Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Violences juvéniles urbaines en Europe

 | 
Xavier De Weirt
, 
Xavier Rousseaux

Deuxième partie. La ville, foyer de violence juvénile ? Études de terrain

Un faux problème ? La violence des jeunes à Anvers dans la première moitié du xxe siècle

Antoon Vrints

Texte intégral

  • 1 Cf. entre autres, Hans Boutellier, Solidariteit en slachtofferschap. De morele betekenis van crimin (...)

1Au sein de nos sociétés européennes, la violence occupe plus que jamais les esprits. Régulièrement, de violents incidents interpellent l’opinion et provoquent d’intenses débats publics. Partout en Europe la teneur de ces discours semble à la fois alarmiste et nostalgique et la société apparaît comme plus violente qu’autrefois. Cette hausse supposée des violences est souvent associée à un stade avancé de désintégration sociale. Suite aux divers processus d’individualisation, de privatisation et de croissance de la mobilité, les réseaux sociaux informels se seraient fortement affaiblis, de sorte que les sociétés actuelles seraient caractérisées par un degré élevé d'anonymat. Et c'est justement la faiblesse supposée de ces réseaux sociaux informels qui est tenue pour responsable de l'apparition de la violence1. En l'absence d’un contrôle social informel fort, les contraintes extérieures agissant sur l'utilisation de la force seraient tellement réduites que l’agressivité naturelle de l’homme peut apparaître aux yeux des contemporains comme de la « violence gratuite ».

  • 2 Anton Blok, « The enigma of senseless violence », in Göran Aijmer, Jos Abbink (ed.), Meanings of vi (...)

2La violence est dès lors considérée comme une explosion incontrôlée de l'agressivité, survenant inévitablement lorsque les populations ne sont plus contrôlées de l’extérieur. Elle est alors décrite comme totalement irrationnelle, impulsive et émotionnelle, exercée au départ de comportements liés à la base biologique des hommes. De telles qualifications témoignent non seulement d’une vision pessimiste de la nature humaine, mais en même temps reflètent un phénomène de négation. En mettant l’accent sur le caractère « aveugle » de la violence, on nie qu’elle est avant tout un produit culturel, chargé de significations2.

  • 3 Cf. par exemple l’étude comparative de Denis Szabo, Crimes et villes. Etude statistique de la Crimi (...)
  • 4 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne : Sensibilités, moeurs et comportements collectif (...)
  • 5 Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, 1981, p. 374- (...)

3Le discours dominant situe cette violence « gratuite » au sein des villes. Effectivement, les incidents violents, suscitant de fortes réactions de la part de l’opinion publique, ont généralement lieu dans un contexte urbain. Le processus de désintégration des réseaux informels se situerait donc à un stade plus avancé en ville, ce qui entraînerait des « explosions » de violence. Ce discours constitue une forme actualisée d’une vieille tradition anti-urbaine qui définit le milieu urbain comme un lieu de perdition, même si de nos jours c’est bien la violence et moins la sexualité illicite qui est considéré comme preuve de l'immoralité en ville. Il est à noter que, jusqu'il y a quelques dizaines d'années, la violence était souvent associée à la campagne et au passé, alors que la ville était considérée comme bastion de la « civilisation » moderne3. Cette vision est encore partagée par de nombreux historiens qui défendent la thèse d’une pacification des sociétés européennes par l’expansion des villes4. Des modèles comportementaux non-violents seraient davantage conformes à la vie urbaine. Quoi qu’il en soit, la recherche historique montre clairement qu’il n’existe aucun lien entre les processus d’urbanisation et de « brutalisation » des sociétés5.

  • 6 Cf. entre autres Ulrich Bielefeld, « Gewalt, Nachtbarschaft und Staat », in Mittelweg 36, n° 5, 200 (...)
  • 7 Cf. l’article classique de Nathalie Zemon Davis, « The Reasons of Misrule : Youth Groups and Chariv (...)
  • 8 Pieter Spierenburg, « Long-term trends in homicide. Theoretical reflections and Dutch evidence, fif (...)

4Un nombre élevé d’observateurs et de décideurs suggèrent aujourd’hui de revitaliser la vie de quartier afin de restaurer le contrôle social informel comme moyen pour surmonter le « durcissement » supposé de la société urbaine. Mais les recherches historiques montrent également très clairement que cet espoir n’est pas fondé. La violence occupait une place centrale dans les stratégies de contrôle social au sein des quartiers urbains d’autrefois6. Les jeunes des villes du Moyen Âge et de l’Ancien Régime jouaient un rôle primordial comme régulateurs informels, notamment dans le contexte des sanctions collectives matérialisées par les charivaris7. La perte d’autonomie et de vitalité de ces réseaux informels de sociabilité (en partie due à l’expansion du contrôle social formel) aurait déjà fortement affaibli ces stratégies d’autocontrôle dès le xviiie siècle. Suite à cette évolution, la nature de la violence urbaine aurait changé au cours des quatre derniers siècles8. Dans les villes modernes, ce sont surtout les vols avec violence et les viols qui devaient dominer la violence enregistrée et non plus, comme quelques siècles auparavant, les violences communicatives, ritualisées, liées au contrôle social informel.

  • 9 Cf. Catharina Lis, Hugo Soly, « Jeugd, criminaliteit en sociale netwerken : veertiende tot twintigs (...)
  • 10 Cf. pour des références l’article de Xavier De Weirt dans cet ouvrage.
  • 11 Pieter Spierenburg, « Jeugdgeweld in historisch perspectief », in Justitiële verkenningen, n° 26, 2 (...)

5À travers les discours alarmistes sur la violence en ville, les jeunes occupent une place spécifique. Dans le débat public actuel, jeunesse et violence sont souvent mentionnées ensemble. Cette association, qui semble aller de soi, constitue un phénomène relativement récent : même si la violence des jeunes est évidente de tous temps, ce n'est que récemment qu’elle a été « découverte » comme problème indépendant9. Des études criminologiques contemporaines, fondées sur des statistiques policières et judiciaires ainsi que sur des enquêtes de victimation, montrent souvent une proportion anormalement élevée et croissante de « jeunes » parmi les acteurs de violence, plus particulièrement des jeunes adultes ayant entre 16 et 25 ans10. Ce constat contraste avec les recherches sur la criminalité de l’Ancien Régime qui ne montrent aucunement une telle surreprésentation des jeunes11. D’où vient alors l’idée que les jeunes sont en grande partie responsables d’une hausse présumée de la violence ? La perception d’une nouvelle génération de jeunes plus violente que les précédentes constitue une variante à l’idée que la société se durcit.

6Le ton moralisateur des débats publics stigmatisant la violence juvénile en milieu urbain représente un obstacle à une véritable compréhension du phénomène. Au lieu de le disqualifier a priori comme un phénomène social significatif (« violence gratuite »), il convient justement de l’étudier comme tel. Le but de la recherche sur la violence est avant tout de reconstruire ses fonctions sociales et sa signification dans un contexte donné. Le ton nostalgique des débats indique par ailleurs fort bien la nécessité d’études empiriques sur le passé récent. Une meilleure compréhension de la violence doit passer non seulement par une recherche dénuée de jugement de valeur mais également par la recherche historique.

