Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Troisième partie

Chapitre III. Au concile. La morale conjugale à l’épreuve de la foi vécue

Pierre de Locht

Texte intégral

1Le lien entre morale et foi, loin de faire avant tout l’objet d’un débat théologique, pose d’abord question dans la vie concrète des chrétiens. Beaucoup de femmes et d’hommes, impliqués dans le grand mouvement d’approfondissement du couple et du renouveau de la « spiritualité conjugale », en plein essor dès la fin de la guerre, s’interrogent sur la manière d’harmoniser les grands impératifs de leur vie conjugale et familiale avec le message évangélique. En quoi et comment la foi chrétienne éclaire et conditionne leur mode de vie ? Ainsi, la revue Les Feuilles Familiales et son supplément Notes de pastorale familiale destiné aux prêtres ont été amenés, en réponse à la demande de nombreux foyers, d’aborder certaines interrogations vitales, en particulier concernant une saine régulation de la fécondité. Et fréquemment apparaissait la tension entre l’enseignement de l’Église et l’expérience vécue par de nombreux couples, pourtant très soucieux d’incarner les appels évangéliques dans le concret de leur existence. Dans ce contexte, l’annonce d’un Concile a suscité, en Belgique, entre autres dans les mouvements et organismes familiaux, un vif intérêt. De nombreux conjoints y voient la possibilité de faire reconnaître officiellement le renouveau de foi, de prière, de vie sacramentelle, d’engagement chrétien qu’ils ont le bonheur de connaître dans leur foyer. L’adaptation de l’Église au temps présent, ce sont eux, les laïcs chrétiens, qui ont commencé à la réaliser. L’heure était venue, pensaient-ils, où ce qu’ils vivaient déjà à leur niveau puisse être reconnu et prendre une dimension "catholique". Ils ont dès lors participé, à leur mesure, à la préparation du Concile, entre autres en répondant à la demande de certains évêques soucieux de mieux cerner les problèmes et aspirations de la vocation conjugale et familiale.

Les chrétiens s’interrogent et sont interrogés

2Mgr Heuschen, évêque auxiliaire de Liège, sollicite les réactions du Centre National de Pastorale Familiale sur différents schémas préparatoires, spécialement le de castitate, matrimonio, familia, virginitate.

« Pris en eux-mêmes, ces textes sont difficilement améliorables, avons-nous répondu. Ils sont parfaitement logiques, mais dans un certain système qui ne rencontre nullement la problématique contemporaine. On pourrait très bien élaborer une toute autre présentation ; elle serait aussi valable, si pas plus ; davantage évangélique, elle partirait d’une autre optique... Ce schéma condamne surtout les courants modernes. On veut se protéger des « erreurs modernes”, sans se mettre à un niveau qui rencontrerait réellement les problèmes soulevés par notre époque et aiderait à les dépasser. De tels décrets rassureraient à bon compte la conscience de ceux qui les édicteraient ; on aurait l’illusion d’avoir enrayé le mal. Mais on n’aurait nullement rencontré la difficulté. Des décrets ainsi conçus seraient graves, car ils donneraient l’impression que l’Église ne comprend pas grand chose à la problématique moderne... »

3Suivaient alors des réflexions plus précises, comme par exemple : « L’homosexualité est examinée en deux lignes, alors qu’il y a souvent un drame humain, pour lequel des éléments plus constructifs sont à apporter » (Lettre à Mgr Heuschen, du 27 novembre 1962).

4Heureux temps où, dans le contexte stimulant d’une Église en recherche, l’avis des chrétiens de la base apparaissait constituer un apport non négligeable dans l’élaboration d’une pensée d’Église.

5La Commission générale belge des œuvres d’apostolat (qui prendra plus tard, pour la partie francophone du pays, le nom de CGAL – Conseil général de l’apostolat des laïcs) avait travaillé durant des mois à la rédaction de deux notes destinées aux commissions préparatoires. L’une est intitulée Problèmes actuels que la famille pose à l’Église. Il y est surtout question de morale conjugale :

« En face d’un problème difficile, on est parfois tenté d’en attribuer la responsabilité à la façon d’agir de nos contemporains ; cela évite de se poser des questions plus fondamentales. Or, il faut reconnaître que les meilleurs parmi les chrétiens se trouvent eux aussi – et même principalement – devant des problèmes angoissants au point de vue de la morale conjugale. N’est-ce pas l’indice que le malaise est profond et ne peut être résolu superficiellement ? » (29 janv. 1962).

