Version classiqueVersion mobile

Femmes cloîtrées des temps contemporains

 | 
Anne-Dolorès Marcélis

Chapitre I. Fondations

Texte intégral

  • 1 On peut distinguer trois grands types de vie contemplative : la forme de vie contemplative monastiq (...)
  • 2 Beyer (J.), Le droit de la vie consacrée, commentaire des canons 573-606. Normes communes, Paris, 1 (...)
  • 3 Beaucoup de ces congrégations se regroupent, après le concile Vatican II, dans un groupe de réflexi (...)
  • 4 Les familles religieuses affilées à l’U.R.C. en 1971 sont : les bénédictines (Bossut-Gottechain, Er (...)

1En dépit d’une analyse conceptuelle de la vie contemplative, montrant que celle-ci se vit de façons diverses et autorise plusieurs rapports au monde1, la délimitation de notre objet, « les monastères de contemplatives », a posé de nombreux problèmes. Dans la mesure où l’on prenait comme critère l’absence d’œuvres externes, les changements d’orientation (de la vie mixte à la vie exclusivement cloîtrée par exemple) au sein d’un même ordre et même au sein d’une même maison étaient problématiques. Opter pour un critère canoniquene débouchait pas sur des résultats plus probants. Par exemple, les critères canoniques de « moniales » ou de « sœurs » ne renvoient pas nécessairement à des réalités de vie distinctes ; en outre, certaines communautés ou congrégations ont vu leur statut changer au cours des deux derniers siècles. Une autre solution entrevue a été de se reporter au charisme primitif de l’ordre ou de la congrégation, ce qui nous a amenée à faire des recherches sur les différentes familles religieuses rencontrées dans cet inventaire. Mais là encore, quand bien même le charisme était clairement énoncé selon les catégories qui nous intéressaient, fallait-il encore qu’il ait une réalité dans l’histoire. Il n’est pas rare que le projet initial ait été modifié de façon importante par les tendances d’une époque. Finalement, c’est l’Union des religieuses contemplatives de Belgique, créée en 1967, qui a servi de référence pour le choix des ordres et des congrégations « contemplatives ». On y retrouve les différents types de vie contemplative : le type monastique (constitué principalement par les bénédictines et les cisterciennes), le type cloîtré (comme les carmélites et les clarisses) et le type « mixte » des contemplatives apostoliques. De fait, on est passé du modèle monastique, se caractérisant par une autarcie souple, au modèle des contemplatives cloîtrées. Sauf chez les chartreux, la vie monastique s’accommode d’une activité apostolique, souvent en rapport avec l’étude ou l’éducation, qui toutefois s’exerce dans l’enceinte du monastère et qui est considérée comme secondaire. Il s’agit, comme le précise subtilement le code de droit canonique actuel, non d’une œuvre de spécialisation, à l’instar des instituts à finalité apostolique, mais d’une œuvre de suppléance2. À partir de la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes, la vie contemplative signifie la recherche de Dieu dans une vie détachée de tout contact physique avec le monde extérieur. Les contemplatifs, avec saint Thomas d’Aquin, désignent une catégorie spécifique de religieux : ceux qui ne se consacrent à aucune œuvre apostolique. À la fin du 19e siècle apparaissent de nouveaux instituts ayant pour but de mener une vie contemplative dans le monde. Leur programme de vie est la prière perpétuelle, mais elles restent ouvertes sur l’extérieur à travers l’accueil et la formation à la prière3. Le relevé qui suit intègre donc les communautés ayant temporairement ou partiellement associé une activité extérieure à leur vie principalement contemplative4.

A. Relevé des couvents de contemplatives à l’époque contemporaine en Wallonie et à Bruxelles

2Au total, 167 couvents de contemplatives s’implantent sur le sol wallon et bruxellois entre 1800 et 2000 : 87 fondations « belges » et 81 monastères « exilés » (à partir de 1901). 118 couvents disparaîtront pour la même période, une grande partie dans l’entre-deux-guerres lors des retours des congrégations exilées (une cinquantaine de couvents), et une autre à partir des années 1960 pour cause de fermeture par manque de recrutement (50 couvents). En 2002, il reste 49 monastères de contemplatives en Wallonie et à Bruxelles.

1. Évolution générale

3Le plus frappant, lorsque l’on considère le graphique représentant le développement des maisons de contemplatives, c’est l’impact du politique. La courbe, en 1800, démarre à deux unités, témoignant de la force des mesures « contre la religion » du gouvernement français. Le tableau ci-dessous rappelle les principales mesures politiques touchant les congrégations religieuses de nos régions, successivement sous le gouvernement autrichien, français, hollandais puis belge.

41771 Mesures du gouvernement autrichien en vue de limiter le recrutement dans les ordres monastiques : abolition de la dot ; interdiction de prononcer les vœux avant 24 ans (1772).

51783 L’édit de Joseph II supprime tous les monastères contemplatifs dont l’existence est jugée inutile. Premières suppressions ou exil des communautés contemplatives.

61790 Mort de Joseph II et rapatriement des communautés exilées.

729 oct. 1789 Lois révolutionnaires françaises. Les vœux monastiques sont suspendus.

813 fév. 1790 Lois révolutionnaires françaises. Suppression des ordres et des congrégations religieuses.

912 et 17 août 1792 Lois révolutionnaires françaises. Fermeture et évacuation complète des dernières communautés.

101er sept. 1796 En Belgique, la suppression des couvents est officialisée par la loi du Directoire du 1er septembre 1796 qui stipule que les ordres et les congrégations religieuses sont supprimés, sauf par mesure transitoire pour ceux qui se livrent à l’instruction et au soin des malades.

111801 Concordat. Restauration du culte catholique. La situation des réguliers n’est pas clarifiée et nombre de communautés cherchent à réintégrer leurs lieux. La législation napoléonienne est favorable aux congrégations enseignantes et hospitalières, mais hostile aux ordres contemplatifs. Ceux-ci sont tolérés jusqu’à l’extinction graduelle par suite du décès de leurs membres.

121815-1830 Circulaire de juin 1818 : la législation française est maintenue. Les contemplatives sont proscrites et, si elles sont tolérées, on leur défend d’admettre des novices.

131825 En France, la loi du 24 mai 1825 permet aux congrégations « utiles » (activités caritatives et éducatives) d’obtenir une reconnaissance étatique. Leurs statuts doivent être approuvés par l’évêque et enregistrés au Conseil d’État.

141830 Indépendance belge et liberté d’association inscrite dans la Constitution. Les ordres religieux sont les premiers bénéficiaires de cette politique libérale.

151er juil. 1901 En France, la loi sur les associations, promulguée par le gouvernement Waldeck-Rousseau, oblige toutes les congrégations non-autorisées (voir loi de 1825) à se faire reconnaître par l’État. Cette loi a surtout pour but de contrôler les congrégations enseignantes, mais touche d’abord les contemplatives qui sont très rares à avoir demandé une autorisation légale. Elle provoque l’exil massif de congrégations françaises en Belgique. La loi du 7 juillet 1904 interdit à toutes les congrégations non-reconnues d’enseigner. Nouvelle vague d’exils.

Tableau 1. Nombre de couvents de contemplatives (exilés et belges) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000

Tableau 1. Nombre de couvents de contemplatives (exilés et belges) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000

169 déc. 1905 En France, la loi de séparation entre les Églises et l’État met fin au Concordat de 1801. Assouplissement des relations Église-État après la Première Guerre mondiale, mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que les congrégations religieuses sont à nouveau légalement reconnues en France. À partir de 1918 et surtout dans les années 1920, une grande partie des communautés exilées regagnent la France.

17Avant l’Indépendance belge, on compte 7 couvents : deux anciennes fondations et cinq restaurations. À partir de 1830 et jusqu’en 1870, on passe à une moyenne de quatre fondations par décennie (16 monastères en 40 ans), et de 1870 à 1900, de sept fondations par décennie (21 monastères en 30 ans). Ces fondations sont presque exclusivement urbaines. Les familles religieuses représentées sont principalement les carmélites et les clarisses, et secondairement, les visitandines, les conceptionistes et les rédemptoristines. Au début du 20e siècle, la hausse spectaculaire du nombre de maisons est liée à la conjoncture politique. Les deux premières décennies du 20e siècle sont marquées, pour le territoire qui nous concerne, par l’arrivées de 81 congrégations exilées de France, dont 23 s’implantent définitivement et 58 regagnent le pays d’accueil avant 1939.

  • 5 Simenon (G.), Les fondations monastiques au diocèse de Liège depuis la Révolution française, Liège, (...)
  • 6 Nève (T.), La Belgique monastique. Het monnikenleven in België, s.l., [1955], p. 180.

18Deux exceptions, dans notre échantillon, à la disparition générale de la fin du 18e siècle : les carmélites de Liège et les bénédictines de la même ville. Situées dans la principauté de Liège, elles ont été épargnées par les suppressions de 1783. Alors que les bénédictines sur Avroy, « protégées par des influences puissantes », parviennent à faire approuver leurs statuts et légaliser ainsi leur existence5, les carmélites, cas tout à fait exceptionnel et le seul en Belgique semble-t-il, parviendront à maintenir la vie communautaire dans le couvent sans concession aucune. Th. Nève les compte « parmi les rares moniales, qui, à cette époque, eurent le courage de ne pas quitter les lieux ; elles durent supporter durant quinze ans la présence des soldats au rez-de-chaussée6 ».

19À la faveur du concordat, trois abbayes de cisterciennes (une en Brabant, une dans le Namurois et une en Hainaut) tentent de se relever, dont une seule dans les lieux d’origine, celle de Soleilmont en Hainaut. Cette dernière restauration est la seule réussie – les deux autres disparaîtront –, grâce à la mise sur pied d’une école et d’un pensionnat. Hormis ces tentatives cisterciennes et les deux cas liégeois déjà évoqués, la période française ne voit aucune autre restauration ou fondation monastique. Sous le régime hollandais, on assiste à la restauration de deux couvents : les carmélites de Bruxelles (1815) et celles de Tournai (1828). Après 1828, il n’y a plus de restauration à proprement parler, c’est-à-dire de fondation présentant une continuité avec le passé en termes de membres ou de bâtiment. Sur l’ensemble du corpus et sans tenir compte des couvents exilés, une minorité de monastères ont un lien direct avec l’Ancien régime : 2 anciennes fondations et 9 restaurations contre 75 nouvelles fondations.

Tableau 2. Nombre des monastères de contemplatives, Wallonie-Bruxelles, 1800-2003, classés par type d’implantation (ancienne fondation, restauration, nouvelle fondation, couvents exilés temporaires, couvents exilés définitifs)

Type d’implantation Unités
Anciennes fondations 2
Restaurations 9
Nouvelles fondations 75
Couvents exilés temporaires 58
Couvents exilés définitifs 23
Total 167

2. Les couvents « exilés »

  • 7 Sorlin (P.), Waldeck-Rousseau, Paris, 1966, p. 427-428. En 1879, on compte en France cinq congrégat (...)
  • 8 Léniaud (J.-M.), Le statut juridique des congrégations religieuses vers 1840, dans Lacordaire. Son (...)
  • 9 Olivier (J.), Situation légale des religieux en France, dans Vie consacrée, 1989, n° 5, p. 314.
  • 10 Guy Laperrière dénombre 234 communautés religieuses (féminines et masculines) qui ont refusé de dem (...)

20L’autre événement lié au politique est l’arrivée massive de communautés religieuses françaises à partir de 1901. Dès 1880, l’attitude de l’État français, jusque là favorable aux congrégations, connaît un revirement dans le contexte de la lutte scolaire et du mouvement laïque. La loi sur les associations du 1er juillet 1901, promulguée par le gouvernement Waldeck-Rousseau, oblige toutes les congrégations « non autorisées » à se faire reconnaître par l’État. Ce sont d’abord les congrégations enseignantes qui sont visées : « Nul n’est admis à enseigner s’il n’appartient à une congrégation autorisée. » Mais les communautés contemplatives doivent également se faire reconnaître, et celles qui sont « autorisées » sont extrêmement rares7. La possibilité de reconnaissance étatique leur avait été offerte par la loi du 24 mai 1825 sur laquelle reposait, comme l’explique J.-M. Léniaud, tout le « fragile édifice législatif et réglementaire touchant les congrégations [féminines] ». Elle posait deux conditions essentielles à la reconnaissance officielle, qui passait par la rédaction de « statuts » à faire approuver par l’évêque et enregistrer par le Conseil d’État. D’une part, il fallait être « utile ». Les contemplatifs se voyaient donc exclus, car, questionne J.-M. Léniaud, « qu’est-ce d’autre que l’« utilité » sinon les activités de bienfaisance, notamment hospitalières et d’enseignement, ces dernières du moins spécialement quand elles sont effectuées par des femmes8 ». D’autre part, l’autorisation passant nécessairement par l’évêque, la loi renforçait le pouvoir épiscopal au détriment de Rome et donnait la primauté à l’Église séculière, contrôlée par l’État par le biais de la nomination des évêques. La loi de 1901 renouvelle l’exigence de 1825 – il faut être reconnu « d’utilité publique » –, et impose en outre le contrôle de l’État sur la gestion temporelle des congrégations à travers des visites régulières de préfets ou sous-préfets9. Ces exigences sont estimées, par les cloîtrées notamment, comme incompatibles avec leur mode de vie et, par principe, elles refusent de solliciter la reconnaissance étatique10.

  • 11 Aubert (R.), 150 ans de vie des Églises, Bruxelles, 1980, p. 29.

21La Belgique est le principal pays d’accueil pour les communautés du Nord de la France. Ainsi, le nombre total des religieuses passe, en Belgique, de 25.000 en 1880 à 58.000 en 1910, dont 20.000 expulsées de France par les lois anticléricales11. Dans notre relevé, la proportion de couvents exilés atteint 48,5 %. L’essentiel des couvents exilés provient de France (87,6 %). Sur les 81 communautés exilées, 58 regagnent leur pays d’origine avant 1939 ; 23 s’implantent définitivement en Belgique (soit 13,7 % du corpus). Ce qu’il importe de relever, c’est que l’arrivée massive des religieuses françaises n’entrave pas le processus de fondation belge qui poursuit sa progression jusque dans les années 1970. Le rythme de croissance s’est à peine ralenti par rapport à la seconde moitié du 19e siècle.

Tableau 3. Nombre des monastères de contemplatives, Wallonie-Bruxelles, 1800-2003, classés par pays d’origine des monastères exilés

Pays d’origine des couvents exilés Unités
France 71
Italie 3
Allemagne 1
Espagne 1
Grand-Duché de Luxembourg 1
Autres (dont Belgique) 4
Total 81

22Ce sont les provinces du Hainaut (39,5 %) et de Namur (33,3 %) qui accueillent en plus grand nombre les communautés en exil. Neuf communautés s’implanteront définitivement en Hainaut, et sept dans le Namurois.

3. L’appropriation de l’espace

  • 12 Tihon (A.), Les religieuses en Belgique (fin XVIII-XXe s.)…, p. 18.
  • 13 Langlois (C.), Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au X (...)
  • 14 Cloet (M.), Een kwarteeuw historische produktie in België betreffende de religieuze geschiedenis va (...)

23André Tihon a établi que, sous l’Ancien régime, à part les abbayes de tradition monastique (bénédictines et cisterciennes essentiellement), tous les couvents des Pays-Bas sont installés dans les 130 villes du pays, sauf une dizaine qui se trouvent dans de gros villages ou de petits bourgs. À l’époque contemporaine, les villes sont encore préférées par les religieuses aux régions rurales, qui sont cependant progressivement couvertes12. Claude Langlois fait le même constat pour la France : la suprématie du monde rural dans le catholicisme au 19e siècle ne déclasse pas le monde urbain. La ville reste un lieu favorable et plus celle-ci est grande, plus les occasions de fonder sont nombreuses. Les villes épiscopales ont la prédilection. Les villes ouvrières, malgré la volonté de certaines congrégations de répondre aux besoins de la société globale, sont délaissées. Les congrégations « préfèrent les vieilles métropoles, les évêchés tranquilles, les villes calmes ; elles fuient au contraire les villes ouvrières, les enclaves portuaires, les agglomérations en pleine croissance13 ». Même constat de Michel Cloet, qui note que les communautés de sœurs actives ont évité les villes industrielles pour s’implanter dans les villes anciennes, épiscopales ou administratives, témoignant d’un certain conservatisme, d’un goût pour le confort bourgeois ou peut-être d’une peur du monde industriel. Elles ont d’ailleurs souvent récupéré les anciens bâtiments délaissés par les religieux de l’Ancien régime. En Flandre, entre 1800 et 1875, les cloîtres contemplatifs sont seulement établis dans les villes, comme les congrégations qui destinent leurs activités aux bourgeois, prolongeant la situation de l’Ancien régime14.

  • 15 Danet (H.), Signé d’une croix, une histoire de sœurs…, p. 178.

24Sur le graphique représentant le présent corpus, on observe la disparition progressive des monastères implantés dans les campagnes pendant les deux premiers tiers du 19e siècle, ce qui correspond à l’échec de la restauration cistercienne. Au 19e siècle, on compte 32 implantations en ville contre 9 à la campagne. Les villes qui comptent le plus de couvents « belges » sont : Bruxelles et son agglomération (17), Liège (7), Namur (6), Tournai (6), Soignies (3), Mons (2) et Ciney (2). À partir du 20e siècle, le processus s’inverse. Les régions non-urbaines sont investies par les communautés exilées. Si, comme une religieuse le fait remarquer, l’implantation des communautés exilées est le fait du hasard des rencontres15, celui-ci profite largement aux régions rurales. Mais dans l’ensemble, les fondations belges restent majoritairement urbaines.

25Parmi les anciennes fondations, 8 sont urbaines, 3 sont rurales (les trois abbayes cisterciennes) ; parmi les nouvelles fondations belges, 42 sont urbaines, 32 sont rurales. Les provinces dans lesquelles se trouvent le plus de couvents sont le Hainaut et Namur, suivies par l’agglomération bruxelloise.

Tableau 4. Nombre de couvents de contemplatives (en ville et à la campagne) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000

Tableau 4. Nombre de couvents de contemplatives (en ville et à la campagne) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000

Tableau 5. Nombre de couvents de contemplatives, Wallonie-Bruxelles, 1800-2000. Répartition par provinces

Provinces Couvents belges et exilés Couvents belges
Hainaut 54 22
Namur 46 19
Agglomération bruxelloise 21 16
Liège 21 14
Luxembourg 12 7
Brabant wallon 9 5
Autre (Brabant flamand) 4 3
Total 167 86

26Si l’on interroge les espaces du point de vue de la production de la vie contemplative, et non seulement de leur réception, on constate, en tenant compte des couvents exilés, que la France est le pays le plus productif avec 52 % des fondations. Si l’on ne tient pas compte des couvents exilés (français), on voit que la Belgique est en tête de sa propre production conventuelle : 62 % des couvents sont fondés par des couvents belges. Les deux autres pays qui contribuent le plus à la production conventuelle belge sont la France et l’Italie. Si l’on opère un découpage par régions (provinces belges et départements français), il appert que c’est la province de Namur qui fonde le plus (15 couvents), suivie par la Flandre occidentale (10 couvents), le Hainaut (8 couvents) et Liège (7 couvents). Notons que, parmi les ordres fondés par la province de Namur, on retrouve essentiellement la famille bénédictine et cistercienne (8), suivie des carmélites (3), des dominicaines (2) et des clarisses et conceptionistes (2). En revanche, la Flandre occidentale se caractérise par le nombre important de fondations de clarisses (il s’agit de couvents de clarisses-colettines) : 7 fondations de colettines. Pour les autres provinces belges, la composition en termes de familles religieuses est plus variée et représentative du corpus global.

4. Les familles religieuses

27Les trois quarts des fondations du relevé (123 sur 167) appartiennent à des ordres apparus sous l’Ancien régime. Les congrégations contemplatives sont donc essentiellement le produit d’une restauration, contrairement aux congrégations actives qui sont pour la plupart créées au 19esiècle. Autre caractéristique des familles restaurées : la plupart (102 sur 123) sont de type cloîtré. Les congrégations rattachées à l’Ancien régime les plus représentées sont les carmélites et les clarisses. Notons que l’essentiel des couvents exilés (69 sur 81) appartiennent à des ordres religieux nés sous l’Ancien régime. Parallèlement, ces couvents exilés sont pour la plupart (66) de type cloîtré.

Tableau 6. Couvents de contemplatives, Wallonie-Bruxelles, 1800-2000. Les familles religieuses rattachées à l’Ancien régime (couvents belges – couvents exilés)

Familles religieuses apparues sous l’Ancien régime Nombre de couvents Belges Exilés
Carmélites déchaussées 46 13 33
Clarisses. Pauvres claires 22 11 11
Bénédictines.
Moniales de l’ordre de saint Benoît
15 9 6
Visitandines 9 3 6
Rédemptoristines 7 4 3
Dominicaines du Rosaire perpétuel (Religieuses) 5 3 2
Cisterciennes-trappistines 4 2 2
Bernardines d’Esquermes 4 1 3
Conceptionistes 3 3 0
Cisterciennes-bernardines 3 3 0
Sacramentines (Religieuses du Saint-Sacrement et de Notre-Dame) 1 0 1
Pénitentes-récollectines 1 1 0
Norbertines (Dames) 1 1 0
Dominicaines. 1 0 1
Moniales de l’ordre des prêcheurs
Chartreuses
1 0 1
Total 123 54 69

28Un quart du corpus (44 couvents sur 167) est représenté par des congrégations nées à l’époque contemporaine. Parmi ces maisons, 31 ont une activité mixte (les Sœurs de Marie-Réparatrice, des Dames de l’Adoration perpétuelle, des carmélites apostoliques…) et 12 sont de type cloîtré (les Victimes du Sacré-Cœur de Jésus de Draveil, les Servantes du Saint-Sacrement, les religieuses du Cœur agonisant de Jésus et du Cœur compatissant de Marie, les Filles du Cœur de Jésus de Berchem, les Esclaves du Sacré-Cœur de Jésus). Notons que, sur ces 31 couvents appartenant à des congrégations mixtes nées à l’époque contemporaine, 27 sont d’origine belge.

Tableau 7. Couvents de contemplatives, Wallonie-Bruxelles, 1800-2000. Les familles religieuses fondées à l’époque contemporaine

Familles religieuses fondées à l’époque contemporaine Nombre de couvents
Marie-Réparatrice (Sœurs de) 7
Adoration perpétuelle (Dames de l’) – Eucharistie (Religieuses de l’) 5
Petites sœurs de Jésus (du Petit frère Charles de Jésus) 4
Carmel apostolique (ou de Saint-Joseph) 3
Cœur de Jésus (Religieuses du) = Victimes du Sacré-Cœur de Jésus de Draveil 3
Bénédictines. Congrégation des moniales bénédictines de la Reine des Apôtres 2
Bernardines-réparatrices de Sorée 2
Orantes de l’Assomption (de Bonnelles) (Religieuses) 2
Servantes du Saint-Sacrement 2
Esclaves du Sacré-Cœur de Jésus (Religieuses) 1
Bénédictines adoratrices du Sacré-Cœur de Montmartre 1
Carmélites du Carmel-zélateur du Sacré-Cœur 1
Cœur agonisant de Jésus et du Cœur compatissant de Marie (Religieuses du) 1
Cœur de Jésus de Berchem (Société des filles du) 1
Dominicaines de Béthanie 1
Ermites de la Sanctification universelle (Sœurs) 1
Franciscaines du Très Saint-Sacrement (Sœurs) 1
Franciscaines orantes de Marie-Médiatrice 1
Franciscaines-réparatrices de Jésus-Hostie 1
Petites sœurs moniales de Bethléem 1
Pieuses dévotes (membres du tiers-ordre dominicain) 1
Sacramentines de Marie Auxiliatrice (Religieuses) 1
Dominicaines du Sacré-Cœur de Marie (Religieuses) 1
Total 44
  • 16 Exposé de la situation du royaume. Période décennale de 1841 à 1850, t. III, Bruxelles, 1852, p. 23 (...)
  • 17 Population. Recensement général du 31 décembre 1890 publié par le ministre de l’Intérieur et de l’I (...)
  • 18 Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, p. 80.
  • 19 Annuaire catholique de France, 1995-1996, Paris, 1995.

29Les carmélites et les clarisses sont les deux familles religieuses qui comptent le plus grand nombre de maisons sur le sol wallon et bruxellois aux 19e et 20e siècles. Il n’était pas envisageable, dans le cadre de cette enquête, de suivre le recrutement pour chaque maison, mais nous avons pu faire des estimations pour les années allant de 1884 à 1964 à partir des données trouvées dans les archives diocésaines. Pour les carmélites et pour les clarisses, la moyenne du nombre de religieuses par communauté tourne autour de 20 membres : 19 pour les carmélites, 21 pour les clarisses. En revanche, la moyenne est nettement supérieure chez les bénédictines et les cisterciennes puisqu’elle s’élève à 40 membres par communauté chez les bénédictines et 35 chez les cisterciennes. À l’échelle nationale, nous disposons des données fournies par les recensements analysées par P. Wynants. Le recensement de 1846 établit que les trois ordres contemplatifs féminins les mieux implantés en Belgique sont les carmélites (avec 17 monastères et 304 religieuses), les clarisses (15 monastères et 331 religieuses) et les bénédictines (6 monastères et 162 religieuses16). Dans le recensement de 1890, les clarisses et les carmélites représentent toujours la majorité des contemplatives avec 24 couvents et 1068 religieuses. Les clarisses (626 religieuses) précèdent les carmélites (442 religieuses). Les bénédictines, qui arrivent en troisième position, ne comptent que 171 religieuses17. En 1920, « les carmélites ont toujours le plus grand nombre d’implantations (39 monastères), mais elles se situent en deuxième position en ce qui concerne les effectifs (710 religieuses, dont 276 nées à l’étranger). Sur ce plan, elles sont devancées par les clarisses qui, dans leurs 35 couvents, réunissent 911 religieuses, dont 182 sont nées à l’étranger. Les bénédictines (10 monastères et 354 religieuses, dont 92 nées à l’étranger) occupent la troisième place18 ». En 1968, l’U.R.C. fournit les chiffres pour la partie francophone. Les familles les plus importantes sont : les carmélites, avec 332 religieuses réparties en 19 couvents ; les clarisses, avec 181 religieuses réparties en 14 couvents ; les bénédictines, avec 341 religieuses réparties en 7 couvents ; les cisterciennes, avec 91 religieuses réparties en 3 couvents. En général, on constate que les clarisses sont davantage implantées en Flandre qu’en Wallonie et que les bénédictines apparaissent surtout au 20e siècle. Il est intéressant de remarquer qu’en France, les trois ordres contemplatifs les plus représentés sont, comme en Belgique, les carmélites, les bénédictines et les clarisses. En 1995, sur 6372 moniales, on compte 1772 carmélites, 1 542 bénédictines et 862 clarisses. Elles sont suivies par les visitandines (644 religieuses), les cisterciennes (626 religieuses) et les dominicaines (408 religieuses19).

a. Les clarisses

  • 20 Roussey (M.-C.), Atlas des monastères de clarisses, étapes de l’expansion géographique, dans Sainte (...)
  • 21 Fédération Sainte-Claire. Relation quinquennale, 1955-1959, le 24 février 1959, p. 18. Dans A.C.M. (...)

30La présence des clarisses-colettines en Belgique à l’époque contemporaine – on pourrait presque dire l’invasion –, est un phénomène typiquement belge, ou, plutôt, flamand. C’est dans nos régions, en Flandre surtout, qu’on observe la plus forte concentration de clarisses-colettines20. En 1959, une clarisse soulève l’extrême concentration de monastères de clarisses-colettines sur le territoire belge : « Si la France avait, comparativement à son territoire, autant de monastères de clarisses que la Belgique, elle en aurait 684. Or, il y a en France 54 monastères seulement ! En Belgique, 3821. »

  • 22 Goulven (J.), Rayonnement de sainte Colette, Paris, 1952, p. 205.
  • 23 La règle de Claire d’Assise (1253) avec son « privilège de pauvreté » n’a guère connu de diffusion (...)
  • 24 Trois à Gand, deux à Ypres, deux à Bruges, deux à Malines, deux à Bruxelles, un à Peteghem-Audenaer (...)

31Toutes les fondations belges de l’époque contemporaine, à l’exception d’une venue de France, datent de la réforme colettine et partent de la Flandre, comme le résume bien J. Goulven qui a consacré un livre à l’expansion des colettines : « La Belgique est la terre d’élection du culte de sainte Colette. Gand en est le haut-lieu, la source d’où jaillirent tant de monastères colettins. Nous montrerons plus loin comment, en Belgique, les trente-sept monastères actuels de clarisses-colettines – sur trente-huit de clarisses : proportion magnifique ! – descendent à de très rares exceptions près, de cette fondation de sainte Colette : Gand (144222). » Le nombre de fondations à l’époque contemporaine est presque doublé par rapport à l’Ancien régime. Toutes les clarisses confondues, urbanistes et Pauvres claires23, on compte vingt établissements avant les suppressions. Presque tous sont situés dans des villes de Flandre24. Dans la région wallonne actuelle, on en compte un à Tournai, un à Mons et trois à Liège (dont deux d’urbanistes). En termes d’observances, onze des vingt couvents appartiennent à la branche des urbanistes ou « Riches claires » ; les autres sont issus du courant de réforme dit « de l’observance » des 15e et 16e siècles et de la réforme de sainte Colette : Gand (1442), Bruges (1479) et Tournai (1628). C’est ce petit noyau qui sera à l’origine de la renaissance des clarisses belges à l’époque contemporaine, exclusivement colettines à l’exception d’une maison.

  • 25 Longpré (E.), Dames (Ordre des Pauvres) ou clarisses, dans C.H.A.D., t. III, 1952, col. 438.
  • 26 Lopez (É.), Culture et sainteté. Colette de Corbie…, p. 411 et sv.

32Comment expliquer cette dominante colettine qui se manifeste aussi en France où, en 1952, on observe que « le plus grand nombre des couvents [de clarisses] de France appartiennent à la branche colettine25 » ? La canonisation par Pie VII de sainte Colette le 24 mai 1807 peut avoir joué en faveur du mouvement colettin, explique Élisabeth Lopez dans l’important ouvrage qu’elle a consacré à Colette de Corbie et sa postérité26. Mais surtout, les clarisses-colettines sont d’un type tout autre que celui des « Riches claires » marquées par l’esprit des grandes abbayes. L’implantation des petites communautés de colettines est facilitée du fait qu’elles se contentent bien souvent au départ d’une simple maison que l’on adapte aux usages monastiques. Le franciscain Héribert Roggen exprime bien ce changement de physionomie entre l’Ancien régime et la période contemporaine :

  • 27 Roggen (H.), L’ordre des clarisses en Belgique, dans Filles du silence…, p. 189. Notons que l’ensei (...)

« La nouvelle naissance des clarisses […] a donné à leurs fondations un caractère totalement différent de ce qu’il avait été auparavant. Il s’agit avant tout d’un autre type de présence dans la société, d’une autre forme d’influence. Auparavant, les couvents étaient des centres rayonnant sur l’entourage ecclésiastique et civil, avec souvent scriptorium et bibliothèque, et bénéficiant du soutien de nombreuses familles nobles. Les nouvelles fondations, presque toutes de la tendance colettine, seront davantage des ‘maisons de prière’ […]. Certaines maisons confectionnent des hosties, ou ont un atelier d’ornements liturgiques, d’autres maisons exercent une activité pastorale au sein des paroisses, ou s’occupent d’enseignement27. »

33Alors que, sous l’Ancien régime, les monastères de clarisses ont souvent joué un rôle important au niveau culturel et parfois politique, les refondations du 19e siècle n’ont pas, selon l’expression du chercheur franciscain « véritablement d’histoire ». Enfin, le courant pénitentiel y est accentué à la faveur de la spiritualité victimale du 19e siècle.