  • 12 Eisner, Das Ende der zivilisierten Stadt ?...

7Cette étude de cas se concentre sur la ville d’Anvers dans la première moitié du xxe siècle. À cette époque, la ville portuaire belge est en pleine expansion. Au sein de la mémoire collective locale, ces décennies d’avant le grand déclin urbain de la seconde moitié du xxe sont louées tant pour la vivacité des réseaux informels alors existants (« tout le monde connaissait tout le monde ») que pour le caractère harmonieux du vivre-ensemble qui y prévalait. Le but de cette contribution est de dépasser cette image idyllique en analysant les logiques et les fonctions sociales de la violence dans un contexte urbain moderne, cependant situé avant cette « fin de ville civilisée » supposée12. Elle se focalise plus spécifiquement sur la question de l’existence d’une « violence des jeunes » comme phénomène social unifié. Cette violence juvénile avait-elle des caractéristiques spécifiques la distinguant des violences spécifiques à d’autres cohortes d’âge ? Les jeunes, dans ce contexte, étaient-ils également surreprésentés au sein de la violence enregistrée ?

  • 13 Ces archives se trouvent dans les Archives Modernes (MA) des archives de la ville d’Anvers (AVA).

8La base empirique de cette étude est constituée d’un corpus de 1377 procès-verbaux concernant des violences physique contre les personnes, rédigés par la police communale d'Anvers. Ces procès-verbaux proviennent de trois sections territoriales de police (2, 5 et 7/bureau principal) et forment un échantillon établi sur six années (1912, 1917, 1928, 1938, 1944 et 1949)13. Les sections de police numéro 2 et 5 ont un profil social mixte, alors que la section numéro 7/bureau principal se distingue par un profil bourgeois prononcé. La grande majorité des procès-verbaux a été rédigée après qu’une plainte fut portée par la population (1082 plaintes). Une minorité des procès-verbaux (295 rapports) a été rédigée à l’initiative de la police communale.

1. La violence, une affaire de jeunes ?

  • 14 Les paragraphes suivants sont basés sur Antoon Vrints, « Het theater van de straat. Publiek geweld, (...)
  • 15 La violence publique enregistrée à Anvers au xxe siècle était comparable à celle relevée à Paris au (...)

9L'étude de cas sur la ville d'Anvers dans la première moitié du xxe siècle remet en cause le discours dominant relatif à la violence, habituellement attribué au contexte public, urbain et moderne14. Notamment, la relation supposée entre l'apparition de la violence (publique) et le déclin des réseaux sociaux informels ne correspond pas à la réalité historique et doit même être inversé dans une certaine mesure. La nature de la violence relevée dans les dossiers sélectionnés, indique paradoxalement tout le pouvoir et l'importance de ces réseaux. L'utilisation de la violence dans la rue, dans des entrées d’immeubles ou au café était précisément liée à la position qu'occupaient les acteurs dans les réseaux sociaux informels. Plus précisément, la violence était généralement utilisée dans l’espace public des quartiers populaires d'Anvers pour nuire à la réputation d’un rival ou pour défendre sa propre bonne renommée au sein de réseaux sociaux informels15. Par conséquent, la violence publique enregistrée contient un caractère rituel et expressif puissant. Elle avait en effet une fonction communicative. Le public, composé de réseaux sociaux informels, devait être convaincu de l’honorabilité des acteurs à travers des échanges de type théâtral. Dans cette optique il est logique que la plupart des conflits se fussent déroulés en rue, au café ou dans d’autres lieux publics (cours d’immeubles), les principaux nœuds territoriaux de la sociabilité informelle. Ceux qui ne respectaient pas les codes risquaient des interventions de la part du public, une atteinte à la réputation, voire l'isolement social. À huis clos, les violences intrafamiliales suivent une logique différente : les conflits entre membres d’une seule famille sont généralement réglés à l’abri du regard des autres pour éviter le scandale, une indication de plus de l’importance des réseaux sociaux informels.

  • 16 Blok, The enigma…, p. 27-29.

10L'hypothèse selon laquelle la violence dans la ville moderne serait moins expressive et plus instrumentale (via l'appropriation violente de biens d’autrui ou par des rapports sexuels forcés) en raison de l’anonymat supposé, n’est pas non plus confirmée par l’étude de cas anversoise. Le viol et le vol avec violence ne forment qu’une petite proportion des violences enregistrées. En outre, le contraste entre violence expressive et instrumentale est en soi très problématique16. Des violences considérées comme très ritualisées (par exemple celles liées à la défense de l’honneur) poursuivent également des finalités bien précises (en particulier la sauvegarde de la réputation).

  • 17 Pour ce débat, Xavier Rousseaux, « Crime, justice and society in medieval and early modern times. T (...)
  • 18 Cf. pour Anvers Margo De Koster, « Routines et contraintes de la polices urbaine à Anvers, 1890-191 (...)

11La violence à Anvers, a été principalement déployée dans le cadre de stratégies informelles de régulation des conflits. Le développement d'un appareil policier très quadrillé ne signifiait pas nécessairement la fin de la fonctionnalité sociale de telles stratégies. Le « monopole de la violence » par les autorités était donc moins absolu que généralement supposé dans le cas précis d’une ville d’Europe occidentale au xxe siècle17. Dans les quartiers populaires d'Anvers, il existait effectivement une sorte de cohabitation entre stratégies formelles et informelles de régulation des conflits. Malgré les stratégies disciplinaires orchestrées d'en haut, les réseaux sociaux informels conservaient une certaine autonomie de par leur propre pouvoir de régulation. La relation entre le contrôle social horizontal informel et le contrôle social vertical formel était en fait bien plus complexe que ce qu’une simple juxtaposition laisserait présumer. Au moyen de la plainte, les habitants des quartiers intégraient la police dans le champ du contrôle social informel18. Le rôle important de la violence dans le contexte de la régulation informelle des conflits illustre donc clairement que la violence n'est pas nécessairement un phénomène de crise dysfonctionnel.

12Dans le contexte des stratégies informelles de règlement des conflits, tous les groupes sociaux n’utilisaient pas la violence avec la même intensité, bien au contraire. À cet égard, il y avait, au début du xxe siècle à Anvers, un lien clair entre structure sociale et type d’action. Le déploiement de la violence dans le contexte de la résolution informelle des conflits était presque exclusivement l'affaire des groupes sociaux les plus pauvres : ouvriers et fractions inférieures des classes moyennes. Pour les groupes sociaux plus aisés, la violence (spécialement publique) ne constituait absolument pas une option. Cette distinction est due à l’existence de différents modèles de respectabilité. Selon le modèle « populaire », sous certaines conditions, l’utilisation de la violence était perçue comme bénéfique pour la réputation. Dans le modèle bourgeois, au contraire, elle était considérée comme dévastatrice pour la renommée. Pendant la première moitié du xxe siècle, il n’existait donc pas, à Anvers, de codes de comportement universellement partagés et compris. Dans la même ville coexistaient deux modèles de respectabilité socialement différenciés, chacun avec ses propres codes et normes de comportement. L'intelligibilité mutuelle de ces différents répertoires existait à peine.

