Version classiqueVersion mobile

Les voies du discours

 | 
Francine Thyrion

Le discours scientifique

La narrativisation de la vulgarisation scientifique. La (para)littérature comme adjuvant dans des articles du Monde

Texte intégral

  • 1 D. JACOBI, Textes et images de la vulgarisation scientifique, Berne, Peter Lang, 1987, p. 29. Voir (...)

1Entre le discours scientifique spécialisé, au moyen duquel un chercheur communique à ses pairs le résultat de ses recherches, et la vulgarisation, intervient, on le sait, une opération de transposition, de traduction1. Celle-ci est destinée à rendre le propos accessible aux lecteurs ne disposant pas des connaissances qui leur permettraient d’entrer de plain-pied dans le langage et la démarche d’un spécialiste de la discipline.

  • 2 Voir à ce sujet F. THYRION, « Information scientifique et connivence culturelle dans la relation te (...)

2Cette traduction porte sur la plupart des aspects du discours : sur son lexique, puisque le nombre de termes relevant exclusivement du domaine concerné (termes spécialisés) est limité au maximum, et que ceux qui sont utilisés sont accompagnés d’équivalents non savants ou de définitions. Elle porte aussi sur sa syntaxe, où le « débrayage actantiel » par le biais de nominalisations en cascade laisse la place à des tournures plus actives avec une diversité de termes remplissant la fonction de sujets/acteurs. Par ailleurs, les traces du processus énonciatif sont généralement plus nombreuses, notamment en ce qui concerne les modalités logiques (importance du non-certain, de l’hypothétique) et évaluatives, mais aussi parce que le rapport au destinataire est davantage présent (fût-ce sous la forme d’un nous qui l’inclut). Quant à la structure textuelle, elle répond à une logique qui n’est plus celle de l’exposé systématique normé (hypothèses/méthode/ vérification/résultats), elle est pensée en vue d’une communication rapide et attrayante des éléments importants (les résultats) susceptibles de retenir l’attention du lecteur par leur caractère étonnant, spectaculaire ou encore par les applications/implications qu’ils permettent d’entrevoir. Les éléments paratextuels (titre évocateur, chapeau mettant en évidence les prolongements possibles, intertitres synthétiques) jouent également leur rôle dans cette stratégie visant à retenir l’attention. Les variations typographiques et les illustrations, enfin, contribuent à créer une image textuelle agréable, à rendre le message le plus accessible possible2. Ainsi, très souvent et jusque dans la très sérieuse revue Recherche, une iconographie relativement anecdotique et peu informative (au sens strict) allège la présentation et assure le lien avec les connaissances et les intérêts du lecteur.

  • 3 La vulgarisation est le fait de professionnels de la communication et non de scientifiques spéciali (...)

3Tous ces éléments rapidement mentionnés laissent déjà entendre qu’un changement important de focalisation intervient dans la transformation effectuée pour passer du discours scientifique spécialisé (DSS) au discours de vulgarisation (DV)3. En tant que discours, la vulgarisation ne s’inscrit pas dans le champ scientifique proprement dit : elle ne fournit pas les preuves de ses dires, elle ne situe pas ceux-ci dans le corps des théories, des hypothèses existantes ; elle ne prétend pas contribuer à la construction des connaissances de la discipline concernée. Elle se situe dans le champ médiatique, c’est-à-dire dans le domaine de la transmission d’informations, de la communication de nouvelles. Et il lui suffit le plus souvent que la source de ses informations soit habituellement considérée comme fiable pour s’autoriser à faire état de celles-ci.

1. La science inscrite dans la temporalité évènementielle

  • 4 Voir à ce propos Recherches en communication. n° 7, 1997 : Le Récit médiatique. Louvain-la-Neuve, U (...)

4Dans l’univers médiatique, régi par une temporalité courte et contraignante, le récit devient une catégorie privilégiée4. De l’annonce nécrologique au fait divers, en passant par la rubrique sportive ou la page politique, il y a toujours, à un moment ou l’autre, une mise en histoire possible, quelque chose à raconter. Cette prégnance du récit n’épargne pas la vulgarisation. En effet, son objet concerne bien un évènement récent – en général une découverte – qui a lui-même une histoire souvent mouvementée ou problématique ; évènement dont les retombées trouvent souvent un écho dans l’imaginaire, dans la mesure où elles font entrevoir le franchissement de limites données jusque là comme ultimes.