  • 28 Roggen (H.), De Clarissen-coletinen in Vlaanderen na de Franse revolutie. Kloosterlexicon, Saint-Tr (...)
  • 29 Roggen (H.), L’ordre des clarisses en Belgique…, p. 189

34Deux couvents de clarisses traversent la Révolution : ce sont les colettines de Bruges et celles de Gand. On note l’existence d’un troisième couvent de clarisses urbanistes à Gand jusqu’en 1840 mais, plus que d’une « restauration, il faut parler de lente disparition28 ». Il est difficile de dire, entre Gand et Bruges, lequel des monastères est le premier à se reconstituer. Les sources sont contradictoires à ce sujet et il semble plutôt que les reconstitutions soient concomitantes, l’une et l’autre communauté s’épaulant mutuellement. Quoi qu’il en soit, c’est le monastère de Bruges qui jouera en définitive le rôle de monastère pilote au 19e siècle. Après leur expulsion en 1796, les clarisses-colettines de Bruges se réfugient dans une maison bourgeoise et poursuivent la vie communautaire, acceptant même des novices dans la clandestinité : on compte quatorze entrées entre 1800 et 1816. En 1816, elles déménagent vers une maison plus grande et ouvrent une école, ce qui leur permet d’être désignées comme enseignantes et de continuer à recruter. En 1841, elles construisent un nouveau monastère sur le Mont-Sinaï. La communauté de Gand, quant à elle, va connaître la dispersion dans les familles après 1796. À la faveur du Concordat, elles se regroupent et en 1814, reprennent la vie régulière avec six survivantes et l’aide de deux sœurs venant de Bruges. Toujours dans le souci d’être reconnues et de poursuivre le recrutement, elles annexent au cloître une école pour enfants pauvres en 1819 qui sera fermée en 1832. À la même époque commence la construction d’un nouveau couvent habité dès 183329.

  • 30 Julie Berlamont (°Iseghem, diocèse de Bruges, 14 mars 1799 - †31 août 1871, Bruges), en religion, M (...)
  • 31 Roussey (M.-C.), Les sœurs de Claire dans l’histoire, dans Beauté et pauvreté. L’art des clarisses (...)
  • 32 Les Gantoises sont à l’origine de plus ou moins 57 monastères, en Allemagne, aux États-Unis, au Bré (...)
  • 33 Cf. Lettre de sr Marie-Claire du S.C., abbesse, Bruges, le 20 novembre 1953. Dans Arch. CIVCSVA. FM (...)

35C’est Julie Berlamont (1799-1871), en religion, sœur Marie-Dominique, qui fera figure de grande fondatrice30. Entrée à Bruges en 1825, elle fonde neuf couvents de clarisses-colettines durant son abbatiat entre 1831 et 1871. Après sa mort, Bruges essaime encore à quatre reprises, la dernière fondation étant celle d’Arlon en 1900. En tout, Bruges a donné à la Belgique treize fondations, dont quatre en Wallonie plus celle de Bruxelles. En tenant compte des fondations en dehors de la Belgique et des filiales successives, la communauté de Bruges est à l’origine de près de cinquante monastères en Belgique, en France, en Hongrie, en Irlande, en Allemagne, en Écosse…31 Les clarisses-colettines de Gand réalisent six fondations entre 1835 et 1856, toutes situées en Flandre32. Roulers (1867), rattaché à la mouvance gantoise via Tongres (1845), fonde cinq monastères, dont le premier en Hollande (Tilburg en 1889) et deux en Wallonie. Le rattachement à une maison-mère – on en relève deux significatives pour la Wallonie : Bruges et Roulers – est un élément constitutif de l’identité de chaque maison. Ainsi, lorsqu’il s’agira de regrouper les couvents en fédérations dans les années 1950, l’abbesse de Bruges demande que toutes ses fondations et sous-fondations (Anvers, Lierre, Tournai, Louvain, Ypres, Bruxelles, Courtrai, Beaumont, Ostende, Nieuport, Verviers, Eecloo, Arlon) constituent une fédération commune en stipulant qu’« ayant la même règle, les mêmes constitutions, les mêmes coutumes, en somme le même esprit religieux », ces monastères entretiennent entre eux des liens de charité et d’entraide. La différence de langue n’apparaît aucunement comme un frein dans le processus des fondations. Chez les clarisses-colettines de Flandre, on parle français ou flamand en fonction des circonstances de la fondation. À Roulers, le français est la langue commune jusque dans l’entre-deux-guerres. Une religieuse de Roulers correspondant avec des clarisses-colettines wallonnes écrit en 1937 : « depuis le départ de Sr M. Germaine et la mort de Mère Gertrude, on ne parle plus français ici. Tout est flamand. Nous avons même grande difficulté pour converser en français quand c’est nécessaire ». La même année, on attribue un nom « tout à fait flamand » à la novice. Lors d’une visite à la nouvelle fondation de Huy par Roulers en 1892, l’évêque s’informe de la langue qui prévaut dans la communauté ; l’abbesse répond que plusieurs ne comprenaient pas le flamand, mais que toutes savaient le français. Finalement, la différence de langue aura raison de ces premiers attachements et les fédérations épouseront les contours linguistiques du pays33.

  • 34 Notons que la présence de clarisses dans le diocèse de Tournai est très ancienne. Dès le 13e siècle (...)
  • 35 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisse de Tournai, (...)
  • 36 Goulven (J.), Rayonnement de sainte Colette…, p. 211.

36La première fondation en région wallonne est celle de Tournai en 1837. Il n’est pas étonnant que le choix de Bruges se porte sur Tournai puisque cette ville comptait un couvent de colettines sous l’Ancien régime (le troisième, avec Bruges et Gand). Les colettines de Tournai s’étaient implantées en 1628 dans le courant de la Réforme catholique appuyée par les archiducs Albert et Isabelle34. Leur suppression effective a lieu le 27 août 1783. Le monastère comptait alors 24 religieuses cloîtrées et 5 externes, qui se dispersèrent chez les colettines d’Arras, chez les capucines de Paris et chez les colettines de Péronne. Lors de la restauration par Bruges le 26 juillet 1837, les deux survivantes de Péronne, trop âgées, ne réintègrent pas leur couvent d’origine. La fondation naissante occupe d’abord une maison particulière dans la rue des Récollets et s’installe en octobre 1841 dans ce qui restait de l’ancien couvent des récollets acquis par les bienfaiteurs de l’époque, dont la famille Desclée. Dès le début aussi, les sœurs externes tiennent des classes pour les enfants pauvres de la paroisse, qu’elles abandonneront à la demande du clergé afin de céder les élèves à une congrégation enseignante. Cette œuvre fut remplacée par des cours de catéchisme post-scolaires et un « ouvroir » « qui comptait un nombre incalculable d’élèves de Tournai, et d’où sortirent de nombreuses vocations religieuses, pour tous les ordres (une seule dans la maison de Tournai, faute de place35 !) ». Ce monastère se distingue aussi des autres maisons en ce qu’il possède une riche bibliothèque « de deux mille volumes avec des éditions rares36 » et que la recherche intellectuelle y est plus valorisée.

  • 37 Il ne s’agissait pas de colettines, mais de clarisses de la réforme de l’observance.
  • 38 Après cinq siècles… Sainte Colette et son œuvre. Le monastère des pauvres-claires-colettines à Brux (...)
  • 39 Lettre de sr Marie-Louise, abbesse, couvent des Clarisses de Bruxelles, le 28 février 1859. Dans A. (...)

37Bruxelles est la deuxième et dernière « restauration » de clarisses de notre corpus. La capitale avait connu, de 1503 à 1796, un monastère de clarisses de la réforme de l’observance. C’est à la demande d’un jésuite, le P. Boone, que Bruges essaime à Bruxelles en 1843. L’esprit de la fondation est moins celui d’une restauration que d’une création d’un lieu de prière réparatrice. Le P. Boone « touchait du doigt la nécessité d’une communauté vouée à la prière et à la pénitence, afin de réparer les offenses sans nombre qui se commettent dans une grande ville […] ». Son projet trouve au départ peu d’appui : « Le R. P. Boone communiqua également son désir à de fervents chrétiens, afin d’obtenir leur aide : mais partout, ses efforts échouèrent. En effet, les Pauvres claires37 avaient disparu de Bruxelles depuis plus de cinquante ans ; on ne les connaissait plus, et leur rétablissement paraissait moins urgent que celui des écoles chrétiennes, des établissements de bienfaisance qui, pour la plupart, avaient été supprimés par suite des malheurs du temps38. » C’est auprès de la famille de la Serna, qui joue un rôle important dans la restauration des clarisses au niveau national, que le jésuite trouve un appui financier. Mademoiselle Constance de la Serna qui aurait recouvré la santé grâce à l’intervention de la Vierge par l’entremise de la mère Marie-Dominique de Bruges, s’engage à prendre en charge la fondation de Bruxelles. Une maison est achetée qui peut être convertie en couvent. En 1851, la communauté parvient à racheter une partie du terrain de l’ancien couvent des capucins de Bruxelles mis en vente. Elles en prennent possession le 9 juillet 1852 et la chapelle sera consacrée à l’Immaculée-Conception de la Très Sainte Vierge et à Sainte-Claire. Jusqu’à la fin du 19esiècle, les clarisses-colettines de Bruxelles donnent des classes pour les jeunes filles pauvres. En 1859, l’abbesse demande l’autorisation de construire de nouvelles classes, leur « espace actuel étant insuffisant pour accueillir les 90 pauvres filles qui y viennent39 ».

  • 40 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Beaumont (...)

38Les deux villes wallonnes, Mons et Liège, qui avaient possédé un couvent voire des couvents de clarisses sous l’Ancien régime, ne retrouveront pas leurs clarisses. À partir du milieu du siècle, les fondations apparaissent dans des lieux qui étaient restés vierges de toute présence du second ordre franciscain cloîtré. La première de ces « nouvelles fondations » est Beaumont. Bruges est la tête de la fondation, mais Tournai fournit quatre religieuses au nouveau couvent. La fondation se réalise à la demande du doyen André de la paroisse beaumontoise de Saint-Servais. Désirant voir s’installer à Beaumont une communauté de contemplatives, il s’adresse à l’évêque de Tournai qui l’oriente vers Bruges. L’accueil de l’essaim fondateur se fait sur le porche de l’Église par les curés, le comte de la Serna que l’on retrouve aussi comme protecteur chez les clarisses-colettines de Bruxelles, la confrérie du Saint-Sacrement et de nombreuses autres personnalités. Un événement marquant dans l’histoire de ce couvent est sa destruction complète lors de la Seconde Guerre mondiale – le seul avec le couvent de Mons, qui abrite les clarisses-colettines de Bordeaux en exil. La construction du nouveau couvent beaumontois ne sera achevée qu’en 1958. Dans cette nouvelle bâtisse pourtant, plus aucune profession solennelle n’a été enregistrée depuis 1950. Les six sœurs âgées quittent le couvent pour rejoindre la séniorie franciscaine de Bruxelles en 198640.

  • 41 Monastère des clarisses-colettines (Enghien), manuscrit, 2 p., s.l.n.d. Dans Archives des clarisses (...)

39En 1882, Tournai fonde Enghien. Clothilde Ortegat (1830-1890), originaire d’une famille opulente d’Enghien, entre à Tournai en 1853 et réalise son désir de voir s’établir dans sa ville natale un couvent de clarisses-colettines. Grâce au soutien de sa famille, du chanoine Deblander, assesseur de l’évêché et principal du collège d’Enghien, et du couvent des capucins installé dans cette même ville, la fondatrice rachète un ancien hôpital. Le chanoine restera le protecteur de la communauté au niveau matériel et son directeur quant au spirituel. Le patronage du couvent pouvait être laissé soit à Notre-Dame Auxiliatrice si la fondation avait lieu en mai, soit au Sacré-Cœur de Jésus s’il en était autrement. La fondation a lieu le 24 mai 1881 et le couvent est dédié à Marie. Le succès de la fondation est immédiat ; la décennie 1880-1890 enregistre un grand nombre d’entrées ; « en une année, on compte neuf professions, si bien qu’en 1886, les sœurs cloîtrées étaient dix-sept et les converses (externes), six ». Un siècle plus tard, en 1987, la communauté ne compte plus que 6 unités41. Le couvent ferme en 1992.

  • 42 Pour Arlon, en collaboration avec la communauté d’Eecloo.
  • 43 Wynants (P.), Religieuses 1801-1975, t. I : Belgique, Luxembourg, Maastricht/Vaals, Namur, 1981, p. (...)
  • 44 Chronique du monastère des clarisses d’Arlon, 1900-1998. Dans Archives des Clarisses d’Arlon.

40La maison-mère de Bruges sera encore à l’initiative de deux fondations, celle de Lambermont près de Verviers en 1884 et celle d’Arlon en 190042. Les clarisses-colettines de Lambermont tiennent une petite école jusqu’en 1936. En 1966, la communauté, victime d’une expropriation, se disperse dans les couvents de Bruges et de Saint-Servais43. La fondation d’Arlon, pour laquelle nous avons plus d’informations, est née de l’initiative conjointe du chanoine Remy de Namur et de son ancienne confidente, la sœur Marie-Claire de Gerlache de la communauté de Bruges et originaire de Gomery (près de Virton). Les fonds viennent de la baronne de Monin, cousine de la fondatrice, et de deux femmes de la bourgeoisie anversoise et brugeoise qui avaient déjà participé à la fondation de Lambermont. L’évêque de Namur encourage la fondation, se réjouissant de voir s’établir un institut de contemplatives dans la principale ville de la province luxembourgeoise et centre du libéralisme. Pour la réalisation, le projet bénéficie de l’aide de Lambert Monin d’Arlon, inspecteur des chemins vicinaux, qui deviendra le syndic du couvent jusqu’en 1920, de même que de la baronne Orban de Xivry. La construction, sur un terrain choisi derrière le couvent des jésuites d’Arlon, est entamée en 1897 et terminée en 1900. Il est dédié à Notre-Dame du Sacré-Cœur44.

  • 45 Mère Marie des Anges, abbesse du monastère de Roulers pendant 52 ans et fondatrice des monastères d (...)
  • 46 Mère Marie des Anges, abbesse du monastère de Roulers…, p. 37.
  • 47 Archives du monastère de Saint-Joseph des religieuses Pauvres claires colettines fondé à Huy en 189 (...)
  • 48 Clarisses de Ciney, le 8 juillet 1953. Visite canonique du père L. Hubin ; Clarisses de Ciney, le 5 (...)
  • 49 Archives du monastère de Saint-Joseph…, Huy, p. 298. Dans A.C.H.

41Les maisons de Huy (1892) et de Saint-Servais (1911) ainsi que leurs fondations respectives sont toutes deux érigées en 1925 : Ciney et La Louvière, sont liées à Roulers et à sa figure fondatrice, mère Marie des Anges, Maria Dewilde (1852- 1938), première postulante de la fondation de Roulers en 1871 et qui sera à sa tête pendant cinquante deux ans45. Sa première idée, dans les années 1880 si fécondes en vocations, était de fonder un monastère de clarisses-colettines à Liège. Mais l’évêque Doutreloux, invoquant la présence de deux couvents de contemplatives dans la ville – il s’agit de deux carmels –, propose la ville de Huy et l’aide de son doyen. Le prélat a aussi une intention politico-religieuse : doter la ville de Huy, considérée comme la citadelle du diable, « sa citadelle la plus forte peut-être de toute la Belgique », d’un établissement voué à la conversion de ses habitants. Cette ville qui voyait croître sa population devenait en même temps, aux yeux des fondateurs, « un centre reconnu des idées mauvaises les plus avancées de l’époque46 ». Concrètement, l’évêque exhorte les clarisses-colettines de Huy, par leurs armes redoutables que sont la prière et la pénitence, à « convertir les pauvres habitants de Huy, dont tant sont hostiles à la sainte-Religion, et à faire disparaître au moins une loge maçonnique ». Leur mission est clairement énoncée : combattre « la franc-maçonnerie et le socialisme » qui jettent la « désolation et la terreur dans le royaume entier ». Les chroniques du monastère épinglent les nombreuses vexations que les clarisses-colettines ont eu à subir de la part d’une population peu favorable à leur implantation. Dès avant l’établissement, le conseil communal s’oppose à la fondation et c’est l’intervention du comte de Liedekerke de Sainte-Fontaine qui lève l’obstacle. La presse de gauche réagit aussi vivement à leur arrivée. « Quant au bas peuple et aux enfants », poursuivent les chroniques, « ils s’amusèrent de temps en temps à faire du vacarme devant notre porte et à troubler notre repos la nuit par de violents coups de sonnettes ». Contrairement aux sœurs de Lambermont qui avaient ouvert une école gardienne, les clarisses-colettines de Huy renoncent à ce projet, la ville possédant déjà suffisamment d’écoles. L’essaim fondateur composé de religieuses en provenance des couvents de Bruges et d’Eecloo s’installe dans une maison provisoire à Huy le 20 juin 1892 en attendant la construction du nouveau couvent. Il est bâti sur l’emplacement de l’ancienne propriété des pères croisiers détruite en 1797. Les fondatrices parleront du monastère « patience », tant la construction sera retardée soit par les grèves, soit par la découverte des ruines de l’ancien couvent. En juin 1893, elles prennent possession du nouveau couvent consacré à Saint-Joseph. Les coûts de la construction sont progressivement résorbés grâce à ceux qui deviendront les syndics du monastère, le célibataire Edmond Ysebrant de Difque habitant à Bruxelles et la vicomtesse de Baré de Comogne de Volder. Les clarisses-colettines de Ciney sont une émanation de Huy, apparues à l’occasion du départ des carmélites en exil installées dans cette ville jusqu’en 1925. Cette année là, le capucin qui avait dirigé la communauté exilée s’adresse à l’abbesse de Huy en lui proposant de faire une fondation de cloîtrées pour remplacer la communauté sur le point de partir. Cette demande rencontre le désir de l’abbesse qui est de travailler à l’expansion de l’ordre en Wallonie. D’abord, et cet épisode montre la dimension de prestige qui est attachée à une fondation, l’abbesse de Huy propose à la fondatrice de Roulers, mère Marie des Anges, de lui « donner » cette fondation afin qu’elle puisse inscrire à son honneur une sixième maison. Celle-ci décline l’offre en rappelant à l’abbesse hutoise qu’elle lui avait donné un jour « la bénédiction pour lui succéder à étendre notre Saint Ordre ». En dehors du prestige, il y a aussi la joie de fonder une nouvelle maison qu’illustre cet extrait des chroniques évoquant l’approbation de l’évêque pour une fondation roulersoise : « Quel bonheur inondait son âme ! Dans un transport de gaieté inexprimable, tout comme saint Joseph de Cupertino, elle se mit à danser dans la cuisine où elle se trouvait alors. Ah ! Combien nous étions heureuses de son bonheur que nous partagions bien justement47. » Le projet reconnu, les fonds pour l’achat du couvent sont récoltés grâce aux « suppliques » envoyées auprès des amis et des familles. Les clarisses-colettines prennent possession du couvent le 2 septembre 1925. Il est dédié au Sacré-Cœur, et le comte John Cornet de Peissant de Sainte-Fontaine en est le père syndic. Cette communauté n’a jamais connu d’envol. Le recrutement est quasi-inexistant, et le monastère est en proie à de graves problèmes de gouvernement et de personnes relatés dans les visites canoniques réalisées par l’évêché48. Le 19 mars 1963, la communauté quitte son monastère pour rejoindre celle de Wavre. C’est la première fusion tentée par la fédération des clarisses wallonnes49.

  • 50 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Saint-Se (...)
  • 51 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de La Louvi (...)
  • 52 Archives du monastère de Notre-Dame des Anges des sœurs de sainte Claire. La Louvière, t. 1, 1918- (...)
  • 53 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 42. Dans A.C.S.

42Le couvent de Saint-Servais est le cinquième et dernier « enfant » de Roulers, apparu en mai 1911. Ce monastère, dont l’histoire sera abordée plus en détail dans la partie suivante, est fondé à l’initiative du curé de la paroisse de Saint-Nicolas de Namur qui, avec l’approbation de l’évêque Mgr Heylen, s’adresse à l’abbesse de Roulers50. Celle-ci avait eu l’intention, dès les années 1890, de fonder dans le diocèse de Namur qui, à l’époque, ne comptait encore aucune maison de clarisses (celle d’Arlon date de 1900). La demande du prêtre lui permet de réaliser, vingt ans plus tard, son projet. Les clarisses-colettines de Saint-Servais sont à l’origine de celles de La Louvière. À la faveur d’une vague d’entrées dans les années 1920 – la seule que connaîtra le monastère de Saint-Servais – l’abbesse accepte la proposition de l’abbé Houzé, nommé doyen de La Louvière en 1918, qui « désirait une communauté de contemplatives pour aider à la rechristianisation de la région du Centre51 ». L’essaim fondateur arrive à La Louvière le 19 octobre 1925 et s’installe dans une maison provisoire en attendant la construction du couvent terminée en septembre 1930. Le sentiment que les clarisses arrivent en terre hostile est très présent dans les récits relatifs à la fondation. La Louvière sera le nouveau sanctuaire où « nuit et jour, ses épouses fidèles viendront Lui [Notre Seigneur] tenir compagnie et tâcheront de Lui faire oublier les outrages que partout, et surtout dans ce pays industriel si populeux, on Lui jette à la face52 ». Les difficultés survenues lors de l’érection du monastère sont interprétées comme des épreuves sataniques lancées aux filles de la vérité et du bien. « Qui sait, si, effrayé par la perspective des âmes qui allaient leur échapper grâce à ce saint asile, il [Satan] n’avait pas voulu essayer de le détruire par la base ou tout au moins d’ébranler la confiance de celles qui l’habitaient53. » Dans les années 1930, la bête noire de l’appareil catholique n’est plus le parti libéral, mais le parti socialiste. La fondation de Genk en 1930, en région minière flamande, a la même vocation que La Louvière de marquer d’une présence religieuse des territoires abandonnés par l’Église. La construction du couvent de la ville du Centre, érigé dans l’ancien domaine du château Boël sur le modèle du couvent de Saint-Servais, est rendue possible grâce aux fonds émanant des quêtes locales, des familles et des amis. Les réponses aux propositions « d’achats » de cellules viennent de tous les horizons. L’ancrage populaire apparaît plus qu’ailleurs et l’hostilité supposée de départ se mue en sympathie :

  • 54 Archives du monastère de Notre-Dame des Anges…, p. 14-15. Dans A.C.M. - Archives des Clarisses de L (...)

« C’est ce qui nous frappa d’abord et nous émeut encore après quinze années d’existence au Pays noir. Les communautés religieuses étant ici beaucoup plus rares qu’à Namur où elles pullulent, y sont aussi plus en relief. Le rôle silencieux et priant des contemplatives semble toucher davantage le peuple qui, s’il reste fort ignorant en matière religieuse, conserve cependant un fond pieux, une grande dévotion aux saints et une confiance inaltérable dans les neuvaines !! […]. Tout cela augmentait les sympathies qui venaient vers nous, et la générosité allant de pair avec ce sentiment, nous eûmes toujours largement le nécessaire pour le temporel54. »

  • 55 Cinq siècles d’histoire. 50 ans de présence à Haubourdin, manuscrit, 1 p. Dans A.E.T.
  • 56 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Wavre, 5 (...)

43Deux grands bienfaiteurs sortent du lot, il s’agit de Monsieur Halbrecq, de Lobbes et de Madame Waelkens, de Thielt qui deviendront tous deux syndics du couvent. Précisons que l’époux de Madame Waelkens est par ailleurs syndic des clarisses de Malonne. Comme la communauté de Ciney, celle de La Louvière n’a pas connu d’essor. Elle s’éteint en même temps que la génération qui l’a vue naître et ferme ses portes en 1993, un an après la fermeture de Saint-Servais. L’exil des clarisses françaises est un dernier facteur d’implantation. On compte cinq implantations définitives : à Quiévrain, à Wavre et à Mons à partir de 1901, à Malonne et à Renaix à partir de 1903. La communauté de Quiévrain à la frontière française dans l’arrondissement de Mons vient de Lille, elle-même fondée par Bruges en 1866. Dès 1929, la communauté exilée est déforcée par le retour d’une partie des religieuses vers la France. Elle ferme en 1966 par manque de recrutement55. Les clarisses-colettines de Wavre viennent de Paris. Il ne s’agit pas d’une arrivée improvisée. Les clarisses-colettines avaient déjà repéré les lieux en prévision d’une future expulsion. Arrivées en septembre 1901, elles passent d’abord six mois au château de Grand-Bigard avant de s’établir dans une maison à Wavre en attendant la construction du nouveau monastère qui sera terminée en janvier 190456. La fusion, en 1963, avec les clarisses-colettines de Ciney ne relance pas la communauté-double qui s’éteint en 1970.

  • 57 Lopez (É.), Culture et sainteté. Colette de Corbie…, p. 422.
  • 58 Notice sur le monastère des clarisses de Hannut, 2 p. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. F (...)
  • 59 Annales I. 1930 à 1950, Hannut, p. 10. Dans A.C.H.
  • 60 Mère Marie-Antoinette Van Hoorde (Marie-Émilie), dans Nécrologie. Clarisses de Hannut, 1937-1997. D (...)

44Les clarisses-colettines de Bordeaux fondées en 1891 trouvent refuge en 1901 à Mons pour y demeurer jusqu’en mai 1940. Durant la période d’exil, le couvent connaît un rayonnement parmi les colettines grâce à la propagation de la biographie d’une de leurs sœurs, Marie-Céline de la Présentation ou la « petite sœur Céline », morte en odeur de sainteté en 1897 à l’âge de 19 ans57. En 1923, une partie de la communauté regagne Bordeaux. En 1930, la communauté est toujours aussi nombreuse et des projets de fondation en Chine s’ébauchent ; mais la Révolution nationale chinoise (1925-1927) y mettra fin. C’est un événement fortuit, l’offre d’une maison particulière à Hannut, par la demoiselle Willems de Bruxelles, qui donnera suite à leur désir d’expansion. Le 16 juillet 1930, les clarisses-colettines montoises arrivent à Hannut mais le 16 décembre, elles quittent la maison à la suite de conflits avec la bienfaitrice qui estime pouvoir déroger aux lois de la clôture. En attendant la construction d’un nouveau monastère, la communauté loue un local provisoire58. Cet événement a réduit le nombre de l’essaim fondateur : sur les sept fondatrices, quatre regagnent le couvent d’origine59. En 1935, les trois moniales restantes intègrent le nouveau couvent dédié à Sainte-Claire. En mai 1940, le couvent de Mons est bombardé et les religieuses se dispersent dans les couvents affiliés : Bordeaux, Péronne en Picardie écrasé lors de la Première Guerre et que les montoises avaient relevé en 1931, et Hannut où deux sœurs arrivent en décembre 194060. En 1970, la communauté de Huy, dynamique mais sujette au manque de recrutement, se joint à Hannut. C’est l’exemple, au dire des religieuses, d’une fusion « réussie ».

  • 61 Zusters clarissen. Ronsehet einde, dans De Band, 15 décembre 1996, p. 119-120.

45Les clarisses-colettines de Renaix (Ronse), que l’on mentionne parce qu’elles sont restées francophones bien que situées en région flamande, arrivent de Roubaix en octobre 1903. La communauté de Roubaix restait attachée à la Belgique puisqu’elle avait été fondée par Tournai en 1874. Elle quitte la France dans la précipitation et se réfugie dans deux maisons mises à sa disposition par les industriels Lagache. En 1908, elles entament la construction d’un couvent régulier à Renaix sur un terrain que la famille Desclée leur offre. Les nombreuses vocations qui suivent la Première Guerre mondiale les incitent à fonder à Nancy en 1922 et à relever le monastère de Roubaix un an plus tard. Malgré les renforts de Nancy, le nombre de sœurs va diminuant dans les années 1950, à quoi s’ajoute le départ en 1952 d’une partie des religieuses pour Roubaix. Le monastère disparaît avec le départ de sa dernière survivante pour une maison de repos en novembre 199661.

  • 62 Le couvent de Saint-Omer est issu de la réforme de l’observance à l’initiative de Trêves, couvent f (...)
  • 63 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésias (...)

46Les clarisses de Malonne ont ceci de spécifique qu’elles ne sont pas colettines mais issues de la réforme de l’observance62. À Saint-Omer (Pas-de-Calais) d’où elles viennent, les clarisses se « dévouent à l’instruction » comme le précisent les statuts qu’elles ont rédigés à la suite de la loi de 1825 en vue de leur reconnaissance légale63. En revanche, dès la recherche anticipée d’un refuge en Belgique en cas d’expulsion, il est prévu que les sœurs passent à la vie cloîtrée. Au début du mois d’octobre 1903, une partie de la communauté audomaroise se sépare du nid d’origine et s’installe à Malonne dans la « Maison Blanche », ancien château rendu illustre par le séjour qu’y aurait fait Louis XIV. Il s’agit davantage d’une fondation que de la recherche d’un exil temporaire, comme le précise cette lettre du chanoine chargé de l’implantation :

  • 64 Lettre (brouillon) du chanoine Henri Graux, Arras, le 13 septembre 1903. Dans A.C.M. Série A : Fond (...)

« Elle [la communauté] se prépare à l’occuper [la maison Blanche] vers la mi-octobre par l’envoi d’une colonie qui s’y établira, non pas à titre provisoire, comme font en ce moment beaucoup de pauvres communautés françaises expulsées du sol de la Patrie, mais à titre définitif. Car quand même, ce qui est peu probable, les Clarisses de Saint-Omer seraient épargnées par la persécution, la bénédiction du nombre et de l’esprit religieux, que le bon Dieu leur a accordée depuis un certain nombre d’années, les oblige moralement et matériellement à faire une fondation64. »

47Finalement, l’expulsion n’aura pas lieu. Malonne et Saint-Omer partageront la même abbesse jusqu’à leur séparation officielle en 1919. Le couvent de Malonne fait figure d’exception dans le paysage belge et même français de par son observance différente. Lors de la constitution des fédérations au début des années 1950, il hésite à se joindre aux colettines, pensant créer avec la maison-mère de Saint-Omer une fédération distincte. Finalement, les pères franciscains engageront le monastère de Malonne à rejoindre la fédération naissante des clarisses-colettines wallonnes.

  • 65 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 361.

48En conclusion, deux communautés de colettines flamandes, Bruges et Gand, préservent la vie communautaire pendant la période révolutionnaire. Cette vie semi-clandestine sera le ferment du renouveau colettin à l’époque contemporaine. Bruges dans un premier temps, puis Roulers, rétablissent les colettines en région wallonne où la relève ne s’est pas faite de l’intérieur. Les regards se portent d’abord sur les villes qui ont possédé un monastère de colettines ou de clarisses sous l’Ancien régime. Deux couvents, celui de Tournai et de Bruxelles, seront restaurés. Mais, dès la seconde moitié du 19esiècle, les fondations se font dans des lieux nouveaux. L’intention de ces fondations diffère des premières dont le but visait simplement à renouer avec un passé proche. Elles appartiennent, selon l’expression de Marie-Pascale Gounon qui a étudié les clarisses françaises au 19e siècle, à « la seconde vague ». Cette deuxième vague se dessine à partir des années 1850-1860. Elle se caractérise par une diversification et une multiplication des acteurs dans le processus de fondation et par un changement de motivation : « alors qu’au début du siècle, il s’agissait simplement de continuer ce que l’on avait vécu avant la Révolution, maintenant, on fonde pour réparer, pour s’immoler, pour offrir des victimes en compensation des péchés du monde65 ». Le choix des lieux acquiert une nouvelle signification. On cherche des lieux chargés de mémoire révolutionnaire, comme par exemple à Nantes, où la bienfaitrice souhaite que le monastère soit édifié sur le lieu même des massacres de la Terreur, ce que l’évêque refuse. Les lieux « de plaisir » comme Paris, la « Babylone moderne » ou les stations thermales sont aussi des endroits de choix où la prière pénitente pourra compenser ce qui est perçu comme des désordres humains. En Belgique, le rôle du clergé séculier local est déterminant dans le processus de fondation de la seconde moitié du 19e siècle et du premier tiers du 20e. En comparaison, les franciscains sont très peu actifs. On rencontre l’intervention de deux communautés de capucins, celle d’Enghien et celle de Ciney pour les fondations de ces mêmes villes. Le rôle des laïcs est important mais se limite à l’aspect matériel. Ils ne sont jamais mentionnés dans les sources comme étant à l’initiative d’une fondation, sauf dans le cas d’Hannut où l’offre d’une maison par une demoiselle de Bruxelles paraît déterminante. Les syndics sont très souvent choisis parmi les membres de la noblesse, même si ces derniers ne sont pas les seuls bailleurs de fonds. La bourgeoisie flamande contribue largement au temporel des couvents. La population locale et les familles des religieuses sont aussi sollicitées, surtout pour les fondations tardives de l’entre-deux-guerres.

