Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Conclusion

Texte intégral

En guise de conclusion

Hic multi

Hic multi debuerrunt inscribi

sed propter bella, pestem et famen deficiunt.

Beaucoup auraient dû être inscrits ici

mais à cause des guerres, de la peste et de la famine,

ils ne l’ont pas été.

Source : Archives départementales de la Haute Saône : 344 E dépôt 8 ; registre paroissial de Marnay (Haute-Saône)

Si tout ce que je viens de dire…

Si tout ce que je viens de dire plaît à tous les successeurs, j’en suis surpris de mon vivant ; et s’il ne plaît point, j’en suis surpris encore. Si pourtant tous les pasteurs prenaient la peine d’écrire une douzaine de lignes de ce qui se passe chaque année, tant pour le spirituel que le temporel de sa paroisse, cela assisterait de beaucoup ceux qui viendraient après eux. Ce pourquoi, comme on tâche de prendre ici cette règle, on ne doit point le trouver mauvais, puisqu’on ne fait que suivre l’exemple d’un pasteur de Rumegies qui nous a laissé dans un vieux registre plusieurs choses qui sont dignes de celui qui les a bien voulu écrire et de la curiosité de tous ses successeurs.

1Source : Archives communales de Rumegies, près de Valenciennes (auj. Nord), registre paroissial des années 1678-1693, publié par Henri Platelle, Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle, Paris, Cerf, 1965, p. 83-84.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540