustrant l’utilisation du passe et suit pour provoquer un surnombre offensif en entrée de zone.

Figure 20. Exemple de configuration de jeu en zone neutre et schéma tactique visant à restructurer une attaque lorsque la pression en échec avant de l’adversaire n’est pas élevée ou inexistante.

Figure 20. Exemple de configuration de jeu en zone neutre et schéma tactique visant à restructurer une attaque lorsque la pression en échec avant de l’adversaire n’est pas élevée ou inexistante.

65Les derniers exemples démontrent comment la compréhension du jeu peut mener à des solutions pour résoudre les problématiques et vaincre l’adversaire. Un joueur dit intelligent tactiquement saura utiliser la logique du jeu pour créer des solutions différentes des réactions spontanées généralement observées. À l’exemple des situations illustrées jusqu’à maintenant, un joueur qui sait reconnaître ce que l’adversaire doit ou est susceptible de faire dans une configuration donnée devrait bénéficier d’une avance lui permettant de prendre avantage sur le jeu.

4. Règles et principes d’action des joueurs à la défensive

66L’intelligence tactique des joueurs à la défensive au hockey sur glace s’exprime par l’application de différents grands principes qui dépendent non seulement de la position sur la patinoire, mais aussi du fait que l’équipe est en possession de la rondelle ou non. Ainsi, deux réactions naturelles sont observées lorsque que l’équipe est en possession de la rondelle dans sa zone défensive et que la pression de l’adversaire est si forte qu’elle pourrait mener à une perte de rondelle. Puisqu’une perte dans cette zone pourrait donner à l’adversaire une bonne situation pour attaquer le but, la première option, lorsque le joueur en a la possibilité, est de dégager la rondelle du territoire de façon à ce que les autres joueurs en défensive s’organisent et se coordonnent à nouveau pour défendre adéquatement leur but ou leur territoire. Sinon, en dernier recours, le joueur peut se servir de la rampe pour immobiliser momentanément la rondelle entre ses patins. Bien qu’il ne puisse pas la maintenir ainsi très longtemps pour éviter le risque de se faire donner une punition pour avoir retardé le match, ce laps de temps de quelques secondes est souvent suffisant pour retarder le jeu, et permettre à ses coéquipiers de s’ajuster et de se coordonner pour mieux défendre le territoire. La sélection d’une solution sûre, souvent différente de celle qui consiste habituellement à utiliser la rampe, et qui est inattendue de l’adversaire, est un bel exemple de jeu juste faisant appel à la compréhension et l’intelligence du jeu. Par exemple, une solution sûre pourrait être de passer la rondelle à un coéquipier de l’autre côté de la zone, mais en se servant de la rampe derrière le but, ou encore, à des niveaux plus avancés, de passer la rondelle au gardien qui lui pourra la passer à un coéquipier, dégager le territoire ou simplement immobiliser la rondelle.

67Par ailleurs, lorsque l’adversaire est en situation d’attaque, trois grandes règles sont - observées :

  • prioriser la protection du but et de la zone interdite ;

  • chercher à diminuer le plus possible le temps d’action des joueurs qui construisent leur attaque et ensuite, comme ils risquent de se raccrocher aux configurations prototypiques ;

  • anticiper les actions habituelles de ces joueurs à partir de la reconnaissance des règles et configurations de jeu.

68Pour les joueurs à l’offensive, l’objectif est de se créer un espace temporel ou physique pour être en mesure d’avoir le temps d’analyser les situations et de construire les attaques. À l’inverse, à la défensive, les joueurs doivent diminuer le plus possible les marges de manœuvre des adversaires afin qu’ils précipitent leurs actions. De cette façon, les adversaires font davantage d’erreurs, leurs jeux deviennent plus prévisibles, s’accolant davantage aux configurations prototypiques et aux actions heuristiques du jeu. Comme la défensive est habituellement en réaction aux actions offensives adverses, plus ces actions collent à des configurations prototypiques, plus il est possible d’anticiper et de contrer les attaques adverses.