  • 19 Sur l’importance de la réciprocité dans la vie de voisinage cf. Catharina Lis et Hugo Soly, « Neigh (...)

13La finalité des deux modèles était cependant similaire, à savoir que l'autoreprésentation devait être optimale pour pouvoir s’assurer une bonne réputation. Mais les codes à respecter étaient tout à fait différents. Dans le modèle populaire, la notion de transparence était centrale. La participation aux réseaux informels de sociabilité était essentielle pour qu’en cas d’urgence, il puisse être fait appel à l'aide sur base d’un principe de réciprocité19. La condition sine qua non pour s’assurer une telle participation était de pouvoir jouir d’une bonne réputation, ce qui, dans le cas des groupes sociaux les moins riches, ne pouvait être acquis que dans l’espace public. La volonté de défendre publiquement son propre nom était valorisée. Plus particulièrement pour les hommes, la force physique et le courage étaient considérés comme des qualités. Au sein du modèle bourgeois par contre, l'intimité représentait la plus haute valeur. Il n’était pas question de relations de voisinage actives dans ces quartiers. La respectabilité bourgeoise impliquait de prendre de la distance avec la sociabilité informelle du quartier et les codes (considérés « vulgaires ») qui le régulaient.

  • 20 Antoon Vrints, « All Honourable Men ? Violence and Manliness in Twentieth-Century Antwerp », in Sex (...)

14La violence enregistrée à Anvers pendant la première moitié du xxe siècle comportait donc un profil social très prononcé qui reflétait l’existence de modèles de comportement très divergents. Suite à la valorisation positive du courage lié à l’honneur viril, elle avait également un profil de genre clair : la violence physique était dans la ville, comme dans bien d’autres contextes, essentiellement une affaire d’hommes20. Est-ce que par ailleurs la violence enregistrée se caractérisait par un profil d’âge spécifique ? Existait-il des groupes d’âge (tels que « les jeunes »), plus souvent impliqués dans des conflits violents que d’autres ? Même s’il faut toujours garder à l’esprit qu’il s’agit dans ce cas de violence enregistrée, ce qui n’équivaut donc pas à un reflet pur et simple de la réalité sociale, on dispose de quelques indicateurs permettant une analyse selon l’âge. Pour commencer, nous connaissons l’âge de 1081 accusés d’agressions physiques, c’est-à-dire les personnes qui font l’objet d’une plainte pour violence de la part d’autres citoyens.

Figure 1 : Répartition relative (%) des accusés selon leur âge et la catégorie relationnelle.

Figure 1 : Répartition relative (%) des accusés selon leur âge et la catégorie relationnelle.

Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés

15Le profil par âge de ces accusés ne correspond toutefois pas à l'image d'une représentation disproportionnée des jeunes dans la violence. Sur base de ces chiffres, l'agression physique semble une affaire de personnes dans la pleine force de l’âge, bien plus qu’une pratique d’adolescents. Pour être plus explicite, une majorité de plaintes pour violence visaient des adultes et non des jeunes. La cohorte d'âge la plus large parmi les accusés est composée de trentenaires. Comment peut-on dès lors expliquer la proportion apparemment faible d'adolescents parmi les accusés ?

Figure 2 : Répartition relative ( %) des plaignants selon leur âge

Figure 2 : Répartition relative ( %) des plaignants selon leur âge

Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés

16Les réactions divergentes des cohortes d’âge pourraient sans aucun doute jouer un rôle significatif vu qu’il s’agit ici des plaintes. Le choix de porter plainte ou non, influence évidemment les chiffres. La proportion d'adolescents parmi les plaignants est en effet relativement faible. En supposant que les jeunes se battaient principalement entre eux, il est légitime de penser que la propension limitée à porter plainte des moins de vingt ans, avait un impact évident sur le nombre des accusés de moins de vingt ans enregistrés. Le manque d'enthousiasme à porter plainte contre leurs pairs était probablement lié à des facteurs spécifiques de respectabilité chez les jeunes. Mais les chiffres montrent également que peu d'adultes ont ressenti le besoin de porter plainte contre des adolescents de moins de vingt ans, ce qui suggère une certaine tolérance envers la violence des jeunes, au moins dans la mesure où cette violence concernait leur propre groupe d'âge. Sur base du profil d’âge des plaignants et des accusés, il nous est toutefois permis de conclure que peu d’adultes se sentaient victimes des jeunes violents. Apparemment, « la violence des jeunes » n’était pas considérée par la population des quartiers anversois comme un problème spécifique. Il n’existait pas de panique morale à ce sujet. La constatation que le profil d'âge des acteurs violents était moins élevé dans les rapports, c’est-à-dire les procès-verbaux initiés en principe par la police, renforce encore l’impression que vue d’en bas, la violence des jeunes ne constituait pas une grande préoccupation. Par rapport aux habitants des quartiers, la police problématisait apparemment un peu plus intensivement (mais cependant pas massivement) la violence des jeunes.

Figure 3 : Répartition relative ( %) par âge des auteurs de violence physique enregistrés dans les rapports de police

Figure 3 : Répartition relative ( %) par âge des auteurs de violence physique enregistrés dans les rapports de police

Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés

17Le profil d'âge des accusés ne varie que très faiblement selon les catégories relationnelles des parties impliquées. À l'exception des conflits violents entre (ex-) amants (qui pour des raisons évidentes concernent majoritairement les vingt à vingt-neuf ans), les trentenaires représentent la cohorte d’âge la plus importante pour toutes les catégories relationnelles. Les différences ne sont certainement pas spectaculaires. Même si la catégorie « rencontres » (qui implique donc des gens qui se rencontraient surtout dans l’espace publique comme amis ou inconnus) est un peu plus jeune que celle des violences familiales, il n’existe pas de vrai clivage entre une violence « jeune » dans la sphère publique et une violence adulte dans l’espace privé. Le profil d'âge des accusés selon le genre montre des différences plus prononcées. Les accusés masculins sont plus jeunes que les accusés féminins, ce qui peut-être lié à l’importance du courage physique pour l’honneur des jeunes hommes.

Figure 4 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusées ayant fait l’objet de plaintes

Figure 4 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusées ayant fait l’objet de plaintes

Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés

Figure 5 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusés ayant fait l’objet de plaintes

Figure 5 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusés ayant fait l’objet de plaintes

Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés

  • 21 « Gij moest verlegen zijn een klein kind zo te slagen », AVA, MA 29829, procès-verbal section de po (...)
  • 22 « Ik zegde tot hem ‘is dat uw broertje’. Hij zegde van neen en ik antwoordde ‘dan moogt gij er zo n (...)
  • 23 « Ik geef hun wel eens een klets doch ik meen dit als vader te mogen », AVA, MA 30014, procès-verba (...)

