Version classiqueVersion mobile

Vers l’interdisciplinarité

 | 
Myriam De Kesel
, 
Jean-Louis Dufays
, 
Jim Plumat
, 
et al.

III – Former les futurs enseignants à l’interdisciplinarité

Myriam De Kesel

Texte intégral

1Chaque année, et depuis quinze ans, ce sont près de quatre-cents étudiants inscrits à l’agrégation à l’UCL qui sont initiés à l’approche interdisciplinaire lors de deux journées de séminaire. Un défi de taille qui a vu le jour avec Cécile Van der Borght, Léopold Paquay, Jean-Louis Dufays et Ghislain Carlier en 2001. Travailler sur un terrain peu étudié à l’époque, nécessitait utopie, créativité et réalisme… et c’est ce qu’ils firent ! Il s’agissait de construire – avec un encadrement plus que réduit – un travail qui ait du sens, qui permette à de multiples petits groupes d’étudiants issus de facultés différentes de penser ensemble un projet interdisciplinaire au terme d’un séminaire qui se voulait formatif. Depuis, ce dispositif s’est vu évoluer sur base des évaluations faites par les étudiants, des débriefings réflexifs des formateurs et des enjeux liés à la recherche, au développement technologique et à l’intérêt des étudiants.

2Dans cet écrit, nous vous exposerons comment ce séminaire est actuellement conçu, avec qui, pourquoi et pour quoi faire.

En amont…

3En amont, se succèdent inévitablement plusieurs réunions de préparation entre les formateurs, à savoir, une dizaine de didacticiens, de psychopédagogues, d’assistants et d’enseignants du secondaire. Une équipe pluridisciplinaire qui, comme toute équipe, doit, pour pouvoir travailler au mieux ensemble, apprendre prioritairement à se connaitre, à découvrir comment l’autre conçoit l’interdisciplinarité et, de là, comment construire ensemble le séminaire interdisciplinaire. Tous s’accordent sur le fait que le séminaire doit engager des moments d’échanges, d’apprentissage, de productions, de présentations, des éclairages théoriques, des moments en grand groupe, d’autres en petits groupes, mais aussi des témoignages de gens du terrain qui ont mené des projets interdisciplinaires dans le secondaire. Si tous s’accordent sur ces différents moments, l’ordre dans lequel ils se succèdent est constamment revu, après chaque édition… Et pour cause, l’idée étant d’améliorer le dispositif !

Pendant…

1. Conférence de cadrage

4Le séminaire débute par un exposé en grand auditoire afin de faire découvrir aux futurs enseignants les objectifs que nous poursuivons à travers cette formation, la façon dont nous allons procéder, ce que nous entendons par interdisciplinarité, pourquoi et comment mener un projet de ce type.

Quels objectifs poursuivons-nous et comment y parvenir ?

5Nos objectifs sont, qu’au terme du séminaire, les étudiants aient découvert le concept d’interdisciplinarité, aient pu apprécier les enjeux, les atouts, mais aussi les limites de cette approche et enfin les plus-values en termes d’apprentissage. In fine, nous voulons leur monter que c’est réalisable, avec l’espoir de leur donner le gout et l’envie d’oser se lancer !

6Pour ce faire, nous expérimentons le décloisonnement disciplinaire (des enseignants et des étudiants), nous valorisons l’apprentissage collaboratif, impliquant la responsabilité de chacun, nous faisons le pari d’une (auto-) évaluation réellement formative qui privilégie la bio- diversité pédagogique (exposé, échanges, travail individuel, production en équipe, témoignages). Ces activités nécessitent de la part des étudiants de confronter leurs expériences vécues lors de leurs stages d’enseignement (ou dans le cadre de leur profession s’ils enseignent déjà) et de pouvoir analyser leurs pratiques pédagogiques. Ces échanges en groupe débouchent sur des productions collectives – dont un scénario de projet interdisciplinaire – qui doivent être présentées. Ce sont ces présentations et la participation des étudiants qui font l’objet de l’évaluation formative.