4. 1. Principes et règles d’organisation du jeu spécifiques pour les joueurs en défensive

69Défensivement, les joueurs doivent considérer, dans l’ordre, deux principes importants. Si la pression par l’équipe en offensive est forte, ils doivent empêcher tout tir provenant de la zone privilégiée, et ainsi mettre en échec tout porteur en position de tir dans la zone. Tout comme pour les principes et règles d’organisation du jeu offensifs illustrés plus tôt, le recours aux principes de base permet de respecter le premier grand principe de jeu défensif : si les attaquants cherchent à lancer au but d’une zone optimale (zone privilégiée), l’action des joueurs en défensive est justement l’inverse ; ils s’efforcent ainsi d’empêcher tout tir provenant de la zone privilégiée. Les joueurs en défensive doivent occuper physiquement cet espace et s’assurer qu’aucun tir n’en provient. D’ailleurs, tout porteur étant situé dans la zone privilégiée devrait systématiquement et rapidement être mis en échec par les joueurs de l’équipe en défensive, que celle-ci adopte une stratégie défensive de zone ou de type joueur à joueur. La position en forme carrée de l’équipe en défensive (Figure 21) vise justement à couper toute tentative de passe à l’intérieur de la zone privilégiée tout en étant en position optimale pour mettre en échec le porteur dans la zone de contrôle.

70Le deuxième grand principe, qui est fortement lié au premier, est de marquer tout joueur tentant d’entrer dans cette zone et qui aurait le potentiel de recevoir une passe. Ce principe est le marquage constant des attaquants non-porteurs. Plus un adversaire est en position de lancer au but ou susceptible de faire progresser l’attaque de l’équipe adverse, plus il doit être surveillé de près. Un débat existe auprès de certains experts pour savoir quelle est la position idéale pour marquer l’adversaire, soit entre le porteur et le joueur à marquer, ou alors entre le but et le joueur à marquer. Une amorce de réponse pourrait être illustrée à partir d’un exemple d’intelligence tactique défensive. D’une part, lorsque le joueur qui marque est le dernier avant le but, une position plus conservatrice, entre le but et le joueur, permettra d’éviter qu’un attaquant se retrouve seul avec le gardien en cas de perte de duel. Inversement, lorsque des coéquipiers sont placés en soutien, un marquage directement entre le joueur et le porteur aura de meilleures chances de limiter l’attaque adverse. Mais tout comme le choix des actions offensives à privilégier, le choix de la meilleure position pour marquer l’adversaire dépend en grande partie des habiletés du joueur, de ses intentions réelles (freiner la progression ou couper la passe), des repères qu’il perçoit chez les adversaires, et de la qualité du contrôle du porteur. Un porteur mis en échec par un partenaire ou pressé dans le temps, donne des indices qui influencent énormément le type de marquage à effectuer (figure 21).

Figure 21. Schéma tactique illustrant des types de marquage en fonction de la position de l’attaquant et de celle du porteur.

Figure 21. Schéma tactique illustrant des types de marquage en fonction de la position de l’attaquant et de celle du porteur.

Règle du chasseur-surveillant et les règles liées

71La règle du chasseur-surveillant est probablement la plus importante pour la réalisation des principes de base défensifs, peu importe l’endroit où débute l’attaque adverse. De plus, sa réalisation par l’ensemble des joueurs de l’équipe conditionne également plusieurs autres règles défensives d’organisation du jeu.

72La règle à l’origine est relativement simple à réaliser et à comprendre par les joueurs. Le chasseur est le joueur qui cherche à mettre en échec le porteur adverse, alors que les surveillants sont ses coéquipiers qui marquent les adversaires susceptibles de recevoir la rondelle et de faire progresser l’attaque. Habituellement, le chasseur est toujours le joueur considéré le plus près ou le plus susceptible de mettre en échec le porteur adverse, mais cette situation peut changer en fonction justement des possibilités du joueur de réussir à mettre en échec l’adversaire. Le choix de jeu du chasseur se base sur des actions qui semblent avoir la plus grande probabilité de réussite en fonction de la vitesse et de la trajectoire du porteur adverse, et selon la vitesse et la trajectoire des joueurs autour du porteur. La situation peut aussi dépendre du type de structure proposé par l’entraîneur, par exemple un échec avant à deux chasseurs.

