Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Troisième partie

Chapitre IV. Autour de l’encyclique humanae vitae

Pierre de Locht

Texte intégral

1Les vifs remous suscités, aux derniers jours du Concile, à propos de la régulation de la fécondité, ayant suffisamment manifesté à quel point des clarifications fondamentales étaient urgentes, la Commission pontificale pour l’étude des problèmes de la population, de la famille et de la natalité, en veilleuse depuis des mois, reçoit un nouveau mandat. Sur ordre de la Secrétairerie d’État, une nouvelle session, mais d’une toute autre ampleur, est mise en chantier. Session intensive de près de trois mois à Rome, d’avril à juin 1966. Les vingt théologiens, parmi lesquels trois Belges : Paul Anciaux, Philippe Delhaye et Pierre de Locht, y seront en permanence. Des réunions uniquement doctrinales, entourées de sessions de confrontation avec des médecins, des démographes et sociologues, des couples et des psychologues sont programmées.

2Autre modification importante et hautement significative : seize cardinaux et évêques sont désignés pour superviser le travail de la Commission. Effectivement, en clôture du long travail mené depuis 1963, cardinaux et évêques se retrouvent, du 20 au 25 juin, avec une délégation des théologiens et quelques experts, pour une prise de position finale. Il est intéressant de noter qu’un seul des évêques choisis par le pape, Mgr Wojtyla, archevêque de Cracovie, n’a pas été présent, n’ayant pas reçu son visa, nous a-t-on dit. Ce collège des cardinaux et évêques, parmi lesquels le cardinal Suenens, en arrive, lui aussi, à conclure, à une très large majorité, que la malice intrinsèque de la contraception n’est nullement prouvée.

3On se sépare donc définitivement, après trois années de travail intense, croyant la question clarifiée. Pourtant, le 29 octobre 1966, dans une allocution à la Société italienne d’obstétrique et de gynécologie, le pape déclare qu’un supplément d’étude est nécessaire.

  • 1 Concernant cette publication "sauvage", ainsi que les remous qui s’en suivirent, voir P. de Locht, (...)

4Durant de longs mois d’attente, au cours desquels Paul VI entretient lui-même le suspense, surviennent deux événements marquants. Au printemps 1967, trois documents de la Commission, jusqu’alors tout à fait secrets, sont communiqués au grand public par le National Catholic Reporter. Fuite bien orchestrée, dont l’origine reste inconnue1.

5L’autre événement se situe en octobre 1967, au cours du troisième Congrès mondial de l’Apostolat des laïcs, à Rome. Des prises de parole importantes et répétées concernent la parenté responsable, alors que la question ne figurait pas explicitement à l’ordre du jour. Une résolution, présentée par le carrefour sur le développement, rappelle entre autres :

« le sentiment très vif qu’ont les laïcs chrétiens de la nécessité d’une prise de position claire des autorités enseignantes de l’Église, qui se concentre sur les valeurs morales et spirituelles fondamentales, en laissant le choix des moyens scientifiques ou techniques de réaliser une parenté responsable aux parents agissant conformément à leur foi chrétienne et sur la base de consultation médicale et scientifique... »

6Cette résolution fut adoptée, suivant le règlement, par les chefs de délégation, après un débat houleux, par 63 voix pour, 30 contre et 4 abstentions. Contrairement à ce qu’on a souvent dit, les avis ne se sont pas divisés suivant l’appartenance au monde occidental ou au tiers-monde ; les opposants se situaient pour la plupart en Europe (Écosse, France, Italie...).

7L’attente va se prolonger durant deux années. Ainsi, grandit l’idée que Paul VI ne parlerait pas de sitôt, et peut-être même laisserait la question ouverte. C’est dans un tel contexte que se situe la mise en garde, combien prophétique, que le cardinal Suenens adressa à Paul VI dans une lettre datée du 19 mars 1968. En voici le passage central :

  • 2 Lettre publiée intégralement dans L.-J. cardinal Suenens, Souvenirs et espérances, Éd. Fayard, Pari (...)