18L’absence d’une panique morale autour de la « violence des jeunes » dans l’espace public (qui provoque tant d’émotion aujourd’hui) au sein des quartiers populaires anversois s’explique par la place et la fonctionnalité de celle-ci dans les stratégies informelles de régulation. Dans le contexte de la régulation informelle, les jeunes devaient observer les mêmes codes et règles que les adultes. Dans le duel populaire par exemple, ils devaient respecter comme tous les autres le principe de l’égalité des parties combattantes, au risque sinon de subir l’intervention du public et donc une mauvaise réputation. Ce principe protégeait en quelque sorte les plus jeunes (comme d’ailleurs aussi les vieillards) contre des confrontations inéquitables avec des personnes (généralement des hommes) plus âgées. Dû à leur force physique inférieure, les jeunes enfants n’étaient pas considérés comme des adversaires potentiels. Un colporteur, Franciscus C., faisait dans ce contexte un appel très clair à la réputation d’un monteur, Walter van R., en hurlant en pleine rue « tu devrais être honteux de battre un petit enfant aussi fort »21. Cette intolérance vis-à-vis des violences entre enfants et adultes est forte mais cependant nullement absolue : le contexte familial constituait même la grande exception à cette règle. Les parents (ou les grands-parents, frères et sœurs, oncles et tantes) avaient un droit de châtiment vis-à-vis de leurs enfants. L’intervention d’un monteur en faveur d’un enfant battu en rue par un homme de dix-huit ans témoigne de l’existence de ce droit comme exception à la règle générale. Le monteur défendait son action à la police par l’argumentation suivante : « Je lui disais “Est-ce que c’est ton petit frère ?”. Il a dit non et je lui ai répondu “dans ce cas tu ne peux pas le battre ainsi, tu devrais être honteux de battre un petit enfant aussi fort” »22. La déclaration d’un instituteur sur des coups donnés à ses enfants allait dans le même sens : « Je leur donne de temps en temps une gifle, mais je crois pouvoir faire cela comme un père »23. Ce droit de discipliner violemment n’était lui non plus pas absolu. La correction devait être « raisonnable » et ne pouvait en aucun cas créer du « scandale » dans la maison. Si ces deux conditions n’étaient pas respectées, les voisins se voyaient en droit d’intervenir pour éviter des excès.

2. Les violences collectives des jeunes

19Dans la praxis violente de règlement informel des conflits entre individus exercée au sein des quartiers populaires d'Anvers (comme par exemple le duel populaire), les jeunes n’occupaient donc pas de position particulière. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il n’existait pas d'autres formes de violence liées effectivement à un profil d’âge spécifique. Certaines indications prouvent que dans les quartiers populaires d'Anvers les jeunes ont joué un rôle de premier plan dans deux types de violence collective : les rixes territoriales entre garçons de différents quartiers et les sanctions collectives.

  • 24 Par exemple Pierre Dirix, Een sinjoor vertelt uit zijn verleden 1890-1900, Anvers, 1956, p. 134-135 (...)

20Les folkloristes anversois accordaient une attention soutenue aux combats entre groupes de garçons provenant de différents quartiers populaires comme le Faboert, le Vuilrui, le Seefhoek, la Kwetterwei, Sint-Andries, le Schipperskwartier et le Kiel24. Ils font également référence à la franche hostilité régnant entre garçons de différentes rues ou entre écoles de différents réseaux d’un même quartier. Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la tradition de violents affrontements entre des groupes de garçons de différentes rues et quartiers aurait été préservée. Les publications folkloristes donnent donc l'image d'affrontements très ritualisés avec une dimension territoriale marquée. Des franchissements de frontière délibérément provocateurs étaient le plus souvent à la base de ce type de conflit : un groupe de garçons originaire d'un certain quartier pénètre dans un quartier « étranger » avec l'intention de causer une querelle. Les foires ou encore les soirées de danse étaient privilégiées pour entreprendre de telles transgressions. Les participants affirmaient leur hostilité ouverte par des slogans provocants ainsi que par des chansons louant la supériorité de leur propre quartier. Les garçons du quartier ciblé percevaient un tel raid comme une violation délibérée de ce qu'ils considéraient comme leur propre « territoire », bref comme une attaque ciblant leur honneur collectif. En réaction, ils se sentaient obligés de s'opposer aux intrus. Il en résultait des luttes parfois très violentes entre deux groupes antagonistes, avec comme armes des bâtons et des pierres. Selon les récits folkloristes, la défense du quartier par ces garçons lors d’un raid ennemi entraînait le consentement tacite et même ouvert de tout le quartier. Il existait un degré élevé de tolérance vis-à-vis de telles actions de la part de la jeunesse, perçues comme autant de formes de légitime défense. La description de rixes liées à des soirées de danse dans le quartier du Dam semble indiquer une attitude du voisinage dépassant parfois la simple passivité :

  • 25 « De mannen van den ‘Duivelsch-hoek’ uit Merxem, die van Eeckeren en van ‘’t Faboert’ kwamen er een (...)

Les hommes du Duivelsch-hoek de Merxem, ceux d’Eeckeren et du « Faboert » se rapprochaient des filles du Dam et des environs, ce qui entraînait parfois des conflits. (...) La musique se tut tout à coup, des cris, des sifflets se firent entendre et tout d’un coup, la passerelle était pleine de jeunes hommes et femmes s’insultant. (...) Un peu plus de cris et puis le son aigu d'un sifflet. Le groupe grondant et combattant se désintégrait et la lutte continuait ensuite entre quelques gardiens et un jeune homme têtu, qui ne voulait pas aller au bureau de police. Si la personne arrêtée était originaire de Merxem ou d’Eeckeren, le Dam entier criait, petits et grands, jeunes et vieux. « Ces moches commencent toujours contre nos gars », disait une vieille femme, « qu’ils restent dans leur propre baraque et laissent nos filles tranquilles ! En bas ! »25.

  • 26 « voor een omsingelend offensief tegen jongens van een ander, dus vijandig kantje », Oscar De Smet, (...)

21Dans d’autres cas décrits, les rixes ne concernaient pas les filles d’un autre quartier, mais plus spécifiquement la démarcation d’une frontière précise entre deux sphères d'influence entre quartiers. Dans les souvenirs qu’il a publiés sur sa jeunesse à Sint-Andries, l’historien Oscar de Smedt remarquait qu’une « zone frontalière contestée » pouvait constituer le point de départ d’« une offensive contre les garçons d’un autre quartier, donc jugés hostiles »26.

  • 27 Cf. les articles classiques d’Andrew Davies, « Street gangs, crime and policing in Glasgow during t (...)
  • 28 Frédéric Chauvaud, Les passions villageoises au xixe siècle. Les émotions rurales dans les pays de (...)