5Dans la communication avec ses pairs, le chercheur ne retient habituellement des recherches antérieures que ce qui peut lui servir de tremplin ; et par ailleurs, il ne mentionne que les faits nécessaires à l’établissement des enchainements logiques de sa démonstration. Le journaliste scientifique qui prépare un article de vulgarisation exploite, quant à lui, tout ce qui, dans son sujet, peut être raconté. Et dans ce but, il confère le statut de personnage aux acteurs de la recherche. Son rôle de « troisième homme » (situé entre les chercheurs et le public) facilite ce type d’adaptation puisqu’il est un témoin extérieur à la démarche scientifique. Il fait par exemple intervenir des protagonistes auxquels il prête des réactions ou des paroles qui dramatisent, contextualisent ou expliquent. Ainsi commence, par exemple, un article du 21 mai 1999 consacré à l’influence du stress sur les maladies et dont l’auteur est Catherine Vincent :

En 1963, à Montréal, le jeune médecin Hans Seyle tente d’étudier l’action d’un composé en l’injectant quotidiennement à des rats, qu’il compare à d’autres n’ayant reçu que des injections d’eau salée. Surprise, les deux groupes présentent les mêmes symptômes : [...]. D’abord dérouté, Seyle ne tarde pas à deviner que ses injections répétées sont la cause commune de ces troubles. Pour confirmer l’hypothèse, il soumet les rats à toutes sortes d’agressions [...].

6Un article du 23 octobre 1998, dû à Vincent Tardieu et portant sur les origines de la colonisation de l’algue tueuse, présente des aspects analogues ; voici le début du deuxième paragraphe :

C’est un jeune généticien et écologiste marin de vingt-six ans, Olivier Jousson, assistant à l’université de Genève, qui a tranché en jouant, un peu par hasard, les Sherlock Holmes. « En fait, explique-t-il, je fais une thèse au Centre d’océanologie de Marseille sur un sujet très différent. En discutant avec Charles-François Boudouresque, de la faculté de Luminy et Alexandre Meinesz, de l’université de Nice, je me suis aperçu que les questions de filiation entre les différentes caulerpes de Méditerranée posaient un sacré problème ».

7Notons la présence de traits caractéristiques du récit (classique), destinés à nourrir le vraisemblable : la présentation personnalisée du héros : il est nommé – nom et prénom – et acquiert ainsi d’emblée un statut de héros à part entière ; il est, dans les deux cas, jeune et relativement inexpérimenté ; il vit dans une grande ville étrangère ; sa psychologie est esquissée : des réactions (supposées) lui sont attribuées par un « narrateur omniscient » ; un cadre spatio-temporel précis est dessiné, dans lequel des actions finalisées prennent place et l’évènement inattendu surgit (voir, dans le premier cas, le mot « Surprise » et dans le second « par hasard »).

8Le récit, la narrativisation de la science offre donc une ressource qui permet d’en accroitre la lisibilité et l’attrait, qui favorise sans doute aussi la mémorisation. L’ancrage d’une découverte dans un cadre spatio-temporel, l’élévation de son/ses auteur(s) au rang d’actant(s) d’une situation problématique, la mention d’éventuelles réactions d’autres actants/chercheurs (opposants ou adjuvants), l’ouverture de perspectives insoupçonnées ou étonnantes sont autant de ressources auxquelles recourent fréquemment – pour ne pas dire systématiquement – les vulgarisateurs.

2. Des héros inattendus

9Que les chercheurs deviennent des héros, des aventuriers tranquilles dont le patient labeur conduit parfois à des révolutions n’étonne pas outre mesure. Ce ressort simple ne peut pourtant pas être exploité à chaque fois : soit que les données disponibles ne le permettent pas, soit surtout qu’il faille varier les stratégies d’exposition. Il arrive, dès lors, que d’autres possibilités soient exploitées et que l’objet des recherches lui-même acquière un statut d’actant privilégié.