Qu’entendons-nous par interdisciplinarité ?

7Comme tout concept, celui d’interdisciplinarité se construit et se définit en fonction des besoins des personnes qui vont le développer, et en fonction du contexte.

  • 1 Fourez G., « Dans un océan d’ignorance », Échec à l’échec, n° 86, 1992.
  • 2 Clary M. et Giolitto P., Profession enseignant – Éduquer à l’environnement, Paris, Hachette, 1994, (...)

8Selon Gérard Fourez, « nous faisons sans cesse de l’interdisciplinarité sans le savoir. Nous le faisons chaque fois que nous mobilisons des savoirs divers qui nous sont disponibles pour résoudre une question concrète1 ». Selon Maryse Clary et Pierre Giolitto, « L’interdisciplinarité doit se comprendre comme l’utilisation, l’association et la coordination des disciplines appropriées, dans une approche intégrée des problèmes2 ».

9Ces deux définitions rejoignent celles construites par des enseignants du secondaire lors d’une formation continuée :

L’interdisciplinarité, c’est partir d’un projet, d’une problématique, pour créer, faire percevoir, favoriser la recherche des interactions des savoirs et de leur complémentarité, dans un esprit d’ouverture.

10ou encore,

L’interdisciplinarité, c’est travailler ensemble avec des objectifs communs et complémentaires pour, à travers un projet, reconstruire une réalité morcelée artificiellement par le cloisonnement des disciplines, et viser l’acquisition de compétences transversales.

11Après ce premier éclairage, une clarification du concept est apportée en abordant ce qui distingue l’interdisciplinarité de la multi-, pluri- et trans- disciplinarité (d’après Philippe Parmentier et Christian Delory, UCL). Si la multidisciplinarité correspond à une juxtaposition pure et simple des disciplines, chacune n’ayant aucun souci des objets étudiés par les autres, la pluridisciplinarité a pour objectif d’approcher un même objet par le biais de plusieurs disciplines différentes, et l’interdisciplinarité, quant à elle, permet d’établir et de mettre en évidence les liens qui existent entre les disciplines lorsqu’elles se penchent sur un même objet. La transdisciplinarité a pour objectif de mettre en évidence les démarches mentales, procédurales, communes à plusieurs disciplines et les concepts correspondants. In fine, l’intégration des disciplines et le transfert des savoirs, savoir-faire et attitudes s’avèrent être indispensables et indissociables pour mener un projet interdisciplinaire.

Pourquoi faire de l’interdisciplinarité ?

  • 3 Morin E., La Nature de la nature (t. 1), Paris, Seuil, Nouvelle édition, coll. « Points », 1981.

12Cette question n’est pas neuve ; elle titille les professionnels de l’éducation depuis longtemps. Mais ce n’est que depuis peu, depuis, notamment, l’émergence des problématiques environnementales, que l’approche interdisciplinaire est à nouveau à l’honneur. La résolution de problématiques complexes telle que « les changements climatiques » nécessite le regard croisé d’experts disciplinaires… c’est une évidence ! Comme le souligne Edgar Morin « L’approche interdisciplinaire s’impose de manière évidente dès le moment où l’on change de regard sur le monde, où on le voit comme un enchevêtrement de systèmes de systèmes3 ». Il s’agit donc, lors du séminaire, de conscientiser les futurs enseignants à l’utilité de développer une attitude et une approche interdisciplinaires lorsqu’une problématique les confronte à l’approche de la complexité, et ce, pour qu’ils puissent, dans leur futur métier, penser le complexe omniprésent avec leurs collègues et leurs élèves.

Comment faire de l’interdisciplinarité ?