  • 66 Te Brugge. Bidden, off eren, boeten. Arme klaren-koletienen, Bruges, 1959. ; De Armen Clarissen-col (...)
  • 67 Après cinq siècles…, p. 42. Dans ses notes de lecture, sr Colette (Micheline Swalus) précise qu’il (...)
  • 68 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 363.
  • 69 Lettre des clarisses d’Arlon, [1944]. Dans A.E.N. R.6. Enquêtes et statistiques sur les communautés (...)
  • 70 Roggen (H.), De Clarissen-coletinen in Vlaanderen…, p. 104.

49Un autre trait du mouvement colettin est sa perméabilité aux dévotions du siècle. Par exemple, les clarisses-colettines de Bruges adoptent en 1852 la dévotion de Notre-Dame de la Salette et la répandent dans tout l’ordre66 ; celles de Bruxelles, la dévotion à Notre-Dame de Lorette67. Le patronage des monastères révèle une sensibilité particulière au culte de l’Immaculée conception et à celui du Sacré-Cœur. L’ultramontanisme se traduit par une dévotion au pape pour lequel on va jusqu’à s’offrir en victime68. Mais la touche dominante de leur vocation est la pénitence. Elles se désignent comme appartenant à un « ordre contemplatif voué à la pénitence69 ». Elles s’abreuvent de spiritualité expiatrice. Lorsqu’au 20e siècle, la dimension réparatrice sera moins à l’honneur, elles connaîtront une crise de vocations brutale qui déclenchera les nombreuses fermetures à partir des années 1960. Il reste en 2000 cinq couvents de clarisses sur le territoire qui nous concerne : Tournai, Bruxelles transféré à Loonbeek en 1963, Arlon, Malonne et Hannut. Seul le monastère de Malonne a eu des professions ces dix dernières années. En 2004, il ne reste que Malonne et Tournai. En Flandre, le franciscain H.Roggen comptait dix-huit couvents de clarisses en 1997, avec un total de 195 sœurs, ce qui fait une moyenne de dix à onze sœurs par communauté70.

b. Les carmélites

  • 71 Jean Soreth (ca. 1395, Caen – 25 juillet 1471, Angers) devient carme à l’âge de 16 ans. En 1440, il (...)
  • 72 Un lien précoce s’était établi entre les premières communautés de carmes en Palestine et les région (...)
  • 73 Voir au sujet des carmélites chaussées de Vilvorde : Vanden Bosch (G.), Inventaris van het archief (...)

50Avant les suppressions de la fin du 18e siècle, on compte trente couvents de carmélites sur le sol belge. Il faut distinguer les « chaussées » de Jean Soreth71 des « déchaussées » de Thérèse d’Avila. Les carmélites apparaissent au 15e siècle lorsqu’elles sont reconnues par le général de l’ordre, Jean Soreth. Parallèlement à la création d’une branche féminine, il introduit la réforme de l’observance dans l’ordre. Les premières carmélites sont donc directement marquées par ce courant de réforme qui, chez les femmes, met l’accent sur la vie en clôture stricte, l’esprit de pauvreté et de vie commune, et la récitation de l’office divin72. Avant 1783, il existe dix couvents de carmélites de Jean Soreth : cinq ont été fondés au 15e siècle ; les cinq autres, au 17e siècle. Les vingt autres monastères de carmélites appartiennent à la réforme de Thérèse d’Avila dans le cadre de la Réforme catholique, la première apparition étant Bruxelles en 1607, la dernière, Hoogstraten en 1678. Si l’on examine la situation en fonction de la division actuelle entre région flamande et région wallonne, la répartition des carmélites, tant chaussées que déchaussées, était très équilibrée sous l’Ancien régime : 14 couvents en Wallonie, 15 en Flandre et 1 à Bruxelles. Le succès de la restauration carmélitaine à l’époque contemporaine est comparable à celui des clarisses-colettines. En tenant compte de l’apport des carmélites françaises exilées, la situation de l’Ancien régime, en termes de nombre de couvents, est largement dépassée au 20e siècle. Au niveau des observances, on constate toutefois une différence de taille avec l’Ancien régime : seul un couvent de carmélites « chaussées » survit à la Révolution, celui de Vilvorde qui embrasse la réforme thérésienne en 196673. Toutes les autres fondations sont de la branche thérésienne. Comme pour les clarisses, ce sont les foyers de survivance qui sont à l’origine de la restauration. Alors que chez ces dernières la relève s’est concentrée dans deux, voire un monastère, celui de Bruges, les ferments du renouveau carmélitain sont plus dispersés. Autre différence par rapport à la restauration des clarisses : les carmélites tiendront absolument à ce que les carmes soient associés à leur restauration. C’est ce qui explique qu’elles auront, à l’époque contemporaine, la « double juridiction » : celle de l’évêque, imposée par l’Église concordataire à toutes les congrégations féminines, et celle de l’ordre, voulue par les carmélites elles-mêmes.

  • 74 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration du monastère détruit par Joseph II, par (...)
  • 75 Les chroniques du couvent parlent d’un procès intenté et gagné par les francs-maçons.
  • 76 Cf. Carmel de Cherbourg, Généalogie des couvents de carmélites de la réforme de Sainte-Thérèse, 156 (...)
  • 77 Elles sont maintenues en vie grâce à la ténacité de quatre vieux pères établis dans le couvent d’Yp (...)
  • 78 Angélique de Réverseaux se retire en 1819-1820 avec trois de ses compagnes au carmel de Courtrai po (...)
  • 79 « Le carmel d’Anvers est un des seuls en Belgique qui, après la persécution de la fin du dix-huitiè (...)
  • 80 Voir sa notice, note 116, p. 60.
  • 81 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 363.
  • 82 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 19.
  • 83 Voir le point « B. Le carmel de Namur (1837) », p. 63.

51Le carmel de Liège est, comme on l’a déjà souligné, le seul couvent « strictement contemplatif » de la Wallonie et, à notre connaissance, de la Belgique, qui n’ait pas connu d’interruption, pas même d’expulsion lors des troubles révolutionnaires, et cela sans avoir fait valoir, comme les bénédictines ou les cisterciennes, des activités éducatives. Cet exploit se justifie en partie par le fait que les communautés situées dans la principauté liégeoise n’ont pas été atteintes par les mesures de Joseph II et n’ont donc pas été fragilisées par une première dispersion. Entre 1796 et 1802, la communauté reste « cachée sur place » et parvient, en 1798, à racheter par personne interposée le couvent séquestré. Les carmélites habitent à l’étage, alors que le rez-de-chaussée est occupé par les soldats français et une boulangerie militaire, et elles peuvent dire que « les saintes observances carmélitaines furent continuées ainsi que la célébration de l’office divin dans la maison sans aucune interruption, même durant les années les plus critiques74 ». En 1930, la communauté est expropriée et le monastère démoli75. L’église subsiste seule. Après trois ans passés à Franchimont, dans l’école normale épiscopale, la communauté intègre le nouveau couvent bâti à Mehagne près de Chaudfontaine76. Ailleurs, après les expulsions de 1796-1797, la vie continue dans la clandestinité. C’est le cas des carmels de Courtrai, de Bruxelles, de Gand, d’Anvers, de Termonde et de Tournai. En outre, la survivance de trois communautés de carmes, à Gand, Bruges et Ypres, joue un rôle crucial77. Les carmélites de Courtrai sont les premières à reprendre la vie régulière. En 1802, « soutenues par la population locale et le bourgmestre, elles font leur entrée dans leur ancien couvent », reprennent l’habit et acceptent les postulantes. Alors qu’en 1802, elles n’étaient plus que sept choristes et une converse, elles sont déjà dix-sept choristes et trois converses en 1808. Ce premier couvent restauré viendra en aide aux restaurations de Bruges et de Gand. En outre, c’est là que sera formée, entre 1818 et 1820, la fondatrice française des trois couvents belges de Namur, Mons et Ypres78. La communauté de Bruxelles sort de la vie clandestine en 1815 en même temps qu’Anvers qui récupère son ancien couvent et le conservera jusqu’au 20e siècle79. C’est ensuite le tour de Bruges (1816), puis de Termonde (1823) et de Gand (1827), avant que ne surgisse la première restauration sur le sol « wallon » : Tournai en 1828. Les deux fondations suivantes, Namur en mars 1837 et Mons en novembre de la même année, sont le fait d’une carmélite française, mère Angélique de Réverseaux. Les trois communautés qu’elle a fondées dans le nord de la France (Lille, Douai et Roubaix) sont transférées en Belgique à la suite d’un conflit avec l’évêque de Cambrai. Depuis 1825, la loi française exige des congrégations qu’elles soient reconnues officiellement par l’État. Cette reconnaissance passe par l’évêque qui doit approuver les « statuts » de ces maisons avant de les soumettre au Conseil d’État. Dans bien des cas, quand il s’agit de communautés de tradition monastique ou contemplative, les évêques tolèrent une situation double : ces maisons rédigent des statuts leur permettant d’être reconnues officiellement, le plus souvent en mettant en évidence une œuvre éducative, mais suivent en réalité leurs anciennes règle, constitutions et coutumes. L’évêque de Cambrai, Monseigneur Belmas80, n’est nullement pressé de voir la vie monastique se rétablir dans son diocèse avant que les œuvres ne soient réorganisées. Il tarde à demander l’autorisation tant pour les clarisses que pour les carmélites. En outre, il entend faire respecter les normes édictées par ces statuts81. Le malentendu entre la prieure carmélite et l’évêque va croissant jusqu’à aboutir à l’interdiction par l’évêque de faire célébrer des messes dans les chapelles des trois carmels. Ce geste est à l’origine du départ des trois communautés : celle de Lille s’installe à Ypres où la prieure avait déjà jeté les bases d’une nouvelle fondation82. La communauté de Douai s’établit à Namur83. Celle de Roubaix, à Mons, après avoir séjourné dans l’hôtel du comte de Thiennes où s’étaient éteintes les religieuses de l’ancien carmel fondé en 1607 et supprimé en 1796.

  • 84 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 22.
  • 85 Daris (J.), Le diocèse de Liège sous l’épiscopat de Mgr Théodore de Montpellier, de 1852 à 1879, 2e(...)
  • 86 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 21.
  • 87 Notes de sr Marie du Sacré-Cœur (Gillain), s.l.n.d. Dans A.C.J. Boîte ‘carmélites de Ciney… ’. Note (...)

52L’ancien couvent de Liège et les quatre restaurations : Bruxelles, Tournai, Namur et Mons, sont à l’initiative des six fondations wallonnes qui s’échelonnent entre 1854 et 1933. Mons et Tournai fondent Charleroi en 1854 qui essaime en 1875 dans la ville d’Ath, surnommée à l’époque le « boulevard du diable84 ». Liège-Potay essaime en 1860 dans l’ancien couvent-léproserie du Mont-Cornillon à Liège où vécut sainte Julienne au 13e siècle85. La fondation d’Uccle en 1881 est due à Bruxelles ; elle était au départ envisagée en prévision d’une expropriation, mais le transfert de la communauté bruxelloise se fait ailleurs et Uccle devient une fondation à part entière86. Namur, enfin, est à l’origine des deux derniers couvents de cette vague fondatrice : Marche-en-Famenne en 1887 et Ciney en 1932. Le carmel de Marche naît de l’initiative d’une veuve de Louvain, Madame Janssens, en religion, Marie-Marguerite du Sacré-Cœur de Jésus, entrée au carmel d’Aurillac (Auvergne) et qui regagne la Belgique dans le but d’y faire une fondation. Le carmel de Ciney est érigé sous l’impulsion de « généreux chrétiens sans enfant » de Ciney, Monsieur et Madame Pierlot, lesquels avaient confié leurs biens, industrie et château, à la sainte de Lisieux lors de leur exil en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale et, ayant tout retrouvé en état, s’étaient décidés à fournir les fonds pour l’érection d’un carmel qui serait voué à la sainte protectrice. En 1928, le Château Rose, propriété de Monsieur Schlogel à Ciney, est acquis. La crise économique retarde les travaux d’aménagement et ce n’est qu’en septembre 1932 que l’essaim fondateur peut prendre possession du nouveau carmel. Ce couvent n’a jamais connu de renouvellement des effectifs. Il « tient bon pendant 20 ans » avec sept religieuses. En 1953, le carmel accueille les sœurs du couvent de Corioûle, originaires de France et dont la bâtisse tombe en ruine87. Ce dernier-né ferme ses portes en 1967, première fermeture des carmels « belges ».

53Les deux dernières fondations sur le sol wallon sont liées à la recherche d’une vie en fraternité après le concile Vatican II pour la première, celle de Bassenge (1968-1969), et au transfert de l’université de Louvain à Louvain-la-Neuve pour la seconde, celle de Court-Saint-Étienne.

  • 88 On en relève deux : les carmélites de Lille à Tournai et celles de Riom à Soignies.
  • 89 Exode des carmels français dans la province carmélitaine de Brabant, notes de sr Marie-Véronique.
    D (...)
  • 90 Notice sur la fondatrice de Huy-Statte (1901-1919), Mère Marie de Saint-Joseph (Wattecamps, 1848- 1 (...)
  • 91 Le départ de Nassogne semble avoir été dû à la multiplication des vexations de l’occupant. Plus de (...)
  • 92 Lettre de J.J. Warzée, curé de Rochefort, le 5 janvier 1907. Dans A.E.N. R.6. Enveloppe ‘1906. Stat (...)

54L’apport des Françaises est déterminant chez les carmélites de Wallonie. On compte trente-deux carmels exilés de France en région wallonne et à Bruxelles. La plupart de ces communautés se font aider, pour trouver un refuge, par les évêques, les vicaires généraux et les prêtres séculiers ; très peu s’adressent aux pères carmes88. La majorité repart après 1920, mais neuf s’établissent de façon durable : cinq dans le diocèse de Namur (Rochefort, Floreffe, Virton, Matagne, Corioûle) ; trois dans le diocèse de Tournai (Soignies, Boussu, Brugelette) et un dans le diocèse de Liège (Lens Saint-Rémy)89. Précisons que ces implantations ne sont pas toujours le résultat d’une fuite inorganisée. En 1901, le carmel de Beauvais s’assure un refuge à Boussu-lez-Mons ; l’expulsion n’aura pas lieu, et c’est plutôt une « fondation » qui voit le jour en 1907 lorsqu’un groupe de sœurs, qui avait échoué dans la fondation d’un carmel en Corse, à Bastia, prend possession du couvent de la région montoise. L’implantation à Statte en 1906 est une émanation du carmel de Compiègne qui avait acheté un bâtiment en prévision de l’expulsion. Finalement, les carmélites ne quitteront pas Compiègne, l’évêque n’autorisant pas le départ qu’il juge inutile. Ce qui devait être un refuge devient une véritable fondation à la demande du clergé de Huy : « Et voici que, par un dessin imprévu de la Providence, aux instances réitérées du clergé de Huy qui réclamaient un carmel, la première idée de ménager un refuge au carmel de Compiègne fut abandonnée et notre vénérée Mère se trouva en présence d’une fondation à réaliser90. » Même en terre d’accueil, les communautés exilées sont à l’origine de nouvelles fondations. Le carmel de Fontainebleau installé à Bossière à partir de 1902 construit un couvent à Corioûle en 1907 qu’il habite jusqu’à son retour en France en 1919 et fonde le carmel de Nassogne en 191291. En 1919, Rochefort fonde Corioûle qui passe à Matagne-la-Petite en 192492.

  • 93 Le carmel féminin pourra ainsi remplir l’espace vide laissé par la Révolution, et, représentant sym (...)

55Dominique-Marie Dauzet explique le succès du carmel féminin au 19e siècle par la rapidité de sa restauration : « car une chose qui frappe d’abord, c’est la rapidité avec laquelle le carmel se reconstitue ». En France, les restaurations suivent immédiatement la période de vie en clandestinité, et la « vraie rupture a surtout été celle des lieux car les anciens couvents, vendus comme bien national […] sont souvent impossibles à racheter et à ré-habiter comme tels ». Il distingue, pour la vague de fondation du 19e siècle, les carmels restaurés (R), les fondations dans un esprit de restauration (RF) et enfin, les carmels « fondés dans des villes qui n’avaient pas possédé de carmels sous l’Ancien Régime » et « qui sont de pures créations ou fondations » (F). On voit que, jusqu’en 1825, toutes les fondations sont des restaurations ; et à partir de cette date, on a quasi-exclusivement des nouvelles fondations, à quoi se mêlent quelques « fondations dans un esprit de restauration »93. La situation belge est comparable, même si les restaurations se poursuivent plus tardivement en raison de l’étouffement politique qui se prolonge jusqu’en 1830 en Belgique. La renaissance des carmélites épouse d’abord les formes d’une restauration. Les carmels d’Ancien régime sont relevés dans la première moitié du 19esiècle. À partir de la seconde moitié du 19e siècle, de nouvelles villes sont dotées de carmélites, mais le paysage de l’Ancien régime n’est pas abandonné dans l’esprit des religieuses et ce, jusque dans les années 1930. Le carmel de Namur fonde à Marche-en-Famenne et à Ciney où avaient existé des couvents de carmélites chaussées et déchaussées. Il est très étonnant de constater que l’arrivée des Françaises n’entrave pas le processus de repeuplement carmélitain. Le carmel de Corioûle est une fondation française qui voit le jour en 1906 à la demande du clergé hutois qui se rappelle la présence pendant l’Ancien régime de deux communautés de carmélites, chaussées et déchaussées. Ce qui est spécifique aussi chez les carmélites, c’est la double juridiction à laquelle elles sont soumises. Malgré l’imposition du gouvernement des évêques par le Concordat, les carmélites belges ont tenu à rester sous la juridiction des carmes. Mais les carmes, peu nombreux en Belgique tant au 19e qu’au 20e siècles, n’auront pas beaucoup d’impact en termes de fondation ; c’est surtout le clergé séculier qui prend l’initiative.

B. Le carmel de Namur (1837)

  • 94 Coupure de presse, [1973], dans A.C.J.
  • 95 Pour l’histoire du couvent des carmélites déchaussées de Namur sous l’Ancien régime (1673-1783), vo (...)
  • 96 « On a ouvert devant vous ce matin les archives de ce couvent et on vous a fait admirer les vertus (...)

56En 1973, le carmel de Saint-Joseph à Namur, transféré à Jambes depuis 1906, fêtait ses trois cents ans d’existence. À cette occasion, un article intitulé : Trois cents ans de présence priante. Le 21 mai 1673, les carmélites arrivaient à Namur paraît dans la presse94. En 1937, une brochure de 35 pages éditée à l’initiative des carmélites sous le titre Histoire de la fondation du carmel de Namur et de sa fondatrice, mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, célébrait une autre date fondatrice, celle de 1837, qui marquait le rétablissement d’un carmel à Namur après la dissolution du premier carmel en 1783. Les carmélites se rattachent donc à deux moments fondateurs, au 17e siècle et au 19esiècle. Il ressort des sources et des témoignages que l’épisode de la restauration de 1837 a davantage marqué les esprits durant tout le 19e siècle et la première moitié du 20e siècle. Ainsi, en 1937, le centenaire du carmel est célébré sans qu’aucune allusion ne soit faite au carmel d’Ancien régime95 ; pas une seule fois, dans son allocution, le père carme ne mentionne l’existence de ce carmel96. Cette option se justifie : la vie communautaire d’Ancien régime a été interrompue en 1783 et ce ne sont guère les survivantes, mais des carmélites venues du nord de la France, qui sont à l’origine du monastère érigé plus de cinquante années après.

1. Aux origines du carmel de Namur : Angélique de Réverseaux et les carmels de Lille, Douai et Roubaix

57Lorsqu’en 1837, une communauté de carmélites venue du nord de la France prend possession d’une maison namuroise afin d’y fonder un nouveau couvent, toutes les traces de l’Ancien régime ont disparu. Un seul geste, si minime et pourtant si riche de signification, témoigne de la relation avec l’Ancien régime. Un livre de direction spirituelle ayant appartenu à une des fondatrices de 1673 est rapporté au carmel renaissant. Il s’agit du ‘Catéchisme de Sainte Thérèse’ composé par le R.P. Pierre Thomas de Sainte Marie, carme déchaussé, édité à Rouen en 1672. Ce petit volume, grâce à son peu de valeur vénale, a échappé à la rapacité du spoliateur, Joseph II. Il resta en possession des sœurs dispersées du carmel supprimé et continua à leur servir de nourriture spirituelle et de réconfort. On ignore qui vint le rapporter en 1837, rue Saint-Aubain, au carmel renaissant.

  • 97 À partir de la fin des années 1950, le pont avec l’Ancien régime est établi grâce aux travaux d’une (...)
  • 98 Le carmel de Namur-Jambes possède une « version résumée » des annales du monastère d’Ancien régime  (...)
  • 99 Au sujet des archives consultées, elle fait le bilan suivant : « Le temporel est suffisamment connu (...)

58Lorsque sœur Marie-Véronique de Jésus97 entreprend l’histoire du carmel d’Ancien régime au milieu des années 1950, c’est dans les archives de l’État à Namur qu’elle trouve les documents de première main qui ont été épargnés par les destructions98. Le registre des comptes serait l’« unique registre qui nous est resté de notre vieux monastère : le registre des rentes actives ‘rédimibles99’ ».

  • 100 Plongeron (B.), Restaurer un ordre au XIXe siècle ? Quand le mythe crée l’histoire, dans Lacordaire (...)
  • 101 Kirchner (P.), Les bénédictines en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale…, p. 17.

59Cette coupure avec l’Ancien régime fait écho à la situation décrite par Bernard Plongeron qui parle, au sujet de la restauration du 19e siècle, de l’impossibilité de saisir la mémoire monastique, « impossibilité surgie d’une ignorance générale, y compris du monde des savants, sur l’histoire des congrégations religieuses au 18e siècle ». On a peine, poursuit-il, « à imaginer les ampleurs de ce traumatisme qui s’étend sur la quasi-totalité du 19e siècle100 ». Cette rupture est ce qui distingue la restauration d’un simple retour au passé. Plongeron emploie le terme d’archéo-modernité pour caractériser cette restauration qu’il situe entre deux pôles : la référence à un passé disparu et l’adaptation aux attentes nouvelles. Pierre Kirchner, qui travaille sur les bénédictines en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, s’interroge également sur la question de rupture ou de continuité de la restauration. Il note certes une « continuité de personnes », mais qui sont souvent âgées et qui apparaissent davantage comme des « porte-flambeaux » qui font le lien entre deux périodes101.

a. La fondatrice : Angélique Guéau de Réverseaux (1771-1846)

  • 102 Angélique-Élisabeth Guéau de Réverseaux naît le 22 janvier 1771 à Paris, cinquième de sept enfants. (...)
  • 103 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Angélique Élisabeth Guéau de (...)
  • 104 Cf. de Morembert (T.), Guéau de Réverseaux (Jacques-Philippe), dans Dictionnaire de biographie fran (...)

60L’épopée fondatrice du carmel namurois au 19e siècle ne nous sort pas de l’Ancien régime, et surtout, de la période révolutionnaire. Mais il s’agit cette fois de relater non pas une histoire de disparition mais de résistance héroïque et victorieuse face à l’entreprise destructrice de la vie conventuelle. L’héroïne est la marquise Angélique de Réverseaux102, « fondatrice de sept carmels (Lille, Douai, Roubaix, Ypres, Namur, Mons, Audenaerde), dont quatre en Belgique103 ». Son père, Jacques Philippe Guéau de Gravelles104, occupait « les plus hautes charges dans l’État et au Grand conseil Royal, dont il devint président à 29 ans ». Lors de la Révolution, il ne quitte pas la France. Arrêté en raison de ses activités politiques clandestines, il est décapité à Paris en février 1794. Dans une dernière lettre du père écrite depuis la Conciergerie à sa femme la veille de son jugement (et de sa mort), il engage ses enfants à vivre de façon à « mériter une félicité que les hommes ne peuvent enlever ». Il remercie sa femme de l’avoir conduit dans la voie de la religion, bénit ses filles et fait état de la présence, dans la même prison, de huit carmélites :

  • 105 Cité dans : Sr Marie-Véronique de Jésus (Magnette), La Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésu (...)

« J’ai trouvé ici huit carmélites. […] Je voudrais pouvoir marquer à mes filles autrement que par des paroles, combien je suis content d’elles. […] Tu transmettras à tous mes enfants la bénédiction paternelle. […] Je prie mes enfants de croire leur père qui les assure qu’il n’y a d’autre bonheur véritable en ce monde que de vivre de manière à mériter une félicité que les hommes ne peuvent enlever105. »

  • 106 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 57. Dans A.C.J.
  • 107 Lettre du marquis de Réverseaux, s.l.n.d. Dans OCD. Provinciaal Archief, Gent. Kloosters. Namur-Jam (...)
  • 108 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 57. Dans A.C.J.

61Ce drame politico-familial est, selon les biographes de la marquise de Réverseaux, à l’origine de sa conversion et de son désir de réparation. Angélique, qui avait alors 23 ans, n’a pas assisté à l’exécution, mais se serait trouvée « peut-être par hasard » sur le passage de la charrette emmenant les condamnés à l’échafaud : « Ce hideux et déchirant spectacle se grava pour toujours dans la mémoire d’Angélique et ne s’en effaça plus. De l’impression bouleversante produite en elle ce jour-là, date sa résolution de se retirer à jamais du monde et de consacrer son existence à Dieu dans une vie toute d’immolation volontaire, de réparation et de pénitence pour les crimes des hommes106 ». Cet épisode est remis en question par un descendant de la famille de la carmélite qui trouve surprenant « qu’elle ait vu par hasard son père passer dans la charrette des condamnés à mort », tout en trouvant « au contraire très vraisemblable […] que sa douleur et sa tristesse l’aient amenée à se consacrer à Dieu107 ». Elle décide alors de se consacrer « à relever les ruines spirituelles que la Révolution a accumulées : elle sera fondatrice, restauratrice de monastères dévastés108 ».

  • 109 Louis-Alexandre Noyer (ou de Noyers, ou Desnoyers) est né à Paris en 1768, fils d’un homme de loi.
    (...)
  • 110 La Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Marie-Angélique-Élisabeth…, [1960-1962], p. 33.

62Son projet de vie religieuse mûrit d’abord dans le sillage de Dom Augustin Lestrange et sa « secte trappistique » – pour reprendre les termes du gouvernement de l’époque –, exilée en Suisse à la Val-Sainte. Angélique fait un premier noviciat chez les trappistines de Valenton au nord de Paris, et y rencontre l’abbé Desnoyers, ancien trappiste passé en 1794 au clergé séculier et, qui malgré sa sécularisation, n’en est pas moins resté supérieur de son ordre109. Pour des raisons non élucidées, le couple spirituel se détache de la Trappe à la fin de 1806 et s’oriente vers le carmel. En 1807, Angélique entre chez les carmélites d’Amiens afin d’y puiser au noviciat la formation carmélitaine nécessaire à son rôle de fondatrice. Elle y prend l’habit le 25 janvier 1807 sous le nom de Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus. Le 8 décembre 1808 s’ouvre à Savy-Berlette, à une dizaine de kilomètres d’Arras, le premier couvent qu’elle réussit à fonder. Toutefois, cette première fondation est marquée par la spiritualité réparatrice de la Val-Sainte. Si les constitutions de Thérèse d’Avila sont en vigueur, le ton est celui de l’ancien lestrangiste, l’abbé Desnoyers, qui instaure un « esprit de pénitence et de mortification outrée » qui « dépeuplait la maison ». Ainsi, sœur Marie-Véronique écrit que « l’esprit thérésien était absent de cette ferveur » et que les usages du carmel n’étaient pas en vigueur110. Jusqu’en 1811, le recrutement est instable (trois anciennes bénédictines qui ne restent pas ; plusieurs postulantes qui quittent également la maison). Il faut attendre l’année 1812, avec la suppression de la Trappe par l’empereur, pour voir affluer à Savy les trappistines « supprimées ». À partir de cette année 1812, la communauté commence à prendre forme.

b. Les fondations de Lille (1817), Douai (1828), Roubaix (1830)

  • 111 Pour ce faire, elle liquide ce qui lui reste de propriété : 52.000 francs, qui servent d’abord à ap (...)

63Les nombreuses difficultés rencontrées lors de cette restauration – au lieu encore indéterminé – et des fondations suivantes sont à situer dans une perspective plus large où s’affrontent deux visées : le projet de la fondatrice, qui veut restaurer la vie contemplative rigoureusement cloîtrée, et les vues des autorités civiles et ecclésiastiques, qui cherchent à mettre la vie conventuelle au service des besoins pastoraux et sociaux. Ce conflit culmine en 1834 et se solde par l’exode définitif en Belgique des carmels fondés par la Réverseaux. Sur ce combat d’idées se greffe le problème matériel de trouver les fonds nécessaires aux fondations. Nous voyons ainsi mère Marie-Joseph de Réverseaux et sa communauté embryonnaire passer successivement, entre 1811 et 1818, du diocèse d’Arras à celui de Versailles, pour regagner Arras, puis s’implanter à Lille avant d’en être chassées à nouveau et de trouver quelques jours refuge à Courtrai puis un peu plus longtemps à Avignon, pour finalement se stabiliser à Lille jusqu’à la nouvelle expulsion de 1834. La stabilisation à Lille, à partir de 1817, est le début d’une période florissante : les vocations affluent et le couvent recueille même des professes des anciens carmels de Lille et Douai, détruits par la Révolution. La fondatrice, grâce à ses fonds personnels, avait pu acheter un ancien hospice de charité ayant servi de prison111, et, en juillet 1817, s’était placée officiellement sous la juridiction des carmes de la province des Pays-Bas. Cette continuité avec le passé de l’ordre s’affirme encore par la venue de la prieure du carmel de Courtrai qui peut se prévaloir d’un relèvement précoce, en 1802, et donc d’une fidélité à la vie d’Ancien régime :

  • 112 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 62. Dans A.C.J.

« Le plus pur esprit thérésien coula à flots dans le carmel de Lille régénéré. Les observances intégrales en usage dans notre province furent établies par la mère Eugénie (prieure de Courtrai) qui vint en personne les faire observer à Lille durant quelques semaines. Le P.Provincial y multiplia ses visites et ses lettres. Les relations les plus étroites avec le centre de l’ordre à Rome ne cessèrent plus. Enfin, les vœux de toutes les religieuses anciennes furent faits selon l’antique formule de l’ordre112… »

64Forte de ce succès, mère Marie-Joseph fonde deux nouveaux couvents : en 1828, elle restaure « l’antique » Douai ; en 1830, elle fonde un carmel à Roubaix.

  • 113 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 14. Dans A.C.J.
  • 114 Les carmélites montoises sont incorporées à la communauté de Douai, chacune devant « refaire ses vœ (...)
  • 115 Narration des faits qui ont précédé et accompagné le départ des carmélites de la France par le frèr (...)

65Ces fondations s’enracinent dans la géographie carmélitaine d’Ancien régime qu’il importe de visualiser pour comprendre les soubassements qui président aux mouvements de fondation à l’époque contemporaine. Le carmel de Douai d’Ancien régime est fondé par Mons en 1625. Il fait alors partie de la Flandre française des Pays-Bas qui réunit, dans une même province religieuse, les carmels de Mons, de Douai, de Lille, de Valenciennes et de Tournai qui ont « les mêmes supérieurs et visiteurs, les mêmes ordonnances à observer113 ». En dépit de la scission d’une partie de la Flandre lors des guerres de Louis XIV, ces couvents restent attachés à la province carmélitaine des Pays-Bas : Douai, Lille et Valenciennes appartiennent désormais à la France, mais restent sous la juridiction des carmes « belges ». Ces monastères, échappant aux mesures de suppression du gouvernement autrichien, vont pouvoir accueillir les communautés-sœurs frappées par l’édit de 1783. C’est ainsi que cette année-là, Douai accueille la communauté de Mons, sa maison-mère114. Les communautés de la Flandre française sont donc étroitement liées aux carmels belges. « Il est aisé de voir que nos sœurs de Douai, Lille et Roubaix étaient soumises à la même règle et aux mêmes constitutions que les carmélites de la Belgique115», écrit le provincial flamand en 1837.