  • 5 Comme cela arrive régulièrement dans Le Monde, la rubrique scientifique est réalisée conjointement (...)
  • 6 Les voici, dans l’ordre d’apparition :
    § 1, 1. 12 : Arabidopsis thaliana ;
    § 2, 1. 1 : cette mauvai (...)

10Ainsi, le 15 décembre 2000, un article est consacré par Christopher Surridge5 au premier séquençage d’une espèce végétale, en l’occurrence « Arabidopsis thaliana » ou « arabette des dames ». L’article contient, comme il se doit, un nombre important d’informations scientifiques (l’explication – du fait que la plante constitue un organisme modèle –, les caractéristiques du génome, les données livrées par le séquençage, etc.). Il contient également les séquences narratives attendues (les premier et dernier paragraphes, le cinquième et partiellement le huitième, au total près de quatre paragraphes sur dix). En outre, si l’on observe attentivement les dénominations et les qualifications de la plante dont le séquençage a été réalisé, on constate une transformation progressive du statut de celle-ci au fil de l’article6. De comparse plutôt anonyme et insignifiante qu’elle était pour commencer, elle se voit progressivement élevée au rang de plante modèle, étonnante et bienfaisante, « la plus importante de toutes » (mots sur lesquels se termine l’article)... une mutation, une métamorphose s’est donc opérée au long du discours, mimant le geste du scientifique qui fait de cette petite plante une héroïne indispensable, qui convertit Cendrillon en princesse. Entretemps, des noms qui évoquent les hypocoristiques ont été utilisés (la petite crucifère). Cette association avec les appellations affectueuses est facilitée par le suffixe du nom vulgaire de la plante (arabette), qui évoque un diminutif, et par le complément du nom qui y est associé (des dames) : celui-ci, en la rapprochant des humains (des femmes) crée un lien d’appartenance.

11Cet exemple montre comment la narrativité se niche au cœur de la vulgarisation qui devient un univers peuplé de héros et ouvert à l’aventure, autrement dit, un univers dans lequel l’imaginaire trouve sa place. Cette narrativisation emprunte d’ailleurs encore d’autres voies, plus appuyées et explicites pour s’affirmer et donner au discours scientifique les allures d’une histoire captivante. Celle-ci fait alors appel à des schémas narratifs bien connus du grand public et puisés dans ce qu’il est convenu d’appeler la paralittérature.

3. Le récit d’énigme policière dans ses rapports avec la découverte scientifique

  • 7 Article de C. VINCENT (21 mai 1999), déjà cité, consacré à l’influence du stress sur les maladies. (...)

Lorsque vous vous trouvez la nuit au coin d’une rue déserte, en face d’un individu dont l’intention est manifestement de vous détrousser, éventuellement en vous coupant la gorge, votre organisme n’a plus à se soucier de fabriquer des anticorps en vue d’une infection éventuelle : le besoin urgent est de se battre ou de s’enfuir au plus vite7.

  • 8 On trouve une référence explicite à ce genre dans l’article du 23 octobre 1998 de V. TARDIEU, consa (...)

12Parmi les multiples ressources qu’offre la paralittérature, celles du roman noir et du roman policier sont sans doute les plus exploitées. Le premier offre des possibilités de dramatisation aptes à rendre compte du caractère effrayant, voire violent, de certains phénomènes pathologiques ou d’applications scientifiques controversées8. Le second, lui, permet d’inscrire le processus de recherche dans la durée en mettant en avant les notions de quête plus ou moins aléatoire, d’énigme et de récompense accordée au chercheur qui ne néglige aucun indice.

13Un exemple sera commenté ici pour montrer que l’organisation discursive se moule parfois sur la structure prototypique d’un de ces genres afin d’assurer la communication des informations. Un article du 21 aout 1998, écrit par Pierre Barthélémy et consacré au déclin, voire à la disparition de populations de batraciens, offre un bel exemple de narrativisation sur le modèle de l’énigme policière.

  • 9 « Le roman policier est le récit rationnel d’une enquête menée sur un problème dont le ressort dram (...)

