Version classiqueVersion mobile

Femmes cloîtrées des temps contemporains

 | 
Anne-Dolorès Marcélis

Chapitre VI. Bilans : Des moniales face à elles-mêmes

Texte intégral

  • 1 Bellet (M.), Incipit ou le commencement, Paris, 1992, p. 8.
  • 2 Lettre de sr Marie du Saint-Esprit, Nogent, novembre 1947. Citée dans Carmel. Revue trimestrielle d (...)
  • 3 Klassen (S.), Greying in the cloister : the Ursuline Life Course in Eighteenth-Century France, dans (...)
  • 4 Mais l’auteur relève cependant les traces du temps qui passe, surtout pour ce qui concerne la vie s (...)

1« Que reste-t-il quand il ne reste rien ? », pour reprendre la belle question de Maurice Bellet1, ou encore, que reste-t-il de ces candidates à la disparition d’elles-mêmes ? De fait, la construction d’histoires personnelles se heurte à l’une des utopies monastiques les plus tenaces qui veut que l’entrée au couvent s’apparente à une petite mort ou à une disparition de soi. Le vocabulaire de l’entrée est d’ailleurs explicite : la postulante vient s’ensevelir ou s’enterrer au monastère. Jusqu’au milieu des années 1960, celle-ci vit très intensément ce processus de mort au monde. Pour preuve, les propos de cette carmélite qui écrivait, au moment où elle entrait au couvent, qu’elle n’avait plus de futur — « […] la seule chose importante de mon avenir, à savoir que je n’envisage plus d’avenir2 ». Plus d’avenir, plus de passé, et donc, plus d’histoire ? La principale structure monastique, la clôture, est là pour empêcher la religieuse de conserver ses attaches familiales, et le modèle de sainteté dominant vise à parfaire ce détachement jusqu’aux racines de l’être. Tout, au couvent, semble faire obstacle à la construction d’une histoire individuelle et différenciée. Sherri Klassen s’est intéressée à cette question en cherchant à vérifier l’idée reçue selon laquelle une femme, une fois entrée au couvent, « devient sans âge », et donc, sans histoire. Elle note que la profession « coud ensemble deux événements distincts : la mort et le mariage » et qu’ainsi, « entre la profession et la mort, les religieuses attendent de la continuité3 ». De même, les nécrologes ont tendance à présenter la vie d’une religieuse comme statique : les séquences d’activités auraient pu se passer à n’importe quel moment4.

  • 5 Certeau (M. de), L’écriture de l’histoire, Paris, 1975, p. 289. Cité dans Bartoli (M.), Caterina...(...)

2S’il apparaît difficile de faire ressortir des trajectoires individuelles en monachisme en raison du peu de place accordée dans les sources à l’individu au profit des valeurs du groupe, il est possible de travailler sur ce « point de rencontre » entre groupe et individu. Il s’agit là d’une perspective mise en œuvre par Michel de Certeau, qui explique que la sainteté n’est jamais une construction individuelle, mais bien celle d’un groupe qui s’identifie dans la personne qu’il promeut : « Le texte hagiographique suppose que le groupe ait déjà une existence et […] représente la conscience que le groupe a de soi5. » Marco Bartoli, reprenant Certeau pour l’étude de la sainte de Bologne, a ainsi montré que la sainteté de Catherine avait été construite par une pluralité de personnes (les sœurs, les franciscains, les notables de Bologne), dont une émerge du groupe : une consœur de Catherine qui passera sept années à écrire les mémoires de la défunte et qui, selon les propos de Bartoli, « fera la sainteté de Catherine ». Dans nos couvents également, nous voyons se construire des couples de sœurs où l’une, fascinée, raconte la vie de l’autre, fascinante. Les biographies sont à prendre comme des constructions plurielles, incluant au minimum deux personnes. On peut donc analyser les parcours de vie à partir d’une structure concentrique où certaines moniales détiennent une place centrale et d’autres, une place périphérique, si elles ne sont pas carrément exclues. Ainsi, quelques moniales, dans le regard de leurs compagnes, sortent du lot par leur sainteté, par leur joie, par les épreuves endurées, par leurs vertus. D’autres au contraire semblent être moins dignes d’être racontées. Leur notice est plus brève, une brièveté et un silence qui semblent vouloir cacher leurs échecs ou leur inadaptation à la vie cloîtrée.

A. Des femmes qui se racontent

  • 6 Écrits de la mère Louis de Gonzague..., [1837-1846], 45 p. Dans A.C.J.
  • 7 On connaît l’existence du journal intime d’Élisabeth De Koster, utilisé en partie par la biographe (...)
  • 8 Sur cette grille d’analyse, voir le point « D. Plan et perspectives » de l’introduction, p. 20.

3Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’abondante littérature spirituelle féminine, les écritures autobiographiques sont rares en milieu conventuel. Pour les quatre couvents faisant l’objet de notre corpus, on ne retrouve qu’une seule autobiographie, celle de la carmélite française Louis de Gonzague (Omérine Vanutberghe), qui écrit sa vie à la demande de son confesseur dans les années 18306. Elle le fait dans la verve et sur le mode de Thérèse d’Avila. Quant aux carnets intimes, ceux qui sont conservés concernent la vie des religieuses avant leur entrée au couvent7. Une fois entrées, les religieuses ne semblent plus pratiquer l’écriture introspective ; les écrits personnels sont constitués uniquement de notes de lecture et de retraite prêchées. Ces écrits témoignent de la tradition catholiquetelle qu’évoquée par Chantal Guyot, qui insiste sur l’édification et l’action de grâce. Ils participent davantage de la formation que de l’expérience, comme le fait remarquer Jean-Pierre Albert ; la plupart sont d’ailleurs rédigés pendant la période du noviciat. Nous travaillerons essentiellement, pour reconstruire ces portraits et répondre aux questions soulevées, sur la façon dont les sœurs se racontent mutuellement, employant pour ce faire divers registres d’écriture (notices biographiques, chants festifs, interviews), chacune de ces écritures accentuant une dimension spécifique de la vie monastique : la dimension idéale ou symbolique, la dimension imaginaire, la dimension du réel8. Nous ferons place aux religieuses « intégrées », mais aussi à celles « mal dans leur vocation ». En conclusion, nous réfléchirons sur les rapports entre les structures et les vécus monastiques, afin de voir comment ces deux instances se mêlent, s’exploitent et s’influencent l’une l’autre. Quel est l’impact des structures monastiques dites dépersonnalisantes sur la vie, la personnalité et le parcours des moniales ?

1. Sainteté entre hagiographie et autobiographie

  • 9 Pourtant, on sait que la communauté de Roulers disposait d’un nécrologe. En 1932, l’abbesse de Sain (...)
  • 10 Nécrologe, Malonne, [1910-1992], 107 p. Dans A.C.M.
  • 11 À Floreffe, les 34 notices des sœurs décédées entre 1904 et 1985 remplissent 122 pages du nécrologe (...)
  • 12 Yolande Brédif de Réverdy naît le 4 juin 1866 à Toulouse. Le père ayant dilapidé la fortune familia (...)
  • 13 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.
  • 14 Derniers jours et sainte mort de notre Vénérée Mère Marie-Louise du Saint-Esprit, par mère Marie-Ma (...)
  • 15 Chose exceptionnelle, cette notice est remaniée en vue d’être produite à l’extérieur pour répondre (...)
  • 16 Voir son portrait p. 597 note 40.

4En matière d’écriture hagiographique, on observe de fortes variations en fonction des ordres. Dans les chartreuses par exemple, il n’y a pas de livres conservant la mémoire des membres de la communauté, cette pratique paraissant contradictoire avec la recherche d’effacement. Le couvent des colettines de Saint-Servais ne conserve pas non plus de nécrologe9. À Malonne, on retrouve un nécrologe classique qui conserve la mémoire des moniales entrées10, mais c’est au carmel de Namur-Jambes que l’on observe le plus le désir de se raconter. On totalise 624 pages de notices biographiques pour les 54 sœurs décédées dans ce carmel entre 1840 et 1978, c’est-à-dire 11,5 pages par sœur en moyenne, ce qui est plus du triple de ce qui est consacré à Floreffe (3,5 pages par sœur) et à Malonne (2,6 pages par sœur11). La sainteté apparaît comme le facteur d’attraction le plus déterminant dans la volonté d’écrire et de conserver la mémoire d’une religieuse. À Saint-Servais par exemple, une sœur raconte qu’elle « a toujours regretté de ne pas avoir écrit un peu sa vie [de la tourière sœur Marie12] », car, de son propre avis, « c’était une sainte13 ». Mais qu’est-ce qui, au-delà ou dans cette sainteté, attire ? Chez toutes ces « saintes », la souffrance endurée fonctionne comme un aimant suscitant l’amour, la compassion et la vénération. La sainteté de mère Louis de Gonzague (Omérine Vanutberghe) est indissociable de sa maladie. Celle de la mère Marie-Louise du Saint-Esprit (Idalie Desy) débouche sur un récit d’une vingtaine de pages sur sa mort douloureuse, avec cette réflexion de ses filles qui peinent à la voir encore souffrir : « Nous pensions qu’elle souffrait encore à ses derniers instants et pour nous qui l’avions vu tant souffrir déjà, cela nous fendait le cœur14. » Marie-Germaine de Jésus (Germaine Beckers) illustre probablement le mieux, pour le 20e siècle, l’attrait pour la spiritualité victimale15. Son portrait est rédigé par la sœur Marie-Immaculée de l’Eucharistie (Hélène Jassogne16), qui signe la plupart des notices du troisième nécrologe.

  • 17 Cf. Marcélis (A.-D.), Portraits de moniales contemplatives à l’époque contemporaine, dans Québec-Wa (...)
  • 18 Ce qui rejoint le constat de Claude Langlois lorsqu’il note, au sujet de l’écriture personnelle dan (...)

5Toutefois, il est un autre élément qui influe considérablement sur la mémoire des défuntes, c’est la qualité de l’écriture qui enregistre leur vie. La sainteté de la mère Marie-Louise du Saint-Esprit (Idalie Desy) paraît quelque peu fade et conventionnelle par rapport au formidable portrait de Marie-Cécile des Saints-Anges (Maria Grandjean), dont la riche personnalité et le parcours complexe occupent 42 pages du nécrologe — la plus longue notice après celle consacrée à la mère Marie-Louise (57pages17). L’écriture joue donc un rôle essentiel dans la transmission de la vie et de l’histoire communautaire, qu’il s’agisse d’une écriture autobiographique ou biographique. De même, si la mère Louis de Gonzague, Omérine Vanutberghe, est tellement aimée, ce n’est pas seulement pour sa sainteté « qui se dégageait de toute [s]a personne », mais aussi pour ses « paroles qui enflammaient les cœurs » et ses écrits abondants. Ce qui la distingue autant que sa sainteté, c’est son goût pour l’écriture. Sa production écrite remplit 547 pages d’un recueil dont les dimensions dépassent celles du cahier habituel. L’essentiel de ces pages consiste en des exhortations sur la règle et les constitutions, de style très personnel et toujours très passionné, à quoi s’ajoutent les lettres à son confesseur. On trouve aussi son autobiographie, et le titre qui lui est donné (« Relation de sa vie, écrite par elle-même sur l’ordre de son vénéré confesseur Mr le chanoine Wilmet ») souligne le rôle du directeur spirituel dans cette entreprise qui, sans cela, aurait été suspecte de recherche de soi18. L’autobiographie, d’une trentaine de pages, composée dans une écriture simple, fluide et concise, couvre la période de la vie d’Omérine qui va du décès de son père, lorsqu’elle a 17 ans, jusqu’à l’exil du carmel de Douai en Belgique, lorsqu’elle en a 30 (soit les années 1821-1834). Remarquons que, pour la période précédant l’entrée au carmel, le récit d’Omérine englobe toujours sa sœur cadette qui rentre aussi au carmel de Douai-Namur, au point que ces deux sœurs semblent être fondues en une seule personne. Ce n’est qu’à partir de l’entrée en religion qu’Omérine parle en son propre nom, comme si l’entrée en religion permettait aux sœurs de recouvrer leur individualité.

a. Mère Louis de Gonzague, Omérine Vanutberghe, 1804-184519

  • 19 Omérine Vanutberghe naît le 9 avril 1804 à Lille. Elle est la deuxième de trois enfants : un garçon (...)

6Ainsi commence-t-elle :

  • 20 Cette autobiographie a été recopiée en deux endroits : Dans le recueil des écrits de la mère, sous (...)

« J’avais 17 et demi quand Papa mourut subitement, ce qui nous fut un coup terrible ! Nous l’aimions si tendrement ! Deux ans auparavant nous avions perdu maman, après l’avoir vue souffrir pendant neuf ans. Cette seconde perte nous affligea et nous jeta dans la tristesse. Cependant, le soir du même jour, je tâchai de consoler ma sœur qui était trois ans plus jeune que moi. Je lui dis tout simplement : ‘Consolons-nous si nous n’avons plus de père sur la terre, Dieu sera notre Père20’. »

  • 21 « Aujourd’hui encore, je suis connue pour n’être pas corrigée de mon ancien défaut ; j’ai encore un (...)
  • 22 « Il nous venait souvent lorsque nous étions en compagnie de si grandes tristesses dans l’âme que n (...)

7D’emblée, Omérine plante le décor : le deuil familial, bouleversant et irréparable. Omérine raconte ensuite comment elle et sa sœur Apolline vont résister aux divers projets de placement proposés par les membres de la famille. D’une part elles refusent d’être séparées : « il fallait nous séparer l’une de l’autre, ce que nous ne pouvions supporter » ; d’autre part, elles expriment leur désir d’être recueillies par un oncle paternel « qui ne voyait pas le monde » (alors que la branche maternelle est plus mondaine : « tandis que chez les parents du côté de maman, où on voulait nous conduire, c’était toujours soirées, parties de plaisir, ce que nous n’aimions pas »). Enfin, elles refusent d’être placées en pension à Paris, ville que ces Lilloises redoutent particulièrement (« À Paris, où l’on court tant de dangers ! »). Finalement, Omérine, qui plus tard se qualifiera volontiers d’entêtée21, obtient de rester chez l’oncle choisi, avec un précepteur particulier pour achever son éducation et celle de sa sœur cadette. La famille cherche encore à les « distraire » (« Notre famille cherchait à nous distraire. Un jour on nous demandait d’un côté, et un autre jour, de l’autre »), mais ces sorties les ennuient (« Nous ne prenions pas beaucoup de plaisir à ces sorties. Nous aimions naturellement à rester tranquilles ») et avivent même le mal-être des deux sœurs22.

  • 23 On sait toutefois que la mère des deux enfants était croyante et pratiquante (« Notre bonne maman n (...)
  • 24 Extrait cité dans le chapitre sur le recrutement et la vocation, p. 159.

8Avant leur « conversion », elles disent remplir leur devoir religieux « comme de grosses chrétiennes, sans esprit intérieur et sans songer qu’il y avait une autre vie ». Omérine raconte avoir connu une période de « relâchement23 ». Mais le moment qui fait basculer leur vie est celui de leur conversion, qui survient à l’écoute du récit des ermites Paul le Simple et Antoine le Grand. Alors, leurs yeux s’ouvrent enfin, pour reprendre l’image d’Omérine24. À partir de ce moment, Omérine et Apolline s’engagent dans les « bonnes œuvres » (« Nos jours étaient tout pour les bonnes œuvres »), qui consistent surtout dans l’aide matérielle aux pauvres (argent, visites, soins…). Si elles continuent leurs « œuvres » jusqu’au moment de leur entrée, elles disent le faire par devoir plus que par attrait : « Nous n’avions pas grand attrait pour visiter les pauvres. » Mais ce qui est intéressant à observer, c’est qu’elles voudraient elles-mêmes devenir pauvres à l’extrême (mendiantes) :

« Nous mettions notre plaisir à penser qu’un jour nous n’aurions plus rien et que nous serions obligées de mendier pour vivre. Le bon Dieu nous donnait un véritable amour pour la pauvreté. Lorsque nous voyions de pauvres femmes ramasser des écosses [sic] de légumes et des os sur des monts d’ordures dans les rues, nous nous figurions être un jour comme elles, tant était grand notre désir de la perfection. »

  • 25 Relation de sa vie..., p. 40-41. Dans A.C.J. Voir aussi le chapitre sur la vocation et le Saint-Sac (...)

9Elles se sentent également portées à la mortification et à la prière. Elles commencent à accomplir des actes de mortification qui, tout en étant parfois comiques, ont, aux dires de leurs biographes futures, altéré leur santé. Ainsi, elles achètent des cordelettes et se fabriquent des « disciplines ». La dévotion eucharistique et la communion prennent une place importante dans leur vie. Les deux sœurs se mettent à suivre le Saint-Sacrement en public — geste quelque peu provocateur pour cette époque —, mais ces processions leur procurent des grâces : « Quelle douceur, ô mon Dieu, Vous versâtes dans nos âmes et qu’il est bon de vous suivre sans respect humain ! Arrivées à l’église nous sommes restées longtemps prosternées sur le pavé ne sachant plus où nous étions tant la grâce de Dieu nous avait changées25. » Parallèlement, Omérine communie presque tous les jours (« J’ai déjà dit que notre confesseur nous permettait la communion fréquente »), et avoue en tirer beaucoup de consolations (« Après la sainte Communion, j’ai senti notre Seigneur présent en moi d’une manière très sensible et de quelle grandeur Il était. ») Elle écrit également qu’elle avait un « grand attrait pour la prière mentale ». Enfin, elle fait part d’un songe qui lui fit « forte impression », où elle rencontrait un vieillard assis devant un calvaire lui montrant du doigt « un petit sentier qui était entouré de précipices, de bois obscurs et d’une longueur extrême ». Au bout de ce chemin se trouvait une petite porte à peine visible. Elle s’entendit dire que c’était la porte du Ciel : « le vieillard me dit : ‘voilà la porte du Ciel’ ».

10Si la perspective d’entrer en religion se précise, les sœurs ne trouvent nulle part la maison qui convient : « Tantôt il nous semblait que c’était une belle vocation de soigner les malades dans les hôpitaux ; d’autres fois, nous croyions mieux faire en restant dans le monde pour assister les pauvres. Nous allions quelques fois visiter les maisons religieuses, mais rien ne nous convenait. » C’est en entendant parler des carmélites qui « ne sortent jamais », qui vivent derrière des grilles, qui sont voilées et « communient par un trou dans la muraille » qu’elles ressentent un attrait spontané pour cette vie, ce qui fait écho à leur « conversion » qui s’était déclarée à l’écoute du récit des deux ermites Antoine et Paul. La décision d’entrer au carmel est prise de façon étonnante. À l’oncle qui, sur un ton de reproche, demande à Omérine le motif d’une visite qu’elle a faite au carmel de Lille et si elle désire y entrer et y entraîner sa sœur à la santé délicate, elle répond « oui », alors que sa décision n’était pas encore arrêtée :

« Nous nous présentâmes donc devant lui [l’oncle] qui nous demanda si c’était vrai que nous allions nous faire carmélites. Je répondis avec fermeté : ‘Oui’, quoique peu avant je n’avais pas encore décidé pour cet ordre, et dès ce moment je voulus me faire carmélite parce que je l’avais dit et que je voulais tenir bon à ce que j’avais avancé. »

11Les deux sœurs doivent encore attendre trois ans pour que la cadette atteigne sa majorité. Elles restent discrètes quant à leur projet, au point que le tuteur finit par croire qu’elles ne pensent plus à la vie religieuse. Les résistances familiales se réveillent au moment de leur entrée. Celle-ci est précipitée par la proposition de la prieure et fondatrice Marie-Joseph de Réverseaux de faire un « essai » de trois mois au carmel de Douai : « Dites à votre famille que vous voulez faire une épreuve de trois mois. Je retourne dans 8 jours à Douai ; si d’ici là vous voulez vous préparer, vous pourrez m’accompagner dans ce carmel. » Cette proposition subite de la prieure encourage les deux sœurs qui se sentent « remplies de foi et de confiance » : leur départ « semble une chose faite » et les « obstacles qui jusque là nous avaient paru insurmontables tombent d’eux-mêmes ; la grâce était si agissante que nous n’avions peur de rien et nous faisait croire tout possible ». Le tuteur et les autres membres de la famille consentent à cet essai. Le 27 janvier 1829, les deux sœurs quittent Lille, en compagnie de la fondatrice, pour le carmel de Douai. À peine sont-elles arrivées qu’elles ont l’impression d’avoir toujours vécu au couvent :

  • 26 Relation de sa vie..., p. 50. Dans A.C.J.

« Nous voilà donc en route pour aller dans le lieu de notre repos. Quelle joie était enfin la nôtre ô mon Dieu ! Nous quittions tout sans regret. Arrivées enfin dans ce cher carmel de Douai, il nous apparaissait avoir toujours vécu dans un monastère, rien ne nous semblait difficile, au contraire26. »

12Elles pensent pouvoir abréger le temps de noviciat, et prendre l’habit dans quelques jours, ce qui va déclencher une très forte réaction familiale. La parenté, déjà défavorable à l’institution monastique en soi, suspecte la mère de Réverseaux de vouloir profiter de la fortune des deux postulantes pour payer le carmel nouvellement fondé (et de fait, une bonne partie du couvent est payée grâce à la dot des deux sœurs, ce qui est illégal canoniquement puisque la règle exige d’attendre le décès de la sœur pour liquider sa dot). Disons déjà qu’Omérine souffrira durablement du problème lié à son héritage, ravivé au moment où la communauté doit brutalement quitter Douai et laisser le nouveau couvent aux mains de l’évêché. Lorsque la jeune fondation namuroise, très appauvrie, cherche à récupérer les fonds du couvent laissés entre les mains de l’évêque d’Arras, les deux sœurs Vanutberghe insistent pour qu’on « abandonnât toute contestation ». Elles se voient cependant priées par les supérieurs de faire des démarches pour récupérer l’argent, et il paraît, selon Marie-Véronique Magnette, peu suspecte d’extrapoler les faits, que la somme récupérée (35 000 fr.) arriva le jour même des funérailles de la mère Louis de Gonzague, en 1845.

13Omérine prend l’habit le 21 mai 1829, sous le nom de sœur Louis de Gonzague, en mémoire de ce saint jésuite qu’elle affectionnait et qu’elle imitait dans ses mortifications (« Nous avions lu la vie de saint Louis de Gonzague. Nous voulûmes l’imiter dans sa pénitence. Je couchais par mortification sur des planches que j’ôtais tous les soirs d’une garde-robe »). Ses premières années au carmel sont vécues dans la joie, la paix, parfois l’exaltation, tout en étant marquées par la maladie : « Notre première année, comme toutes les autres, s’est passée dans la joie et la paix ; nous pensions avoir quitté l’enfer et nous trouver au paradis. » Mais sa santé se détériore, et la jeune carmélite se rassure en citant Thérèse d’Avila qui disait que pour être une bonne religieuse, il fallait être malade pendant son noviciat. Quelques jours avant la date fixée pour la profession, le 24 mai 1830, sœur Louis de Gonzague est alitée. Elle prononcera ses vœux dans un état de fièvre avancé : « Le matin du 24 je me levais, mais la faiblesse était si grande que je ne pouvais tenir debout. On me porta au chapitre et installée dans un fauteuil, je pus faire ma profession […]. On me fit reposer encore quelques heures, jusqu’à la cérémonie de Prise de voile qui devait se faire dans la matinée. » Elle reste gravement malade pendant plusieurs mois, avec une forte fièvre et des douleurs d’estomac extrêmes :

  • 27 Relation de sa vie..., p. 54. Dans A.C.J.

« Cette fièvre ne me quittait pas, j’éprouvais de grands tremblements qui duraient plusieurs heures ; j’avais une soif tellement ardente, je ne savais pas l’apaiser. Cet état dura deux à trois mois, alors quand j’eus repris un peu de force, je retombais de nouveau. Le médecin ordonna la diète, mais je souffrais davantage encore, il me semblait que des petits chiens me rongeaient l’estomac. Alors je regardais mon crucifix et cette vue me donnait du courage. Jésus qui avait tant souffert me voulait avec Lui sur la croix. Après bien des mois de souffrance, je me trouvais dans un tel état de faiblesse et de surexcitation, la douleur que j’éprouvais à l’estomac était telle que je me serais bien arraché les cheveux… si j’en avais eus27 ! »

14Malgré cette santé déficiente, elle tient à « faire l’observance malgré tout et se mettait à la torture ». Son état de convalescence dure deux ans, pendant lesquels sœur Louis de Gonzague est parfois incapable de se lever ou de marcher seule, et si elle se dit ensuite remise, elle conserve une « grande faiblesse des nerfs ».

  • 28 « Ceci me fait penser de dire que, quand j’étais dans le monde, je n’ai eu qu’une seule tentation a (...)

15Son cheminement spirituel garde toute sa vie l’empreinte de ces premières années, avec d’une part le sentiment d’impuissance et de faiblesse, et d’autre part, celui d’être envahie par Dieu. Au départ, Omérine est quelque peu abattue par sa maladie qui l’empêche de suivre la règle, mais s’entend dire intérieurement : « ’Ne fais pas attention à ce que font les autres, pour toi, va simplement, et par ce chemin tu iras tout droit en paradis’. » Elle ajoute que « cette parole » la « ranima » et l’« encouragea », et qu’à partir de ce moment, elle prit « tous les soulagements sans scrupules, et le repos qui était nécessaire ». Ses souffrances offertes « en union à celles que Notre Seigneur endura sur la terre » fut, selon elle, le ferment de nouvelles grâces : « Je sentis alors des grands effets de l’amour divin qui me consumaient intérieurement. Je n’aspirais qu’après Dieu seul et il ne fallait que me mettre en oraison pour me sentir unie à ce bon maître. » Au sortir de sa maladie, elle prend de nouvelles dispositions de vie centrées sur le dénuement matériel et spirituel : elle désire plus que jamais être pauvre (« ’Ah faites-moi pauvre et je ne vous refuserai plus rien’ »). Elle accepte à ce moment d’être « mise en charge », ce qu’elle avait redouté depuis longtemps, au point de songer à différer son entrée en religion28. Ces nouvelles dispositions sont suivies de nouvelles grâces, peut-être les plus profondes relatées dans ce récit, où elle dit avoir eu le sentiment de retrouver l’innocence et la pureté, de s’être sentie renouvelée comme si elle était « revêtue d’un habit nouveau » :

« Je disais donc que, dans ces moments d’ardeur, je promettais à Notre-Seigneur de ne plus rien lui refuser. Que de grâces je reçus alors ! j’avais de la peine à me contenir ; il me semblait par moments que mon âme allait sortir de mon corps, ou que ma poitrine allait se fendre ; j’étouffais, ne pouvant supporter l’amour qui me remplissait ; j’étais souvent prête à m’échapper en soupirs ou en cris d’amour lorsque j’étais au chœur. Ah ! Jésus, que vous aimez la pauvreté, le détachement de toutes choses pratiqué parfaitement par vos épouses ! Je ne comprenais pas comment tout le monde n’embrassait pas un état aussi saint. Cette ardeur que je ressentais purifiait mon intérieur et quelques fois je devais dire à la Mère Marie-Joseph que je sentais l’innocence et la pureté ; je ne sais comment m’expliquer, mais il me semblait que tout était renouvelé en moi comme si j’étais revêtue d’un habit nouveau. »

16On peut dire que sa spiritualité sera entièrement construite sur cette expérience et cette conviction : le secret de la sainteté, le bonheur de la vie (religieuse) est la remise de sa volonté propre et la réception de celle de Dieu. Il est intéressant de voir combien elle accentue le thème de la volonté de Dieu. Elle élève dans son cœur un autel intérieur « dédié à la volonté de Dieu » ; ce qui l’habite, c’est moins Dieu que sa volonté : « Je sentais aussi un grand amour pour la sainte volonté de Dieu […] et pour contenter ma dévotion, je me suis sentie portée à lui élever un autel dans mon cœur. Je lui offris ma volonté pour la faire mourir devant la volonté divine, que je voulais toujours accomplir. »

  • 29 Nous renvoyons au point « c. Le paradoxe des vertus », p. 535

17L’autobiographie d’Omérine s’achève au moment du départ de la communauté de Douai en exil. On sait que pendant l’exil à Gand, entre 1834 et 1837, sœur Louis de Gonzague est sous-prieure et fera office de vicaire en remplacement de la prieure malade. Lors des premières élections de la fondation namuroise, le 19 mai 1837, elle est élue prieure. C’est ainsi qu’on lui attribue le titre de « fondatrice » comme pour la mère de Réverseaux. C’est lorsqu’elle est prieure, entre 1837 et 1840, qu’elle rédige ses nombreuses exhortations qui, au dire des sœurs, « enflammaient les cœurs ». Elles ont été analysées en fonction des thèmes qu’elles abordent dans les divers chapitres ; une analyse de l’œuvre dans son ensemble reste à faire. Si la mère Louis de Gonzague n’est pas réélue en 1840, c’est, aux dires des sources, à cause de sa santé ; elle est alors chargée du noviciat. Il paraît qu’elle retrouve un peu la santé les deux dernières années de sa vie, pouvant à nouveau reprendre l’observance. De cette époque, nous disposons de sa correspondance avec son confesseur, qui illustre surtout sa spiritualité (tendue entre l’ascèse et l’abandon), et notamment son culte pour la « volonté divine29 ». Elle meurt au cours de l’été 1845, en quinze jours, d’une tuberculose pulmonaire. Nous avons peu de renseignements sur sa mort, sa première biographe ayant trouvé plus intéressant de recopier les écrits de cette mère que de la décrire « extérieurement ». Fait étonnant, la biographe a même omis de mentionner la date exacte du décès, comme si, la vie et la mort de cette mystique appartenaient déjà à l’éternité.

