Version classiqueVersion mobile

L’intelligence tactique

 | 
Jean-Francis Gréhaigne

Intelligence tactique en sports collectifs

Alain Mouchet

Texte intégral

1Les très bons joueurs dans les sports d’équipe semblent posséder un sens du jeu qui leur permet d’être au bon endroit au bon moment et paraissent avoir plus de temps pour agir et prendre les bonnes décisions sous la pression. Ces experts sont caractérisés par ce remarquable « sens pratique » qui constitue un mode de fonctionnement avec une maîtrise pratique incarnée d’un environnement dynamique (Bourdieu, 1986). Cette négociation intelligente des environnements dynamiques et complexes implique une myriade de décisions émergentes sous une pression temporelle extrême, tout en étant façonnées par l’arrière-plan décisionnel (Mouchet, 2005). Ce dernier comprend des éléments comme le score, le temps restant, l’importance du match dans la saison et les stratégies convenues. La rapidité et l’efficacité du processus décisionnel que ce sens du jeu permet, suggère une adaptation à un environnement dynamique dans lequel il y a peu, le cas échéant, de séparation entre la perception, la prise de décision et l’action, entre l’esprit et le corps, ou entre le joueur et l’environnement de jeu.

2Ce sens pratique nous semble proche du concept d’intelligence tactique, provisoirement entendue comme faculté à s’adapter avec justesse, précision, rapidité et efficacité, aux circonstances évolutives du rapport de forces et aux opportunités à saisir. Toutefois, nous constatons trois choses :

  • une évolution générale qui tend à accorder la priorité dans les discours des entraîneurs et la formation des joueurs, à une programmation rationnelle des décisions ;

  • en même temps, le fait de déplorer avec ces mêmes joueurs le manque d’adaptation en cours d’action pour s’éloigner au moins provisoirement du canevas prévu ;

  • une difficulté à faire verbaliser les joueurs sur ce qui constitue justement cette expertise souvent qualifiée d’instinct, d’intuition ou d’expérience.

3L’objectif de ce chapitre est de définir l’intelligence tactique dans le champ de l’intervention en sports collectifs, en utilisant plusieurs voies. Tout d’abord une clarification conceptuelle à travers la comparaison avec d’autres termes souvent utilisés comme stratégie ou plan de jeu. Ensuite la description et l’analyse d’une séquence de jeu extraite d’un match de rugby de haut niveau, susceptible d’illustrer différentes modalités d’activité décisionnelle. Enfin un éclairage scientifique à travers la mise en rapport de différents modèles explicatifs.

1. Clarification des concepts

4Gréhaigne, Godbout, et Bouthier (1999, 2001) soulignent l’existence de nombreux travaux concernant les aspects stratégiques et tactiques dans les sports collectifs, avec toutefois des différences sémantiques selon les auteurs.

1. 1. Stratégie, tactique, plan de jeu

5Dans plusieurs cas, les termes semblent avoir un sens identique (Werner, 1989 ; Mc Pherson, 1994 ; Rauschenbach, 1996). Pour notre part, nous distinguons ces deux aspects avec Deleplace (1979), Bouthier (1988), Bouthier et Poulain (1996), Gréhaigne, Godbout et Bouthier (1999, 2001), Mouchet (2005a), Eloi (2009).

6La stratégie recouvre l’activité décisionnelle préalable à l’action sportive, de type prédictive. Elle concerne l’ensemble des plans, principes ou directives d’action, retenus avant un match pour organiser l’activité de l’équipe et des joueurs pendant la rencontre. Dans le cadre de la stratégie apparaissent des éléments en rapport avec l’organisation du jeu. La stratégie représente en effet les éléments discutés à l’avance pour s’organiser en fonction des caractéristiques propres de l’équipe adverse et de ses individualités. Gréhaigne et Godbout (1999, p. 4) précisent que « la stratégie peut soit concerner les grandes options de jeu, soit spécifier l’intervention des joueurs pour différentes classes de situations de jeu ». Il s’agit d’une anticipation liée aux informations dont on dispose sur les adversaires.

7La tactique correspond à l’activité décisionnelle réalisée en cours d’action. Elle permet l’ajustement des décisions stratégiques préalables afin de faire face aux circonstances évolutives du jeu, par la mise en œuvre des régulations adaptatives nécessaires pour atteindre les objectifs ou résoudre un problème. Nous constatons que la tactique tient un rôle central dans l’activité cognitive et motrice des joueurs impliqués dans un rapport de forces. Elle semble au croisement de deux modes de fonctionnement cognitif, c’est-à-dire des aspects plutôt conscients qui tendent vers la stratégie et des aspects plutôt automatiques, avec la mise en œuvre de schémas de jeu.

8Notons qu’en sports collectifs, les évolutions réglementaires et les progrès différenciés en matière d’optimisation de la performance dans les différentes composantes de l’action sportive ont imposé des modifications inéluctables du jeu. Bouthier (1997) propose une modélisation en cinq composantes en interaction au sein d’un système : prises d’informations et décisions, technique, physique, mentale, motifs et valeurs. L’accent a surtout été mis sur les aspects physiques (ressources énergétiques et musculation), ainsi que sur l’organisation collective liée la plupart du temps à un renforcement de l’organisation défensive, avec peut-être une exception en volley-ball. Sur le plan décisionnel, c’est davantage le pôle stratégique qui a été renforcé, au détriment de l’adaptation tactique.