13Il y a plusieurs façons d’initier un projet interdisciplinaire qui favorise l’intégration et le transfert des connaissances, compétences et attitudes : via une approche par défis, via une approche par problèmes ou une approche par projets. C’est cette dernière qui fait l’objet de la démarche choisie dans le cadre du séminaire. Une approche par projets suppose de rompre les cloisonnements disciplinaires. Le projet est donc vu en tant qu’unité d’intégration des connaissances et compétences disciplinaires qui permettent d’analyser la problématique de départ, de trouver des solutions et de proposer des actions qui résolvent la problématique de départ.

  • 4 Giordan A. et Souchon C., Une éducation pour l’environnement, Nice, Z’éditions, coll. « Giordan et (...)

Dans cette perspective doivent alterner des phases disciplinaires et des phases intégratrices. Toutefois, durant les phases disciplinaires, les matières ne doivent plus exister en fonction de leur progression propre, elles sont au service du projet interdisciplinaire4.

14Enfin, il convient d’avoir d’emblée en tête les critères et indicateurs de réussite du projet entrepris, qui permettent d’évaluer éventuellement le(s) processus et le(s) produit(s), mais surtout (les) apprentissage(s), en s’assurant qu’ils sont identifiables, qu’ils ont du sens mais aussi qu’ils sont intégrés ; il faut également veiller à pouvoir évaluer qu’il y ait transfert d’apprentissage.

15Nous rappelons donc aux étudiants qu’il est indispensable

  1. de se fixer prioritairement des objectifs ;
  2. de choisir ensuite les critères et les indicateurs d’évaluation ;
  3. et enfin, d’élaborer le dispositif de formation interdisciplinaire.

2. Découverte de la discipline de l’autre

16Pour leur faire découvrir que travailler ensemble autour d’une même problématique en intégrant les apports de chacun, nécessite de connaître les objectifs d’apprentissage des disciplines scolaires de leurs collègues, les représentations sont apparues porteuses et incontournables pour démarrer le dispositif : connaître ce que l’autre pense de sa propre discipline permet, par la suite, de mieux lui expliquer ce qu’il en est réellement et de là pouvoir imaginer de penser ensemble le scénario d’un projet interdisciplinaire.

17En pratique, chaque formateur encadre une trentaine d’étudiants. Des groupes de cinq à six étudiants de formations initiales différentes sont constitués. Chacun est amené à prendre note de ce que ses condisciples ont comme représentations à propos du cours qu’il enseigne : « Pour moi, la discipline que tu enseignes, c’est… », « Pour moi, un bon enseignant dans la discipline que tu enseignes, c’est… », « Les apprentissages importants que je dois à la discipline que tu enseignes, telle que je l’ai suivie au secondaire sont… ».

18Des groupes de cinq à six étudiants de même formation initiale, cette fois, sont ensuite constitués. L’objectif de l’activité est de synthétiser les représentations qu’ils ont collectées et, en regard de celles-ci, d’expliquer ce qu’il en est réellement ; il s’agit en quelque sorte d’un droit de riposte qui permet de préciser les concepts et compétences développées dans le cadre du cours qu’ils enseignent. Chaque groupe a pour tâche de réaliser un transparent comparatif qu’il doit présenter à l’ensemble des étudiants, en une dizaine de minutes. Ces présentations sont suivies de cours échanges.

19Force est de constater que cette activité en trois temps : découverte des représentations, mise en commun et droit de riposte, et présentations, suscitent de l’émoi, de la surprise, des frustrations parfois, etc. Les étudiants sont unanimes « ils ne s’imaginaient pas que leurs collègues travaillaient telles ou telles compétences, proches de ce qu’eux travaillent », « ils découvrent que de mêmes concepts sont abordés dans différents cours, sous un angle complémentaire », « ils prennent conscience de la possibilité de mener des projets conjoints ». L’objectif est atteint !

