Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Petit lexique du vocabulaire conciliaire1

Texte intégral

  • 1 Furent particulièrement utiles pour l’élaboration de ces définitions les ouvrages ou contributions (...)

1 Amendements : changements substantiels qu’un ou plusieurs pères désirent apporter à un document conciliaire avant son vote en congrégation générale.

2 Auditeur (auditrice) : invité(e) laïc (que) catholique présent(e) pour écouter les débats en Aula et exprimer des avis en commission conciliaire à la demande d’un ou plusieurs pères. Le premier auditeur fut Jean Guitton, professeur à la Sorbonne, invité personnellement par Jean XXIII en nov. 1962. À l’ouverture de la seconde période (sept. 1963), Paul VI décida d’inviter d’autres laïcs. Les premières auditrices furent introduites au début de la troisième période (sept. 1964).

3Aula : nef centrale de la basilique Saint-Pierre de Rome où se tenaient les congrégations générales.

4 Coetus internationalis Patrum : groupe non officiel de pères appartenant à la Minorité qui voulaient réagir contre la tendance réformatrice de la majorité conciliaire. Très actif lors de l’examen et du vote du document sur la liberté religieuse.

5 Congrégations générales : réunions des pères dans l’Aula conciliaire ; il y en eut 168 sur les 4 périodes ; elles se tenaient durant les matinées du lundi au vendredi. Elles comprennent généralement les phases suivantes : une célébration eucharistique, l’intronisation solennelle de l’Évangile (symbole de la soumission du Concile à la Parole de Dieu), la présentation de l’ordre du jour par le secrétaire du Concile, les interventions des pères sur tel ou tel schéma ou sujet, les votes sur les textes ou les amendements, et de temps à autre des interventions extraordinaires (discours du pape, d’un auditeur, d’un observateur, ...).

6 Constitutions : documents conciliaires les plus solennels, contenant surtout des affirmations de doctrine et engageant davantage la structure et la vie interne de l’Église.

7 Consulteurs : experts officiels travaillant soit au sein des commissions préparatoires, soit dans une commission conciliaire.

8 Déclarations : dénomination nouvelle pour des documents officiels d’un rang inférieur à la Constitution et dans lesquels l’Église expose à tous les hommes (croyants et incroyants) son point de vue sur certaines questions.

9 Décrets : documents officiels conciliaires promulgant des réformes pratiques concernant la vie interne de l’Église.

10 Majorité conciliaire : tendance dite "progressiste" de l’Aula, soucieuse d’un retour à la Tradition vivante, d’une adaptation des structures de l’Église au monde moderne et à l’unité chrétienne. Elle fut globalement plus sensible au renouveau pastoral qu’aux débats doctrinaux.

11 Minorité conciliaire : tendance dite "conservatrice" de l’Aula, plus sensible aux aspects doctrinaux dans le sens de la conservation du « dépôt de la Foi » et plus réservée sur les adaptations de l’Église au monde et à l’œcuménisme.

12 Modérateurs : les quatre cardinaux (Agagianian, Döpfner, Lercaro et Suenens) chargés dès la seconde période conciliaire de diriger à tour de rôle les congrégations générales et de déterminer l’ordre de discussion des schémas.

13 Modurn (plur. Modi) : modification (de fait portant surtout sur la forme) qui est proposée par un ou plusieurs pères pour un texte conciliaire après son vote en congrégation générale et avant son approbation définitive.

14 Motu proprio : document papal où il communique une décision prise de son propre chef.

15Observateurs : invités des autres confessions chrétiennes présents pour "observer" le déroulement du Concile et exprimer leurs avis, surtout pas l’intermédiaire du Secrétariat pour l’Unité des Chrétiens.

16 Période conciliaire : phase du Concile comprenant ce qu’on appelle communément une "session" et chacune des intersessions qui a suivi les trois premières. Il y eut quatre périodes : du 11 oct. au 8 déc. 1963, du 29 sept, au 4 déc. 1963, du 14 sept, au 21 nov. 1964, du 14 sept, au 8 déc. 1965.

17 Peritus (plur. periti) : expert officiel (théologiens, exégètes, missiologues, canonistes, ...) appelés principalement à travailler au sein d’une ou plusieurs commission(s) conciliaires et chargés de diverses questions touchant à leur spécialité. Ils assistent, sans droit de vote, aux congrégations générales ; ils sont proposés par les évêques et nommés par le pape. Il ne faut pas confondre avec les experts privés, conseillers personnels de certains pères, qui travaillaient davantage en marge des instances officielles du Concile.

18 Phase antépréparatoire : période s’étendant de juin 1959 à juin 1960 où Rome consulte évêques, supérieurs d’ordres religieux, facultés de théologie catholiques et organes de la Curie pour déterminer les thèmes à traiter au Concile.

19 Phase préparatoire : période s’étendant de juin 1960 à oct. 1962, pendant laquelle travaillent des commissions préconciliaires spécialisées par thèmes et une commission centrale : préparation de 70 projets de schémas à soumettre à l’approbation du Concile, choix des personnes à convoquer ou à inviter, mise au point du règlement.

20 Placet, Non Placet : il plaît l, il ne plaît pas l (vote positif ou négatif sur un document officiel conciliaire ou une orientation).

21 Placet iuxta modum : approbation d’un document conciliaire sous réserve de la présentation de modi.

22 Schémas : projets de texte élaborés au sein des commissions préparatoires sur base des vota et soumis aux pères dès la première période.

23 Votum (plur. vota) : vœux sur les matières à traiter au Concile envoyés par les évêques, les supérieurs d’ordres religieux et les facultés catholiques de théologie en réponse à la lettre du 18 juin 1959 envoyée par la Secrétairerie d’État du Vatican.

Notes

1 Furent particulièrement utiles pour l’élaboration de ces définitions les ouvrages ou contributions suivants : R. Aubert, La preparazione, dans M. Guasco, E. Guerriero et F. Traniello (dir), La Chiesa del Vaticano II (1958-1978), (Coll. Storia della Chiesa, XXV), parte prima, Milan, 1994, p. 129-157 ; et du même auteur, « Organizzazione e funzionamento dell’assemblea », dans Ibid., p. 159-226 ; R. Metz, Les organismes collégiaux, chap. 1er, « Le Concile œcuménique », dans L. Chevailler, Ch. Lefebvre et R. Metz, Le droit et les institutions de l’Église catholique latine de la fin du XVIIIe siècle à 1978. Organismes collégiaux et moyens de gouvernement, (Coll. Histoire du Droit et des Institutions de l’Église en Occident, XVII), Paris, 1982, p. 39-71 ; P. Poupard, Le Concile Vatican II, (Coll. Que sais-je ?, 2066), Paris, 1982 ; J. Thomas, Le Concile Vatican II, (Coll. Bref, 21), Paris, 1989.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search