22L'image décrite dans diverses publications d'histoire locale est compatible avec le modèle connu (analysé notamment dans des études historiques et sociologiques sur les villes du xixe et de la première moitié du xxe siècle) de gangs organisés territorialement jouant un rôle central dans la socialisation et l'identification des jeunes hommes de la classe ouvrière urbaine27. La participation à un tel groupe ne signifiait pas seulement un sentiment puissant d'appartenance, mais tout autant un sentiment haineux envers des groupes rivaux d'autres quartiers. Des affrontements violents entre jeunes gens de quartiers différents résultaient de la volonté de défendre la réputation et la cohésion du groupe. L'analyse des confrontations collectives met en évidence le rôle crucial que joue la violence dans la sociabilité et l’honneur viril des jeunes hommes. Ils forment en quelque sorte l’équivalent urbain des rixes inter villageoises dans les campagnes du xixe siècle28.

23Curieusement, les archives de la police d'Anvers observent un silence presque total à cet égard, exception faite de quelques références implicites. Il est très rare que des rixes territoriales soient traduites dans les archives policières. C’est peut-être justement parce qu’il y était question d’un malentendu jugé illégitime, que l'incident suivant est venu à la connaissance de la police :

  • 29 « Op 30 april rond 22 : 30 verlieten vijf jongens onder de 16 jaar de Majestic in de Carnotstraat. (...)

Le 30 avril autour de 22h30, cinq garçons de moins de 16 ans quittaient le « Majestic » situé dans la Carnotstraat. Dans cette rue et jusque dans la Victorieplaats, ils furent attaqués par une dizaine de garçons de leur âge qui pensaient qu'ils étaient domiciliés sur le côté du Vischmarktje. Avant qu’ils ne se soient rendus compte que les cinq garçons en question vivaient dans la Kruishofstraat, ceux-ci avaient déjà reçu des coups, à la suite desquels ils se sont enfuis29.

24La police de la cinquième section remarquait en marge d'un rapport sur une arrestation pour coups et blessures :

  • 30 « Wij menen te mogen doen opmerken aan den heer Procureur des Konings dat in den laatsten tijd dikw (...)

Nous pensons que nous devons signaler à M. le Procureur du Roi que ces dernier temps, surtout la nuit du samedi au dimanche, des affrontements se produisent, habituellement à l’initiative de gars de Borgerhout qui infestent les rues de notre quartiers. Ils ne déguerpissent que lorsque la police se présente30.

  • 31 « B. en zijn broeders komen enkel naar de vijfde wijk om te vechten. Zij zijn daarvoor bekend », AV (...)
  • 32 AVA, MA 31561, procès-verbal section de police 5, n° 891, 21-4-1912.

25Une note de la police de la même section va dans le même sens : « B. et ses frères ne viennent dans la cinquième section que pour se battre. Ils sont connus pour cela »31. À une seule reprise, une bagarre à la kermesse à été traduite dans les sources de police, et ce probablement parce qu’il y était question de blessures graves et d'une incapacité de travail32. Victor B., un aide-menuisier de 13 ans, était allé avec un certain nombre de pairs de la cinquième section à la Carnot-kermesse au Laar à Borgerhout, où ils ont été défiés en combat par un groupe de jeunes originaires de Borgerhout. Victor B. y reçut plusieurs coups de couteau à la jambe.

  • 33 Gita Deneckere, « Kinderen van de straat. Het “bandeloze” kind als abnormaliteit in het negentiende (...)
  • 34 Jenneke Christiaen, De geboorte van de jeugddelinquent (België, 1830-1930), (Criminologische studie (...)

26Il existe deux possibilités pour expliquer l'écart entre l'image diffusée par les œuvres folkloriques et le silence relatif des archives. D’une part, il n'est pas impossible que les folkloristes aient gonflé la réalité pour des raisons idéologiques. Il est probable que ces auteurs nostalgiques de la vie du quartier d’antan aient préféré minimiser les confits internes et souligner les conflits liés au monde « extérieur ». D’autre part, il est probable que les archives policières ne reflètent que très partiellement l’étendue réelle des violences collectives. Gita Deneckere a par exemple constaté que, sur base de la presse locale gantoise du xixe siècle, de telles violences juvéniles étaient diffusées, mais que ces pratiques ne produisaient que peu de traces dans les archives judiciaires et policières33. Au vu du nombre limité de plaintes, il semblerait qu’il y ait eu au sein de la population, un degré élevé de tolérance vis-à-vis de ces rixes entre groupes de garçons, lesquelles n’étaient pas considérées comme problématiques. Pour les garçons eux-mêmes, déposer plainte à la police mettait en cause leur honneur viril et pouvait les exposer à des accusations de lâcheté. Dans ce contexte, il est également significatif que les recherches approfondies menées sur la délinquance juvénile à Anvers au cours du xixe siècle par Jenneke Christiaens, aient conclu à l'absence de preuves directes sur l'existence d’une criminalité collective spécifiquement juvénile34.

  • 35 Roberta Sénéchal De la Roche, « Why Is Collective Violence Collective ? », in Sociological Theory, (...)
  • 36 Pour une analyse plus élaborée des sanctions collectives à Anvers au xxe siècle cf. Antoon Vrints, (...)

27L’existence même de sanctions collectives informelles dans une ville d'Europe occidentale au xxe siècle peut évidemment surprendre. Des actions telles que les charivaris sont habituellement associées aux petites communautés rurales35. Suite à l’expansion des modèles de comportement bourgeois et au renforcement du contrôle social formel, les sanctions collectives seraient déjà sur le déclin dans les centres urbains d’Ancien Régime. L’échantillon anversois contient néanmoins 18 exemples de sanctions collectives informelles (sans tenir comptes des actions contre les collaborateurs à la Libération)36. L’existence de telles sanctions au sein des quartiers populaires d’Anvers dans la première moitié du xxe siècle met en évidence le caractère problématique de l’hypothèse selon laquelle contrôle social informel et exigences de la vie urbaine contemporaine sont incompatibles. Ces mesures étaient utilisées par des réseaux de voisinage pour sanctionner de manière informelle les transgressions au code de vie du quartier. Dans le contexte des conflits sociaux et politiques, les sanctions informelles étaient également d’actualité. Le message de sanction était exprimé par le répertoire du charivari. Au sein des villes d’Ancien Régime et des villages du xixe siècle, les jeunes jouaient un rôle crucial de gardiens de l’ordre moral, matérialisé dans ce type d’actions collectives. Suite à des contraintes empiriques, notre connaissance de l’identité des acteurs de ces sanctions collectives exercées à Anvers dans la première moitié du xxe siècle est limitée. Dans bon nombre de cas, le procès-verbal de police ne contient que la description très partielle des auteurs des sanctions collectives. Il est donc difficile voire impossible de formuler des conclusions générales sur l’âge des exécuteurs des sanctions collectives. Néanmoins, il paraît évident dans un certain nombre de cas de sanctions collectives, que les jeunes jouent leur rôle « classique » de régulateurs informels.