3. Découverte de projets interdisciplinaires

20Avant de remettre les étudiants en groupes pour penser ensemble le scénario d’un projet interdisciplinaire, nous les rassemblons en grand auditoire et leur présentons trois extraits vidéos de quelques minutes qui présentent des projets collectifs qui ont été menés dans des écoles secondaires. L’objectif est de les amener à réfléchir sur le caractère pluri-, inter- et/ou trans- disciplinaire des projets présentés, et de là, les conduire à tenter de penser le plus « interdisciplinaire » possible ! L’exercice n’est pas facile, mais il leur apporte un éclairage important pour la suite.

4. Conception d’un canevas de projets interdisciplinaires

21Chaque formateur retrouve « ses » groupes ; ceux-ci doivent réfléchir à une problématique qui permet d’associer la discipline que chaque étudiant autour de la table, enseigne. Il s’agit de l’étape la plus délicate, car certaines disciplines sont parfois plus difficiles à intégrer que les autres. Le caractère artificiel de cet exercice n’est pas sans poser quelques soucis mais, généralement, leur créativité et leur esprit d’équipe en viennent aisément à bout. Ils ont pour consigne de devoir réaliser un Powerpoint qui explicite le projet qu’ils devront présenter en une quinzaine de minutes lors de la deuxième journée de séminaire (quinze jours plus tard). Cette présentation doit répondre aux questions suivantes :

(a) Quels sont les objectifs visés par ce projet (principaux objectifs disciplinaires et objectifs transversaux) ?
(b) Quels sont les élèves concernés par ce projet (âge, genre, options, filières, etc.) ?
(c) Quel sera le temps consacré à ce projet (1 jour, 1 semaine, 1 mois…) ? (N plages-horaires disciplinaires ? N plages-horaires spécifiques au projet ? Avant, pendant, après…).
(d) Quelles sont les disciplines mobilisées dans ce projet ? (distinguer celles sur lesquelles on va simplement prendre appui (en termes de connaissances déjà acquises) et celles pour lesquelles on va réellement apprendre « du neuf »).
(e) Quelles sont les compétences et quels sont les contenus travaillés ? Fournir une ébauche de scénario didactique y inclus le temps consacré à chaque étape.
(f) Quelles sont les grandes démarches suivies (ce que vont faire les élèves ; ce que vont faire les enseignants) dans chacune des disciplines concernées et dans les activités communes à toutes les disciplines ?
(g) Quels sont les critères d’évaluation de ce projet (comment va-t-on mesurer sa réussite) ?

22Notons que certains groupes (ils sont rares) éprouvent des difficultés à définir une problématique de départ. Dans ce cas, nous disposons d’une liste de thématiques dont ils peuvent s’inspirer.

23Nous confions à chacun des groupes les critères d’évaluation qui seront utilisés par le jury qui statuera sur le degré de maturité de leur projet, lors de leur présentation. Ils sont présentés ci-dessous :

˙ Caractère interdisciplinaire du projet
˙ Référence explicite aux programmes
˙ Pertinence et réalisme du projet (dynamique de l’école, valeur sociétale, etc.)
˙ Impact sur l’apprentissage
˙ Cohérence du dispositif pédagogique (en fonction des objectifs visés
˙ Cohérence du dispositif d’évaluation (en fonction des objectifs visés)
˙ Qualité du support visuel (clarté, respect des consignes, attractif, etc.)
˙ Qualité de la prestation orale (dynamisme, clarté, coordination, respect du timing, etc.

5. Présentation et évaluation des projets interdisciplinaires

24Les concepteurs du séminaire ont opté pour que cette activité soit vécue sans évaluation : « les étudiants y participent uniquement pour se former, et non pour recevoir une cote », ce qui, pour les plus scolaires, n’est toujours pas facile à accepter. Mais force est de constater qu’ils se prennent réellement au jeu et, pour une majorité des groupes, le travail est considérable, déjà très abouti et pertinent ! Chaque présentation fait l’objet d’une évaluation par les pairs qui constituent le jury. Créativité et souci d’intégrer chacune des disciplines sont généralement de mise. Certains projets de trop grande envergure manquent parfois de réalisme mais, dans l’ensemble, beaucoup recueillent l’approbation du jury.