73Cette règle, pour être efficace, doit être accompagnée de la règle des permutations défensives, et dépend de l’anticipation des intentions des adversaires et de la communication entre les joueurs (figure 22). Dans les cas où le joueur ne réussit pas à mettre en échec le porteur et perd son duel, ou qu’il est dans l’impossibilité de réussir la mise en échec, il doit nécessairement être remplacé par une permutation de son coéquipier le mieux placé. Cette situation doit donc mener à un rééquilibre des joueurs en défensive pour s’assurer que les joueurs sont marqués tout en protégeant également l’accès au but. De plus, en cas d’échec du duel visant à mettre en échec le porteur, l’équipe en défensive doit s’organiser pour empêcher l’attaque adverse de progresser. Cette règle est le repli défensif et vise à coordonner l’action des joueurs pour défendre le but lorsque l’attaque adverse s’organise. L’intelligence des joueurs en défensive est liée à l’application réussie de ces principes, à la priorité des choix, et à la cohésion de l’ensemble des joueurs pour freiner l’attaque adverse et reprendre éventuellement possession de la rondelle. Tout à l’exemple des joueurs à l’offensive qui doivent comprendre les principales réactions ou configurations prototypiques des joueurs en défense, ceux-ci doivent aussi comprendre celles des joueurs en possession de la rondelle, peu importe l’endroit d’où l’attaque adverse sera lancée. L’ensemble des principes et règles offensifs présentés dans ce chapitre sont autant d’indicateurs pouvant aider les joueurs en défensive à défendre leur but ou à reprendre possession de la rondelle, et inversement pour les principes et règles défensifs.

Figure 22. Schéma tactique illustrant l’application de la règle du chasseur-surveillant en situation d’échec avant et des règles qui sont liées.

Figure 22. Schéma tactique illustrant l’application de la règle du chasseur-surveillant en situation d’échec avant et des règles qui sont liées.

5. Considérations favorisant l’apprentissage

74Les formes d’enseignement visant le développement de l’intelligence tactique passent par la mise en place de certaines conditions d’apprentissage qui favoriseront la découverte des indices de jeu ainsi que des solutions aux différents problèmes pour vaincre l’adversaire. Sans vouloir débattre entre l’approche traditionnelle (technique) ou l’approche tactique, il importe de signaler plusieurs caractéristiques pédagogiques qui s’imposent comme essentielles pour favoriser les apprentissages.

75D’abord, bien que cela semble évident pour plusieurs, la présence de l’adversaire est indispensable à la construction et à la compréhension du jeu par les joueurs (Gréhaigne, 2011). Sans la présence d’un adversaire véritable, et non pas une borne ou un joueur qui joue le jeu (joueur piquet), il est impossible qu’un joueur apprenne à repérer et sélectionner ces indices dans le jeu. Actuellement, plusieurs entraîneurs proposent malheureusement des situations d’apprentissage sans adversaire, comme à 3 vs 0 ou 5 vs 0 par exemple, sous prétexte que le niveau de réussite sera trop faible. D’une part, l’absence de réussite instantanée indique justement que les joueurs sont en situation d’apprentissage. D’autre part, sans adversaire véritable, il n’est pas possible de vivre le jeu réellement, situation essentielle pour apprendre les règles de jeu. En soi, le binôme, situation de 1 vs 1, demeure la base d’un apprentissage d’ordre tactique et le minimum de joueurs vs opposants que les entraîneurs devraient considérer (Uhlrich & Bouthier, 2008).

76Par ailleurs, pour faciliter le développement de l’intelligence tactique au hockey, le recours à des situations de jeu réelles, à effectifs réduits, basées sur une approche essentiellement constructiviste, est également important (Nachon & Musard, 2009 ; Damis-Paraboshi, Lafont, & Menaut, 2005). Au hockey sur glace, les entraîneurs et professeurs d’ÉPS qui favorisent cette approche recourent principalement à des situations de jeu modifiées à 2 vs 2 ou 3 vs 3. Tout comme pour la majorité des sports collectifs de même nature, l’utilisation de formes jouées, à effectifs réduits, apporte des conditions propices à la compréhension du jeu, à l’implication dans l’action et au développement de la pensée tactique en jeu. Ainsi, des situations débutant à 2 ou 3 joueurs contre 2 ou 3 adversaires sont habituellement utilisées pour l’enseignement des principes tactiques et des règles d’organisation du jeu qui en découlent. Ceci oblige les participants à prendre part directement à l’action, contrairement à une situation à 5 vs 5 où un joueur peut être présent, mais ne pas être impliqué directement dans l’action.