  • 37 AVA, MA31560, procès-verbal section de police 5, n° 634, 11-3-1912.

28Dans le contexte des relations de voisinage, les cas repérés de sanctions collectives commises par des « jeunes » concernent la sexualité, donc le champ de contrôle social supposé « classique » du charivari. Est-ce-que ce constat indique que les jeunes anversois, comme leurs pendants ruraux d’antan, jouaient un rôle important et spécifique dans le contrôle informel des mœurs sexuelles ? Vu le nombre limité de cas, une certaine précaution s’impose dans l’analyse. Il est néanmoins clair que, contrairement aux idées reçues sur les villes contemporaines, la morale sexuelle n’était, au sein des quartiers populaires anversois, aucunement soustraite au contrôle social informel et que des jeunes, au moyen d’actions collectives, jouaient un rôle actif dans cette régulation. Il existe différents types de violation des normes sexuelles pouvant donner lieu à une sanction collective de la part des jeunes. Un cas a été relevé d'un homme âgé ayant été sanctionné collectivement pour avoir tenté un rapprochement réel ou supposé envers une femme considérée trop jeune37. L'incident s'est produit dans le Seefhoek, un quartier ouvrier, en mars 1912. Charles F., un homme à la retraite, avait offert dans une auberge deux verres de genièvre à Bertha M., une ouvrière d’usine de quinze ans qu’il connaissait de son quartier. La jeune fille était tombée malade de la boisson et Charles F. avait décidé de la ramener à la maison parce qu’elle ne savait plus marcher seule. Un groupe de dockers et des ouvriers d’usine entre 18 et 21 ans, avaient observé avec indignation la conduite de Charles vis-à-vis de Bertha. Le groupe soupçonnait le vieux d'avoir « travaillé » la jeune fille délibérément. Les jeunes décidèrent donc de suivre les protagonistes dans la rue. Dans la Zavelstraat ils se mirent à battre Charles, le forçant à laisser partir la jeune fille. Dans une tentative maladroite de se défendre, Charles blessa l'un de ces jeunes hommes avec sa canne. Les assaillants prirent donc la canne et Charles se mit à courir. Sous une pluie de cris (« rattrapez-le ! ») il trouva refuge dans une auberge située au rez-de-chaussée de sa maison. L’aubergiste, Louisa van den W ferma alors la porte, à la consternation du groupe de plus en plus peuplé de jeunes assaillants. Ils criaient devant l’auberge : « Laisse ce vieux salaud sortir, nous allons lui donner une fessée ». Mais la bonne réputation dont Charles jouissait dans le quartier, le protégeait de l’exécution de cette punition informelle.

  • 38 AVA, MA31787, procès-verbal section de police 5, n° 1016, 31-3-1944.

29Dans un autre cas, l’action collective concernait la défense de filles locales par les garçons du quartier contre les rivaux amoureux venant d’autres quartiers38. Un homme de vingt-deux ans, originaire de Merxem, un quartier limitrophe, vint se plaindre d’auteurs inconnus à la police de la cinquième section pour avoir été la cible de cette action. Il sortait lors de la kermesse du Seefhoek avec une fille qu'il venait de rencontrer. Apparemment, ce n'était pas du goût des adolescents de sexe masculin du quartier, puisque le couple fut attaqué par une dizaine de garçons de 18 à 20 ans. Ils forcèrent la jeune fille à s'éloigner et cassèrent deux dents au jeune homme de Merxem.

30Dans la première moitié du xxe siècle, les sanctions collectives exercées à Anvers ont été non seulement utilisées dans le contexte de l'autorégulation au sein de réseaux informels de voisinage, mais également dans le contexte de conflits sociaux et politiques.

  • 39 Charles Tilly, « Charivaris, repertoires and urban politics », in John M. Merriman (ed.), French ci (...)
  • 40 AVA, MA24631, procès-verbal section de police 2, n° 3076, 19-5-1912.
  • 41 Thomas Lindenberger, Strassenpolitik. Zur Sozialgeschichte der öffentlicher Ordnung in Berlin, 1900 (...)

31À la lumière du débat sur le processus de transformation de l'action collective, ce constat est très pertinent. Le charivari politique, défini par le sociologue américain Charles Tilly comme une forme de transition entre « anciens » et « nouveaux » répertoires d’action collective des années 1830-1850, était encore bel et bien d’actualité à Anvers au xxe siècle39. En période de tensions politiques et sociales (comme à l’occasion d’élections ou de grèves) des adversaires étaient ciblés par de telles actions. Dans un bon nombre de cas, les rapports de police mentionnent très explicitement le rôle des « jeunes » dans les charivaris politiques. C’était par exemple le cas à l’occasion des élections parlementaires très tendues de 191240. Les tensions entre cléricaux et anticléricaux menaient à des charivaris politiques dans les rues anversoises. Des affrontements entre de grands groupes de militants étaient à l’ordre du jour et des bâtiments symboliques des deux camps ont été visés par des actions collectives. La qualification des acteurs comme « jeunes » était, selon quelques historiens, une stratégie de la part de police visant à minimiser la nature des événements41. Tenant compte du soin avec lequel la police urbaine faisait rapport du moindre danger pour l’ordre public, une telle stratégie de disqualification paraît peu probable. La police considérait par contre l’action collective des jeunes comme un véritable défi à l’ordre public et elle la prenait donc très au sérieux. Plutôt qu’une construction policière, la présence des jeunes dans les combats politiques et sociaux était très réelle. Dans l’articulation des exigences, les jeunes avaient un rôle particulier à jouer vu leur participation importante aux charivaris politiques.

3. Un faux problème ?

32L’étude de cas anversoise montre clairement le caractère récent de la perception des violences juvéniles comme résultat d’une crise de la société urbaine. En aucun cas, la violence enregistrée par la police anversoise pendant la première moitié du xxe siècle n’indique un stade avancé de désintégration sociale. La logique de celle-ci est au contraire une indication de l’importance de la sociabilité informelle et de la vivacité des réseaux sociaux informels, en particulier pour les groupes sociaux inférieurs. La violence était une stratégie parmi d’autres de régulation informelle de conflits. L’enjeu des conflits violents dans l’espace publique était la réputation et la place des parties impliquées au sein de la sociabilité informelle. D’autres conflits se déroulaient délibérément dans l’intimité pour éviter le scandale, le regard des autres.

  • 42 Margo DE Koster, « Ongepast gedrag van jonge vrouwen en (generatie)conflicten. Ouderlijke klachten (...)