6. Témoignages d’enseignants du secondaire

25Des enseignants de terrain viennent alors présenter des projets qu’ils ont réellement vécus ; deux témoignages différents sont choisis chaque année. Citons des thématiques telles que « Tour de Belgique interdisciplinaire », « Alzheimer café », « Talent for humanity », « Planches de BD », etc., qui allient deux à quatre enseignants, deux à dix classes, une à deux écoles. Tous les projets ont en commun d’avoir permis de tisser des liens autres entre enseignants, entre élèves et enseignants, souvent au bénéfice de tous, d’avoir pu mobiliser les troupes, d’avoir fait émerger de nouvelles compétences, d’avoir permis à certains élèves d’être valorisés, mais aussi d’avoir bousculé l’école, souvent, etc. Les enseignants qui l’ont expérimenté savent qu’il faut se garder de louer à tout prix le travail en équipe : du fait des contraintes horaires, du fait de l’organisation matérielle ; pour certains enseignants, il n’est pas simple de rompre avec ses habitudes de travail, de dévoiler son cadre de référence et d’arriver à se mettre d’accord avec les autres. C’est parfois source de conflits ou de tensions, c’est chronophage, etc. Mais tous sont unanimes, le bénéfice pour chacun est généralement considérable et inestimable, ce qui touche beaucoup les étudiants.

Après…

Évaluation du séminaire par les étudiants

26Afin d’améliorer le dispositif, nous demandons chaque année aux quatre-cents étudiants d’évaluer le séminaire. Ces évaluations nous confortent dans l’idée que les activités proposées sont généralement appréciées et que certains aspirent à avoir quelques années d’ancienneté devant eux pour oser se lancer. Pour la majorité, voici les réflexions que ce séminaire suscite :

27Ce que le séminaire m’a apporté :

  • une prise de conscience de la richesse pédagogique de l’interdisciplinarité ;
  • le constat qu’il est possible d’être innovant et créatif en donnant cours autrement ;
  • la découverte d’autres disciplines ;
  • le constat de la faisabilité de l’interdisciplinarité (« ça marche ! ») ;
  • l’intérêt de l’interdisciplinarité est pédagogique, mais aussi humain ;
  • l’espoir/volonté d’apporter un projet innovant et remotivant à l’enseignement actuel ;
  • la nécessité d’esprit de méthode, d’organisation et de cohérence ;
  • etc.

28Les questions que je me pose à l’issue de ce séminaire

  • Toutes les directions d’écoles acceptent-elles d’accueillir ce type de projet ?
  • Quels moyens sont réellement mis à disposition (finances, temps) ?
  • Les autres professeurs sont-ils réceptifs à ce type de projet ?
  • Comment garder les élèves motivés tout au long du projet ?
  • Suis-je capable d’initier/gérer/mener à bien un tel projet ?
  • Comment gérer le programme imposé en même temps que le projet ?
  • Le Cadre légal prévoit-il l’interdisciplinarité ?

29Bonne dernière question ! Quand l’école prévoira-t-elle une plage horaire de deux périodes par semaine pour mener des projets interdisciplinaires ?

Notes

1 Fourez G., « Dans un océan d’ignorance », Échec à l’échec, n° 86, 1992.

2 Clary M. et Giolitto P., Profession enseignant – Éduquer à l’environnement, Paris, Hachette, 1994, p. 286.

3 Morin E., La Nature de la nature (t. 1), Paris, Seuil, Nouvelle édition, coll. « Points », 1981.

4 Giordan A. et Souchon C., Une éducation pour l’environnement, Nice, Z’éditions, coll. « Giordan et Martinand », 1992.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search