6L’autre note traitait de « L’Église : signe de la dignité et de la responsabilité du laïcat ». « Les responsabilités du laïcat sont les responsabilités même de l’Église, car les laïcs s’identifient à l’Église... Ils sont les premiers indiqués et parfois les seuls à pouvoir porter le message chrétien à des secteurs de plus en plus grands de la vie humaine ». On y soulignait « le contraste entre les enseignements et leurs réalisations ». « Afin que l’Église devienne le signe de la dignité et de la responsabilité du laïcat, quelque chose doit changer tant du côté de l’état d’esprit du laïcat que du côté des structures de l’Église ». On citait, du côté du laïcat, la nécessité de « faire preuve d’intelligence, d’imagination et de volonté, sans craindre de faire apparaître les divergences de vues qui existent d’ailleurs dans toutes les formations unies ». Quant aux structures, entre autres « susciter la participation effective des laïcs aux travaux des Conseils paroissiaux, des Conseils épiscopaux et des Conciles oecuméniques. » [...] « Considérer dans les laïcs les témoins les plus directs de l’événement et des situations. Par conséquent, s’informer auprès d’eux de la réalité de ce qui est et des besoins les plus urgents » (29 janv. 1962).

7À noter également une recherche œcuménique faite en commun avec le Centre d’étude chrétien protestant des Sciences du Mariage et de la Famille, animé par le Docteur Bovet, de Bâle. Elle aboutit, en 1962, à une Requête adressée au Concile Gcuménique au sujet des mariages mixtes. Il s’agissait de créer les conditions pour que ces mariages interconfessionnels suscitent chez les conjoints « un accroissement de vie spirituelle, et non, comme c’est fréquemment le cas, un attiédissement de l’un et l’autre dans le souci d’éviter les tensions ».

8Ce ne sont là que quelques exemples du souci de faire monter vers le Concile les préoccupations qui se vivaient à la base, ainsi que des suggestions quant aux améliorations pastorales et canoniques souhaitables. Véritable travail en Église que proposait la communauté chrétienne, dans la conscience que c’est dans le concret de la vie, attentive aux appels évangéliques, que se révèle avant tout la maturation de la foi chrétienne.

Au départ du vécu quotidien

9Après la première session, le cardinal Suenens sollicite nos « réflexions et souhaits concernant les positions que le Concile serait éventuellement amené à prendre au sujet de la morale conjugale ». Dans une longue réponse, datée du 27 février 1963, est dit entre autres ceci :

« On doit reconnaître que pratiquement tous les foyers, même les meilleurs, qui acceptent la morale chrétienne dans le domaine plus particulier du respect de l’intégrité de l’acte conjugal, le font uniquement par soumission à l’autorité de l’Église et nullement parce qu’ils en comprennent les raisons. On doit en dire de même de l’immense majorité des prêtres. [...] Or, il est grave pour les époux chrétiens eux-mêmes de ne pouvoir se justifier à leurs propres yeux les exigences de la morale. [...]
« Dès qu’on parle de morale conjugale, on pense immédiatement, si pas exclusivement, au respect de l’intégrité physique de la relation conjugale. Pourtant, il y a des aspects autrement primordiaux sur lesquels on a beaucoup trop peu mis l’accent : signification de la fidélité, pourquoi un amour conjugal ne peut être profond que s’il est inconditionné, par conséquent indissoluble, le sens positif de la fécondité. [...] Dans ce cadre-là, la chasteté conjugale prend déjà un autre sens. [...]
« La présentation actuelle de la morale conjugale fait que beaucoup d’époux, surtout les meilleurs, vivent leur vie conjugale dans un climat de crainte débilitante. Que d’époux tendus, au bord de la dépression, sans cesse paralysés par l’anxiété, tentés par l’infidélité. [...] Si l’amour conjugal est une richesse, il devrait en faire des adultes sereins, épanouis, assumant avec d’autant plus de dynamisme leurs multiples tâches. »

10Enfin, une dernière réflexion, qui n’a rien perdu de son actualité : « Dans cette même ligne se situent les problèmes démographiques, dont on ne peut nier la grande complexité. Ici encore, l’Église donne trop l’impression de refuser de voir l’acuité des problèmes, ou de se retrancher derrière des solutions irréalistes dans bien des cas. »

11Ces réflexions, comme bien d’autres apports, préparaient l’inévitable éclatement, lors de la troisième session, de la consigne de silence.