9De plus, signalons que le concept de « plan de jeu » est utilisé par les théoriciens et entraîneurs en sports collectifs. Il exprime les usages diversifiés des concepts selon les sports concernés. Il traduit une programmation encore plus préalable que la stratégie et une dimension plus structurante que l’organisation du jeu lors d’un match ou de situations. Il est possible d’élaborer un « plan de jeu », véritable représentation des possibilités de l’adversaire et du dispositif défensif que l’on met en place pour le contrôler. A cet égard, les entraîneurs utilisent souvent l’usage d’un système d’observation qui permet de caractériser et connaître aussi parfaitement que possible le jeu produit par le futur adversaire, afin de déterminer, choisir et planifier les stratégies de jeu de sa propre équipe. Ainsi Eloi (2000) mentionne l’intérêt de cette analyse préalable en volley-ball, pour positionner son système défensif en déterminant les options de contre et les placements défensifs les plus appropriés. Ces données sont récapitulées rotation par rotation afin de coller au mieux à la réalité du rapport d’opposition. La connaissance des occurrences d’attaques les plus probables constitue une information de premier ordre. Notons d’ailleurs qu’à l’heure actuelle dans les clubs de haut niveau, les staffs techniques comprennent un ou plusieurs spécialistes souvent nommés « vidéo analystes », termes auquel est parfois associé le mot « tacticien ».

1. 2. Intelligence tactique

10Dans ce paragraphe il s’agit de comprendre l’intérêt théorique et de caractériser l’utilité pratique du concept d’intelligence tactique dans des situations de jeu complexes, évolutives, incertaines. Même si nous mobilisons des travaux développés par des théoriciens du rugby, l’usage de ce concept concerne les différents sports collectifs et dépasse le seul cadre du rugby.

11Deleplace (1979) définit les phases de mouvement général de la façon suivante : les joueurs et le ballon sont en mouvement. Une analyse technologique approfondie de cette catégorie de situations permet de les considérer comme des « situations dynamiques » (Amalberti & Hoc, 1998) en raison de l’évolution du rapport d’opposition. Elles sont en partie incertaines et nécessitent un contrôle permanent des risques (ici principalement corporels au regard du droit de charge des adversaires) et du niveau de performance, mettant en jeu toute la gamme des activités cognitives, des plus conscientes aux plus automatiques. Elles impliquent une multiplicité de buts, certains compatibles, d’autres divergents, pour le même acteur et entre les différents acteurs du système, dans un souci d’efficience. De plus ces situations de mouvement général présentent deux dichotomies ayant des incidences sur l’activité décisionnelle (Garbarino, 1997) :

  • une dimension problématique, avec une incertitude et l’impossibilité d’une prévision complète / une dimension habituelle avec des situations diverses mais se reproduisant avec une relative régularité, donc en partie prévisibles ;

  • une pression temporelle variable selon les situations et les moments d’une même séquence.

12Par conséquent ces phases de mouvement général qui existent dans la majorité des sports collectifs soulèvent la problématique de la gestion du désordre dans le « tourbillon du jeu » (Villepreux, 1993). En effet, il s’agit dans ces phases de jeu de désorganiser les dispositifs défensifs et de provoquer des déséquilibres momentanés, qu’il faut exploiter vite et collectivement. Le jeu devient ainsi une succession de mouvements de joueurs, mouvements qui peuvent revêtir une apparence désordonnée, mais qui constituent en fait un réseau de circulation dense au sein duquel les individus tentent de distinguer et d’interpréter des signaux pour assurer la continuité. Les joueurs sont de ce fait amenés à se distribuer dans l’espace de jeu selon qu’ils seront plus ou moins près du ballon, en adoptant le placement où ils deviendront utiles. Dans cette organisation évolutive de l’attaque au regard de la défense et du soutien offensif vis-à-vis du porteur de balle, l’intelligence tactique prend tout son sens.

13Les phases de mouvement général constituent selon Deleplace (1979) « les phases mères » car elles contiennent toute l’intelligence tactique et sont l’enveloppe générale du jeu, les autres phases en étant des cas particuliers. L’auteur postule que l’intelligence tactique est première par rapport aux gestes, qu’elle s’apprend et s’assimile tôt dans le processus d’apprentissage. Son but est alors de la formaliser afin de la transmettre et la développer. Pour cela, l’hypothèse fondamentale de Deleplace (1979) est la nécessaire articulation de l’initiative individuelle et de la coordination entre les joueurs de l’équipe. L’initiative individuelle est la capacité de prendre une décision de son propre gré, au regard d’une situation de jeu dans laquelle on est impliqué d’une façon ou d’une autre. Elle existe dès le début et pour tous ; c’est la création du jeu en plein jeu. Cela exige une coordination, une adaptation collective en jeu, c’est-à-dire la possibilité pour tous les joueurs :

  • de comprendre le jeu pour choisir et décider de leur participation individuelle ;

  • de se comprendre entre eux pour pouvoir construire collectivement une situation exploitable et exploiter collectivement la nouvelle situation créée par l’initiative individuelle.

14Selon l’auteur, la condition déterminante pour la libération de l’initiative individuelle et son soutien collectif est que la décision tactique du sujet soit prise dans le cadre d’un référentiel commun d’analyse des états typiques du rapport d’opposition, et de cascades de décisions tactiques correspondantes. La prise d’initiative de chaque joueur, à partir des éléments perceptifs des catégories de situations, est alors signifiante pour tous les partenaires. La notion de référentiel commun en tant que système cohérent de représentation mentale de la totalité de la logique interne du jeu, peut être considérée ici comme la trame commune de la pensée tactique des joueurs d’une même équipe et de l’entraîneur. Il s’agit d’une véritable systématique des décisions tactiques en jeu susceptible de rationaliser et ainsi d’optimiser les choix des joueurs selon le principe de « canalisation majorante de la conscience » qui vise à mettre l’activité automatique sous le contrôle de l’activité consciente. Ce mode de contrôle aurait selon Deleplace (1979), un rôle de sommation des différents facteurs intervenant dans la production des actions, un rôle d’enveloppe générale organisatrice et donnant de la cohérence à l’ensemble de la conduite. Pour chercher à saisir la vie du mouvement dans sa totalité. Il faut appréhender ensemble le mouvement du ballon et par rapport à lui le mouvement des joueurs, dans une nécessaire réciprocité des deux équipes antagonistes. Nous présentons (figure 1) les éléments permettant de caractériser ces liens inhérents à l’opposition en rugby.

Figure 1. Caractérisation des liens de l’opposition (Deleplace, 1979).

