Version classiqueVersion mobile

Vers l’interdisciplinarité

 | 
Myriam De Kesel
, 
Jean-Louis Dufays
, 
Jim Plumat
, 
et al.

I. – Les enjeux de l’interdisciplinarité

Cadrage de la problématique

Jean-Louis Dufays, Myriam De Kesel, Jim Plumat et Marie-Émilie Ricker

Texte intégral

1La journée d’étude que le Centre de recherche interdisciplinaire sur les pratiques enseignantes et les disciplines scolaires a organisée le 18 novembre 2015 était déjà la huitième du genre. Né en 2008, le CRIPEDIS rassemble aujourd’hui une vingtaine de disciplines, une vingtaine de membres « seniors » (académiques et postdoctorants) et autant de doctorants. Ses activités se concentrent non seulement sur des journées d’étude régulières, mais aussi sur un séminaire mensuel et sur une collection publiée aux Presses universitaires de Louvain (quatorze livres parus), et elles sont orientées vers un objectif général : celui de développer des connaissances susceptibles d’accroitre la qualité de la formation des enseignants et, par là, celle de l’enseignement et des apprentissages. Cet objectif se décline en trois axes de recherche : l’analyse des pratiques enseignantes et de leur impact sur la motivation des apprenants, l’analyse des savoirs et des curriculums mobilisés dans les différentes disciplines, et l’étude des pratiques langagières et des apprentissages propres auxdites disciplines.

2Au cours de sa brève histoire, le centre s’est intéressé à des problématiques diverses et variées, qui se sont incarnées à travers sept journées d’étude et de formation, dont les Actes sont presque tous parus dans la collection « Recherches en didactique et en formation des enseignants » : Quelles pratiques didactiques pour favoriser la transition secondaire-université ? (2010), Le curriculum en questions (2011), Progression et transversalité (2012), J’enseigne en BAC 1 : quelle chance ! (2012), La planification des apprentissages (2013), L’évaluation externe à la fin du secondaire en question (2014) et Donner du sens aux savoirs (2014).

3L’interdisciplinarité, objet de la huitième journée d’étude et du présent ouvrage, fait partie des projets du centre depuis sa fondation. Il faut dire que s’intéresser à l’interdisciplinarité des pratiques enseignantes revient à se poser des questions vitales pour toute équipe éducative : pourquoi travailler ensemble, en tant que formateurs d’enseignants, et en tant qu’enseignants dans les écoles ? Au nom de quels enjeux et en vue de quels objectifs ? Autour de quels projets concrets ? Mais mettre l’interdisciplinarité au centre de la réflexion didactique, c’est aussi s’interroger sur la plus-value de cette démarche par rapport à la pluridisciplinarité, qui consiste plus simplement à travailler côte à côte dans un cadre commun, et cela conduit à se demander comment on peut articuler les points de vue des différentes disciplines de manière féconde, sans les dissoudre dans une transversalité « molle », où tout le monde se retrouve, mais où les spécificités et les exigences propres à chacun se dissolvent.

4Certes, les membres du centre qui ont souhaité mettre ce thème à l’honneur étaient bien conscients que, dans l’état actuel des choses, l’interdisciplinarité demeure davantage un idéal, présent dans les écoles à travers quelques expériences pilotes, qu’une expérience déjà fortement ancrée dans les pratiques. Un idéal, donc, un projet, voire une utopie, diront certains. Mais n’est-ce pas justement l’une des spécificités des recherches sur l’école que de confronter l’existant au désirable ? Le souci d’interroger l’interdisciplinarité des pratiques enseignantes était d’autant plus à l’ordre du jour que l’année 2015 était placée, à l’Université catholique de Louvain, sous l’égide de L’Utopie de Thomas More. Qui plus est, un auteur comme Edgard Morin n’a cessé de souligner combien, loin d’être un luxe de la pensée, l’interdisciplinarité constituait une condition de pertinence de toute démarche se voulant en prise sur l’évolution des connaissances et de la société :

  • 1 Morin E., Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Paris, Seuil, 2000, p. 12-13.

La suprématie d’une connaissance fragmentée selon les disciplines rend souvent incapable d’opérer le lien entre les parties et les totalités et doit faire place à un mode de connaissance capable de saisir ses objets dans leurs contextes, leurs complexes, leurs ensembles. […] L’être humain est à la fois physique, biologique, psychique, culturel, social, historique. C’est cette unité complexe de la nature humaine qui est complètement désintégrée dans l’enseignement, à travers les disciplines, et il est devenu impossible d’apprendre ce que signifie être humain. Il faut la restaurer, de façon à ce que chacun, où qu’il soit, prenne connaissance et conscience à la fois de son identité complexe et de son identité commune avec tous les autres humains1.

5Il faut dès lors se réjouir que cet enjeu ait été affirmé avec force dans l’avis qu’a publié en juin 2015 le Groupe central chargé de piloter le « Pacte pour un enseignement d’excellence », vaste projet de réforme qui, comme on le sait, vise à adapter le système éducatif de la Fédération Wallonie-Bruxelles aux défis de la société du XXIe siècle. Les quatre citations qui suivent montrent assez à quel point la démarche interdisciplinaire est aujourd’hui considérée comme centrale par ces acteurs qui sont occupés à réfléchir à l’avenir de l’école :

  • 2 Extrait de la Synthèse des travaux de la première phase du Pacte – Avis du Groupe central (Diagnost (...)