18On retrouve dans le récit de la mère Louis de Gonzague, Omérine Vanutberghe, plusieurs traits distinctifs du parcours des moniales. La longue maladie de la mère et la mort précoce des parents plongent les deux sœurs dans un état dépressif marqué par un « dégoût du monde ». C’est le récit des ermites Paul le Simple et Antoine Le Grand qui les sort de leur torpeur et leur donne une nouvelle raison de vivre. À partir de ce qu’elles nomment leur « conversion », elles se sentent animées d’un zèle sans borne pour les « pauvres ». Cependant, elles découvrent que leur vocation ne sera pas de soigner les pauvres — elles n’en ont pas le goût —, car ce qu’elles désirent, c’est de devenir pauvres elles-mêmes (jusqu’à envier les femmes qui ramassent leur nourriture sur les monts d’ordures). Le thème de la pauvreté prendra une place d’autant plus importante qu’il engendre des tensions avec une famille particulièrement riche. La vie spirituelle d’Omérine se développe d’abord autour du Saint-Sacrement. Elle se désole de voir que le Grand Roi circule en ville dans l’indifférence de tous, et se met à suivre le Saint-Sacrement. L’attrait pour la vie solitaire et mortifiée se manifeste une seconde fois lorsque les deux sœurs entendent parler des carmélites. C’est là leur vocation, et, une fois entrées, elles ont l’impression d’avoir toujours vécu au carmel.

19Un deuxième trait important qui marque le parcours de Louis de Gonzague est sa propre maladie, qui deviendra un élément central de son cheminement spirituel. La mystique qui l’anime est marquée par le dénuement intérieur ou encore, la pauvreté totale. Maladie, souffrance et surtout remise de sa volonté propre sont les moyens d’union à Dieu. Les effets de cette union sont physiques et on peut parler d’extases lorsque Louis de Gonzague évoque l’amour de Dieu qui l’étouffe. Ces manifestations divines lui font retrouver la pureté et l’innocence, et elle dit être « renouvelée »

20Le lieu précis de rencontre entre Dieu et sa créature est bien, pour Louis de Gonzague, la volonté. Elle élève dans son cœur un autel où elle sacrifie sa volonté pour celle de Dieu. Mais en même temps, cette religieuse dit que Dieu a toujours fait sa volonté, et lui demande qu’il soit toujours « le maître de sa volonté avec son entêtement ». Ce culte de la volonté de Dieu avec ses ambivalences est typique de la spiritualité des carmélites. Enfin, et on l’a déjà relevé à diverses reprises et notamment dans le chapitre sur la clôture, les écrits de la mère Louis de Gonzague illustrent parfaitement la spiritualité angélique du contemptus mundi. Cette mère, dont la vocation érémitique s’est révélée dès le départ, a particulièrement bien assumé son « exode » du monde au cloître. En cela, elle se distingue de nombreuses religieuses qui conservent des attaches familiales ou d’autres nostalgies qui les entraînent mentalement hors de la clôture. Elle se distingue aussi d’une Thérèse de Lisieux qui reste amoureuse de sa famille « terrestre » ou d’une mère entreprenante comme Thérèse d’Avila. Omérine, elle, se met plutôt dans la peau de « l’aveugle volontaire » ou de « la captive » des cantiques romantiques du 19e siècle. Elle le dit elle-même : « J’ai une âme dans un corps, mais je ne sais s’il vit ou s’il est mort. » Elle qui compare les carmélites à de la volaille pour pouvoir s’élever de la terre, se sent pousser des ailes. Bref, elle est un ange.

b. Le couple Marie-Madeleine de Jésus, Julie Dillies (1797-1883) et Marie-Gabriel de la Sainte-Trinité, Louise Ranwez (1839-1906)

  • 30 Julie Dillies naît le 13 mars 1797 à Verlinghem, près de Saint-Omer. Elle entre au carmel de Douai (...)
  • 31 Notices..., sr Marie-Madeleine de Jésus, Julie Dillies, 1797-1883. Souvenirs..., p. 86-92. Dans A.C (...)
  • 32 Ayant fait vœu de se donner à Dieu à 10 ans, entrée au carmel des carmélites chaussées de Florence (...)

21C’est également la qualité de l’écriture de la carmélite Marie-Gabriel de la Sainte-Trinité (Louise Ranwez) qui nous rend si sympathique la figure de la Marie-Madeleine de Jésus (Julie Dillies30), converse dont elle retrace le portrait avec une chaleur communicative en moins d’une dizaine de pages31. Ainsi commence-t-elle : « Il y a quelques années, j’eus le bien de soigner une petite sœur converse aussi remarquablement petite de taille qu’elle était grande devant Dieu. C’était une sainte. » Notons que ces deux religieuses présentent de nombreuses analogies et apparaissent comme des figures marquantes du carmel de Namur-Jambes. Analogies car toutes deux sont attirées par la mortification extrême ; elles ressemblent à la figure de la « mystique au torchon » présentée par Michel de Certeau. L’une, Julie, pauvre orpheline, est converse, mais avant d’embrasser cet état, vivait déjà comme une servante. L’autre, Louise, fille de pharmacien, est choriste. Sa vocation très précise pour le carmel — alors que ses trois sœurs entrent chez les Dames de Marie — avait comme modèle la figure de la carmélite du 16e siècle, Madeleine de Pazzi, dont la vie est marquée par l’auto-anéantissement32. Louise veut imiter cette sainte tout en pensant que le choix du carmel est « trop élevé pour elle ». C’est ainsi qu’elle demande à entrer comme converse — ce qui lui est refusé —, élément qui n’appartient pas à la fiction hagiographique. Au couvent, elle s’attribuera les travaux les plus lourds. C’est lorsqu’elle soigne sa converse favorite, Marie-Madeleine, qu’elle apprend à la connaître et est amenée à écrire son histoire.

22On a dit que Marie-Madeleine évoquait la figure de la « mystique au torchon », « éponge du monastère ». La description de ses mortifications, qui consistent entre autres à absorber les déchets de la communauté, revient fréquemment : « [Elle] mangeait ce que le chat ne voulait pas. Sa portion, quand elle-même se la faisait, c’était le brûlé du fond d’une marmite, etc. etc. La voisine de table ne devait pas regarder sa portion, c’eût été un vomitif. » C’est en s’amusant que Marie-Gabriel relate l’anecdote suivante, qui se déroule au moment du transfert de la communauté de Douai à Gand en 1834. De passage dans un carmel, les voyageuses se voient servir des soupes « noires » à la bière peu ragoûtantes ; c’est Marie-Madeleine qui les absorbe toutes pour ses compagnes :

  • 33 Ne s’agirait-il pas plutôt de Courtrai ou de Tournai, deux villes qui possèdent un carmel à l’époqu (...)

« La veille du départ, on fit au carmel de Douai 5 cuissons, 5 fournées de pains pour le voyage qui se faisait en chariots couverts de toile, et des pommes cuites à l’avenant. On allait à Gand. Quand on passait par une ville qui possédait un carmel, on s’arrêtait pour saluer les sœurs et prendre un rafraîchissement. Ainsi descendit-on à Louvain33. Pour fêter les voyageuses, on leur servit une bonne soupe à la bière. Jamais elles n’en avaient mangé. ‘Qu’est-ce que cette soupe noire ?’. Personne n’en sait le nom. On la goûte doucement. ‘Ce ressemble à quoi ?’. ‘Je ne sais. Ni moi non plus’. La plus brave n’ose avancer. Seule Sr Madeleine attaque vigoureusement la sienne et tout y passa. Sa voisine lui fait un signe, lui avançant la sienne et toutes les soupes l’une après l’autre, prennent le même chemin et la petite sœur Marie Madeleine dont l’estomac est aussi complaisant que toute sa personne fait face à tout. Après avoir bien dîné et visité le couvent etc… Sœur M. Madeleine rentrée dans le chariot s’y endormit aussitôt pour ne se réveiller qu’à Gand, du sommeil du Grand Père Noël. »

23Ces mortifications alimentaires s’accompagnent de mortifications corporelles extrêmes : « Les instruments de pénitence lui étaient familiers : cilices, ceintures de fer, bracelets, genouillères, croix à pointes, disciplines, c’était de toutes les saisons et de tous les jours. » Ces instruments vont jusqu’à s’incruster dans la peau ; provoquent des lésions importantes (sang, épaule « noire » etc.). À côté de ses mortifications extrêmes, elle se charge, dans le travail, des tâches les plus pénibles, sans jamais se plaindre de la fatigue : « Elle ne savait pas refuser un service. Après une journée de fatigues extraordinaires, lui disait-on : ‘Ma chère Sœur, Votre Charité est bien fatiguée, n’est-ce pas ?’. ‘Ma sœur, je n’oserai pas dire cela’. C’eût été se plaindre. » Enfin, elle souffrit « en méritant » des douleurs que lui causent de « terribles rhumatismes qui lui contournèrent tous les membres, une jambe toute raide, des hanches toutes déboîtées ». Malgré cela, elle balayait les greniers et les caves à genoux. Quand une douleur la prenait, elle ne « criait pas au secours […] mais bien ‘encore plus Seigneur, encore plus’ ». Sa dévotion est effusive. « Le crucifix de cuivre que nous portons sur la poitrine était tout usé par ses baisers. » La notice du nécrologe en dit un peu plus sur cet amour sans borne pour le bon Dieu et pour son prochain. Sa prière apostolique (« C’était une âme apostolique ») se distingue par l’accent mis sur les « pauvres gens » et les ouvriers. « Qui sait si ce n’est pas à sa prière qu’on voit aujourd’hui tant de dévouement aux œuvres d’ouvriers ? », commente la biographe. Elle prie sans relâche lorsqu’elle entend parler d’un pauvre pécheur. Elle s’adressait alors avec une « confiance filiale » à la Vierge, lui disant : « Ô Vierge Sainte, ne laissez pas périr une âme pour laquelle votre divin Fils est mort sur la croix ! »

24La sœur Madeleine avait décidément tout pour plaire : à côté de ses vertus « héroïques », son parler local et ses manières amusent. « Son parler était d’une fille de village. Ainsi, pour Notre Révérende Mère, au lieu de dire Votre Révérence, elle disait ‘Votre Rence’ ». Pour Francs-Maçons, elle disait « Flancs-Maçons ». C’est surtout lors de ses deux dernières années, au moment où elle perd progressivement la raison, qu’elle attendrit son entourage :

« Deux ans environ avant sa mort, elle rentra en enfance. Mais quelle enfant ! Elle en avait toujours gardé l’innocence, la simplicité, la douceur. Elle était vraiment charmante et gentille à croquer. Elle nous a bien amusées aux récréations et quelques fois aussi, par exemple, quand elle arriva au chœur à Vêpres avec sa tunique de dessous au dessus de sa robe, un tablier en guise de manteau et le débarbouillon, dont les 4 coins étaient noués, sur sa tête ; et sa béquille comme une crosse, et autres histoires de ce genre. »

  • 34 Notices..., sr Marie-Madeleine de Jésus, Julie Dillies, 1797-1883. Souvenirs..., p. 90 et sv. Dans (...)

25Marie-Madeleine retourne dans le passé, comme ce jour où, à la porte du réfectoire et une gamelle à la main, elle demande aux sœurs « un peu de soupe par charité parce que son père et sa mère étaient morts ». Notons que si Marie-Madeleine a retenu l’attention de Marie-Gabriel, elle est chérie de toute la communauté, puisque la biographe du nécrologe écrit : « sa mémoire sera toujours parmi nous en grande vénération », et encore : « Que n’aurions-nous pas à dire de la vie admirable et édifiante de notre chère petite sœur M. Madeleine ! Âme simple, ignorante des choses du monde, sans talent, sans instruction ; mais en revanche, bien instruite dans la science des saints, notre bonne sœur M. Madeleine fut toujours parmi nous un miroir de toutes les vertus34. » Elle décède le 19 novembre 1883, à 86 ans. On peut dire que ce parcours, pourtant marqué par la violence ou tout au moins, par une dureté extérieure, dégage une atmosphère joyeuse donnant le sentiment d’une vie accomplie et assumée.

  • 35 Louise Ranwez naît le 8 juin 1839 à Andenne, dans une famille de onze enfants dont le père est phar (...)

26Que retenir, maintenant, de Louise Ranwez, Marie-Gabriel de la Sainte-Trinité35 ? D’emblée, sa biographe pointe « sa nature gaie et un peu originale ». On apprend aussi qu’elle était « très corpulente », un élément qui n’aurait peut-être pas été signalé si Marie-Gabriel n’avait pas prié chaque jour pour ne jamais devenir impotente :

« Notre vénérée mère Marie-Gabriel étant très corpulente, la communauté se demandait parfois avec anxiété comment on ferait dans l’occurrence si des infirmités la rendaient impotente un jour et elle-même, sachant quelles difficultés il y aurait en cela pour nous demandait chaque jour à Dieu de nous épargner. »

  • 36 « La Rde Mère m’a présentée aux sœurs au grand parloir, moi seule, j’étais devant elles, séparées p (...)

27On retrouve, dans une lettre envoyée peu après son admission au carmel, les traits caractéristiques de la psyché de Marie-Gabriel36. D’une part, cette religieuse ressent un grand bonheur de sa vocation, accru par le sentiment de bien-être qu’elle goûte en présence des carmélites — « j’étais là […] plus à l’aise que je n’ai jamais été à la maison » — ; d’autre part, elle manifeste une tendance à la dévalorisation personnelle. Son confesseur lui aurait dit : « Mon enfant […], soyez toujours la bourrique de la maison ». Et de fait, Marie-Gabriel se prend volontiers pour une « bourrique ». N’étant pas acceptée comme converse, elle s’attribue les travaux les plus lourds qui ne manquent pas, car l’âge se fait sentir chez les trois converses arrivées avec l’essaim fondateur — la relève dans le rang des converses n’est assurée que dans les années 1880. Parallèlement, Marie-Gabriel se mortifie dans la nourriture : « elle demande et obtient d’avoir le pain le plus vieux, les restants de légumes, de poissons ou les fruits à demi gâtés ». Ainsi, écrit sa biographe, « elle se mettait au-dessous de toutes », et lorsqu’il survenait une négligence quelconque, « se croyant toujours coupable », elle était « la première à s’accuser ». Elle disait alors : « Notre mère, pardonnez-lui, c’est la grosse Gabrielle. » Mais la biographe n’échappe pas aux contradictions du système des vertus, et en même temps qu’elle insiste sur le « soin » que Marie-Gabriel « mettait à s’humilier », elle écrit que, pour cette religieuse « habituée à tout diriger dans sa famille », « la pratique de l’humilité, de l’obéissance n’allait pas sans peine ». Est-ce en raison de sa difficulté à se plier au moule conventuel que Marie-Gabriel est choisie comme infirmière ? Cette tâche l’isole quelque peu de la vie communautaire, tout en exigeant « charité » et « abnégation », ce qu’elle possède au plus haut point. Ainsi, « entrée dans cet office juste à la sortie du noviciat, elle y demeura presque toute sa vie ». La biographe reprend quelques exemples témoignant de la grande tendresse qu’elle prodigue aux infirmes. Ainsi, une ancienne ne « pouvant plus marcher seule », Marie-Gabriel « la prenait dans ses bras » et faisait avec elle le tour de l’infirmerie en s’arrêtant devant chaque statue et chaque image. Une autre malade avait le corps si contrefait qu’il était extrêmement difficile de l’habiller et de le déshabiller, ce à quoi Marie-Gabriel se pliait avec une douceur d’ange.

  • 37 Livre de Tobit (ou de Tobie) est un « petit roman populaire tout imprégné de l’idéal de piété du ju (...)
  • 38 Marie-Ange de l’Immaculée-Conception (Pauline Stouffs) est maîtresse des novices sur une longue pér (...)

28Un autre trait qui caractérise Marie-Gabriel est son parler métaphorique inspiré de la Bible. « J’ai la bonne part et, si je suis fidèle, elle ne me sera pas ôtée », écrit-elle au sujet de sa vocation. Pour la période de son noviciat, elle reprend l’image du jeune Tobie37 : « J’ai une maîtresse, la Rde Mère Marie-Ange38 qui est pour moi pleine d’indulgence ; si je suis docile et bien confiante, elle me conduira et je ferai comme le jeune Tobie un heureux voyage… » Pour son jubilé de vingt-cinq ans de profession, elle demande qu’on l’avertisse de ses manquements sans la ménager, « se comparant en cette circonstance au paralytique de l’Évangile qui ne trouvait personne pour le jeter dans la piscine salutaire ». Son goût pour la lecture, qui caractérisait déjà l’enfant, n’est probablement pas sans lien avec cette imagination fertile. Les moniales en profitent ; Marie-Gabriel apparaît comme une lectrice et une compositrice très appréciée :

  • 39 Notices..., sr Marie-Gabriel... Ranwez, 1839-1906, p. 133. Dans A.C.J.

« Lectrice au réfectoire ou parfois en récréation, elle y mettait souvent du sien si à propos que ce n’était que lorsque l’hilarité était complète qu’on s’apercevait de sa broderie… À nos petites réjouissances de Noël, c’était du meilleur cœur qu’elle se prêtait pour nous récréer. Quelle apparition elle fit à une de ces licences en habit de missionnaire, dont elle joua si bien le rôle que c’était à s’y méprendre ! Et quel discours pathétique sur la perfection, qui se termina par la prohibition de peaux de lapins39… »

29Elle aime voir et entendre Dieu. Ainsi, un matin à l’oraison, elle se disait que « son bonheur serait bien grand s’il lui était donné de contempler le divin visage de son bon Maître ou du moins de quelqu’un qui lui ressemblait ; c’était long d’attendre le ciel ». Dans la journée, un oncle vient lui rendre visite la prévenant qu’elle verrait aujourd’hui l’adolescent « le plus beau qu’on puisse imaginer ». Ce jeune homme qui la visita le jour même n’était autre que son jeune frère, Félix : « Il était réellement d’une remarquable beauté. » Enfin, sa biographe relate une vision que Marie-Gabriel, trouvant bon de partager les bonnes choses (« car les bonnes choses, il ne faut pas les tenir cachées, il faut les partager avec les autres »), a racontée à sa prieure :

« Je me trouvais, je ne sais comment, dans une salle magnifique où était servi un somptueux festin. Notre Seigneur s’y trouvait présent avec ses disciples. Ceux-ci me voyant en si triste état et gémissante dirent à Jésus : ’Seigneur, comment cette fille là est-elle entrée ici ? Que fait-elle là ? Elle ronfle, elle pousse des cris comme quelqu’un qui tombe d’un haut mal’. J’étais toute tremblante et ne savais que devenir lorsque Notre Seigneur reprit d’une voix infiniment douce : ’laissez-la, j’ai entendu ses cris, ses gémissements qui ne sont pas volontaires ; c’est une épreuve que je lui laisse, ils me sont même incomparablement plus doux que tous vos chants d’amour. Laissez-là, c’est ma fille… c’est ma fille… ’ Et répétant ces dernières paroles qui l’avaient remplie de consolation, de grosses larmes coulaient de ses yeux. »

30Cette vision consolante, qui survient juste après sa dernière eucharistie et peu avant son décès, lui aurait fait « affronter mille morts ».

31Quelle fut sa mort enfin ? Ce fut une « mort dure », en réponse à la prière « qu’elle avait faite à Dieu de lui envoyer ‘la mort la plus dure’ » : « Ce fut un douloureux spectacle pour nous… la figure si souriante de notre chère mourante un peu auparavant était bleuâtre et toute contractée, sa langue paralysée et chacune de ses respirations occasionnait une secousse extraordinaire à tout son corps. […] Cette agonie dura trois heures, juste le temps que Notre-Seigneur souffrit sur la croix. » Pourtant, sa biographie ne laisse pas un souvenir triste ou amer, comme pour certaines religieuses. On peut dire que Marie-Gabriel rejoint les religieuses auréolées de sainteté, avec les caractéristiques récurrentes d’une vie mystique mêlant joies et souffrances. Nombreuses sont les allusions à sa joie, son rayonnement, depuis ses premières lettres avant son entrée jusqu’à ses derniers moments où, par exemple, elle fait pleurer d’émotion celle qui l’accompagne lors de sa dernière eucharistie :

« Le trajet de l’infirmerie au chœur était assez long et n’ayant pu consentir à s’y laisser conduire en fauteuil par crainte de fatiguer son infirmière, elle y arriva haletante, mais heureuse comme elle ne l’avait jamais été. […] La converse qui reconduisait la malade ‘pleurait de dévotion’ en l’écoutant parler de la grâce de l’eucharistie : ’Quelle grâce, disait-elle, que la sainte Communion ! Si les méchants le savaient ! Si nous autres nous savions l’apprécier ! À Amour infini ! Ô Bonté incompréhensible du Cœur de Jésus… »

32On sent chez cette moniale un rapport suave à Dieu qui se communique à ses sœurs : « Tout ce qu’il y avait de bon et de généreux dans le cœur de Mère Marie-Gabriel, avait sa source dans son amour pour Dieu », écrit la biographe, qui rappelle souvent la générosité de Marie-Gabriel : « Dire le beau et bon caractère de Mère Marie-Gabriel serait bien difficile. Toujours gaie, aimable, ouverte, le cœur grand et généreux, elle faisait rayonner la joie et le bonheur autour d’elle. » On l’a vu, c’est l’Écriture et la messe qui la ressourcent le plus : « L’office divin, la sainte Messe, la remplissaient de consolation. » Pourtant, on sait que Marie-Gabriel recherche une « vie dure » (à l’image de sa mort), à quoi s’ajoutent ses infirmités : « une hernie des plus mauvaises » contractée par suite du lever des malades et une espèce de maladie du sommeil causée par un « tempérament sanguin et porté aux congestions ». Marie-Gabriel passe ainsi une grande partie de sa vie à lutter contre la fatigue qui la prend surtout au chœur et à ses moments de « répit ». Elle se tenait alors debout, chantant ou priant pour ne pas s’endormir. Mais comme pour Julie Dillies, la vie dure de Marie-Gabriel n’enlève rien à la chaleur, l’intensité et la poésie de son parcours.

c. La biographe Marie-Immaculée de l’Eucharistie, Hélène Jassogne, 1893-1978

  • 40 Hélène Jassogne naît le 26 février 1893 à Sombreffe, dernière de six enfants : quatre filles et deu (...)

33Marie-Immaculée de l’Eucharistie, Hélène Jassogne40, est l’une des principales biographes du carmel de Jambes. Dans ses premières années, « enfouissant dans un silence amoureux ses merveilleux talents artistiques », elle sert la communauté comme lingère et robière. Ensuite, elle met progressivement à contribution ses dons d’écriture, d’abord pour les fêtes, ensuite pour les livres officiels de la communauté. « Vraiment, elle avait l’art de taquiner la muse, et nos petites fêtes de famille s’en trouvaient tout agrémentées. Quand on lui confiait l’organisation des licences, elle improvisait ainsi quantité de chansons et de cantiques, choisissant pièces et actrices, réglant répétitions, décors et costumes, accompagnant à l’harmonium et aux divers instruments, assumant elle-même avec brio les rôles les plus disparates, vous faisant tour à tour pleurer d’émotion et rire aux larmes ! » Une sœur souligne ses dons artistiques : « elle était très douée, il faut dire. Musique, poésie… ». Pour composer la musique ou les pièces de théâtre, elle s’asseyait au pied d’un arbre, au bien encore entre deux groseilliers : « Je la vois encore assise entre deux groseilliers, et elle composait, parce qu’elle composait… » De plus, elle était bonne comédienne : « Elle pouvait prendre tous les rôles, tous. » On lui doit des notices biographiques très approfondies (le visiteur canonique va même lui demander de les écourter). Elle rédige une chronique très détaillée (« Vers la fin des années 1930, elle devint notre annaliste officielle, ce qui nous valut une intéressante chronique détaillée des années si troublées de la Seconde Guerre et des épreuves alors endurées par notre monastère. ») Elle est aussi l’auteur de chants, de poèmes et de pièces de théâtre dont la grande sensibilité permet de toucher l’expérience monastique dans ses dimensions les plus intimes.

34Assez rapidement, elle est désignée, en raison de sa « discrétion parfaite », comme tierce au parloir et chez les ouvriers. Sous-prieure en 1946, elle est élue prieure en 1952 et maîtresse des novices en 1954. À cette époque, qui est celle de la reconstruction du monastère sur les hauteurs de Jambes en raison des problèmes d’inondation, elle se montre particulièrement compétente pour « obtenir des conditions inespérées, les débattre avec architecte et entrepreneurs, mettre au travail avec les ouvriers sa jeune équipe de moniales ». Marie-Lucie (Furnémont) conserve toutefois un souvenir assez sombre de cette période où les carmélites ont travaillé de façon exagérée à la reconstruction du couvent. Malgré les qualités qui lui sont reconnues, Marie-Immaculée n’est pas reconduite aux différentes tâches de gouvernement : « non, on ne l’a pas reprise ; avec les novices, ça ne réussissait pas très bien ». Il semble que cette moniale, douée pour la littérature et la musique, le soit moins pour le gouvernement. Une religieuse la dit « tatillonne », exigeante, austère et conservatrice, voire réactionnaire (ce qui se manifeste lors de la reconstruction du couvent après la guerre, où elle veut tout reproduire à l’ancienne, sans tenir compte des innovations techniques). Dès son entrée, Marie-Immaculée apparaît comme particulièrement « observante » et très attachée à tous les points de la règle. Elle suit fidèlement les jeûnes, les veilles, et se mortifie volontiers : « elle s’appliqua à l’exacte observance de nos règles et coutumes, s’opposant à tout adoucissement, n’acceptant de dispenses qu’à l’extrême limite de ses forces : jeûnes vigoureux des débuts, horaires contraignants, […] disciplines et mille autres pénitences, que seul l’amour pouvait valoriser ». Elle a une dévotion particulière au chemin de croix qu’elle fait tous les jours. En dépit de son caractère austère, elle est « très gaie », « très joyeuse », selon ses consœurs toujours. Une témoin ajoute qu’elle allait parfois travailler au jardin, mais « petitement », car elle n’avait pas une santé solide. On la dit également très attachée à l’Église et aux autorités ecclésiastiques ; elle baise avec ferveur les numéros de l’Osservatore romano.

35Ses dernières années, écrit-on, « furent de plus en plus consacrées à l’aspect contemplatif et apostolique de sa vie carmélitaine », notamment par une correspondance « apostolique » pour les âmes dans le besoin. Avec la vieillesse, sa mémoire de jeunesse refait surface, et Marie-Immaculée « débitait avec emphase », au grand étonnement de la communauté, « de longs extraits d’auteurs classiques ». Elle savoure ses dernières années marquées par la dégénérescence, les considérant comme ses plus belles années : « Elle avouait, sans l’ombre d’un doute, que ces dernières années étaient les plus belles de sa vie, parce qu’alors le Seigneur reprend tout, tout pour Lui, Il s’y entend, aux ‘nettoyages par le vide’, mais ce vide, comme Il le comble merveilleusement. » Elle s’éteint « tout doucement » le 18 décembre 1978 — soixante ans jour pour jour, relève la biographe, après le décès de son parrain — offrant à la communauté une dernière expression de béatitude :

  • 41 Notices sur nos chères mères..., sœur Marie-Immaculée... Jassogne, 1893-1978, p. 87-93. Dans A.C.J.