66Les fondations d’Angélique de Réverseaux répondent visiblement à une demande. À Douai, entre 1828 et 1834, on compte quinze prises d’habit. C’est ce couvent de Douai qui fournira l’essaim fondateur de la fondation namuroise. Parmi les recrues qui échoueront à Namur, relevons les deux sœurs Vanutberghe, orphelines lilloises à la « tête d’une belle fortune » et dont tout l’avoir sera « consacré (plus 100.000 francs en écus) à la construction, sur le plan monastique thérésien, du nouveau carmel de Douai et de son église neuve ». Ces deux sœurs, et plus particulièrement l’aînée qui sera prieure à Namur, connaissent un large rayonnement dans ce carmel.

c. Le conflit avec Mgr Belmas, évêque de Cambrai

  • 116 Mgr Louis Belmas (°11 août 1757, Montréal (Aude) - †21 juillet 1841, Cambrai) est ordonné en 1781.
    (...)
  • 117 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 34. Dans A.C.J.
  • 118 Narration des faits…, p. 3. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

67C’est au beau milieu de cette efflorescence qui profite du « réveil religieux » des années 1830-1840 que surgit le conflit avec l’évêque qui amène les trois fondations à s’expatrier en Belgique. On y retrouve les mêmes éléments qui avaient secoué la première fondation de la marquise carmélite : la querelle de gouvernement entre le clergé séculier et régulier. La tension entre la fondatrice et l’évêque du diocèse, Monseigneur Louis Belmas116, « un ancien constitutionnel », éclate à l’occasion d’un nouveau projet de fondation en 1834, à Ypres cette fois. À ce moment, l’évêque impose à la communauté de se référer à lui seul comme supérieur tant temporel que spirituel. Il exige que les carmélites suivent, à la place des anciennes constitutions, un « Règlement » diocésain dans lequel n’est maintenu que ce qui « lui paraît compatible avec la législation actuelle117 ». Le règlement de l’évêque insiste sur deux points : d’une part, les sœurs doivent se soumettre à « l’évêque exclusivement à tout autre, et particulièrement aux carmes » et, d’autre part, elles doivent consentir à suivre pour le régime intérieur de la maison et sa discipline, le règlement que leur donnerait l’évêque diocésain118.

68Une lettre de l’évêque datée de juin 1834 précise sa position quant à la situation juridique du carmel. Il commence par avertir la prieure qu’elle est « dans l’erreur » lorsqu’elle croit pouvoir perpétuer le système de gouvernement de l’Ancien régime :

  • 119 Copie de la lettre de Mgr Louis, évêque de Cambrai, Cambrai, le 27 juin 1834. Dans A.E.N. R. 35. Ca (...)

« Vous êtes, Madame, dans l’erreur, lorsque vous voulez suivre dans votre position actuelle toutes les règles qui régissaient les carmélites avant la révolution qui les supprima en France, ainsi que toutes les autres communautés religieuses ; vous avez reconnu vous-même, lorsqu’en 1825 vous avez réclamé l’existence, qu’avant de l’obtenir, vous n’existiez pas comme communauté religieuse. […] La plupart de ces conditions sont différentes de ce que vous suiviez autrefois, quelques-unes même y sont opposées. Ainsi, par exemple, avant 89, vous aviez des supérieurs étrangers, aujourd’hui, c’est l’évêque diocésain qui l’est seul, pour ce qui concerne le spirituel : c’est le règlement particulier qu’il vous donne que vous devez suivre pour la discipline intérieure de votre maison ; autrefois, votre vie dans le monastère était tout à fait ascétique, aujourd’hui, vous devez vous livrer à l’instruction des jeunes filles de la classe indigente ; autrefois, vous ne pouviez conserver la propriété d’aucun bien ni en hériter par succession après l’émission des vœux ; aujourd’hui, vous la conservez, et vous pouvez disposer conformément aux lois des biens que vous possédez […] ; vous pouvez acquérir et vendre […]. Autrefois, vos vœux étaient perpétuels, aujourd’hui, ils ne peuvent être que pour cinq ans au plus. Le gouvernement à ce prix vous a reconnues comme corporation119. »

  • 120 Copie de la lettre de la prieure Marie des Anges, Douai, le 10 juillet 1834. Dans A.E.N.
  • 121 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 36. Dans A.C.J.

69À cette lettre qui résume les principaux changements de l’après Révolution en ce qui concerne le régime des moniales – le gouvernement par le clergé séculier ; la prise en charge de tâches séculières comme l’enseignement ; le remplacement des vœux perpétuels par des vœux provisoires (les vœux ne valent plus pour la vie mais pour une période déterminée, ici, de cinq ans) ; l’impossibilité de renoncer complètement aux biens et héritages attendus –, la prieure répond qu’elle ne veut ni se soustraire au gouvernement des carmes, ni accepter le caractère provisoire des vœux : « notre résolution, Monseigneur, est donc inébranlable : nous ne pouvons souscrire à la quinquennalité des vœux120 » ; « nos sœurs préfèrent unanimement de mourir plutôt que de renoncer à la juridiction de leur ordre et à leurs Règle et Constitutions121 ». Demander de renoncer au gouvernement de l’ordre et aux constitutions de sainte Thérèse, renier les vœux qu’elle y avait faits, « c’était la toucher à la prunelle de l’œil », commente sœur Marie-Véronique. « Par ailleurs, son âme était trop fière et droite pour admettre même la seule pensée d’une soumission simulée ou de pure forme », poursuit-elle.

  • 122 Nous ne sommes qu’au tout début du relèvement des carmes en Belgique après la libération de 1830.
    D (...)

70À la grande déception de l’obstinée fondatrice, le général de Rome l’incite à « la temporisation », « devant chercher le bien du prochain, c’est-à-dire la conservation de leurs écoles d’enfants pauvres » plus que la soumission à l’ordre, ajoutant que « le pape n’avait pas envie de se disputer avec les évêques de France et qu’il ne défendra pas les religieuses contre eux ». Cette attitude de retrait de la hiérarchie carmélitaine se maintient durant toute la durée du conflit avec l’évêque. La mère de Réverseaux obtient pourtant l’autorisation du général de l’ordre de quitter la France, mais seulement si l’évêque jette l’interdit sur les chapelles – ce qui signifie l’interdiction de dire la messe et de conserver les « saintes espèces ». L’acte d’interdit est posé par l’évêque à la fin du mois d’août 1834 et est suivi du départ des trois communautés : les carmélites de Lille se réfugient dans une maison louée à la frontière belge, à Warneton ; les communautés de Douai et de Roubaix (22 carmélites pour la première, 14 pour la seconde) sont accueillies dans le couvent des carmes de Gand, spacieux, et ne comptant qu’un résident carme122.

d. L’exil à Gand (août 1834-mars 1837)

  • 123 Anne de Lobera (°25 novembre 1545, Medina del Campo – †4 mars 1621, Bruxelles), en religion, Anne d (...)
  • 124 Voir à ce sujet la thèse du carme Morgain (Stéphane-Marie, o.c.d.), Pierre de Bérulle et les carmél (...)
  • 125 Leniaud ( J.-M.), Le statut juridique des congrégations religieuses…, dans Lacordaire…, p. 22 et 29

71La biographe ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre l’exode de la mère de Réverseaux et celui, deux siècles plus tôt, d’Anne de Jésus123, bras droit de Thérèse d’Avila désignée pour l’implantation du carmel en France. Le gouvernement des carmélites en France ayant été confié, contrairement à ce que stipulent les constitutions de Thérèse d’Avila, à des prêtres séculiers à l’exclusion des carmes, Anne de Jésus quitte son premier pays d’accueil pour les Pays-Bas espagnols où elle est sûre d’être sous la juridiction des frères de l’ordre, donnant naissance aux premiers couvents de carmélites situés dans l’actuelle Belgique. Ce conflit de gouvernement, connu sous le terme de « conflit bérullien » du nom du prêtre qui s’y attache, le cardinal Pierre de Bérulle, a pris une ampleur considérable dans l’histoire du carmel français au 17e siècle et dans son historiographie jusqu’à nos jours124. Il ressurgit lors de la restauration au 19esiècle, dans un contexte modifié puisque, depuis le Concordat (qui restaure les établissements de l’Église séculière seuls, omettant de traiter de la place des réguliers), jusqu’à la loi de 1825 sur les congrégations (qui confirme le pouvoir de l’évêque en matière d’érection de congrégations), le droit français concernant l’Église donne la primauté à l’administration diocésaine sur le monde régulier125. La mère Marie-Joseph invoque, pour légitimer sa filiation à l’ordre des carmes, la situation d’Ancien régime où, contrairement aux autres carmélites de France, dites « bérulliennes », celles situées en Cambrésis et en Flandre française étaient sous la juridiction de la branche masculine de l’ordre. En revanche, l’évêque s’autorise de la législation civile en matière religieuse pour imposer ses droits sur le gouvernement des réguliers.

  • 126 À la suite de cette annonce, les carmélites réfugiées prennent un avocat, Maître Laloux. Cependant, (...)

72L’exil des communautés de Roubaix et de Douai dans le monastère des carmes à Gand ne peut être que provisoire. Le dénouement se fera toutefois attendre trois ans. Entre temps, l’évêque parvient à convaincre la communauté de Lille exilée à Warneton de réintégrer son couvent. Comme celle-ci avait cédé sa propriété lilloise en vue de récupérer des fonds pour la construction d’un nouveau couvent à Warneton, l’évêque offre aux religieuses d’entrer dans le carmel vide de Douai et les institue, en juillet 1835, propriétaires légales de ce couvent. La communauté de Douai exilée à Gand se voit dépossédée de sa demeure, à la désolation des deux sœurs Vanutberghe qui y avaient investi la plus grande partie de leur fortune126. Un retour en France devient de moins en moins probable et les attentes se concentrent sur la Belgique. La dispersion dans les couvents existants ne suscite guère d’enthousiasme, seule la perspective d’une nouvelle implantation peut rencontrer les désirs des exilées. Les projets de fondation mûris dans la jeune Belgique en seront l’occasion.

2. La « repristination127 » du carmel de Namur (mars 1837)

a. La restauration monastique en Belgique et le rôle de Monseigneur Corsélis

73Dans la Belgique « libérée » de 1830, la résurgence de toutes parts des ordres religieux soulève une foule de problèmes juridiques et techniques qui amènent le Saint-Siège à nommer, en 1834, pour le royaume de Belgique, un « Délégué ou Visiteur Apostoliquemuni de pleins pouvoirs pour le gouvernement des réguliers, tant hommes que femmes, pouvoirs surpassant ceux de leurs propres supérieurs généraux ». Son nom est Monseigneur Corsélis, vicaire général de l’évêque de Bruges. C’est lui qui fera le pont entre les carmes de Gand et l’évêque, menant à bien les transactions qui aboutiront finalement à l’implantation définitive des carmélites françaises en Belgique. La ville de Namur, de son côté, avait déjà connu plusieurs tentatives de restauration d’un carmel. C’est ainsi que l’on voit, lorsque l’ancien couvent des Dames blanches (les carmélites chaussées) est mis en vente, quelques jeunes filles le racheter dans l’espoir d’y rétablir des carmélites, déchaussées cette-fois, la distinction entre chaussées et déchaussées n’étant pas très claire alors. D’ailleurs, l’ancien carmel des déchaussées occupé par un dépôt de mendicité est « si défiguré, transformé, méconnaissable », qu’on ne peut songer à s’y établir. Ce premier projet n’aboutit pas.

  • 128 Lettre du père général des carmes, Rome le 5 mars 1836, Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées d (...)

74Un deuxième projet vient du carmel de Potay à Liège, ce carmel qui a poursuivi la vie régulière sans discontinuer pendant les révolutions. Les postulantes y sont nombreuses, et le vicaire général de Liège, Mgr Dehesselle, qui a la communauté à charge, met sur pied un projet de fondation à Namur. Devenu évêque de Namur le 8mars 1836, il poursuit ses démarches pour le relèvement du carmel namurois en collaboration avec le Potay. Le rôle de l’évêque est déterminant puisque, selon le droit civil et le droit canonique, c’est lui qui possède les pouvoirs en matière d’érection de couvents : « C’est l’évêque qui doit faire la demande au Saint-Siège pour la fondation des carmélites de Namur ; le supérieur de l’ordre ne doit rien faire sans en être prévenu de l’ordinaire du lieu », écrit le général de l’ordre en 1836128. L’évêque est au courant de la demande des communautés exilées françaises, mais n’est guère « empressé de recevoir dans son diocèse une communauté française bannie du sien par suite de démêlés avec son évêque, affaire dont on avait assez parlé en son temps et qu’il se rappelait vaguement ».

  • 129 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 29 nov. 1836. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites dé (...)
  • 130 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 28 janvier 1837, p. 2. Dans A.E.N.
  • 131 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 72, 65. Dans A.C.J.

75C’est l’abandon du projet par la communauté liégeoise et l’influence du vicaire apostolique, Monseigneur Corsélis, qui amènent finalement l’évêque à recevoir comme essaim fondateur pour le nouveau carmel de Namur la communauté de Douai exilée à Gand. Le 29 novembre 1836, le vicaire apostolique fait part à l’évêque du cas de la communauté de Douai qui, « étant dénuée de tout espoir de récupérer son ancienne maison, parce qu’elle est maintenant occupée par une autre communauté et cela par ordre de l’évêque de Cambrai, désire vivement de trouver un autre emplacement en Belgique ». Le problème de la direction spirituelle est à nouveau évoqué, mais les carmes ne sont écartés du gouvernement qu’en raison du manque d’effectifs : les carmes sont peu nombreux, une seule communauté subsistant encore à Ypres. La solution serait que l’évêque délègue un supérieur « jusqu’à ce que l’ordre des carmes soit rétabli » dans le diocèse129. La double juridiction des carmélites, soumises à l’ordinaire du lieu et aux carmes par délégation de l’évêque, est donc prévue. Mgr Corsélis précise aussi que la communauté suit intégralement la règle et les constitutions de Thérèse d’Avila et les mêmes usages que ceux en vigueur en Belgique. Il conseille de recueillir cette communauté plutôt que de vouloir en fonder une, se disant « convaincu […] qu’on rencontre bien moins d’embarras en accueillant une communauté toute faite, et bien ordonnée, qu’en en instituant une toute neuve130 ». Enfin, il soulève le haut niveau des membres de cette communauté de Douai « la communauté de Douai comporte un plus grand nombre de sujets ayant reçu une éducation excellente et distinguée ». Pour ce qui est de l’érection canonique, il conseille d’adresser à la Sacrée-Congrégation des évêques et réguliers à Rome une supplique dans laquelle ne figure pas le terme d’érection, mais de « repristination », c’est-à-dire de reprise, de continuation de monastère, l’érection ayant eu lieu au 17e siècle, par la bulle du 21 mai 1673131. Le 20 janvier 1837, l’évêque de Namur reçoit l’autorisation du préfet de la Sacrée congrégation romaine pour la « reprise » du carmel namurois.

b. Les bienfaiteurs

  • 132 À proprement parler, l’abbé Kinet est, non pas fondateur, mais « délégué de l’Institut de la Provid (...)
  • 133 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 66. Dans A.C.J.
  • 134 « Madame la Comtesse Darrigade. Sa famille, qui a fondé plusieurs cellules. […] Madame la Comtesse (...)
  • 135 « Madame Anciaux, Madame Richard, leurs enfants et petits-enfants à des titres différents ; Monsieu (...)
  • 136 « Monsieur le chanoine Wilmet, insigne bienfaiteur jusqu’à sa mort, de notre communauté de Namur ; (...)

76Les autorisations civiles et ecclésiastiques ne suffisent pas pour une fondation. Il faut encore des fonds, et donc, des bienfaiteurs. En cette matière, l’évêque trouve l’appui de plusieurs bienfaitrices namuroises. Il fait acheter par des dames namuroises, dont la veuve Kinet, la Baronne de Gyseghem, et la demoiselle Wilmet, « une double maison rue Saint-Aubain, entourée de hauts murs ». Il compte aussi sur sa fille spirituelle, Mathilde Rops, intéressée par la vocation de carmélite « et dont toute la famille, bien namuroise, va s’y intéresser de même ». Au sujet de la veuve Kinet, on sait qu’elle avait « pour beau-frère Mr l’abbé Victor Kinet, futur fondateur des Sœurs de la Providence de Champion et un autre beau-frère Mr Fernand Lemaire-Kinet, négociant à Gand132 », et que « toute cette famille était très dévouée à la religion, aux bonnes œuvres et au Saint-Siège en particulier ». La veuve Kinet aurait aussi été une « des amies les plus intimes de la Mère Julie Billiard ». Enfin, sa sœur est ursuline à Mons. Apparemment sans enfant et à la tête d’une belle fortune, elle possède « à Namur un vaste hôtel où logeront les premier jours nos carmélites fondatrices et un autre hôtel à Bruxelles, au Grand Sablon ». Elle est aussi la bienfaitrice de la communauté exilée de Roubaix qui, grâce à ses démarches, fondera le carmel de Mons la même année 1837133. Nous n’avons pu consulter les comptes du couvent pour établir la part respective attribuée par les différents donateurs, mais une liste de bienfaiteurs témoigne de la participation de l’aristocratie134, de la bourgeoisie catholique135, et des hommes d’Église, chanoines surtout136.

77Il faut aussi tenir compte de l’apport des familles des religieuses. Le cas des deux sœurs Vanutberghe, entrées au carmel naissant de Douai en 1830, est révélateur de la tension qui peut surgir entre les intérêts familiaux et religieux. C’est leur dot considérable qui va servir à la construction du nouveau couvent :

« Grâce à la dot des deux Demoiselles Vanutberghe, qui insistèrent pour se dépouiller entièrement (quoique la loi civile française du Concordat défendît aux religieuses le vœu solennel de pauvreté, les obligeait à garder (non l’usage) mais la propriété de leurs biens), le monastère de Douai fut construit presque entièrement à neuf, sur un plan des plus monastiques. Les travaux durèrent bien deux ans et ne furent entièrement payés qu’en 1834. Ils coûtèrent près de 110.000 frs, somme énorme pour le temps. »

  • 137 Mère Louis de Gonzague de Jésus. Relation de sa vie écrite par elle-même, s.l.n.d., p. 51. Dans A.C (...)
  • 138 Notices biographiques de quelques carmélites déchaussées…, Les deux sœurs : Mère Louis de Gonzague (...)

78La famille, représentée par le tuteur et les oncles, n’approuve pas l’engloutissement de la fortune familiale dans le patrimoine monastique. Elle résiste une première fois lorsque les deux orphelines expriment le désir, quelques jours après leur entrée au carmel de Douai, de prendre l’habit, dérogeant à la norme des trois mois de postulat. « Sans que nous nous y attendions », écrit dans ses mémoires la sœur aînée, « arrivent notre frère et plusieurs de nos proches parents, faire une grande tempête au parloir et accusant la mère Marie-Joseph de nous avoir enlevées. Je n’oserais chercher à me rappeler tout ce que la peine leur faisait dire137. » Probablement ont-ils critiqué le geste intéressé de la fondatrice dans l’acceptation quasi inconditionnelle de ces deux orphelines fortunées. Lorsque, après leur profession, elles vendent tous leurs biens afin de payer le monastère de Douai, c’est « au grand mécontentement du tuteur et de la parenté138 ». On peut deviner le désarroi des deux sœurs lors de la débâcle de 1834 et de la perte du couvent. Toutefois, elles renoncent à intenter un procès. Ce n’est qu’en 1843 que le carmel de Namur est amené à relancer l’affaire et finalement à récupérer en 1845 la somme de 35.000 francs.

  • 139 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 29 novembre 1836. Dans A.E.N. R. 35. Carmélite (...)
  • 140 Les deux sœurs : Mère Louis de Gonzague…, p. 78. Dans A.C.J.
  • 141 Cf. Obligations de la communauté (messes), fondations (stalles, cellules), bienfaiteurs du carmel r (...)

79Lors de l’établissement à Namur, la communauté de Douai ne dispose de « quasi plus rien », contrairement à ce que présume le vicaire apostolique, Mgr Corsélis, en 1836 : « Il paraît que, malgré les pertes essuyées à cause de leur transmigration, elles [les carmélites de Douai] possèdent encore des moyens pécuniaires pour s’y établir », écrit le vicaire Corsélis139. Finalement, l’apport de tous les bienfaiteurs réunis ne parvient pas à garantir la subsistance décente des carmélites dans les premières décennies, comme nous l’apprend sœur Marie-Véronique : « L’exode à Gand, deux ans et demi, puis la fondation de Namur furent marqués pour les pauvres carmélites de Douai, du sceau des privations et des incommodités de la plus rigoureuse pauvreté. On sait combien la pauvreté les obligeait dans les premières années du carmel de Namur à un travail continuel pour le dehors, même après Matines, de couture et de broderie qui était quasi leur seul moyen de subsistance avec quelques aumônes140. » La recherche de donateurs, notamment à travers la pratique des « fondations de cellules », se poursuit durant tout le 19e et le premier quart du 20e siècle141.

80La participation de nombreux bienfaiteurs dans la fondation donne lieu à ce rapport particulier à la « propriété » dans lequel les religieuses ne s’estiment pas véritablement propriétaires du couvent, mais plutôt usufruitières : elles en jouissent en vertu des prières qu’elles font au nom de ceux qui ont légué leurs biens. Nous reviendrons dans une partie ultérieure sur ce rapport à l’argent et aux biens. Ici, il importe de soulever le rôle des bienfaiteurs dans la fondation et leurs attentes : les donateurs sont payés en retour par les prières des religieuses.

c. L’implantation à Namur le 13 mars et le 19 avril 1837

  • 142 À ces douze religieuses s’ajoute Anne-Thérèse qui n’est pas restée.
  • 143 « Elle [Anne-Thérèse] parut contente pendant le voyage mais, arrivée à la porte du couvent, elle de (...)
  • 144 Ibid., p. 90. Dans A.C.J.

81L’arrivée en deux temps, le 13 mars et le 19 avril 1837, de l’essaim fondateur à Namur, composé de treize religieuses142, est marquée par un micro-événementqu’on pourrait qualifier de tragi-comique. Une des religieuses, refusant d’entrer au carmel de Namur, fugue la nuit, alarmant jusqu’aux magistrats qui décident d’ouvrir un procès pour motif de « détention arbitraire ». Le récit a été conté peu après les événements par la mère de Réverseaux dans une lettre adressée au supérieur carme143. On sait que la sœur, renvoyée à Gand pour finalement atterrir dans le carmel de Douai occupé par la communauté lilloise, ne s’est jamais remise de cet événement, implorant son retour à Namur et annonçant jusqu’à la fin de sa vie, « dans ses moments nébuleux », qu’elle allait repartir pour Namur144. Cette affaire, « fort ennuyeuse pour un début de fondation » à cause des répercussions dans la presse libérale, n’a pas, aux dires de sœur Marie-Véronique, « laissé, en définitive, beaucoup de traces ». Elle révèle toutefois la méfiance persistante des milieux libéraux envers la vie religieuse, plus particulièrement la vie cloîtrée.

  • 145 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 66. dans A.C.J.
  • 146 Notices biographiques…, Groupe de sœurs venues de Douai, fondatrices de Namur en 1837, p. 68. Dans (...)

82Le rôle de la mère de Réverseaux dans la fondation namuroise prend fin avec sa consolidation. La mère française va de suite se consacrer à l’installation de l’autre communauté exilée, celle de Roubaix, à Mons, le 26 novembre 1837. Elle regagne ensuite son couvent d’Ypres d’où elle continuera à rayonner sur ses fondations de Namur et de Mons, mais aussi sur le carmel de Tournai dans lequel elle sera appelée à séjourner. L’année de sa mort, en 1846, elle participe encore à la fondation du carmel d’Audenaerde. Le rôle de la mère de Réverseaux dans la restauration du carmel thérésien en Hainaut, dans le Namurois et dans les Flandres belge et française est déterminant. « Notre bonne mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus s’est vraiment consumée toute entière pour l’extension du Règne de Dieu par la propagation du carmel de sainte Thérèse », affirme sœur Marie-Véronique sans creuser davantage les motivations de cette grande figure fondatrice145. Malgré sa très courte présence dans la communauté namuroise naissante, sa maternité est toute entière revendiquée par les carmélites namuroises. L’essaim fondateur était composé, à une exception, de « carmélites jeunes d’âge et jeunes de profession (au plus, 6 ou 7 ans) », et toutes « avaient été formées par Mère Marie-Joseph de Réverseaux » au renoncement et à l’austérité. Malgré l’affluence de vocations belges, « cette phalange française donna le ton à la maison et marqua très longtemps le carmel de Namur d’une empreinte fort reconnaissable146 ».

d. Les essaimages à Marche-en-Famenne (1887) et à Ciney (1932)

  • 147 La première fondation réalisée par le carmel de Namur… Dans A.C.J. Boîte ‘19e siècle. 2e carmel de (...)

83Se situant dans un processus de fondations qui le dépasse, le carmel de Namur ne tarde pas à mûrir des projets d’essaimages. D’abord en Hollande, la famille d’une sœur se présentant pour les démarches matérielles. Ensuite, à Douai, en mémoire des origines. Une autre sœur rêve de fonder un carmel à Boulogne, par l’entremise de son frère prêtre qui y réside. Entre 1867 et 1870, les démarches vont plus loin avec des vues sur un terrain à Dinant, mais celui-ci leur échappera « à la grande déception du doyen de cette ville qui désirait ce projet ». Il est aussi question de fonder aux Indes, sous l’égide de l’évêque de Calcutta. Finalement, c’est le projet de la veuve Janssens, âgée de 60 ans, originaire de Louvain et professe du carmel d’Aurillac (Auvergne) qui se concrétise. Cette « authentique mystique », selon les mots de sœur Marie-Véronique, « à qui le Seigneur inspira le désir de se dévouer à une nouvelle fondation qui devrait être consacrée au Sacré-Cœur », présente son projet aux carmélites namuroises et gagne leur confiance et leur soutien147. Il faut encore trouver le lieu. Les villes de Virton, puis d’Arlon sont dans un premier temps considérées, mais c’est finalement Marche-en-Famenne qui est choisie, en mémoire du couvent des carmélites chaussées qui y avait existé entre 1620 et 1783 : « Enfin, un beau jour, un prêtre ami parla avec enthousiasme des beaux souvenirs de sainteté carmélitaine de la ville de Marche dans le passé (la vénérable Scholastique de Saint-Élie et le Frère Basile) et dit quelle belle entreprise ce serait de relever le carmel de Marche ! » Un terrain est acheté dans cette ville, une nouvelle bâtisse construite et, le 28 juin 1887, l’essaim namurois, composé de douze religieuses, prend possession de ce carmel dédié au Sacré-Cœur.

  • 148 Marie-Marguerite des Anges est prieure en 1904, 1910, 1915, 1919, 1922 et 1926. Elle est donc prieu (...)
  • 149 Notices…, mère Marie-Marguerite des Anges, Joséphine Radome, 1862-1963, p. 54-60. Dans A.C.J.

84Moins de cinquante ans après, les désirs de fondation ne se sont toujours pas éteints. Notons qu’il s’agit de la dernière fondation d’un monastère de carmélites à l’époque contemporaine sur le territoire belge. C’est la dévotion à la carmélite normande Thérèse de Lisieux, béatifiée en 1922 et canonisée en 1925, qui mobilise les énergies. Le couple Pierlot, sans enfant, procure les ressources nécessaires à la fondation, en reconnaissance à la sainte de Lisieux à laquelle ils avaient confié tous leurs biens, industrie et château, lors de la Première Guerre mondiale. Le projet né en 1923 mettra près de dix ans à se réaliser, aux prises « avec des difficultés de tout genre » : crise économique, décès des postulantes admises en vue de la fondation… Le 13 décembre 1932, la fondatrice, Joséphine Radome, en religion, sœur Marie-Marguerite des Anges (1862-1963)148, intègre le couvent avec l’essaim fondateur : six religieuses au total seulement. Elle reste vingt ans prieure sans interruption dans cette fondation « où les épreuves ne manquèrent pas149 ». Dernier carmel féminin fondé dans nos régions, il est aussi le premier, parmi les couvents belges, à fermer ses portes, en 1967.

  • 150 Le jubilé de soixante ans de N.R.M. Marie-Marguerite des Anges, Ciney le 24 août 1941. Dans A.C.J.
    (...)

85Un chant composé à l’occasion du jubilé de la fondatrice de Ciney permet de saisir l’imaginaire de cette fondation, marqué par une filiation spirituelle qui fait ressortir la communauté d’esprit entre le premier carmel de Ciney apparu en 1629 et celui fondé en 1932. De tout temps, le couvent est présenté comme un lieu de sacrifice et de louange. Le chantre – l’ange gardien du couvent de Ciney – rappelle la présence d’un couvent de carmélites chaussées à Ciney depuis 1629, passé à la réforme thérésienne en 1649, et souligne le sceau distinctif de ce couvent, sa dévotion précoce au Sacré-Cœur de Jésus : « Mais une autre gloire était réservée à mon cher carmel : celle d’être dans ces contrées le premier foyer de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus. En effet, moins de quinze ans après la mort de Marguerite-Marie, les carmes déchaussés de Liège y érigèrent une confrérie du S.C. de Jésus. » La fondatrice-carmélite porte le nom bien choisi de Marie-Marguerite, ce qui renoue avec la traditionnelle dévotion au Sacré-Cœur, impulsée par Marguerite-Marie Alacoque150.

e. Le transfert à Jambes (1906)

  • 151 Notices…, mère Marie-Louise du Saint-Esprit, Idalie Desy, 1846-1915, p. 222. Dans A.C.J.
  • 152 Notices…, sr Marie du Saint-Sacrement, Catherine Schrols, 1827-1918, p. 290. Dans A.C.J.
  • 153 Lettre de Michel du S.C. de Jésus, prov. Bruxelles, le 16 décembre 1918. Dans A.G. OCD. Série C. Pr (...)
  • 154 Les inondations les plus terribles sont celles de l’année 1925. L’eau atteint 1,70 mètre dans les c (...)

86De façon générale, le vingtième siècle voit les couvents urbains sortir du cœur des villes. Ce phénomène gagne le carmel de Namur et, le 14 août 1906, il s’installe à Jambes, sur les bords de la Meuse. La raison est le manque d’espace et des locaux inappropriés à la vie conventuelle : le berceau des carmélites namuroises n’était autre qu’une double maison aménagée en couvent. « Bien des choses y faisaient défaut », relate sœur Marie-Véronique, « et en particulier, un enclos suffisamment grand, comme le requièrent nos constitutions […]. Quelle peine c’était pour nous chaque fois que nous apprenions qu’une belle vocation pour notre carmel échouait à cause du manque d’air, d’espace, choses que les parents des postulantes imposaient comme conditions au consentement151. » C’est grâce à l’entremise du frère de Marie-Marguerite des Anges (Radome), l’abbé Ernest Radome, que les fonds pour la construction sont trouvés en la figure de la comtesse de Limminghe. La propriété jamboise offre un tout autre cadre de vie, avec « église et maison pour l’aumônier, ses places, offices, cloîtres si remplis d’air et de lumière, le riant préau, le grand jardin aux larges horizons, bien arborés et qui serait vite cultivé152 ». Les guerres sont aussi l’occasion de transfert. La première épargne le carmel de Namur ; ce sont les couvents hennuyers qui sont sinistrés : Tournai, Mons, Ath153. En revanche, le carmel jambois est partiellement détruit par les bombes à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À cela, il faut ajouter les inondations par la Meuse dont le couvent est fréquemment l’objet154. Il est décidé, après la Seconde Guerre mondiale, de l’expropriation des bâtiments « sinistrés par l’eau et le feu », de la démolition progressive du couvent et de sa reconstruction au lieu dit des Vigneroules, sur la colline jamboise. La translation de la communauté a lieu le 31 octobre 1952 : c’est la troisième demeure des carmélites namuroises à l’époque contemporaine. En 2006, le couvent ferme et est racheté par les Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix.

C. Les carmélites de Florefle (1902) et les clarisses de Malonne (1903)

87Les clarisses de Malonne et les carmélites de Floreffe ont ceci de commun d’être apparues dans nos régions au début du 20e siècle, au moment des lois anticléricales du gouvernement français. C’est à nouveau les relations entre le politique et le religieux qui sont en jeu. Mais les motifs du départ des deux communautés sont différents. Les carmélites arrivées à Floreffe en 1902, en provenance de Montélimar, quittent la France en réaction à la loi sur les associations du 1er juillet 1901, qui oblige les congrégations « non autorisées » à se faire reconnaître par l’État. Les carmélites de Montélimar, jugeant ces conditions incompatibles avec leur règle de vie, s’engagent dans un exil « volontaire ». En revanche, les clarisses arrivées à Malonne en 1903, en provenance de Saint-Omer, font partie des congrégations « autorisées » en vertu de leurs tâches d’enseignement. Il ne s’agit pas d’un exil à proprement parler, mais d’une fondation en prévision d’une éventuelle expulsion qui n’aura jamais lieu.