L’initiation à la pensée critique et complexe est essentielle pour pouvoir appréhender les problèmes globaux et de plus en plus interconnectés de notre époque. Il s’agit de favoriser tout au long du curriculum, mais en tenant compte de l’âge des élèves, une approche reliante des objets d’étude par une approche interdisciplinaire à intégrer dans les référentiels de compétences et d’entrainer les élèves, au sein de toutes les disciplines, aux outils et aux démarches de la pensée complexe et critique (démarche scientifique, questionnement philosophique, dialectique, prise de distance par rapport aux préjugés et aux amalgames...)2.

  • 3 Id., p. 5.

À l’approche « socles de compétences » qui a montré ses limites doit donc être préférée une organisation harmonisée du curriculum qui doit reposer sur des référentiels et des programmes cohérents, précis et explicites, élaborés par cycles et en continuité, qui permettent une planification et qui intègrent l’interdisciplinarité3.

  • 4 Id., p. 7

Il s’agit de développer les activités interdisciplinaires de citoyenneté active au sein de chaque cours4.

  • 5 Id., p. 31

La formation doit également veiller à favoriser l’approche interdisciplinaire, le travail d’équipe interdisciplinaire ou encore l’évaluation formative et l’approche orientante et un volet numérique5.

6On le voit, bien plus qu’une utopie lointaine, l’approche interdisciplinaire apparait aujourd’hui, aux yeux de bon nombre des acteurs de l’école, comme une nécessité tant stratégique que scientifique pour pouvoir donner du sens à la fois aux apprentissages des élèves et au travail des équipes éducatives.

  • 6 De Keersmaecker M.-L., Detry A. et Dufays J.-L. (dir.), Interdisciplinarité en sciences humaines. H (...)

7C’est fort de cette conviction qu’une dizaine de membres du CRIPEDIS ont publié en 2014 un livre destiné à outiller les enseignants de sciences humaines de l’enseignement secondaire qualifiant dans la mise en place de projets interdisciplinaires concrets6. Ce livre, dont on ne saurait assez recommander la consultation à toute équipe désireuse de réaliser de tels projets, constitue le prolongement tout naturel du présent ouvrage, dont la portée se veut avant tout réflexive, centrée sur la formation initiale et continuée des enseignants et ancrée sur une diversité d’expériences effectivement réalisées à différents niveaux d’enseignement.

8Pour interroger les conditions de possibilité et de fécondité de cette approche, il convenait de donner la parole à des chercheurs, des enseignants et des formateurs qui y ont consacré des expériences.

  • 7 Cornet J. et Daro S. (dir.), Voir double pour mieux comprendre. Outils didactiques pour la formatio (...)

9 La première intervention qu’on découvrira ici est celle de Sabine Daro, qui a mis en place depuis plusieurs années un certain nombre de projets destinés aux professeurs de l’enseignement fondamental en tant que formatrice d’enseignants à la Haute école libre mosane (HELMO) et dans le cadre de l’asbl Hypothèse. Le récit d’expérience qu’elle signe ici donne un avant-gout du livre qu’elle a codirigé avec Jacques Cornet sous le titre Voir double pour mieux comprendre7.

10Myriam De Kesel présente ensuite, au nom de l’équipe enseignante qu’elle coordonne à l’UCL, le dispositif de formation initiale qui est mis en place depuis une dizaine d’années dans cette université en vue de former les futurs enseignants à l’interdisciplinarité.

  • 8 Dufour B. et Maingain A., Pour une approche didactique de l’interdisciplinarité, Bruxelles, De Boec (...)

11La parole est ensuite donnée à Barbara Dufour et Alain Maingain, auteurs d’un ouvrage qui a fait date8, qui reviennent sur les fondements et sur les modalités de démarches interdisciplinaires qu’ils ont longuement mises au point puis en œuvre dans le cadre d’expériences pilotes.

12Myriam De Kesel et Jim Plumat présentent ensuite, sous le titre « La guerre des mots dans les disciplines scientifiques », un exemple d’atelier interdisciplinaire centré sur le dialogue entre les didactiques des sciences.

13Enfin, ce sont les différents visages scolaires de l’histoire qui figurent au centre de la contribution d’Élodie Vaeremans, Marie-Émilie Ricker et Jean-Louis Dufays : l’Histoire en tant que discipline à part entière, mais aussi l’histoire de l’art et l’histoire de la littérature. Quels sont les concepts susceptibles de fédérer les professeurs d’histoire, d’art et de français ? Et quelles articulations concrètes peut-on établir entre eux ? Pour y réfléchir, les auteurs ont travaillé en commun sur deux thématiques qui se sont avérées particulièrement parlantes pour leurs trois disciplines : celle des flux migratoires et celle des conditions sociales au XIXe siècle.

Notes

1 Morin E., Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur, Paris, Seuil, 2000, p. 12-13.

2 Extrait de la Synthèse des travaux de la première phase du Pacte – Avis du Groupe central (Diagnostic et objectifs de l’école du 21e siècle), 1er juillet 2015, p. 4.

3 Id., p. 5.

4 Id., p. 7

5 Id., p. 31

6 De Keersmaecker M.-L., Detry A. et Dufays J.-L. (dir.), Interdisciplinarité en sciences humaines. Huit disciplines, cinq projets pédagogiques, Bruxelles, De Boeck, coll. « Action ! », 2014.

7 Cornet J. et Daro S. (dir.), Voir double pour mieux comprendre. Outils didactiques pour la formation des enseignants en sciences et sciences humaines ? Liège, Édipro, 2014.

8 Dufour B. et Maingain A., Pour une approche didactique de l’interdisciplinarité, Bruxelles, De Boeck, 2004.

Auteurs

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search