  • 1 Parmi les articles et ouvrages les plus marquants qui, depuis une ou deux décennies, abordaient la (...)

12L’évolution des conditions d’existence, et spécialement les importants progrès de la médecine (diminution de la mortalité infantile, accroissement de la longévité, maîtrise possible des processus de fécondité...) suscitent, pour l’immense majorité des couples, au moins dans la culture occidentale, de nouvelles responsabilités à l’égard de leur tâche créatrice et de son harmonie avec les multiples appels et valeurs de leur état1. Problèmes épineux que l’autorité romaine ne souhaitait pas voir discutés au Concile, surtout après que le relatif huis-clos de la première session ait heureusement fait place, à partir de septembre 1963, à une assez large transparence, et dès lors à un intérêt accru de l’opinion publique pour les débats conciliaires.

13Comment les évêques, alertés par ces interrogations, n’auraient-ils pas apporté cette préoccupation dans les débats conciliaires ? Faut-il, à ce propos, parler de tension, voire de conflit, entre la volonté de Paul VI d’enlever à la responsabilité du Concile les questions posées par la régulation de la fécondité, le divorce et le célibat des prêtres, et le souci de nombreux évêques de ne pas écarter des interrogations qu’ils percevaient de plus en plus vives chez les meilleurs de leurs diocésains ?

Un bref et grand débat

14C’est dans ce contexte que le Concile a connu, de manière inopinée, dans les derniers jours d’octobre 1964, au cours de sa troisième session, un bref mais important débat concernant la morale conjugale, suscité par un passage du schéma XIII, la future Constitution sur L’Église dans le monde contemporain (Gaudium et spes) :

« En ce qui concerne le nombre des enfants, les époux chrétiens savent qu’ils ne sont pas livrés à un instrument aveugle, mais ils glorifient le Dieu créateur s’ils s’efforcent d’accomplir la fonction procréatrice avec pleine et consciente responsabilité, selon le don de Dieu et le véritable amour. » (Chap. IV, n° 21)

15Cette phrase, qui aurait très bien pu être adoptée sans discussion, a fourni l’occasion d’un débat qui devait tôt ou tard éclater au grand jour. Car les problèmes du mariage et de la famille étaient de plus en plus ressentis avec beaucoup d’intensité et non sans un réel malaise. La morale conjugale, sujet presque tabou jusqu’il y a peu, devenait ouvertement une des préoccupations majeures dans la vie de l’Église. Dans un tel contexte, il était inévitable et heureux qu’un débat se fasse ouvertement au Concile.

  • 2 Cette Commission, créée le 27 avril 1963, fut une des dernières initiatives de Jean XXIII. Elle tie (...)

16Pourtant, le 23 octobre 1964, le rapporteur du schéma, Mgr Guano, annonce que la sous-commission qui a préparé le texte a évité intentionnellement d’aborder certaines applications de morale conjugale. Il ajoute – ce qui commençait à être connu depuis une déclaration de Paul VI en juin 64 – que le pape avait constitué une commission de spécialistes chargée de l’étude de ces problèmes, et qu’il s’en réservait la décision finale2. Ainsi, de par la volonté du pape, la question de la régulation des naissances était retirée de la compétence du Concile.

17Malgré cela, certains évêques pensaient n’avoir pas le droit de taire une interrogation trop importante en soi et devant l’opinion publique. Seules des personnalités de grand format, jouissant d’une particulière autorité parmi leurs confrères, pouvaient, en se concertant, enfreindre la consigne de réserve. Et ce fut, parmi les interventions du cardinal Léger, du cardinal Alfrink, du patriarche Maximos IV, sans oublier, en contrepartie, le préfet du Saint-Office, le cardinal Ottaviani, le cri du cardinal Suenens : « Je vous en conjure, mes frères, évitons un nouveau procès de Galilée. Un seul suffit pour l’Église l » Et il ajoutait :

« Que l’on ne dise pas que nous ouvrons ainsi la voie au laxisme moral. Le problème s’impose à nous, non parce que les fidèles cherchent à satisfaire leurs passions et leur égoïsme, mais parce que les meilleurs d’entre eux cherchent avec angoisse à vivre la double fidélité, à la doctrine de l’Église et aux exigences de l’amour conjugal et parental. » (intervention à l’assemblée conciliaire du 28 octobre 1964).

