Version classiqueVersion mobile

Femmes cloîtrées des temps contemporains

 | 
Anne-Dolorès Marcélis

Table des illustrations1

Texte intégral

  • 1 Les illustrations dont la liste suit se trouvent sur le CD-Rom joint au volume.

1 Ill. 1. Carmel de Namur (rue Saint-Aubain). Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus (Angélique-Élisabeth Guéau de Réverseaux), à 66 ans, fondatrice du carmel en 1837 Miniature dessinée à Namur en 1837 [par mère Louis de Gonzague (Omérine Vanutberghe) ?]

2 Ill. 2. Carmel de Namur (rue Saint-Aubain). Tourières, 1837-1887 Catherine, première tourière du carmel de Namur en 1837. Jubilaire en 1887 »« Euphrosine, compagne de la première heure de Catherine, jubilaire comme elle en 1887 »

3 Ill. 3. Carmel de Namur (rue Saint-Aubain). Façade du carmel (1837-1906)

4 Ill. 4. Carmel de Jambes (rue d’Enhaive). Les grandes inondations de 1925

5 Ill. 5. Carmel de Jambes (rue d’Enhaive). En 1944, après l’incendie de la chapelle

6 Ill. 6. Carmel de Jambes. Pose de la première pierre de la chapelle du nouveau carmel (deuxième bénédiction), rue de l’Aurore, le 20 juillet 1952. Sœur Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont) ; mère Thérèse-Marie de Jésus (Thérèse Hoton), prieure dépositaire ; mère Marie-Immaculée de l’Eucharistie (Hélène Jassogne) ; mère Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse Van Nerom) ; Père Eugène et père Philippe

7 Ill. 7. Carmel de Jambes (rue de l’Aurore). Vue du carmel, 1953

8 Ill. 8. Carmel de Jambes (rue de l’Aurore). Le chœur, 1953

9 Ill. 9. Carmel de Jambes (rue de l’Aurore). Le chapitre, 1953

10 Ill. 10. Carmel de Jambes (rue de l’Aurore). La salle de récréation, 1953

11 Ill. 11. Carmel de Jambes. Marie-Marguerite des Anges (Joséphine Radome), prieure à six reprises entre 1904 et 1929 Fonde Ciney en 1933, où elle est prieure jusque 90 ans (1952). Décède en 1963 à 101 ans

12 Ill. 12. Carmel de Jambes. Marie-Thérèse du Sacré-Cœur (Mélanie Petit), entrée en 1880

13 Ill. 13. Carmel de Jambes. Marie-Germaine de Jésus (Germaine Beckers), entrée en 1899 Dite « l’âme de la communauté » ; elle illustre la spiritualité victimale associée à la dévotion à Thérèse de Lisieux

14 Ill. 14. Carmel de Jambes. Prise d’habit de Thérèse Van Nerom, Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, en août 1919 Son jeune frère entre chez les jésuites, l’autre est militaire. Les deux sœurs de Thérèse se marient : l’une d’elles meurt des suites de son activité de résistante lors de la Seconde Guerre mondiale, de même que son mari.

15Ill. 15. Carmel de Jambes. Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse Van Nerom), maîtresse des novices « de longues années » et prieure en 1942, en 1954 et en 1957

16 Ill. 16. Carmel de Jambes. Hélène Jassogne, postulante en 1920

17 Ill. 17. Carmel de Jambes. Mère Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse Van Nerom) et mère Marie-Immaculée de l’Eucharistie (Hélène Jassogne), v. 1952 Sur le chantier du couvent en construction

18 Ill. 18. Carmel de Jambes. Carlotta et Marguerite Tinant, dinantaises, entrées au carmel de Jambes en 1923 et en 1926 Toutes deux sont décédées prématurément : Marguerite à 37 ans, en 1934 (après avoir quitté le carmel en 1931) ; Carlotta à 36 ans, en 1936, au carmel

19 Ill. 19. Carmel de Jambes. Marie-Élisabeth de la Trinité (Carlotta Tinant), le 15 mai 1936 Entrée au carmel à 23 ans, elle décède à 36 ans, le 6 juin 1936, de la tuberculose

20 Ill. 20. Carmel de Jambes. Marie-Joseph de l’Eucharistie (Germaine Billy), originaire de Vendée Entrée en 1910 à 21 ans, décédée en 1968 à 79 ans ; religieuse « heureuse au service du bon Dieu »

21 Ill. 21. Carmel de Jambes. Térésita de l’Enfant-Jésus (Marie-Thérèse Poncelet) Entre en 1913 et quitte le carmel en 1950