« Il me paraît dramatiquement dangereux pour le bien de l’Église que le saint-père assume, seul, le rôle de défenseur et de gardien de la foi et de la morale, et se présente au monde isolément, coupé de l’ensemble des évêques, du clergé, des fidèles... Avant le Concile, la question du birth-control – pour citer un seul exemple – n’était pas suffisamment connue des évêques, le Saint-Office interdisant toute publication non classique et toute discussion en la matière. Un avis d’évêque non informé ne pouvait avoir une vraie valeur. Mais il serait possible aujourd’hui de les consulter en leur fournissant ou indiquant les éléments pour et contre, et d’obtenir ainsi un jugement qualifié. [...]
La seule annonce que ces questions seraient discutées et traitées là, [en synode spécial] après étude préalable et approfondie à domicile par les membres du synode, permettrait d’espérer un maximum d’adhésion de la part des fidèles et du clergé. Car, si la décision est prise par Votre Sainteté, seul, je vois un immense danger de refus intérieur. [...] Ce serait l’occasion de montrer que Vatican II a créé un style nouveau, et que l’Église ne craint pas les mises en question pour mieux élaborer et faire accepter les réponses. »2

8À l’encontre de telles démarches, l’encyclique Humanae vitae est promulguée le 25 juillet 1968, provoquant immédiatement d’importants remous. À la demande de l’épiscopat belge, un petit groupe de théologiens se réunit à Leuven le 6 août, chargés de préparer un projet de déclaration des évêques, soucieux de calmer l’effervescence et d’éclairer quelque peu le sens à donner à la prise de position romaine.

9La réunion, où se retrouvent P. Anciaux, L. Declerck, P. de Locht, A. Descamps, A. Dondeyne, A. Gesché, V. Heylen, L. Janssens, G. Philips et G. Thils, débute par un échange général sur l’événement. On fait, entre autres, remarquer le décalage manifeste entre l’anthropologie sous-jacente à l’encyclique et la perception de nos contemporains. On se demande quelle est l’autorité du magistère « lorsqu’il détermine des normes matérielles jusque dans leur relativité ». L’accueil de telles prises de position est conditionné par la valeur des arguments : « ne pas faire appel à l’autorité du Saint-Esprit pour boucher les trous du raisonnement », fait remarquer quelqu’un. Par contre, ajoute-t-on : lex valet etiam si argumenta non valent (la loi ne dépend pas des motifs qui l’étayent). « L’absence de consensus ecclesiae sur une question non définie met en question la valeur de l’encyclique ».

10 Quoi qu’il en soit, il importe de "limiter les dégâts" et de sauvegarder la vitalité chrétienne. Pour ce faire, trois propositions sont évoquées : une lettre des évêques au pape, un document adressé par les évêques belges à leurs diocésains, un congrès de théologiens réunissant dogmaticiens et moralistes. C’est la seconde proposition qui est retenue. On évoque alors certains aspects que devrait en tout cas comporter cette lettre aux fidèles : quel est le degré de compétence de l’encyclique ? Quels en sont les éléments « qui appellent une certaine réserve » ? Outre la docilité, la générosité, la prière..., quel rôle appartient à la conscience personnelle ?

11Au terme de cette rencontre, et à la lumière des diverses réflexions faites, Mgr Philips accepte de rédiger un projet de lettre que les évêques adresseraient aux chrétiens.

12Le 12 août, le groupe se réunit à nouveau pour examiner un texte de quatre pages rédigé par G. Philips, intitulé Éléments pouvant servir à la rédaction d’une brève déclaration de l’Épiscopat belge à propos de l’Encyclique Humanae vitae. Groupe à peu près semblable à celui réuni le 6 août, auquel s’ajoutent Ph. Delhaye, J. Heuschen et J. Étienne, mais dont est absent A. Gesché.

13Le texte proposé souligne d’abord qu’il serait faux de réduire l’encyclique à la question des contraceptifs, alors qu’elle traite plus largement de la haute noblesse de la vie de communion de deux personnes uniesdans une donation mutuelle indéfectible, autour des valeurs d’amour et de "paternité" responsable.

14C’est cependant la réprobation de certains moyens de régulation des naissances qui crée « pour beaucoup de consciences catholiques un ensemble de graves difficultés ». Jusqu’à quel point est-on tenu d’accepter et d’observer les prescriptions énoncées ? Une attitude d’accueil et de réceptivité est requise, sans laquelle d’ailleurs est impossible l’intelligence lucide de ce document ; elle n’oblige cependant pas à une adhésion inconditionnée et absolue. Cet assentiment « ne dépend pas en lieu principal des arguments évoqués par la déclaration, mais du motif religieux de l’autorité sacramentelle instituée dans l’Église ». « Si donc quelqu’un, compétent en la matière et capable de se former un jugement personnel bien établi, arrive après un examen sérieux devant Dieu à des conclusions opposées à la déclaration officielle, il n’est pas tenu et il ne peut même pas conformer son intelligence et sa volonté à la prescription édictée. »

15 À ce passage-clef du projet, s’ajoutent quelques considérations importantes :

  • les arguments invoqués dans l’encyclique n’ont pas aux yeux de tous le même caractère convaincant ;
  • « la dernière règle pratique est dictée par la conscience dûment éclairée, le jugement sur l’opportunité d’une nouvelle transmission de vie appartenant en dernier ressort aux époux eux-mêmes qui doivent en décider devant Dieu » ;
  • l’Église « n’entend nullement légiférer dans les affaires des États ni se porter en juge des non-croyants... ».