77Également, l’aménagement de la surface de jeu, tel que jouer sur une zone réduite ou en largeur de patinoire, permet de faire découvrir des repères à de plus grandes fréquences que ce qu’il est parfois possible de reproduire en situation régulière de jeu à 5 vs 5. Ce travail d’aménagement de la surface de jeu peut également favoriser le travail par atelier permettant, entre autres, de développer des aspects plus techniques, tout en ayant parallèlement des formes jouées. L’objectif est de maximiser les occasions de réponse (ODR) afin de favoriser, le plus possible, la reproduction d’éléments spécifiques, visée et inspirée d’une situation réelle de jeu.

78En soi, la situation qui semble la plus propice aux apprentissages des bases du jeu au hockey sur glace est la forme à 3 vs 2 ou à 3 vs 3. La forme à 3 vs 2 représente les 3 attaquants contre les 2 défenseurs adverses et respecte la notion de position de jeu habituelle du hockey (joueurs d’avant contre les défenseurs adverses). Le surnombre ainsi créé favorise les joueurs à l’offensive et est une situation très fréquemment observée durant les phases de transition d’attaque durant les matchs. La situation à 3 vs 3 est, quant à elle, davantage liée au développement des notions d’appui et de soutien, de permutations offensives et de repli offensif.

79Par souci de cohérence avec la philosophie d’enseignement des principes et règles d’organisation du jeu, l’enseignement des aspects offensifs devrait nécessairement se faire systématiquement avec l’enseignement des parallèles défensifs de la performance. En effet, dans un souci de cohérence pédagogique, il est essentiel pour le professeur d’ÉPS ou l’entraîneur de créer des situations d’apprentissage ou de jeu modifié qui solliciteront simultanément les deux aspects du jeu (attaque-défense) afin que l’apprentissage de ces composantes se complète. À titre d’exemple, il est inutile d’enseigner aux joueurs les particularités de l’attaque du but si, simultanément, les joueurs adverses n’ont pas un minimum de notions pour mieux défendre leur zone. Comment permettre à un joueur d’apprendre les repères lui permettant de se démarquer si l’adversaire n’est jamais en mesure de le marquer correctement ?

80Les méthodes d’enseignement habituellement utilisées pour permettre un réel développement des habiletés tactiques s’inscrivent dans des démarches où le participant doit être au centre du processus d’enseignement-apprentissage. Bien souvent, une approche d’enseignement basée sur la découverte guidée ou de problèmes à résoudre est fortement à privilégier afin d’aider le joueur à développer sa pensée tactique contrairement à un enseignement actif qui laisse moins de liberté au participant.

81En situation de jeu réel ou pendant les situations de jeu modifiées, les entraîneurs et professeurs d’ÉPS devraient utiliser systématiquement et fréquemment des pauses pendant les situations de jeu afin de permettre aux joueurs de prendre conscience des indices et repères sur le jeu des coéquipiers et adversaires. Les entraîneurs emploient souvent le jeu de la « photo instantanée », où les joueurs doivent s’arrêter sur place dès le coup de sifflet ce qui pose, toujours, quelques problèmes. Néanmoins, de ces pauses ou encore de rappels à la fin des périodes de jeu, découlent ensuite les débats d’idées où les participants se regroupent et discutent des solutions à envisager. Selon Gréhaigne (2007), c’est par les débats d’idées entre les joueurs que se construit progressivement l’intelligence tactique des joueurs.

82Les formes d’entraînement proposées demeurent la base de la démarche réflexive permettant la prise de conscience de ses actions. Le travail de l’entraîneur est d’abord de permettre que les situations de jeu offertes aux joueurs maximisent leur implication et la reproduction des repères de jeu que doivent apprendre à les identifier. Par la suite, l’entraîneur doit s’assurer que les joueurs ont l’occasion de débattre des repères observés et que l’éventail des réponses permette de résoudre la situation.

6. Conclusion

83Le hockey sur glace est une activité exceptionnelle qui permet l’enseignement des aspects collectifs du jeu d’équipe. La rapidité d’exécution et les transitions nombreuses présentes dans cette activité favorisent l’exploitation de plusieurs actions collectives. Tout comme pour les autres sports interpénétrés, la compréhension des règles de jeu et la connaissance des configurations de jeu prototypiques semblent essentielles pour qu’un joueur joue juste et que les partenaires se coordonnent adéquatement.