1. Le carmel de Montélimar-Floreffe (1860/1902)

a. Le carmel de Montélimar (1860)

  • 155 Voir aussi : La double juridiction des carmélites, p. 382 et sv.
  • 156 Ordinaire ou cérémonial des religieuses carmélites déchaussées, revu d’après le texte italien de l’ (...)

88Les carmélites exilées à Floreffe en octobre 1902 viennent de Montélimar (Drôme provençale) où elles sont fondées en 1860 par le carmel de Lyon. Les premières décennies du carmel naissant sont marquées par la recherche de la « vérité » de leur vocation, tant dans le choix des règles que du gouvernement. Le carmel de Montélimar fait partie des carmels dits anti-bérulliens, c’est-à-dire hostiles au gouvernement particulier instauré par Pierre de Bérulle lors de l’introduction des carmélites en France et qui les soustrait de la juridiction des carmes155. En novembre 1869, la prieure du couvent de Montélimar, mère Thérèse de Jésus (Pauline Charayron, † 1881) se rend à Rome avec la prieure du carmel de Meaux afin de présenter une supplique, soutenue par quinze carmels français, demandant le rattachement à l’ordre tout en restant soumise à l’ordinaire du lieu. Il s’agit du régime de la « double juridiction » choisi par les carmélites de Belgique et les « anti-bérulliennes » de France. C’est en 1885 qu’elles obtiennent le rescrit de l’évêque les autorisant à se rattacher juridiquement aux pères carmes. La même année, la seconde prieure du carmel montilien, mère Marie du Saint-Sacrement (Alcine Caffarel, †1909) envoie une supplique au pape Léon XIII afin de défendre les constitutions de la Congrégation d’Italie contestées par le courant bérullien. Elle est aussi l’auteur de nombreuses traductions de textes réglementaires en vigueur dans la Congrégation d’Espagne et dans la Congrégation d’Italie (constitution, cérémonial, usages réguliers, instructions aux novices156). Ces traductions seront répandues dans une trentaine de carmels français et dans quelques carmels étrangers.

b. L’exil en Suisse (22 septembre 1901) et l’arrivée à Floreffe (3 et 24 octobre 1902)

  • 157 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 100. Dans A.C.F.
  • 158 Récit de l’exil par Marie du Saint-Sacrement, [1901-1902], p. 5-6, 54. Dans A.C.F.
  • 159 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 101. Dans A.C.F.
  • 160 234 communautés ont refusé de demander l’autorisation, soit un peu plus d’un quart de l’ensemble de (...)
  • 161 Charles Cotton (°3 décembre 1825, Saint-Siméon de Bressieux (Isère) - †25 septembre 1905, id.) est (...)

89Le même esprit d’attachement à l’observance s’affirme lors de la loi sur les associations du 1er juillet 1901. Les carmélites de Montélimar refusent de faire la demande d’autorisation exigée par le gouvernement. Les conditions qui consistent à « être déclarées d’utilité publique » et « à subir la visite du préfet ou de ses délégués à toutes les heures et toutes les fois qu’ils le demanderaient » sont « incompatibles » avec leur vie « uniquement contemplative et cachée à tous les yeux par une clôture des plus rigoureuses157 ». La prieure écrit encore : « Notre dignité et nos règles s’opposaient à ce que nos personnes, nos cloîtres, nos livres, nos biens, l’intime de notre vie privée fussent soumis à une inquisition exercée librement en tout temps et à toute heure. » Face à cette décision, elles ont encore un double choix : rester et attendre une éventuelle expulsion, ou partir en exil. On peut s’étonner de l’alternative un moment suggérée de se disperser dans les familles, mais cette option n’est pas retenue pour deux motifs : la crainte de « l’affaiblissement que ce contact avec le monde apporte toujours à l’esprit religieux » et celle de la dispersion : « une communauté dispersée est une communauté perdue, pour l’esprit religieux et le reste158 ». C’est ainsi que les carmélites optent « pour l’exil plutôt que de manquer à Dieu et à la Sainte Église par une timide acceptation de la loi injuste et persécutrice159 ». Il faut bien sûr, dans cette décision, mentionner l’impact des supérieurs, les carmes notamment. On sait par G.Laperrière que l’essentiel des refus se trouvent chez les bénédictins, les carmes, les carmélites et les chartreux160. Les carmélites de Montélimar sont aussi soutenues par l’évêque du lieu, Charles Cotton (1825-1905161), dont l’intransigeance face au gouvernement laïque s’est illustrée à plusieurs reprises, notamment dans sa campagne contre les manuels d’enseignement civiques et dans la rédaction d’ouvrages dans le contexte de la guerre scolaire. Il avait eu à comparaître plus d’une fois en justice pour outrages envers certains membres du gouvernement.

  • 162 Récit de l’exil par Marie du Saint-Sacrement…, p. 22. Dans A.C.F.
  • 163 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 105. Dans A.C.F.
  • 164 Lettre de Jean Dumont, menuisier, s.l.n.d. Dans A.C.F. Classeur. Amis du carmel.
  • 165 Discours prononcé à l’occasion du jubilé (25 ans) du carmel de Floreffe, Floreffe, 1936. Dans A.C.F (...)

90Avant l’expiration du délai de trois mois accordé par la loi, les carmélites de Montélimar quittent le couvent la nuit du 22 septembre 1901 pour se diriger vers le Valais, en Suisse. Une parente leur a trouvé un refuge au Vasselin dans la commune de Bex. Les chroniques insistent sur le passage de la clôture par ces religieuses qui la franchissent de nuit dans une grande émotion : « La messe célébrée à deux heures du matin fut vraiment une messe des catacombes. […] [Sanglots, obscurité], tout donnait à cette cérémonie l’aspect d’une veillée funèbre. […] L’émotion qui nous étreignit au moment de franchir cette clôture d’où nous croyions ne jamais sortir vivantes fut pour toutes […] l’instant le plus critique162. » Elles restent en Suisse presque une année. Le bail de neuf mois écoulé au Vasselin, il faut trouver un lieu « pour y planter une seconde fois [leur] tente163 ». En juin 1902, elles s’installent dans un chalet au Val d’Illiez, toujours dans le Valais. Mais le 18 août 1902, le Conseil fédéral de Genève promulgue un arrêté qui retire aux communautés religieuses le droit de vivre sur son sol. Par ailleurs, l’évolution de la situation en France ne laisse pas présager de retour au bercail : la gauche radicale sort triomphante des élections législatives du 11mai 1902. La Belgique, où les catholiques sont au pouvoir depuis des années, apparaît comme le lieu de refuge idéal. C’est un carme qui trouve, pour les dix-sept carmélites exilées, une maison à Floreffe, lieu attirant par la présence d’un petit séminaire qui pourrait offrir les services spirituels nécessaires aux moniales. Elles y arrivent en deux groupes, les 3 et 24 octobre 1902. À nouveau, les moniales « s’entassent » dans cette « maison Joiret », du nom de la veuve qui la loue, et péniblement adaptée aux règles conventuelles et de clôture. Selon les mots colorés d’un menuisier, elle ressemble plus à un « campement de Bohèmes », à « des baraquements » qu’à un couvent164. Avec une cellule pour trois religieuses, « c’était l’époque héroïque », écrit la chroniqueuse, « celle où des sœurs bien âgées vivaient les unes sur les autres, dans une maison trop étroite, mangeant dans des boîtes à conserve sur leurs genoux, avec des journaux en guise de serviette165 ». Mais les religieuses n’hésitent pas à faire le rapprochement entre ces années de privation dans la maison Joiret, « purgatoire sur terre », et le rachat des péchés de la France « maçonnique ».

c. Camille Sorée, fondateur du carmel de Floreffe (1906-1908)

  • 166 Il est par ailleurs l’auteur du Traité des congrégations religieuses, 1789-1949, Paris, 1944.
  • 167 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 130. Dans A.C.F.

91La suite des événements en France va progressivement amener la communauté à faire le deuil d’un retour et à décider de la construction d’un nouveau monastère « en exil ». La loi du 1er juillet 1901 prévoyait que les biens des communautés non autorisées seraient confisqués par l’État. Le carmel de Montélimar n’échappe pas à la spoliation et, en septembre 1902, les autorités municipales françaises engagent un procès contre les carmélites, les accusant de ne pas être les propriétaires légales du couvent. Grâce à l’intervention d’Auguste Rivet, avocat et professeur de droit canonique à l’université de Lyon166, les carmélites gagnent le procès, mais trouvent toutefois prudent de vendre immédiatement le couvent. L’acte de vente est signé le 24 février 1904. « Aujourd’hui, a été signé à Montélimar […] l’acte de vente de notre monastère. Le sacrifice est consommé, nous n’avons plus où reposer notre tête167 », rapportent les chroniques. Cette communauté quelque peu abattue, qui voit se succéder en peu de temps le décès de quatre sœurs et qui, faute de revenus, n’a guère l’espoir de jouir d’un lieu plus favorable à son développement, trouvera l’impulsion d’un nouveau départ grâce à l’intervention de Camille Sorée (1875-1922), jeune professeur au séminaire. Celui-ci leur propose de construire un couvent à Floreffe.

  • 168 Cf. Debois (M.), L’abbé Camille Sorée, éloge funèbre, Namur, 1922, 16 p. Dans A.C.F. Classeur de Ca (...)

92La rencontre avec Camille Sorée est perçue par les sœurs comme un signe providentiel et c’est à ce titre qu’elles en feront le fondateur du nouveau couvent. De son côté, ému par la pauvreté des sœurs, il trouve là l’occasion de réaliser un vœu fait à la Vierge autrefois. Ce prêtre, qui avait rêvé de s’engager dans le « service des pauvres, travailleurs et ouvriers, dans la ligne de l’encyclique Rerum novarum », avait été envoyé à Louvain pour y poursuivre des études, et ensuite être nommé, en 1901, comme professeur au séminaire de Floreffe. À partir du 22 décembre 1906, moment où le projet de bâtir est accepté à l’unanimité par la communauté, jusqu’au 29 octobre 1908, date de la prise de possession du nouveau couvent, l’abbé Sorée va s’employer à la construction du carmel. Il dispose, pour financer l’entreprise, de 55.000 francs belges provenant de la vente du carmel de Montélimar et de 10.000 francs belges apportés par les aumônes, à quoi il ajoute 6.000 francs belges de sa caisse personnelle. La fondation achevée, et jusqu’à son décès prématuré à l’âge de 46 ans, il reste pour les carmélites « leur fondateur et protecteur, leur guide spirituel et gestionnaire temporel ». Parallèlement, il s’engage dans l’Association catholique de la jeunesse belge et, après la guerre, nommé doyen à Gembloux, il œuvre dans des associations « pour le relèvement de la femme et de la jeune fille168 ».

  • 169 Lettre du vicaire Georges Monchamps, Liège, 1905. Citée dans : Notices…, sr Térésa-Joseph, Angèle M (...)

93Le transfert des carmélites dans un monastère régulier en octobre 1908 leur donne une visibilité nouvelle, leur permettant d’accueillir des postulantes belges. Jusqu’alors, le recrutement était quasi impossible, du fait de la précarité matérielle, mais aussi de la concurrence que ces couvents exilés faisaient aux monastères belges, problème relevé par le vicaire de Liège : « J’ai parlé dès le lendemain de mon voyage de l’admission des novices belges dans les carmels français exilés, et de ses inconvénients. Il en a été ensuite question ailleurs, mais il paraît que l’on a pensé qu’il n’y avait pas à craindre que des novices belges se présentent à des carmels français, tandis qu’elles avaient des maisons nationales à volonté, plus conformes à leurs goûts et caractères169. » En janvier 1914, le nouveau carmel de Floreffe accueille sa première postulante belge et le recrutement se poursuit durant les années de guerre (6 postulantes au total entre janvier 1914 et mars 1918). Toutefois, les mères françaises restent attachées à leur patrie et, jusqu’au décès de Camille Sorée en 1922, elles caressent le projet d’une fondation à Valence, non loin de Montélimar. À partir des années 1920, l’arrivée massive de Belges et le décès de plusieurs Françaises contribuent à enraciner davantage le couvent dans sa terre d’accueil.

2. Les clarisses de Saint-Omer – Malonne (1824/1903)

  • 170 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésias (...)
  • 171 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 1. Dans A.C.M.

94Les clarisses venues de Saint-Omer à Malonne le 21 octobre 1903 n’étaient pas directement visées par la loi du 1er juillet 1901 ni par les mesures consécutives, plus radicales encore, atteignant les congrégations actives. De fait, elles font partie des contemplatives autorisées. Restaurées en 1824, elles optent pour un compromis entre vie contemplative et éducation des jeunes. Leurs statuts, promulgués en 1827170, sont reconnus par l’État conformément à la loi du 24 mai 1825. Toutefois, alarmées par le climat politico-religieux, les clarisses audomaroises décident de fonder en Belgique, en prévision d’une expulsion. Cette démarche est saluée par leur supérieur qui se plaît à dire, qu’en cas de non-expulsion, « l’œuvre satanique qui pousse à l’anéantissement des communautés religieuses aura pour effet de vous multiplier »171.

a. Les clarisses de Saint-Omer (1581-1790) et leur restauration (1824)

  • 172 Une fondation apparentée existe déjà au 13e siècle à Alspach, en Alsace. Voir aussi le point « Les (...)
  • 173 Roggen (H.), o.f.m., L’ordre des clarisses en Belgique, dans Filles du silence…, p. 184.
  • 174 Les pauvres clarisses de Saint-Omer avant la Révolution, s.l.n.d. Dans A.C.M. Série B : Archives an (...)
  • 175 Clarisses de Saint-Omer. Registre historique de 35 p. msc., p. 20. Dans A.E.A. 4 R5/12.

95L’histoire de famille des clarisses de Saint-Omer/Malonne remonte au 15e siècle172, lorsque les Pauvres claires d’Anvers fondent un couvent à Veere (Zélande) en 1472. Elles font partie de la Réforme des observants qui gagne nos régions en même temps que celle de Colette de Corbie173. Les guerres de religion obligent les religieuses zélandaises à quitter leur couvent et le 2 août 1581, elles s’implantent en Artois à Saint-Omer, où elles obtiennent des autorités municipales le droit de se fixer définitivement. En 1790, la communauté, qui compte 37 religieuses, est supprimée174. Elle est relevée le 25 octobre 1824 par une de ses membres, sœur Caroline Pustel (†1836). De retour d’Allemagne en 1815 et dépourvue de ressources, elle soigne les malades dans le but de gagner de l’argent afin de reconstituer la communauté perdue. Avec la maigre somme de 300francs, elle achète deux petites maisons contiguës, en même temps qu’« elle s’efforce de retrouver des compagnes, épaves comme elle-même d’anciens couvents vidés par la tourmente175 ». Elle parvient à en réunir trois : une de ses anciennes sœurs du couvent de Saint-Omer, une ancienne capucine de Paris et une ancienne récollectine d’Estaires. À défaut de pouvoir racheter l’ancien couvent vendu à des particuliers, les religieuses se mettent à quêter en vue de la construction d’un nouveau monastère. Il apparaît clairement que la motivation des quêteuses est de restaurer le couvent détruit, comme en témoigne ce dialogue, rapporté par les chroniques, entre une religieuse et un bienfaiteur potentiel : « Je voudrais, avec mes consœurs, remplacer notre couvent qui a été aliéné à la Révolution et en rebâtir un qui nous permît de ressusciter notre ordre, et de mourir heureuses aux pieds du Seigneur ».

  • 176 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 21, 36. Dans A.E.A.
  • 177 Clarisses de Saint-Omer. Registre historique de 35 p. msc., p. 28. Dans A.E.A. 4 R5/12.
  • 178 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésias (...)
  • 179 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 1. Dans A.E.A.

96Au départ, les fondatrices ne trouvent guère d’appui auprès des ecclésiastiques du lieu, qui les dissuadent plutôt dans leur volonté de restaurer le couvent détruit. L’une d’entre elles, en quête, se serait même entendu dire par un prêtre « qu’à cause de la vie vagabonde qu’elle menait, elle irait en purgatoire ». Ce qu’elle aurait réfuté par une affirmation de foi : « Moi, en purgatoire, Monsieur l’Abbé, jamais !… La Foi m’apprend que les indulgences suppléent à ma faiblesse et rachètent mes fautes ! Avec le secours d’En Haut, je vis de Foi, d’Espérance et de Charité comme mes Saints Fondateurs, et j’espère avec eux aller jouir de Dieu après ma mort176. » À partir de 1827, elles trouveront en la personne de l’abbé Bouquillion, vicaire de la paroisse, l’appui nécessaire à la consolidation de la fondation, et en feront leur fondateur177. Cette année-là, les religieuses, conformément à la loi du 24 mai 1825, rédigent des statuts pour être reconnues par l’évêque et par les autorités civiles. Ceux-ci stipulent que le double but de l’institution est de « se sanctifier en priant pour la prospérité de la religion […] et […] en se dévouant à l’instruction des jeunes filles178 ». On voit de fait les clarisses audomaroises ouvrir « des classes pour l’instruction, un atelier pour la lingerie, une salle d’asile et des chambres pour les personnes qui aiment la tranquillité et la régularité179 ».

b. Le premier projet de fondation à Malonne : la Maison Blanche (octobre 1903)

97Autour de 1900, les clarisses, bien qu’officiellement reconnues, s’inquiètent de la situation et un projet de fondation hors de France se dessine : un couvent qui « s’ouvrira avec amour devant leur détresse si elles sont brutalement chassées de leur couvent de Profession ». À partir de mars 1903, l’aumônier de la communauté, l’abbé François Delattre, se met à la recherche d’unrefuge en Belgique. Lorsque la possibilité d’acheter un terrain en terre belge se concrétise, le supérieur de la communauté soumet officiellement le projet au chapitre :

  • 180 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 4, 1. Dans A.C.M.

« Si vous votez oui, dit notre père, nous agirons en conséquence ; si vous votez non, ce sera vite fini. Mgr l’évêque de Namur, chez qui je me suis rendu avec Mr l’Aumônier, veut bien vous accepter dans son diocèse. Mgr l’évêque d’Arras approuve aussi notre projet. […] Quand les mauvais temps seront passés, une partie de la communauté reviendra en France et l’autre restera en Belgique180. »

  • 181 Les clarisses de Malonne fêtent le 75e anniversaire de fondation de leur monastère : 1903-1978, par (...)
  • 182 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 5. Dans A.C.M.

98La communauté vote en faveur de la fondation. Toutefois, le premier terrain choisi n’est plus disponible, et c’est le hasard des rencontres qui acheminera les clarisses audomaroises à Malonne. Revenant bredouille de ses investigations, l’aumônier François Delattre se fait interpeller dans le train par un homme de la région, Monsieur Michotte, qui lui demande s’il n’est pas à la recherche d’un refuge pour des religieuses exilées. Il propose la location de la « Maison Blanche », propriété du comte de Villers, située à quelques kilomètres de Namur. Cette rencontre est perçue comme un signe providentiel, et sans plus attendre, les clarisses y font entreprendre les aménagements nécessaires à la vie régulière. Le lieu se distingue par une forte présence religieuse qui rassure les exilées. Malonne est connu pour son établissement des frères des Écoles chrétiennes, Saint-Berthuin. L’institut, qui aurait encouragé la fondation en disant « Venez vous fixer à Malonne, vous prierez pour nous et nous vous aiderons », rendra de fait de très nombreux services, d’ordre matériel surtout, à la fondation naissante. En outre, les clarisses peuvent compter, pour les secours spirituels, sur la communauté de frères franciscains établie à Salzinnes. Enfin, l’évêque du diocèse, Mgr Heylen, se montre particulièrement accueillant envers les exilés français. La multiplication des établissements religieux dans son diocèse ne le dérange nullement et il ne craint pas la menace de la concurrence entre couvents, lui qui aurait confié à l’aumônier Delattre : « Un dicton flamand précise : plus il y a de cabarets, et plus on boit. Moi je dis : plus il y a de couvents et plus on prie181 ». La nuit du 20 au 21 octobre 1903, « pour ne pas mettre la population en émoi », huit religieuses, l’abbesse en tête, quittent le couvent, non sans tristesse et regrets : « L’heure du sacrifice allait sonner, et quel grand sacrifice !… Quitter sa chère Communauté, des sœurs aimées et dévouées, une mère particulièrement chérie et vénérée, un Père confesseur de toute bonté et sollicitude pour nos âmes, quel sujet de peines, mon Dieu !… Et aller où ? En exil, en pays étranger, dans un lieu inconnu !… Quelle angoisse au fond des âmes182 ! » Après un voyage nocturne en train, passé à réciter le rosaire, les religieuses sont accueillies le matin par la communauté de frères franciscains établie à Salzinnes. Toute la journée, elles s’affairent aux rangements dans leur nouvelle demeure. Cette rupture dans le rythme conventuel, déchirant, est en même temps exaltant. Les moniales, secourues par les frères franciscains, se comparent aux premières compagnes de saint François : « Douce joie à la vue de ces bons frères, transportant devant nous la corbeille de ces menus vivres. Involontairement, on se reportait en esprit aux premiers temps de l’ordre où notre Glorieux Père Saint François prêtait quelques frères lais à notre Mère Sainte Claire et à ses sœurs pour aller recueillir des aumônes en leur nom. » Elles vivent plus intensément que jamais les paroles des psaumes évoquant la persécution contre le peuple d’Israël : « Jamais peut-être ces paroles de l’office ne sortirent plus brûlantes de notre poitrine qu’à cette heure du ciel sur la terre d’exil. » Enfin, elles relisent leur expérience à la lumière de la spiritualité de l’époque, qui valorise le sacrifice au profit de l’Église :

  • 183 Ibid., p. 7, 8, 5. Dans A.C.M.

« Elles vont créer un centre de prières et de réparations dans une région hospitalière qui les accueille volontiers, en leur qualité de religieuses persécutées en France, mais destinées à rester à perpétuité en Belgique. Qu’elles sentent toute l’importance de l’œuvre qu’elles sont appelées à fonder. […] Puissent-elles, par la ferveur de leurs prières et la générosité de leurs réparations, être placées au premier rang des communautés qui auront le plus efficacement contribué au triomphe de l’Église et au salut de la France183. »

c. Le retour à la vie cloîtrée et la construction d’un nouveau couvent (1904-1906)

99Au changement de lieu s’ajoute, plus déterminant encore, celui de l’orientation de vie. De fait, la nouvelle fondation est placée, contrairement à la maison-mère, sous le signe de la vie strictement contemplative. Les deux maisons restent unies sous la houlette de la même supérieure, mais chacune avec une mission différente, comme l’évoque le père Delattre : « Tandis qu’à l’exemple de Josué combattant dans la plaine, vos sœurs de Saint-Omer continueront leurs travaux et leurs luttes, vous autres, comme Moïse sur la montagne, vous prierez pour elles et en union avec elles pour le salut de la France… » Se pose alors le problème toujours crucial en milieu monastique du choix de la règle. Au départ, les supérieurs engagent les clarisses installées à Malonne à suivre la règle des clarisses urbanistes, plus « conforme à [leur] vie ordinaire que la Première règle de Sainte Claire ». « Cette première règle, en effet, n’avait pu être observée dans tous ses points principaux, notamment en ce qui concerne la clôture, à cause des œuvres de charité que nos premières Mères, revenues à Saint-Omer après la grande Révolution de 1789, avaient dû accepter pour fonder un couvent. » En revanche, l’office de nuit et le jeûne étaient en vigueur au couvent de Saint-Omer : « La pratique du jeûne fut courageusement observée encore par plusieurs de nos religieuses qui faisaient la classe et joignaient encore à leurs œuvres d’autres rigoureuses pénitences ; l’abstinence perpétuelle s’était maintenue dans la communauté. » Ainsi, les religieuses reçoivent la règle urbaniste à laquelle elles ajoutent les usages en vigueur à Saint-Omer et plus proches de la « première règle ».

  • 184 Ibid., p. 9, 3, 26, 17, 18. Dans A.C.M.
  • 185 Lettre du F. Bonaventure Marrani, procureur général des frères mineurs, Rome, le 31 mai 1905, dans (...)

100Ce travail aboutit au nouveau règlement, mais celui-ci ne satisfait pas les moniales soucieuses de mener une vie toujours plus « parfaite ». La jeune communauté réclame la première règle, ce à quoi les supérieurs consentent, d’abord le supérieur de la communauté, Henri Graux, puis l’évêque de Namur qui donne son approbation en août 1904. En janvier 1905, ce dernier permet aux moniales de faire un séjour chez les clarisses-colettines de Bruges, berceau de la renaissance colettine en Belgique au 19e siècle, tout en faisant « remarquer ce qu’il y a d’excessif et de trop rigoureux dans le règlement » des colettines et en disant sa préférence pour « quelque chose de plus humain et partant plus accessible à toute la communauté ». Sur ce séjour qui a duré une semaine, du 20 au 28 février 1905, les chroniques mentionnent : « Réception toute cordiale au couvent des Colettines. Ferveur et régularité à Matines. Silence. Jeûne. Discipline. Simplicité des sœurs et de la Mère qui nous a tout appris : le grand office, cérémonies du chœur, clôture (double grille, un parloir, un tour184). » Mais la question demeure, posée dans les cadres conceptuels de l’époque : « Serons-nous Colettines ou Urbanistes ? », se demandent les religieuses. C’est une troisième alternative qui est finalement choisie : les clarisses de Malonne suivront la première règle, non pas associée aux constitutions colettines, mais aux Déclarations du père Marchant, récollet attaché à la réforme de l’Observance et qui rédige ces constitutions en 1644. La tradition a tranché : en reprenant les Déclarations du père Marchant, les clarisses renouent avec le passé du couvent audomarois où ces Déclarations étaient en vigueur avant la Révolution. Ce choix est entériné par le général des frères mineurs le 31 mai 1905185.

101Parallèlement à la question de l’observance, les clarisses cherchent un lieu se prêtant davantage à leur vie régulière : « l’exiguïté des lieux, les réparations continuelles et d’ailleurs le prix élevé de la propriété, firent songer à l’acquisition d’un terrain en vue de bâtir un monastère ». Le témoignage d’une tourière arrivée à l’âge de quinze ans dans la Maison Blanche fournit un aperçu vivant de ces premiers temps de l’exil, marqués par la précarité matérielle :

  • 186 La « petite Joséphine » regagne Saint-Omer en mars 1908. Lettre de sr Bernadette, Saint-Omer, 18 av (...)

« Je suis entrée à la maison Blanche au mois de mars ou avril, quant à la date, je ne saurais vous le dire, nos sœurs sont arrivées de Saint-Omer en 1903. […] Nos sœurs m’ont reçue avec beaucoup de bonté, j’étais la petite Joséphine et j’ai été très heureuse dans cette maison. Nos sœurs y ont souffert les premiers mois, car elles étaient très seules. Il y avait trois maisons au plus, mais Mr et Mme Jacmart, les fermiers, étaient très bien pour elles et en même temps elles avaient du voisinage. La première chose qui arriva en hiver, ce fut la cave inondée et sœur Gertrude dut monter dans une cuve avec deux bâtons pour aller chercher les provisions et les passer à nos sœurs qui étaient sur les marches et remontaient tout. […] La chapelle était pauvre, un corridor, des 3 fenêtres qui donnaient sur la ferme, deux étaient bouchées par une tenture rouge avec le monogramme du Christ et de la Sainte Vierge, cela formait un angle droit et la sacristie était derrière. La grille était plus haute que l’autre pour la communion, il fallait monter sur un escabeau de 2 marches. […] Il y faisait froid en hiver et Mère Marie-Antoinette y a été très gravement malade186. »

  • 187 Relation des 50 ans du monastère de Malonne, Malonne, le 12 août 1953, p. 4. Dans A.C.M. Série G : (...)
  • 188 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 19, 25. Dans A.C.M.

102Le 7 novembre 1904, les clarisses achètent une propriété de plus de deux hectares à la famille Moulard, pour le montant de 13.400 francs belges. Situé sur une colline, ce terrain accidenté nécessitera un travail de nivellement qui occupera « 48 ouvriers pendant plusieurs semaines187 ». La première pierre du couvent est posée le 30 avril 1905 par Mgr Heylen au cours d’une cérémonie. Il réitère l’engagement qui oblige la communauté contemplative envers l’Église et ses fidèles : « Sa grandeur dit qu’elle fait bon accueil aux communautés religieuses pour avoir des prières en retour. Elle demande si elle peut compter sur les nôtres et les promettre aux paroissiens de Malonne qui sont heureux de nous recevoir. » Le 16 août 1906, les clarisses effectuent leur déménagement de la Maison Blanche au nouveau couvent, avec l’aide des frères de Saint-Berthuin et celle d’une bienfaitrice, Mme Servais, qui « envoya chevaux et voitures » pour – et nous retrouvons le contrat qui lie contemplatives et bienfaiteurs – « l’amour de Dieu et pour avoir les prières des religieuses », disait-elle à un de ses domestiques188.

  • 189 Nécrologe, Sr Marie-Emmanuel des Anges, Marie Hérenguel, 1896-1910, p. 7. Dans A.C.M.
  • 190 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.
  • 191 La responsable de la communauté audomaroise comparaît une première fois au tribunal à Saint-Omer le (...)
  • 192 Lettre de sr Marie-Rose, Saint-Omer, 12 janvier [?], p. 3. dans A.C.M. Série C : Archives de Saint- (...)
  • 193 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 75. Dans A.E.A.
  • 194 Nécrologe, Rde Mère Angèle de Saint-Jean Capistran, Clavie Damary, 1855-1913, p. 20. Dans A.C.M.

103Le retour à la vie strictement cloîtrée de communautés de moniales qui s’étaient adonnées à des œuvres d’enseignement au 19e siècle est caractéristique du 20e siècle. Il s’observe aussi dans d’autres ordres, chez les cisterciennes, qui se rattachent à l’observance trappistine, et chez les visitandines, par exemple. Ce changement de vie n’a pas toujours été bien vécu par des sœurs entrées dans l’optique de mener une vie « mixte ». À Malonne, toutes ont ressenti le choc de se voir subitement « cloîtrées », même si certaines aspiraient à cette vie, comme une sœur dont la biographie rapporte qu’elle « fut au comble de sa joie parce qu’à Malonne on allait vivre la Sainte Règle dans son intégrité n’ayant plus à s’occuper d’œuvres189 ». Par ailleurs, les religieuses entrées ultérieurement sentiront une différence de mentalité avec les sœurs de Saint-Omer : « C’était une sœur qui venait de Saint-Omer […] Et, elles avaient la vie semi-contemplative à ce temps-là. Elles faisaient la classe. Elles n’étaient pas formées à la contemplation comme nous. Alors, elles priaient, mais ce n’est pas du tout la même chose que nous190. » Ce retour à la vie cloîtrée s’explique par plusieurs facteurs : un nouvel engouement pour la « mystique » au tournant du siècle, le développement des ordres réguliers masculins qui poussent les religieuses dans cette voie, mais aussi, en ce qui concerne la France, la politique gouvernementale. C’est ce dernier facteur qui précipite le retour à la vie cloîtrée chez les clarisses de Saint-Omer. En 1904, le monde politique s’en prend aux communautés enseignantes. La communauté de Saint-Omer se voit obligée de fermer les classes et est portée sur une liste de proscription. Résignées à fermer leurs classes, les religieuses refusent de partir invoquant l’autorisation de 1827. Traduites à plusieurs reprises devant les tribunaux, les religieuses gagnent le procès le 23 avril 1906191, et obtiennent, le 23 juillet 1910, la permission du ministère des cultes de rester à « condition de mener la vie contemplative et de ne recevoir aucun sujet ». La communauté continuera toutefois de recruter, « comme vous pensez bien, c’est une prescription à laquelle on n’obéit pas, car les sœurs furent jusqu’à 46 et moi-même, entrant en 1925 j’étais la 38e192 ». La fermeture officielle des classes a lieu le 11 septembre 1906 et est suivie de l’imposition de la clôture193. Cette fois, les mesures brutales du gouvernement semblent rencontrer les désirs des religieuses : au sujet de la supérieure, la chroniqueuse écrit qu’elle « n’avait cessé de demander à Dieu la pure observance de la Sainte Règle pour sa communauté » et que, « par suite de la fermeture des classes, ce désir devenait réalité ». « Quelle joie pour son cœur », poursuit-elle, « de voir toutes ses Filles en embrasser avec ardeur les austères prescriptions et ajouter le vœu de clôture à leur première profession194. » Le désir de clôture est donc présenté comme un absolu pour les moniales en général.

D. Les clarisses de Saint-Servais (1911-1992)

  • 195 Lettre de Marie des Anges, Roulers, le 4 octobre 1893. Dans A.E.N. R.4. Questionnaire pour enquête (...)