Figure 1. Caractérisation des liens de l’opposition (Deleplace, 1979).

15Villepreux (1987, 1993) souligne que la gestion par les joueurs de ce « désordre positionnel » lié aux déplacements des joueurs et du ballon, passe par la création d’un « ordre intentionnel ». Ce dernier repose sur une prise d’information pertinente des signaux comme les directions des mouvements d’attaque et de défense, les formes de l’opposition, la concentration ou l’étirement des joueurs, ou des indices particuliers sur les joueurs les plus proches. Cela nécessite aussi une compréhension commune et des comportements variés et adaptables permettant la suppléance dans les rôles provisoires en fonction du contexte situationnel. Les prises d’information constituent dans cette optique le fondement de la disponibilité motrice et tactique du joueur, qui se concrétise par sa polyvalence d’actions et sa suppléance de rôle en fonction du contexte de la situation. Villepreux (1993) a ainsi proposé le concept « d’intelligence situationnelle » qui permet aux joueurs de lire le jeu, de l’interpréter de manière rationnelle, d’identifier dans les délais les plus brefs les situations momentanées et caractéristiques, en bref de « jouer juste ».

16L’intelligence tactique, qui s’apparente selon nous à l’intelligence situationnelle, s’exprime en cours d’action, pour s’adapter aux situations momentanées. Elle concerne des processus cognitifs (prises d’information, décisions) et possède une dimension opératoire liée aux actions effectuées par les joueurs dans un mouvement d’ensemble. Elle favorise l’articulation des repères collectifs préétablis, dans le cadre des stratégies et plans de jeu, avec la nécessaire adaptation individuelle et collective aux circonstances locales de l’opposition en situation. L’intelligence tactique recouvre la qualité et la rapidité de réaction du joueur et du groupe face aux configurations du jeu, à travers les aspects suivants : placement, déplacements, appels de balle, couverture axiale, intégration dans les mouvements collectifs, adaptation aux situations offensives et défensives en fonction des réalités du match. Tout cet ensemble concourt donc aux mêmes buts, une meilleure efficacité offensive et défensive, à la fois par l’organisation générale rationnelle et par l’action instantanée et intuitive. Villepreux (2007a) prône ainsi la mise en place d’un jeu ambitieux, qui implique les joueurs individuellement et collectivement dans une pensée tactique favorable à la production d’un jeu volumineux, plus rythmé, réalisé à une vitesse supérieure, qui sort du cadre du « jeu organisé » et prend beaucoup plus en compte « l’inorganisé ». Notons toutefois qu’il existe une approche différente qui valorise plutôt la désorganisation de l’adversaire à partir de l’ordre. Les phases statiques sont la rampe de lancement privilégiée et la principale source d’efficacité ; de même le maul dynamique est la base de désorganisation de l’adversaire. La démarche d’entraînement ou d’enseignement est différente : de l’ordre vers le désordre.

2. Intelligence tactique et expertise

17Si nous distinguons la stratégie et la tactique, nous pensons toutefois que ces deux types de décision ne sont pas exclusifs l’un de l’autre.

2. 1. Articulation stratégie/tactique

18Bouthier, Challier et Ribot (1992), Bouthier, Barthes, David et Gréhaigne (1994), ou encore Gréhaigne, Bouthier et David (1997) dénotent à cet égard dans l’analyse fine d’actions de jeu en rugby et football, une double articulation stratégie / tactique avec une imbrication de préparation stratégique annoncée aux partenaires, de régulation tactique, et de retour vers la stratégie devenue pertinente. Il est possible d’identifier par un couplage vidéo informatique matérialisant des portées et secteurs d’inflexion des courses, six paliers décisionnels chez le porteur de ballon qui déclenche la combinaison. Ces paliers correspondent à six niveaux de transformation ou réorientation du mouvement, mettant en rapport des indices sur le dispositif défensif et les possibilités d’intervention du soutien offensif, avec le choix et la mise en œuvre d’une forme et d’une orientation de jeu. (Bouthier, 1997, 2000) parle aussi de l’utilisation de trames de variance, qui permettent d’articuler finement la pensée stratégique à base de plans et la pensée tactique régulatrice, en conciliant l’organisation collective des actions et la créativité individuelle au fil des circonstances locales de la situation d’opposition. Garbarino, Esposito et Billi (2001) effectuent quant à eux une étude avec des joueurs experts en football, et notent que « les joueurs font part d’une importante spontanéité parfois influencée par une sorte de cadre stratégique de fond, personnel ou collectif ». Les éléments stratégiques sont associés aux instants de moindre pression temporelle, les instants sous forte pression temporelle laissant place à « l’improvisation », laquelle ne laisserait selon les auteurs que peu de traces déclaratives et serait donc essentiellement tactique. Mouchet (2005a, 2008) mentionne que, dans le cadre de schémas préétablis, le joueur dispose d’une marge de liberté lui permettant de circuler entre le plan et l’adaptation tactique, selon des caractéristiques personnelles et les circonstances de la situation d’opposition. Enfin, Eloi (2009) met en avant le continuum stratégique-tactique à propos de l’action de passeurs en volley-ball de haut niveau. Par conséquent, cette articulation fine constitue une caractéristique de l’expertise et un enjeu dans la formation des joueurs.

19Par ailleurs, l’approche technologique a été mobilisée pour caractériser les productions des joueurs de rugby lors d’une étude comparative entre nations (Mouchet, Uhlrich, & Bouthier, 2008 ; Uhlrich, Mouchet, & Fontayne, 2011). Les résultats éclairent le débat sur la nature des prises de décisions qui constituent un facteur d’efficacité important dans la recherche de continuité du jeu. La distinction établie par Gréhaigne, Godbout, & Bouthier (2001) entre les aspects stratégiques et tactiques, mérite d’être discutée au regard des données empiriques présentées ici. En effet, ces deux aspects semblent présents dans ce type de phase de jeu en rugby, que ce soit sur la durée du match et la succession des séquences, ou lors de l’enchaînement des actions dans une même séquence. Certes la tendance majoritaire de jeu programmé lors des lancements après phases statiques, se développe récemment sur les relances de jeu après phases de regroupement (maul et ruck). Toutefois, si des priorités existent selon les nations, les auteurs mentionnent la diversité relative des modèles pragmatiques dans le jeu de mouvement. Plutôt qu’une séparation exclusive entre ces deux modes de fonctionnement décisionnel, l’analyse révèle plutôt la nécessité et l’intérêt de l’utilisation variée et de l’articulation entre ces deux pôles, source de création d’incertitude pour l’adversaire et d’adaptation au contexte de l’opposition.