« Tandis que nous exécutions ‘tu es, Seigneur, le lot de mon cœur’, comme nous prononcions ces paroles ‘en toi, Seigneur, j’ai mis mon bonheur’, son regard s’illumina, un ravissant sourire éclaira son visage comme pour dire : ’c’est bien vrai’. On courut chercher l’appareil photographique dans l’espoir de fixer sur pellicule pareille expression, mais ce fut en vain41. »

36Cette moniale-esthète s’en va en laissant à ses sœurs une dernière image de beauté.

37Interrogée sur la figure de Marie-Immaculée, la prieure actuelle, Maria de la Résurrection (Maria Kerrès), ne s’est pas répandue en éloges ni en expressions d’affection. Elle a plutôt donné à voir un « personnage » à la personnalité affirmée, avec ses principes et ses habitudes particulières. Elle se rappelle de quelqu’un se sentant facilement « persécuté », et qui, lors de l’office divin, forçait la voix lors de la récitation des psaumes évoquant la persécution. Une autre moniale, tout en reconnaissant les nombreux talents de mère Marie-Immaculée, se la rappelle comme difficile à vivre : « elle exerçait la patience ». Une religieuse à la personnalité marquée, avec laquelle le commerce habituel n’est pas toujours des plus aisés. Une religieuse qui en même temps a œuvré à la mémoire de sa communauté d’une façon peu ordinaire. Une religieuse, somme toute, non-ordinaire.

2. Le répertoire festif chez les colettines de Saint-Servais

  • 42 Lucienne Deleuze naît le 28 novembre 1901 à Doische, entre Philippeville et Givet (France). Elle es (...)
  • 43 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire..., [1911-1954], p. 228. Dans A.C.S.

38On peut dire que le couvent de Saint-Servais contraste avec le carmel de Jambes. Pour ce couvent, sans nécrologe, on dispose surtout, comme matériel biographique, de la trentaine de chants festifs composés par Marie-Madeleine de Jésus (Lucienne Deleuze42). Celle qu’on appelle la « troubadour du monastère43 » se spécialise dans le genre humoristique, sans souci de développer des fils biographiques, mais déploie un regard aiguisé sur les comportements. Elle se distingue par son sens de la relativité, de l’acceptation, de la lucidité. Les carmélites ont tendance parfois à développer une vision plus « dramatique » de la vie religieuse. Un des talents de Marie-Madeleine est sa capacité à faire ressortir la variété communautaire et la diversité des caractères. Dans « Y’a des gens », elle relève les oppositions entre celles qui se plaignent et les optimistes ; celles qui désirent la mort et les autres qui la redoutent ; les « impassibles » et les « sensibles » ; les intellectuelles et celles pour qui réfléchir « donne la jaunisse » ; les « solides » et les fragiles ; les solitaires et les sociables ; les rapides et les lentes ; les extatiques et les « pieds sur terre » :

  • 44 Y a des gens !!!, chant festif, s.d. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de sr Marie-Madelei (...)

« Y a des gens qui s’plaignent toujours
D’être sur la terre,
moi c’est tout le contraire
Et voilà comme comme comme
Et voilà comme je suis […]
Y a des gens qui veulent mourir
Dix ans avant l’heure
Et moi j’en ai peur
Ça me fait pâlir […]
Y a des gens qu’les émotions
Laissent impassibles
Moi, j’suis plus sensible
J’ai besoin d’expansion […]
Y a des gens qui réfléchissent
Tout plein de sagesse
Mais moi ! Ça m’oppresse
Ça m’donne la jaunisse […]
Y en a qui sont intrépides
Elles ont une bonne poigne
J’ai peur qu’elles m’empoignent
C’est qu’elles sont solides ! […]
Y en a qui prennent l’express
Pour toute la journée
J’en suis éreintée
Faut pas trop qu’on presse ! […]
Y en a qui savent imiter
Les grands orateurs
J’n’ai pas leur ampleur
Je dois m’limiter […]
Y a des gens dont l’élément
Est la solitude
C’est une habitude
Que j’n’ai pas souvent […]
Y en a qui dans leurs extases
Perdent l’équilibre
J’suis tout à fait libre
De pareille emphase44. »

  • 45 Ce qui se retrouve d’ailleurs dans les compositions festives en général. À Jambes, on recherche les (...)

39Alors que l’hagiographie est à la recherche de la grandeur d’une vie, le chant festif brode autour du quotidien, des petites choses, de l’anecdote. Marie-Madeleine s’attarde sur les traits particuliers de ses sœurs, leurs « tics typiques45 ». Celles qui en sont apparemment dépourvues lui posent problème. C’est ainsi que sœur Marie-Madeleine compose un chant sur le thème de l’absence de particularités chez Marie-Hélène de la Croix (Irma Lambert) :

  • 46 Je ne chanterai rien !, chant à l’occasion de mère Maîtresse, Sr Marie-Hélène de la Croix, s.d.. Da (...)

« Y a longtemps que je m’creuse la tête
Pour trouver quelque chose de bien
Sur le compte de notre sœurette
Afin d’égayer sa fête
Je m’dis : ‘Puisqu’il n’y a rien qui vient
Et bien, je ne chanterai rien !’
2. J’ai cherché dans l’cours de sa vie
Pour savoir en faire un refrain
Un tic ou une petite manie
Qui portent à la taquinerie
Mais il n’y a rien qui convient !
Alors, je ne chanterai rien46 ! »

40Les traits relevés par la compositrice sont de fait bien anodins : les « ablutions » matinales d’une « technique incomparable », les beurrées qui ébranlent la table et dont on ne sait si le beurre est « gratté dedans » ou mis « dehors », un voile mis de travers. Ou encore, saler sa nourriture à profusion (sauf par mortification), avaler de travers au risque de s’étrangler, marcher en se « tortillant », soupirer comme une locomotive…

  • 47 Le chant est reproduit dans le chapitre sur le recrutement, au point « 6. La sélection entre logiqu (...)

41À côté du thème de l’anecdote, on retrouve aussi le registre de l’ordinaire, qui s’oppose aux grandes valeurs spirituellesde la perfection. La valorisation du thème de l’ordinaire se déploie dans une belle composition de sœur Marie-Madeleine à l’intention de sœur Marie-Jeanne (Berthe Martin), intitulée ‘J’ai qu’qu’chose qui plaît’. Elle raconte l’histoire de cette postulante sans aucun atout, si ce n’est ce « quelque chose qui plaît, qu’on ne sait vraiment pas ce que c’est », et qui fait le refrain de la chanson47.

  • 48 Son cercueil. Chant à l’occasion du jubilé de Sr M. Julienne, [1948]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives (...)
  • 49 En l’honneur de mère Marie-Agnès, chant festif pour les 70 ans de mère Marie-Agnès, le 16 mars 1955 (...)

42Autre lieu d’opposition avec la littérature monastique, les clins d’œil au bien-être qu’on éprouve sur terre. Dans les chants festifs, les religieuses ne sont pas pressées de mourir. Même sœur Marie-Julienne, qui aurait affirmé vouloir un cercueil comme cadeau de jubilé, est soulagée d’avoir échappé à un incident qui aurait pu tourner au tragique : « Au fond sa joie était sincère, De rester encore sur terre, Eh ben ! V’là une drôle d’affaire48 49… ». Au sujet d’une autre moniale, la compositrice se sent obligée de s’excuser de la décrire si heureuse sur terre :

« En attendant le Paradis
Not’mère est aussi bien ici
Cela ne peut s’dire à personne
On croirait que je déraisonne
Ah Ah, mais vraiment
C’est la pure vérité pourtant ! »

43Même chose pour une doyenne qui, tout en vantant les délices du paradis, se « plaît très bien ici » :

  • 50 Office des vêpres du jubilé de Sr Marie-Anna. 1re classe, chant pour les 50 ans de profession de Sr (...)

« Au Ciel, vous serez étonnées
De me voir placée si haut !
Et mon trône, dans l’empyrée
Sera merveilleusement beau !
Voilà ce qu’elle nous raconte
Mais nous savons, certes, aussi
Qu’en attendant ce saint acompte
Elle se plaît très bien ici50 ! »

  • 51 On retrouve ce thème du non changement dans les interviews, notamment celui de la carmélite centena (...)

44Autre tendance à contre-courant d’une grande valeur monastique : celui de l’avancement dans la perfection ou dans la pratique des vertus. Dans les chants, les sœurs semblent ne faire aucun avancement, et préfèrent leur être essentiel inchangeant51 :

  • 52 C. Colette pendant la guerre — elle est filmée pendant qu’elle se raconte, chant festif à l’occasio (...)

« On a beau dire, on a beau faire
Je ne saurais être autrement
Je ne suis pas venue sur terre
pour me donner trop de tourment
Si un jour je devais renaître
Que ce soit tout comme je suis
Et quand je devrai disparaître
C’est en restant comme aujour-d’hui52. »

45Ce thème rappelle un chant consacré au chapitre conventuel où les sœurs sont représentées en chameaux qui conservent leurs bosses toute leur vie :

  • 53 Depuis ce matin, chant festif composé pour la mère vicaire (Sr Marie des Anges ?), s.d. Dans A.C.S. (...)

« Puisque belle ou laide il faut l’accepter
Prenons notre bosse du bon côté
Notre gagne-pain au long des journées
Notre récompense d’éternité !
À la supporter pendant des années
Là-haut dans le Ciel nous pourrons chanter !
R : À felix bosse enfin, Mon destin est le tien
Dans cette éternelle fête, Bosse-li Bosse-là,
Bosselinette
Et depuis ce matin là, Oh là là nous voilà
Dans une union complète, Car malgré ce que l’on tapa, Tu es encore là53 ! »

  • 54 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses d’Arlon, Ar (...)

46Il est intéressant de voir que ce matériel biographique a tendance à gommer l’individualité ou les destins exceptionnels. Surtout, à sortir d’un système hiérarchique de perfection où certaines religieuses brilleraient plus que d’autres. Dans les chants de sœur Marie-Madeleine, la communauté forme un tout non-hiérarchisé. Si l’on reprend l’image de la structure concentrique, on dirait que les religieuses sont assises en cercle, au même niveau ; pas de sœurs à l’avant ou à l’arrière plan. On peut faire le rapprochement avec l’absence de nécrologe qui devrait souligner les vertus de chacune. Cette vision de la vie communautaire est également proche de la façon dont une colettine d’Arlon jugeait la réussite du projet à la fois individuel et communautaire. La vie communautaire est réussie « quand les sœurs se sentent parfaitement ‘chez soi’, se sentent comprises et aimées telles qu’elles sont ». Se sentir chez soi au couvent, c’est en quelque sorte être bien dans sa vocation : « Le résultat est qu’elles se sentent bien ‘chez elles’ […] à l’aise dans leur vocation religieuse54 […] »

47En même temps, les chants de Marie-Madeleine font ressortir des portraits reconnaissables et différenciés. Nous avons choisi, pour illustrer ce constat, de présenter trois sœurs à travers les chants de Marie-Madeleine : sœur Marie-Anna, sœur Marie-Joseph et sœur Marie-Julienne. Chacune, comme on va le voir, présente un profil original et reconnaissable.

a. Marie-Anna de la Sainte-Famille, Anna De Visch, 1877-1955

  • 55 Nécrologe, sr Gertrude de Saint-Louis de Gonzague, Léonie Buyck, 1863-1932..., p. 46. Dans A.C.M.
  • 56 Homélie de la messe des funérailles de Sr Marie de Saint-Joseph prononcée par l’abbé Postal, aumôni (...)
  • 57 Notices..., sr Marie-Joseph de Jésus, Marie Murphy (1805-1888), n° 16, p. 9. Dans A.C.J.
  • 58 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.
  • 59 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire..., [1911-1954]..., p. 213. Dans A.C. (...)

48Les sœurs « heureuses » au « service du Seigneur » interpellent. C’est un signe heureux que de voir une moniale qui s’épanouit. Les témoignages divers soulignent ce trait chez celles qui étaient « heureuses au service du Bon Dieu ». Ainsi, à Malonne, sœur Gertrude, converse entrée en 1892, « était fort heureuse au service du bon Dieu », et la biographe ajoute qu’on « ne se rappelle pas l’avoir vue triste »55. Une autre converse de Malonne, Marie de Saint-Joseph, disait « en pensant à son séjour au monastère, ‘J’ai toujours été heureuse56’ ». La carmélite Marie-Joseph de Jésus avait « toujours goûté un bonheur très pur dans sa vocation » et « ce bonheur respirait dans toutes ses paroles » : « ’Que nous sommes heureuses !’, répétait-elle souvent, et que le Bon Dieu nous a privilégiées en nous retirant dans la solitude57 ! » Dans une interview, la carmélite centenaire Marie-Lucie déclare : « Nous avions une belle vie. Oh oui58 ». À Saint-Servais, Marie-Anna est remarquée pour son « enthousiasme juvénile pour sa chère vocation de clarisse », qu’elle conserve jusque dans sa vieillesse59. Cette figure a été dépeinte avec fraîcheur par sœur Marie-Madeleine qui brode tout d’abord sur les noms de famille du père, monsieur Poisson, et de la mère, madame Crevette, et fait le lien avec le lieu de sa naissance à Ostende, près de l’océan. Les souvenirs attachés à son enfance parlent de la mer, de bateau, de coquillages, de vent. Mais ce qui plus que tout la distingue, c’est son innocence et sa naïveté que ne font qu’accentuer sa petite taille. C’est comme si elle n’avait « jamais atterri sur terre » (« elle est tombée par erreur sur notre terre, tout l’étonne »). Elle « sait rire et plaisanter », « croire à des choses sans pareilles », est curieuse (elle qui « aime de tout savoir »). Dans le « petit » couvent de Saint-Servais, elle se sent dans son élément. Elle conserve ses traits enfantins (et capricieux ?) toute sa vie. Sa piété est qualifiée de « onctueuse », orientée vers la dévotion eucharistique. Elle aurait aimé être prêtre. Jusqu’à sa vieillesse elle reste coquette, cherchant à supprimer les tâches de vieillesse avec du menthol. Aucune trace, dans ces chants, de crises, de difficultés, de soucis, de dureté avec soi-même. Dans sa vieillesse, les sœurs la « choient » avec plaisir et suivent avec amusement ses manies et caprices. Elle s’éteint en laissant un doux souvenir autour d’elle.

  • 60 Statistique annuelle. Monastère Saint-Michel. Relation quinquennale pour les années 1949-1954. Dans (...)
  • 61 Interview de sr Rose-Marie (Delaisse), Woluwe-Saint-Pierre, le 24 juin 1998. Dans A.C.S.
  • 62 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.

49Le portrait de Marie-Madeleine rejoint ceux laissés par les chroniques et les témoignages. Marie De Visch naît à Bruges le 6 octobre 1877, dans une famille qui compte trois filles, mais c’est à Ostende, au quai aux huîtres, qu’elle passe sa jeunesse. De sa parenté, très nombreuse, on apprend que les neveux et nièces étaient amateurs de musique et que, pour la jubilé de leur tante, ils avaient préparé une messe avec accompagnement de violon et d’harmonium. Deux de ses nièces seront religieuses. Marie se présente chez les clarisses de Roulers à 19 ans. Le 6 septembre 1897, elle prend l’habit et reçoit le nom de Marie-Anna de la Sainte-Famille. Elle fait partie du groupe des fondatrices pour Saint-Servais, et aux premières élections, est nommée seconde portière. Elle est probablement assistante (ou « discrète ») de l’abbesse depuis la fondation jusqu’à peu avant sa mort (en 1951, elle est assistante60). Infirme depuis 1937, elle vit à l’infirmerie et, dernière des fondatrices, est « choyée comme un enfant » par la communauté. Décidée à vivre le plus longtemps possible, Marie-Anna ne montre aucun enthousiasme lorsque sa compagne d’infirmerie, mourante, lui déclare qu’une fois au ciel, elle viendrait la chercher. Elle meurt le jour des Sts Innocents — ce qui ne peut que toucher ses compagnes —, le 28 décembre 1955, à 78 ans. Dans les chroniques, on lit que « c’était une âme pieuse, candide et simple », qui avait toujours eu un « grand attachement » ou un « enthousiasme juvénile » pour « sa belle vocation de clarisse ». On la dit souriante et « toujours disposée à faire rire ». Les interviews abondent dans le même registre de la candeur, de la petitesse, du comique. Pour Rose-Marie (Delaisse), sœur Marie-Anna, « très petite », « avait quelque chose d’innocent61 » ; et une autre sœur se souvient d’elle avec amusement : « Oh, elle était joyeuse celle-là, […], On avait toujours des petites farces avec elle62. »

b. Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Marie Famerée, 1896-1960

50La mémoire de Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus restera probablement toujours associée, pour les sœurs de Saint-Servais, mais aussi pour nous qui la découvrons aujourd’hui, aux deux chants fort réussis de Marie-Madeleine, composés à l’occasion de ses vingt-cinq ans de profession. Le premier, intitulé ‘La Belle de Spontin’, commence par le couplet suivant :

« Depuis que j’suis entrée au couvent
De ma place, assise dessus mon banc
Je vois une sœur, une merveille !
Il n’y en a pas d’pareille
Que de fois a-t-elle dit, sans ambages,
Je suis la plus belle de not’village
Et puis j’ai la douceur en partage
Sûrement j’étais la plus sage ! ».

  • 63 Sainte Claire, Judith et Esther.
  • 64 La plus belle de Spontin, chant à l’occasion du jubilé de Sr Marie-Joseph, [1945]. Dans A.C.S. Cart (...)

51La compositrice décrit ensuite avec ironie la longue dégradation de sa beauté physique : sacristine, elle a tant de scrupule de mal accomplir cette tâche sublime (« elle en fit presque une maladie, ne sachant pas trop comment, le faire honorablement ») qu’elle pleure au point de perdre son embonpoint (« Elle y pleure tant et tant de larmes, Qu’elle faillit y perdre ses charmes ») ; une autre maladie la fait transpirer et perdre son bon teint (« Une maladie qui est pour le moins, Très funeste à son beau teint, Il lui monte une transpiration, Avec une telle profusion »). Mais il est sûr qu’au paradis, Marie-Joseph sera la plus « belle » (« Elle mettra son siège tout auprès d’elles63, De toutes, elle sera la plus belle64 ».

52Le second chant brode autour du même thème de la beauté de Marie Famerée (« Mais elle pense ‘faut qu’j’avise Et tout d’même que j’leur dise, Que j’ai le premier prix de beauté de mon pays, Et qu’elles ont bien de la chance De jouir de ma présence ») et de sa dégradation (« Tout cela, c’est de l’histoire ancienne, Depuis lors, elle a des dents, Qui ont pris la clef des champs, […], Elle a dû se mettre des lunettes, Et cela depuis belle lurette ! »). On apprend aussi qu’elle est bavarde (« le bon Dieu lui a fait Une jolie petite langue Prête à la harangue, Elle marche volontiers Sans jamais se lasser ») et qu’elle disserte d’abondance sur son village natal (« En temps de récréation, Les histoires de tous les ménages, Qu’elle nous conte à profusion ») ; qu’elle est émotive (« Elle a du sentiment Personne n’en a autant ») et expansive (« Et il faut qu’elle l’exprime Et montrer c’qui l’anime Tantôt c’est en riant Tantôt c’est en pleurant »). Ses pleurs surtout sont redoutables :

« Ses yeux sont des fontaines
Qu’elle retient avec peine
Quand elles entrent en action
On craint l’inondation
Heureusement que son nez
Est une soupape de sûreté !
[…]
Elle a reçut celui [le don] des larmes
Ce qui n’enlève rien à ses charmes
Ainsi, il faudra qu’on la prie
Pour avoir la componction
Et aussi de saintes émotions !

  • 65 Dans un joli couvent..., chant à l’occasion du jubilé de Sr Marie-Joseph, [1945]. Dans A.C.S.

53Le chant relève sa démarche (« Il faut la voir marcher Elle sait se tortiller ») et ses gestes emphatiques (« C’est une nature démonstrative Elle aime les explications Et les gestes en proportion ») : « On dirait, en définitive, Qu’elle est montée sur ressorts, toujours en train de faire du sport65. »

54Marie Famerée naît le 2 février 1896 à Spontin, à quelques kilomètres de Ciney. Elle entre chez les clarisses de Saint-Servais le 25 mars 1919, à 23 ans. Le 1eroc tobre 1919, elle prend l’habit sous le nom de Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus et de Saint-Augustin. Elle occupe d’abord l’office de drapière, jusqu’en 1936, puis sera la sacristine du monastère jusqu’à son décès. En communauté, elle est reconnue comme une « excellente religieuse, obéissante, charitable, très joyeuse, très dévouée et d’un grand esprit surnaturel ». Dans les témoignages, on retrouve les mêmes traits que ceux évoqués, avec légèreté, dans les chants festifs. Une sœur raconte que, « fort fort fort joyeuse » et très démonstrative (« elle pleurait et elle riait »), elle « était aimée de toutes les sœurs ». Marie-Joseph décède subitement d’une embolie le 10 mars 1960, à 64 ans. Les chroniques soulignent le choc d’un départ brutal : « Nous étions effondrées ! Devoir l’étendre sans vie sur la table où quelques heures plus tôt elle repassait encore du linge… »

c. Marie-Julienne du Très-Saint-Sacrement, Marie-Henriette Bruyère, 1895-1976

55Personnalité un peu inquiète que celle de Marie-Julienne du Très-Saint-Sacrement (Marie-Henriette Bruyère), associée au chant intitulé « Son cercueil ». Marie-Madeleine, pour composer les chants de jubilé, s’inspire d’un « fait divers » qui s’est déroulé en récréation. Alors que les sœurs demandaient à Marie-Julienne ce qu’elle voulait comme cadeau de jubilé, elle répondit : un cercueil. Mais la compositrice ne peut s’empêcher de relever l’aspect funeste de cette réponse :

  • 66 Son cercueil. Chant à l’occasion du jubilé de Sr M. Julienne, [1948]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives (...)

« Mais nous aurions voulu savoir
Si c’est par crise de désespoir
Ou un peu de neurasthénie
Qui la dégoûte de la vie !
Ou la nostalgie du Ciel
De tout ce qui est éternel ?
Avoir des idées mortuaires
Alors qu’on est ‘pro-jubilaire’
Ben, c’est tout de même une drôle d’affaire66. »

  • 67 Une enfant des Ardennes. Chant à l’occasion du jubilé de sr M. Julienne, [1950]. Dans A.C.S. Carton (...)

56Une religieuse un peu déprimée ? Ce même chant soulève sa manie du rangement et sa collection de « boîtes ». Ainsi lui fera-t-on un grand cercueil, pour « ses boîtes de jubilé », « ses articles à jardiner », « sa grande carnassière », « sa boîte à fruit », « Sa boîte à soie »… Une religieuse marquée par la mise en boîte, et à qui serait destiné un autre chant, ‘La jubilaire au casier’. Un troisième chant consacré à Marie-Julienne nous la montre soucieuse de pauvreté, jusqu’à servir, aux repas, des « pommes comme des noisettes et des poires en forme d’allumette ». Elle vibre aux « grandes causes » : la patrie, le roi, l’Église, le pape, Rome, l’hommage lige au Sacré-Cœur. Sa dévotion est toute mariale : elle récite tous les jours l’office de la sainte Vierge en latin et effectue un pèlerinage quotidien à la grotte de Lourdes. De son père, elle a hérité l’amour des chats, et affectionne celui du couvent, Louly67. Enfin, elle reste très attachée à son village ; le « sacrifice » de son village lors de son entrée au couvent fut « si fort contre nature » que l’on sent, poursuit l’auteur du chant, « que le cher Nafraiture Reste la capitale de son cœur ». On remarque également un attachement particulier à son père, instituteur, qui l’emmenait toute jeune planter des arbres — clin d’œil à son emploi de fruitière et de jardinière.

57Marie-Henriette Bruyère naît le 14 août 1895 à Nafraiture à une dizaine de km au nord de Bouillon. Une moniale raconte qu’il y avait « beaucoup de vocations à Nafraiture », que « c’était vraiment une source de vocations dans son village ». Marie-Henriette est fille d’instituteur (« C’était la fille de ‘Monsieur l’Maître’ »). Elle entre chez les clarisses de Saint-Servais le 2 février 1924, à 29 ans. Le 5 août 1924, elle prend l’habit sous le nom de Marie-Julienne du Très-Saint-Sacrement et de Saint-Jean-Baptiste. Au couvent, elle est fruitière et seconde jardinière. Une sœur raconte que certaines moniales « mal exploitées » ou peu « mises en valeur » ont eu tendance à reprendre de l’autorité dans leur champs d’activité, « par exemple la fruitière ». Il s’agirait donc de Marie-Julienne. Vers ses cinquante ans, des crises de rhumatisme la font boiter. Elle meurt le 17 mars 1976, à 81 ans.

3. Les interviews

  • 68 Au cours de mon mémoire de licence, en 1993 : Marie-Cécile de Jésus (Madeleine Michel), sr Madelein (...)
  • 69 Sr Christiane (Loicq), sr Francine (Grégoire), sr Françoise (Franque), sr Maggy (Léonard), sr Marie (...)
  • 70 Sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), interviewée chez les clarisses d’Arlon ; sr Ro (...)
  • 71 Sr Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont) et sr Anne de Jésus (Anne-Marie Adam). Notons que c’est à J (...)

58L’interview peut aller dans le sens du « récit de vie », mais peut aussi consister en une série d’informations sur la vie communautaire. La religieuse interviewée, en fonction de sa personnalité et de celle ou celui qui interroge, peut parler d’elle, de ses consœurs, ou d’autres choses encore. Seize religieuses au total ont été interviewées : quatre de Floreffe68, huit de Malonne en avril 199869, deux de Saint-Servais en juin et juillet 199870 ; deux à Jambes en avril 199971. La façon d’interviewer les moniales a beaucoup évolué. Au départ, nous voulions surtout, à travers les témoignages, confronter la norme de la vie communautaire avec le vécu. Les interviews menées au carmel de Floreffe traduisent cette volonté et consistent surtout en une « mémoire communautaire ». Les questions étaient nombreuses et précises ; l’interview, « directive ». Les religieuses n’ont pas été interviewées « pour elles-mêmes » mais plutôt en tant que « témoins » de la vie conventuelle. Pour les interviews des clarisses de Malonne, nous avions préparé un questionnaire qui, tout en restant axé sur la vie communautaire, ouvrait des espaces pour le récit de vie. Le questionnaire investiguait (peu importe dans quel ordre), douze points successifs : le milieu social et familial de l’entrante ; la vocation ; le noviciat et la formation ; les relations au monde (clôture, parloir…) ; la vie quotidienne et la prière ; la vie quotidienne et le travail ; la vie quotidienne et les relations entre sœurs ; la vie matérielle et la nourriture ; la vie matérielle et le corps ; la spiritualité ; le « bilan personnel » ; les grandes évolutions (guerres, concile Vatican II)… Ce questionnaire, assez lourd en ce qu’il combine vie personnelle et vie communautaire, n’a pas été « imposé » comme tel ; les interviews ont pris des formes diverses en fonction des situations et des personnes. Pour les moniales de Saint-Servais et de Jambes, nous avons été encore moins directive, laissant à la religieuse le soin de dérouler son propre fil mnésique. De fait, il nous semblait de plus en plus important de conserver ce « fil mnésique », cette façon dont la moniale exploite et réorganise sa mémoire personnelle. Rappelons aussi la difficulté d’interviewer les moniales (à Floreffe, quatre sœurs sur quatorze en 1993 ; à Malonne, huit sœurs sur treize ; à Jambes, deux sœurs sur treize). Les moniales ne se livrent pas facilement : se raconter, oui, mais pas à n’importe qui. Pour la plupart des religieuses, leur connaissance d’elles-mêmes, articulée dans une relation à Dieu et dans un donné communautaire, laissera peu de traces.

  • 72 Anne-Marie Bauduin naît le 2 août 1925 à Flavion, première de deux enfants. Le père est médecin et (...)
  • 73 Marcelle Pirotte naît le 23 septembre 1931 à Bastogne, cinquième d’une famille de huit enfants dont (...)
  • 74 Bernadette de Dorlodot naît le 26 janvier 1938 à Floreffe, quatrième d’une famille de neuf enfants (...)
  • 75 Voir sa notice, note 471, p. 440.