22 Ill. 22. Carmel de Jambes. Bernadette de l’Immaculée Conception (Stéfanie Doudriack) Polonaise, entrée en 1934 à 24 ans comme converse

23 Ill. 23. Carmel de Jambes. Vêture de Françoise-Thérèse de la Sainte-Famille (Lucienne Godard), mars 1952

24 Ill. 24. Carmel de Jambes. Françoise-Thérèse de la Sainte-Famille (Lucienne Godard), entrée en 1951 à 27 ans Auteur de nombreux chants festifs

25 Ill. 25. Carmel de Jambes. Francine Nihoul, postulante de 1955

26 Ill. 26. Carmel de Jambes. Prise d’habit de Marie-Françoise de la Trinité (Francine Nihoul), le 9 juin 1956

27 Ill. 27. Carmel de Jambes. Départ de sœur Marie-Françoise (Nihoul) en octobre 1962 pour le carmel de Léopoldville/Kinshasa (Congo)

28 Ill. 28. Carmel de Jambes. Mère Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont), envoyée comme prieure au carmel de Virton en 1966, et prieure au carmel de Jambes entre 1972 et 1978 ; et mère Marie des Anges (Maria Dubois), prieure entre 1960 et 1966

29 Ill. 29. Carmel de Jambes. Vœux solennels de sœur Maria de la Résurrection (Maria Kerrès), 5 septembre 1970 Première célébration sans les grilles du chœur

30 Ill. 30. Carmel de Jambes. Thérèse Fostier, novice, 1970. Parloir du bas Demande son transfert au carmel d’Ars en 1972

31Ill. 31. Carmel de Jambes. Construction d’un ermitage dans le jardin du couvent en 1958

32 Ill. 32. Clarisses de Malonne. Monastère, vue générale (ouest)

33 Ill. 33. Clarisses de Malonne. Monastère, vue générale prise de la colline

34 Ill. 34. Clarisses de Malonne. Parloir extérieur, v. 1950

35 Ill. 35. Clarisses de Malonne. Chœur intérieur, avec grille de communion, v. 1950

36 Ill. 36. Clarisses de Malonne. Chœur intérieur, fond

37 Ill. 37. Clarisses de Malonne. Cellule de l’intérieur

38 Ill. 38. Clarisses de Malonne. La communauté en août 1906 1 : Marie-Gabrielle (Louise Bataille) ; 2 : Angélique de Saint-Michel (Rosalie Vermesche) ; 3 : mère Angèle (Clavies Damary) ; 4 : Marthe de Saint-Charles (Émilie Debuiche) ; 5 : Marie-Emmanuel des Anges (Marie Herenguel) ; 6 : Marie-Céline de Saint-François (Amélie Letren) ; 7 : Marie-Antoinette de Jésus (Marie Dubuis) ; 8 : Véronique de Saint-Paul (Hortense Bernaert), converse ; 9 : Gertrude de Saint-Louis de Gonzague (Léonie Buyck), converse ; 12 : Marie-Chérubine (Célinie Dessailly)

39 Ill. 39. Clarisses de Malonne. La communauté, 1922 Sœur Marie-Étienne (Blanche Allent) ; sœur Marie-Gabrielle (Louise Bataille) ; mère Marie-Antoinette (Marie Dubuis) ; sœur Marie-Céline (Amélie Letren) ; sœur Gertrude (Léonie Buyck), converse ; sœur Marie-Caroline (Laure Dewilde) ; sœur Véronique de Saint-Paul (Hortense Bernaert), converse ; sœur Justine (Marthe Mouton) ; sœur Marie-Anne (Valérie Quenson), converse ; sœur Marie-Bernard (Adèle Bourbiaux)

40 Ill. 40. Clarisses de Malonne. Noviciat, 1922 Sœur Marie-Chérubine (Célinie Dessailly) ; sœur Marie de la Trinité (Flore Carrette) ; sœur Marie-Thérèse (Germaine Savot), transférée à Saint-Omer en 1925 ; sœur Marie-Angéla, converse, transférée à Saint-Omer en 1925 ; sœur Marie de Saint-Joseph (Jeanne Fourez), converse ; sœur Marie du Divin-Cœur (Hélène Minet) ; sœur Marie-Renée (Yvonne Dhenin)

41 Ill. 41. Clarisses de Malonne. Marie-Rose de Saint-Augustin (Yvonne Devin) Entrée comme tourière en 1917 à 20 ans, morte en 1920 à 23 ans. Elle entre pour son frère parti à la guerre, Augustin, dont elle prend le nom.