2. 2. Caractérisation de l’intelligence tactique d’un joueur de rugby en match

20Nous nous intéressons ici aux rapports entre la logique rationnelle du jeu et l’intelligence tactique subjective du joueur, dans la performance de l’expert. Cette question est en effet accrue en rugby où l’espace de jeu est important, où la pression temporelle et physique est variable, y compris dans une même situation selon le positionnement par rapport à la zone cruciale (cette zone cruciale est la zone de rencontre immédiate entre l’attaque et la défense) et selon le degré d’incertitude. L’utilisation de schémas prédéterminés n’exclut pas les régulations en cours d’action et les adaptations des joueurs aux circonstances particulières. Les paragraphes suivants sont extraits d’une recherche sur la subjectivité dans les décisions tactiques des joueurs experts en rugby (Mouchet, 2003, 2008).

2. 2. 1. Description de l’action

21Dans une séquence de jeu, à la quinzième minute d’un match Pau contre Béziers où Pau mène 6/3, l’analyse de cette action concerne un joueur de troisième ligne que nous nommons Pierre, à l’occasion d’une contre-attaque de son arrière à la suite d’un jeu au pied adverse. Pierre effectue une course de repli défensif vers son camp, en direction de l’arrière qui réceptionne le ballon dans une zone située sur ses propres 22 m et proche de la touche. Lorsque l’arrière amorce la contre-attaque, Pierre est environ à 20 m devant lui. Ces aspects n’apparaissent pas dans la figure 2.

22Le sujet effectue un repli défensif, puis une course de soutien offensif avant d’entrer en possession du ballon et de faire une percée sur une quinzaine de mètres, suivie d’un crochet intérieur pour contourner des défenseurs, puis d’une nouvelle orientation du jeu à l’extérieur, avec une transmission du ballon à un partenaire au relais. L’action se termine quatre-vingt mètres plus loin, par un coup de pied rasant dans l’en-but adverse qui sort du terrain et donc par un renvoi aux vingt-deux mètres de l’équipe adverse. Nous montrons dans la figure 2 une schématisation vidéo informatique de la séquence de jeu complète, présentée en vue aérienne (Mouchet, 2003 ; Mouchet, Uhlrich, & Bouthier, 2005). Les modalités de représentation permettent de caractériser une configuration momentanée et évolutive du rapport d’opposition en envisageant l’unité spatio-temporelle signifiante autour de la zone cruciale.

2. 2. 2 Analyse de l’action

23Les éléments suivants s’appuient sur un croisement des données obtenues par l’observation d’un point de vue extérieur, grâce à une caméra et une numérisation de la séquence (cf figure 2), avec les données obtenues par un entretien d’explicitation (Vermersch, 2008). Ce dernier, effectué dans les jours suivant le match, permet d’aider le sujet à tourner son attention vers un vécu passé, à prendre conscience de détails dans l’organisation de ses actions et décisions.

24Lors de son replacement défensif, puis offensif lorsque la contre-attaque est enclenchée, le sujet dispose de temps pour déployer une activité décisionnelle où la conscience réfléchie est prédominante. Lorsqu’il se replie vers son camp, nous estimons que le moment clé se situe lorsqu’il interrompt sa course en arrière, tout en regardant son partenaire qui amorce la relance. Il combine des indices en situation et des données d’arrière-plan concernant la connaissance des qualités respectives du relanceur et de lui-même sur le plan de la vitesse de course. Cet ensemble de considérations amène ce joueur à décider de se porter en soutien vers l’extérieur, en fonction de ses prévisions de l’évolution de la situation. Cette prévision lui permet donc d’être efficient en allant se placer en soutien à un endroit idéal selon une logique rationnelle du jeu.

25Un peu après, le sujet court en étant placé en soutien intérieur du porteur de ballon (David). Nous considérons qu’à ce moment-là, la conscience réfléchie est prédominante chez Pierre, qui déploie une activité réflexive importante, de type délibératoire. En effet, il envisage trois éventualités concernant le porteur de ballon, en les associant à trois actions possibles de sa part. Ce mode de fonctionnement correspond alors à la mobilisation de cascades de décisions qui associent des conditions et des actions (« s’il va au sol il faut que j’aille étayer ; s’il fait la passe extérieur, il faut que je me place pour aider à l’extérieur, s’il me fait la passe, je dois accélérer »). Cette ouverture relative des possibles prend du sens pour le sujet par rapport à l’analyse qu’il fait de la situation et est éclairée par son expérience, ses connaissances sur le jeu. Elle est accompagnée d’une vigilance accrue sur le geste et le choix de son partenaire, et traduit une disponibilité source d’efficacité. Son attention est alors focalisée sur le ballon qui est l’indice prioritaire. Aussi, deux des trois éventualités sont aussitôt éliminées, par l’identification et l’attribution de signification au geste de David, qui se bloque et effectue un demi-tour vers l’arrière. Nous estimons que Pierre et David effectuent la même analyse de la situation ; ce dernier décide d’interrompre le mouvement de jeu déployé contournant, en se bloquant et en cherchant du soutien à l’intérieur et Pierre pense que « le joueur qui recevra le ballon devra redresser ». Nous inférons que c’est davantage l’orientation générale du mouvement offensif vers la touche, que la distance par rapport à cette dernière, qui est prise en compte par les deux joueurs. Il s’agit là d’un repère commun construit en situation, tout comme dans l’instant suivant, la coordination entre les deux protagonistes. Cette analyse commune de la situation se poursuit par un partage d’informations entre les deux joueurs qui expriment en même temps leur choix commun de la solution de passer le ballon. Nous avons mentionné plus haut les signes principaux, révélateurs de la co-construction d’un référentiel commun élaboré en situation, à partir d’un repère collectif d’arrière-plan sur la circulation des joueurs et d’indices significatifs in situ. Par conséquent, nous considérons qu’en tant que non-porteur de ballon, donc sous moindre pression temporelle et physique, le sujet déploie une activité décisionnelle où la conscience réfléchie prédomine, avec tout d’abord un calcul, une prévision de la situation future, puis une ouverture des possibles, source d’adaptation aux circonstances.