16Le projet se termine par des remerciements adressés à ceux qui généreusement ont accepté les leçons de l’encyclique, et par une demande aux chercheurs de redoubler d’efforts « pour trouver aux problèmes toujours poignants de l’humanité en croissance des solutions plus harmonieuses et entièrement respectueuses de toutes les valeurs humaines ».

17Le texte dans sa perspective d’ensemble est unanimement approuvé. Seules des améliorations dans la formulation sont proposées, telles que la modification du terme trop masculin de "paternité responsable". On veille aussi à supprimer l’une ou l’autre redite.

18Ce projet a été, semble-t-il, accueilli très favorablement par les évêques. Le cardinal Suenens dira à l’un de ses proches collaborateurs « qu’il ne répond pas tout à fait à sa pensée personnelle, mais qu’il est sincère et que les gens intelligents seront capables de lire entre les lignes ».

19La « Déclaration de l’Épiscopat belge sur l’Encyclique Humanae Vitae », datée du 30 août 1968, est publiée dans les Pastoralia de l’archidiocèse en date du 9 septembre. Dans une première partie, comme le faisait le projet, les évêques soulignent qu’il importe de ne pas s’arrêter seulement à la question des méthodes de régulation des naissances, l’encyclique apportant une vision beaucoup plus large et combien positive sur l’amour conjugal et la parenté responsable.

20Quant à l’attitude à avoir à l’égard des documents du magistère, après avoir repris de manière assez semblable les précisions données dans le projet, nous retrouvons, à peu près dans les mêmes termes, le passage crucial de la déclaration :

« Si toutefois quelqu’un, compétent en la matière et capable de se former un jugement personnel bien établi – ce qui suppose nécessairement une information suffisante – arrive, sur certains points, après un examen sérieux devant Dieu, à d’autres conclusions, il est en droit de suivre en ce domaine sa conviction, pourvu qu’il reste disposé à continuer loyalement ses recherches. Même dans ce cas, il doit garder sincèrement son adhésion au Christ et à son Église, et reconnaître respectueusement l’importance du suprême magistère [...]. Il doit aussi veiller à ne pas compromettre le bien commun et le salut de ses frères, par une agitation malsaine ou a fortiori par une mise en question de principe même de l’autorité. »

21La déclaration épiscopale ajoute très heureusement la notion importante de conflit de devoirs :

« Il se peut, lorsqu’il s’agit de l’application concrète de certaines prescriptions d’ordre moral, que d’aucuns parmi les fidèles, à cause de circonstances particulières qui se présentent à eux comme des conflits de devoirs, se croient sincèrement dans l’impossibilité de se conformer aux prescriptions. Dans ce cas, l’Église leur demande de chercher avec loyauté la manière d’agir qui leur permettra d’adapter leur conduite aux normes données. S’ils n’y parviennent pas d’emblée, qu’ils ne se croient pas pour autant séparés de l’amour de Dieu. »

22Les évêques rappellent en outre, dans les mêmes termes que le projet, « que la dernière règle pratique est dictée par la conscience dûment éclairée ».

23La déclaration des évêques belges fut dans l’ensemble fort bien accueillie ; elle contribua efficacement à apaiser les réactions. À l’étranger, elle fut souvent citée comme particulièrement pertinente.

24Le 8 décembre de cette même année 1968, Mgr van Zuylen, évêque de Liège, publie, en accord avec Mgr Heuschen, évêque de Hasselt, des Directives pastorales concernant Humanae Vitae. On y trouve d’intéressants et judicieux « conseils pour les cas personnels ». En février 1969, MgrHimmer, évêque de Tournai, publiait à son tour des directives pastorales plus "prudentes", prolongeant la déclaration épiscopale.

Notes

1 Concernant cette publication "sauvage", ainsi que les remous qui s’en suivirent, voir P. de Locht, Les couples et l’Église. Chronique d’un témoin, Le Centurion, Paris, 1979, p. 247- 250.

2 Lettre publiée intégralement dans L.-J. cardinal Suenens, Souvenirs et espérances, Éd. Fayard, Paris, 1991, p. 158-160.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search