59Au carmel de Floreffe, les quatre religieuses qui ont accepté d’être interviewées étaient celles avec lesquelles nous étions le plus en contact : les deux portières, sœur Madeleine de Saint-Joseph (Anne-Marie Bauduin72) et sœur Marcelle du Cœur de Jésus (Marcelle Pirotte73) ; les archivistes (sœur Marie-Bernard du Christ, Bernadette de Dorlodot74, et sœur Marcelle également) ; la prieure de l’époque, mère Marie-Cécile de Jésus, Madeleine Michel75. Notons que le passage à « l’interview enregistré » n’a pas été facile. Au moment de commencer, alors que tout avait été prévu et organisé pour l’interview, les trois religieuses présentes (Marcelle, Marie-Bernard et Marie-Cécile) ont avoué préférer ne pas être interviewées. C’est vraiment pour satisfaire à notre souhait qu’elles ont timidement accepté de répondre à quelques questions. Elles étaient souvent deux, voire trois (sauf pour sœur Madeleine qui était seule). Ce qui, au départ, ne devait être qu’un service rendu, une sorte de « dépannage » pour un travail universitaire, a finalement débouché sur des témoignages d’une grande richesse qui, comme on l’a dit, apportent davantage à la mémoire communautaire qu’au parcours personnel des religieuses interviewées.

  • 76 Un portrait est consacré à Marie-Lucie de Jésus, p. 621 et sv.
  • 77 Anne-Marie Adam naît le 26 avril 1925 dans la commune de Termes près de Virton. Elle est la deuxièm (...)
  • 78 Marie-Josèphe Verhoye naît à Marquette-lez-Lille le 19 juillet 1906, aînée de cinq enfants ; une fi (...)
  • 79 Françoise Franque naît le 2 avril 1929 dans une famille de cultivateurs aisés de la commune de Niel (...)
  • 80 Christiane Loicq est née le 27 septembre 1941 à Uccle. Elle est la deuxième d’une famille de quatre (...)
  • 81 Francine Grégoire naît le 7 janvier 1943 à Namur. Elle est la deuxième de deux filles. Très tôt att (...)
  • 82 Thérèse Danis et Marie-France Becker ont été abbesses ; Maggy Léonard est l’abbesse actuelle.

60Au carmel de Jambes, c’est la centenaire du couvent qui a été notre premier témoin, la sœur l’accompagnant ayant ensuite accepté de se raconter, avec beaucoup de simplicité d’ailleurs. L’interview de sœur Marie-Lucie de Jésus, Ida Furnémont76, constitue un récit de vie à part entière. S’il était difficile de questionner cette centenaire, celle-ci a très naturellement raconté sa vie avec enthousiasme et clarté, comme si le récit de sa vie avait déjà été bien pensé et bien construit. Quant à sœur Anne de Jésus (Anne-Marie Adam77), elle était moins prolixe : c’est progressivement que nous avons abordé diverses thématiques, notamment l’histoire familiale et la vocation. Soulignons la concision, la simplicité et un naturel remarquable dans les réponses ; pour cette dernière, il n’y avait jamais rien à expliquer, tant tout lui semblait « évident » et « simple » dans sa vie. Chez les clarisses de Malonne, nous retenons quatre témoignages importants. D’abord celui de sœur Marie-Josèphe, Marie-Josèphe Verhoye78, qui, à 92 ans, s’est confiée avec générosité. Comme pour sœur Marie-Lucie de Jambes, son récit semblait déjà construit. Nous avons ainsi recueilli trente et une pages d’une mémoire vive, colorée et enthousiaste. Nous retenons aussi le témoignage de sœur Françoise (Franque79), qui s’est également montrée très coopérative. Ancienne maîtresse des novices ayant joué un rôle important dans la vie communautaire, cette moniale, tout en évoquant avec sincérité et recul de larges pans de sa vie privée, avait également le souci de mettre en lumière et de faire comprendre les traditions et les évolutions monastiques. Avec trente-deux pages, c’est le plus long témoignage. Le témoignage de sœur Christiane Loicq (dix-neuf pages retranscrites) est remarquable surtout par sa sincérité80. On en retient les parties concernant la vie avant l’entrée au couvent, et la construction progressive d’une vocation. Enfin, l’interview de sœur Francine Grégoire avait cela de caractéristique que chaque question était méditée et les réponses venaient progressivement, au rythme de la réflexion qui semblait se construire au moment même dans une recherche émouvante de vérité81. Les quatre autres témoignages, ceux de Thérèse Danis, de Maggy Léonard, de Marie-France Becker82, et de la doyenne Marie-Madeleine de la Croix (Cécile Séquies), plus brefs mais intéressants pour l’un ou l’autre aspect de la vie conventuelle, s’apparentent moins à des récits de vie.

  • 83 Rose-Marie Delaisse naît le 11 avril 1947 à Bras entre Libramont et Saint-Hubert. Elle est l’aînée (...)
  • 84 Marie-Louise Michel naît le 2 février 1921 à Lomprez entre Rochefort et Beauraing. Elle est l’aînée (...)

61Les deux témoignages relatifs au couvent de Saint-Servais ont ceci de particulier qu’ils ne se sont pas déroulés dans les lieux-mêmes, puisque le couvent a été fermé en 1992. Sœur Rose-Marie Delaisse a été interviewée à la séniorie du Chant d’Oiseau à Woluwé-Saint-Pierre83, et sœur Marie-Rose de Jésus-Hostie, Louise Michel84, l’a été chez les clarisses d’Arlon où elle a été transférée. Cette « coupure » avec le lieu de vie a nettement influencé la mémoire qui s’est mise « à distance » par rapport à l’histoire communautaire. Rose-Marie surtout parle de la vie au couvent comme d’une réalité révolue, avec un regard moins participatif et plus critique.

  • 85 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.
  • 86 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.

62Les interviews qui s’apparentent à des récits de vie sont utilisées en vue de construire des portraits. Voyons ici comment les sœurs, dans les interviews, parlent les unes des autres. On pourrait dire sans généraliser que, dans les interviews, les regards posés sur les autres sont pluriels. Les affections et les antipathies ressortent avec plus de spontanéité. De sœur Marie-Marguerite des Anges (Joséphine Radome), la carmélite centenaire s’exclame en regardant sa compagne comme pour trouver confirmation : « Je ne sais pas, elle n’était pas tellement attirante, n’est-ce pas ? (à Sr Anne85…) ». L’appréciation sur la « sainteté » ou « l’avancement spirituel » peut aussi apparaître très contrasté. L’exemple le plus frappant est donné par les deux religieuses de Saint-Servais. Alors que Marie-Rose de Jésus-Hostie (Louise Michel) affirme que toutes les sœurs étaient ferventes : « Oh, c’était une fervente. Elles l’étaient toutes. Je n’ai gardé que de bons souvenirs86 », une compagne entrée plus de vingt années plus tard affirme que la plupart des religieuses du couvent « étaient mal dans leur vocation », à l’exception de la sœur qui vient de témoigner, Marie-Rose, « qui était un mouton, elle s’adaptait à tout, c’est la personne qui sait tout admirer, qui n’est pas contestataire ». Le plus jeune témoin reconnaît cependant qu’il y avait « des ferventes individuellement » ou encore, que les caractères les plus « indépendants » avaient davantage eu l’opportunité de s’affirmer ou de s’épanouir :

  • 87 Marie-Colette du Saint-Esprit, Marie-Henriette (Mariette) Thys ; son portrait est présenté dans la (...)
  • 88 Interview de sr Rose-Marie (Delaisse), Woluwé-Saint-Pierre, le 24 juin 1998. Dans A.C.S.

« Mariette, elle, a vécu sa vie, mais était quand même indépendante dans la cuisine87. Au niveau psychologique, on ferait beaucoup plus attention maintenant. Ce sont des personnes qui auraient pu donner davantage. Mais il y avait des ferventes individuellement. […]. Ce sont les personnes indépendantes, sœur Mariette, sœur Thérèse-Ghislaine… Ce qui permet de tenir sa vie. D’autres ont plus besoin qu’on s’occupe d’eux. […]. Il y en avait qui reprenaient de l’autorité sur certaines choses, car elles n’avaient pas eu l’occasion de l’exercer88. »

  • 89 Marie-Christine de la Sainte-Trinité, qui reprend son nom de baptême à la fin des années 1960.
  • 90 Interview de sr Christiane (Loicq), Malonne, le 15 avril 1998.

63Les témoignages oraux mettent en valeur, avec plus de contraste que ne le font les subtiles notices biographiques, les différences de caractère. Une religieuse met en parallèle deux sœurs au caractère totalement opposé : « Alors Lucette, c’était juste l’inverse de Marguerite-Marie […]. C’était les deux qui vraiment étaient tout à fait différentes ». Marguerite-Marie de Jésus (Paulette Tricot) représentait le prototype de la sœur « sage », posée et calme : « Alors j’ai été frappée par sa sagesse, elle a été plusieurs années conseillère. […], puis elle était très calme, très posée ». Tandis que Lucette (Lanciaux89), « c’était une petite assez ronde » et « très vive », avec un sens de la répartie et un franc-parler : elle disait « exactement tout ce qu’elle pensait90 ». Ces deux sœurs au tempérament opposé, mais qui s’entendent très bien sont longtemps associées, à partir des années 1960, dans le travail de la maison d’accueil.

64Plus rares sont les bilans de vie comme celui, profond, de sœur Colette (Micheline Swalus) des clarisses de Bruxelles. Elle fait sienne la méditation d’une carmélite qui se demandait si elle serait prête à recommencer sa vie religieuse :

  • 91 Interview de sr Colette (Micheline Swalus), Clarisse de Bruxelles-Loonbeek, 17 octobre 1998.

« Alors, il y a cette sœur Élisabeth… d’un carmel près de Paris. Et alors elle écrit à un moment donné ‘est-ce que je serais prête à recommencer ?’ Et alors elle répond très sincèrement ‘mais le début de ma vie religieuse, non… enfin, pour vous, Seigneur, Oui’. C’est ça, si on me demandait ‘est-ce que tu serais prêtre à recommencer le début’ je dirais ‘non, mais après tout, oui’. C’est pour lui qu’on a accepté, mais… non, dans un sens non, c’était quand même terriblement dur, et tellement contre nature pour nous, pour notre génération91. »

a. Marie de Saint-Joseph, Jeanne Fourez, 1890-1975

65Alors que je demandais à sœur Françoise (Franque) quelles étaient les moniales qui l’avaient le plus marquée, elle me confia que finalement, c’étaient toujours « les plus effacées, les plus humbles » qui semblaient le plus en conformité entre l’idéal et le vécu :

  • 92 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

« Mais c’est vraiment toutes dans leur genre, mais en même temps, c’est toujours les plus effacées, les plus humbles qu’on repère comme étant, pas tellement intelligentes ou pas, mais une espèce de conformité entre la vie et le dire… elles étaient bien en place. Mais bon, il faudrait que je fasse le tour du cimetière parce que92… »

66De même que les moniales semblent vouer une affection spéciale aux sœurs qui souffrent et acceptent la souffrance, elles sont également sensibles aux sœurs qui occupent les positions les plus basses. Chez les clarisses de Malonne, la sœur Marie de Saint-Joseph (Jeanne Fourez) est une vraie légende. C’est probablement sœur Marie-Josèphe (Verhoye) qui en parle avec le plus de bonheur.

67Jeanne Fourez naît le 5 novembre 1890 dans la commune de Wattrelos à côté de Roubaix. Elle vient d’une famille d’ouvriers-tisserands de six enfants. La mère meurt prématurément quand l’aîné des enfants n’a pas encore dix ans. Après ses études primaires, Jeanne entre en service chez une rentière fortunée. Les chroniques rappellent son arrivée à Malonne, le 2 octobre 1920, lorsqu’elle a 30 ans : « postulante de Wattrelos voulant une vie cachée et toute de dévouement demande de prendre rang parmi les converses ». Sa notice rapporte ce qu’elle aurait dit à son entrée : « Je viens pour être la servante des sœurs ». Lors de sa vêture, le 20 avril 1921, elle prend le nom de Marie de Saint-Joseph. Dans les examens canoniques, elle dit entrer « pour mieux servir le bon Dieu et faire pénitence ». Pour ce qui est du choix du couvent, elle connaissait cette communauté et « elle l’aimait ». Toutefois, la notice rappelle que son temps de noviciat « ne fut pas de tout repos », tant celle qui voulait devenir la « servante » avait une nature indépendante, « tenait à ses vues », et « ne cessait de raisonner ». Avertie par l’abbesse qu’elle ne serait pas acceptée si elle persistait dans cette voie, elle fit de « louables » efforts qui la firent admettre à la vêture. Cette attitude un peu rebelle persiste plus tard, lorsqu’elle travaille sous la houlette de la première jardinière, sœur Justine. Celle-ci devait « prendre des gants » pour diriger le travail de la converse : « Elle [Sœur Justine] disait ‘Sœur Marie de Saint-Joseph… — elle prenait des gants — vous ne voudriez pas aller bêcher de ce côté là ?’. ‘Ah, non, non, non’. […] Mais finalement elle disait : ‘Ah, pour le bon Dieu, j’vais y aller quand même, hein.’ » Au couvent, elle est principalement employée comme jardinière et s’occupe de la basse-cour et de l’étable. Elle affectionne tout particulièrement ses petites bêtes. Lorsque l’abbesse demandait de tuer un lapin, elle pleurait et disait toujours « c’est trop vite, vous savez, il a encore besoin de grossir » :

« On avait des lapins à ce moment-là, alors elle pleurait et elle disait toujours à mère Marie-Antoinette : ‘c’est trop vite, vous savez, il a encore besoin de maigrir, euh, de grossir’. Il était gros. Mais alors, il fallait bien qu’elle s’exécute. Alors, en lui mettant la corde au cou, elle le caressait […] : ‘C’est rien, va, mon petit, c’est pour le Bon Dieu’, qu’elle disait au lapin, avant de le tuer. »

68La même sœur se rappelle aussi comment Marie de Saint-Joseph parlait avec ses moutons : « À ce moment-là, les moutons, on les conduisait avec une chaîne, à la prairie. Ce jour-là, j’avais été faire mon oraison dehors. […] J’étais assise, voilà sœur Marie de Saint-Joseph qui arrive, tout en traînant les moutons ‘Allez, allez, mais marchez comme il faut… ’ Elle parlait aux moutons. ‘Ah, j’ai vu ce matin qu’on a fait pipi dans son… sur sa belle robe. Vilaine fifille’. Et elle parlait à ses moutons comme ça, comme à des enfants. J’entendais ça pendant mon oraison… Alors j’ai changé de place… ‘Vilaine fifille’. C’était le terme le plus fort qu’elle pouvait employer. » La converse amuse également les sœurs par son parler pittoresque. Ainsi, l’histoire de « l’héligobaire » aura probablement été racontée une dizaine de fois aux amies et connaissances :

  • 93 Interview de sr Marie-Joseph (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

« Alors, une fois, c’était pendant la guerre, on vidangeait […]. Et j’étais à côté d’elle, elle vidait des seaux, on faisait des chaînes, et moi, j’étais la dernière de la chaîne, qui lui présentait des seaux, et dans le ciel, passe un hélicoptère. Et elle dit ‘qu’est-ce que c’est que c’t’affaire là ?’. Mais je dis : ’c’est un hélicoptère’. ‘Ah non, elle dit, c’est pas un hélicoptère’. ‘Pourquoi ?’. ‘C’est un héligobaire’. ‘Ah’. ‘Parce que ça gobe de l’air et ça gobe pas d’l’terre’, elle dit. […] Quelques fois, je racontais cette histoire, on la racontait pour des amis, je ne savais plus si c’était hélicoptère ou héligobaire. Oh ! Et elle nous disait des choses comme ça qui nous faisaient rire93. »

  • 94 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

69Une autre moniale se souvient de l’expression, caractéristique de Marie de Saint-Joseph, « J’ai des amants », qui signifiait qu’elle se sentait attirée par quelque chose : « Et puis une fois, elle était à l’Adoration, elle me dit — elle avait toujours un petit local, au jardin, alors les outils, là, c’était son petit refuge, elle prenait des petits travaux, les sandales aussi. Puis à l’Adoration, tout d’un coup, elle était attirée à aller continuer son travail, alors elle avait un vocabulaire très simple, alors elle disait : ‘Ah, j’ai des amants, j’ai des amants’. Au lieu de dire, qu’elle était aimantée quoi94 ! »

70Sa biographe écrit qu’elle reste dans la mémoire comme une « figure légendaire », dont on aurait dit : « Voici une vraie israélite, sans aucun artifice. » La première fois qu’elle voit un ouvrier en clôture — il s’appelait justement Joseph —, elle se met à pleurer : « c’est elle qui a pleuré quand elle a vu Joseph, un homme dans la clôture ». Une autre sœur écrit que Marie de Saint-Joseph « vivait dans le silence », s’occupant des poules et des moutons, le ‘Notre père’ étant sa prière principale. Une troisième raconte que « c’était le type même de la clarisse qui vit son union à Dieu dans une proximité », très familière. Elle est visiblement très appréciée : « Oh, Marie de Saint-Joseph, c’est un vrai trésor, c’était une sœur converse. » Elle aimait sa vie de travail et sa biographe écrit qu’elle aurait dit : « J’ai toujours été heureuse [au couvent]. » À la suite de maux de cœur, elle est déchargée du jardin et se met au tricot. Elle décède de façon imprévue, le8 janvier 1975, à la chapelle, alors qu’elle se penchait sur sa compagne (celle qui en parlait avec tant de bonheur, Marie-Josèphe) pour repérer la page d’un psaume. Elle avait 84 ans.

  • 95 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne...

71Il est intéressant de remarquer que celle qui est située dans la communauté comme la plus effacée et la plus humble (converse/servante) laisse apparaître une personnalité forte (indépendance, difficulté avec l’obéissance), colorée (langage, expressions), assurée (travail dans la confiance et dans la joie), en un mot, épanouie (aux yeux de ses consœurs tout au moins). Il semble de fait que Marie de Saint-Joseph vit sa vie dans un corps à corps naturel, évident, transparent. Cette union avec sa vie, sa vocation, son travail, la rend très appréciée, d’autant plus que sa condition n’est pas « enviable ». Sœur Françoise Franque relève d’ailleurs son caractère difficile (« Je crois que comme caractère, elle [Marie de Saint-Joseph] devait être un peu difficile »), qu’elle attribue aux complexes d’infériorité des converses qui les aigrissent95. En même temps qu’elle avoue, comme cité plus haut, que le type de religieuses qui l’a marqué le plus est celui de la converse, simple et effacée.

b. Marie-Renée de Saint-François, Yvonne Dhenin, 1899-1985

  • 96 Yvonne Dhenin naît le 23 mai 1899 à Lille. Elle est l’aînée de quatre enfants, trois filles et un g (...)

72Les premières images qui viennent à l’esprit de sœur Christiane lorsqu’elle évoque Marie-Renée96, c’est « qu’elle était toujours à pieds nus » et « qu’elle aimait beaucoup les fleurs » (elle avait une serre avec des fleurs). Elle se rappelle aussi que Marie-Renée avait lu énormément : « pendant la guerre, comme il n’y avait pas de livre, elle avait lu le dictionnaire de A à Z. Elle avait tout lu, tout lu, tout lu ». Enfin, qu’elle « aimait bien de parler ». Pour la plupart des sœurs, Marie-Renée de Saint-François (Yvonne Dhenin) est tenue pour une « originale ». Sa biographe écrit que « son caractère, combien original, est digne des premières générations de frères et de sœurs qui ont donné à la famille franciscaine saveur et poésie ». Quant à sœur Françoise (Franque), elle raconte que « c’était un numéro spécial qui marque une communauté ». La première chose qui lui vient à l’esprit est qu’Yvonne avait été « une petite fille gâtée », « habillée à la dernière mode » (sacs de perles), mais qu’elle portait un regret : celui de n’avoir pas fait des études approfondies. N’ayant pu étudier, elle reste toute sa vie « avide des choses intellectuelles ». Sœur Marie-Josèphe en parle tout de suite comme ayant « un caractère spécial, c’est-à-dire, très très facile, mais, original, c’est ça » : « C’est elle qui ne voulait pas se coucher à huit heures : ‘Oh !, mais moi je vais pas coucher comme les poules, oh non !’ » Et puis, une fille d’une famille « fortunée ».

  • 97 Jamais elle n’aurait « manqué à la charité fraternelle ». Voir le point « 3. Des femmes entre elles (...)

73Au couvent, Marie-Renée travaille à l’ouvroir et sa biographe dit qu’elle mena une « vie effacée », employée en « seconde main à l’ouvroir », sous la direction de la robière, Marie-Étienne du Divin-Cœur (Blanche Allent). En même temps, elle la dit entière, vive d’esprit, têtue, intransigeante avec elle-même. Au départ, elle a de « gros problèmes » avec l’obéissance, mais chemine avec philosophie et humour, en disant : « Il [Dieu] a voulu m’avoir, Il m’a eue. Maintenant, il doit me prendre comme je suis ». Aux dires d’une moniale, elle vivait de façon « très personnelle » sa relation à Dieu et en fin de vie, disait : « Je ne sais pas si j’aime Dieu, mais je sais que je veux l’aimer ». Très moderne par certains aspects, et parfois étroite dans d’autres (elle se mettait parfois dans des rails et restait fixée sur ses décisions), c’est surtout son originalité qui la distingue mais aussi sa charité. Marie-Josèphe insiste sur le fait qu’elle ne l’a jamais (et elle insiste) « entendue dire un mot contre une sœur ». Sa biographe relève la même absence de défaillance en matière de relation97. Pour l’obéissance, c’était un peu complexe : « elle ne suivait jamais comme un mouton », « elle s’arrangeait avec le bon Dieu », « Il fallait qu’on la prenne telle quelle ». Elle disait : « Y a certaines choses que je ne sais pas faire, obéir à des choses précises, je sais pas, c’est bien simple ». Après le renouveau conciliaire, elle refuse de changer son habit — ajoutant qu’elle avait peur de retomber dans sa coquetterie d’autrefois si elle quittait sa robe de bure —, de même qu’elle n’a jamais voulu suivre une session. Elle disait « qu’elle avait tout donné » et « qu’elle ne changerait donc pas ». Toutefois, d’après les témoignages, elle ne mettait guère de frein aux changements communautaires. La biographe écrit cependant qu’elle « ne comprenait pas toujours ces changements ». À relever également, lorsque l’office de nuit (matines) est supprimé, elle continue d’y assister seule : « quand on a arrêté les matines la nuit, elle a continué à aller toute seule. Elle dit : ‘Je suis habituée, je m’éveille’. Alors, elle allait prier toute seule pendant une heure et demie à la chapelle. Elle descendait à pas de loup ».

c. Marie de Saint-François, Suzanne Borry, 1907-1995

74C’est la souffrance acceptée qui rend, à Malonne, la sœur Marie de Saint-François (Suzanne Borry) tant appréciée de ses consœurs. Le témoignage de sœur Francine (Grégoire) entrée en 1969, montre comment cette sœur malade et fragile des nerfs, qui ne supportait plus la vie communautaire et qui passait sa vie isolée à l’infirmerie, était adorée de toutes :

  • 98 Interview de sr Francine (Grégoire), Malonne, le 17 avril 1998.

« Elle a vécu longtemps à l’infirmerie, donc elle était un peu malade des nerfs et elle ne pouvait plus suivre le rythme communautaire. Mais seulement elle avait à l’intérieur de cette pauvreté-là qu’elle avait acceptée, elle avait une sérénité vraiment très belle et sa vie se passait à assumer une journée l’une derrière l’autre, à assumer le présent, d’arriver à se lever, d’arriver à se laver, à faire le travail qu’elle pouvait, à être archi-gentille avec tout le monde, mais elle n’aurait pu plus être avec le groupe, avec une sœur à la fois. Donc elle connaissait pas grand monde, elle n’avait pas ce rayonnement de certaines sœurs de la communauté […] et en même temps, tout le monde l’adorait à cause de cette sérénité et de cette acceptation de sa petitesse, de ses infirmités. […] Et quand elle est morte, on l’a beaucoup senti, alors qu’on ne la voyait jamais. On ne peut pas dire qu’on sentait un trou dans le groupe ; même si elle était tout le temps à l’infirmerie, elle nous a remplies… cette sérénité98. »

  • 99 Nécrologe, sr Marie de Saint-François, Suzanne Borry, 1907-1995, p. 108. Dans A.C.M.

75Suzanne Borry née le 8 avril 1907, est la fille d’un couple de charcutiers de Lille qui n’ont que deux enfants. Munie d’un certificat complémentaire, elle aide ses parents dans la charcuterie. Le décès prématuré de la mère l’oblige à poursuivre dans l’entreprise familiale, malgré sa décision d’entrer chez les clarisses (« elle dut surseoir à son entrée dans la vie religieuse, son père y étant formellement opposé, vu les circonstances difficiles qu’il vivait99 »). Elle a 24 ans lorsque le père consent à son départ. Six mois après son entrée à Malonne le 17 décembre 1931, le père de Suzanne décède, ce qui l’oblige à interrompre son postulat pour un retour en famille. Elle en revient « épuisée mais heureuse au monastère où elle avait trouvé ce qu’elle cherchait ». Lors de sa vêture, le 9 décembre 1932, elle reçoit le nom de Marie de Saint-François. Lors de l’examen canonique, elle motive son entrée en ces termes : « J’ai cru, par l’attrait que j’éprouvais, que c’était ici que Dieu me voulait » (profession temporaire). Au couvent, elle est employée comme seconde infirmière, « rivalisant de douceur et de méticulosité ». Lorsque sa santé décline, elle est affectée aux légumes, à l’entretien de la maison et à la couture. En avril 1967, elle fait un séjour chez les clarisses de Beaumont pour cause de santé. De façon générale, elle est réputée comme très bonne, très douce et très charitable, mais « fragile des nerfs ». Pour sœur Marie-Josèphe, « on ne la prendrait plus maintenant » : « Elle était très très bonne, elle aimait beaucoup le bon Dieu et d’une charité, d’une charité, mais elle… c’était trop dur pour elle, c’est ça le terme, la règle était trop dure pour elle. […] Alors, elle a beaucoup souffert physiquement, moralement, […], elle se sentait…, elle se croyait la dernière. » Sœur Françoise (Franque) se rappelle qu’au chœur, par les grands froids, elle « reste collée au radiateur ». Sœur Christiane (Loicq) parle de Marie de Saint-François comme d’une sœur « qui a été très longtemps malade », « déprimée chroniquement » et qui « est restée des années à l’infirmerie ». À la fin de sa vie, elle « était toute cassée ». Elle meurt à 88 ans, le 13 octobre 1995.

d. Marie-Lucie de Jésus, Ida Furnémont, 1899-2002

  • 100 Les conditions d’interview n’étaient pas favorables : Marie-Lucie était accompagnée de deux religie (...)
  • 101 Notons que l’aînée, qui tenait une place très importante dans la cellule familiale (« C’était papa (...)

76« Nous sommes heureuses de vous voir, de tout près. Nous vous voyions de loin. […] Mais, pour le Seigneur, il n’y a pas de distances… non. Il n’y a pas de distances. » C’est par ces phrases que sœur Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont) a entamé la conversation, pour ensuite me poser quelques questions sur la Bible et la liturgie. Lorsque je lui ai demandé de parler de sa vie, elle a tout de suite commencé : « Nous étions neuf. Maman acceptait tout ce que le bon Dieu lui envoyait », et a raconté sans discontinuer son histoire familiale. Son interview ressemble à un récit de vie, interrompu cependant après la période du noviciat100. Ida naît à Ciney en 1899, septième de neuf enfants : sept filles, deux garçons. Le père d’Ida est ingénieur agricole. La mère, qui voulait rester le « bâton de vieillesse » de son père, cède aux pressions de son soupirant : « Mon papa a tellement insisté, il la voulait à tout prix, enfin, elle a dû céder. » Des neuf enfants, aucun ne s’est marié. « C’est très curieux », ajoute Marie-Lucie, « on n’avait pas l’envie ». Cinq filles se font religieuses : trois chez les sœurs de la Providence à Champion, une bénédictine (« Quand mes sœurs aînées avaient fini leurs études, elles entraient au couvent »), et enfin, une carmélite (Ida). C’est la future bénédictine qu’Ida côtoie le plus (« Nous avions un an et demi de distance et […] avant qu’elle ne rentre au couvent, nous étions toujours ensemble »), mais c’est de sa sœur Lucie (plus âgée si pas l’aînée) qu’elle se sent la plus proche (est-ce la raison du choix de son nom en religion101 ?). Les deux plus jeunes « avaient une grande envie du carmel », mais restèrent auprès de leur mère qui a vécu jusque 92 ans. Les deux fils décèdent pendant la Première Guerre ou de ses suites. L’aîné, avocat, meurt en 1920, à 29 ans, d’une maladie des poumons ; le plus jeune, qui s’est porté volontaire pour la guerre à 18 ans, meurt des suites des combats à l’hôpital militaire, sans que les parents aient pu le revoir (« Pour maman, c’était vraiment terrible »). Le père d’Ida, qui avait un lien particulier avec l’institut des Sœurs de la Providence de Champion, y envoie toutes ses filles en pension. Ida, sachant son désir d’entrer au carmel, voulait interrompre ses études après l’obtention de son diplôme d’institutrice, mais son père insiste pour qu’elle poursuive jusqu’au régendat (qu’elle fera en histoire et géographie).