18Ce débat manifeste en tout cas une proximité plus grande du peuple chrétien et du magistère. L’existence d’un réel problème a été nié pendant longtemps, seuls l’égoïsme, l’esprit jouisseur, le manque de générosité des époux, pensait-on en haut lieu, expliquaient l’impasse dans laquelle les conjoints se trouvaient. Mais peu à peu, on reconnaît que même les meilleurs, même les foyers généreux, très soucieux d’approfondissement spirituel et d’engagement, et probablement surtout eux, se trouvent dans des situations inextricables. Ainsi, ce que vivent les fidèles devient, non une norme, mais un élément non négligeable dans la manière de se poser les problèmes moraux.

19Dès lors, le souci d’adaptation de la morale conjugale apparaît, non plus comme une concession au laisser-aller, mais dans sa véritable optique : comment percevoir dans toute leur ampleur les multiples valeurs de l’amour conjugal, telles que cherchent à les vivre les époux attentifs au message évangélique ? Sous cet éclairage évangélique, quel lien y a-t-il entre les prescriptions contraignantes de l’Église et la foi chrétienne ? Question qui est au cœur de la vie quotidienne, avant de faire l’objet de prescriptions de l’autorité religieuse.

Réaffirmation qui se veut sans débat

20Mi-novembre 1965, le Concile touche à sa fin, lorsqu’intervient, de nouveau à propos de la morale conjugale, un épisode lourd de conséquences pour l’Église et pour l’autorité morale du Magistère, bien au-delà de la question précise qui l’a suscitée.

  • 3 Doctrine qu’a tenté, non sans condamnation, de mettre en question le livre de H. Doms, Du sens et d (...)

21Les évêques mettaient la dernière main à l’importante Constitution Gaudium et spes, dont un chapitre est consacré à la famille sous le titre Dignité du mariage et de la famille. Le Concile entend proclamer « la valeur privilégiée et sacrée de l’état de mariage », avec ses fruits de sanctification mutuelle, en même temps que sa « participation spéciale à l’œuvre créatrice de Dieu ». La disponibilité procréatrice, présentée comme inhérente au mariage et à l’amour conjugal, ne peut cependant amener à « sous-estimer pour autant les autres fins du mariage » (n° 50). Est ainsi dépassée pour la première fois la qualification de fin première, jusqu’ici omniprésente dans la doctrine du mariage3. Dans la manière de remplir leur devoir de transmettre la vie, les époux ont à tenir compte de divers éléments qui requièrent un jugement pris de commun accord. Rien d’automatique, car « ce jugement, ce sont en dernier ressort les époux eux-mêmes qui doivent l’arrêter devant Dieu » (n° 50). C’est donc un grand souffle de dignité et de responsabilité qui se dégage de ce texte l

22Cependant, un groupe minoritaire a considéré qu’on ne pouvait se contenter de ces larges perspectives, et qu’il était indispensable de rappeler la condamnation des moyens contraceptifs proclamée par l’encyclique Casti connubii de Pie XI, le 31 décembre 1930. C’est dans cette optique, pour répondre à l’exigence d’un groupe minoritaire, mais particulièrement influent, de la Curie, que se situent les amendements du pape survenus en dernière minute. Ajout apparemment mineur, mais qui, aux yeux de beaucoup, replaçait la pastorale de l’amour conjugal et du mariage au niveau de réglementations, par ailleurs de plus en plus largement contestées.

23Le chapitre traitant de la famille, qui a suivi déjà toutes les étapes de mise au point, vient d’être voté par les pères. Il ne peut donc plus être changé dans sa substance. Reste seulement à examiner 450 amendements (modi) et à les introduire éventuellement dans le document, mais uniquement dans la mesure où ils se situent dans la ligne du texte tel qu’il a été voté.

  • 4 Sur l’ensemble des travaux de cette Commission dans le cadre de l’évolution du couple et de la fami (...)

