Version classiqueVersion mobile

Didactiques et formation des enseignants

 | 
Bernard Calmettes
, 
Marie-France Carnus
, 
Claudine Garcia-Debanc
, 
et al.

Chapitre 6. Symposium de didactique clinique

Avant propos

André Terrisse et Marie-France Camus

Texte intégral

1Un symposium sur la didactique clinique de l’EPS s’est tenu au cours du colloque. Les travaux de l’EDiC (Équipe de recherche en didactique clinique de l’EPS) mettent en avant la pertinence d’un regard clinique sur l’analyse didactique des pratiques et des discours des enseignants pour en extraire la logique et tenter d’en extraire les raisons.

2Sept communications brèves se sont succédé pour permettre un débat à la fois sur les options théoriques et leur intérêt dans l’analyse des pratiques d’enseignement, mais aussi pour apporter des résultats de recherche qui s’avèrent être des avancées originales dans la compréhension des pratiques d’enseignement, dont l’intégration dans les processus de formation est désormais nécessaire. Les communications qui suivent tentent, chacune à leur manière, mais dans une même orientation scientifique, de répondre aux questionnements proposés par l’intitulé du colloque.

3Avant de présenter ces travaux, il convient d’en préciser les contours pour montrer en quoi ils s’inscrivent dans une même orientation scientifique : la didactique clinique de l’EPS. D’abord, ils ont pour objet de rendre compte de pratiques d’enseignants, à partir de la fonction fondamentale socialement légitimée des enseignants qui est celle de la transmission-appropriation de savoirs. Mais, comme l’indique Marie-France Carnus, ces cadres d’analyse didactiques se sont avérés quelquefois insuffisants à rendre compte des mécanismes inconscients à l’œuvre dans ces pratiques et ces discours.

4Ainsi, pour intégrer cette donnée essentielle, l’observation et l’analyse s’effectue in situ et au cas par cas, ce qui permet d’intégrer cette dimension de l’inconscient afin d’accéder aux causes du choix et du mode de traitement des savoirs par tel ou tel enseignant. Si chaque chercheur a sa propre problématique de recherche, chacun travaille à approfondir et à renouveler le champ de l’analyse des pratiques des enseignants pour enrichir les cadres de la formation des enseignants.

5 Marie France Carnus inaugure la présentation de cette orientation et décrit ce qui fait l’intérêt d’une telle approche pour elle-même et pour ses propres travaux. Elle rappelle la « rupture de contrat didactique » qu’elle a observé dans ses travaux de thèse et qui la contraint à la prise en compte d’un « impossible à supporter » de la part de l’enseignante A. Cette observation inaugurale l’autorise à développer l’intérêt de l’option clinique en didactique pour la recherche et pour la formation des enseignants, et la conduit à déployer plus particulièrement deux notions : la question de la référence et celle de l’articulation rationalité et subjectivité. Elle en vient alors à développer ses axes de recherche, à moyen et à court termes.

6Pierre Pédèches interroge l’impact des dispositifs de l’évaluation sur le contrat didactique. Il montre combien le processus même de l’évaluation renvoie à l’écart entre savoirs prescrits par l’institution et savoirs évalués par l’enseignant en mettant en évidence le fait que les savoirs de l’enseignant se construisent dans l’expérience et qu’ils ne correspondent pas toujours aux injonctions de l’institution. À partir de l’observation d’un cycle de quatrième en volley-ball pour deux enseignants différents, il en conclut que l’observation des processus d’évaluation est révélatrice du contrat didactique joué par l’enseignant.

7Dans le cadre de la place que prend l’expérience de l’enseignant dans le traitement des APSA (Activités physiques, sportives et artistiques) en classe d’EPS (Éducation physique et sportive), André Touboul présente ici une partie des travaux de sa thèse qui interroge l’influence de l’expertise et de l’expérience dans l’enseignement d’un sport de combat, la SBF (savate boxe française). En analysant deux enseignants « contrastés », une débutante non experte et un enseignant expert et expérimenté, il montre combien l’expérience et l’expertise orientent la manière d’enseigner, en particulier comment chacun a une définition très différente de l’« impossible à supporter ».

8Dans la même problématique de recherche, Hejer Ben Jomaa rend compte d’une observation de quatre enseignants d’EPS en Tunisie qui enseignent deux activités, dans le même établissement, la gymnastique et le basket-ball. Deux d’entre eux sont expérimentés et les deux autres débutent dans le métier. Par ailleurs, chez les expérimentés comme chez les débutants, l’un d’entre eux est spécialiste en gymnastique et l’autre spécialiste en basket-ball. Les quatre enseignants doivent enseigner la gymnastique et le basket-ball. Elle montre combien l’histoire du sujet enseignant et, en particulier, son rapport de proximité ou, au contraire, de distance à l’APSA enseignée oriente de façon forte le traitement de ces deux activités.

9 Pablo Buznic inscrit sa recherche dans l’étude des professeurs débutants, en initiant la problématique de l’influence de l’expérience dans l’enseignement de l’EPS. Dans ce texte, il tente de comprendre, à travers l’étude de deux professeurs stagiaires les « déterminants subjectifs de l’activité didactique ». Il montre que l’activité enseignante est soumise, comme toute activité humaine, à des enjeux subjectifs qui orientent sa pratique. Pour ces débutants, il observe une affirmation ou même une sauvegarde de leur position spécifique dans le didactique, caractéristique des deux cas observés. Pour rendre compte des causes, il convoque deux concepts de la psychanalyse, le Symbolique, position que souhaitent occuper les débutants, et l’Imaginaire, qui les renvoie à l’image qu’ils veulent donner d’eux à leurs élèves.

10Isabelle Jourdan et Emmanuelle Brossais, à partir de l’analyse de deux cas de professeurs stagiaires d’EPS et de français, interrogent la notion de rapport au savoir pour lui substituer celle, plus pertinente, de rapport à l’épreuve. Pour y parvenir, elles interrogent ces deux enseignants sur les tensions qu’ils ont subies dans l’épreuve de l’enseignement. Ainsi, à travers l’analyse de leur discours, elles en déduisent quatre analyseurs qui constituent des éléments centraux du cadre conceptuel actuel de l’EDIC : la conversion didactique, le « sujet supposé savoir », l’impossible à supporter et le moi idéal. Ce cadre interprétatif leur permet de rendre compte de la position subjective de ces enseignants à l’épreuve de la classe.

11 André Terrisse se propose de décrire et de justifier les « analyseurs de pratique » utilisés par les chercheurs de l’EDiC pour concevoir et intégrer en retour les conséquences théoriques de l’étude du « rapport au Réel » des enseignants. Si l’issue d’une transmission de savoirs s’avère « indécidable », alors l’analyse de l’écart entre le dire et le faire devient un enjeu scientifique. De même, si cette transmission se heurte à un impossible de structure, alors le concept d’impossible à supporter devient un outil incontournable de l’analyse des pratiques d’enseignement. Enfin, l’articulation entre Symbolique et Imaginaire peut permettre aux chercheurs de décrire et d’expliquer les difficultés des enseignants, notamment débutants pour assumer leur place de « sujet supposé savoir ».

12Ainsi s’élabore, au fil des recherches singulières, un ensemble de cadres théoriques et méthodologiques susceptibles de rendre compte, au plus près des sujets enseignants, de ce qui les soutient dans cette difficile épreuve de transmission des savoirs, soit leur jouissance.

Auteurs

GRIDIFE. ERT 64. IUFM Midi-Pyrénées, école interne de l’Université de Toulouse 2 Le Mirail DiDiST - CREFI-T. EA 699. Université de Toulouse 3.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search