33Dans ce contexte, la violence des jeunes plus spécifiquement ne préoccupait guère les esprits dans les quartiers populaires anversois. La violence des jeunes ne provoquait pas de panique morale parmi les habitants de ces quartiers. Le nombre des plaintes pour violence vis-à-vis des jeunes est assez bas. Les jeunes étaient surveillés, mais pour bien d’autres raisons, entre autres les mœurs sexuelles pour ce qui concerne les filles42. Comparé à l’intensité des débats actuels, la violence des jeunes était un faux problème. Les jeunes participaient pleinement aux stratégies informelles de régulation, parfois violemment (même si les codes de la rue protégeaient les plus jeunes contre des agresseurs plus forts). Leur implication spécifique dans le contexte des sanctions collectives informelles et des rixes entre quartiers semble indiquer qu’ils jouaient comme leurs prédécesseurs d’Ancien Régime un rôle important dans le contrôle social informel et l’articulation d’identité des quartiers.

Notes

1 Cf. entre autres, Hans Boutellier, Solidariteit en slachtofferschap. De morele betekenis van criminaliteit in een postmoderne cultuur, Nijmegen, 1993, p. 59-60 ; Eva Österberg, « Criminality, social control, and the early modern state. “Evidence and interpretations in Scandinavian historiography” », in Éric Johnson, Éric Monkkonen (ed.), Civilisation of crime. Violence in town & country since the Middle Ages, Urbana et Chicago, 1996, p. 35-62.

2 Anton Blok, « The enigma of senseless violence », in Göran Aijmer, Jos Abbink (ed.), Meanings of violence. A cross cultural perspective, Oxford et New York, 2000, p. 23-38.

3 Cf. par exemple l’étude comparative de Denis Szabo, Crimes et villes. Etude statistique de la Criminalité urbaine et rurale en France et en Belgique, Paris, 1960.

4 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne : Sensibilités, moeurs et comportements collectifs sous l’Ancien Régime, Paris, 1989 ; Xavier Rousseaux, Bernard Dauven, Aude Musin, « Civilisation des moeurs et/ou disciplinarisation sociale ? Les sociétés urbaines face à la violence en Euorope », in Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg (ed.), Histoire de l’homicide en Europe. De la fin du Moyen Âge à nos jours, La Découverte, Paris, 2009, p. 275 ; Maarten Van Dijck, « De stad als onafhankelijke variabele en centrum van moderniteit. Langetermijntrends in stedelijke en rurale criminaliteitspatronen in de Nederlanden (1300-1800) », in Stadsgeschiedenis, n° 1, 2006, p. 7-26.

5 Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, 1981, p. 374-375 ; Manuel Eisner, Das Ende der zivilisierten Stadt ? Die Auswirkungen von Modernisierung und urbaner Krise auf Gewaltdelinquenz, Frankfort et New York, 1997, p. 270-272 ; Johnson, Monkkonen (ed.) The civilization of crime,...

6 Cf. entre autres Ulrich Bielefeld, « Gewalt, Nachtbarschaft und Staat », in Mittelweg 36, n° 5, 2004, p. 5-22 ; Joanna Bourke, Working-class cultures in Britain 1890-1960, Gender, class and ethnicity, Londres et New York, 1994, p. 137 ; Eva Brücker, « “Und ich bin heil da 'rausgekommen”. Gewalt und Sexualität in einer Berliner Arbeiternachbarschaft zwischen 1916/1917 und 1958 », in Thomas Lindenberger, Alf Lüdtke, (ed.), Physische Gewalt. Studien der Geschichte der Neuzeit, Frankfort, 1995, p. 337-365 ; Martin Dinges, Der Maurermeister und der Finanzrichter. Ehre, Geld und soziale Kontrolle im Paris des 18. Jahrhunderts, Göttingen, 1994.

7 Cf. l’article classique de Nathalie Zemon Davis, « The Reasons of Misrule : Youth Groups and Charivaris in Sixteenth-Century France », in Past and Present, n° 50, 1971, p. 41-75.

8 Pieter Spierenburg, « Long-term trends in homicide. Theoretical reflections and Dutch evidence, fifteenth to twentieth centuries », in Johnson, Monkkonen (ed.), The civilisation of crime…, p. 70-71 et 93.

9 Cf. Catharina Lis, Hugo Soly, « Jeugd, criminaliteit en sociale netwerken : veertiende tot twintigste eeuw » in Catharina Lis et Hugo Soly (ed.), Tussen dader en slachtoffer. Jongeren en criminaliteit in historisch perspectief, Brussel, 2001, p. 11-47.

10 Cf. pour des références l’article de Xavier De Weirt dans cet ouvrage.

11 Pieter Spierenburg, « Jeugdgeweld in historisch perspectief », in Justitiële verkenningen, n° 26, 2000, p. 11.

12 Eisner, Das Ende der zivilisierten Stadt ?...

13 Ces archives se trouvent dans les Archives Modernes (MA) des archives de la ville d’Anvers (AVA).

14 Les paragraphes suivants sont basés sur Antoon Vrints, « Het theater van de straat. Publiek geweld, respectabiliteit en sociabiliteit in Antwerpen (ca. 1910-1950) », in Belgisch Tijdschrift voor Nieuwste Geschiedenis-Revue Belge d’Histoire Contemporaine, n° 36, 2006, p. 512-520.

15 La violence publique enregistrée à Anvers au xxe siècle était comparable à celle relevée à Paris au xviiie siècle. Cf. David Garrioch, Neighbourhood and community in Paris, 1740-1790, Cambridge, 1986.

16 Blok, The enigma…, p. 27-29.

17 Pour ce débat, Xavier Rousseaux, « Crime, justice and society in medieval and early modern times. Thirty years of crime and criminal justice history », in Crime, History & Societies, n° 1, 1997, p. 87-118 ; Vincent Sleebe, « Community and social control : an enquiry into the Dutch experience », in Clive Emsley, Éric Johnson et Pieter Spierenburg (ed.), Social control in Europe volume 2, 1800-2000, Columbus, 2004, p. 168-169.

18 Cf. pour Anvers Margo De Koster, « Routines et contraintes de la polices urbaine à Anvers, 1890-1914 », in Jean Marc Berlière et al. (ed.), Métiers de police. Etre policier en Europe, xviiie-xxe siècle, Rennes, 2008, p. 6-12 ; Stéphanie Van Houtven, Een studie naar de buurt en haar conflictregulerende werking. De Antwerpse Seefhoek anno 1978, mémoire de license inédit, VUB, 2005.

19 Sur l’importance de la réciprocité dans la vie de voisinage cf. Catharina Lis et Hugo Soly, « Neighbourhood social change in West-European cities. Sixteenth to nineteenth centuries », in International Review of Social History, n° 38, 1993, p. 1-30.

20 Antoon Vrints, « All Honourable Men ? Violence and Manliness in Twentieth-Century Antwerp », in Sextant, n° 29, 2009, p. 89-101.

21 « Gij moest verlegen zijn een klein kind zo te slagen », AVA, MA 29829, procès-verbal section de police 7, n° 912, 29-3-1938.

22 « Ik zegde tot hem ‘is dat uw broertje’. Hij zegde van neen en ik antwoordde ‘dan moogt gij er zo niet aan slagen, gij moest verlegen zijn een klein kind zo te slagen’ », AVA, MA 29829, procès-verbal section de police 7, n° 912, 29-3-1938.