24À cette occasion, sont convoqués d’urgence à Rome des théologiens faisant partie de la Commission pontificale4. Tout de suite apparaît l’ambiguïté de notre présence. Nous convoquer rien que pour collaborer avec la sous-commission des amendements, est-ce une raison suffisante ? Certains se demandent si notre présence ne risque pas d’être interprétée comme le cautionnement d’un texte pour lequel nous n’avons pas été consultés et auquel on ne peut plus rien changer. Risque réel, comme on le verra. Ou bien encore, est-ce un moyen de lier en quelque sorte la recherche ultérieure de la Commission en l’enfermant dans le cadre du document tel qu’il sera promulgué ?

25La sous-commission des amendements, réunie le 19 novembre au Collège belge, est présidée par Mgr Dearden, archevêque de Detroit. Mgr Heuschen est responsable, avec Mgr Heylen comme secrétaire, de l’examen et de la présentation des amendements. La plupart de ceux-ci sont repoussés un peu facilement, me semble-t-il, soi-disant parce qu’ils ne cadrent pas avec le contexte. Il est à craindre qu’on énerve l’opposition, minime mais puissante, en n’écoutant pas réellement ses objections et en n’y répondant guère sur le fond. Interventions multiples de Mgr Colombo, conseiller du pape, qui essaie de faire passer certains amendements, mais n’insiste pas trop. Modi qui reviendront bientôt ex auctoritate, mais on l’ignore encore.

  • 5 Le professeur louvaniste avait publié notamment Foi chrétienne et pensée contemporaine, Louvain, 19 (...)

26Dans le texte adopte, certaines phrases sont volontairement ambiguës, pour ne pas susciter d’opposition, pouvant par conséquent donner lieu aux interprétations les plus opposées. Est-il digne d’essayer de faire voter des mots, en s’efforçant de ne pas expliciter le sens qu’ils peuvent recouvrir ? Certes, on peut comprendre qu’au terme de longs mois de débats, allant jusqu’à l’usure, on soit tenté d’en hâter ainsi la conclusion, pour que cet important document voie enfin le jour, après tant de mises en question. Je ressentais pourtant péniblement cette attitude quelque peu tacticienne alors qu’il s’agissait d’élaborer un enseignement censé orienter la vie d’un grand nombre. Crainte partagée entre autres par Mgr Dondeyne5. J’étais loin d’être au bout de mes étonnements l

  • 6 Je recevrai, le 18 déc., une lettre de Mgr dell’Acqua, disant : "Sa Sainteté a pris connaissance av (...)

27Lors d’une rencontre réservée aux membres de la Commission pontificale, le dimanche 21 novembre, tous insistent sur la nécessité de promulguer ce texte malgré ses limites, à la condition que l’on indique qu’il ne constitue pas le mot définitif. Tout en énonçant de très bonnes considérations assez générales, il est à craindre cependant que ce document déçoive car il n’apporte pratiquement pas d’ouverture quant aux problèmes concrets des époux. Ne serait-ce pas au pape à dire clairement que ce document n’est qu’une première déclaration, que des précisions ultérieures viendront compléter ? Énonçant cette crainte lors d’une séance d’analyse des amendements, Mgr Colombo, le théologien de Paul VI, me demande de présenter un relevé des questions qui restent en suspens et devraient faire l’objet d’un travail ultérieur, texte qu’il transmet au pape6. Ce serait aussi l’occasion d’indiquer les conditions dans lesquelles cette période de non-décision pourrait être, bien plus qu’une simple attente, source de maturation morale.

28Toutefois, quatre théologiens, les pères Ford, de Lestapis, Visser et Zalba (qui constitueront progressivement la "minorité" dans la Commission pontificale) disent leur crainte que le manque de précision du chapitre soit interprété comme si certaines condamnations étaient périmées. Mgr Colombo, en "aparté", s’associe à cette crainte.

« Ex auctoritate » !

