Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Avec sa langue en poche…

 | 
Gilles Forlot

Préface

Guy Jucquois

Full text

« Je ne suis pas une immigrée, Monsieur,… »

Dévalorisation ou valorisation de l’identité dans le processus migratoire

1Vers la fin des années soixante, l’agglomération bruxelloise achevait les gigantesques travaux d’aménagement d’un métro souterrain. A cette époque, j’habitais un petit village des environs de la capitale, en face d’une maisonnette occupée par deux vieux garçons dont le cadet, la bonne cinquantaine, travaillait comme manœuvre dans ce grand chantier du siècle. Vint l’inauguration officielle. Le roi Baudouin fut photographié donnant, le hasard fait parfois bien les choses, une poignée de main à mon voisin. Celui-ci reçut un exemplaire de ce souvenir mémorable qui trôna désormais dans la pièce de séjour de leur petite maison. Cette photo me frappa : le roi était décontracté, à l’aise avec cet homme de peine, mal dégrossi. Le premier avait appris à gérer avec naturel un grand nombre de situations. Cela se sentait et se voyait sur la photo, le second ne connaissait bien que son petit monde et éprouvait une gêne visible dès qu’il le quittait. Cette différence, classique, se concrétise également dans les mouvements migratoires, le migrant emportant avec lui sa capacité plus ou moins grande à s’adapter rapidement, à s’intégrer – s’il en provient lui-même – aux classes supérieures de son pays d’accueil, à se sentir ou non chez lui partout.

2Dans d’autres circonstances, une jeune femme me le rappela à mes dépens. Il y a quelques années, en effet, comme à chaque printemps, j’interroge les étudiants louvanistes lors de la session d’examens. Une étudiante au nom grec se présente. Cela me frappe car ma femme est d’origine grecque, son père étant venu vers les années soixante travailler dans les mines belges. J’interroge l’étudiante et en terminant je lui demande, ce qui me semblait évident, si elle est immigrante. Horrifiée, elle me dévisage et m’explique que son père est directeur pour l’Europe d’une grosse multinationale. Elle n’a donc aucun point commun avec les immigrés grecs et elle me l’affirme : « Je ne suis pas une immigrée, Monsieur,… ! ». Sa langue et sa culture d’origine ne semblent pas davantage lui importer que la toilette qu’elle a choisie pour ce jour-là : elle en a manifestement d’autres, comme elle dispose évidemment de plusieurs langues et de différentes cultures de référence. A l’aise dans les vêtements, la langue et la culture qui s’imposent à chaque moment. Je tente de réparer ma bévue, mais nous ne sommes manifestement pas sur le même plan. Elle n’éprouve aucune fierté apparente à être grecque, ni d’ailleurs aucune gène ou aucune honte. Elle dispose d’une palette d’identités interchangeables. Elle recourt à celle qui lui convient le mieux selon les circonstances.

3Cette anecdote illustre ce que la multiplication des échanges engendre de plus en plus fréquemment. On sait que les flux migratoires se sont fortement amplifiés depuis plus d’un siècle. Les causes sont nombreuses, telles que les multiples formes du colonialisme, les conflits locaux et régionaux avec les exodes de population, les impérialismes militaires et politiques, puis économiques et culturels d’après la Seconde Guerre mondiale, l’accroissement démographique des pays en voie de développement et l’effondrement démographique de la plupart des pays développés, les inégalités économiques, la facilité des échanges et la libéralisation des règles commerciales, la disparition progressives des barrières douanières et idéologiques, etc. Les pays occidentaux, sans exception, ont connu et connaissent encore d’importants déplacements de populations. Ce phénomène engendre diverses difficultés d’adaptation dans les deux sens : des populations du pays d’accueil d’un côté et des migrants de l’autre. Depuis quelques décennies, ces questions ont fait l’objet de nombreuses études et le sujet a suscité divers travaux de terrain dans de multiples contextes.

4Gilles Forlot a choisi une approche tout autre. Deux langues internationales, l’anglais et le français. Des migrants individuels, francophones et Français d’origine, désireux de s’installer dans un pays bilingue franco-anglais, le Canada, dans la métropole largement anglophone, Toronto, mais où vit néanmoins une minorité francophone active. Cette catégorie de migrants diffère profondément des flux migratoires massifs : ils se situent habituellement dans la tranche moyenne supérieure, voire supérieure, de la population d’origine et ils aspirent à conserver, sinon à améliorer, leur position sociale dans le pays destinataire ; ils sont généralement d’un niveau économique aisé et intellectuel élevé ; ils possèdent souvent une formation professionnelle supérieure. Enfin, ils ne fuient pas leur pays d’origine pour des raisons politiques, idéologiques ou économiques.

5De plus, dans le terrain étudié par Gilles Forlot, les Français migrants à Toronto parlent également une langue internationale, le français, seconde langue au Canada, langue dont les minorités sont protégées dans l’Ontario et aussi dans la capitale fédérale, comme d’ailleurs dans tout le Canada. La langue française, les migrants venus de France la parlent avec une aisance et un accent qui la et les valorisent. Certes, ils ne connaissent pas tous l’anglais à un niveau correspondant à leur statut et à leurs aspirations. Un certain nombre d’entre eux mettront à profit le séjour en terre anglophone pour améliorer leurs connaissances dans ce domaine. Tous n’ont cependant pas l’ambition de s’assimiler totalement à la majorité anglophone, ni inversement. Un certain nombre vont valoriser leur langue de départ dans un contexte ou leur connaissance du français a la réputation, à tort ou à raison, d’être supérieure à celle des francophones canadiens, d’autres refusent ces possibilités professionnelles trop centrées sur leur langue d’origine. Plusieurs d’entre eux vont s’intégrer dans les milieux francophones de Toronto et y jouer leur rôle, d’autres refuseront cette éventualité.

6On l’a compris, la grande originalité de l’étude détaillée réalisée par Gilles Forlot est d’avoir suivi, presque jour par jour, un nombre suffisamment important de Français plongés dans une situation très particulière de migration. Il a ainsi pu décrire dans le détail, mais avec une cohérence saisissante, des trajets de vie personnels. Des parcours à ce point individualisés que la démarche de la sociologie descriptive se révèle parfois délicate, l’auteur la remplaçant quand il le juge utile par une approche plus analytique. Suivant sur ce point les travaux récents de Cameron, de Heller et de Labrie, Forlot souligne combien la « marchandification » de leurs compétences linguistiques s’inscrit individuellement dans des trajectoires personnelles où se conjuguent le cas échéant le souci très vif de préserver, pour eux et leur descendance, leur patrimoine linguistique originel tout en développant les conditions idéales de leur réussite sociale propre dans un contexte culturel spécifique. Autant d’individus, autant de parcours particuliers. Chacun adapte sa stratégie communicationnelle à sa personnalité, à ses ambitions, à sa position du moment. Mais chacun demeure capable également de modifier cette stratégie si besoin ou désir s’en font sentir.

7Gilles Forlot s’inscrit résolument dans la perspective encore peu étudiée des recherches sur ce qu’on peut désigner comme la culture migratoire individuelle, combinant calculs, stratégies, goût du risque, volonté de voyager, de rencontrer et de découvrir, capacité aussi de s’adapter, de s’effacer, d’occulter ses origines, voire de disparaître, quitte à renaître soudain, muté, transformé, enrichi. Lire l’ouvrage que nous ouvrons par ces quelques lignes, c’est participer en témoin actif à ces diverses métamorphoses de l’homo loquens.

Author

Membre de l’Académie royale de Belgique
Professeur émérite à l’Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540