  • 102 Voir aussi p. 181, note 275.

77L’attrait pour le carmel naît dès l’enfance, lorsque Ida recevait la documentation sur Thérèse de Lisieux. Quand sa plus jeune sœur la libère de ses obligations familiales en lui disant : « Écoute, l’année prochaine, tu feras ce que tu voudras, parce que moi je rentre avec les parents à la maison », Ida annonce à sa famille son désir du carmel. Le père ne comprend pas pourquoi elle ne suit pas ses sœurs à Champion. Sa mère est aussi récalcitrante : « Ah non, pas au carmel, ah non, pas au carmel. Quoi ? C’est par vanité ? C’est pour entrer dans l’ordre le plus sévère, le plus…? ». L’opposition parentale est levée par l’influence positive du prêtre de Ciney qui considère de son « devoir le plus strict de laisser aux hommes toute leur liberté », et celle de l’aînée qui convainc le père « d’aider Ida à accomplir sa vocation102 ». Ida entre au carmel en 1923, à 22 ans, persuadée que « ce que le Bon Dieu [lui] demandait, il leur redonnerait en cadeau », et certaine de pouvoir compter « sur l’action de Dieu sur toute [sa] famille ». Lors de sa prise d’habit, en 1924, elle reçoit le nom de Marie-Lucie de Jésus.

78De son noviciat, elle se rappelle surtout sa maîtresse, mère Marie-Germaine (Beckers), à qui elle était attachée mais qui « était sévère pour [elle] ». Pendant des mois, elle n’est autorisée à lire qu’une lettre sur l’obéissance d’Alphonse de Liguori : « Et j’avais un carnet avec beaucoup de notes du cardinal Mercier, mais comme je ne pouvais lire que la lettre sur l’obéissance, je ne pouvais pas lire mes propres notes… [rires] parce que je devais obéir à l’obéissance [rires]. » Au couvent, elle est employée au jardin (avec Marie des Anges Dubois). Elle est probablement mise en charge comme clavière dans les années précédant son élection à la charge de sous-prieure, en 1957. C’est elle aussi qui dresse les plans du nouveau monastère rebâti sur les hauteurs de Jambes. En 1966, elle est envoyée comme prieure au carmel de Virton en difficulté et entre 1972 et 1978, est prieure de son carmel.

  • 103 Vive sr Marie-Lucie en route pour le centenaire. 92 ans de sr Lucie, par ?. 12 octobre 1991. Dans A (...)

79Dans un chant composé à l’occasion de ses 92 ans, on relève les traits d’un caractère bien trempé : « Éducation à la dure : formation énergique, douche froide en hiver », « Elle fonce tête baissée dans les cloîtres », « vedette de cinéma, elle y enseigne la théologie », « avec elle tous vos problèmes, ils sont vite résolus », « dernière couchée », « haute comme 3 pommes, poids plume mais volonté de fer », « maîtresse en dévotions », « au cinéma ou au théâtre, sait faire la comédie », « Le médecin ? Le moins possible », « alcool camphré, remède universel », « heureuse d’être carmélite, consacrée à Dieu dès l’âge tendre », « les mains robustes et fermes, forte encore, elle ne recule devant aucun effort, ‘arrêtez-vous, ma mère, laissez-vous faire’, ‘tu penses ? Le repos est pour l’éternité’ », « Première au scrabble, dernière au déjeuner », « latiniste-moraliste bilingue parfois », « bruns noisette sont ses yeux, ses cheveux sont encore noirs », « favorite de Monseigneur, elle sait lui baiser la main », « encyclopédie vivante, sait tout, connaît tout », « conseillère à 90 ans, en route pour le centenaire », « Pour Dieu que ne ferait-elle pas, et pour ses sœurs : la bonne à tout faire », « Point de demi-mesure pour cet être idéal, le don fut radical103 ». À côté de ces divers traits témoignant d’un caractère tranché, le chant dévoile toutes ses petites manies et goûts personnels : l’attrait pour le ciel et les mathématiques : « Férue d’étoiles, constellations et comètes, Lunatique à ses heures d’insomnie », « Forte en mathématique » ; l’esprit d’économie et de conservation : « Aime la nuit par esprit d’économie, N’ouvre son chauffage que sur ordonnance »« Ne rien jeter ! Cela pourrait servir » ; le goût pour les sucreries : « Ida aime le chocolat, sucre et sucrerie, Fruits et confiture avec modération ».

  • 104 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.

80Marie-Lucie vivra jusque 102 ans (elle décède le 14 juillet 2002). Elle conserve jusqu’à la fin une physionomie marquée par la joie. Dans son interview, ne disait-elle pas : « Nous avions une belle vie, oh oui. » Et la mort, pour elle, c’est avant tout les retrouvailles de ceux qu’elle aime : « Quand je pense que toute ma famille est là, papa, maman, mes frères et sœurs sont là, depuis longtemps déjà. Et le premier, c’est le petit Léon. Être sur la terre en attendant le ciel, mais quand on est persuadé que le Ciel est au bout du chemin, et de notre chemin, eh bien, c’est une richesse, parce qu’on peut en vivre toujours104. » Lorsque, pour la dernière fois, nous avons entendu parler de Marie-Lucie, celle-ci, qui avait tenu dans ses bras le bébé de son infirmière (soignante extérieure), réclamait sans cesse l’enfant. Les religieuses lui ont finalement apporté une poupée dans un panier, et c’est avec émerveillement qu’elle la contemplait, la regardant du bout de son lit, lui faisant des signes. Une centenaire jouant à la poupée, voilà la dernière image que nous offre cette carmélite.

B. Non-intégration

  • 105 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

81On peut distinguer divers degrés de non-intégration : de la religieuse qui se sent mal dans sa vocation ou mal dans son couvent, à celle qui souffre d’un déséquilibre mental. On l’a vu, dans le premier cas, la non-intégration est plutôt affaire d’esprit ou de désir, car certaines sœurs infirmes ou malades peuvent tenir une place de choix au couvent tout en étant absentes de la vie communautaire. D’autres, en revanche, pèsent sur celle-ci. Presque chaque monastère semble avoir connu son « mouton noir », expérimenté un déséquilibre personnel déréglant la communauté entière. Plusieurs possibilités s’offrent alors : le départ, le renvoi ou le maintien. Dans ce dernier cas, on peut analyser le seuil de tolérance d’une communauté. Il arrive aussi que certaines religieuses agitées terminent leurs jours dans la paix et la « conversion ». Leur notice insiste alors sur cette « réconciliation » avec elle-même et avec les autres en fin de vie, et cela suffit pour redonner sens à tout le parcours. On note aussi qu’une religieuse peut « traverser » des moments de crise et ensuite réintégrer la vie communautaire. À Malonne, sœur Françoise (Franque) rappelle qu’une religieuse aussi appréciée et bien dans sa vocation que sœur Marie-Joseph (Verhoye) avait été « très marginalisée à un moment donné105 ».

  • 106 On obtient un chiffre un peu plus bas, 10,9 %, si l’on calcule le pourcentage à partir du nombre to (...)
  • 107 Pour plus de détails, voir le chapitre sur le recrutement et le tableau sur les « Types de sorties  (...)
  • 108 Delpal (B.), Le silence des moines..., p. 278.

82Mais le signe de non-intégration le plus évident est la sortie. La « mobilité » conventuelle est plus grande que ce que ne laissent entendre les textes normatifs pour lesquels la moniale, une fois entrée, ne sort plus que dans son cercueil. Pour les quatre couvents, 32,4 % des religieuses sont amenées à sortir de leur couvent d’origine : 11,9 % de départs après profession106 ; 8,9 % de transferts ; 11,6 % de fondatrices107. Si l’on sait qu’une partie des transferts est liée à un problème d’adaptation (la moitié de ceux-ci pour nos quatre couvents), et que fonder une filiale, comme le laisse croire Bernard Delpal, était aussi « un procédé classique pour faire partir un groupe de moniales dissidentes ou difficiles à gouverner108 », on obtient une moyenne chiffrée des religieuses qui se sentent mal dans leur couvent : elle atteint, grosso modo, une religieuse sur cinq.

Tableau 26. Religieuses professes du carmel de Jambes (1837-2002), du carmel de Floreffe (1902- 2002), du couvent des clarisses de Malonne (1903-2002) et du couvent des clarisses-colettines de Saint-Servais (1911-1992). Nombre de départs après profession en rapport avec le nombre total de professions par décennies.

Décennies Nombre de professions Départs après profession
Avant 1900 53 1
1900-1909 43 1
1910-1919 53 2
1920-1929 54 8
1930-1939 24 2
1940-1949 10 3
1950-1959 12 3
1960-1969 25 6
1970-1979 13 1
1980-1989 7 3
1990-1999 5 1
299 31

83À cela il faut ajouter celles qui vivent en perpétuel malaise au sein de leur communauté, sans pour autant la quitter (une moyenne peu éloignée de la vérité, dégagée à partir des visites canoniques, serait de trois à cinq religieuses « déséquilibrées » par communauté, ce qui revient également à une religieuse sur cinq plus ou moins).

1. Mal en clôture : les cas de Marie des Anges, Yvonne L. (1906-1984) et de Marie du Christ-Roi, Martha R. (1902-1970)

  • 109 Yvonne L. naît le 29 mars 1906 à Tourcoing. Elle est l’aînée de trois enfants. Douée pour les étude (...)
  • 110 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Marie-Josèphe Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998 (...)

84À Malonne, la religieuse qui apparaît comme la plus déséquilibrée et surtout la plus difficile précisément parce « qu’elle ne le reconnaissait pas, qu’elle ne s’en doutait pas », est Marie des Anges (Yvonne L.109). Marie des Anges est donc le cas, le plus typique à Malonne, de religieuse considérée comme « déséquilibrée », mais qui restera toutefois au couvent jusqu’à son décès. Ses comportements inadéquats semblent acceptés de toutes. Elle est et reste ce petit canard noir, victime d’une sombre histoire familiale, acceptée par pitié par la supérieure de l’époque, Marie-Antoinette, et finalement intégrée comme telle à la communauté. Son refrain ‘Je ne suis pas aimée’ semble rendre les cœurs compatissants : « Son refrain c’était toujours ‘je ne suis pas aimée’. ‘Mais si ! sœur Marie des Anges, on t’aime bien !’. Et alors quand une sœur avait son parloir, elle avait mal au cœur, parce qu’elle n’avait pas de visite. Elle a souffert beaucoup […] » En même temps, cette religieuse qui était la « plus difficile » du couvent, alourdissait le gouvernement des abbesses : « Thérèse en a vu avec elle ». La témoin raconte par exemple que sœur Marie des Anges s’amusait à écrire « des méchancetés » à l’abbesse sur du beau papier à lettres, le gaspillage du papier apparaissant, aux yeux des moniales, plus problématique que le contenu des lettres110.

85Dans le contexte de la libéralisation des sorties de clôture àla fin des années 1960, le mal-être de Marie des Anges va se focaliser sur la clôture. Elle voit, dans la possibilité de sortir, une solution à ses problèmes. « Ne pourriez-vous pas me permettre de sortir de temps à autre ? », demande-t-elle à l’évêque en avril 1970, ce qui lui est refusé. Cette demande s’accompagne d’un bilan de vie assez négatif, marqué par les souffrances familiales et les frustrations conventuelles :

« Vous devez soupçonner ce que m’ont été les douze années de charge de Sœur Marie-Claire, aussi, je ne sais plus être gaie, et suis dans un perpétuel complexe d’infériorité. Je ne sais plus être moi-même, joyeuse, comme je le suis par tempérament. Les souffrances de famille qui m’ont marquées, dès mon enfance, et qui m’ont suivies pas à pas dans toute ma vie religieuse, doublées de ces longues années d’incompréhension et de dureté, m’ont meurtrie… Toutefois, je veux rester fidèle à ma vie de contemplative, et la vivre ici ‘à Malonne’, mais si j’avais de temps à autre la possibilité de détendre l’arc, cela me relancerait dans l’amour de Dieu et celui des hommes, mes frères et m’épanouirait, de même l’état psychique serait meilleur. […] Ne pourriez-vous pas me permettre de sortir de temps à autre ? »

  • 111 Lettre de sr Marie des Anges, monastère des Clarisses de Malonne, le 14 avril 1970. Dans A.E.N. Sér (...)
  • 112 Lettre de sr Marie des Anges, le 3 août 1970. Dans A.E.N.
  • 113 Lettre de sr Marie des Anges, le 8 août 1971. Dans A.E.N.

86Concrètement, elle propose « d’avoir la liberté d’aller une fois où l’autre causer un peu avec Monsieur le chanoine Jacques à Namur, ou autre chose si vous jugez ». Elle condamne ensuite la sévérité actuelle de la clôture, tout en soulignant la différence de traitement entre les jeunes sœurs ou les sœurs en charge, et les autres : « Notre clôture est beaucoup trop fermée, et pour moi, et pour d’autres, je le sais, du moins pour certaines d’entre nous, car pour les jeunes et les sœurs en charge, il n’y a pas de problèmes, les sorties sont fréquentes. Mais pour plusieurs, on ne peut savoir ce que ce ‘fermé’ comporte, bien que notre seul souci est de vivre pour Dieu, personnellement, je ne puis donner mon plein à cause de cette clôture matérielle exigée par Rome111 ! ». Son envie envers les « jeunes » qui sortent plus souvent revient dans une autre lettre, du 3 août 1970112. Un an plus tard, en août 1971, elle revient sur le thème des sorties des jeunes et des sœurs en charge : « De plus en plus, les jeunes et les responsables profitent largement des permissions ‘globales’ données par nos évêques. […] Dernièrement, une de nos sœurs participe à la session de Maredsous pour 8 jours, sitôt rentrée, elle faisait ses valises pour repartir pour Bruxelles pour 15 jours ! » Devant ces « sorties qui se multiplient », « sa foi est constamment à l’épreuve » écrit-elle : « Jusqu’à présent, durant ces 44 années de présence ici, bien que la clôture dépassait mes forces morales, aidée des conseils de saints prêtres, j’ai tenu le coup, me raisonnant, car il faut être logique quand nous embrassons une règle. Mais devant l’évolution… » Elle écrit encore qu’elle se sent « emprisonnée113 ».

87La communauté voit plutôt, en Marie des Anges, une femme « malheureuse dans son état » et « insatiable de sorties » :

« Comme vous devez le savoir, Monseigneur, sœur Marie des Anges porte en elle un déséquilibre affectif qui la rend malheureuse dans son état de vie. Malgré la tension qu’elle ressent, elle ne veut nullement nous quitter, ne serait-ce que momentanément pour aller dans une autre communauté. Pourtant, dès qu’elle a franchi la porte du monastère pour en sortir, elle est ‘tout autre, respire, un poids lui est enlevé’, dit-elle. C’est d’ailleurs pour cela en partie que je l’ai envoyée aux cours toutes les semaines à Namur. Elle est insatiable de sorties et n’en a jamais assez. Toute sortie d’une autre sœur, pour le dentiste ou l’oculiste, est pour elle l’occasion de difficultés qui n’en finissent pas. »

  • 114 Lettre de sr Thérèse, Malonne, le 7 mars 1971. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Corres (...)
  • 115 Lettre de sr Thérèse, Malonne, le 1er février 1974. Dans A.E.N.
  • 116 Lettre de sr Marie des Anges, Malonne, le 1er février 1974. Dans A.E.N. Série R 46.
  • 117 Lettre de sr Marie des Anges, Malonne, le 1er juillet 1974. Dans A.E.N. Série R 46.
  • 118 Interview de sr Marie-Joseph (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

88L’abbesse propose un séjour d’un mois en famille : « cette bonne détente aurait l’avantage de la soustraire au moins pour un temps à ses faux problèmes et satisferait ses besoins affectifs114 ». Ce projet ne semble pas avoir été réalisé. Mais quelques années plus tard, un accident de voiture (survenu le 3 février 1973) est l’occasion d’une nouvelle demande de séjour en famille. Cette fois, l’abbesse avait d’abord proposé un séjour dans un autre monastère de clarisses, mais « le changement de cadre, sans changement de vie, ne paraît pas répondre suffisamment à son désir115 ». Avant d’entreprendre le séjour prévu, Marie des Anges écrit à l’évêque pour expliquer que ce séjour n’est nullement motivé « par un besoin affectif de retour en famille » : « J’en suis loin, la raison consiste uniquement dans mon état de santé116. » Ce séjour en famille est finalement remplacé (ou suivi ?) d’un séjour en clinique, à Saint-Camille. Elle y reste jusqu’en juillet 1974, et remercie ensuite chaleureusement l’évêché pour ce repos hors du monastère qui lui a fait beaucoup de bien117. Jusqu’à son décès en 1984, nous ne trouvons plus aucune trace du problème de clôture de Marie des Anges. Mais une sœur raconte qu’à partir de son transfert à l’infirmerie, elle s’est considérablement adoucie parce qu’elle s’est trouvée choyée par l’infirmière118.

  • 119 Martha R. naît le 18 septembre 1902, à Bastogne, dans une famille de six enfants. Le père est insti (...)
  • 120 Lettre de sœur Marie-Claire du Saint-Sacrement, o.s.c., abbesse, Clarisses de Malonne, le 2 mai 195 (...)

89Le mal-être de Marie du Christ-Roi (Martha R.119), entrée en 1928, se focalise, à la fin de sa vie, sur la clôture. En 1958, sœur Marie du Christ-Roi est transférée quelques temps chez les clarisses de Tournai dans le cadre de la fédération et pour motif d’entraide. Mais la raison profonde de cet éloignement est un malaise ressenti tant du côté de la moniale que du côté de la communauté : « À la suite de plusieurs expériences d’inadaptation à la vie cloîtrée, qui entraînaient de graves conséquences de santé pour elle-même et d’influence pénible pour la communauté, une de nos moniales, sœur Marie du Christ-Roi, se trouve au monastère des Clarisses de Tournai où elle remplit la fonction de sœur externe. » Cependant, alors que l’abbesse de Malonne projette la régularisation de cette situation en demandant un indult d’exclaustration, l’évêque fait valoir que la principale concernée n’est pas au courant de cette demande : « J’ai demandé si Sœur Marie du Christ-Roi était d’accord. On me répond qu’elle ignore cette demande d’indult. Dans ces conditions, on ne peut introduire la requête à Rome, vu que cette religieuse a droit de vivre dans son monastère. » Si l’abbesse avoue que le retour de Marie du Christ-Roi n’est guère souhaité, (« Mère Abbesse me fait remarquer qu’on redoute de la voir rentrer à l’intérieur »), l’évêque estime que cela ne peut « prévaloir sur le droit qu’a la religieuse de vivre en son monastère120 ». En finale, on ne sait rien des désirs de la sœur concernée, qui regagne son couvent d’origine le 10 octobre 1958, après une année passée à Tournai comme tourière externe.

  • 121 Lettre de sœur Martha (Marie du Christ-Roi), Sart-Bernard (presbytère), le 20 juin 1969, monastère (...)
  • 122 Lettre de sœur Martha, le 20 juin 1969. Dans A.E.N. Série R 46.

90Le 10 août 1968, Marie du Christ-Roi quitte temporairement le couvent en vue de rejoindre son frère prêtre pour l’aider à soigner leur mère « âgée et malade ». Après le décès de sa mère, en juin 1969, elle demande à l’évêque une prolongation de son séjour121. Dans la même missive, elle questionne l’évêque sur la possibilité de modifier les dispositions prises lors de ses vœux solennels et de pouvoir donner sa part d’héritage non au couvent mais à son frère122. De retour au monastère le 10 août 1969, le mal de clôture la reprend et, le 22 octobre, elle écrit une lettre où elle se plaint des nombreuses sorties des jeunes sœurs. Sa condamnation des sessions, où les journées se terminent tard « par des danses avec les pères », déguise mal son envie :

  • 123 Lettre de sœur Marie des Anges, monastère des Clarisses de Malonne, le 22 octobre 1969. Dans A.E.N. (...)

« Récemment, 6 jeunes sont parties pour une session à Bruxelles […] ! Il paraît qu’elles terminaient leur journée très tard, par des danses avec les pères ! Alors, pourquoi cela ne pourrait pas nous être accordées [sic], d’autant plus que c’est à Namur ! Sur ce point, je sais que plusieurs durent profiter de ces conférences, mais que l’on sache partager ces réunions ! Jusqu’à présent, c’était toujours les mêmes qui en profitaient, alors que ces dernières participent déjà bien souvent aux sessions de Franciscanisme […] et même au delà de la frontière123 ! »

  • 124 Lettre de sœur Martha R., Clarisses de Malonne, le 9 septembre 1970. Dans A.E.N. Série R 46. Claris (...)

91Dans une lettre du 9 septembre 1970 adressée à l’évêque, elle exprime son sentiment de solitude et demande un nouveau séjour à l’extérieur pour se remettre de ses souffrances morales (causées par sa vie cloîtrée ou par le décès de sa mère ?) : « Depuis ma rentrée, j’ai porté chaque jour la souffrance morale et devant toujours garder cela sur moi, j’ai vécu une tension continuelle. Le cœur a particulièrement été secoué et maintenant, après 6 jours, je suis obligée de faire un arrêt. J’ai dit au docteur cette tension, et il m’a répondu ‘vous êtes bien trop seule, c’est vrai’. Tout cœur humain a besoin de se dire124. » Elle décède le 22 septembre, moins de deux semaines après cette lettre.

2. Départ : le cas de Térésita de l’Enfant-Jésus, Marie-Thérèse Poncelet (1893-1972)

  • 125 Marie-Thérèse Poncelet naît le 23 novembre 1893 à Reims. Elle entre au carmel de Jambes le 25 mars (...)

92Le cas de Térésita de l’Enfant-Jésus, Marie-Thérèse Poncelet125, se situe entre le départ et le transfert. Entrée au carmel de Jambes en mars 1913, ayant fait profession en septembre 1914, elle demande à être exclaustrée en 1947 mais ne sera pas sécularisée, car elle entrera dans une autre congrégation religieuse. Notons que rares sont les moniales qui, après une longue période au couvent, quittent le statut religieux.

  • 126 Lettre de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Sanatorium de Hemptinne, Jauche (...)

93Dans sa demande d’exclaustration, écrite le 1er septembre depuis le sanatorium de Jauche, Térésita explique souffrir d’une « dépression nerveuse invétérée », qu’elle attribue à sa « faiblesse », mais aussi au régime conventuel qu’elle a reçu : « Sans doute […] cette extrémité où j’en arrive après une trentaine d’années de profession doit-elle être attribuée à mes infidélités ; toutefois, il me paraît que dans les répressions mêmes, il faut une certaine mesure de suavité. Un traitement de rigoureuse contrainte n’a abouti qu’à me briser tout à fait126. » Que s’est-il passé pendant ces trente années au carmel ? À ses débuts au noviciat, elle apparaît comme le modèle achevé de la parfaite novice « sur le type de Thérèse de Lisieux » : gracieuse, jolie, joyeuse. Et le couvent restera attaché à cette figure, puisque, contre toutes les habitudes, le nécrologe lui consacre une notice à son décès survenu en 1972 alors qu’elle ne fait plus partie de l’ordre depuis 1950. Sa biographe fait état de « troubles psychiques » qui apparaissent dès avant la seconde guerre :

  • 127 Orthographe variante pour le prénom de cette religieuse : Térésita ou Thérèsita.

« Faut-il les attribuer au manque de sommeil ? À des austérités exagérées ? Ou simplement à l’âge critique ? C’est ce que nous ne trancherons pas. Peu à peu l’heureux psychisme de sœur Thérésita [sic127] se déséquilibrait. La minutie était devenue scrupules et manies, l’empressement une constate instabilité, la sensibilité de l’hypernervosité, de l’agressivité, etc. La vie en communauté devint pour elle, et pour les autres, une croix pesante et finalement insupportable. Après les avatars de notre communauté pendant la 2e guerre mondiale, qui n’avaient en rien amélioré la situation, la communauté, bien à regret, se décida à demander son éloignement, temporaire d’abord. »

  • 128 Thérèse-Marie de Jésus (Thérèse Hoton) est prieure de juin 1945 à juin 1951.
  • 129 Marie-Gertrude de Saint-Joseph (Esther Wedekind), décédée au sanatorium de Jauche le 3 mars 1945.
  • 130 Lettre de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Sanatorium Jauche, le 4 juillet (...)
  • 131 Lettre de sr Marie-Térésita, le 4 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.
  • 132 Lettre de sr Marie-Térésita, le 1er septembre 1947. Dans A.E.N. R. 35.

94En juillet 1947, Térésita est envoyée au sanatorium de Jauche. Elle écrit une longue lettre à l’évêché où elle demande de ne plus retourner au carmel de Jambes. Elle reproche à la prieure de ne l’avoir pas bien soignée : « puisque à ce moment-là même où je me trouvais pourtant bien à bout, Notre Rde Mère Prieure128 n’admettait pas encore que j’eusse besoin d’être soignée. J’avais donc insisté sur cette mesure comme étant de toute première nécessité ». Elle rappelle également à l’évêque l’impression défavorable du sanatorium de Jauche sur le carmel, en raison du passage d’une autre moniale qui y est décédée en 1945129, et dont l’état à l’arrivée, selon Térésita, était pitoyable : « Il y a ici impression défavorable du carmel, c’est que 1ement on y garde le souvenir de notre pauvre chère Sr Marie-Gertrude, très édifiant quant à elle-même assurément, mais dont l’état pitoyable à l’arrivée a laissé entrevoir ce qu’elle avait dû subir depuis longtemps en manque de soins et effrayantes privations. (Hélas, mon cœur en saigne encore lui aussi !). 2ement, l’état d’affaiblissement général où l’on me trouve, pour les mêmes causes130. » Elle se demande également si « la froideur glaciale sinon le rebut » des sœurs à son égard, alors qu’elle les trouve pleines de dévouement pour les autres malades, n’a pas été dictée par la prieure. Enfin, elle souffre également de ne pas pouvoir correspondre librement avec sa famille pour les rassurer personnellement quant à son état : « Je voudrais en correspondre déjà avec lui [un parent prêtre] si je pouvais le faire directement, comme aussi rassurer ma famille si peinée de la façon dont on lui présente les choses131. » Dans une autre lettre, elle relève encore cette censure qui l’empêche de prendre personnellement ses dispositions pour le futur : « Je reste liée au contrôle de toutes mes correspondances par notre Rde Mère Prieure, et ma famille est alertée plus ou moins en ce sens que je suis atteinte d’une maladie mentale. Pour prendre mes renseignements en France, mon pays d’origine, il me faudrait d’abord cette latitude de pouvoir écrire directement132. »

  • 133 Lettre de sr Marie-Térésita, le 4 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.
  • 134 Lettre du P. Gérard de Saint-Joseph, Bruxelles, le 22 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.

95Pour toutes ces raisons, elle ressent une véritable antipathie pour son couvent : « Mieux vaut, de toute façon, que je ne revoie plus les lieux et les personnes et que, dès maintenant, je n’entretienne que les rapports absolument nécessaires133. » Le provincial carme chargé de l’affaire ressent bien l’antipathie de Térésita pour son couvent d’origine, et écrit : « Je crains que cette pauvre enfant ne consente plus jamais à réintégrer son carmel qui lui est tout à fait antipathique. Elle prétend qu’elle n’a jamais reçu les soins qui lui étaient nécessaires, ce qui est contredit par la supérieure. » Surtout, il soulève le malentendu entre la sœur et la communauté, qui ne semble pas être consciente de l’état maladif de Térésita : « Nous nous trouvons devant un cas de maladie nerveuse et je me demande si le carmel le comprend bien. » En revanche, le carme n’appuie pas son souhait de correspondre librement avec sa famille : « Elle se plaint encore qu’actuellement elle ne peut correspondre avec sa famille sans passer par la censure de sa prieure ce qui, à mon humble avis, est une mesure de prudence et d’ailleurs légitime puisque la sœur, ne jouissant pas d’un indult d’exclaustration, dépend toujours de ses supérieurs religieux134. »

  • 135 Lettre de l’évêché de Namur, Namur, le 4 août 1947. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites de Jambes.
  • 136 Décret d’exclaustration. Évêché de Namur, Namur, 21 décembre 1947. Dans A.E.N. R. 35.
  • 137 Lettre de Mgr Joseph Piérard, évêque de Chalons, Chalons, le 25 juin 1949. Dans Arch. CIVCSVA. N° 4 (...)