14Certes, l’information de base remplit bien les conditions pour s’inscrire dans cette structure narrative. Il y faut, on le sait9, un crime ou du moins ce qui peut passer pour tel ; un criminel non identifié au départ ; une enquête policière qui n’aboutit qu’au terme d’une recherche difficile et parsemée de leurres, parce que les indices sont maigres et/ou malaisés à interpréter. Certes, une transposition – de type analogique ici – est à l’œuvre : les victimes ne sont pas humaines, mais ce sont des êtres vivants susceptibles d’attirer la sympathie du lecteur, condition nécessaire pour qu’il se sente concerné par l’enquête. Le mal prend des proportions inquiétantes pour deux raisons : d’une part, les grenouilles sont des « sentinelles écologiques » qui témoignent des modifications de l’environnement et, d’autre part, les chercheurs n’arrivent pas à enrayer le mal, faute d’en trouver la cause exacte, et ce depuis une vingtaine d’années ! Des populations entières sont décimées ou disparaissent à travers le monde (particulièrement en Amérique et en Australie).

15Ainsi, l’analogie est possible avec le récit policier parce que le problème touche aux questions de vie et de mort et constitue un désordre susceptible de menacer, au moins de manière indirecte, l’humain dans ses conditions d’existence. En outre, un défi est lancé à la perspicacité, à l’intelligence des chercheurs dont la mission est, par définition, de trouver des réponses aux questions qu’ils posent. Précisément, le journaliste écrit son article au moment où un présumé coupable vient d’être découvert. Une part importante de son propos consiste dès lors à retracer l’histoire de l’enquête infructueuse menée à propos de cette « vague de la mort », histoire qui débouche enfin sur un espoir de solution. Et ce récit est effectivement construit et verbalisé à partir des étapes de ce qui est présenté comme la recherche d’un (de) coupable(s), comme une enquête. La métaphore filée permet au journaliste de transposer les moments et les acteurs de la recherche, des laboratoires aux commissariats. L’utilisation différenciée des temps verbaux du récit répond tout à fait à cet objectif de narrativisation : le plus-que-parfait, l’imparfait, le passé simple (abondant) sont dominants dans la plus grande partie du texte. Seuls les trois derniers paragraphes sont au présent et au passé composé.

16Le texte commence ainsi : « LE CRIME n’était pas signé, mais la police écologiste pensait avoir pincé les principaux suspects ». Tout au long des paragraphes qui suivent, des énoncés, situés le plus souvent en début de paragraphe, réactivent les ressorts du récit policier (§ 2 : « mystérieuses disparitions », § 3 : « Pourtant, sans évacuer totalement la possibilité que la pollution soit complice dans cette affaire, une équipe internationale regroupant treize scientifiques de trois continents a récemment mis le doigt sur le probable coupable [...] », etc.) tandis que la suite du paragraphe apporte des éléments précis d’information toujours teintés de pittoresque pour solliciter l’imaginaire du lecteur. Les adjectifs, les adverbes, les comparaisons jouent ce rôle (§ 4 : « dramatiques épizooties » ; « magnifique crapaud doré » ; « joyaux vivants »). Comme dans les articles mentionnés précédemment, des paroles rapportées ancrent le récit dans la réalité singulière de personnes et d’évènements précis qui donnent une coloration affective au texte : « Je sortais le matin et voyais les grenouilles assises par terre le long du ruisseau. Elles avaient l’air parfaitement vivantes, comme si elles dormaient » (2e colonne). Enfin, la description très suggestive des symptômes physiques fait partie des moyens utilisés pour « présentifier » les victimes (§ 3 : « [...] grenouilles et crapauds meurent... étouffés » ; § 4 : « Mais les grenouilles, dont la couleur avait pâli, étaient mortes et toutes rigides », etc.).

17Voilà donc un article qui présente une information scientifique de manière attrayante et captivante pour un lecteur non spécialiste. Celui-ci en retiendra probablement que des phénomènes inquiétants se passent à l’échelle de la planète ; que des espèces très anciennes sont menacées et que les chercheurs mettent beaucoup de temps à comprendre exactement ce qui se passe. Peut-être aussi de tels articles sont-ils à la longue susceptibles de susciter des vocations de chercheurs... Ceux-ci n’apparaissent-ils pas comme des explorateurs de l’inconnu, des découvreurs capables de relever les défis les plus risqués ? Et pourtant, au total, n’y a-t-il pas aussi dans ces textes une séduction exercée, un enjolivement de la réalité qui masquent ce que celle-ci peut avoir de déceptif et de mortifiant, notamment pour les chercheurs ? Sans doute est-ce le prix à payer pour la diffusion de ces connaissances...