104« Je soussignée, sœur Marie des Anges, abbesse des religieuses pauvres clarisses colettines à Roulers (Flandre occidentale) prend la respectueuse liberté de solliciter humblement au nom de leur saint Père François dont l’Église célèbre la fête en ce jour, la haute approbation de Votre Grandeur pour fonder une filiale de leur Saint Père et des Saintes Mères Claire et Colette soit à Namur, à Dinant, à Virton ou une autre ville de votre cher diocèse, le seul de la Belgique qui ne possède pas de religieuses Clarisses Colettines. Nommer nos Saints Fondateurs, c’est vous dire, Monseigneur, que notre vie pauvre et cachée est une protestation continuelle contre l’agitation d’un siècle qui ne vit que pour l’or et la puissance, un hommage perpétuel rendu à la divine providence dont nous voulons dépendre d’une manière absolue, une réparation de tous les maux et de tous les crimes que l’horreur de la pauvreté multiplie chaque jour. Notre monastère compte tant de personnel, que nous nous voyons obligées de refuser ou d’ajourner des vocations solides qui sollicitent l’admission. Oh ! Qu’il serait donc glorieux à Dieu et agréable à Saint François d’Assise, si Votre Grandeur daignait nous recevoir dans votre cher diocèse. C’est une faveur que nous osons solliciter, comme une bénédiction de Votre Révérendissime personne sur le digne Clergé et sur tous vos chers diocésains. Comptant sur la bonté paternelle de Votre Grandeur, nous vous prions, Monseigneur, d’agréer l’hommage de notre plus profond respect et de nous donner votre Sainte Bénédiction195. »

1. La fondatrice, Marie des Anges, Maria Dewilde (1852-1938), et la fondation

  • 196 Maria Dewilde naît le 19 janvier 1852 à Roulers, dernière d’une famille de onze enfants dont le pèr (...)
  • 197 De zusters arme klaren te Roeselare, 1867-1967, s.l.n.d., p. 9. Dans A.C.R.
  • 198 Colette de Corbie préconise de ne pas dépasser le nombre de 25 religieuses.
  • 199 De zusters arme klaren…, s.l.n.d., p. 1-12. Dans A.C.R.
  • 200 Chronique du monastère des clarisses de Roulers, 1866-1998, p. 42. Dans A.C.R.
  • 201 « Une ombre planait cependant sur la communauté : aucune vocation sérieuse ne s’était encore présen (...)

105Lorsque mère Marie des Anges, Maria Dewilde196, adresse cette requête à l’évêque de Namur le 4 octobre 1893, on ne fonde plus par défaut, mais par surplus. La vague de restauration s’est muée en vague d’implantation triomphante : « quels sont les diocèses, quelles sont les villes qui ne possèdent pas encore leur couvent de clarisses ? » se demande-t-on maintenant. Ce sont les nombreuses vocations des années 1880-1890 qui donnent vie à ces fondations. Les archives du couvent de Roulers font état des très nombreuses vocations vers 1880 et les années qui suivent : les vocations étaient devenues si nombreuses que le cloître devient surpeuplé197. En 1889, le couvent compte 27 religieuses : 21 cloîtrées et 6 tourières198. La première fondation en 1889, à Tilburg (Hollande), est suivie de celle de Huy (1892), de Boom (1895), de Hasselt (1899) et enfin, de Saint-Servais-Namur199(1911). Si l’idée de fonder à Namur germe en pleine efflorescence, il faudra presque vingt ans pour qu’elle se réalise. À ce moment, on sent que le rythme de l’élan fondateur s’essouffle : « les temps étaient de plus en plus difficiles et les vocations diminuaient », rapportent les chroniques de la maison-mère de Roulers200. D’ailleurs, la chroniqueuse de Saint-Servais relèvera, non sans angoisse, l’absence de vocation pour la nouvelle fondation jusqu’à la première arrivée, le 1er juillet 1915201.

  • 202 Ibid., p. 1 et 2. Dans A.C.S.
  • 203 Il s’agit de Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin), qui sera parmi les fonda (...)

106C’est lors de la fondation à Huy, en 1892, que la mère Marie des Anges « ressent le désir » de faire une fondation dans le diocèse de Namur qui ne comptait encore aucun couvent de clarisses – en 1901, Bruges et Eecloo fondent Arlon, devançant le projet de Roulers. Une première occasion de fondation se profile en 1907, au moment de la vente du couvent des carmélites de Namur qui allaient s’installer à Jambes. Les Roulersoises sont déçues d’apprendre que l’évêque a déjà promis cette bâtisse à d’autres religieuses « malgré le vif désir des filles de sainte Thérèse de donner la préférence aux filles de sainte Claire », mais ajoutent ensuite qu’il s’agit là d’une « bienveillante disposition de la bonne Providence, car le monastère était tout infecté par la pourriture de millions de rats empoisonnés qui, à l’insu des sœurs carmélites, s’étaient réfugiés sous les planchers »202. Une nouvelle tentative est faite en 1909 par le curé de la paroisse Saint-Nicolas à Namur, l’abbé Camille Guilmin, dont la nièce est clarisse à Roulers203, mais le décès du prêtre le 10 janvier 1910 met fin à ces démarches. Finalement, le projet aboutit grâce à l’entremise d’une tourière de Huy qui rencontre la future bienfaitrice de la fondation namuroise, Madame Darrigade, comtesse de Meeûs :

  • 204 Archives du monastère de Saint-Joseph… fondé à Huy en 1892, p. 44. Dans A.C.H.

« Notre bonne sœur Marie, tourière, allant chaque année collecter avec une de ses consœurs à Namur, y avait fait la connaissance de Madame Darigade. C’était une Dame qui avait une grande dévotion à Saint-Michel, archange. Dans une de ses visites, la Dame l’engagea à dire à notre Révérende Mère Abbesse de venir fonder à Namur et de mettre le monastère sous le patronage de Saint-Michel. Notre Bonne Mère [de Huy] ne voulant pas faire de fondation du vivant de notre Mère Fondatrice, lui écrivit. L’affaire lui souriait, seulement, comme toujours, les difficultés ne manquèrent pas… Mais Saint-Michel s’étant mis de la partie et coûte que coûte, elle devait tôt ou tard aboutir à la plus grande gloire de Dieu, à l’honneur de Saint-Michel et pour l’extension de notre ordre204. »

  • 205 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 3. Dans A.C.S.

107L’évêque intervient au niveau du choix du lieu : il propose la commune de Saint-Servais, « paroisse moins chrétienne, assez étendue, et dont les paroissiens éloignés de l’Église bénéficieraient de la chapelle du couvent205 ». En attendant la construction du couvent, au Beau Vallon, les clarisses louent un chalet.

  • 206 Mère Marie des Anges (Maria Dewilde) ; Marie-Alphonsine de Jésus crucifié (qui regagne Roulers avec (...)
  • 207 La mère Marie-Anna (Gilliaert) de Boom est nommée supérieure ; Marie-Angéline (Gyselinck) est élue (...)
  • 208 Marie-Anna de Boom, Mélanie Gilliaert, est née le 18 août 1855 à Zandvoorde (probablement le Zandvo (...)
  • 209 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 7-9. Dans A.C.S.

108L’essaim fondateur, onze religieuses dont la fondatrice Marie des Anges et trois tourières206, quitte Roulers le 8 mai 1911. La mère fondatrice (et sa compagne Marie-Alphonse) regagnent Roulers lors des premières élections, le 29 mai207. La première abbesse est Marie-Anna (Gilliaert) de Boom – qui le reste jusqu’à son retour au couvent de Boom le 15 juin 1915208. Les travaux, entamés en juillet 1911, sont terminés un an plus tard et, le 31 août 1912, les religieuses opèrent le transfert dans le nouveau monastère. Leur mission dans l’Église et la société est clairement énoncée lors de la première messe célébrée dans la chapelle conventuelle : « Voilà donc les filles de Sainte-Claire fixées sur la montagne où elles continueront l’office de Marie par leur vie de prière et de pénitence, pendant que leur vaillant évêque et son clergé combattront dans la plaine. » À ce moment, les religieuses « sentirent grandir leur mission et s’offrirent en victimes avec Jésus pour le salut des pauvres pécheurs de Saint-Servais209 ». On sent dans cet extrait l’ancrage très local que peut prendre la vocation contemplative.

2. Les bienfaiteurs

  • 210 De zusters arme klaren…, s.l.n.d., p. 12. Dans A.C.R.
  • 211 Lettre du P. Debois, vicaire général, Namur, le 18 mai 1912, p. 1. Dans Arch. CIVCSVA. N° 2805/12. (...)
  • 212 Livre des principaux bienfaiteurs du monastère de Saint-Michel des pauvres clarisses colettines de (...)
  • 213 Livre des fondations de cellules et de stalles du monastère de Saint-Michel des clarisses colettine (...)

109La fondatrice, au moment de la mise en place du projet, n’a pas l’argent nécessaire à sa réalisation. Cette absence de ressources avait déjà amené l’ancien évêque de Bruges à interdire à la communauté de fonder en 1907 « avant d’avoir récolté les fonds nécessaires210 ». En novembre 1911, mère Marie des Anges obtient, auprès des supérieurs à Rome, la permission de faire un emprunt de 50.000 francs belges pour la fondation. Elle sera ensuite acculée à faire un nouvel emprunt de 50.000 francs, alors qu’elle espérait que le premier emprunt aurait suffi et qu’elle aurait pu recueillir le reste par les aumônes : « Elle espérait alors que cette somme serait suffisante et qu’elle pourrait recueillir en peu de temps, assez d’aumônes pour payer le surplus. Les espérances ne se sont point réalisées et elle se voit obligée de faire un nouvel emprunt, aussi de 50.000 francs211. » Ainsi, à Saint-Servais plus qu’ailleurs, le couvent est redevable aux bienfaiteurs laïques. La liste des principaux bienfaiteurs montre que la majeure partie des capitaux vient de femmes laïques212(71 %). On note que le titre de bienfaitrice du couvent revient dans les chroniques à la comtesse de Meeûs, Madame Darrigade, alors que la somme la plus importante allouée pour la fondation est léguée par la demoiselle Céline Dehulstere, restée anonyme. La pratique des fondations de cellules ou de stallesest une autre façon d’associer les bienfaiteurs213. Ceux-ci s’assurent de la sorte les prières des religieuses qui les occupent.

  • 214 de Merode, de Meeûs, de Robiano, de Hemptinne, de Beauffort, Vilain XIIII, Desclée.
  • 215 Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, dans Filles du silence…, p. 73-74.

110Les intentions des bienfaiteurs dans ces fondations de cellules et de stalles sont clairement énoncées. Au niveau individuel, les prières des religieuses visent le repos de l’âme, le salut, le secours dans les épreuves (pendant la Grande Guerre). Au niveau collectif, le règne du Sacré-Cœur est invoqué. Lorsque P. Wynants fait le tour des principaux bienfaiteurs des couvents contemplatifs, il mentionne non seulement les familles de « grands notables catholiques »214, mais aussi la moyenne bourgeoisie sans oublier la sympathie des couches populaires. Enfin, il mentionne le rôle des veuves et pieuses demoiselles215. Si l’on y note une grande diversité sociale, on remarque toutefois la prédominance des femmes. Les motivations de ces bienfaiteurs et bienfaitrices pourraient être l’objet d’analyses plus fines, ainsi que la fonction de la prière, monnayable et centrale dans le contrat qui les lie avec les contemplatives.

3. L’essaimage à La Louvière (1925)

  • 216 Archives du monastère… La Louvière, t. 1, 1918-1967, p. 1. Dans A.C.L.
  • 217 Flore Guilmin naît le 11 février 1884 à Sorinnes près de Dinant. Sa famille est « foncièrement chré (...)
  • 218 Lettre de mère Marie des Anges, Roulers, le 3 décembre 1927, p. 3. Dans A.C.S. Carton ‘Archives no  (...)

111En 1925, le couvent de Saint-Servais se prépare déjà à essaimer. Profitant de la vague d’entrées consécutive à la Grande guerre, l’abbesse accepte la proposition de l’abbé Houzé, doyen de La Louvière, qui, devant « la lourde charge d’une telle paroisse avec la direction du doyenné », désirait « appuyer l’œuvre de son ministère sur la prière et le sacrifice d’une communauté de contemplatives216 ». Le 19 octobre 1925, six sœurs et trois tourières quittent Saint-Servais sous la houlette de la vicaire et future abbesse, mère Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin217). Elles s’installent dans une maison louée à La Louvière, dans l’attente de la construction du nouveau couvent, sur l’ancien domaine du château Boël, « où reste encore une ancienne maison, avec dépendance, remises, potager et verger encore planté ». Le monastère, bâti sur le modèle de Saint-Servais, n’est achevé qu’en septembre 1930, en raison de la crise économique et du manque d’ouvriers, occupés par les reconstructions en prévision du centenaire du royaume. La participation des laïcs dans le financement de l’entreprise est importante. Elle se réalise au moyen de quêtes, de lettres, de cartes, et d’annonces dans la presse. En échange, les donateurs réclament messes et prières. Mentionnons, dans le même ordre d’esprit, le don de 30.000 francs belges d’une moniale de Roulers, qui suscite dans la correspondance le commentaire suivant : « Je remercie Jésus qui lui a permis de faire ce versement parce que notre chère Sr M. Marguerite a eu de nouveau une petite attaque218 ». Spiritualité, mort et maladie, argent : tout est lié.

112Les déboires de La Louvière sont mis en chanson par une moniale de Saint-Servais à l’occasion du 25e anniversaire de la fondation : le départ en camion des neuf religieuses, la panne sur la route, l’arrivée du convoi avec ses « meubles minables », les cinq années passées dans la maison Pourbaix en attendant la construction du couvent, la prise de possession du nouveau couvent, les nouvelles épreuves : maladies et décès, inondations, infiltrations, Seconde Guerre mondiale (cf. p. suivante).

  • 219 ’En ce beau jubilé de notre cher moutier’, composé pour fêter les 25 ans de Notre Enfant (La Louviè (...)

113Et la compositrice peut conclure : « C’est toujours proverbial, Qu’ici, tout va très mal. »219 Le couvent, qui ne recrute guère, ferme ses portes en 1993, un an après la maison-mère de Saint-Servais.

« Et en auto-camion
Commence l’excursion
Par des chemins pénibles… .
Les cœurs font leur possible
Mais sont mis à l’envers
Tout comme sur la mer !!!
Le diable doit bisquer
Et veut nous ennuyer
Arrêtant la machine !
En panne la coquine
Nous laisse un bon moment
Vivre bourgeoisement
Enfin nous arrivons
À destination
‘C’est, dit avec malice
Un agent de Police
L’nouveau ménage Pourbaix
Qui s’amène… pas vrai ??’
Avait-il vu passer
L’autre camion chargé
De meubles bien minables ?
Et notre unique table
Au tunnel s’accrocha
D’un pied ça l’amputa
Par moyens transformants
On se fit un couvent
D’une maison notoire
Ce fut du provisoire
On y resta cinq ans
Fort peu commodément
[…]
On vivait bien en paix
Sous la maison Pourbaix
Pour notre subsistance
La sainte Providence
Bonnement y pourvut
Ainsi que l’Institut
Mais ça pour la boisson
Autre fut la chanson
Trop chère était la bière
Et la belle eau bien claire
Les robinets rouillés
L’empêchaient d’arriver
Il arrivait souvent
De petits événements
Tel, en pleine lessive
Monseigneur nous arrive
Il voulut plaisamment
Voir notre accoutrement
Passaient ainsi les ans
S’élaborant des plans
Enfin, le monastère
Aux lignes régulières
S’éleva tout blanc
Joli et accueillant
On changea de séjour
Ah qu’heureux fut ce jour
On quitta en cadence
L’étroite résidence
Les pieds étaient légers
Les cœurs émotionnés
Dans la jubilation
On fit l’installation
Et enfin la clôture
Imposa aux serrures
Le devoir de fermer
Toutes les portes à clef
Le diable l’apprenant
Se dit en marmonnant
Je mettrai des obstacles
Il faudra des miracles
Pour parer à mes coups
Qui viendront de partout
Il n’a dit que trop vrai
Que n’a-t-il donc pas fait ?
Épreuve sur épreuve
[…] Ce furent les santés
Qui vinrent à s’altérer
Les séjours en clinique
Et toute la boutique
Deux fois frappe la mort
[…] Sans notre permission
Voilà l’inondation
[…] C’est la pluie qui causa
Notre plus grand tracas
Les murs comme une éponge
S’imbibent d’eau qui ronge
Le béton noircissait
Le plancher pourrissait
Du haut l’eau s’infiltrait
Le couvent s’enrhumait
On lui couvrit la tête
D’un toit des plus honnêtes
Il est tout achevé !!
Y a plus qu’à le payer ! »

Conclusion

  • 220 Nève (T.), La Belgique monastique…, p. 159.
  • 221 « Pour ce qui est des nombreuses congrégations de femmes [fondées au 19e siècle], on constate une t (...)

114Si la première moitié du 19e siècle se caractérise par la volonté de restaurer ce qui a été détruit avec comme conséquence la reconstitution d’un modèle géopolitique révolu, les fondations, à partir de 1850, se font dans des lieux nouveaux et s’enracinent dans une lutte politico-religieuse en rapport avec l’époque : celle qui oppose les catholiques avec le libéralisme, la franc-maçonnerie et le socialisme. On constate cependant que ce discours politico-religieux apparaît le plus souvent dans le chef des prêtres séculiers, alors que les moniales répondent aux attaques contre l’Église et la religion sur le mode de l’expiation et de la réparation. La spiritualité réparatrice, associée à la dévotion au Sacré-Cœur, caractérise les couvents fondés à partir de 1850 jusque dans l’entre-deux-guerres : le cœur de Jésus comme le cœur de l’Église sont blessés. En Belgique, le carmel d’Ath (1875) et le carmel d’Argenteuil (1881) sont tous deux dédiés au Sacré-Cœur « dans une pensée et un but de réparation et d’amour envers le Divin Cœur220 ». Cette première renaissance de l’ordre monastique, marqué par une idéologie restauratrice et victimale, est souvent regardée avec désintérêt par les chercheurs qui en soulignent le manque d’innovation et d’originalité221.

  • 222 Gadille (J.), La ‘transversale’ contemplative des modèles missionnaires, dans La mutation des modèl (...)

115On ne retrouve pas, dans le renouveau de type monastique (bénédictines, cisterciennes), la même insistance sur la spiritualité réparatrice que dans les fondations du 19e siècle. Déjà pour les 17e et 18e siècles, le mode de vie abbatial se distingue de celui, plus austère, des petites communautés cloîtrées des ordres mendiants (clarisses, colettines) ou de la réforme catholique (carmélites déchaussées). Il semble de fait que l’on puisse faire une distinction entre la restauration du premier 19e siècle et celle qui apparaît à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, et qui voit la renaissance du monachisme médiéval. Alors que la première restauration cherche essentiellement à reconstruire ce qui a été détruit en soulignant la blessure infligée à l’Église, l’autre, d’inspiration bénédictine, rêve de reconquérir la sociétésur « le modèle idéalisé de la chrétienté médiévale, une société que l’on croit unanime dans la foi, où les grandes questions se règlent en accord avec la papauté222 ». Pour les refondations d’abbayes, on devrait davantage parler de « renouveau monastique » que de restauration. De fait, la rupture avec l’Ancien régime est complète et durable. Moines et moniales ayant vécu dans les abbayes médiévales disparaissent aux alentours des années 1830. Pour ce qui est des monastères, ils « sont incendiés, systématiquement détruits ou simplement exploités comme carrières ou encore convertis en fabriques ou en maisons d’habitation particulières ». Ce qui est confirmé par le fait que, sur quelque 150 abbayes « belges » de l’Ancien régime, seulement dix seront re-fondées.

  • 223 Abbayes et collégiales entre Sambre et Meuse, VIIe-XXe siècles, Bruxelles, 1987, p. 47, 90, 106, 53
  • 224 Seguy ( J.), Les sociétés imaginées : monachisme et utopie, dans Annales. E.S.C…, 1971, no 2, p. 33 (...)

116Ce sont les hommes qui, contrairement à la « première restauration », précèdent les femmes. Il y a ici une dimension de genre indéniable. Les deux abbayes pilotes masculines du 19e siècle : Scourmont (1850) et Maredsous (1872), se veulent être des centres intellectuels, des hauts lieux de l’érudition scientifique et ecclésiastique. La restauration des abbayes bénédictines de femmes est plus diversifiée : on compte des monastères cloîtrés (Maredret) mais aussi des foyers plus novateurs où les moniales sont chargées d’une mission d’apostolat intellectuel au même titre que les moines (Ermeton-sur-Biert223). Il y a une grande différence entre les grandes abbayes médiévales symbolisant l’âge d’or de la cohabitation entre religion et société, et les ordres mendiants apparus dans les villes du 13e siècle ou encore les ordres liés à la Contre-Réforme lorsque, pour reprendre les termes du sociologue J. Seguy, « l’Église s’institue de plus en plus comme société antithétique de la société globale224 ».

  • 225 Selon le droit canonique, la fondation d’un institut religieux nécessite « le consentement préalabl (...)
  • 226 Aubert (R.), 150 ans de vie des Églises…, p. 14, 59.
  • 227 Langlois (C.), Le catholicisme au féminin…, p. 262.
  • 228 Nève (T.), La Belgique monastique…, p. 46-47 ; Baix (F.) et Joset (C.-J.), Le diocèse de Namur 1830 (...)
  • 229 Wynants (P.), Religieuses 1801-1975…, p. 68, 97.
  • 230 L’importance du clergé séculier dans le processus des fondations de couvents contemplatifs s’expliq (...)

117Un autre élément qui s’offre à l’analyse est le rôle respectif des réguliers et des séculiers dans les fondations de contemplatives. En vertu du Concordat, toutes les congrégations restaurées ou fondées au 19e siècle sont sous la juridiction de l’ordinaire du lieu225. Dans la première moitié du 19e siècle, les évêques gagnent du pouvoir par rapport aux religieux, et semblent même désireux d’écarter ces derniers, redoutant leur tradition d’indépendance. Ainsi, les évêques et les prêtres favorisent la création de nouvelles congrégations de sœurs, mais sont réticents quant à la restauration des ordres anciens : « Si les évêques favorisèrent la création de petites congrégations, surtout féminines, qui leur apportaient une aide précieuse dans l’enseignement et au plan caritatif, ils se montrèrent beaucoup plus réservés à l’égard des anciens ordres226. » De même, en France, la nouvelle génération du clergé séculier désire garder le monopole de la direction pastorale, mais devra, à partir de 1860, subir de plus en plus la concurrence des réguliers227. Pour ce qui est des fondations de couvents contemplatifs, le rôle des réguliers se manifeste dans la restauration monastique, plus tardive. L’abbaye de Maredret est fondée par dom Hildebrand de Hemptinne, abbé de Maredsous228. La fondation, en 1935, de l’abbaye de cisterciennes-trappistines de Bouillon, est née de la transplantation d’un monastère français du diocèse de Chartres avec l’aide de Dom Albert van der Cruyssen, abbé d’Orval. Les dominicaines du rosaire perpétuel sont fondées par un dominicain français, le père Damien de Saintourens229. Mais le rôle des réguliers semble limité à ces cas, car la plupart des fondations de contemplatives sont liées au clergé séculier230.

  • 231 « En ce temps-là, j’appris les malheurs de la France, les ravages qu’avaient faits ces luthériens, (...)

118Du côté des fondatrices, il est frappant de voir que celles-ci mentionnent rarement les motivations qui les poussent à fonder. Celle de Saint-Servais, Marie des Anges (Maria Dewilde), fait exception lorsqu’elle justifie sa demande de fondation en écrivant que la vie des clarisses est une « protestation continuelle contre les agitations d’un siècle qui ne vit que pour l’or et la puissance » et « une réparation de tous les maux et de tous les crimes que l’horreur de la pauvreté multiplie chaque jour ». Dans cette perspective, la fondation revêt un volet économique et social, et la mère Marie des Anges se situe en droite ligne avec le projet de Claire d’Assise. Mais si de telles motivations apparaissent rarement dans la bouche des fondatrices, c’est peut-être en raison du statut de ces fondations, qui sont pour la plupart des restaurations – trois quarts des couvents contemplatifs du relevé appartiennent à des ordres apparus sous l’Ancien régime. Les fondatrices qui, dans un premier temps, cherchent avant tout à reconstruire ce qui a été détruit, estiment peut-être inutile de formuler à nouveau un projet religieux et social qui a déjà été défini et qu’elles ne cherchent qu’à perpétuer. Alors que Claire d’Assise, dans sa recherche de pauvreté, interagit surtout avec la réalité économique et sociale, Thérèse d’Avila le fait, dans le contexte des guerres de religion, plus politique. Dans son ouvrage Le chemin de la perfection, la prière contre « les luthériens » apparaît au centre de ses préoccupations politico-religieuses. C’est parce qu’elle est femme « faible » qu’elle se contente d’entrer au couvent et non pas d’aller se battre231. Il est frappant d’ailleurs de voir le lien entre l’expansion carmélitaine dans nos régions et la reconquista des catholiques sur les réformés. Chaque nouvelle fondation ressemble à l’avancée d’un pion sur un échiquier. « Lorsque pas à pas, recule la ligne de démarcation politique et religieuse entre pays en guerre, nous voyons arriver les carmélites… elles fondent… elles s’agrippent… sont dispersées, repartent, puis reviennent, essayent encore. etc. », écrit sœur Marie-Véronique au sujet de cette première vague d’implantation. Lorsque, au début du 19e siècle, Angélique de Réverseaux fonde les carmels de Lille, Roubaix, Douai et Ypres, elle se meut dans l’espace géopolitique du 17e siècle. Peut-on conclure que les carmélites se font plus politiques que les clarisses ; et que le mode de vie des clarisses répond en revanche surtout à une réalité socio-économique ?

  • 232 Rapport de clôture, 2e partie, par B. Dompnier, dans Bulletin du C.E.R.C.O.R., n° 14, déc. 1988, p. (...)

119Ce chapitre a également fait apparaître la complexité du rapport au passé chez les « restauratrices ». Sans être guidées par des traces tangibles ou une connaissance réelle du passé de l’ordre, les fondatrices sont mues par une sorte de « mémoire » qui mobilise leur conscience et guide leurs gestes, sans lien parfois avec un passé factuel. Cette mémoire du passé se manifeste dans la persistance de la géographie d’Ancien régime qui l’emporte sur les frontières nationales ou diocésaines, dans le choix de villes de « mémoire » et, chez les carmélites, dans l’attachement à la juridiction des pères carmes qui provoque les mêmes soubresauts qu’au 17esiècle. Mais l’attachement au passé se dit au présent et la restauration se fait avec les moyens nouveaux : nouvelles constructions, nouvelles religieuses, nouvelles éditions de livres. Les objets témoins de l’Ancien régime ont disparuet ceux qui restent ont valeur de symbole. La quête des origines apparaît d’ailleurs comme un trait distinctif du monde religieux : « l’histoire des religieuses apparaît dominée par un retour périodique d’une quête des origines, nourrie du sentiment de l’usure apportée par le temps, et reflétant le sentiment d’une tension entre le dessein originel et le réel ». Il importe de voir dans quelle mesure l’attachement au passé oriente le regard sur le présent. De là les questions suivantes, posées par B. Dompnier à la fin d’un important colloque consacré aux cloîtrées : « Comment sont perçues les réalités contemporaines ? La quête des origines ne révèle-t-elle pas souvent une conception purement négative de l’histoire, conçue comme dégradation progressive d’une perfection originelle232 ? » Ces questions sur la quête des « origines » et son influence sur « le rapport au présent » sont centrales pour la réalité qui nous occupe. Elles se poseront de façon plus explicite encore dans le chapitre sur la clôture.

120Enfin, dernier élément que nous soulèverons, mais non le moindre : l’importance, dans le processus de fondation, des bienfaiteurs, qui constituent un troisième pilier, à côté des ordres religieux et de l’Église. Ceux-ci sont souvent sous-estimés dans la littérature consacrée aux fondations et dans l’historiographie en général, ou apparaissent de façon secondaire. Il faut avoir accès aux archives de l’institut et aux listes des bienfaiteurs pour connaître la place qui leur revient. Le plus souvent, ces bienfaiteurs sont des laïcs. Lorsque les sources nous permettent de les identifier, on note que les femmes de la bourgeoisie contribuent le plus, financièrement, aux fondations de couvents de contemplatives, même si souvent, pour des raisons honorifiques, ce sont les femmes de la noblesse qui sont mises en avant comme bienfaitrices. C’est le cas pour la fondation de Saint-Servais où la comtesse de Meeûs apparaît comme la principale bienfaitrice, alors que celle qui a fait le don le plus important n’a laissé, hormis son nom – la demoiselle Céline Dehulstere –, pratiquement aucune trace dans la mémoire du couvent. Ces femmes qui ont offert leur argent et qui sont restées dans l’ombre sont aussi celles qui offriront leurs enfants à ces mêmes institutions. On peut faire un parallèle avec le contraste entre les figures de fondatrices (volontaires, obstinées, à la recherche d’argent) et les « entrantes » qui sont confrontées à un idéal de soumission. L’origine sociale des fondatrices n’a pas fait l’objet d’une analyse systématique, mais il est assez évident que, par rapport à l’Ancien régime, la période contemporaine témoigne d’une démocratisation de la vie conventuelle. Si l’on compare la vague de fondations carmélitaine du 17e siècle et celle de sa restauration au 19e siècle, on constate une évolution du statut social des acteurs. Les fondatrices et la première génération qui ont peuplé les carmels du 17e siècle proviennent essentiellement du milieu de la cour et de l’aristocratie ; celles des carmels du 19e siècle sont issues de la bourgeoisie urbaine. Il sera intéressant de voir, dans la partie consacrée au recrutement, si les entrantes sont issues de milieux plus modestes que les fondatrices.

Notes

1 On peut distinguer trois grands types de vie contemplative : la forme de vie contemplative monastique, la plus ancienne, et représentée aujourd’hui essentiellement par les bénédictines et les cisterciennes ; la vie contemplative cloîtrée, représentée par le pendant féminin des ordres mendiants : clarisses, carmélites, dominicaines… ; la vie contemplative apostolique, apparue au 20e siècle, qui propose une vie contemplative sans clôture, ouverte sur le monde (avec notamment les Petites sœurs de Jésus du frère Charles de Foucauld).

2 Beyer (J.), Le droit de la vie consacrée, commentaire des canons 573-606. Normes communes, Paris, 1988, p. 56.

3 Beaucoup de ces congrégations se regroupent, après le concile Vatican II, dans un groupe de réflexion intitulé Ephrem. D’abord associées aux fédérations de religieuses actives, elles s’en écartent car s’y retrouvent peu, les questions concernant la vie contemplative n’étant guère abordées. Elles affirment par là leur spécificité de religieuses à la jointure entre vie contemplative et vie active.

4 Les familles religieuses affilées à l’U.R.C. en 1971 sont : les bénédictines (Bossut-Gottechain, Ermeton-sur-Biert, Ciply, Louvain, Liège, Namur, Quévy-le-Grand, Rixensart, Saint-Hubert, Sosoye), les bernardines (Saint-Gérard, Tilff), les carmélites (Ath, Boussu, Bruges, Bruxelles, Butgenbach, Floreffe, Jambes, Kain, Leuven, Liège, Luxembourg, Marche-en-Famenne, Mehagne, Matagne-la-Petite, Mons, Mont-sur-Marchienne, Ohain, Rochefort, Soignies, Virton), le carmel apostolique (Bruxelles, Marche-les-Dames), le carmel zélateur (Walhain-Saint-Paul), les chanoinesses régulières de Windesheim (Bruges), les cisterciennes (Bouillon, Chimay, Gilly), les clarisses (Arlon, Beaumont, Enghien, Hannut, La Louvière, Loonbeek, Renaix, Malonne, Saint-Servais, Stembert, Tournai), les conceptionistes (Bastogne, Montigny-sur-Sambre, Nivelles), les dominicaines (Dinant, Herne, Kraainem, dominicaines de Val-au-Bois), les dominicaines de Béthanie (Opprebais-Sart-Risbart), les Filles du Sacré-Cœur (Berchem), les franciscaines-orantes de Marie-Médiatrice (Banneux), les orantes de l’Assomption (Ave-et-Auffe), les Petites sœurs de Jésus (Bruxelles), les récollectines (Assesse, Braine-le-Comte), les rédemptoristines (Louveigné, Soignies), les Religieuses de l’Eucharistie (Bruxelles), les Religieuses du Cœur de Jésus (Namur), les Religieuses du Saint-Sacrement et de Notre-Dame (Hal), les Réparatrices (Bruxelles), les visitandines (Carlsbourg, Kraainem). Cf. U.R.C. Liste et adresses des Maisons. Dans Série E. Section 5. URC 1971 à 1973. Voir aussi le périodique d’information de l’Union des religieuses contemplatives : Lien vivant, n° 1, mars 1971.