96Quant à l’évêché, la perspective d’une exclaustration, voire d’une sécularisation, soulève avant tout la question de la subsistance future de la carmélite : « Qui prendrait soin d’elle ? Ne vaudrait-il pas mieux la convaincre de faire d’abord son séjour de convalescence avant de prendre une décision soit sur l’exclaustration, soit sur le passage à un couvent de France. » En même temps qu’il rappelle les obligations du couvent envers la « malade » : « Comme c’est une malade, le couvent ne peut pas la renvoyer. Si malgré tout, elle voulait partir, il faudrait bien exposer le cas dans la demande d’exclaustration ou de sécularisation. » Il s’informe alors auprès de la tante de Térésita, résidant à Charleville, lui demandant « si elle peut la recevoir chez elle si le couvent lui donne les revenus de sa dot ». Et insiste encore que l’exclaustration ne sera pas accordée tant « que nous ne savons pas comment il sera pourvu à sa subsistance ». Il écrit que le carmel de Jambes « veut faire à son égard tout son devoir », précisant qu’il ne peut « prendre sur lui des charges qu’entraînerait une vie indépendante hors du couvent ; il est dans l’impossibilité de les supporter135 ». L’indult d’exclaustration, délivré par l’évêque le 21 décembre 1947, est accompagné d’une lettre rappelant à la moniale ses devoirs dans cette situation à venir. Elle est autorisée à résider chez sa tante « durant un laps de temps qui ne peut dépasser un an », ne peut quitter l’habit religieux et n’a droit « à aucun secours » de la part du monastère, hormis les revenus de la dot. Celui-ci, enfin, n’est nullement responsable « des obligations » qu’elle pourrait contracter. Il rappelle enfin qu’elle aura à mener une vie édifiante en conformité avec les vœux auxquels elle est encore liée : « Vous aurez à mener en dehors du couvent une vie édifiante qui convient à une religieuse, car vous restez tenue aux obligations de vos vœux, notamment vous êtes tenue d’obéir à l’ordinaire du lieu où vous résidez, en raison même de votre vœu d’obéissance ; vous pourrez toutefois, nonobstant le vœu de pauvreté, faire les dépenses ordinaires qui sont nécessaires pour vivre136. » En 1949, une lettre de l’évêque de Châlons apprend que Térésita demande une deuxième prolongation de son indult d’exclaustration, ne désirant pas faire la demande d’une sécularisation, étant donné qu’elle compte poursuivre la vie religieuse. Elle a été « reçue par charité dans une maison religieuse d’Épernay (pensionnat de la sainte Famille) » et « s’est montrée très soumise depuis son arrivée aux directives de l’ordinaire ». Il rappelle l’état maladif de la sœur : « Des certificats de médecin précisent en particulier une affection cardiaque. […] Nous avons affaire à une religieuse authentiquement malade. Il nous a semblé qu’il serait contre la justice de l’obliger à demander un indult de sécularisation qui libérerait trop facilement son monastère de toute obligation envers elle. » Il écrit enfin que le provincial carme de France espère la faire accepter prochainement dans un carmel français137.

  • 138 Note de l’évêché de Namur (R. Koerperich) sur le cas de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus, Namur, (...)
  • 139 Notices..., sr Térésita de l’Enfant-Jésus, Marie-Thérèse Poncelet, 1893-1972, p. 83. Dans A.C.J.
  • 140 Dans l’unique maison belge de cette congrégation française, à Woluwé-Saint-Pierre, ou encore en Fra (...)
  • 141 Citée dans Notices..., sr Térésita de l’Enfant-Jésus..., Poncelet, 1893-1972, p. 83. Dans A.C.J.

97En 1950, avant de lui procurer un indult de sortie, l’évêché de Namur entérine une dernière fois la décision de Térésita de ne plus réintégrer son couvent d’origine : « La sœur, d’après le témoignage de la prieure du carmel, a écrit plus d’une fois qu’elle ne voulait plus rentrer au carmel de Jambes138. » La même année, elle était retournée au carmel pour faire part de sa sortie définitive. À ce moment, le couvent espérait encore une réinsertion : « On s’était réjouies de sa rentrée au bercail, la communauté avait fêté affectueusement la chère brebis errante, on avait préparé son habit, sa cellule… ce fut bien inutile, hélas et la déception complète139. » Le provincial carme « négocie » son entrée dans la Congrégation du Cœur agonisant de Jésus140, où elle est admise à 57 ans, dans le courant de l’année 1950. Avant son décès en 1972, « elle fit encore quelques essais ailleurs, jusqu’au jour où cette instabilité maladive fut totalement réduite par l’impuissance physique ». Elle décède, le 28 janvier 1972, de la maladie de Parkinson, âgée de 81 ans. Les carmélites de Jambes reçoivent encore une lettre relatant son décès, où la supérieure écrit : « Le dernier jour, par deux fois, elle mit un doigt sur ses lèvres comme pour indiquer qu’elle préférait rester dans le silence avec le Seigneur qui approchait… moment sacré en effet. C’était une âme très intérieure : elle avait acquis cette grâce au carmel, à qui elle demeurait très attachée141. »

3. Renvois : Marie-Ange de la Sainte-Famille, Aline M. (1914- ?), et Marie de l’Eucharistie, Julie Cassart (1912-1993).

  • 142 À Rochefort, c’est le cas avec la sr Thérèse-Camille du Verbe Incarné (Camille Wijnans), qualifiée (...)
  • 143 Présentée en 1911 au carmel de Rochefort par un prêtre du diocèse de Meaux qui « espérait sauver un (...)
  • 144 Voir le point sur le recrutement, l’origine sociale et la formation des converses, p. 111 et 154.

98Les archives conservées au diocèse de Namur permettent d’établir qu’en moyenne, chaque couvent a été aux prises avec un élément perturbant la vie communautaire, renvoyé ou isolé142. Le cas apparemment le plus grave du diocèse est illustré par Marie de la Nativité (Aline Vingot143). Pour les quatre couvents étudiés, tous les renvois observés concernent les converses. Ces religieuses, moins éduquées et parfois assimilées à des servantes144, développent, en cas de non-adaptation, des comportements incompatibles avec la vie régulière. Nous présenterons deux cas de renvois, celui de Marie-Ange à Malonne et de Marie de l’Eucharistie à Floreffe.

  • 145 Aline M. naît à Lesterny, près de Rochefort, le 9 décembre 1914. D’une famille nombreuse, elle arri (...)

99Dès son entrée à Malonne en 1935, Marie-Ange de la Sainte-Famille (Aline M.145) est mal vue des autres novices au point que, lors de sa demande solennelle pour être reçue à la prise d’habit, toutes les sœurs du noviciat, sans s’être concertées au préalable, réagissent négativement. Une sœur raconte cet événement assez insolite, en soulignant que l’admission était surtout l’affaire de la supérieure et de la maîtresse des novices, mais que les novices avaient également un droit de contrôle :

  • 146 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

« Mais, comme le noviciat était complètement séparé de la communauté, je vous ai dit, même pour faire la vaisselle […], les sœurs de communauté ne nous connaissaient pas. Et on se fiait à ce que la mère maîtresse disait, et à la supérieure. […]. Et à ce moment-là, elle [Marie-Ange] allait demander pour prendre l’habit. Au repas, elle allait au milieu du réfectoire, elle se prosternait et elle disait : ‘Ma très Révérende Mère, je vous demande’ — on avait une formule fort alambiquée —, ‘je vous demande la grâce, je sais que je n’en suis pas digne’ — je n’en crois rien, moi, j’avais dit en moi-même ! Et, alors, mère Marie-Antoinette avait dit oui. Puis après les novices se levaient et allaient : ‘Ma Très Révérende Mère, nous vous demandons la grâce pour notre chère compagne, qu’elle soit acceptée’. Alors, quand Aline M. s’est relevée, personne n’a bougé. On ne s’était pas dit le mot, les novices. Alors mère Marie-Antoinette dit : ’Eh bien, quoi, les novices, ça ne bouge pas ?’. On n’a pas répondu. Et personne des cinq novices… on n’a pas répondu…, parce qu’on ne voulait pas l’avoir, nous la connaissions. Alors, […] parce que la supérieure à ce moment-là, c’était l’autorité absolue et souveraine […], la maîtresse des novices, Marie-Bernard […] a voté oui, comme tout le monde. Elle n’aurait pas dû, hein, elle aurait dû suivre sa conscience, elle la connaissait146. »

100Au départ, c’est le caractère fermé et peu sociable qui est perçu négativement : « Ah ! Marie-Ange, oui, oui, c’était une travailleuse. Et alors, nous n’en voulions pas, c’est toute une histoire. Euh, elle était très, très, très têtue, et puis pas sociable du tout. […] Et c’était un tempérament très fermé, et très calme, une moule cuite… » En même temps, elle avait la réputation d’être très travailleuse, ce qui arrange particulièrement la sœur jardinière. Il faut attendre que la communauté détecte des symptômes de « folie mystique » pour que la jeune professe soit finalement renvoyée, en août 1944.

  • 147 Lettre de sr Marie de Saint-Jean, Malonne, le 28 août 1944. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Ma (...)

101Notons que sa « crise » de folie, suivie de son renvoi, survient après le décès de l’abbesse Marie-Antoinette (en août 1942) qui l’avait prise sous sa protection. La nouvelle abbesse, en 1944, brosse ainsi le portrait de la professe : « Entrée en 1935, [Sr Marie-Ange] émettait ses vœux temporaires en 1938 et avec bien des hésitations de la part du chapitre, était admise aux vœux perpétuels en [mars] 1942 après sept années d’épreuve. Caractère difficile et rêveur, avec un cachet d’exagération pour la piété, elle ne tarda pas à nous donner des inquiétudes surtout quand elle nous mit au courant de ses visions, révélations et mission à remplir147. » Le témoignage de Marie-Joseph fournit des détails concrets sur ce cas de « folie mystique », comme il sera catalogué ensuite :

  • 148 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

« Et alors elle était converse. […] Alors une sœur […] a vu qu’au lieu d’être au jardin, elle était en train de lire au réfectoire. […] Et puis après, un jour, […] c’était sœur Marie-Claire la vicaire et sœur Marie de Saint-Jean qui étaient ensemble […] et elles parlaient dans la pièce de l’abbesse, et Marie-Ange qui arrive et elle dit : ‘Mettez-vous à genoux, vous êtes devant le Seigneur’. Alors : ‘Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?’ ‘Ah, oui, oui, oui, oui, je vois le Seigneur devant moi, vous devez vous mettre à genoux’. Alors elles ont dit : ‘mais elle dérange !’ Et alors, nous, nous étions dans le noviciat. Il y avait une cruche d’eau en face de notre porte, et elle avait mis une grande affiche ‘eau du ciel qui vient de la terre’. On dit : ‘mais qu’est-ce que ça veut dire, c’est l’écriture de Marie-Ange’. Et puis tous les jours, il y avait des anomalies comme ça. Elle allait trouver la supérieure, elle disait que Jésus venait lui parler, et puis, le Saint-Père le pape aussi. […] Alors, on a fait venir le docteur, […] et il l’a interrogée, et […] elle répondait normalement. Alors, il dit, ‘je ne vois rien à redire’. Alors sœur Marie-Claire a eu l’idée de dire : ‘mais vous savez, docteur, ce n’est pas la première venue, elle a la visite de Jésus, de la sainte Vierge, et de la Sainte-Famille’. ‘Ah, oui, oui, oui, docteur’. Et alors elle a commencé à parler. Alors il a vu148… »

  • 149 Lettre (brouillon) du docteur Brébant, Malonne, le 27 août 1944, dans Série d’une enveloppe personn (...)

102Les médecins détecteront un cas de « folie mystique ». En 1944, le docteur Brébant, de Jemelle, fait la déclaration suivante : « Je soussigné, Docteur à Jemelle, déclare avoir procédé ce jour 27 août à l’examen mental de la Rde Sœur Marie-Ange née Aline M. et avoir constaté qu’elle présente des symptômes évidents d’aliénation mentale, folie mystique149. »

  • 150 Lettre de sr Marie-Ange au frère Martial Gérard de Louvain, Malonne, s.d. Dans A.C.M. Série d’une e (...)
  • 151 Lettre de sr Marie-Ange adressée à ses parents, ‘et très chers Frères et très chères Sœurs, très ch (...)

103Le couvent conserve par ailleurs trois lettres significatives de Marie-Ange où elle relate ses visions. L’une est adressée au frère Martial Gérard de Louvain, l’autre à ses parents, frères et sœurs, et la troisième à ses oncles et tantes. À cela s’ajoute une carte postale écrite « à son parrain, tante et cousin150 ». Elle y fait part de ses visions, où elle apparaît comme l’Immaculée (importance de l’eau qu’elle boit et qui la purifie ; de l’eau qui est lumière…) et où se confondent famille terrestre et céleste (« Maman du Ciel et de la terre, les deux ne sont qu’une même personne puisque Dieu le Père à donné son Jésus » ; « car Dieu le Père a été un bon Papa »). Étonnant aussi cette façon de répéter souvent le mot « surtout » encadré de guillemets151. Le thème de la pureté et de l’Immaculée-Conception qui obsède Aline M. n’est pas sans lien avec sa date de naissance. Elle est née le 9 décembre 1914, et ainsi fait-elle l’association avec la fête de l’Immaculée-Conception qui est fixée au calendrier liturgique le 8 décembre.

  • 152 Lettre de sr Marie de Saint-Jean..., le 28 août 1944. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne.

104L’importance du milieu familial et paroissial dans la vie de la jeune fille qui ressort dans ses délires est également mentionnée dans le témoignage d’une moniale qui soulève combien la famille était heureuse le jour de la prise d’habit : « Alors, je me rappelle à sa prise d’habit, c’était toute la troupe… sa famille, et sa sœur était allée Lourdes pour remercier la sainte Vierge d’avoir donné une religieuse à la famille. […] Alors, ils s’étaient photographiés, une grande photo, et elle en religieuse. » L’annonce du déséquilibre mental est mal accueilli par la famille : « Alors on a averti ses parents. Ils ont eu un chagrin fou. Et le curé aussi. Parce que le curé de son village tenait beaucoup à avoir une religieuse dans… une de ses paroissiennes qui soit religieuse. Et alors, on a dit : ‘On n’peut pas la garder’. Alors sa mère est venue. » La supérieure elle-même écrit qu’elle n’aurait osé renvoyer la sœur sans certificat médical attestant son incapacité, tant elle redoutait les réactions du frère d’Aline : « Le docteur reconnut les signes évidents d’aliénation mentale, mais craignant par la suite des difficultés pour la communauté de la part de son frère en ce moment en Allemagne, je demandai au docteur un certificat que je joins à ma lettre152. » La mère d’Aline refuse la solution de l’internement, et appuie son retour en famille. Le 27 août 1944, Marie-Ange quitte le couvent contre son gré : « Mais elle ne voulait pas partir, elle ne voulait pas partir. Elle n’a pas voulu enlever son habit religieux. Elle est partie avec son habit religieux. Et il paraît qu’elle se promenait dans le village avec son habit religieux en vélo comme ça. »

  • 153 Lettre de l’évêché de Namur, R. Koerperich, Namur, le 9 octobre 1951. Dans A.C.M. Série d’une envel (...)
  • 154 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

105Le climat familial lui est bénéfique. En 1951, l’évêque demande des renseignements sur le statut d’Aline M., ayant appris qu’elle « courtisait » : « Puis-je vous demander quelle est exactement la situation canonique de Sœur M. Aline de Lesterny qui a été chez vous ? Est-elle exclaustrée ou sécularisée ? Et depuis quand ? Je vous demande ce renseignement parce qu’il nous revient qu’elle courtiserait153. » Marie-Josèphe raconte que Marie-Ange s’est finalement mariée, la vie hors du couvent lui étant bien plus salutaire : « Et finalement, elle s’est mariée. Et il paraît qu’avant, elle avait fréquenté très jeune. Puis, ça s’était calmé et c’est plutôt son curé qui l’avait dirigée vers le couvent. Et on sait qu’elle s’est mariée, elle a eu un petit garçon. Et puis on n’en a plus entendu parlé. Elle était devenue folle. C’était une folie religieuse, vous voyez. Et chez elle, elle est redevenue normale. Ça s’est passé quand elle était en dehors de son cadre. Le docteur a dit ‘Ça arrive, c’est une folie euh… pas religieuse, mystique, oui’. Et il disait ‘Vous allez voir, quand elle sera remise dans son milieu, ça passera’. Et c’est passé. Et on n’en a plus entendu parlé. Ah oui, Marie-Ange ! Vous voyez, on en voit de toutes les sortes154. »

  • 155 Julia Cassart naît le 25 août 1912 à Celles-lez-Dinant, dans une famille d’ouvriers de six enfants. (...)
  • 156 Lettre de mère Marie-Cécile de Jésus, Floreffe, 6 novembre 1974. Dans A.E.N. R. 35. Monastère de Fl (...)

106À Floreffe, on trouve également un cas de renvoi après profession, celui de Marie de l’Eucharistie (Julie Cassart155). Elle aurait été reçue par « pitié pour sa famille » et « en considération de sa tante, tourière au carmel », quand bien même elle laissait présager des troubles du comportement dès le postulat : « Reçue trop jeune sans doute, elle avait 16 ans !, elle s’est difficilement adaptée : c’est pourquoi sa profession perpétuelle a été retardée. Elle a été finalement acceptée : par pitié, pensons-nous, pour sa famille, qui était pauvre, et aussi en considération de sa tante qui était et est encore sœur externe chez nous… Mais son état de santé mentale s’étant aggravé, on s’est vu obligé de l’envoyer au Beau Vallon156. » Quant à l’évêque, il fait état de son « sérieux déséquilibre mental qui fit qu’on ne pouvait plus la considérer comme religieuse ». En juin 1939, elle est envoyée à l’institut du Beau Vallon pour aliénées à Saint-Servais (Namur). À sa demande, en 1942, de regagner son carmel, la prieure lui envoie une longue lettre qui rappelle ses comportements inadaptés :

« La communauté, de son côté, s’y oppose à l’unanimité. Vous ne devez pas en être étonnée, car vous savez bien tout ce que vous avez fait ici, soit en refusant de manger, soit surtout en volant dans les offices et les cellules, et je sais que vous n’êtes pas corrigée. Après votre départ, nous avons trouvé tout ce que vous aviez caché dans l’harmonium et derrière le placard des chausses, à l’office des hosties etc. Ceci vous fera peut-être de la peine, mais vous devez bien comprendre qu’après tous les essais que nous avons faits avec vous, vous avez montré clairement que la vie religieuse et surtout la vie du carmel n’était pas faite pour vous. Tous les jours, toutes les bontés qu’on a eues pour vous n’ont abouti à rien et Notre Révérend Père Provincial s’oppose à ce que nos essayions encore une fois. […] Vous avez montré beaucoup d’entêtement dans votre vie religieuse : votre gloire était qu’on ne ferait pas plier votre volonté. Vous avez compromis sérieusement votre santé à plusieurs reprises. Notre Mère, avec toute son affection, a tout fait pour vous sortir de là, et vous aider, mais pas votre mauvaise volonté ; vous avez lutté de toutes vos forces contre ce bien qu’on vous faisait. Vous êtes jeune encore et vous avez l’avenir devant vous pour changer. »

  • 157 Lettre de mère Élisabeth de la Trinité, Floreffe, le 13 mars 1942. Dans A.E.N. R. 35.

107La prieure propose deux solutions : « ou bien rester toujours à l’Ave Maria » ou bien demander d’être relevée de ses vœux « parce que le carmel, du moins la règle du carmel, est trop forte » pour elle : « Alors, quand Rome vous aura relevée de vos vœux, vous pourrez retourner près de votre mère », et, sachant « travailler, coudre », « vous lui serez utile ». Sa dernière remarque est toute infantile : « Si toutefois vous ne consentiez pas à demander à être relevée de vos vœux, la communauté devrait demander votre renvoi et se verrait obligée de raconter à l’évêché et à Rome tout ce que vous avez fait157. »

108À quoi Marie de l’Eucharistie répond qu’elle refuse d’être relevée de ses vœux et préfère rester au Beau Vallon :

  • 158 Lettre de sr Marie de l’Eucharistie, Beau Vallon, le 29 mars 1942. Dans A.E.N. R. 35.

« Je pense encore à la lettre que Votre Révérence m’a fait remettre. […] Je suis très triste, j’en ai beaucoup de peine car j’espérais pouvoir reprendre bientôt ma vie religieuse et vivre en fervente carmélite. […] C’est une consolation pour moi de savoir qu’en devant quitté [sic] le carmel vous m’avez jugée malade et que c’est pour ce motif que je suis à l’Ave Maria. Je restera [sic] toujours religieuse par les saints vœux que j’ai prononcés et auxquels avec la grâce de Dieu je resterai fidèle jusqu’à ma mort. Le Bon Dieu est trop bon, je me suis donnée à Lui de tout cœur, je ne veux pas rompre les engagements que j’ai pris avec Lui158. »

  • 159 Lettre du vicaire F. Toussaint, Namur, le 8 novembre 1974. Dans A.E.N. R. 35.

109C’est ainsi qu’elle restera au Beau Vallon où, grâce à son habileté pour les « travaux manuels et spécialement de couture », elle pouvait, « sans compter le logement et la nourriture », être modestement rémunérée159.

Conclusion : des structures dépersonnalisantes ?

110Peut-on parler de structures dépersonnalisantes au couvent ? Résolument non : des relectures plus fines des notices nécrologiques montrent, derrière l’uniformité et la monotonie construites par les textes normatifs, combien les visages sont variés, reconnaissables, différents. Chacune s’intègre à sa manière dans les structures. On dirait même que des structures identiques et immuables font ressortir les différences. Et d’ailleurs, il est révélateur de voir que celles qui sont vantées par les biographes comme régulières apparaissent encore « hors-normes » dans leur observance. C’est également la conclusion de l’anthropologue Roselyne Roth-Haillote, qui a étudié une communauté d’annonciades au Nord de Paris, et qui constate qu’en dépit de structures monastiques « dépersonnalisantes », il serait « incorrect d’avancer ce concept de dépersonnalisation absolue ». Elle note que les moniales ont « un besoin énorme de tout ce que la règle prohibe » et surtout que ces femmes « ont un grand plaisir à se raconter » :

  • 160 Roth-Haillote (R.), La matérialisation de l’absence..., p. 115-117.

« J’ai ressenti qu’elles avaient un besoin énorme de tout ce que la règle prohibe. Des gestes affectifs, comme tenir une main, un geste maternel, comme frotter le dos, et puis surtout se raconter. Les timides, les moins gracieuses, celles qui se méprisent le plus, brisaient ce carcan monacal pour conter leur vie de femme antérieure160. »

  • 161 Vandenbroeck (P.), Tu m’effleures..., dans Le jardin clos de l’ âme..., p. 131.

111Dans le même sens, de nombreux auteurs soulignent qu’en dépit de l’idéal spirituel avec son culte « de la soumission jusqu’à l’inexistence », paradoxalement, « cette situation n’a jamais mené à l’annihilation de la personnalité des religieuses161 ».

  • 162 C’est le cas de l’association Echo (Arnhem), mise sur pied depuis novembre 1996 par le K.D.C. (Kath (...)

112Souligner la variété des portraits n’évacue toutefois pas l’importance des structures. Les vies s’écrivent en tension avec celles-ci. L’histoire des moniales se construit dans ses rapports à la norme, écarts qui sont contés avec humour (répertoire festif) ou avec pathos (nécrologie). C’est dans ces espaces que se vivent et se racontent des histoires. Ce qui est assez remarquable, c’est de voir une certaine cohérence dans les récits de vie, quel que soit le type de récit : écriture autobiographique ou biographique, ou encore témoignage oral. À partir du moment où il s’agit de reconstituer un parcours, à partir d’un point final (et situé intra-muros), les religieuses ont tendance à accentuer les mêmes thèmes : enfance, vocation, quotidien conventuel et espérances pour l’après-vie. En revanche, on assiste à un tournant dans les années 1970. Parallèlement à la vague de contestation et de remises en question, on observe une perte de points de repère dans l’écriture monastique, qu’accentuent le tarissement du recrutement, le vieillissement des communautés et la fermeture de couvents. Le nécrologe est abandonné, les notices se font plus brèves. Pour le moment, il nous semble que les moniales n’ont pas inventé de nouvelles formes d’écriture pour relater leurs expériences. Comme si les religieuses appartenant à des communautés vieillissantes, sur le point de fermer, ne trouvaient plus la façon d’exprimer le sens de leur vie. Toutefois, ce vide en matière d’écriture « interne » laisse la place au dialogue, au travail de mémoire concerté avec des chercheurs. En Hollande, on voit, chose inédite, les communautés sur le point de fermer attribuer une partie de leur patrimoine pour la recherche et la conservation de la mémoire de l’institut162.

Notes

1 Bellet (M.), Incipit ou le commencement, Paris, 1992, p. 8.

2 Lettre de sr Marie du Saint-Esprit, Nogent, novembre 1947. Citée dans Carmel. Revue trimestrielle de spiritualité chrétienne, 1997, p. 33-34.

3 Klassen (S.), Greying in the cloister : the Ursuline Life Course in Eighteenth-Century France, dans Journal of Women’s history, vol. 12, 2001, n° 4, p. 90. Sherri Klassen étudie l’impact de l’âge sur les différentes facettes de la vie des ursulines de Toulouse au 18e siècle (103 sœurs).

4 Mais l’auteur relève cependant les traces du temps qui passe, surtout pour ce qui concerne la vie spirituelle. On craint, avec l’âge, le déclin de ferveur. Les vertus ont aussi leur âge : l’obéissance est associée à la jeunesse alors que l’humilité apparaît comme une vertu des anciennes. Enfin, l’aptitude aux charges exige une certaine ancienneté. Cf. Klassen (S.), Greying in the cloister...., p. 87-112.

5 Certeau (M. de), L’écriture de l’histoire, Paris, 1975, p. 289. Cité dans Bartoli (M.), Caterina..., 2003, p. 8.

6 Écrits de la mère Louis de Gonzague..., [1837-1846], 45 p. Dans A.C.J.

7 On connaît l’existence du journal intime d’Élisabeth De Koster, utilisé en partie par la biographe de sa notice nécrologique. Cf. Notices..., sr Thérèse de l’Enfant-Jésus..., 1910-1938, p. 11. Dans A.C.J.

8 Sur cette grille d’analyse, voir le point « D. Plan et perspectives » de l’introduction, p. 20.

9 Pourtant, on sait que la communauté de Roulers disposait d’un nécrologe. En 1932, l’abbesse de Saint-Servais demande à Roulers un exemplaire du nécrologe. Une Roulersoise se chargera d’en faire la traduction avant de le faire parvenir à la filiale francophone. Cf. Lettre de sr Agnès ‘pour’ mère Marie des Anges, Roulers, le 18 mai 1932. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’

10 Nécrologe, Malonne, [1910-1992], 107 p. Dans A.C.M.

11 À Floreffe, les 34 notices des sœurs décédées entre 1904 et 1985 remplissent 122 pages du nécrologe (de la page 85 à la page 207). Les notices des converses (24 pages pour six converses, soit 4 pages en moyenne par converse) sont un peu plus longues que celles des choristes (81 pages pour 21 choristes, soit 3,8 pages). Celles des tourières externes sont nettement plus courtes (16 pages pour 7 tourières, soit 2,2 pages). Cf. Livre précieux contenant la vie et les vertus de nos sœurs défuntes, Montélimar-Floreffe, [1865-1985], 207 p. À Malonne, 41 sœurs sont décédées entre 1910 et 1992 ; le nécrologe y consacre 107 pages, soit 2,6 pages par sœur. Cf. Nécrologe, Malonne, [1910-1992], 107 p. Dans A.C.M.