Figure 2. Représentation graphique de l’action de Pierre.

Figure 2. Représentation graphique de l’action de Pierre.

26Juste après, Pierre anticipe la réception du ballon par une organisation corporelle et un changement de rythme de course. Ensuite il prend une décision émergente qui consiste à s’engouffrer dans un intervalle devant lui, puis à changer rapidement de direction pour continuer à avancer. Cette suite de l’action apparaît sur la case de gauche de la figure 2 mais nous ne développons pas ce moment ici.

27Ainsi l’analyse étayée des pratiques effectives d’un point de vue extérieur et du point de vue des sujets concernés, permet de mettre en avant l’articulation entre stratégie et tactique et de caractériser les modalités fines de cette combinaison sur le plan empirique. Nous estimons que ces données sont susceptibles de contribuer aux débats scientifiques sur les conduites décisionnelles en sport, à propos de la programmation préalable et de l’adaptation circonstanciée.

3. Éclairage scientifique

28Il s’agit ici d’opérer une friction entre les théories cognitivistes et les théories émergentes, pour expliquer cette articulation des modalités décisionnelles.

3. 1. Programmation et émergence

29La plupart des recherches sur les prises de décision ont été conduites dans une perspective cognitiviste qui tend à réduire la complexité des phénomènes à un processus intra personnel simple, linéaire de prise et de traitement d’informations, puis d’actions (pour une revue de littérature lire par exemple Bossard & Kermarrec, 2011). Ce travail ne tient pas suffisamment compte de la gamme complexe de facteurs qui influencent la prise de décision et dont beaucoup sont très difficiles à mesurer et/ou contrôler dans des situations écologiquement valides. L’approche des tests de laboratoire adoptée permet sans doute de mettre en place un protocole expérimental rigoureux, mais elle n’est pas en mesure de rendre compte adéquatement de la complexité de la prise de décision dans les situations de match. Elle perd en pertinence et appauvrit la complexité des phénomènes décisionnels (Williams & Hodges, 2005).

30Ainsi nous nous démarquons du cadre conceptuel cognitiviste, sous-jacent à l’analyse et l’interprétation des conduites décisionnelles adaptatives qui permettent de saisir les occasions favorables dans un but d’efficacité. En effet, Bouthier (1997, 2000) met en avant dans une optique cognitiviste, la nécessité d’intérioriser préalablement un référentiel commun d’analyse et de décision tactique, qui rend l’initiative individuelle anticipable, et permet d’assurer la cohérence des choix et la coordination temporelle des actions. « Le mode opératoire qui prévaut est celui de l’inférence sur la base de cascades de décisions, il a pour objectif de rendre compte plus des choix décisionnels que des événements liés à l’action » (Bouthier, 1997). Menaut (1998) rejoint ce point de vue en précisant que « l’efficacité de l’action collective est liée à l’autonomie de la décision individuelle : la cohésion implique la cohérence. » (Menaut, (1998).

31Nous estimons que cette initiative individuelle doit être prise dans le cadre de l’arrière-plan décisionnel de l’équipe (Mouchet, 2005) et, notamment, dans le cadre d’un code de jeu qui permet l’échange et la compréhension entre partenaires. Nous approuvons la nécessité de l’élaboration d’un référentiel commun qui se construit en partie préalablement et conjointement, puis évolue au cours de l’activité. Toutefois nous adhérons moins ensuite lors de la situation effective à l’idée d’une lecture identique de l’environnement, entièrement organisée par des repères prédéfinis, avec une adaptation pilotée uniquement de manière rationnelle au regard d’algorithmes décisionnels. L’initiative individuelle référencée (Deleplace, 1979) n’est donc pas rejetée mais envisagée avec un autre filtre d’analyse intégrant les perspectives énactives (Varela, 1989) et psycho-phénoménologiques (Vermersch, 2008), en s’attachant à prendre davantage en considération la subjectivité et l’expérience personnelle des joueurs pour s’adapter au caractère imprévu des situations. Il nous semble ainsi possible d’envisager autrement que dans les discours dominants des théoriciens du jeu et des entraîneurs, l’articulation entre la planification préalable et la régulation tactique individuelle. Nous optons plutôt pour l’émergence de décisions tactiques individuelles au regard de la construction d’un monde significatif pour le joueur, tel qu’il le construit au fil de ses actions, avec néanmoins un arrière-plan cognitif en partie commun (Mouchet, 2008). Cette articulation entre deux modalités décisionnelles peut donc être éclairée par des cadres théoriques qui ne sont pas opposés mais complémentaires pour comprendre la complexité des décisions des joueurs (Mouchet, 2005b, 2012).

