Version classiqueVersion mobile

Didactiques et formation des enseignants

 | 
Bernard Calmettes
, 
Marie-France Carnus
, 
Claudine Garcia-Debanc
, 
et al.

Chapitre 5. Groupe de recherche codisciplinaire

Introduction

Claudine Blanchard-Laville

Texte intégral

1Avant tout, pour introduire les textes issus de la recherche codisciplinaire dont ils rendent compte à propos de l’observation dans la durée de l’évolution professionnelle d’un professeur des écoles, nous voudrions faire remarquer que, dans les recherches à propos des pratiques enseignantes que nous conduisons depuis un certain nombre d’années, il ne s’agit pas de porter des jugements ni d’évaluer le travail des enseignants dont nous parlons. Ces recherches nous permettent de faire des analyses de ce que nous aussi nous vivons comme enseignant-e-s dans le quotidien de nos cours. Le détour par le matériel enregistré des séquences filmées nous autorise à prendre le temps nécessaire à l’élaboration et à la formalisation, par le jeu de la distance à la fois spatiale et temporelle. Notre souci est avant tout de comprendre des processus qui sous-tendent la situation d’enseignement-apprentissage et les modalités singulières mises en œuvre par l’enseignant-e que nous avons observé-e pour soutenir cette situation, en prenant le temps de les approfondir dans toute l’ampleur de leur complexité.

2Après un parcours de dix années, nous pouvons aujourd’hui parler d’une véritable aventure de recherche de notre équipe avec le professeur des écoles que nous avons choisi d’appeler Benoît. En effet, nous avons fait un pari, au départ, en choisissant de travailler avec lui, après qu’il se soit, sur la sollicitation de son formateur en didactique des mathématiques de son IUFM d’appartenance, fait filmer en situation de mise en œuvre de la « leçon sur les grands nombres », qui avait été à l’époque au cœur de la recherche publiée sous l’intitulé Variations sur une leçon (Blanchard-Laville, 1977).

3Aventure au sens de ce qui advient dans le temps d’une manière plus ou moins imprévisible, et au cours de laquelle se sont succédés des événements plus ou moins imprévus avec un certain nombre de difficultés à surmonter en cours de route et une incertitude sur l’aboutissement du parcours ; du côté des chercheurs, arriverions-nous à une production écrite qui soit satisfaisante au regard de la durée de ce parcours et du travail qu’il a requis de nous tous ? Et du côté de l’enseignant observé pour cette recherche, cette aventure, qu’il a acceptée, sera-t-elle en mesure de lui apporter un « plus » dans son évolution professionnelle ?

4 Aventure aussi par la durée de ce parcours : nous n’imaginions pas en 1998, lors de la rencontre avec Benoît, que dix années plus tard, nous serions toujours en lien avec lui et surtout en train d’écrire un ouvrage autour de certains résultats de cette recherche ; sans doute lui non plus ne l’avait-il pas imaginé.

5On peut distinguer aujourd’hui trois temps dans ce parcours : le temps de la rencontre et de la découverte mutuelles en 1998, un temps d’accompagnement de ce qu’on pourrait appeler la crise identitaire de Benoît en lien avec ses débuts d’enseignant en 1999, et une dernière phase de travail depuis la reprise de contact, cinq années après la suspension provisoire de la recherche en 2005, que nous nommons la phase d’observation de la stabilisation professionnelle de Benoît au cours des années 2006 et 2007.

6La dernière rencontre de notre équipe avec Benoît, pour la constitution du corpus de recherche, remonte à juin 2007. Peu après, nous lui avons annoncé que nous ne le filmerions plus dorénavant et que nous avions décidé de passer à la phase d’écriture de la recherche ; qu’ainsi, nous arrêtions le recueil du matériel après l’échange avec les chercheurs qui a suivi l’enregistrement des séances de juin 2007. Quelques mois plus tard, en mars 2008, il nous écrivait pour nous faire part de son succès au Cafipemf. Ainsi, nous constatons que nous avons en quelque sorte été les témoins de son parcours professionnel depuis sa deuxième année de formation à l’IUFM jusqu’à l’obtention de son nouveau statut de professeur maître-formateur ; lorsque je dis « nous », il faut préciser que la composition de notre équipe de recherche a évolué au cours de cette longue période ; trois des chercheurs sont présents depuis le début de l’aventure, Sylvain Broccolichi, Philippe Chaussecourte et Claudine Blanchard-Laville (qui anime l’équipe) ; des chercheurs ont quitté l’équipe, d’autres nous ont rejoints, comme Éric Roditi, Louis-Marie Bossard, Catherine Verdier-Gioanni et Marie-France Carnus. Cependant, la configuration codisciplinaire demeure, c’est-à-dire incluant la présence de didacticiens des mathématiques, de cliniciens et d’un sociologue.

7D’autres rencontres avec Benoît ont eu lieu depuis 2007 et se poursuivront, mais cette fois dans la perspective d’accompagner cet enseignant à prendre connaissance des productions écrites de l’équipe de recherche à propos de l’observation au long cours qu’il nous a permis de mener.

8Les textes qui suivent rendent compte d’une partie seulement de la recherche menée sur la pratique enseignante de Benoît et son évolution. D’une part, parce que tous les membres de l’équipe codisciplinaire n’ont pas contribué au colloque dont cet ouvrage est issu et, d’autre part, parce que les auteurs ont choisi de traiter seulement des aspects plus directement en relation avec la problématique du colloque, celle des regards des didactiques des disciplines sur les pratiques et la formation des enseignants.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search