12 Yolande Brédif de Réverdy naît le 4 juin 1866 à Toulouse. Le père ayant dilapidé la fortune familiale, la mère se réfugie avec ses deux filles dans une maison religieuse près de Bordeaux pour y donner des cours de piano. Au décès de la mère, la sœur aînée de Yolande, Yvonne, fait son entrée dans une congrégation enseignante de Bordeaux, suivie de Yolande. Lors de l’exil de la congrégation en Belgique, Yolande, sur le conseil de son directeur spirituel qui lui rappelle sa vocation originelle de clarisse, demande son admission dans la communauté embryonnaire de Malonne. Elle a 38 ans lorsqu’elle entre comme postulante choriste, le 18 août 1904. Le 25 mars 1905, elle reçoit, au cours de la prise d’habit, le nom de Marie de l’Immaculée-Conception. Elle prononce ses vœux temporaires le 26 avril 1906. Des conflits avec la supérieure de l’époque, la vicaire Marie-Séraphine, amènent Marie de l’Immaculée à fuir la communauté et à se réfugier chez le vicaire général du diocèse, le chanoine Bouchat. Le motif de son départ : le non respect de la clôture par la supérieure de Malonne qui obligeait les jeunes religieuses à sortir pour quêter de la nourriture. Le chanoine Bouchat l’oriente vers les colettines de Saint-Servais, où on la retrouve comme « humble sœur tourière dans un climat qui », selon les commentaires récents d’une moniale, « a dû être pour elle une purification ». Elle recommence son postulat à Saint-Servais comme tourière le 2 février 1915, y reçoit l’habit le 26 avril 1915, et le nom de Sr Marie, et y fait profession le 10 février 1916. En 1924, on apprend qu’elle fait un séjour à Arras, avec ce commentaire : « Je suis heureuse d’entendre que votre chère Sr Marie est à Arras pour quelques mois. Je ne crains qu’une chose, qu’on voudra la garder ». Pendant la Deuxième Guerre, les chroniques vantent le dévouement des tourières, notamment de Sr Marie qui rivalisait d’ardeur avec sa compagne « pour remonter la côte avec des charges plus lourdes qu’elle même ou une grande cruche de soupe aussi haute qu’elle ! ». De fait, Sr Marie est caractérisée par sa petite taille. Elle décède à 76 ans, le 14 août 1942. À son enterrement, le mardi 18 août 1942, on trouve la cinquantaine de pauvres à qui Sr Marie distribuait chaque semaine une ration de pommes de terre. La chapelle était comble, et de nombreuses personnes qui la considéraient comme « une vraie sainte » demandèrent des reliques.

13 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.

14 Derniers jours et sainte mort de notre Vénérée Mère Marie-Louise du Saint-Esprit, par mère Marie-Marguerite des Anges, Jambes, [1915], p. 10. Dans A.C.J.

15 Chose exceptionnelle, cette notice est remaniée en vue d’être produite à l’extérieur pour répondre « à la demande de nombreux amis et parents ». Les personnes qui ont réagi à l’envoi (au moins une centaine) sont des carmélites, des prêtres, des sœurs actives, des directeurs spirituels etc. Il est intéressant de relever la réaction du frère de la défunte, bénédictin à l’abbaye de Saint-André de Bruges. Il avoue avoir d’abord été déçu à la lecture du portrait réalisé, avant de se rendre compte qu’il aurait été difficile de sonder plus avant cette vie mystérieuse : « À vrai dire, à première lecture, ce me fut une déception. L’admiration fraternelle m’avait fait espérer une pénétration à la fois plus détaillée et plus tangible dans l’intime de cette belle âme. » Mais ensuite il se ravise en disant qu’on ne pouvait aller dans le détail de ce mystère inexprimable : « pareil mystère ne pouvait s’exprimer, toute concrétisation n’eût que ravalé sa splendeur sans jamais déceler l’insondable secret que la divine sagesse se réserve pour l’Éternité ». Cf. Dans le sillage de Thérèse : Sr Marie-Germaine de Jésus, o.c.d. (1877-1947), par sr Marie-Immaculée, Jambes,
29 p. ; Dossier de lettres de 1948 à propos de Sr Marie-Germaine et de sa notice par M. M. Immaculée. Dans A.C.J. Boîte ‘Archives II’.
Voir son portrait dans le point « b. Figures de moniales mortifiées », p. 545 et sv. ; sa notice figure en note 408, p. 552

16 Voir son portrait p. 597 note 40.

17 Cf. Marcélis (A.-D.), Portraits de moniales contemplatives à l’époque contemporaine, dans Québec-Wallonie. Dynamiques des espaces et expériences francophones, s. dir. B. Caulier et L. Courtois, Sainte-Foy, 2006, p. 239-254.

18 Ce qui rejoint le constat de Claude Langlois lorsqu’il note, au sujet de l’écriture personnelle dans les carmels : on écrit par obéissance « comme si cette activité douteuse voire dangereuse, particulièrement pour les nonnes, avait besoin du sceau de l’obéissance pour être légitimée ». Cf. Langlois (C.), Le poème de septembre..., p. 213.

19 Omérine Vanutberghe naît le 9 avril 1804 à Lille. Elle est la deuxième de trois enfants : un garçon (l’aîné), et deux filles. Le père est receveur des contributions, et la parenté, assez nombreuse et fixée à Lille, compte surtout des notaires, des propriétaires, des hommes de loi et des fonctionnaires de la haute bourgeoisie. Alors qu’Omérine a 15 ans, sa mère décède après une maladie de neuf années. Deux ans plus tard, le père décède subitement. Dans un récit autobiographique composé sur le style de la Vida de sainte Thérèse d’Avila, Omérine raconte la naissance de sa vocation et ses recherches dans un milieu bien décidé à la distraire et à la marier. Les deux sœurs, Omérine et Apolline, parviennent finalement à entrer au carmel de Douai le 28 janvier 1829. Omérine reçoit l’habit le 21 mai 1829, sous le nom de sœur Louis de Gonzague. L’été 1845, à 41 ans, elle succombe « à une reprise subite de la tuberculose », une forme de « phtisie galopante ». Le thème de sa sainteté a tellement envahi sa notice que les renseignements plus concrets sur les charges et les offices exercés au couvent – et même la date exacte de sa mort – sont pratiquement inexistants. Cf. Notices..., Mère Louis de Gonzague de Jésus, Omérine Vanutberghe, 1804-1846, p. 58-62. Dans A.C.J. ; Notices..., Les deux sœurs : Mère Louis de Gonzague du S.C., 1804- 1845 et Mère Stanislas Kostka du Cœur de Marie, 1807-1865 (Omérine et Apolline Vanutberghe), p. 75-79. Dans A.C.J.

20 Cette autobiographie a été recopiée en deux endroits : Dans le recueil des écrits de la mère, sous le titre de « Histoire de sa conversion, racontée par elle-même », p. 1-45. (Écrits de Mère Louis de Gonzague, carmélite déchaussée, Namur, 1837-1846, 547 p.). Dans le premier nécrologe du carmel : Notices des religieuses décédées..., Mère Louis de Gonzague de Jésus..., Relation de sa vie, écrite par elle-même sur l’ordre de son vénéré confesseur Mr le chanoine Wilmet, p. 26-58. Dans A.C.J. La référence de l’autobiographie sera désormais abrégée : Relation de sa vie…

21 « Aujourd’hui encore, je suis connue pour n’être pas corrigée de mon ancien défaut ; j’ai encore un entêtement et je ne sais si je le porterai jusqu’à la mort. » Cf. Écrits de la mère Louis de Gonzague..., p. 67-69. Dans A.C.J. Recueil E.

22 « Il nous venait souvent lorsque nous étions en compagnie de si grandes tristesses dans l’âme que nous devions faire beaucoup d’efforts pour ne pas pleurer au milieu de la société. Lorsque nous étions rentrées chez notre oncle et renfermées dans notre chambre, nous nous regardions l’une l’autre en nous disant : « que je suis triste ! je ne sais pourquoi !! Moi aussi, disait l’autre, j’ai un gros paquet de soupirs qui m’étouffent. Puis, nous nous exhalions en soupirs, chacune à notre tour, en disant : ‘Cela me soulage ! ’ Et nous finissions souvent par pleurer toutes les deux en nous demandant toujours pourquoi... » Cet extrait a déjà été cité dans le chapitre sur le recrutement et la vocation. Cf. Relation de sa vie..., p. 28-29. Dans A.C.J.

23 On sait toutefois que la mère des deux enfants était croyante et pratiquante (« Notre bonne maman nous avait appris à aller tous les jours à la messe ») et, qu’avant sa mort, elle se console de ce que la Vierge devienne la mère de substitution de ses deux filles ; au décès du père, on l’a vu, l’orpheline s’en remet elle-même à la paternité divine.

24 Extrait cité dans le chapitre sur le recrutement et la vocation, p. 159.

25 Relation de sa vie..., p. 40-41. Dans A.C.J. Voir aussi le chapitre sur la vocation et le Saint-Sacrement, p. 166 et sv.

26 Relation de sa vie..., p. 50. Dans A.C.J.

27 Relation de sa vie..., p. 54. Dans A.C.J.

28 « Ceci me fait penser de dire que, quand j’étais dans le monde, je n’ai eu qu’une seule tentation au sujet de ma vocation : un jour, le démon me mit dans l’esprit qu’on me ferait prieure : ‘tu veux être religieuse, me disait-il, eh bien, on te fera prieure’. ‘Ah ! répondais-je, si je dois être prieure, je ne veux pas me faire carmélite’. Il avait si bien réussi que pendant quelques temps je ne voulais plus me faire religieuse, mais cependant, peu après, j’ai pensé qu’il n’en serait que ce que le bon Dieu voudrait et la tentation s’est passée. » Cf. Relation de sa vie..., p. 56. Dans A.C.J.

29 Nous renvoyons au point « c. Le paradoxe des vertus », p. 535

30 Julie Dillies naît le 13 mars 1797 à Verlinghem, près de Saint-Omer. Elle entre au carmel de Douai le
3 septembre 1828 et prend l’habit comme converse le 20 août 1829, sous le nom de Marie-Madeleine de Jésus. Elle décède au carmel de Namur le 19 novembre 1883, à 86 ans.

31 Notices..., sr Marie-Madeleine de Jésus, Julie Dillies, 1797-1883. Souvenirs..., p. 86-92. Dans A.C.J.

32 Ayant fait vœu de se donner à Dieu à 10 ans, entrée au carmel des carmélites chaussées de Florence à 16 ans, Marie-Madeleine de Pazzi (1566-1607) est gratifiée de visions et d’extases au cours desquelles elle reçoit les stigmates. Elle écrit ses révélations. Morte à 41 ans, « elle a vécu sa vie sous le signe de l’auto-anéantissement et de la pure souffrance ». Cf. de Lignerolles (P.), Meynard (J.-P.), Histoire de la spiritualité chrétienne..., p. 158.

33 Ne s’agirait-il pas plutôt de Courtrai ou de Tournai, deux villes qui possèdent un carmel à l’époque ? Louvain n’est pas sur la route Douai-Gand.

34 Notices..., sr Marie-Madeleine de Jésus, Julie Dillies, 1797-1883. Souvenirs..., p. 90 et sv. Dans A.C.J.

35 Louise Ranwez naît le 8 juin 1839 à Andenne, dans une famille de onze enfants dont le père est pharmacien. Louise, la quatrième, est ‘l’ange gardien’ de ses petits frères, dont l’un deviendra le « médecin dévoué » de la communauté. Très tôt, les lectures alimentent les rêves de sainteté de Louise (« Déjà l’exemple de ces saintes vierges qui avaient tout quitté pour se consacrer au Seigneur excitant ses désirs, lui faisait entrevoir le parti qu’elle choisirait plus tard »), mais tout aussi caractéristique de sa vocation est son attrait pour la mortification (« Leurs pénitences la jetait dans d’admiration, et bientôt elle s’y porta elle-même avec ardeur »). Elle pratique le jeûne et dort sur la planche. Le thème de la lecture et du plaisir que Louise a à lire revient à plusieurs reprises dans sa biographie, par exemple lorsque, plongée dans la « lecture d’un beau livre » et voulant « le continuer à tout prix », elle doit s’interrompre pour l’heure de surveillance des cadets. Conquise par la dévotion au Sacré-Cœur, elle profite du petit commerce que son père a annexé à la pharmacie pour distribuer de « pieuses brochures », se faisant la première zélatrice de la dévotion au Sacré-Cœur à Andenne. Sa vocation pour le carmel se précise lors de son séjour en pension chez les Sœurs de Notre-Dame de Namur, où elle se met sous la direction spirituelle des jésuites. Alors que ses trois sœurs entrent dans la congrégation où elles étaient pensionnaires, Louise persiste dans son choix du carmel. Elle veut imiter sainte Madeleine de Pazzi. Elle exprime une joie débordante dans des lettres qui ont été reproduites par sa biographe lorsqu’elle apprend qu’elle est reçue au carmel ; elle a 23 ans. Lors de sa vêture, le 1er février 1865, elle reçoit le nom de Marie-Gabrielle de la Sainte-Trinité. Elle décède le 21 février 1906 à l’âge de 67 ans.

36 « La Rde Mère m’a présentée aux sœurs au grand parloir, moi seule, j’étais devant elles, séparées par la grille. Je les ai fait rire de tout leur cœur. J’ai chanté, enfin, j’étais là [...] plus à l’aise que je n’ai jamais été à la maison, et c’était l’affaire de cinq minutes pour leur raconter toute mon histoire. J’exposais sans embarras les motifs qui m’amenaient chez elles, ce que je pensais, ce que je voulais faire. Oh ! Comme je les aime toutes les vingt. J’aurais voulu briser la grille pour me jeter à leurs pieds. Elles sont si bonnes, si douces, si indulgentes, car il en fallait de la patience et de l’indulgence pour me souffrir des heures entières et enfin pour se charger de moi... Je ne veux pas toujours boire à la coupe des délices, ce serait être au ciel et je n’aurais plus rien à recevoir dans l’éternité. Souffrir et aimer, c’est la vie d’une vraie carmélite : moi, je m’en vais être la toute petite servante du Seigneur et je bégayerai ce que mes sœurs chanteront. Je serai bien obéissante, bien confiante, bien humble, et je toucherai le Cœur de mon Jésus. Et quand ses divins regards s’abaisseront sur ses chères Filles, il me verra aussi et je Lui dirai : ‘O mon Jésus, je suis toute à Vous...’ Oh, ma sœur, je me perds en actions de grâce quand je considère les avantages de la vie religieuse, c’est l’équivalent du martyre, un second baptême, enfin, le Paradis sur la terre. J’ai la bonne part et si je suis fidèle, elle ne me sera pas ôtée et je continuerai dans l’éternité ce que j’aurai commencé ici-bas. » Notices..., Sr Marie-Gabriel de la Sainte-Trinité, Louise Ranwez, 1839-1906, p. 127. Dans A.C.J.

37 Livre de Tobit (ou de Tobie) est un « petit roman populaire tout imprégné de l’idéal de piété du judaïsme tardif », écrit entre le 5e et le 3e siècle avant notre ère. « Il décrit les mésaventures de Tobit et de son fils Tobie dans le monde des juifs exilés au sein du vaste empire perse, quatre siècles plus tôt. L’art du conteur, son sens du merveilleux et son humour apportent beaucoup de fraîcheur au récit [...]. La confiance en Dieu y éclate à chaque page. » Cf. Théo..., p. 253.

38 Marie-Ange de l’Immaculée-Conception (Pauline Stouffs) est maîtresse des novices sur une longue période (indéterminée) à partir de la fin des années 1840 jusqu’à la fin des années 1860. Sa notice la décrit comme douce et sainte. Sa biographe apprend qu’en qualité de maîtresse des novices, « elle enseignait qu’il vaut mieux, souvent, ramasser un brin de paille par obéissance et esprit de soumission à Dieu que de faire les plus grandes choses par son propre choix ». Enfin, dans l’obéissance d’abandon, elle voyait tous les « événements comme venant directement de la main de Dieu ». Notices..., mère Marie-Ange de l’Immaculée-Conception, Pauline Stouffs, 1813-1885, p. 28. Dans A.C.J.

39 Notices..., sr Marie-Gabriel... Ranwez, 1839-1906, p. 133. Dans A.C.J.

40 Hélène Jassogne naît le 26 février 1893 à Sombreffe, dernière de six enfants : quatre filles et deux garçons qui seront tous les deux prêtres. Elle entre en pension chez les sœurs de Champion, jusqu’à l’obtention d’un régendat en littérature et beaux-arts. Sa notice la dit « très intelligente et exceptionnellement douée ». Toute la famille est musicienne ; le père, organiste à la paroisse, compose de nombreuses musiques et les frères et sœurs jouent tous d’un instrument : « Tout le monde avait un instrument, deux harmoniums, deux violons, enfin... c’était un milieu très vivant. » Trois décès marquent la jeune Hélène : celui de sa sœur Emma de 13 ans, alors qu’on la conduisait à Lourdes espérant sa guérison ; celui de son frère aîné Victor, « brillant étudiant à Rome », juste avant son ordination ; enfin, celui de son parrain, l’abbé Ephrem, prêtre et aumônier miliaire dans le midi de la France, en décembre 1918. Pendant la Première Guerre mondiale, Hélène s’occupe avec ses sœurs des réfugiés et des sinistrés. Elle profite du mariage de sa sœur pour demander son entrée au carmel : « On accordait sa sœur à un homme, pourquoi pas elle à son Dieu ? » Mais elle doit encore affronter les résistances de la famille et de ses institutrices de Champion qui regrettent qu’elle enfouisse ses talents et son diplôme dans un ordre cloîtré. Le 5 juin 1920, à 27 ans, elle entame son postulat au carmel de Jambes. Le 8 décembre 1920, elle prend l’habit et reçoit le nom de Gabrielle-Thérèse de l’Immaculée-Conception, en mémoire d’une bienfaitrice, Mme Gabrielle Pierlot. Lors de sa profession, le 10 décembre 1921, à son grand bonheur, elle est rebaptisée Marie-Immaculée de l’Eucharistie. Elle meurt le 17 décembre 1978, à l’âge de 85 ans.

41 Notices sur nos chères mères..., sœur Marie-Immaculée... Jassogne, 1893-1978, p. 87-93. Dans A.C.J.

42 Lucienne Deleuze naît le 28 novembre 1901 à Doische, entre Philippeville et Givet (France). Elle est l’aînée, et a « une sœur au moins ». Au sujet de sa famille, une moniale affirme que « c’étaient des gens bien ». Avant d’entrer au couvent, Lucienne est institutrice. Elle arrive chez les clarisses de Saint-Servais le 2 juillet 1923 à 22 ans. Le 12 février 1924, elle prend l’habit sous le nom de Marie-Madeleine de Jésus. Sa mémoire est attachée à une vingtaine de chants festifs réalisés à l’occasion des jubilés des sœurs. Ces compositions témoignent d’un sens de l’observation, de l’humour, et d’un don stylistique (sens du rythme et de la rime). Partant de détails concrets et inspirés par le bon sens populaire, ils donnent une vision très réaliste en même temps très fine et très nuancée de la vie conventuelle. Si Marie-Madeleine a beaucoup écrit sur ses consœurs, on sait d’elle très peu de choses. Une sœur entrée en 1967 raconte qu’elle était avide de mortification. Par exemple, « à table, c’est elle qui ramassait les plats, qui mangeait ce qu’il avait de moins bon, de pourri ». Une autre se rappelle que l’on pouvait toujours aller lui demander service ; elle était toujours disponible. Seconde jardinière et fruitière, élue discrète au conseil, elle reprend la tâche de sacristine en 1960, au décès de Sr Marie-Joseph. Marie-Madeleine meurt subitement le 30 juin 1970 à 69 ans d’une crise cardiaque causée par une angine de poitrine.

43 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire..., [1911-1954], p. 228. Dans A.C.S.

44 Y a des gens !!!, chant festif, s.d. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de sr Marie-Madeleine.

45 Ce qui se retrouve d’ailleurs dans les compositions festives en général. À Jambes, on recherche les « péchés mignons », ou encore un « trait anodin » mais caractéristique. À notre chère jubilaire. 1880-1930. Novissima et vetera, chant composé à l’occasion du jubilé de sr Marie-Thérèse du S.C. (Mélanie Petit), Jambes, 1930. Dans A.C.J. Boîte ‘Archives II’.

46 Je ne chanterai rien !, chant à l’occasion de mère Maîtresse, Sr Marie-Hélène de la Croix, s.d.. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

47 Le chant est reproduit dans le chapitre sur le recrutement, au point « 6. La sélection entre logique de valorisation et de dévalorisation », p. 128.

48 Son cercueil. Chant à l’occasion du jubilé de Sr M. Julienne, [1948]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

49 En l’honneur de mère Marie-Agnès, chant festif pour les 70 ans de mère Marie-Agnès, le 16 mars 1955. Dans A.C.S. Caisse ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

50 Office des vêpres du jubilé de Sr Marie-Anna. 1re classe, chant pour les 50 ans de profession de Sr Marie-Anna, Saint-Servais, le 8 septembre 1947. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. chants de Sr Marie-Madeleine.

51 On retrouve ce thème du non changement dans les interviews, notamment celui de la carmélite centenaire Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont) : « Je ne sais pas si je peux dire qu’elle [la relation à Dieu] évolue. Elle suit son mouvement. Parce que le Seigneur est là pour nous. Je me rappelle de l’avoir dit à certaines soirées où l’on restait de longues heures devant le Saint-Sacrement. Il est là pour moi. Et moi je suis là pour toi. Et je crois que je vivais de cet échange-là [...]. Je crois que je ne saurais pas dire si vraiment ça évolue, Il est là. Et que dire d’autre ? Il est là, nous sommes là pour Lui, il est là pour nous. Eh bien, pendant des heures, on peut vivre de cette pensée-là. Il est là pour nous. Je suis ici pour Lui. Est-ce qu’on peut dire que ça évolue ? Je ne pense pas. Évidemment, je ne suis pas unique au monde, alors il y a en a qui peuvent avoir d’autres façons de rester en face du Seigneur, mais je crois que... mais je n’en sais rien, peut être que des esprits riches peuvent en trouver souvent les moyens de parler, peut-être, moi je me rappelle que non, je n’avais pas beaucoup à changer, non. ». Interview de sr Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.

52 C. Colette pendant la guerre — elle est filmée pendant qu’elle se raconte, chant festif à l’occasion de Colette, tourière, s.d. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

53 Depuis ce matin, chant festif composé pour la mère vicaire (Sr Marie des Anges ?), s.d. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

54 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses d’Arlon, Arlon, 1968, p. 5. Dans A.C.M. Fédération Malonne. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

55 Nécrologe, sr Gertrude de Saint-Louis de Gonzague, Léonie Buyck, 1863-1932..., p. 46. Dans A.C.M.

56 Homélie de la messe des funérailles de Sr Marie de Saint-Joseph prononcée par l’abbé Postal, aumônier de l’Institut Saint-Berthuin, Malonne, le 11 juin 1975. Dans A.C.M.

57 Notices..., sr Marie-Joseph de Jésus, Marie Murphy (1805-1888), n° 16, p. 9. Dans A.C.J.

58 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.

59 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire..., [1911-1954]..., p. 213. Dans A.C.S.

60 Statistique annuelle. Monastère Saint-Michel. Relation quinquennale pour les années 1949-1954. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 2’. Relation quinquennale. 1954.

61 Interview de sr Rose-Marie (Delaisse), Woluwe-Saint-Pierre, le 24 juin 1998. Dans A.C.S.

62 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.

63 Sainte Claire, Judith et Esther.

64 La plus belle de Spontin, chant à l’occasion du jubilé de Sr Marie-Joseph, [1945]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

65 Dans un joli couvent..., chant à l’occasion du jubilé de Sr Marie-Joseph, [1945]. Dans A.C.S.

66 Son cercueil. Chant à l’occasion du jubilé de Sr M. Julienne, [1948]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de Sr Marie-Madeleine.

67 Une enfant des Ardennes. Chant à l’occasion du jubilé de sr M. Julienne, [1950]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de sr Marie-Madeleine.

68 Au cours de mon mémoire de licence, en 1993 : Marie-Cécile de Jésus (Madeleine Michel), sr Madeleine de Saint-Joseph (Anne-Marie Bauduin), sr Marcelle du Cœur de Jésus (Marcelle Pirotte), sr Marie-Bernard du Christ (Bernadette de Dorlodot).

69 Sr Christiane (Loicq), sr Francine (Grégoire), sr Françoise (Franque), sr Maggy (Léonard), sr Marie-France (Becker), sr Marie-Joseph de Jésus (Marie-Josèphe Verhoye), sr Marie-Madeleine de la Croix (Cécile Séquies), sr Thérèse (Danis).

70 Sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), interviewée chez les clarisses d’Arlon ; sr Rose-Marie (Delaisse), interviewée à la séniorie du Chant d’Oiseau.

71 Sr Marie-Lucie de Jésus (Ida Furnémont) et sr Anne de Jésus (Anne-Marie Adam). Notons que c’est à Jambes que la proportion de sœurs interviewées par rapport au nombre total de moniales (11 en 2002) est la plus faible.

72 Anne-Marie Bauduin naît le 2 août 1925 à Flavion, première de deux enfants. Le père est médecin et a fort souffert pendant la Première Guerre mondiale. Anne-Marie suit des cours dans une école commerciale tenue par des religieuses. Le 1er mai 1946, elle entre au carmel de Floreffe, âgée de 21 ans. Elle reçoit l’habit le 4 novembre de la même année, sous le nom de Madeleine de Saint-Joseph. Au cloître, elle est affectée au tour interne, à la cuisine et à la comptabilité. En 1965 puis en 1970, elle est élue troisième clavière. De 1972 à 1981, elle est seconde clavière, et de 1981 à 2000, première conseillère. Elle se distingue également par ses talents pour la composition de pièces humoristiques pour les fêtes.

73 Marcelle Pirotte naît le 23 septembre 1931 à Bastogne, cinquième d’une famille de huit enfants dont le père est agent des postes. Deux frères deviennent prêtres. Marcelle fait sa formation dans une école professionnelle et commerciale tenue par des religieuses à Bastogne, avant d’obtenir le diplôme d’infirmière. Elle travaille sept années à l’hôpital Saint-Camille. Le 2 juillet 1960, âgée de 28 ans, elle entre au carmel de Floreffe. Elle prend l’habit le 14 janvier 1961, sous le nom de Marcelle du Cœur de Jésus. Au couvent, elle est affectée aux offices de lingère, d’infirmière et de tourière. En 1978, elle est élue quatrième conseillère. De 1981 à 2000, elle est troisième conseillère. En 2003, elle est élue prieure.

74 Bernadette de Dorlodot naît le 26 janvier 1938 à Floreffe, quatrième d’une famille de neuf enfants dont le père est docteur en droit. Deux frères entrent en religion. Bernadette fait des études de philologie classique à l’université de Louvain. Elle est également engagée dans le patro et l’Action catholique. Le 18 août 1961, elle entre au carmel de Floreffe. Elle prend l’habit le 17 février 1962 sous le nom de Marie-Bernard du Christ. Au couvent, elle est affectée au travail des hosties et à la comptabilité. Maîtresse des novices à partir de 1969, elle est également troisième clavière de 1969 à 1981 et deuxième conseillère de 1981 à 1994. Elle est élue prieure à trois reprises, de 1994 à 2003.

75 Voir sa notice, note 471, p. 440.

76 Un portrait est consacré à Marie-Lucie de Jésus, p. 621 et sv.

77 Anne-Marie Adam naît le 26 avril 1925 dans la commune de Termes près de Virton. Elle est la deuxième de trois enfants ; 2 fi lles, 1 garçon. Ses parents sont fermiers et son milieu « est très simple ». Anne-Marie entame des études à l’école ménagère de Virton, interrompues par la Seconde Guerre mondiale. Elle est membre de la J.A.C. Sa sœur aînée devient infirmière, et son frère reprendra la petite exploitation familiale. Les lectures sur Thérèse de Lisieux lui font désirer le carmel. L’annonce aux parents n’est pas difficile : « Mes parents, ils ne désiraient que cela : donner leurs enfants au Seigneur. » Elle arrive à Jambes le 16 juillet 1945, à 21 ans. Le 16 janvier 1946, elle prend l’habit comme choriste sous le nom de Marie-Anne de Jésus. Entre 1957 et 1960, elle est envoyée au carmel de Bruxelles qui demande de l’aide. En 1966, elle est sous-prieure, et prieure de 1978 à 1984 et de 1993 à 1996.