29Mercredi 24, en fin d’après-midi, réunion de la Commission centrale mixte (Commission théologique et Commission de l’Apostolat des laïcs) pour prendre position au sujet des modi mis au point par la sous-commission. C’est alors qu’est lue une lettre du cardinal Cicognani transmettant des amendements venant directement du pape. Amendements dont on mesure l’importance par leur formulation et, plus encore, par les considérants qui les précèdent. Ces quatre amendements avaient comme objectif, semble-t-il, de garder toute sa pertinence à l’enseignement de Casti connubii condamnant les moyens contraceptifs, aussi longtemps que la question restait à l’étude. Il ne fallait pas, pensaient certains, ouvrir la voie à l’immoralité, en laissant croire que la question en recherche était dorénavant libre, tant qu’elle n’était pas tranchée par l’autorité.

30Outre leur contenu, que Mgr Heuschen et Mgr Heylen vont s’efforcer de neutraliser autant que possible, la procédure employée suscite un grave malaise. Il s’agit en effet de faire adopter sans examen par les pères des prises de position importantes imposées d’autorité, et présentées comme obligatoires. Le cardinal Cento, qui préside la Commission, déclare en effet que, puisque ce sont des amendements de Paul VI, on ne peut pas les discuter. C’est, dit-il, une question de fidélité au pape. L’ambiguïté qui était à craindre apparaît clairement quand, lors d’une interruption, certains participants m’interpellent, croyant que ces amendements représentaient les conclusions de la Commission pontificale. Notre présence contribue donc à la confusion, laissant croire que nous patronnons ces modi.

31Importants remous ce soir-là dans les couloirs du Collège belge. Mgr Dondeyne, entre autres, met en garde contre le danger de se mettre d’accord sur des formules plus ou moins neutralisées, qui, vu les considérants, indiquent clairement qu’il s’agit d’un retour pur et simple à Casti connubii. Plus d’un souhaitent une démarche personnelle du cardinal Suenens auprès de Paul VI, et évoquent la nécessité de voter contre ce chapitre de Gaudium et Spes.

32Lors d’une nouvelle réunion de la Commission centrale mixte, présidée cette fois par le cardinal Ottaviani, il est dit que les pères sont libres de discuter les termes de ces modi, mais en en sauvegardant le sens. La question de principe concernant cette procédure qui ne laisse plus place à une véritable responsabilité des pères n’est toutefois soulevée que par Mgr Butler, abbé bénédictin, et par Mgr Charue. À travers des formules qui atténuent ces amendements, l’équivoque reste entière. On va ainsi, sans trop le dire, faire voter par le Concile un texte qui donne une nouvelle autorité à Casti connubii, alors que la question des moyens de régulation de la fécondité est très largement débattue, voire contestée, et fait l’objet du travail de la Commission pontificale.

33Mgr Dondeyne rédige, avec l’accord du cardinal Suenens, une lettre adressée directement au pape. Il recevra une longue réponse de Mgr Colombo, datée du 2 décembre. Ces Observations sur les "Réflexions" du professeur Dondeyne sur le problème du mariage sont, très vraisemblablement, la pensée même du pape et d’une partie de la Curie autour du cardinal Ottaviani. En voici le passage central :

  • 7 Affirmation combien étonnante quand on sait ce qui déjà se publie, et surtout lorsqu’on est assez p (...)