42 Ill. 42. Clarisses de Malonne. Postulantes, vers 1930

43 Ill. 43. Clarisses de Malonne. Mère Marie de Saint-Jean (Lucienne Ramart), abbesse et sœur Marie-Céline de Saint-François (Amélie Letren), avec une bienfaitrice, Maria Pira, vers 1955

44 Ill. 44. Clarisses de Malonne. Vie quotidienne et rapport à la nature, 1922. Les brebis Avec mère Marie-Antoinette de Jésus (Marie Dubuis), abbesse entre 1919 et 1942 ; sœur Marie-Renée de Saint-François (Yvonne Dhenin), Lilloise « au caractère combien original » ; Justine de la Mère du Bon-Conseil (Marthe Mouton), secrétaire, économe et jardinière ; sœur Marie-Anne du Bon-Pasteur (Valérie Quenson), converse employée pendant 30 ans à la cuisine

45 Ill. 45. Clarisses de Malonne. Les tourières, les lapins et les canards, s.d.

46Ill. 46. Clarisses de Malonne. Marie de l’Assomption (Thérèse Danis) et François de la Vierge (Françoise Franque), v. 1952

47 Ill. 47. Clarisses de Malonne. Travail, ramassage de pommes de terre, v. 1950

48 Ill. 48. Clarisses de Malonne. Travail, lessives [1954-1957] Sœur Marie-Claire (Marthe Lelong), vicaire ; mère Marie de Saint-Jean (Lucienne Ramart), abbesse ; sœur Marie de l’Annonciation (Élisabeth Deschamps)

49 Ill. 49. Clarisses de Malonne. Travail, lessives [1954-1957] Sœur Marie-Claire (Marthe Lelong), vicaire ; sœur Marie-Joseph de Jésus (Marie-Josèphe Verhoye)

50 Ill. 50. Clarisses de Malonne. Prise d’habit de Marie-Véronique (Georgette Hendrick), mai 1955 Avec le père Adrien Vanderhoven, franciscain de Salzinnes (confesseur ordinaire et directeur spirituel entre 1930 et 1960) et, à la porte de clôture : Sœur Marie-Claire (Marthe Lelong), sœur Marguerite-Marie (Paulette Tricot) et sœur Marie de la Trinité (Flore Carrette)

51 Ill. 51. Clarisses de Malonne. Tourières Sœur Marie-Françoise de l’Enfant-Jésus (Marie Bal) ; sœur Agnès de l’Annonciation (Fernande Deront), sœur majeure ; Sœur Thérèse de l’Immaculée-Conception (Maria Servotte)

52 Ill. 52. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Vue du monastère

53 Ill. 53. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Essaim fondateur, 1911 Mère Marie des Anges (Maria Dewilde) [première rangée, centre-gauche en retrait] ; sœur Marie-Alphonsine de Jésus crucifié (qui regagne Roulers avec la fondatrice) ; Marie-Anna (Gilliaert) du couvent de Boom ; Marie-Angéline de la Mère de Dieu (Marie-Louise Gyselinck) du couvent de Huy ; Marie-Anna de la Sainte-Famille (Marie-Mathile De Visch) ; Marie-Gertrude du Sacré-Cœur de Jésus (Rosalie Bonte) ; Marie-Agnès de la Sainte-Famille (Marie-Joséphine Liévens) ; Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin)

54 Ill. 54. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Marie-Agnès (Liévens) et Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin), originaire de la province de Namur, entrée à Roulers en 1909 Cette dernière fait partie de l’essaim fondateur de Saint-Servais, fondatrice du couvent de La Louvière en 1925 où elle est élue abbesse jusqu’en 1937

55 Ill. 55. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Marie-Agnès de la Sainte-Famille (Marie Liévens), abbesse entre 1915 et 1954 Jubilé d’or, 1954

56 Ill. 56. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Essaim fondateur du couvent de La Louvière en 1925 Collation dans la maison du Docteur Coutelier en attendant la construction du couvent. Marie-Michel (Léa Trillet), Marie-Raphaël (Maria Grégoire), Marie de l’Immaculée-Conception (Émilie Gaussin), Marie-Marguerite (Maria Genin), Marie des Anges (Claire Téchy), Joseph de l’Enfant-Jésus (Bertha Mathys)

57 Ill. 57. Clarisses-colettines (Saint-Servais ou La Louvière). Sœurs attablées au réfectoire

58 Ill. 58. Clarisses-colettines (La Louvière). Cellule Les colettines de Saint-Servais, comme celles de leur filiale, La Louvière, n’ont guère hérité du lit colettin « traditionnel », encore en usage chez les colettines de Bruges et leurs filiales, où l’on dort « assis »