18Ces quelques pages montrent, si besoin en était, que la fonction sociale de la (para) littérature s’étend bien au-delà de son champ de diffusion spécifique. Ses ressorts et ses mises en scène renvoient, dans notre culture, à des scénarios et des archétypes d’une grande efficacité sur le plan de la communication.

Notes

1 D. JACOBI, Textes et images de la vulgarisation scientifique, Berne, Peter Lang, 1987, p. 29. Voir également, du même auteur, « Du discours scientifique, de sa reformulation et de quelques usages sociaux de la science », dans Langue française, n° 64, 1984, pp. 38-52.

2 Voir à ce sujet F. THYRION, « Information scientifique et connivence culturelle dans la relation texte/images de la vulgarisation. L’exemple de Science & Vie », dans J.-L. TILLEUIL (dir.), Théories et lectures de la relation image-texte, Cortil-Wodon, 2005, E.M.E., pp. 183-200 [texte reproduit également dans le présent ouvrage].

3 La vulgarisation est le fait de professionnels de la communication et non de scientifiques spécialisés, contrairement à la semi-vulgarisation dans laquelle le journaliste n’intervient que pour mettre en page (découpage, titre, intertitres et illustrations). Pour une typologie des discours scientifiques, voir A.-M. LOFFLER-LAURIAN, « Typologie des discours scientifiques : deux approches », dans Études de linguistique appliquée. n° 51, 1983, pp. 8-12.

4 Voir à ce propos Recherches en communication. n° 7, 1997 : Le Récit médiatique. Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Département de communication ; plus particulièrement l’article de M. LITS, « Le récit médiatique. Approches narratologiques et ethnologiques », pp. 5- 10.

5 Comme cela arrive régulièrement dans Le Monde, la rubrique scientifique est réalisée conjointement par la rédaction de ce journal, par celle d’El Pais et celle de la revue scientifique internationale Nature. Dans le cas présent, l’article a été initialement rédigé en anglais.

6 Les voici, dans l’ordre d’apparition :
§ 1, 1. 12 : Arabidopsis thaliana ;
§ 2, 1. 1 : cette mauvaise herbe ; 1. 2-3 : modeste parent de la moutarde ; 1. 4 : organisme modèle ;
§ 3, 1. 1-2 : Arabidopsis ou « arabette des dames » ;
§ 4, 1. 4 : la petite crucifère ;
§ 6, 1. 3 : cette petite herbe ;
§ 8, 1. 1-2 : cette plante modèle ;
§ 9, 1. 10 : la petite crucifère ;
§ 10 (dernier) 1.12-13 et 15 : « [...] en 1777, le botaniste et apothicaire britannique avait décrit Arabidopsis thaliana comme une plante "sans vertu ni usage particulier". Aujourd’hui, elle peut, à juste titre, se targuer d’être la plus importante de toutes ». Ces deux dernières lignes condensent tout le parcours du texte.

7 Article de C. VINCENT (21 mai 1999), déjà cité, consacré à l’influence du stress sur les maladies. La citation est extraite d’un ouvrage du docteur L. PERRIN (Le Système immunitaire) dont il ne sera pas fait mention ailleurs dans l’article.

8 On trouve une référence explicite à ce genre dans l’article du 23 octobre 1998 de V. TARDIEU, consacré aux « origines de la colonisation de l’algue tueuse ». L’article commence par ces mots : « Dans le roman noir de l’algue Caulerpia taxifolia [...] ». Voir aussi l’article du 12 mars 1999 de C. VINCENT, sur « La stérilisation végétale, nouvelle arme biotechno1ogique ».

9 « Le roman policier est le récit rationnel d’une enquête menée sur un problème dont le ressort dramatique principal est un crime » (J. SADOUL, « Introduction » à l’Anthologie de la littérature policière, Paris, Ramsay, 1980, p. 10) ; cité par M. LITS, dans L’Énigme criminelle, Bruxelles, Didier Hatier, coll. « Séquences », 1991, p. 19.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search