78 Marie-Josèphe Verhoye naît à Marquette-lez-Lille le 19 juillet 1906, aînée de cinq enfants ; une fille, quatre garçons. Son père tient un petit commerce d’articles ménagers, et exerce la fonction d’organiste et de chantre de la paroisse. Marie-Josèphe est une enfant tardive. Trois ans après le mariage, sa mère, au cours d’un pèlerinage à Lourdes, implore la Vierge pour avoir une petite fille. Lorsque l’enfant naît, elle est appelée Marie-Josèphe en signe de reconnaissance. Jusqu’à l’âge de 16 ans, Marie-Josèphe étudie dans une congrégation religieuse française exilée à Mouscron, mais doit interrompre les études qu’elle aime et où elle excelle pour se mettre à la disponibilité de sa mère « peu vive » et la seconder dans le commerce dont les revenus servent à payer les études du frère séminariste. La vocation de Marie-Josèphe, qui s’est déclarée très tôt persiste dans son adolescence. Attendant le moment de dévoiler son projet à ses parents, elle « tournait le dos » aux garçons. Après s’en être ouverte au prêtre de la paroisse, elle en fait part à sa mère, épargnant « son père » pour qui elle « était les deux yeux ». Lorsque la situation familiale est en ordre, les études du frère payées et le commerce remis, Marie-Josèphe quitte la famille. Elle a
27 ans à son arrivée à Malonne le 22 mai 1933. Malgré une vocation d’amour et d’attrait qu’elle décrit dans son interview, elle motive son entrée, dans les examens canoniques, par la volonté de se vouer à une vie de réparation pour les pécheurs (vêture et profession). Elle prend l’habit le 22 mai 1934, sous le nom de Marie-Joseph de Jésus, au plus grand bonheur de sa mère qui avait demandé qu’elle conserve son nom de baptême. Toutefois, au couvent, elle sera appelée Marie de Jésus. Elle est affectée à la couture et à l’entretien de la maison jusqu’en 1957, puis à la lessive jusqu’en 1973. De 1942 à 1988, elle est organiste. À partir de 1957 jusqu’à sa mort, elle est chargée du courrier. Dans les années 1940-1950, sa santé se détériore. Elle est prise du foie, et suit un régime alimentaire « tout grillé » : « Marie-Joseph, je l’ai connue très petite santé, très marginalisée à un moment donné : quand je suis arrivée, elle avait un petit régime alimentaire tout grillé. [...]. Oui, prise du foie soi-disant, mais c’était peut-être pas ça... » Marie-Joseph de Jésus s’est aussi mêlée de près au conflit opposant les deux abbesses Marie de Saint-Jean (Ramart) et Marie-Claire (Lelong), prenant parti pour cette dernière. Notons que lorsque celle-ci est élue à l’abbatiat, en 1957, Marie-Joseph se voit attribuer de nouvelles charges au couvent, dont celle de secrétaire. Le conflit résorbé et le désir d’échanges de Marie-Joseph assouvi par sa charge de correspondante, celle-ci semble connaître, et jusqu’à son décès, une phase d’épanouissement. Elle est aimée de ses sœurs : un « vrai trésor ». Pour sœur Francine (Grégoire), Marie-Joseph de Jésus est une sœur « merveilleuse », représentant la clarisse « idéale » ou encore « son idéal de la vie de clarisse ». Elle décède d’âge et de fatigue à 95 ans, en juillet 2002.

79 Françoise Franque naît le 2 avril 1929 dans une famille de cultivateurs aisés de la commune de Nielles-lez-Ardres près de Saint-Omer. Elle est la cinquième de 10 enfants ; 6 filles, 4 garçons. À 8 ans, Françoise entre, comme ses sœurs, en pension dans une congrégation française exilée à Estampuis, en même temps qu’elle s’affilie à l’Association des Enfants de Marie. Elle poursuit ses études jusqu’en 1947, où elle passe son baccalauréat chez les Sœurs de Sion à Saint-Omer. De retour à la ferme, elle partage son temps entre le travail domestique et la participation active à la J.A.C. Sa vocation précoce est ravivée, alors qu’elle a 15 ans, par le charisme d’un franciscain-missionnaire qui anime une retraite. À 21 ans, le 16 avril 1950, Françoise arrive à Malonne. Dans les examens canoniques, elle dit entrer pour l’amour de Dieu et pour le salut des âmes. Quant au choix de la maison, elle répond que c’est « par obéissance à son directeur ». Il est vrai que le franciscain qui la suivait était le frère de l’abbesse de Malonne. Toutefois, dans son interview, en relatant l’épisode du choix du couvent, Françoise se souvient avoir rétorqué à son directeur spirituel : « mais c’est pas parce que vous avez votre sœur là-bas que vous devez m’envoyer là-bas ! » Lors de sa prise d’habit, le 11 avril 1951, elle reçoit le nom de François de la Vierge. Employée au jardin, à la cuisine de 1954 à 1962 (sauf de 1958 à 1959), elle est ensuite maîtresse des novices de 1962 à 1987 puis portière (1988-2000). Parallèlement, elle est conseillère (1963 et 2000), secrétaire fédérale (1975-1977) et conseillère de l’U.R.C. (1988-2000). Françoise Franque exerce une influence importante sur le renouveau communautaire au moment des fédérations puis du concile. Elle s’est montrée particulièrement disponible, accueillante et collaborante lors de nos dépouillements au couvent de Malonne. Ses entretiens et son interview sont des sources importantes pour l’histoire de la vie communautaire entre 1950 et 2000. Elle décède le 30 décembre 2000 des suites d’un cancer.

80 Christiane Loicq est née le 27 septembre 1941 à Uccle. Elle est la deuxième d’une famille de quatre enfants : deux filles et deux garçons. Son père est chimiste de tannerie, et travaille comme gérant de la propre société de son père, fondée par le grand-père et qui occupe une vingtaine d’ouvriers. À 6 ans, Christiane est marquée par une maladie grave, la coxalgie. Pour rendre le traitement plus efficace, la famille déménage à la mer du Nord, à Wenduyne, et y restera pendant deux années. Après avoir pensé à la vie missionnaire, Christiane découvre l’existence de la vie contemplative à l’âge de 21 ans, à la lecture d’un livre sur sainte Claire. À l’âge de 25 ans, après avoir enseigné quelques mois chez les Dames du Sacré-Cœur à Bruxelles, elle entre à Malonne, le 8 janvier 1967. Elle conserve, lors de sa vêture, son nom de baptême. Au couvent, elle exerce les emplois de réfectorière (1967-1994, deux matins par semaine), de jardinière (potager et fleurs) et de fruitière (1968-1995). Elle est également affectée aux lessives (depuis 1975), au secrétariat (depuis 1970-), à la boulangerie (1987-). Entre 1976 et 1978, elle fait un complément de formation et suit des études de théologie au séminaire de Namur. Elle est nommée à la charge de portière des ouvriers et des commerçants (1975-1976 ; 1993-). Enfin, depuis 1989, elle est archiviste.

81 Francine Grégoire naît le 7 janvier 1943 à Namur. Elle est la deuxième de deux filles. Très tôt attirée par les choses de Dieu et la prière intérieure, sa croyance est mise en doute par son milieu familial où sa mère est croyante et son père non croyant. Francine étudie à l’école normale où elle obtient le diplôme d’institutrice primaire. Elle travaille ensuite quelques années dans un hôme d’adolescents. Le 2 février 1969, à 26 ans, elle entre à Malonne. Elle conserve, lors de sa vêture le 2 février 1970, son nom de baptême. Cuisinière à temps plein (entre 1970 et 1980), puis à mi-temps (depuis 1995), elle s’occupe aussi de la liturgie et de l’accompagnement musical (formation à l’harmonium entre 1980 et 1982). Elle est élue à différentes charges : conseillère (1979-1982 ; 1985-1994), vicaire (1982-1985), portière (1985-1988), formatrice (1987-1993), conseillère fédérale (1980-1990).

82 Thérèse Danis et Marie-France Becker ont été abbesses ; Maggy Léonard est l’abbesse actuelle.

83 Rose-Marie Delaisse naît le 11 avril 1947 à Bras entre Libramont et Saint-Hubert. Elle est l’aînée de quatre filles. La maman est veuve lors de l’entrée de Rose-Marie au monastère. Rose-Marie reçoit une formation professionnelle de coupe dans une école de Libramont. Elle arrive à Saint-Servais pour le postulat le 2 février 1967, à 19 ans. Son postulat est marqué par le projet d’un franciscain de créer une communauté contemplative traditionnelle sous le modèle de Sainte Colette. Son échec amène la communauté à écarter temporairement le noviciat : la maîtresse des novices et sa postulante, Rose-Marie, sont envoyées à Arlon en octobre 1967. Rose-Marie regagne Saint-Servais le 8 décembre. Le 2 février 1968, elle prend l’habit et garde son nom de baptême. Dans l’examen canonique, elle dit entrer pour « la rencontre totale avec le Christ » ; à Saint-Servais parce la communauté avait été recommandée par son curé. Dans le cadre du nouveau noviciat commun, elle fait son noviciat à Malonne du 20 février 1968 au 25 mars 1969. Elle fait profession le 10 juillet 1969. De 1980 à 1989, elle est élue vicaire. En 1989, Rose-Marie est élue abbesse – la communauté compte alors 6 sœurs. C’est elle qui « ferme » le couvent, en juillet 1992. Rose-Marie, accompagnée d’une autre sœur plus âgée, rejoint la seniorie pour y faire office de responsable et d’infirmière.

84 Marie-Louise Michel naît le 2 février 1921 à Lomprez entre Rochefort et Beauraing. Elle est l’aînée de quatre enfants, deux fillles, deux garçons, dont un meurt en bas-âge. Ses parents, tailleurs, tiennent un atelier. Avant d’entrer chez les clarisses, elle avait un peu travaillé à l’atelier, et avait fait beaucoup de couture. Elle arrive le 8 septembre 1945, à 24 ans. Le 10 septembre 1946, elle prend l’habit sous le nom de Marie-Rose de Jésus-Hostie. Au monastère, on lui donne l’emploi de jardinière, car elle a besoin d’air. Elle s’occupe aussi des lessives. En 1965, elle est désignée maîtresse des novices et fait un petit séjour à Malonne. En 1967, avec ses deux novices, elle suit des cours chez les bénédictines (de Lioba) à Namur. En 1980, elle est élue vicaire et première discrète. Une sœur la dit « timide », « très intravertie », et, en même temps, toujours contente de tout. Lors de la fermeture de Saint-Servais, Marie-Rose est envoyée au monastère d’Arlon. Celui-ci ayant fermé en 2002, Marie-Rose a rejoint les clarisses de Malonne.

85 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.

86 Interview de sr Marie-Rose de Jésus-Hostie (Marie-Louise Michel), Arlon, le 1er juillet 1998.

87 Marie-Colette du Saint-Esprit, Marie-Henriette (Mariette) Thys ; son portrait est présenté dans la note 390, p. 582.

88 Interview de sr Rose-Marie (Delaisse), Woluwé-Saint-Pierre, le 24 juin 1998. Dans A.C.S.

89 Marie-Christine de la Sainte-Trinité, qui reprend son nom de baptême à la fin des années 1960.

90 Interview de sr Christiane (Loicq), Malonne, le 15 avril 1998.

91 Interview de sr Colette (Micheline Swalus), Clarisse de Bruxelles-Loonbeek, 17 octobre 1998.

92 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

93 Interview de sr Marie-Joseph (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

94 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

95 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne...

96 Yvonne Dhenin naît le 23 mai 1899 à Lille. Elle est l’aînée de quatre enfants, trois filles et un garçon.
Le père est directeur de brasserie. Toute la famille faisait partie du tiers ordre franciscain, et trois des quatre enfants entreront en religion : un prêtre et deux religieuses. En outre, le cousin d’Yvonne devient franciscain. Yvonne reçoit une éducation d’agrément (arts, piano, peinture) au pensionnat de Saint-Joseph à Blandain, puis passe son brevet d’institutrice. Elle se présente à Malonne à l’âge de 22 ans. Lors de sa vêture, le 25 octobre 1921, elle reçoit le nom de Marie-Renée de Saint-François. Elle meurt d’âge et de fatigue à 85 ans, le 14 mars 1985.

97 Jamais elle n’aurait « manqué à la charité fraternelle ». Voir le point « 3. Des femmes entre elles », p. 554.

98 Interview de sr Francine (Grégoire), Malonne, le 17 avril 1998.

99 Nécrologe, sr Marie de Saint-François, Suzanne Borry, 1907-1995, p. 108. Dans A.C.M.

100 Les conditions d’interview n’étaient pas favorables : Marie-Lucie était accompagnée de deux religieuses qui essayaient de lui faire « revenir » la mémoire.

101 Notons que l’aînée, qui tenait une place très importante dans la cellule familiale (« C’était papa qui réglait tout, mais c’était surtout en passant par Marie-Adrien ») a pris, en religion, le nom de son père : Adrien.

102 Voir aussi p. 181, note 275.

103 Vive sr Marie-Lucie en route pour le centenaire. 92 ans de sr Lucie, par ?. 12 octobre 1991. Dans A.C.J. Chants composés à l’occasion des anniversaires et jubilés. Farde noire.

104 Interview de sr Marie-Lucie (Ida Furnémont), Jambes, le 23 avril 1999.

105 Interview de sr Françoise (Franque), Malonne, les 14, 15 et 16 avril 1998.

106 On obtient un chiffre un peu plus bas, 10,9 %, si l’on calcule le pourcentage à partir du nombre total des entrées (299) et pas du nombre total des sorties (267).

107 Pour plus de détails, voir le chapitre sur le recrutement et le tableau sur les « Types de sorties », p. 131.

108 Delpal (B.), Le silence des moines..., p. 278.

109 Yvonne L. naît le 29 mars 1906 à Tourcoing. Elle est l’aînée de trois enfants. Douée pour les études, elle ne dépasse pas le niveau primaire pour se spécialiser dans le métier de couturière en tant que piquérière (réparation des défauts industriels), travail difficile mais bien payé. Yvonne arrive à Malonne à l’improviste, à 21 ans, en septembre 1927, « mise à la porte par ses parents courroucés de sa demande d’entrer en religion ». C’est un franciscain qui l’a guidée vers Malonne. Selon une interview, la famille avait souffert du départ du père dans le cadre d’une histoire difficile qui avait été répercutée dans la presse, à la gêne de tous. Son père, caractérisé de « curieux » et « méchant », n’est jamais venu voir Yvonne au couvent. Ce passé familial rend Yvonne plus agitée et plus sombre. Elle prend l’habit le 6 mai 1928 sous le nom de Marie des Anges. Les chroniques précisent qu’à cette occasion, toute la famille réconciliée (hormis le père ?) était réunie au nombre de 20. Son besoin de « se dépenser » fait qu’on l’affecte au jardin. Entre 1969 et 1972, elle est portière des ouvriers. Dans sa vieillesse, elle s’occupe de l’entretien du dortoir et de la lingerie. Elle décède le 24 juin 1984, à 78 ans.

110 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Marie-Josèphe Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998. Dans A.C.M.

111 Lettre de sr Marie des Anges, monastère des Clarisses de Malonne, le 14 avril 1970. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance. 1962-1985.

112 Lettre de sr Marie des Anges, le 3 août 1970. Dans A.E.N.

113 Lettre de sr Marie des Anges, le 8 août 1971. Dans A.E.N.

114 Lettre de sr Thérèse, Malonne, le 7 mars 1971. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance. 1962-1985.

115 Lettre de sr Thérèse, Malonne, le 1er février 1974. Dans A.E.N.

116 Lettre de sr Marie des Anges, Malonne, le 1er février 1974. Dans A.E.N. Série R 46.

117 Lettre de sr Marie des Anges, Malonne, le 1er juillet 1974. Dans A.E.N. Série R 46.

118 Interview de sr Marie-Joseph (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

119 Martha R. naît le 18 septembre 1902, à Bastogne, dans une famille de six enfants. Le père est instituteur.
La famille compte au moins trois fils : un médecin, un juge et un prêtre. De Martha, on sait qu’elle a fait ses études moyennes. À 26 ans, le 17 septembre 1928, elle arrive à Malonne. Lors de sa vêture, le 4 avril 1929, elle reçoit le nom de Marie du Christ-Roi. Ses problèmes de santé (gastrite) ne lui permettront jamais de suivre l’observance intégrale. Elle est employée aux légumes. En 1942, elle est portière du tour, et en 1948, élue abbesse. En 1951, elle est choisie comme vicaire. De septembre 1957 à octobre 1958, elle fait un séjour chez les sœurs de Tournai. Il semble que son mal-être au couvent se précise à cette époque. Le 10 août 1968, elle quitte à nouveau le couvent pour une année afin de soigner sa mère malade auprès de son frère prêtre. Elle décède le 22 septembre 1970, à 68 ans. Sa notice, très brève, laisse l’impression d’une intégration communautaire peu réussie. Le témoignage d’une consœur est plus nuancé : elle la dit « très fi ne » et « très bonne », mais ayant une « petite santé physique et psychique ».

120 Lettre de sœur Marie-Claire du Saint-Sacrement, o.s.c., abbesse, Clarisses de Malonne, le 2 mai 1958. Dans A.E.N. R. 45. Clarisses. Generalia. Malonne de 1931 à 1958.

121 Lettre de sœur Martha (Marie du Christ-Roi), Sart-Bernard (presbytère), le 20 juin 1969, monastère des Clarisses de Malonne, le 22 octobre 1969. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance. 1962-1985.

122 Lettre de sœur Martha, le 20 juin 1969. Dans A.E.N. Série R 46.

123 Lettre de sœur Marie des Anges, monastère des Clarisses de Malonne, le 22 octobre 1969. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance. 1962-1985.

124 Lettre de sœur Martha R., Clarisses de Malonne, le 9 septembre 1970. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance. 1962-1985.

125 Marie-Thérèse Poncelet naît le 23 novembre 1893 à Reims. Elle entre au carmel de Jambes le 25 mars 1913 à 20 ans. Le 25 septembre 1913, elle prend l’habit sous le nom de Térésita de l’Enfant-Jésus. Elle fait sa profession perpétuelle d’emblée, le 8 septembre 1914, malgré la guerre et l’invasion. Gracieuse, joyeuse et obéissante, elle apparaît comme une religieuse modèle sur le type de Thérèse de Lisieux. En 1947, elle fait un séjour au sanatorium de Jauche. Elle quitte le carmel le 19 juin 1950, pour raison de santé, et rejoint la congrégation des Religieuses du Cœur Agonisant (en France). Elle y décède en 1972.

126 Lettre de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Sanatorium de Hemptinne, Jauche, le 1er septembre 1947. Dans A.E.N. R.35. Carmélites de Jambes.

127 Orthographe variante pour le prénom de cette religieuse : Térésita ou Thérèsita.

128 Thérèse-Marie de Jésus (Thérèse Hoton) est prieure de juin 1945 à juin 1951.

129 Marie-Gertrude de Saint-Joseph (Esther Wedekind), décédée au sanatorium de Jauche le 3 mars 1945.

130 Lettre de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Sanatorium Jauche, le 4 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites de Jambes.

131 Lettre de sr Marie-Térésita, le 4 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.

132 Lettre de sr Marie-Térésita, le 1er septembre 1947. Dans A.E.N. R. 35.

133 Lettre de sr Marie-Térésita, le 4 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.

134 Lettre du P. Gérard de Saint-Joseph, Bruxelles, le 22 juillet 1947. Dans A.E.N. R. 35.

135 Lettre de l’évêché de Namur, Namur, le 4 août 1947. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites de Jambes.

136 Décret d’exclaustration. Évêché de Namur, Namur, 21 décembre 1947. Dans A.E.N. R. 35.

137 Lettre de Mgr Joseph Piérard, évêque de Chalons, Chalons, le 25 juin 1949. Dans Arch. CIVCSVA. N° 4697/49. Térésita. Sr Poncelet. Namur. Carm. Scalze. Excla.

138 Note de l’évêché de Namur (R. Koerperich) sur le cas de sr Marie-Térésita de l’Enfant-Jésus, Namur, le 28 février 1950. Dans A.E.N. R. 35.

139 Notices..., sr Térésita de l’Enfant-Jésus, Marie-Thérèse Poncelet, 1893-1972, p. 83. Dans A.C.J.

140 Dans l’unique maison belge de cette congrégation française, à Woluwé-Saint-Pierre, ou encore en France, berceau de la congrégation fondée en 1848 à Lyon. Son charisme principal est la prière pour les mourants. La filiale belge, fondée en 1903 et supprimée en 1987, est affiliée en Belgique à l’Union des religieuses contemplativeset soumise à la clôture diocésaine.

141 Citée dans Notices..., sr Térésita de l’Enfant-Jésus..., Poncelet, 1893-1972, p. 83. Dans A.C.J.

142 À Rochefort, c’est le cas avec la sr Thérèse-Camille du Verbe Incarné (Camille Wijnans), qualifiée de « lunatique ». On apprend que cette religieuse, « admise aux vœux perpétuels le 6 janvier 1944, parce qu’on croyait qu’elle partirait pour le carmel de Nazareth », ne part finalement pas « et son séjour à Rochefort fut pénible pour la communauté ». Après quelques transferts de carmels et tentatives dans une autre congrégation, elle retourne à Rochefort où elle reçoit un indult d’exclaustration et vit dans le « petit monastère, au calme, avec les tourières, mais plus en solitude ». « Vu son caractère difficile et lunatique, c’est meilleur pour la paix que beaucoup de vie commune », ajoute la prieure. Lettre de R. Koerperich, vic. gén., Namur, le 31 mai 1955. Dans Arch. CIVCSVA. N° 4708/53. Teresa. sr Camille. Namur. Carm. Scalze. Pass.

143 Présentée en 1911 au carmel de Rochefort par un prêtre du diocèse de Meaux qui « espérait sauver une âme », elle aurait révélé « toute sa vie et ce qu’était sa famille » après sa profession en 1915. Fille d’un « anarchiste », « alcoolique invétéré » et « calomniateur des prêtres », « n’ayant vu chez les siens que l’inconduite », certains prêtres estiment qu’il faut annuler sa profession car les « souvenirs du passé l’obsédaient ». La prieure estime qu’il est trop tard pour la renvoyer. Mais le caractère empire : Marie de la Nativité se montre « désobéissante, avec des intervalles de mysticisme outré ». Envoyée à la fondation de Corioûle-Matagne, elle connaît une période de grande surexcitation, où elle éprouve des désirs de suicide. Elle gifle une de ses sœurs, « devint d’une insubordination qui scandalisa et nuisit gravement autour d’elle ». « Sombre ou follement gaie, elle ne comptait pour rien la règle, et surtout la soumission, le respect, le silence ». En février 1928, après une crise de folie, elle est conduite au sanatorium pour filles à Beau Vallon à Saint-Servais-Namur, tenu par des religieuses de la Charité de Gand. Le traitement appliqué lui fait du bien, mais la prieure s’oppose à son retour : « Son retour est impossible et serait la cause de nouveaux troubles et scandales. Je crains même que la simple annonce de son retour découragerait nos jeunes religieuses et pourrait être pour quelques-unes une cause de départ. » Elle demande le renvoi définitif de Marie de la Nativité qui restera chez les sœurs du Beau Vallon « pour être soignée ainsi que pour faire certains travaux ». Cf. Lettre de mère Charlotte du Cœur de Jésus, o.c.d., Matagne-la-Petite, le 28 janvier 1929. Dans Arch. CIVCSVA. N° 958/29. Maria della Nativita. Matagne. Carm. Namur. Demissione.

144 Voir le point sur le recrutement, l’origine sociale et la formation des converses, p. 111 et 154.

145 Aline M. naît à Lesterny, près de Rochefort, le 9 décembre 1914. D’une famille nombreuse, elle arrive à Malonne à l’âge de 21 ans, le 8 janvier 1935. Le jour de sa vêture, le 15 avril 1936, elle reçoit le nom de Marie-Ange de la Sainte-Famille. Dans les examens canoniques, elle dit entrer « pour atteindre la perfection », et choisit les clarisses parce qu’elles sont cloîtrées et retirées du monde. Elle prononce ses vœux temporaires le 19 avril 1938 et ses vœux solennels le 3 mars 1942. Entrée comme choriste, elle prend, en avril 1937, le statut de converse, « sa santé exigeant beaucoup d’exercices et le grand air ». Elle quitte le couvent le 27 août 1944, à 29 ans, pour cause d’aliénation mentale (folie mystique). Le retour de sa dot à la famille posera des problèmes.

146 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

147 Lettre de sr Marie de Saint-Jean, Malonne, le 28 août 1944. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne. Correspondance 1936-1960.

148 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

149 Lettre (brouillon) du docteur Brébant, Malonne, le 27 août 1944, dans Série d’une enveloppe personnelle par sœur avec extrait de naissance, certificat de baptême, de confirmation etc., n° 39.

150 Lettre de sr Marie-Ange au frère Martial Gérard de Louvain, Malonne, s.d. Dans A.C.M. Série d’une enveloppe personnelle..., n° 39.

151 Lettre de sr Marie-Ange adressée à ses parents, ‘et très chers Frères et très chères Sœurs, très chez neveux et cher filleul ‘surtout’, Malonne, le 24 août 1944. Dans A.C.M. Série..., n° 39. On trouve encore deux lettres plus courtes : « Je profite de ce beau mois pour venir vous redire ma reconnaissance car j’ai vu des choses, qui ne sont pas de la terre et cependant qui se voit à cette cellule, car samedi sans vouloir vous faire retourner ne arrière ; des choses si belle qui ne se verront plus car cela vient de Dieu le Père qui console ses Enfants qu’Ils aiment tant !... (surtout votre petite née à l’Immaculée) Votre Aline S.M.A. de la Sainte F., O.S.C. » Lettre de sr Marie-Ange adressée à ‘l’oncle, tante, cousine et cousin, Malonne, le 24 août 1944. Dans A.C.M. Série..., n° 39 ; « Très heureuse de venir vous redire mon amour filiale attachement en notre Seigneur Jésus Christ Notre Rédempteur. Comment ne pas pleurer en vous écrivant puisse que ce jour-là j’ai tant pleuré ! J’ai vu ce que j’ai tant aimé l’Immaculée et Jésus-Crist unis dans la pensée et l’Esprit-Saint réprésenté dans le ciel s. le 19 et Mardi le 22 vers 2 et puis beaucoup mieux que ce que je n’aurait jamais osé voir !... Votre filieulle Aline (surtout votre petite née à l’Immaculée). » Carte postale de sr Marie-Ange adressée à son parrain, tante, et cousins, Malonne, le 24 août 1944. Dans A.C.M. Série..., n° 39.

152 Lettre de sr Marie de Saint-Jean..., le 28 août 1944. Dans A.E.N. Série R 46. Clarisses de Malonne.

153 Lettre de l’évêché de Namur, R. Koerperich, Namur, le 9 octobre 1951. Dans A.C.M. Série d’une enveloppe personnelle..., n° 39.

154 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

155 Julia Cassart naît le 25 août 1912 à Celles-lez-Dinant, dans une famille d’ouvriers de six enfants. Sa tante étant tourière au carmel de Floreffe, elle se présente à ce couvent comme converse le 14 octobre 1929, à 17 ans. Elle prend l’habit le 28 octobre 1930, sous le nom de Marie de l’Eucharistie. Ses vœux temporaires sont prolongés jusqu’au 29 octobre 1937, et le 26 juin 1939, elle est renvoyée pour cause de maladie mentale et internée à l’Ave Maria chez les sœurs de la Charité. Elle décède à Saint-Servais le 19 mai 1993.

156 Lettre de mère Marie-Cécile de Jésus, Floreffe, 6 novembre 1974. Dans A.E.N. R. 35. Monastère de Floreffe, 1932-1984. Cette lettre est envoyée par la prieure à la demande de l’évêché qui doit régulariser la situation de Julia Cassart.

157 Lettre de mère Élisabeth de la Trinité, Floreffe, le 13 mars 1942. Dans A.E.N. R. 35.

158 Lettre de sr Marie de l’Eucharistie, Beau Vallon, le 29 mars 1942. Dans A.E.N. R. 35.

159 Lettre du vicaire F. Toussaint, Namur, le 8 novembre 1974. Dans A.E.N. R. 35.

160 Roth-Haillote (R.), La matérialisation de l’absence..., p. 115-117.

161 Vandenbroeck (P.), Tu m’effleures..., dans Le jardin clos de l’ âme..., p. 131.

162 C’est le cas de l’association Echo (Arnhem), mise sur pied depuis novembre 1996 par le K.D.C. (Katholiek Documentatie Centrum, Nimègue) et le KADOC (Louvain). Cf. Wynants (P.), Les religieuses de vie active en Belgique..., p. 254.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search