32Par ailleurs, l’approche écologique constitue un modèle alternatif sur la prise de décision (Araujo, Davids, Chow, Passos, & Raab, 2009). Elle considère la prise de décision comme étant un résultat de l’interaction entre l’individu, son environnement et la tâche à accomplir. Le point de vue écologique est basé sur l’hypothèse que « la capacité d’être sensible et à l’écoute des contraintes écologiques… sous-tend l’efficacité des décisions en sport » (Araujo et al., 2006, p. 661). Toutefois, il néglige le système individuel (y compris la cognition) et est limité dans sa capacité à saisir la complexité de la réalité quotidienne. Par ailleurs, si elle offre quelques explications potentiellement valides sur le plan écologique des conduites décisionnelles en sport, la recherche n’a été menée que dans des dispositifs expérimentaux de laboratoire (Araujo, Davids, & Hristovski, 2006). Il s’agit d’une faiblesse importante dans cette approche, car les décisions en match sont prises in situ, selon les interactions spécifiques entre le contexte et la subjectivité du joueur qui façonne ses actions à ce moment particulier (Mouchet, 2008). C’est-à-dire que son activité décisionnelle est très spécifique aux circonstances locales de la situation de jeu tout en étant située dans un contexte socioculturel et façonnée par l’arrière-plan décisionnel. De plus, les stratégies préalables ne peuvent pas être bien comprises par le biais de la recherche en laboratoire.

3. 2. Expérience, expertise et décisions

33Nous avons relativisé le point de vue cognitiviste qui domine la littérature sur les décisions dans les sports d’équipe et qui les considère comme étant des processus linéaires de la pensée consciente, souvent limitée à l’esprit individuel. Comme alternative, nous proposons une vision holistique, en référence à la personne dans son ensemble qui prend la décision, y compris les dimensions intellectuelles, affectives et physiques, ainsi qu’au contexte immédiat dans lequel les décisions sont prises, et les environnements socioculturels plus vastes qui façonnent indirectement cette décision. Cependant, cette approche n’a ni suffisamment, ni spécifiquement abordé la question critique de « comment » les joueurs prennent des décisions « incarnées » ou pré réfléchies dans le jeu. Des éléments théoriques sur l’expérience et des résultats de recherche antérieure sont susceptibles d’aider à la compréhension des phénomènes.

34De manière générale l’expérience est souvent considérée comme une construction personnelle, progressive et lente ; le dictionnaire Larousse parle d’une connaissance acquise par une longue pratique, jointe à l’observation. Dewey (1916/2011) signale que l’expérience est une transaction avec l’environnement naturel et humain, et qu’elle se construit selon les deux principes suivants :

  • la continuité, principe longitudinal de l’expérience qui l’intègre dans le développement ;

  • l’interaction, principe latéral de l’expérience qui la coordonne à d’autres expériences.

35De plus, Mialaret (1998, p. 104) définit l’expérience comme « un ensemble d’informations, de connaissances, d’attitudes acquises par un individu au cours de son existence par l’observation spontanée de la réalité et de ses pratiques, le tout intégré progressivement à sa personnalité ». Cette expérience acquise de façon presque inconsciente varie d’un sujet à l’autre et dépend de la personnalité, s’inscrivant dans les comportements, les habitudes, les façons de penser et faire. Bourdieu (1980) parle à cet égard d’une « intériorisation de l’extériorité », constituant une compréhension d’arrière-plan tant du monde que de nous-mêmes et de nos relations aux autres, incorporée et disponible comme habitus, et fondant l’action humaine intelligente. L’habitus est un ensemble de dispositions incorporées issues de l’expérience sociale, produit de l’intériorisation des structures du monde social. D’autre part, tout habitus est individuel, inscrit dans un corps ou un espace interne individué et, selon Legrand (2000), tout habitus est également singulier au sens de « à nul autre pareil ». Enfin Leplat (2000) estime que ces habitus sont à la fois des instruments de lecture de la réalité et des producteurs de pratiques qui répondent à cette lecture. Nous retenons des propositions de ces auteurs les éléments de convergence relatifs au concept d’expérience dont l’acception est très proche de celle d’habitus, tout en sous-tendant selon nous une dimension plus personnelle et un rôle actif de la part du sujet dans son élaboration. L’expérience est donc à distinguer de l’expertise qui s’appuie sur elle sans s’y résumer. Nous caractérisons plutôt l’expertise par le niveau de performance des joueurs, par leur niveau de compétition, en l’occurrence élite. Perrenoud (1997) considère l’expertise comme une intelligence capitalisée, une suite de modes opératoires, de fonctionnements heuristiques routinisés, d’analogies, d’intuitions, de déductions, qui sont devenus des schèmes mentaux de haut niveau permettant de gagner du temps et d’optimiser la décision.

36L’ensemble de ces données souligne le caractère expérientiel, incorporé, implicite de ce qui constitue les décisions de nature intuitive des experts, c’est-à-dire les décisions en cours d’action qui expriment l’intelligence tactique. D’où une grande difficulté à les verbaliser au-delà des termes « instinct », « intuition », et les difficultés à capitaliser ces savoirs d’action. Toutefois, des travaux antérieurs ont permis d’éclairer ces zones d’ombre (Mouchet, 2003, 2008). Nous avons montré que la variabilité dans les modes de conscience en fonction des contraintes de la situation, constitue un facteur de l’expertise et favorise l’articulation entre les aspects stratégiques et tactiques. Les joueurs experts dans les moments décisifs, mobilisent une ouverture et une attention optimales ainsi qu’une grande disponibilité mentale et motrice. Nous pensons que le développement de cette attention constitue une des clés pour saisir une opportunité dans l’évolution de l’équilibre des forces. Une autre caractéristique de ces joueurs d’élite est bien la faculté d’utiliser en situation, la diversité des possibilités en ce qui concerne le degré de conscience, en référence aux propositions de Vermersch (2001) sur la conscience directe et conscience réfléchie. Nous avons ainsi distingué, d’une part, des décisions délibératoires, rationnelles, sur un mode de conscience réfléchie et, d’autre part, des décisions émergentes, c’est-à-dire en action, sur un mode de conscience pré réfléchie. Les premières sont dominantes dans les moments de pression temporelle et physique moindre, comme lorsque le porteur du ballon de rugby est loin des adversaires. Les secondes sont mobilisées lorsque les joueurs sont sous forte pression temporelle, comme en zone cruciale de rencontre entre l’attaque et la défense. Ces décisions en acte sont souvent imprégnées par la subjectivité et l’expérience du joueur. Ainsi, le caractère émergent des décisions est intéressant pour expliquer les adaptations nécessaires lorsque le joueur est sous pression temporelle et quand il agit dans une situation complexe et instable. Cela permet d’envisager une marge de créativité relative, dans le sens où des cascades de prise de décision sont susceptibles de constituer un référentiel. Cette notion de référentiel nous permet de souligner que son application ne relève pas de décisions mécaniques précédemment établies selon une logique rationnelle. Ce référentiel est plutôt susceptible d’être mobilisé par le joueur, de manière subjective et singulière (Mouchet, 2003).