84L’utilisation de principes et règles d’organisation du jeu est une façon reconnue de favoriser la coordination des joueurs sans devoir passer par une série de patrons de jeu prédéterminés dont la réussite n’est que très rarement assurée. Comme mentionné par Gréhaigne (2009), la grande variabilité des conditions de jeu fait en sorte que les patrons de jeu, aussi élaborés qu’ils puissent l’être, ne peuvent être reproduits efficacement en situation réelle, surtout lorsque la pression des joueurs adverses est très élevée. En favorisant la compréhension des grands principes et règles du jeu, en encourageant également la créativité des joueurs mais tout en assurant un développement conséquent de leurs habiletés physiques, techniques et mentales, les entraîneurs et professeurs d’ÉPS peuvent ainsi permettre le développement harmonieux des joueurs et du sport en général.

85Il demeure cependant que les joueurs et entraîneurs doivent faire preuve d’ouverture pour que le hockey sur glace continue d’évoluer. Ainsi, bien qu’un joueur puisse connaître l’ensemble des principes et règles présentés dans ce document, il peut aussi décider de reconstruire ses actions pour toutes autres raisons, basées essentiellement sur des perceptions ou croyances qui dicteront ses choix tactiques (Mouchet et al., 2008). Il faut également mentionner que la prise de décision par les joueurs ne résulte pas seulement de l’application de principes et règles d’organisation du jeu, mais est également fondée sur les interactions des joueurs entre eux, sur le contexte de la partie, sur les attentes des entraîneurs et des coéquipiers, tout comme les différentes actions effectuées par les joueurs au cours du match et même dans leurs passés sportifs (Mouchet et al., 2008).

Table des illustrations

Titre Tableau I. Principes et règles d’organisation tactique du jeu au hockey sur glace (adapté de Gagnon, 1989)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 1a. Principes et règles d’organisation du jeu du porteur.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 1b. Principes et règles d’organisation du jeu des non-porteurs.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2. Configuration prototypique illustrant la zone de contrôle et la zone privilégiée de tir.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 3. Configuration prototypique illustrant l’espace de jeu effectif en situation d’attaque du but et la configuration de la boîte défensive.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 4. Schéma tactique illustrant la règle d’étalement en zone d’attaque et le démarquage de premier et deuxième niveaux.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5. Schéma tactique illustrant la position en triangle habituellement utilisée par les joueurs pour se démarquer.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 6. Schéma tactique démontrant l’utilisation du but comme écran par le porteur en attaque.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 7. Schéma tactique illustrant l’attaque du but par le joueur de défense et position des coéquipiers devant le but.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 8. Schéma tactique illustrant une attaque du but par le joueur de pointe après une situation de passe et va.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 9. Exemple de configuration de jeu dans une situation d’échec avant et conduite typique du porteur pour utiliser la rampe pour dégager son territoire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 10. Configuration prototypique illustrant la position des joueurs lors d’une relace d’attaque provenant de la zone défensive et neutre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 11. Schéma illustrant des lignes de barrage habituellement observées en zone neutre et des possibilités de se démarquer entre les lignes de barrage par l’équipe à l’offensive
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 12. Configuration prototypique d’une attaque « classique » en zone centrale pour contrer le barrage (1-4) à la ligne bleue.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 13. Illustration d’un schéma tactique utilisant le repli offensif pour créer un surnombre offensif contre une défensive en barrage à la ligne bleue.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 14. Schéma tactique reprenant la règle du repli offensif mais en zone d’attaque contre une défensive traditionnelle.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 15. Configuration prototypique et espace de jeu effectif en situation d’attaque provenant de la zone neutre, porteur à l’avant et à l’extrémité de l’EJE
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 16. Schéma tactique illustrant l’utilisation des permutations offensives en zone d’attaque.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 17. Configuration prototypique d’une amorce de sortie de zone défensive avec le porteur à l’arrière de l’EJE.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 18. Schéma tactique illustrant la règle de la permutation offensive utilisée pour se défaire d’un surveillant ou encore pour créer un espace libre pour un autre coéquipier.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 19. Schéma tactique illustrant l’utilisation du passe et suit pour provoquer un surnombre offensif en entrée de zone.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 20. Exemple de configuration de jeu en zone neutre et schéma tactique visant à restructurer une attaque lorsque la pression en échec avant de l’adversaire n’est pas élevée ou inexistante.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 21. Schéma tactique illustrant des types de marquage en fonction de la position de l’attaquant et de celle du porteur.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 22. Schéma tactique illustrant l’application de la règle du chasseur-surveillant en situation d’échec avant et des règles qui sont liées.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10543/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search