23 « Ik geef hun wel eens een klets doch ik meen dit als vader te mogen », AVA, MA 30014, procès-verbal section de police 7, n° 372, 20 janvier 1949.

24 Par exemple Pierre Dirix, Een sinjoor vertelt uit zijn verleden 1890-1900, Anvers, 1956, p. 134-135 ; John Wilms, Uit de parochie van miserie, Anvers, 1944, p. 33-34.

25 « De mannen van den ‘Duivelsch-hoek’ uit Merxem, die van Eeckeren en van ‘’t Faboert’ kwamen er een flikker slaan met de nette meisjes van den Dam en omstreken en zoo ontstond er wel eens ruzie. (...) De muziek viel plots stil, er werd geroepen, gefloten en in een wip stond de gang vol scheldende jonge kerels en vrouwen. (...) Nog wat geroep en dan een scherp geluid van een fluitje. De kijvende en vechtende groep ging uit elkaar en de strijd ging voort tusschen een paar dienders en een moedwilligen jongen kerel, die niet meewilde naar het politiekantoor. Als de opgeleide er een was van Merxem of Eeckeren, huilde heel de Dam, groot en klein, oud en jong. ‘Die leelijkaards beginnen altijd tegen ons jongens’, zei een oud vrouwtje, ‘dat z’in hun eigen kot blijven en ons meisjes gerust laten. Awoet ! ». F. Van Hoof, « De Dam of de parochie van Sint-Job », in Weerspiegeld Antwerpen. Hoe ‘t vroeger was : onze schrijvers over hun stad, Anvers, 1929, p. 85.

26 « voor een omsingelend offensief tegen jongens van een ander, dus vijandig kantje », Oscar De Smet, « Het Scheldeken », in Weerspiegeld Antwerpen. Hoe ‘t vroeger was : onze schrijvers over hun stad, Anvers, 1929, p. 245.

27 Cf. les articles classiques d’Andrew Davies, « Street gangs, crime and policing in Glasgow during the 1930s : the case of the Beehive Boys », in Social History, n° 23, 1998, p. 251-267 ; Andrew Davies, « Youth gangs, masculinity and violence in late Victorian Manchester and Salford », in Journal of Social History, n° 32, 1998, p. 649-679.

28 Frédéric Chauvaud, Les passions villageoises au xixe siècle. Les émotions rurales dans les pays de Beauce, du Hurepoix et du Mantois, Paris, 1995, p. 26-27 ; François Ploux, « Rixes intervillageoises en Quercy (1815-1850) », in Ethnologie française, n° 21, 1991, p. 269-275.

29 « Op 30 april rond 22 : 30 verlieten vijf jongens onder de 16 jaar de Majestic in de Carnotstraat. In deze straat en op de Victorieplaats werden zij aangevallen door een tiental jongens van hunnen ouderdom die dachten dat zij woonachtig waren aan den kant van het Vischmarktje. Voordat bleek dat de vijf jongens woonachtig waren in de Kruishofstraat hadden zij reeds slagen ontvangen, waarna zij de vlucht genomen hebben », AVA, MA 32243-B, dagorder politie, 5-5-1944.

30 « Wij menen te mogen doen opmerken aan den heer Procureur des Konings dat in den laatsten tijd dikwijls ’s nachts en bijzonder van zaterdag op zondag schermutselingen plaats hebben, doorgaans van kerels van Borgerhout in de straten onzer wijk, die zij onveilig maken. Zij nemen slechts de vlucht wanneer de politie opdaagt », AVA, MA 31526, procès-verbal section de police 5, n° 2132, 1-9-1912.

31 « B. en zijn broeders komen enkel naar de vijfde wijk om te vechten. Zij zijn daarvoor bekend », AVA, MA 31586, procès-verbal section de police 5, n° 1642, 29-11-1918.

32 AVA, MA 31561, procès-verbal section de police 5, n° 891, 21-4-1912.

33 Gita Deneckere, « Kinderen van de straat. Het “bandeloze” kind als abnormaliteit in het negentiende-eeuwse Gent », in Lis, Soly (ed.), Tussen dader en slachtoffer…, p. 320-321.

34 Jenneke Christiaen, De geboorte van de jeugddelinquent (België, 1830-1930), (Criminologische studies 1), Bruxelles, 1999, p. 105.

35 Roberta Sénéchal De la Roche, « Why Is Collective Violence Collective ? », in Sociological Theory, n° 19(2001), p. 139-140 ; Jacques Le Goffe, Jean-Claude Schmidt (ed.), Le charivari, Paris, 1981 ; Gérard Rooijakkers, Tiny Romme (ed.), « Charivari in de Nederlanden. Rituele sancties op deviant gedrag », numéro spécial, in Volkskundig Bulletin, n° 15(1989).

36 Pour une analyse plus élaborée des sanctions collectives à Anvers au xxe siècle cf. Antoon Vrints, « Het recht in eigen handen. Collectieve sanctie als mechanisme van informele sociale controle in Antwerpen tijdens de eerste helft van de twintigste eeuw », in Stadsgeschiedenis, n° 3, 2008, 2, p. 143-162.

37 AVA, MA31560, procès-verbal section de police 5, n° 634, 11-3-1912.

38 AVA, MA31787, procès-verbal section de police 5, n° 1016, 31-3-1944.

39 Charles Tilly, « Charivaris, repertoires and urban politics », in John M. Merriman (ed.), French cities in the nineteenth century, Londres, 1982, p. 73-91.

40 AVA, MA24631, procès-verbal section de police 2, n° 3076, 19-5-1912.

41 Thomas Lindenberger, Strassenpolitik. Zur Sozialgeschichte der öffentlicher Ordnung in Berlin, 1900-1914, Bonn, 1995, p. 272-273.

42 Margo DE Koster, « Ongepast gedrag van jonge vrouwen en (generatie)conflicten. Ouderlijke klachten over onhandelbare dochters bij de kinderrechter van Antwerpen in 1912-1913 en 1924-1925 », in Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n° 8, 2001, p. 112-113.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition relative (%) des accusés selon leur âge et la catégorie relationnelle.
Légende Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/932/img-1.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Figure 2 : Répartition relative ( %) des plaignants selon leur âge
Légende Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/932/img-2.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Figure 3 : Répartition relative ( %) par âge des auteurs de violence physique enregistrés dans les rapports de police
Légende Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/932/img-3.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Figure 4 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusées ayant fait l’objet de plaintes
Légende Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/932/img-4.jpg
Fichier image/, 224k
Titre Figure 5 : Répartition relative ( %) par âge et par catégorie relationnelle des accusés ayant fait l’objet de plaintes
Légende Source : Archives de la ville d’Anvers, corpus des procès-verbaux de police sélectionnés
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/932/img-5.jpg
Fichier image/, 232k

Auteur

(Universiteit Gent)

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540