5 Simenon (G.), Les fondations monastiques au diocèse de Liège depuis la Révolution française, Liège, 1911, p. 14.

6 Nève (T.), La Belgique monastique. Het monnikenleven in België, s.l., [1955], p. 180.

7 Sorlin (P.), Waldeck-Rousseau, Paris, 1966, p. 427-428. En 1879, on compte en France cinq congrégations d’hommes légalement reconnues pour 909 congrégations de femmes administrativement autorisées. Toutes les autres – on en compte 752 – vivent sous le régime de la tolérance. Cf. Danet (H.), Signé d’une croix, une histoire de sœurs…, p. 134.

8 Léniaud (J.-M.), Le statut juridique des congrégations religieuses vers 1840, dans Lacordaire. Son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, s. dir. Bédouelle (G.), Paris, 1991, p. 28-29.

9 Olivier (J.), Situation légale des religieux en France, dans Vie consacrée, 1989, n° 5, p. 314.

10 Guy Laperrière dénombre 234 communautés religieuses (féminines et masculines) qui ont refusé de demander l’autorisation, soit un peu plus d’un quart de l’ensemble des communautés vivant en France à cette époque. Les refus se trouvent essentiellement chez les contemplatifs : bénédictins, carmes, carmélites et chartreux – notons que les trappistes, au lieu de jouer la carte du radicalisme comme les chartreux, les carmes et les carmélites, décident d’entrer en dialogue avec le gouvernement. Laperrière (G.), Persécutions et exil : la venue au Québec des congrégations françaises, 1900-1914, dans Revue d’ histoire de l’Amérique française, t. XXXVI, 1982, n° 3, p. 394.

11 Aubert (R.), 150 ans de vie des Églises, Bruxelles, 1980, p. 29.

12 Tihon (A.), Les religieuses en Belgique (fin XVIII-XXe s.)…, p. 18.

13 Langlois (C.), Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, 1984, p. 505.

14 Cloet (M.), Een kwarteeuw historische produktie in België betreffende de religieuze geschiedenis van de Niewe tijd, dans Trajecta, t. 4, 1995, n° 3, p. 198-223.

15 Danet (H.), Signé d’une croix, une histoire de sœurs…, p. 178.

16 Exposé de la situation du royaume. Période décennale de 1841 à 1850, t. III, Bruxelles, 1852, p. 233-247. Cité par Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, p. 72.

17 Population. Recensement général du 31 décembre 1890 publié par le ministre de l’Intérieur et de l’Instruction publique, t. II, Bruxelles, 1893, p. 429-447. Cité par Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, p. 72.

18 Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, p. 80.

19 Annuaire catholique de France, 1995-1996, Paris, 1995.

20 Roussey (M.-C.), Atlas des monastères de clarisses, étapes de l’expansion géographique, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 444-499.

21 Fédération Sainte-Claire. Relation quinquennale, 1955-1959, le 24 février 1959, p. 18. Dans A.C.M. Archives fédérales. Caisse ‘Relations quinquennales… ’

22 Goulven (J.), Rayonnement de sainte Colette, Paris, 1952, p. 205.

23 La règle de Claire d’Assise (1253) avec son « privilège de pauvreté » n’a guère connu de diffusion sous l’Ancien régime. De fait, dès 1263, le pape Urbain IV impose aux monastères de clarisses une règle qui rétablit les rentes et les biens. On distingue dès lors les « Pauvres claires » des « Riches claires » ou « urbanistes ». Les spécialistes constatent que, « un siècle après sa fondation [de l’ordre] […], les [monastères] pratiquant la règle de sainte Claire sont extrêmement rares ». Cf. Roussey (M.-C.), Atlas des monastères de clarisses…, p. 447.

24 Trois à Gand, deux à Ypres, deux à Bruges, deux à Malines, deux à Bruxelles, un à Peteghem-Audenaerde, un à Anvers, un à Louvain, un à Hoogstraten.

25 Longpré (E.), Dames (Ordre des Pauvres) ou clarisses, dans C.H.A.D., t. III, 1952, col. 438.

26 Lopez (É.), Culture et sainteté. Colette de Corbie…, p. 411 et sv.

27 Roggen (H.), L’ordre des clarisses en Belgique, dans Filles du silence…, p. 189. Notons que l’enseignement est pris en charge par des sœurs « externes » ; il est la conséquence des mesures de Joseph II et disparaît rapidement.

28 Roggen (H.), De Clarissen-coletinen in Vlaanderen na de Franse revolutie. Kloosterlexicon, Saint-Trond, 1997, p. 19, 21.

29 Roggen (H.), L’ordre des clarisses en Belgique…, p. 189

30 Julie Berlamont (°Iseghem, diocèse de Bruges, 14 mars 1799 - †31 août 1871, Bruges), en religion, Marie-Dominique, est l’aînée de dix enfants, trois garçons et sept filles. Ses parents possèdent une fabrique de draps comptant 150 ouvriers. Elle suit des études jusqu’à l’âge de 17 ans. Trois autres sœurs entrent chez les clarisses (dont l’une sera abbesse à Courtrai), une au service des malades à l’hôpital Saint-Jean à Bruges, une autre devient sœur de Charité. Julie Berlamont entre chez les clarisses de Bruges le 13 janvier 1825. Abbesse en 1831 jusqu’à sa mort, elle fonde quinze monastères de son ordre en Belgique, en France (Lille) et en Angleterre. Cf. Marien (A.), Une fondatrice. Mère Marie-Dominique, clarisse, dans Contemplation et apostolat, février 1953, n° 19, 16 p. ; Vie de la mère Marie-Dominique dans le monde, Julie Berlamont, abbesse des pauvres-claires-colettines de Bruges, suivie de ses lettres et de notices sur les couvents qu’elle a fondés, Bruges, 1873, 1re éd.

31 Roussey (M.-C.), Les sœurs de Claire dans l’histoire, dans Beauté et pauvreté. L’art des clarisses en France, Paris, 1994, p. 26.

32 Les Gantoises sont à l’origine de plus ou moins 57 monastères, en Allemagne, aux États-Unis, au Brésil, en Hollande, en Autriche.

33 Cf. Lettre de sr Marie-Claire du S.C., abbesse, Bruges, le 20 novembre 1953. Dans Arch. CIVCSVA. FM 74. Clarisse colettine. Belgio. Federazione ‘B.V.M. Immacolata’ in Belgio. Dependente dai P.P. Capucini P. Roberto da Kortemark, [1953-1980] ; Lettre de sr M. Agnès ‘pour’ Mère Marie des Anges, Roulers, le 18 janvier 1937. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Lettres de mère Marie des Anges de Roulers, 1922-1938. ; Lettre de sr M. Agnès ‘pour’ Mère Marie des Anges, Roulers, le 21 septembre 1937. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Lettres de mère Marie des Anges de Roulers, 1922-1938 ; Archives du monastère de Saint-Joseph des religieuses Pauvres claires colettines fondé à Huy en 1892, Huy, p. 82. Dans A.C.H.

34 Notons que la présence de clarisses dans le diocèse de Tournai est très ancienne. Dès le 13e siècle, il est fait mention d’une fondation de clarisses par le comte de Flandre, « Beaulieu », à Peteghem, près d’Audenaerde, dans le diocèse de Tournai.

35 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisse de Tournai, 7 p. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

36 Goulven (J.), Rayonnement de sainte Colette…, p. 211.

37 Il ne s’agissait pas de colettines, mais de clarisses de la réforme de l’observance.

38 Après cinq siècles… Sainte Colette et son œuvre. Le monastère des pauvres-claires-colettines à Bruxelles, 1946, s.l., p. 36, 37.

39 Lettre de sr Marie-Louise, abbesse, couvent des Clarisses de Bruxelles, le 28 février 1859. Dans A.S.V.
Arch. Nunz. Belgio. [1830-1874]. Carton 3. ‘S. Congregazione dei Vescovi e regolari. Religiose in specie. Clarisse’. Dans ses notes de lecture, sr Colette (Micheline Swalus) précise qu’il y avait seulement « deux petites classes gardiennes situées rue Blaes ».

40 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Beaumont, Beaumont, 1968, 11 p. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968 ; Fédération Sainte-Claire. Relation quinquennale, 1955-1959, le 24 février 1959. Dans A.C.M. Archives fédérales. Caisse ‘Relations quinquennales… ’ ; Le rappel, le 2 septembre 1986.

41 Monastère des clarisses-colettines (Enghien), manuscrit, 2 p., s.l.n.d. Dans Archives des clarisses de Loonbeek.

42 Pour Arlon, en collaboration avec la communauté d’Eecloo.

43 Wynants (P.), Religieuses 1801-1975, t. I : Belgique, Luxembourg, Maastricht/Vaals, Namur, 1981, p. 70.

44 Chronique du monastère des clarisses d’Arlon, 1900-1998. Dans Archives des Clarisses d’Arlon.

45 Mère Marie des Anges, abbesse du monastère de Roulers pendant 52 ans et fondatrice des monastères de Tilbourg, Huy, Boom, Hasselt, Namur, 1852-1938, Namur, 1946. [écrit par Thérèse Leclercq - Marie des Anges]. Roulers : fondé le 9 août 1867 par mère Marie-Lucie de Tongres. Mère Marie des Anges (Dewilde) est la première postulante de la fondation de Roulers, et abbesse pendant 52 ans ; Archives du monastère de Notre-Dame des Anges des sœurs de sainte Claire. La Louvière, t. II, 1967-1992. Dans A.C.M. - Archives des Clarisses de La Louvière.

46 Mère Marie des Anges, abbesse du monastère de Roulers…, p. 37.

47 Archives du monastère de Saint-Joseph des religieuses Pauvres claires colettines fondé à Huy en 1892, Huy, p. 8, 16, 22 et sv., 33, 43, 96. Dans A.C.H.

48 Clarisses de Ciney, le 8 juillet 1953. Visite canonique du père L. Hubin ; Clarisses de Ciney, le 5 décembre 1957. Visite canonique ; Clarisses de Ciney, le 16 septembre 1959. Visite canonique du père L. Hubin ; Clarisses de Ciney, le 10 janvier 1960. Visite canonique. Dans A.E.N. R. 19. Visites canoniques de communautés religieuses de la province de Namur. Sur les problèmes de cette communauté, voir aussi p. 163.

49 Archives du monastère de Saint-Joseph…, Huy, p. 298. Dans A.C.H.

50 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Saint-Servais, Saint-Servais, 1968, 7 p. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

51 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de La Louvière, La Louvière, 1968. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

52 Archives du monastère de Notre-Dame des Anges des sœurs de sainte Claire. La Louvière, t. 1, 1918- 1967, p. 24. Dans A.C.M. – Archives des Clarisses de La Louvière.

53 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 42. Dans A.C.S.

54 Archives du monastère de Notre-Dame des Anges…, p. 14-15. Dans A.C.M. - Archives des Clarisses de La Louvière.

55 Cinq siècles d’histoire. 50 ans de présence à Haubourdin, manuscrit, 1 p. Dans A.E.T.

56 Réponse au questionnaire en vue d’établir un fichier sur l’état du monastère. Clarisses de Wavre, 5 p. Dans Fédération Malonne. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

57 Lopez (É.), Culture et sainteté. Colette de Corbie…, p. 422.

58 Notice sur le monastère des clarisses de Hannut, 2 p. Dans A.C.M. Fédération. Archives fédérales. Fichier des communautés de Wallonie, 1968.

59 Annales I. 1930 à 1950, Hannut, p. 10. Dans A.C.H.

60 Mère Marie-Antoinette Van Hoorde (Marie-Émilie), dans Nécrologie. Clarisses de Hannut, 1937-1997. Dans A.C.H.

61 Zusters clarissen. Ronsehet einde, dans De Band, 15 décembre 1996, p. 119-120.

62 Le couvent de Saint-Omer est issu de la réforme de l’observance à l’initiative de Trêves, couvent fondé en 1453 par deux couvents, un suisse et un alsacien. Trêves (urbaniste), réforme Anvers en 1455 (de la première règle, Pauvres claires). Anvers réforme en 1471 Haarlem ; en 1475, Delft (qui fuit à Mons en 1587 lors des guerres de religion) ; en 1478, Veere (qui fuit à Saint-Omer en 1581). De cette même observance, font partie, pour la Belgique actuelle, le couvent de Malines (à partir de 1500, de la première règle) et le couvent de Bruxelles (à partir de 1503, les sœurs grises, tertiaires, deviennent Pauvres claires de la première règle). Bruxelles comme Malines disparaissent en 1796. Les refondations seront de type colettin. Malonne, issu de Saint-Omer, est le seul couvent belge, au 20e siècle, qui est issu de la branche de la réforme de l’observance (tous les autres couvents sont colettins). Cf. Observance. Belgique – Hollande – Allemagne, classeur avec documents sur les couvents de l’observance en Belgique, Hollande, Allemagne, sous l’Ancien régime, réalisé par sr Colette (Micheline Swalus). Dans Archives des Clarisses de Bruxelles-Loonbeek.

63 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésiastiques, 1827. Dans A.E.A.

64 Lettre (brouillon) du chanoine Henri Graux, Arras, le 13 septembre 1903. Dans A.C.M. Série A : Fondation. 1 A : Préliminaires.

65 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 361.

66 Te Brugge. Bidden, off eren, boeten. Arme klaren-koletienen, Bruges, 1959. ; De Armen Clarissen-coletinen te Kortrijk, dans Franciscaanse leven, 1935, n° 18, p. 354-358.

67 Après cinq siècles…, p. 42. Dans ses notes de lecture, sr Colette (Micheline Swalus) précise qu’il n’y avait pas de dévotion spéciale à Notre-Dame de Lorette chez les colettines de Bruxelles, mais que celles-ci récitaient les « litanies de Lorette », litanies dédiées à la Sainte Vierge datant de 1507 et approuvées par Sixte V.

68 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 363.

69 Lettre des clarisses d’Arlon, [1944]. Dans A.E.N. R.6. Enquêtes et statistiques sur les communautés du diocèse, 1944.

70 Roggen (H.), De Clarissen-coletinen in Vlaanderen…, p. 104.

71 Jean Soreth (ca. 1395, Caen – 25 juillet 1471, Angers) devient carme à l’âge de 16 ans. En 1440, il est nommé provincial et en 1451, il est élu général jusqu’à sa mort. Il lutte pour introduire des réformes au sein de l’ordre, mais sans grand succès. Il est davantage connu pour avoir institué le second ordre (carmélites) et le tiers-ordre de l’ordre du Carmel. À cette fin, il obtient du pape Nicolas V la bulle Cum Nulla (7 octobre 1452), qui donne aux carmes le privilège de recevoir des femmes dans l’ordre.

72 Un lien précoce s’était établi entre les premières communautés de carmes en Palestine et les régions du nord de la France et de l’actuelle Belgique. La première émigration aurait eu lieu vers 1235 à Valenciennes, grâce à l’autorisation de Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut. Le premier carmel féminin naît de la conversion d’un béguinage de Gueldre, vers 1400. Bientôt, d’autres maisons suivent : Liège, Huy, Namur, Vilvorde. En 1452, les carmélites sont officiellement rattachées au premier ordre par le général des carmes, Jean Soreth. Cf. Melchior de Sainte-Marie, art. Carmel, dans D.H.G.E., t. III, col. 1078.

73 Voir au sujet des carmélites chaussées de Vilvorde : Vanden Bosch (G.), Inventaris van het archief van het begijnhof van Steenvoort te Peutie (1230-1460) en van het klooster van geschoeide karmelietessen Onze-Lieve-Vrouw ten Troost te Vilvoorde (1469-1797), Bruxelles, 2000 (Bibliografische inleiding tot de Belgische kloostergeschiedenis vóór 1796, 31).

74 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration du monastère détruit par Joseph II, par sr Marie-Véronique, dactyl., Namur, 1962, p. 4. Dans A.C.J.

75 Les chroniques du couvent parlent d’un procès intenté et gagné par les francs-maçons.

76 Cf. Carmel de Cherbourg, Généalogie des couvents de carmélites de la réforme de Sainte-Thérèse, 1562-1962, s.l.n.d.

77 Elles sont maintenues en vie grâce à la ténacité de quatre vieux pères établis dans le couvent d’Ypres.
Ils parviennent à racheter les couvents de Bruges et de Gand et envoient leurs postulants se former à Rome. L’un d’eux aurait été le premier religieux, après l’Indépendance belge, à se montrer publiquement en costume monastique après plus de trente ans d’occultation. C’est à partir de ce petit noyau que la province carmélitaine flandro-belge sera reconstituée officiellement en 1850.

78 Angélique de Réverseaux se retire en 1819-1820 avec trois de ses compagnes au carmel de Courtrai pour y recevoir, sous la direction de la mère Marie-Eugénie Vercruyse, « la véritable formation traditionnelle de l’ordre » et pour y refaire un noviciat selon les usages réguliers. Elle y prononça ses vœux perpétuels « sous l’ordre » le 22 juillet 1818 ». Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration du monastère détruit par Joseph II…, p. 6. Dans A.C.J.

79 « Le carmel d’Anvers est un des seuls en Belgique qui, après la persécution de la fin du dix-huitième siècle, a pu recouvrer son ancien local. C’est, dit-on, avec justesse, le reliquaire de l’ordre ». Cf. Sr Marie-Claire de Jésus agonisant, 1861-1923 (Philomène-Laure Hubert), carmélite à Malines, p. 77 (+ appendice). Dans A.A.M. Fonds Mercier. IV. 27. Intiem dagboek van Zr. Claire de Jésus agonisant.

80 Voir sa notice, note 116, p. 60.

81 Gounon (M.-P.), Le renouveau du XIXe siècle, dans Sainte Claire d’Assise et sa postérité…, p. 363.

82 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 19.

83 Voir le point « B. Le carmel de Namur (1837) », p. 63.

84 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 22.

85 Daris (J.), Le diocèse de Liège sous l’épiscopat de Mgr Théodore de Montpellier, de 1852 à 1879, 2e éd., Bruxelles, 1980, p. 176. Le couvent conserve, du temps de sainte Julienne, promotrice de la Fête-Dieu, la tour romane recouvrant la sacristie, l’abside circulaire et d’autres parties en mœllons (12e siècle). Il subsiste d’autres vestiges des bâtiments claustraux des 16e, 17e et 18e siècles. Cf. Poumon (É.), Abbayes de Belgique, Bruxelles, 1954, p. 94.

86 Carmel de Cherbourg, Généalogie…, planche 21.

87 Notes de sr Marie du Sacré-Cœur (Gillain), s.l.n.d. Dans A.C.J. Boîte ‘carmélites de Ciney… ’. Notes et mss relatifs à Ciney II et III.

88 On en relève deux : les carmélites de Lille à Tournai et celles de Riom à Soignies.

89 Exode des carmels français dans la province carmélitaine de Brabant, notes de sr Marie-Véronique.
Dans A.C.J. Boîte ‘carmélites de Ciney… ’. Enveloppe ‘Carmels français en Belgique. 1902-1920 et sv’.

90 Notice sur la fondatrice de Huy-Statte (1901-1919), Mère Marie de Saint-Joseph (Wattecamps, 1848- 1937), p. 20. Dans A.C.J. Boîte ‘carmélites de Ciney… ’.

91 Le départ de Nassogne semble avoir été dû à la multiplication des vexations de l’occupant. Plus de 80soldats français, cachés dans les lignes allemandes après la bataille de Charleroi, étaient passés par le carmel pour regagner la France. La filière fut découverte et une sœur tourière, arrêtée en 1915 et condamnée à deux ans de travaux forcés en Allemagne. Le carmel est ensuite sujet à une surveillance continuelle, à quoi s’ajoute une disette matérielle. En septembre 1918, les carmélites sont évacuées pour la Suisse comme pauvres en 4e classe et, de là, après un très long voyage, regagnent la France. Elles étaient 18. Cf. Exode des carmels français dans la province carmélitaine de Brabant (par sr Marie- Véronique). Dans A.C.J. Boîte ‘carmélites de Ciney… ’. Enveloppe ‘Carmels français en Belgique. 1902-1920 et sv.’

92 Lettre de J.J. Warzée, curé de Rochefort, le 5 janvier 1907. Dans A.E.N. R.6. Enveloppe ‘1906. Statistique des communautés religieuses’.

93 Le carmel féminin pourra ainsi remplir l’espace vide laissé par la Révolution, et, représentant symboliquement le « cloître », attirer toutes celles qui le désirent. Cf. Dauzet (D.-M.), Les vocations du Carmel français au XIXe siècle, d’après les « circulaires ». Premières réflexions sur une source documentaire, dans R.H.E., vol. 99, 2004, p. 658-699.

94 Coupure de presse, [1973], dans A.C.J.

95 Pour l’histoire du couvent des carmélites déchaussées de Namur sous l’Ancien régime (1673-1783), voir les travaux inédits de sœur Marie-Véronique de Jésus (Élisabeth Magnette) : Les débuts chez nous de N.O. (carmel réformé de Sainte Thérèse), 17e siècle, Jambes, 1977, 2 cahiers manuscrits (1re partie, p. 1-95 ; 2e partie, p. 96-234).

96 « On a ouvert devant vous ce matin les archives de ce couvent et on vous a fait admirer les vertus qui ont embaumé le carmel de Namur-Jambes en l’espace d’un siècle. […] Seigneur, sans les grâces incalculables que vous avez accumulées sur cette maison pendant 100 ans, les 3 ou 4 générations d’humbles femmes qui vécurent dans ces murs n’auraient jamais eu le courage de mener une vie aussi rude et aussi sainte, aussi rayonnante et aussi apostolique. […] Et d’abord, ce passé présage, fait pressentir un avenir très brillant. Quand on contemple un chêne centenaire […], on peut espérer qu’il continuera encore à braver bien des orages. […] Depuis 100 ans, ç’a été le cas pour le carmel de Namur-Jambes : c’est parce qu’il a vécu de l’authentique esprit de sainte Thérèse d’Avila, que Dieu a mis en lui ses complaisances et l’a maintenu debout contre les injures du temps. […] Le passé est le germe de l’avenir. En présence d’un chêne centenaire devenu plus robuste à mesure qu’il avance en âge, on ne songe même pas à la décrépitude […] Au cours d’un siècle, cet arbre a su emmagasiner de telles réserves de sève qu’il se développera au point de devenir l’orgueil des alentours. Pendant un siècle, le carmel de Namur-Jambes a pu faire provision de ressources indéfinies pour une perfection plus haute et une expansion plus large que jadis et naguère. Où essaimera-t-il encore ? À quel degré de vertu est-il appelé ? Qui sait s’il ne produira pas une sainte ? Quand on a un siècle d’existence derrière soi, quel capital immense on a pu amasser ! ». Cf. Sermon jubilaire du frère Eugène, o.c.d., transcrit par lui en sa lettre du 25 juin 1937. Dans A.C.J. Boîte ‘Archives III. Le carmel à Jambes, rue d’Enhaive, 20e siècle’.

97 À partir de la fin des années 1950, le pont avec l’Ancien régime est établi grâce aux travaux d’une religieuse entrée au carmel de Jambes en 1954, Élisabeth Magnette, en religion, Marie-Véronique de Jésus. En 1958, dans une lettre adressée au général des carmes, elle écrit que la « Mère Prieure (Thérèse de l’Enfant-Jésus, Van Nerom) est désireuse de retrouver les souvenirs concernant cet ancien carmel de Namur, ancêtre du nôtre, et d’en faire retracer l’histoire », en même temps qu’elle informe de sa désignation à cette tâche. Enthousiasme et curiosité scientifique animent sa recherche qui débouche sur trois ouvrages restés aujourd’hui encore, malgré leur grand intérêt, inédits : Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration du monastère détruit par Joseph II (Jambes, 1962, 99 p.) : La révérende mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Marie-Angélique-Élisabeth Guéau de Réverseaux, et la restauration de la vie religieuse contemplative après la Révolution, composé entre 1964 et 1965 (86 p.) ; Histoire du carmel de Namur, première partie, terminé en 1977 et qui traite du carmel d’Ancien régime. Docteur en philosophie et Lettres de l’Université de Liège, puis bénédictine apostolique en France entrée tardivement au carmel de Namur, sr Marie-Véronique réalise une enquête fouillée à partir des documents de différents dépôts d’archives : les archives de son propre carmel d’abord, mais aussi celles des carmels apparentés, les archives de l’évêché de Namur ainsi que les archives de l’État à Namur. Les trois excellentes synthèses qui en résultent, réalisées en clôture, trouvent peu d’échos dans la communauté jamboise à un moment où la recherche d’un mode de vie renouvelé après le concile Vatican II s’opère dans un certain rejet du « poids » du passé. Les quelques lignes que sr Marie-Véronique écrit à ce sujet au provincial carme en 1973 sont très révélatrices du rapport au passé de la communauté : « Pendant des années, j’ai travaillé sur l’histoire de notre carmel… (dont l’existence au 17e siècle était même oubliée !) et sur la vie de la fameuse mère Marie-Joseph, la marquise de Réverseaux, bien mystérieuse elle aussi. Maintenant, c’est fini. Je suis trop vieille et je perds la vue et la mémoire… Tout ce qui est accumulé ici ira, je ne sais où après ma mort, car le passé, ça n’intéresse plus beaucoup et plus personne ne s’en occupe ici. » Sr Marie-Véronique n’est l’auteur que d’une seule publication, parue dans l’anonymat : Une carmélite de Jambes, Les carmélites déchaussées de Namur, dans Revue diocésaine de Namur, t. XVI, sept.-oct. 1962, p. 381-403 et nov.-déc. 1962, p. 479-497. Cf. Lettre de sr Marie-Véronique de Jésus, Jambes, le 12 mai 1958. Dans A.G. OCD. Série D. 84 J. ; Lettre de sr Marie-Véronique de Jésus, Jambes, le 26 mars 1973. Dans OCD. Provinciaal Archief, Gent. Kloosters. Namur-Jambes.

98 Le carmel de Namur-Jambes possède une « version résumée » des annales du monastère d’Ancien régime : « Une reconstitution approximative (et très résumée) des annales du 1ermonastère – 1673 à 1783 – existe ici (manuscrite) » écrit sr Marie-Véronique en 1973. Quand a-t-elle été rédigée ? Est-ce encore un travail fait par sr Marie-Véronique, et à partir de quelles sources ? Cf. Lettre de Marie-Véronique de Jésus, carmel de Jambes-Namur, le 26 mars 1973. Dans OCD. Provinciaal Archief, Gent. Kloosters. Namur-Jambes.

99 Au sujet des archives consultées, elle fait le bilan suivant : « Le temporel est suffisamment connu par les documents (livres de comptes, contrats etc.) conservés aux Archives de l’État à Namur… Malheureusement, la vie spirituelle de l’ancien monastère nous reste si peu connue ! Impossible de retrouver où sont passées les archives privées après tant de spoliations, sièges, destructions, guerres et trois révolutions ! » Cf. Lettre de sr Marie-Véronique de Jésus, Jambes, le 12 mai 1958. Dans A.G. OCD. Série D. 84 J.

100 Plongeron (B.), Restaurer un ordre au XIXe siècle ? Quand le mythe crée l’histoire, dans Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France. Actes du colloque tenu à l’Institut de France, 1-2 décembre 1989, s. dir. Bedouelle (G.), Paris, 1991, p. 391-392.

101 Kirchner (P.), Les bénédictines en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale…, p. 17.

102 Angélique-Élisabeth Guéau de Réverseaux naît le 22 janvier 1771 à Paris, cinquième de sept enfants. Ses parents font partie de la noblesse de robe installée dans une des plus riches régions agricoles de France, la Beauce. Ils disposent de deux hôtels particuliers, un à Chartres et un à Paris, ainsi que de deux châteaux : le château de Réverseaux et le château de Beaumont. Angélique passe sa jeunesse à Paris, dans le « monde brillant qui touche à la cour ». Le 25 janvier 1807, elle prend l’habit au carmel d’Amiens – le seul à avoir poursuivi, sans interruption, la vie cloîtrée pendant la Révolution –, sous le nom de Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus. Le 8 décembre 1808, suivie de deux puis trois carmélites d’Amiens, elle fonde son premier carmel dans le château de Savy-Berlette (diocèse d’Arras). Sa vie suit ensuite les péripéties de ses nombreuses fondations. À côté de sa volonté obstinée de restaurer les carmels supprimés et de son esprit de réparation devant les « ravages sataniques », on retient de sa personnalité une grande charité, un esprit de paix et de conciliation, de même que sa capacité à employer tout sujet, « même médiocre », pour le meilleur de sa cause. Elle meurt à 75 ans, le 24 août 1846, au carmel d’Ypres.

103 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Angélique Élisabeth Guéau de Réverseaux, 1771-1846, p. 56. Dans A.C.J.

104 Cf. de Morembert (T.), Guéau de Réverseaux (Jacques-Philippe), dans Dictionnaire de biographie française, t. XVI, 1985, col. 1417-1418.

105 Cité dans : Sr Marie-Véronique de Jésus (Magnette), La Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Marie-Angélique-Élisabeth Guéau de Réverseaux, et la restauration de la vie religieuse contemplative après la Révolu-tion, Jambes, [1960-1962], p. 10 bis.

106 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 57. Dans A.C.J.

107 Lettre du marquis de Réverseaux, s.l.n.d. Dans OCD. Provinciaal Archief, Gent. Kloosters. Namur-Jambes.

108 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 57. Dans A.C.J.

109 Louis-Alexandre Noyer (ou de Noyers, ou Desnoyers) est né à Paris en 1768, fils d’un homme de loi.
C’est à la Trappe qu’il entre vers 1789. Ne pouvant faire profession en raison des lois révolutionnaires, il part en Suisse dans le couvent érigé par Dom Augustin Lestrange, la Val-Sainte (canton de Fribourg). Il revendiquera plus tard le titre de « fils aîné » de Dom Augustin Lestrange (« Il signe une lettre ‘Votre fils aîné’, car vous n’avez pas sans doute oublié que je suis le premier profès de la Val-Sainte »). Divers motifs, dont certains de santé, le poussent, en 1794, à passer au clergé séculier, mais il n’est pas moins choisi, malgré sa sécularisation, comme supérieur des trappistes des environs de Paris et de ceux de Grosbois. Des différends avec le père Lestrange le conduisent à s’éloigner de la Trappe. À partir de 1806, il s’associe activement avec la mère de Réverseaux dans le projet de fonder un carmel. De cette collaboration, il écrira : « Sans elle [la mère de Réverseaux] aurais-je commencé ? Sans moi aurait-elle commencé ? Donc l’un sans l’autre tout était dans le néant. Demandez-lui. Ah ! elle sait ce que je lui suis ». Deux ans après la rupture avec la Réverseaux, on le retrouve à Versailles, « gouverneur des enfants de M. le marquis de Boutilliers », petit neveu de Rancé. Cf. du Halgouët (M.-J.), Le fondateur disparu J.-B. Desnoyers, dans Cîteaux. Commentarii Cistercienses, 1966, n° 1-2, p. 89-188.

110 La Révérende Mère Marie-Joseph de l’Enfant-Jésus, Marie-Angélique-Élisabeth…, [1960-1962], p. 33.

111 Pour ce faire, elle liquide ce qui lui reste de propriété : 52.000 francs, qui servent d’abord à apurer ses dettes (37.000 francs), puis à racheter le nouveau couvent (20.000 francs).

112 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 62. Dans A.C.J.

113 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 14. Dans A.C.J.

114 Les carmélites montoises sont incorporées à la communauté de Douai, chacune devant « refaire ses vœux entre les mains de la prieure de Douai ». Lors de la suppression en France, qui a lieu en 1792, une partie des montoises retourne à Mons, non pas dans l’ancien couvent spolié, mais chez les bénédictines. Elles y restent jusqu’aux expulsions de 1796. Elles mènent ensuite une vie clandestine, puis reparaissent modestementsous des habits séculiers dans l’Hôtel de Thiennes. Elles s’éteignent progressivement jusqu’en 1814, où la dernière rejoint à Douai une autre survivante de cette communauté fusionnée de Mons-Douai. Apprenant que la mère de Réverseaux a ouvert un carmel à Lille, les deux anciennes demandent à y entrer et sont acceptées en 1822. Elles verront « à leur plus grande joie » se relever le carmel de Douai en 1828.