59Ill. 59. Clarisses-colettines (La Louvière). Récréation au jardin, 23 juillet 1959, en dessous du pommier derrière la grotte

60 Ill. 60. Clarisses-colettines (La Louvière). Lessives à la buanderie, v. 1950

61 Ill. 61. Clarisses-colettines (La Louvière). Chapitre des coulpes, v. 1950

62 Ill. 62. Clarisses-colettines (La Louvière). Grille du chœur et communicatoire. v. 1950

63 Ill. 63. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Marie-Michel du Sacré-Cœur de Jésus (Léa Trillet), première postulante de la fondation, en juillet 1915 Envoyée en 1929 à la fondation de La Louvière où elle est maîtresse des novices

64 Ill. 64. Clarisses-colettines de Saint-Servais. Travail Sœur Marie-Madeleine de Jésus (Lucienne Deleuze) et sœur Marie-Rose de Jésus-Hostie (Louise Michel), jardinières

65 Ill. 65. Carmel de Floreffe. Vue du monastère, v. 1914

66 Ill. 66. Carmel de Floreffe. L’abbé Camille Sorée Professeur au Petit séminaire de Floreffe et fondateur du carmel de Floreffe [à l’avant-plan au centre, dans la cour du carmel]

67 Ill. 67. Carmel de Floreffe. Jubilé des 25 ans de la construction du couvent (1908- 1933), reporté au 23 juillet 1936 Salle de récréation décorée : en haut au centre : tableau de la fondatrice du carmel de Montélimar, Thérèse de Jésus Charayron ; à gauche : tableau de la mère Marie du Saint-Sacrement (Alcine Caffarel) ; en bas à gauche : portrait de l’évêque de Namur, Mgr Heylen ; en bas au centre : portrait de mère Magdeleine de Jésus (Marguerite Bovagnet) ; à droite : portrait de l’abbé Camille Sorée, fondateur

68 Ill. 68. Carmel de Floreffe. Mère Magdeleine de Jésus (Marguerite Bovagnet) Prieure entre 1919 et 1951 (avec deux interruptions)

69 Ill. 69. Carmel de Floreffe. La communauté vers 1952 1 : Marie-Cécile (Madeleine Michel) ; 2 : Élisabeth de la Trinité (Renée Gouvion), prieure ; 3 : Marie-Rosalie (Pauline Ory) ; 4 : Agnès de Jésus (Marie Gustin) ; 5 : Marie-Mathilde du Saint-Esprit (Maria André) ; 6 : Thérèse de l’Enfant-Jésus (Angèle Delplace), converse ; 7 : Hélène de la Croix (Hélène Ruidant) ; 8 : Claire-Marie de l’Eucharistie (Justine Winters) ; 9 : Gabrielle de l’Annonciation (Jeanne Vandersmissen) ; 10 : Marie-Véronique (Marie-Thérèse Dujardin) ; 11 : Lucie du Christ (Lucie Duculot) ; 12 : Marie de la Croix (Marie Duculot) ; 13 : Thérèse de Jésus (Marie Binon) ; Madeleine de Saint-Joseph (Anne-Marie Bauduin)

70 Ill. 70. Carmel de Floreffe. Tourières, v. 1930 1 : Anne-Marie de Jésus (Marie Heyte) ; 2 : Julie de Jésus (Julie Sohet) ; 3 : Marie du Sacré-Cœur (Aline Martial) ; 4 : Aimée de Marie (Anna Tersago) ; 5 : Marie-Thérèse de Jésus (Julia Royaux)

71 Ill. 71. Carmel de Floreffe. Tourières, v. 1950 De gauche à droite : Aimée de Marie (Anna Tersago) ; Marie du Sacré-Cœur (Aline Martial) ; Marie-Thérèse de Jésus (Julia Royaux) ; Louise de Saint-Joseph (Louise Durieux). Cette dernière est entrée en 1934, dernière vocation du carmel Floreffe pour le tour

72 Ill. 72. Carmel de Floreffe. Mère Marie-Cécile de Jésus (Madeleine Michel) et sœur Marie-Bernard du Christ (Bernadette de Dorlodot), 11 octobre 1964

73 Ill. 73. Carmel de Floreffe. Entrée de sœur Monique de Jésus (Bauret), le 3 avril 1964 La prieure, à la porte de clôture, lui présente le crucifix à baiser, à gauche de la prieure, mère Élisabeth (Renée Gouvion), la maîtresse des novices, mère Marie-Cécile (Madeleine Michel)