37Par conséquent, nous considérons ainsi l’existence d’un lien dynamique et fonctionnel, variable selon les caractéristiques des sujets (expérience, formation, conceptions, motivations…) entre la logique du jeu et la logique du joueur. La première est rationnelle, constituée en savoir formalisé sur l’action à travers les propositions des théoriciens, transpersonnelle. Cette logique est la plupart du temps utilisée par les entraîneurs pour établir un projet de jeu, une stratégie, un plan de match et structurer le référentiel commun… Elle est nécessaire pour faciliter la coordination des décisions des joueurs d’une même équipe. Toutefois elle n’est pas forcément appliquée à la lettre par les joueurs même s’ils la connaissent. La logique du joueur, sans être pour autant irrationnelle, peut s’avérer en partie différente de la logique du jeu, en étant plus intuitive, personnelle, propre au sujet. Cette analyse développée par ailleurs (Mouchet, 2003), repose sur des fondements théoriques issus de la psycho phénoménologie à propos de l’attention comme modulation de la conscience (Vermersch, 2008). Elle permet d’éclairer différemment les liens entre les stratégies avec les adaptations tactiques, selon l’inspiration des joueurs. Elle donne du sens à ce que les joueurs nomment, l’improvisation, l’intuition ou l’instinct. Entre décision en acte ou émergente et décision réfléchie ou délibératoire, nous pensons que la flexibilité cognitive des joueurs et la disponibilité favorise les enchaînements créatifs, facteur d’efficacité.

4. Réflexions pour la formation des joueurs

38Nous estimons que ces éléments pourraient être pris en compte lors de la formation quand on a pour objectif prioritaire l’optimisation de la prise de décision. Nous rejoignons la pédagogie des modèles de décision tactique (Bouthier, 1993), ou les approches anglo-saxonnes Game Sense (den Duyn, 1997 ; Light & Evans, 2010), Teaching Games for Understanding (Bunker & Thorpe, 1982 ; Light & Fawns, 2003). Ces approches reconnaissent l’interaction entre la pensée tactique, les habiletés décisionnelles et l’exécution efficace des techniques. Villepreux (2007b) prône à cet égard la formation de joueurs autonomes possédant un haut degré de liberté en jeu, donc à même de prendre des initiatives dans le cadre des possibles tactiques que le mouvement peut offrir. Il conviendra alors de sortir du cadre rigide du jeu trop organisé, qui finit par bloquer toutes capacités à évoluer et à s’adapter. Dans un système de jeu où l’organisation prévaut, il est évident que le joueur n’est pas totalement contraint et qu’il peut sortir du cadre prévu, mais cette marge de liberté est limitée. Le joueur imprégné des exigences de l’organisation a souvent du mal à dépasser ce qui a été prévu et quand il le fait, cela se retourne contre lui puisque ses partenaires, distribués pour répondre au jeu attendu, ne sont plus en mesure de faire face à sa décision. On note ainsi l’incapacité plus ou moins importante de certaines équipes à s’adapter aux nouvelles exigences que crée la nouvelle situation.

39En accord avec Villepreux (1993), il convient de développer d’abord chez les joueurs, la capacité à jouer dans le « plein jeu » (conditions de jeu réel) car c’est là justement, dans les enchaînements de mouvements collectifs que s’exprime le mieux, du fait de la richesse et de la variété des situations rencontrées, l’adaptabilité du joueur. Dans ce jeu toujours plus dynamique, en mouvement, il s’agira de cerner la « vie du jeu » en proposant des situations qui impliquent les joueurs selon les trois plans d’opposition de Deleplace (1979). On ne forme pas seulement un joueur hyper spécialiste à un poste, mais un joueur capable de suppléer dans n’importe quel rôle provisoire que le jeu exige, acceptant en fonction du contexte situationnel de prendre à tout moment l’initiative qui s’impose.

40Une des principales difficultés dans la formation tactique est de parvenir à enserrer cette complexité entière du jeu dans un système de pensée formé du plus petit nombre possible d’axes fondamentaux mais articulés entre eux dans une unité logique fonctionnelle forte. Ce système permet de redéployer la complexité à la demande et au besoin du jeu en pleine action. Cela permet de constituer une véritable « matrice d’actions » que le sujet développe avec l’expérience.

41Toutefois, ces aspects très rationnels trouvent leurs limites dans les séquences de jeu où le temps est compté et où la complexité est présente car, dans ce cas, le joueur doit savoir interpréter les principes et les règles, jouer avec eux, au besoin les enfreindre ou les redéfinir. En ce sens, on lui demande un rapport aux savoirs qui ne soit pas dépendant mais au contraire critique, pragmatique, voire opportuniste et contextualisé. Aussi, sans prétendre à la création d’une nouvelle théorie de l’intervention, nous suggérons de relativiser l’utilisation d’une logique d’action rationnelle qui serait toujours objective et commune à tous les joueurs. La connaissance des logiques intrinsèques de ces derniers est donc un atout pour l’entraîneur afin de différencier ses interventions.