115 Narration des faits qui ont précédé et accompagné le départ des carmélites de la France par le frère Constantinus, Ypres, couvent des Carmes déchaussés, le 4 février 1837, p. 5. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

116 Mgr Louis Belmas (°11 août 1757, Montréal (Aude) - †21 juillet 1841, Cambrai) est ordonné en 1781.
En 1790, il prête le serment à la Constitution civile du clergé et se « montra soumis aux lois, plus peut-être qu’il n’était nécessaire ». Nommé évêque de Cambrai par Bonaparte, sa réconciliation avec Rome n’est pas facile, et il est mal accueilli dans sa nouvelle ville épiscopale. Il reste fidèle également aux principes de la Constitution civile, notamment en ce qui concerne le mariage des prêtres. En 1817, le gouvernement lui demande de démissionner, ce qu’il refuse. Il est favorable à la révolution de 1830 et au gouvernement de Louis-Philippe. Cf. Prevost (M.), Belmas (Mgr Louis), dans Dictionnaire de biographie française, t. V, Paris, 1951, col. 1379-1380.

117 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 34. Dans A.C.J.

118 Narration des faits…, p. 3. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

119 Copie de la lettre de Mgr Louis, évêque de Cambrai, Cambrai, le 27 juin 1834. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

120 Copie de la lettre de la prieure Marie des Anges, Douai, le 10 juillet 1834. Dans A.E.N.

121 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 36. Dans A.C.J.

122 Nous ne sommes qu’au tout début du relèvement des carmes en Belgique après la libération de 1830.
Deux ans plus tôt, le 18 juillet 1832, était mort à Gand, dans ce grand couvent qu’il avait racheté après la Révolution et où il s’était maintenu seul, le père Élie de Sainte-Marie, survivant de l’ancienne province carmélitaine de Flandre.

123 Anne de Lobera (°25 novembre 1545, Medina del Campo – †4 mars 1621, Bruxelles), en religion, Anne de Jésus, fait profession au carmel d’Avila en 1571. Elle fonde les premiers carmels de France (Paris, Pontoise et Dijon), puis les trois premiers carmels de nos régions : Bruxelles (1607), Louvain (1607) et Mons (1608).

124 Voir à ce sujet la thèse du carme Morgain (Stéphane-Marie, o.c.d.), Pierre de Bérulle et les carmélites de France. La querelle du gouvernement, 1583-1629, Paris, 1995.

125 Leniaud ( J.-M.), Le statut juridique des congrégations religieuses…, dans Lacordaire…, p. 22 et 29.

126 À la suite de cette annonce, les carmélites réfugiées prennent un avocat, Maître Laloux. Cependant, les ex-carmélites de Lille ont la loi pour elles à partir du moment où l’évêque les a déclarées « seules et uniques carmélites de Douai » et sont juridiquement inattaquables. Dix années de débats et discussions suivent avec la volonté de régler le problème à l’amiable. Cette affaire est portée à Rome, dans les diverses congrégations, mais s’achève à la faveur de Mgr Belmas, qui obtient le renfort des évêques de France. En 1835 toutefois, le carmel de Namur récupère 35.000 francs. La réconciliation entre les communautés-sœurs, Namur et Douai, a lieu vers 1880. Voir aussi le point sur les bienfaiteurs, p. 76.

127 Selon le droit canonique, il faut parler de « repristination » et non de fondation, car un couvent de carmélites déchaussées avait déjà vu le jour à Namur en 1673 (supprimé en 1783).

128 Lettre du père général des carmes, Rome le 5 mars 1836, Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

129 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 29 nov. 1836. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

130 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 28 janvier 1837, p. 2. Dans A.E.N.

131 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 72, 65. Dans A.C.J.

132 À proprement parler, l’abbé Kinet est, non pas fondateur, mais « délégué de l’Institut de la Providence ».
Cf. Wynants (P.), Les Sœurs de la Providence de Champion et leurs écoles 1833-1914, Namur, 1984, p. 17 et sv.

133 Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 66. Dans A.C.J.

134 « Madame la Comtesse Darrigade. Sa famille, qui a fondé plusieurs cellules. […] Madame la Comtesse de Limminghe, qui a pourvu avec une si grande charité pour notre Carmel de Jambes ; Mademoiselle la Baronne Gabrielle de Meeûs » Liste des bienfaiteurs, dans A.C.J. Notices des religieuses décédées en notre carmel de Namur depuis la fondation du carmel de Marche…, p. 93-94.

135 « Madame Anciaux, Madame Richard, leurs enfants et petits-enfants à des titres différents ; Monsieur et Madame Auguste Pierlot ; Mlle Octavie Radome ; les familles des sœurs qui ont procuré les vases sacrés pour notre sacristie, les ornements pour le culte, l’ameublement de la chapelle pour les grandes fêtes, chemin de croix etc. Monsieur et Mme Knein de Bruxelles ; Monsieur et Mme Peerearts de Bruxelles » Liste des bienfaiteurs, dans A.C.J. Notices des religieuses décédées…, p. 93-94.

136 « Monsieur le chanoine Wilmet, insigne bienfaiteur jusqu’à sa mort, de notre communauté de Namur ; Les Révérends Pères Jésuites qui nous ont témoigné dès les premiers jours le plus grand dévouement ; Monsieur le Chanoine Petit ; Monseigneur Hauzeur ; Monsieur le Chanoine Conrotte ; Monsieur l’abbé Ernest » Liste des bienfaiteurs, dans A.C.J. Notices des religieuses décédées…, p. 93-94.

137 Mère Louis de Gonzague de Jésus. Relation de sa vie écrite par elle-même, s.l.n.d., p. 51. Dans A.C.J. Notices des religieuses décédées en notre carmel de Namur…, p. 26-58.

138 Notices biographiques de quelques carmélites déchaussées…, Les deux sœurs : Mère Louis de Gonzague du S.C., 1804-1845 et Mère Stanislas Kostka du Cœur de Marie, 1807-1865 (Omérine et Apolline Vanutberghe), p 76. Dans A.C.J.

139 Lettre du vicaire général, F.T. Corsélis, Bruges, le 29 novembre 1836. Dans A.E.N. R. 35. Carmélites déchaussées de Namur.

140 Les deux sœurs : Mère Louis de Gonzague…, p. 78. Dans A.C.J.

141 Cf. Obligations de la communauté (messes), fondations (stalles, cellules), bienfaiteurs du carmel rue d’Enhaive. Dans A.C.J. Boîte ‘Archives II’.

142 À ces douze religieuses s’ajoute Anne-Thérèse qui n’est pas restée.

143 « Elle [Anne-Thérèse] parut contente pendant le voyage mais, arrivée à la porte du couvent, elle descendit à son tour et au lieu d’entrer, elle s’est évadée à la faveur de la nuit. Peu après, voyant qu’elle manquait, Thérèse se hâta d’aller à sa rencontre espérant la retrouver. Un factionnaire lui dit qu’il l’avait vue passer deux fois ; elle fut aperçue aussi auprès d’autres personnes près du port de la Sambre et pour éviter un malheur que l’on appréhendait de cette inconnue chargée d’un paquet étant si près de la rivière, on la conduisit au corps de garde. Là on crut la reconnaître pour la personne recommandée par Thérèse. Deux militaires la ramenèrent ici au moment où le Directeur des carmélites de Bruxelles sortait pour aller la réclamer. Arrivée à la porte, elle ne voulait pas entrer, mais à la voix de ce respectable ecclésiastique, elle s’y décida. Il était 3 h. du matin ! Nous la reçûmes avec beaucoup de bonté, comme l’enfant prodigue, mais l’affaire n’en est pas restée là. Le lendemain, la ville en a retenti : plusieurs dépositions ont été faites à la police et l’aventure divulguée dans la Gazette de Namur, comme une victime qui avait voulu se soustraire à la geôle etc. Un commissaire de police est venu vendredi l’interroger au nom du juge d’instruction. L’interrogatoire a été écrit à mesure des réponses. L’une a été qu’elle était venue à Namur par obéissance, qu’elle désirait rester à Gand. Le lendemain un huissier est venu lui apporter une assignation pour comparaître à 3 h. au Palais de Justice pour subir un nouvel interrogatoire sur le fait d’une détention arbitraire… N’ayant pu obtenir que le juge vînt à domicile pour éviter la rencontre du public, elle s’est rendue au palais accompagnée de Thérèse seulement. […] Quelques temps après, un huissier est venu dire à Thérèse que la sœur ne retournerait pas, qu’elle pouvait se retirer. » Cf. Histoire du carmel de Namur, seconde partie : restauration…, p. 88. Dans A.C.J.

144 Ibid., p. 90. Dans A.C.J.

145 Notices biographiques…, Révérende Mère Marie-Joseph… Réverseaux…, p. 66. dans A.C.J.

146 Notices biographiques…, Groupe de sœurs venues de Douai, fondatrices de Namur en 1837, p. 68. Dans A.C.J.

147 La première fondation réalisée par le carmel de Namur… Dans A.C.J. Boîte ‘19e siècle. 2e carmel de Namur. Notes pour son histoire’ par sr Marie-Véronique. Carmel de Namur, environ 1870-1890.

148 Marie-Marguerite des Anges est prieure en 1904, 1910, 1915, 1919, 1922 et 1926. Elle est donc prieure au moment de la translation à Jambes. C’est elle qui prend en 1933 la tête de la fondation de Ciney où elle est élue prieure jusqu’en 1952.

149 Notices…, mère Marie-Marguerite des Anges, Joséphine Radome, 1862-1963, p. 54-60. Dans A.C.J.

150 Le jubilé de soixante ans de N.R.M. Marie-Marguerite des Anges, Ciney le 24 août 1941. Dans A.C.J.
Boîte ‘Carmélites de Ciney… ’. Enveloppe ‘Différentes fêtes pour jubilés de Mère Marguerite des Anges… ’, récits et couplets par sr M. de Saint-Joseph.

151 Notices…, mère Marie-Louise du Saint-Esprit, Idalie Desy, 1846-1915, p. 222. Dans A.C.J.

152 Notices…, sr Marie du Saint-Sacrement, Catherine Schrols, 1827-1918, p. 290. Dans A.C.J.

153 Lettre de Michel du S.C. de Jésus, prov. Bruxelles, le 16 décembre 1918. Dans A.G. OCD. Série C. Provincia. Brabante. 104. Michel du Sacré-Cœur de Jésus.

154 Les inondations les plus terribles sont celles de l’année 1925. L’eau atteint 1,70 mètre dans les cloîtres.
Une grande partie des provisions et des « papiers du dépôt » doivent être abandonnés. Le couvent en conserve les séquelles, avec des portes et des fenêtres qui ne ferment plus, des armoires détériorées. Cf. Notices…, sr Marie-Madeleine du saint Enfant-Jésus, Marie Dewert, (1865-1939), p. 22. Dans A.C.J.

155 Voir aussi : La double juridiction des carmélites, p. 382 et sv.

156 Ordinaire ou cérémonial des religieuses carmélites déchaussées, revu d’après le texte italien de l’édition de Venise de 1858 par Marie du Saint-Sacrement, Bruxelles, 1863, 186 p. ; Règle et constitutions des religieuses déchaussées de l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel de la Congrégation de Saint-Élie, nouvelle traduction par Mère Marie du Saint-Sacrement, Meaux, 1871, 113 p. ; Instruction pour l’ éducation des novices carmélites déchaussées, imprimée par ordre du chapitre général d’Espagne en 1691, traduite en français par les soins des carmélites déchaussées du couvent de Montélimar, Montélimar, 1879, 280 p. ; Usages réguliers des religieuses carmélites déchaussées pour suppléer à ce qui n’est pas exprimé dans nos constitutions et le cérémonial, Neuville-sous-Montreuil, 1889, 336 p.

157 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 100. Dans A.C.F.

158 Récit de l’exil par Marie du Saint-Sacrement, [1901-1902], p. 5-6, 54. Dans A.C.F.

159 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 101. Dans A.C.F.

160 234 communautés ont refusé de demander l’autorisation, soit un peu plus d’un quart de l’ensemble des communautés vivant en France. La plupart sont des ordres contemplatifs, et essentiellement : bénédictins, carmes, carmélites et chartreux. Cf. Laperrière (G.), Persécutions et exil…, p. 394.

161 Charles Cotton (°3 décembre 1825, Saint-Siméon de Bressieux (Isère) - †25 septembre 1905, id.) est ordonné prêtre au séminaire de Grenoble le 22 juillet 1849. Curé de la cathédrale de Grenoble, puis vicaire général du diocèse de Grenoble, il est élevé à l’épiscopat le 16 janvier 1875. Cf. Hamon (P.), art. Cotton (Charles), dans Dictionnaire de biographie nationale, t. IX, 1961, col. 853.

162 Récit de l’exil par Marie du Saint-Sacrement…, p. 22. Dans A.C.F.

163 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 105. Dans A.C.F.

164 Lettre de Jean Dumont, menuisier, s.l.n.d. Dans A.C.F. Classeur. Amis du carmel.

165 Discours prononcé à l’occasion du jubilé (25 ans) du carmel de Floreffe, Floreffe, 1936. Dans A.C.F. Classeur. Carmel. 1. Partie historique.

166 Il est par ailleurs l’auteur du Traité des congrégations religieuses, 1789-1949, Paris, 1944.

167 Les chroniques de notre monastère I : 1860-1939, [Montélimar-Floreffe], p. 130. Dans A.C.F.

168 Cf. Debois (M.), L’abbé Camille Sorée, éloge funèbre, Namur, 1922, 16 p. Dans A.C.F. Classeur de Camille et Joseph Sorée.

169 Lettre du vicaire Georges Monchamps, Liège, 1905. Citée dans : Notices…, sr Térésa-Joseph, Angèle Monchamps, 1862-1938, p. 16. Dans A.C.J.

170 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésiastiques, 1827, p. 1. Dans A.E.A.

171 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 1. Dans A.C.M.

172 Une fondation apparentée existe déjà au 13e siècle à Alspach, en Alsace. Voir aussi le point « Les clarisses », p. 63, note 62.

173 Roggen (H.), o.f.m., L’ordre des clarisses en Belgique, dans Filles du silence…, p. 184.

174 Les pauvres clarisses de Saint-Omer avant la Révolution, s.l.n.d. Dans A.C.M. Série B : Archives anciennes. Historique de Saint-Omer (antérieures à la Révolution), 2B, 9 p.

175 Clarisses de Saint-Omer. Registre historique de 35 p. msc., p. 20. Dans A.E.A. 4 R5/12.

176 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 21, 36. Dans A.E.A.

177 Clarisses de Saint-Omer. Registre historique de 35 p. msc., p. 28. Dans A.E.A. 4 R5/12.

178 Statuts des religieuses clarisses de Saint-Omer et autorisation du ministère des affaires ecclésiastiques, 1827, p. 1. Dans A.E.A.

179 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 1. Dans A.E.A.

180 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 4, 1. Dans A.C.M.

181 Les clarisses de Malonne fêtent le 75e anniversaire de fondation de leur monastère : 1903-1978, par Marie-Claire Lelong, Malonne, p. 1. Dans A.C.M. Série P. Section 4. 75e anniversaire.

182 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 5. Dans A.C.M.

183 Ibid., p. 7, 8, 5. Dans A.C.M.

184 Ibid., p. 9, 3, 26, 17, 18. Dans A.C.M.

185 Lettre du F. Bonaventure Marrani, procureur général des frères mineurs, Rome, le 31 mai 1905, dans A.C.M. Série A : Fondation. 5 : Pièces et écrits divers marquant l’esprit des origines.

186 La « petite Joséphine » regagne Saint-Omer en mars 1908. Lettre de sr Bernadette, Saint-Omer, 18 avril 1961, dans ACM, Série A : Fondation. 5 : Pièces et écrits divers marquant l’esprit des origines.

187 Relation des 50 ans du monastère de Malonne, Malonne, le 12 août 1953, p. 4. Dans A.C.M. Série G : Vie de la communauté. 5 : Annales, états, listes, chroniques, lettres aux absents.

188 Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 19, 25. Dans A.C.M.

189 Nécrologe, Sr Marie-Emmanuel des Anges, Marie Hérenguel, 1896-1910, p. 7. Dans A.C.M.

190 Interview de sr Marie-Joseph de Jésus (Verhoye), Malonne, les 16, 17 et 18 avril 1998.

191 La responsable de la communauté audomaroise comparaît une première fois au tribunal à Saint-Omer le 21 février 1906 « pour avoir refusé de donner la liste du personnel au commissaire de police ». Défendue par l’avocat Lefebvre du Prey, l’affaire est remise aux 26 et 28 février 1906, puis passe au tribunal de Douai le lundi de l’octave de Pâques. La communauté est acquittée le 23 avril 1906. Cf. Origine et historique du monastère des pauvres clarisses de l’Ave Maria…, p. 24. Dans A.C.M.

192 Lettre de sr Marie-Rose, Saint-Omer, 12 janvier [?], p. 3. dans A.C.M. Série C : Archives de Saint-Omer.

193 Origine et historique des pauvres clarisses de Saint-Omer (Haut-Pont), p. 75. Dans A.E.A.

194 Nécrologe, Rde Mère Angèle de Saint-Jean Capistran, Clavie Damary, 1855-1913, p. 20. Dans A.C.M.

195 Lettre de Marie des Anges, Roulers, le 4 octobre 1893. Dans A.E.N. R.4. Questionnaire pour enquête sur les communautés, 1884. Enveloppe ‘affaires non terminées… ’.

196 Maria Dewilde naît le 19 janvier 1852 à Roulers, dernière d’une famille de onze enfants dont le père est pâtissier. Deux frères deviennent prêtres et une sœur entre chez les Sœurs de la Charité. Maria, qui a fait son éducation comme demi-pensionnaire au « pensionnat de la ville », entre chez les clarisses de Roulers à 19 ans, le 22 août 1871, revêt l’habit le lendemain et prononce les vœux le 19 septembre 1872. De sa formation, sa biographe retient surtout son apprentissage de l’obéissance, qui devient le lieu sûr de son parcours spirituel. Marie des Anges devient rapidement maîtresse des novices puis, à la suite d’une maladie (ulcères d’estomac qui la mettent dans un état maladif toute sa vie et qui expliquent peut-être aussi son attention particulière aux malades), elle est désignée comme portière. Le 19 octobre 1886, elle est élue abbesse. Elle n’a que 34 ans (alors que le coutumier prescrit les 40 ans exigés par le concile de Trente). Comme abbesse, elle use de son « don de parole […] pour faire au chapitre de magnifiques exhortations à sa communauté ». Elle est continuellement réélue à cette charge jusqu’à son décès le 11 octobre 1938, âgée de 83 ans. Marie des Anges Dewilde aura été abbesse pendant 52 ans, fondatrice de cinq couvents, « grand-mère » et « arrière-grand-mère » de son vivant d’une dizaine d’autres. Au début des années 1940, à Saint-Servais, une religieuse entreprend de rédiger la biographie de la mère Dewilde – il s’agit de Marie des Anges de l’Eucharistie (Thérèse Leclercq), entrée le 4 octobre 1927. En cent et une pages, celle-ci rappelle les réalisations de la fondatrice roulersoise, en même temps qu’elle cherche à en faire le portrait et à dégager les traits de sainteté de cette mère que, visiblement, elle affectionne. Le livre paraît en 1948 et est distribué dans l’ensemble des couvents de colettines belges. Cf. Mère Marie des Anges, abbesse du monastère de Roulers pendant 52 ans et fondatrice des monastères de Tilburg, Huy, Boom, Hasselt, Namur, 1852-1938, Namur, 1946, 101 p. [écrit par Thérèse Leclercq - Marie des Anges].

197 De zusters arme klaren te Roeselare, 1867-1967, s.l.n.d., p. 9. Dans A.C.R.

198 Colette de Corbie préconise de ne pas dépasser le nombre de 25 religieuses.

199 De zusters arme klaren…, s.l.n.d., p. 1-12. Dans A.C.R.

200 Chronique du monastère des clarisses de Roulers, 1866-1998, p. 42. Dans A.C.R.

201 « Une ombre planait cependant sur la communauté : aucune vocation sérieuse ne s’était encore présentée. On priait bien à cette intention, mais le cœur de Jésus paraissait sourd à ce sujet. Sur ces entrefaites, éclata la grande guerre. » Cf. Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911- 1954], p. 16. Dans A.C.S.

202 Ibid., p. 1 et 2. Dans A.C.S.

203 Il s’agit de Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin), qui sera parmi les fondatrices de Saint-Servais. Voir sa notice p. 99, note 217.

204 Archives du monastère de Saint-Joseph… fondé à Huy en 1892, p. 44. Dans A.C.H.

205 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 3. Dans A.C.S.

206 Mère Marie des Anges (Maria Dewilde) ; Marie-Alphonsine de Jésus crucifié (qui regagne Roulers avec la fondatrice) ; Marie-Anna (Giliaert) du couvent de Boom ; Marie-Angéline de la Mère de Dieu (Marie-Louise Gyselinck) du couvent de Huy ; Marie-Anna de la Sainte-Famille (Marie-Mathile De Visch) ; Marie-Gertrude du Sacré-Cœur de Jésus (Rosalie Bonte) ; Marie-Agnès de la Sainte-Famille (Marie-Joséphine Liévens) ; Marie-Germaine de la Très-Sainte-Eucharistie (Flore Guilmin). Les trois tourières sont : Antoine (Marie-Sylvie Verholle) ; Colette (Caroline Aerts) ; Françoise (Marie-Marguerite Van Nieuwenhuyse).

207 La mère Marie-Anna (Gilliaert) de Boom est nommée supérieure ; Marie-Angéline (Gyselinck) est élue vicaire et première portière ; Marie-Agnès (Liévens) est élue maîtresse des novices ; Marie-Anna (De Visch) est élue deuxième portière et Marie-Gertrude (Bonte), sacristine. Cf. Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 7. Dans A.C.S.

208 Marie-Anna de Boom, Mélanie Gilliaert, est née le 18 août 1855 à Zandvoorde (probablement le Zandvoorde entre Ypres et Roulers). Elle entre à Roulers à 21 ans et prend l’habit le 16 janvier 1877 sous le nom de Marie-Anna. Elle fait profession le 23 janvier 1878. En 1889, elle est envoyée à la fondation de Tilburg, où elle reste six ans, jusqu’en 1895 date à laquelle elle est envoyée à la fondation de Boom. Elle y reste seize années avant d’être envoyée à la fondation de Saint-Servais, comme première abbesse (élections du
29 mai 1911). Le 15 juin 1915, la fondatrice, Marie des Anges (Dewilde), lui demande de regagner Boom où l’abbesse vient de mourir. Elle décède à Boom le 25 septembre 1935. Cf. De zusters arme klaren te Roeselare, 1867-1967, s.l.n.d., 29 p. Dans A.C.R. — À Saint-Servais, aux élections de juin 1915, Marie-Anna Gilliaert est remplacée par Marie-Agnès de la Sainte-Famille, Marie Liévens.

209 Archives du monastère Saint-Michel des sœurs de Sainte-Claire…, [1911-1954], p. 7-9. Dans A.C.S.

210 De zusters arme klaren…, s.l.n.d., p. 12. Dans A.C.R.

211 Lettre du P. Debois, vicaire général, Namur, le 18 mai 1912, p. 1. Dans Arch. CIVCSVA. N° 2805/12. Namur. Clarisse Colettine di Saint-Servais. Mutuo.

212 Livre des principaux bienfaiteurs du monastère de Saint-Michel des pauvres clarisses colettines de Saint-Servais-Namur, [3 feuilles arrachées]. Dans A.C.S. Carton ‘Archives no 3’.

213 Livre des fondations de cellules et de stalles du monastère de Saint-Michel des clarisses colettines fondé à Saint-Servais – Namur par la Révérende Mère Marie des Anges le 8 mai 1911, 11 p.

214 de Merode, de Meeûs, de Robiano, de Hemptinne, de Beauffort, Vilain XIIII, Desclée.

215 Wynants (P.), Les religieuses contemplatives en Belgique…, dans Filles du silence…, p. 73-74.

216 Archives du monastère… La Louvière, t. 1, 1918-1967, p. 1. Dans A.C.L.

217 Flore Guilmin naît le 11 février 1884 à Sorinnes près de Dinant. Sa famille est « foncièrement chrétienne ». Son oncle, l’abbé Guilmin, curé de la paroisse Saint-Nicolas à Namur, « désirait vivement avoir un monastère de clarisses dans sa paroisse ». Le projet de fondation qu’il entame avec les clarisses de Roulers se voit interrompu lors de son décès en janvier 1910, mais les démarches en cours se poursuivent. Flore est reçue chez les clarisses de Roulers, à l’âge de 25 ans, malgré une « infirmité à la jambe » qui la fait boiter. Lors de sa prise d’habit, le 26 octobre 1909, elle reçoit le nom de Marie-Germaine de la Très-Sainte Eucharistie. Le 8 mai 1911, elle est envoyée pour la fondation de Saint-Servais. Son père, Joseph Guilmin, donne 15.000 francs pour la fondation. Marie-Germaine est élue vicaire en 1921, 1922, 1924 et 1925. Elle est désignée comme abbesse pour la fondation de La Louvière et quitte Saint-Servais le 29 octobre 1925. De 1925 à 1937, elle est élue abbesse à La Louvière. À partir de 1937, elle est nommée première portière et le reste jusqu’à sa mort. Elle décède le 14 novembre 1966, à 82 ans.

218 Lettre de mère Marie des Anges, Roulers, le 3 décembre 1927, p. 3. Dans A.C.S. Carton ‘Archives no 1’. Lettres de mère Marie des Anges de Roulers, 1922-1938.

219 ’En ce beau jubilé de notre cher moutier’, composé pour fêter les 25 ans de Notre Enfant (La Louvière), 1950. Dans A.C.S. Carton ‘Archives n° 1’. Chants de sr Marie-Madeleine.

220 Nève (T.), La Belgique monastique…, p. 159.

221 « Pour ce qui est des nombreuses congrégations de femmes [fondées au 19e siècle], on constate une tendance générale à multiplier dans leurs coutumiers les réglementations minutieuses : c’est là une conséquence de la spiritualité du temps qui, faute de bases doctrinales solides, dégénère souvent en recettes, et l’éducation féminine telle qu’on la concevait à l’époque contribua encore à renforcer ce travers. Autre constatation, relevée avec insistance par le père Hostie : tandis que, dans les efforts de restauration des anciens ordres, on voit se manifester une volonté farouche de maintenir inchangé tout l’héritage ancien jusque dans des détails désormais dépourvus de sens – ce qui n’empêche d’ailleurs pas la tendance à l’envahissement de l’ordre monastique par l’engagement actif dans l’apostolat, tendance encore accrue par la confusion croissante entre monachisme et sacerdoce –, les innombrables fondateurs ne font guère preuve d’imagination, se bornant le plus souvent à reprendre l’une ou l’autre formule déjà existante, amalgamant éventuellement des éléments hétérogènes, voire incompatibles. […] Si quelques pionniers comme l’abbé Calippe ou le père de Foucauld commencent à rêver timidement de communautés religieuses de style prolétarien, il faudra encore attendre plusieurs décennies avant que ces projets ne prennent corps. » Cf. Aubert (R.), L’Église catholique de la crise de 1848…, p. 128.

222 Gadille (J.), La ‘transversale’ contemplative des modèles missionnaires, dans La mutation des modèles missionnaires au XXe siècle. Expériences d’ inculturation chrétienne, Lyon, 1983, p. 28.

223 Abbayes et collégiales entre Sambre et Meuse, VIIe-XXe siècles, Bruxelles, 1987, p. 47, 90, 106, 53.

224 Seguy ( J.), Les sociétés imaginées : monachisme et utopie, dans Annales. E.S.C…, 1971, no 2, p. 336.

225 Selon le droit canonique, la fondation d’un institut religieux nécessite « le consentement préalable de l’Évêque diocésain, donné par écrit. Pour ériger un monastère de moniales, est requise en outre la permission du Siège apostolique ». Cf. Code de droit canonique, texte officiel et traduction française par la société internationale de droit canonique et de législations religieuses comparées, Limoges, 1984, p. 111.

226 Aubert (R.), 150 ans de vie des Églises…, p. 14, 59.

227 Langlois (C.), Le catholicisme au féminin…, p. 262.

228 Nève (T.), La Belgique monastique…, p. 46-47 ; Baix (F.) et Joset (C.-J.), Le diocèse de Namur 1830-1930, dans Un siècle de l’Église catholique en Belgique, 1830-1930, Bruxelles, 1930, p. 398 ; Abbayes et collégiales…, p. 52.

229 Wynants (P.), Religieuses 1801-1975…, p. 68, 97.

230 L’importance du clergé séculier dans le processus des fondations de couvents contemplatifs s’explique aussi par un facteur national. Jan Art souligne la « très forte cléricalisation de la Belgique ». Le pays est catholique, non seulement par ses fidèles, mais aussi dans ses institutions : aucun pays d’Europe ne conserve aussi longtemps une majorité catholique au pouvoir et l’appareil institutionnel de l’Église, qui entend, non seulement sanctifier, mais aussi nourrir et enseigner, est très puissant. A. Tihon affirme que « le clergé jouera un rôle essentiel dans la création des congrégations et l’implantation des communautés religieuses, même si, en partie, il ne fait qu’exprimer la demande sociale ». R. Aubert écrit que la plupart des congrégations doivent leur origine « à un curé soucieux d’assurer une continuité à l’aide bénévole qu’il recevait des plus ferventes de ses paroissiennes » et que le clergé diocésain pouvait compter sur l’étroite collaboration des congrégations religieuses. Pour la Flandre, Anne Jacobus constate que la plupart des congrégations religieuses du 19e siècle sont nées à l’initiative du prêtre de la paroisse. R. Boudens fait le même constat : « La plus grande partie est fondée par un curé qui, touché par les besoins des populations pauvres, réunit des jeunes filles pieuses, qui, vivant un mode de vie apparenté à celui de la vie monastique, demandent de se faire reconnaître comme congrégation diocésaine. » Cf. Art ( J.), Kerk en religie, 1844-1914, dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, Haarlem, t. XII, 1977, p. 168-178 ; Tihon (A.), Les religieuses en Belgique…, p. 19 ; Aubert (R.), 150 ans de vie des Églises…, p. 14, 59 ; Aubert (R.), L’Église catholique de la crise de 1848…, p. 112 ; Jacobus (A.), De vrouwelijke religieuzen (1802-1914)…, p. 427-428 ; Boudens (R.), De vrouwelijke religieuzen (1802-1914)…, p. 404.

231 « En ce temps-là, j’appris les malheurs de la France, les ravages qu’avaient faits ces luthériens, et combien se développait cette malheureuse secte. J’en eus grand chagrin, et comme si je pouvais quelque chose, ou comme si j’eusse été quelque chose, je pleurais devant le Seigneur et le suppliais de remédier à tant de maux. Je me sentais capable de donner mille fois ma vie pour sauver une des nombreuses âmes qui se perdaient là-bas. Me voyant femme et misérable, dans l’impossibilité d’être au service du Seigneur comme je l’aurais voulu, alors qu’il a tant d’ennemis et si peu d’amis, je n’aspirais et n’aspire qu’à ce que ces amis soient excellents ; j’ai donc décidé de faire le tout petit peu qui était à ma portée, c’est-à-dire suivre les conseils évangéliques aussi parfaitement que possible, et tâcher d’obtenir que les quelques religieuses qui sont ici fassent la même chose […], et toutes ensembles, vouées à prier pour les défenseurs de l’Église, pour les prédicateurs et les théologiens qui la défendent, nous aiderions dans la mesure de nos moyens mon Seigneur, si opprimé par ceux auxquels il a fait tant de bien, puisqu’il semble que ces traîtres voudraient le remettre sur la croix, sans qu’il trouve où reposer sa tête. » Cf. Thérèse d’Avila, Le chemin de la perfection, dans Œuvres complètes, Paris, 1964, p. 354.

232 Rapport de clôture, 2e partie, par B. Dompnier, dans Bulletin du C.E.R.C.O.R., n° 14, déc. 1988, p. 9.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre de couvents de contemplatives (exilés et belges) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/8034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 4. Nombre de couvents de contemplatives (en ville et à la campagne) en Wallonie et à Bruxelles de 1800 à 2000
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/8034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search