74 Ill. 74. Carmel de Floreffe. Postulante en 1961 (sœur Marie-Bernard du Christ, Bernadette de Dorlodot)

75 Ill. 75. Carmel de Floreffe. Prise d’habit de sœur Marcelle du Cœur de Jésus (Marcelle Pirotte), le 14 janvier 1961

76 Ill. 76. Carmel de Floreffe. Religieuse prosternée au cours de la cérémonie de prise de voile, le 15 janvier 1965

77 Ill. 77. Carmel de Floreffe. Le chœur et les stalles Tableaux représentant Thérèse d’Avila (à droite) et la Sainte Famille (à gauche) ; au centre, statue de l’Enfant-Jésus de Prague

78 Ill. 78. Carmel de Floreffe. Le chœur et l’avant-chœur Les stalles de la prieure et de la sous-prieure

79 Ill. 79. Carmel de Floreffe. Le chœur Châssis ; à droite, le communicatoire, pour la communion ; à gauche, l’autel des moniales et au-dessus de l’autel, le tabernacle. Derrière les châssis, la double grille du chœur et les tentures

80 Ill. 80. Carmel de Floreffe. La chapelle, richement décorée

81 Ill. 81. Carmel de Floreffe Prêtre célébrant dans la chapelle du carmel. À gauche, la grille du chœur et ses piques extérieures. À l’arrière, le passage donnant sur la sacristie externe et sur le confessionnal

82 Ill. 82. Carmel de Floreffe. Cérémonie des vœux solennels de sœur Marcelle du Cœur de Jésus, janvier 1964 Célébrant et grille du chœur. Depuis le 14 août 1963, les grilles du chœur ont été débarrassées de leurs piques

83 Ill. 83. Carmel de Floreffe. La chapelle, complètement transformée après les rénovations de 1968-1970

84 Ill. 84. Carmel de Floreffe. Le réfectoire Sur la table de la prieure à droite, la tête de mort

85 Ill. 85. Carmel de Floreffe. La tunique En étamine de laine jusqu’en 1968, en coton depuis

86 Ill. 86. Carmel de Floreffe. Le corset Porté jusqu’en 1968, s’ajuste au-dessus de la tunique

87 Ill. 87. Carmel de Floreffe. La cotte Portée jusqu’en 1968, se passe au-dessus de la tunique

88 Ill. 88. Carmel de Floreffe. Les chausses Portées jusqu’en 1968

89 Ill. 89. Carmel de Floreffe. Le scapulaire et l’habit

90 Ill. 90. Carmel de Floreffe. Les « alpargates »

91 Ill. 91. Carmel de Floreffe. Confection des alpargates Les alpargates sont réalisées par une sœur à partir de chanvre tressé

92 Ill. 92. Carmel de Floreffe. Les « soques » Les religieuses portent les soques par-dessus les alpargates pour aller au jardin

93Ill. 93. Carmel de Floreffe. La construction de la serre. Lundi de pentecôte, 1947

94 Ill. 94. Carmel de Floreffe. Sœur Hélène de la Croix (Hélène Ruidant), lingère, v. 1955

95 Ill. 95. Carmel de Floreffe. La converse Marie-Rosalie (Pauline Ory) à la cuisine

96 Ill. 96. Carmel de Floreffe. Décoration des cloîtres pour le jubilé des 25 ans de la construction du couvent (1908-1933), reporté au 23 juillet 1936

97 Ill. 97. Carmel de Floreffe. Théâtre au carmel, 1951

98 Ill. 98. Carmel de Floreffe. Théâtre au carmel, le 18 août 1953 Pièce jouée en l’honneur du jubilé de 25 de profession de sœur Marie de la Croix (Marie Duculot)

99 Ill. 99. Carmel de Floreffe. Théâtre au carmel, le 6 septembre 1954 Pièce jouée en l’honneur du jubilé de 25 ans de profession de sœur Marie-Véronique de la Sainte-Face (Marie-Thérèse Dujardin)

100 Ill. 100. Carmel de Floreffe. Le Petit-Jésus dans son berceau Ne mesurant pas plus de douze centimètres, cet Enfant-Jésus était caché dans le couvent par la prieure le dimanche qui suit l’épiphanie, et devait être retrouvé par les sœurs lors des récréations

Notes

1 Les illustrations dont la liste suit se trouvent sur le CD-Rom joint au volume.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search