Version classiqueVersion mobile

Donner du sens aux savoirs

 | 
Jean-Louis Dufays
, 
Myriam De Kesel
, 
Ghislain Carlier
, 
et al.

Introduction

Jean-Louis Dufays, Myriam De Kesel, Ghislain Carlier et Jim Plumat

Texte intégral

1. Rétroactes

1La Journée d’étude que le CRIPEDIS a organisée le mercredi 12 novembre 2014 était la septième du genre, et la première à s’adresser à l’ensemble des enseignants du secondaire, avec le soutien précieux du CECAFOC.

2Fondé en 2008, le CRIPEDIS peut être résumé d’abord par quelques chiffres – treize disciplines, vingt-sept chercheurs seniors (académiques), vingt-quatre chercheurs juniors (doctorants) – et par ses activités phares – un séminaire mensuel, des journées d’étude régulières (au moins une par an), une collection d’ouvrages aux Presses universitaires de Louvain (onze livres parus). Depuis sa création, le centre poursuit un objectif général, celui de développer des connaissances susceptibles d’accroitre la qualité de la formation des enseignants et, par là, celle de l’enseignement et des apprentissages. Cet objectif est lui-même décliné en trois axes de recherche : l’analyse des pratiques enseignantes et de leur impact sur la motivation des apprenants, l’analyse des savoirs et des curriculums dans les différentes disciplines scolaires, et l’étude des pratiques langagières en lien avec les apprentissages disciplinaires.

3Avant d’aborder frontalement la question du sens des apprentissages qui constituait l’objet de la journée de novembre 2014 et est devenue celui du présent ouvrage, le centre s’est intéressé, au fil de ses précédentes journées d’étude, à six thématiques qui touchaient déjà peu ou prou à cette problématique : la question de la transition secondaire-université (avril 2010), celle des enjeux du curriculum (mai 2011), celle de l’articulation entre les exigences de la progression et ceux de la transversalité (avril 2012), celle des pratiques didactiques spécifiques à l’enseignement en première année de bac (octobre 2012), celle de la planification des apprentissages (avril 2013) et celle des évaluations externes à la fin du secondaire (avril 2014).

2. Enjeux

4Le sens des apprentissages… c’est là bien sûr une question incontournable que tout enseignant et peut-être aussi tout élève devrait se poser au quotidien ; mais pourquoi avoir choisi de mettre ce thème-là à l’honneur aujourd’hui ? Pour trois raisons au moins.

  • 1 Rien que depuis l’été 2014, en Fédération Wallonie-Bruxelles, on a assisté à la parution de sept ou (...)

5En premier lieu, il est manifeste que le contexte auquel les enseignants et les élèves sont confrontés en ce début de XXIe siècle ébranle de plus en plus les finalités, la nature et les modalités de l’enseignement et de l’apprentissage. Révolution numérique, accélération exponentielle des modes de déplacement, de communication et d’accès aux informations, nouvelle économie du rapport aux savoirs et aux compétences, explosion des réseaux sociaux… Il est impossible de ne pas s’interroger sur le rôle que les enseignants ont à jouer dans un tel contexte ; aussi, les appels à réformer, voire à refonder l’école s’accumulent-ils de toute part1.

6En second lieu, alors que le contexte actuel d’incertitude et de remise en question devrait susciter un surcroit de réflexivité tant de la part des enseignants que de la part des élèves, plusieurs enquêtes attestent que l’appel déjà ancien relatif à plus de débats sur les valeurs et plus de réflexivité reste largement lettre morte. Il en va dès lors de la responsabilité des chercheurs en didactique et en formation des enseignants de remettre cette question fondamentale au cœur de l’actualité, et de l’alimenter par des recherches, par des propositions et par des expériences de terrain.

7Enfin, au-delà des contingences contextuelles, si la question du sens nous a semblé mériter une journée d’étude suivie d’un livre, c’est tout simplement parce que c’est la question fondamentale par excellence, celle dont dépendent nécessairement toutes les autres – si l’école n’a pas de sens, rien de ce qui s’y fait ne requiert qu’on s’y intéresse – et qu’elle est aussi la plus fédératrice qui soit pour les différents acteurs de l’école. Se la reposer régulièrement est donc le contraire d’un luxe : c’est une nécessité vitale.

3. Menu

8Pour analyser ces différents enjeux et proposer aux professionnels de l’enseignement des pistes d’action concrètes qui leur soient articulées, le livre donne la parole tout d’abord à Michel Develay, reconnu non seulement comme l’un des meilleurs spécialistes de la question, mais surtout comme un éveilleur de sens, un chercheur profondément ancré dans les questions du terrain et capable comme personne de voyager entre les disciplines pour en souligner les enjeux, les difficultés et les potentialités. Par la diversité et la complémentarité des voies qu’il explore, et par la profondeur de vue dont il témoigne, le texte qu’il nous a autorisés à rédiger sur la base du diaporama de la conférence qu’il a prononcée le 12 novembre 2014 et des notes que nous avons prises constitue un formidable vadémécum didactique dans lequel tout formateur d’enseignant et, plus largement, tout enseignant gagnerait à puiser sans modération au seuil de chaque nouvelle année scolaire.

9L’ouvrage se poursuit par quatre articles « disciplinaires » qui proposent chacun un ensemble de pistes et de réflexions pour un travail ancré sur le sens des apprentissages dans différentes disciplines ou structures de collaboration co-disciplinaires de l’enseignement secondaire, en l’occurrence les cours de sciences (biologie, physique et chimie), les cours d’éducation physique et sportive, les cours de français et d’histoire de l’art et les cours de religion.

10La matière abonde donc, plus que jamais, pour l’enseignant désireux de s’aventurer dans les chemins passionnants du sens, et nous serions trop heureux si le présent ouvrage pouvait à cet égard jouer un modeste rôle d’outillage et de stimulation.

Notes

1 Rien que depuis l’été 2014, en Fédération Wallonie-Bruxelles, on a assisté à la parution de sept ouvrages appelant – dans des sens divers – à réformer l’école (F. Andriat, Moi, ministre de l’enseignement, Waterloo, Renaissance du livre, 2014 ; C. Schandeler, L’école en panne de sens, Paris, L’Harmattan, 2015 ; J. Rizzo, Sauver l’école ? Hévillers, Ker éditions, 2015 ; B. Dufour, Revaloriser l’école… sans tabou, Mons, Couleur livres, 2015 ; V. Dupriez, Peut-on réformer l’école ? Approches organisationnelle et institutionnelle du changement pédagogique, Bruxelles, De Boeck, 2015 ; B. Delvaux, Une tout autre école, GIRSEF/UCL, coll. « Pensées libres », 2015 ; N. Hirtt, J.-P. Kerckhofs, Ph. Schmetz, Qu’as-tu appris à l’école ? Essai sur les conditions éducatives d’une citoyenneté critique, Bruxelles, Aden, 2015), on a vu l’organisation d’un important colloque organisé par le GIRSEF (UCL) sur le thème « L’école bientôt hors-jeu ? » et, last but not least, la ministre de l’Enseignement a lancé un vaste projet de réforme, le « Pacte pour un enseignement d’excellence ».

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search