42La première piste consiste à prendre en compte l’intersubjectivité dans les prises de décision, en valorisant la co-construction du projet de jeu et du référentiel commun (Mouchet & Bouthier, 2006 ; Mouchet, 2010). Dans un projet de jeu, l’organisation est d’abord un projet stratégique qui s’actualise dans la confrontation réelle. Ce projet comme témoin du temps qui va s’écouler est là pour nous dissuader de répéter purement et simplement des formes antérieures, ce qui nous condamnerait tôt ou tard à l’inertie donc à la régression… Mais, dans le même temps, il nous préserve d’une création ex nihilo qui serait pure illusion. Cette organisation est une anticipation des événements qui possèdent des racines profondes dans l’histoire du joueur et de l’équipe et qui va trouver une justification ou un démenti dans les résultats immédiats ou à moyen terme.

43Dans la dynamique de construction des savoirs partagés, il convient de souligner le rôle actif joué par les individus dans l’appropriation des savoirs et leur transformation. Nous distinguons à cet égard avec Barbier (1998) le champ des « savoirs objectivés » du champ des « savoirs détenus ». Le premier appartient à la même zone sémantique que la culture, les règles et les valeurs, et renvoie à des énoncés propositionnels faisant l’objet d’une valorisation sociale sanctionnée par une activité de transmission-communication. Ces savoirs objectivés ont de ce fait une existence distincte de ceux qui les énoncent ou de ceux qui se les approprient ; ils sont conservables, cumulables, appropriables, transposables dans la pratique. Nous considérons que les théories du jeu comme celles de Deleplace (1979) ou Villepreux (1993) ainsi que les modèles du jeu de mouvement (Mouchet, Uhlrich, & Bouthier, 2008) appartiennent à ce champ. Il s’agit là de savoirs théoriques sur l’action et pour l’action (de Montmollin, 1998). Le deuxième champ s’inscrit dans la zone sémantique des capacités, des connaissances, des compétences, des aptitudes, des attitudes, des professionnalités. Leur présence est inférée à partir des comportements, d’une action ou d’un ensemble d’actions.

44Par conséquent, ignorer cette dynamique dans le cadre de la création et de la vie d’un projet de jeu, d’un projet d’équipe et d’un référentiel commun, entraîne le risque de manque de compréhension ou d’absence d’adhésion par les joueurs. Nous avons déjà souligné l’intérêt de prendre en compte l’intersubjectivité entre les joueurs et les entraîneurs, dans le souci d’optimiser l’efficience collective (Mouchet & Bouthier, 2006). Nous considérons à ce titre que la co-construction du référentiel commun constitue l’élément clé pour articuler la planification préalable souple des repères communs et leur mobilisation personnalisée et circonstanciée en situation. Cette co- construction doit donc être envisagée en dehors des actions, dans le cadre de dispositifs de régulation collective (Mouchet, 2010) et elle pourrait être envisagée en situation sous la forme d’une reconstruction entre les joueurs impliqués dans la même action. Le référentiel commun nous paraît par conséquent constituer l’interface entre les décisions des joueurs en situation et le projet de jeu, à condition :

  • de l’envisager dans son processus d’élaboration comme un référent évolutif, vivant et comme une source de partage des subjectivités ;

  • d’envisager sa mobilisation par les joueurs en action comme un processus d’appropriation en partie commun mais aussi différencié.

45Ainsi, le développement de l’intelligence tactique en situation est à situer dans ses relations dynamiques avec l’arrière-plan décisionnel (Mouchet, 2005).

46Nous considérons qu’il est souhaitable d’intégrer dans les situations à l’entraînement une dimension subjective, inhérente à l’activité des joueurs. Ne pas poser le problème de la formation de l’intelligence tactique, c’est amener les élèves à apprendre schématiquement et donc à jouer de même. Des pistes sont proposées à cet égard, par exemple l’organisation de débats d’idées, utiles pour collaborer et trouver des solutions à tester ensuite dans le jeu réel (Gréhaigne, 2007). Ou encore la création sur le terrain d’un lien fonctionnel entre l’action et l’analyse réflexive de l’action (Light, Harvey, & Mouchet, 2012). Notons enfin que le développement de l’intelligence tactique peut être pertinent en dehors du terrain, à travers la mise en place d’un dispositif de formation qui associe l’action et la verbalisation de l’action lors d’entretiens d’explicitation (Mouchet, 2008). Ce dispositif a été mis en œuvre dans des centres de formation de clubs d’élite en rugby.

5. Conclusion

47La caractérisation de l’activité des joueurs en match permet de souligner l’importance de la facette subjective, que ce soit dans la dynamique attentionnelle ou dans les prises de décision (Mouchet, 2003, 2008). Les données obtenues en valorisant le point de vue des joueurs mettent en évidence l’existence de points communs entre des joueurs experts, mais aussi de logiques personnelles, non assimilables à des logiques rationnelles du jeu. Il semble alors opportun de prendre en compte cette subjectivité dans une démarche d’intervention qui tente d’optimiser tous les facteurs de la performance. D’où la proposition d’utiliser la verbalisation sur les conceptions et sur le vécu de l’action, comme moyen complémentaire de développement des compétences. Nous avons évoqué l’intérêt de prendre en compte l’intersubjectivité entre les joueurs et les entraîneurs, dans le souci d’optimiser l’efficience collective. Nous considérons à ce titre que la co-construction du référentiel commun constitue l’élément clé pour articuler la planification ouverte et préalable des repères communs, et leur mobilisation personnalisée et circonstanciée en situation. Le référentiel commun nous paraît par conséquent constituer l’interface entre l’intelligence tactique des joueurs en situation et les stratégies, le plan de jeu, les schémas tactiques. Mais cela, à condition de l’envisager dans son processus d’élaboration comme un référent évolutif, vivant, comme une source de partage des subjectivités, et d’envisager sa mobilisation par les joueurs en action comme un processus d’appropriation en partie commun mais aussi différencié.

48Pendant longtemps, l’intelligence tactique d’un joueur a été considérée comme un don et, de ce fait, difficilement transmissible par l’apprentissage. Heureusement, nous sommes revenus de cette conception et la formation tactique devient un enjeu fondamental dans le développement de l’expérience et la culture d’un joueur.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Caractérisation des liens de l’opposition (Deleplace, 1979).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Titre Figure 2. Représentation graphique de l’action de Pierre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/10513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search