« Il existe une doctrine proposée par le Magistère de l’Église en termes particulièrement fermes en matière en morale conjugale : c’est la doctrine de Casti Connubii. [...] Jusqu’à ces derniers temps, qui coïncident à peu près avec le début du Concile, personne n’avait douté7 de la force obligatoire de cette doctrine et de sa signification : elle était jugée obligatoire parce qu’elle interprète une loi morale naturelle et divine. [...] Tant que la Commission poursuit ses études, le saint-père a en tout cas manifesté sa volonté explicite que l’on reste fidèle aux normes fournies précédemment. D’où il suit que la doctrine de Casti Connubii est "inpossessione juris" dans l’Église. [...]
« Malgré cette directive explicite, des voix diverses s’élèvent qui proposent fermement la possibilité d’un changement. La diffusion de ces voix crée dans l’Église un climat d’incertitude [...] qui amènerait à la conséquence pratique qu’il s’agit là d’un terrain où s’applique légitimement et inévitablement le probabilisme. [...]
« L’importance de cette conséquence pratique est évidente : si une réflexion théologique plus mûre devait amener le Magistère à conclure définitivement que la doctrine de Casti Connubii sur la chasteté conjugale doit demeurer intacte, il serait certainement beaucoup plus difficile pour l’Église de rééduquer le peuple chrétien à la chasteté conjugale après une période de facilité dans les usages moraux. Le saint-père est alors intervenu pour empêcher l’expansion et la poursuite de pareille situation de confusion doctrinale et du danger moral qui en découle ; et il a demandé que le texte conciliaire tienne à réaffirmer que la doctrine de Casti Connubii conserve toute sa valeur : c’est-à-dire la valeur que le Magistère de l’Église lui a attribuée et lui attribue même si un nombre non précisé de théologiens et d’évêques a jugé bon de le mettre en discussion. »
Quant à la procédure :
« Si certains pères estiment inexacte la doctrine de Casti Connubii, ou jugent inexacte l’interprétation des exigences doctrinales, ils pourront manifester leur dissentiment en n’approuvant pas le texte des amendements tel qu’il est proposé par la Commission. Si, au contraire, deux tiers des pères approuvent le texte des amendements, personne ne pourra mettre en doute que l’intervention du saint-père ait été proposée de manière parfaitement régulière, selon la procédure adoptée par le Concile. Dans le cas opposé, le saint-père aurait à examiner ce qu’il devrait faire pour le bien de l’Église. » Concernant la Commission pontificale, il note :
« Sa tâche, comme celle de toute collaboration apportée au Magistère par voie d’étude, est d’offrir un matériel à partir duquel celui-ci forme ses jugements, étant bien entendu que le Magistère trouve sa garantie ultime, non dans la perfection humaine des études réalisées, mais dans une assistance divine surnaturelle. »

34L’objectif principal est donc de maintenir intacte dans la pratique des fidèles, éventuellement jusqu’à nouvel ordre, la doctrine énoncée par Casti connubii. La réponse de Mgr Colombo, et donc indirectement de Paul VI, se fonde sur l’idée qu’il incombe au Magistère de "déterminer" ce qui est bien ou mal. La loi doit donc subsister dans toute sa force tant qu’une nouvelle promulgation n’est pas faite.

35Triomphe du droit sur la morale, car le rôle décisif attribué au Magistère déplace le lieu d’élaboration de la morale de la réalité vécue à une instance législative. La bonté ou la malice ne dépendent pourtant pas d’une loi ; elles se situent dans la réalité vécue. Le rôle des autorités morales est d’aider à en détecter le sens, non à en décider la valeur. La perspective énoncée enlève la germination de la morale de la réalité vécue pour la confier au verdict d’une autorité. Les conjoints, qui vivent les réalités concernant lesquelles légifère le Magistère, n’ont pas voix au chapitre dans l’élaboration morale. Leur contestation n’a pas à être prise en considération, leur seul rôle se situant au niveau de l’application docile d’une loi élaborée en dehors d’eux. D’où le souci primordial que ne soit atténué en rien son caractère intangible dans la pratique.

36Les époux seraient donc obligés de continuer, par soumission, à adopter des solutions moins bonnes, voire destructrices. Que signifie pour eux de continuer à appliquer une loi qu’en conscience ils considèrent comme inapte à rendre compte des diverses valeurs en cause ? Mais, aux yeux du Magistère, s’il y a contestation, ce n’est pas pour des raisons valables : ce ne peut être que par recherche de facilité. Quelle méconnaissance du cheminement des "fidèles"! Est-il totalement à exclure que leur contestation puisse être, elle aussi, suscitée par « une assistance divine surnaturelle » ? Faudrait-il, pour commencer à en tenir compte, qu’ils attendent une autorisation magistérielle, alors que la mise en pratique immédiate, pour des raisons suffisamment mûries, constituerait un apport important à la maturation de la morale.

37Le triomphe de la Possessio juris devait permettre, aux yeux de ses promoteurs, de maintenir un statu quo dans la pratique concrète des époux durant la période où la réflexion de la Commission pontificale et autres organes secrets du Vatican allait se prolonger, et aussi, pensaient-ils, d’obtenir sans peine l’adhésion à la parole du pape, quelle qu’elle soit, lorsque celui-ci se prononcerait. On sait ce qu’il en est advenu. En même temps on se privait de toute leçon tirée de l’expérience vécue par ces "fidèles" s’efforçant de traduire, dans les conditions de vie présentes, les grands appels évangéliques. Mais, une telle leçon émanant de la vie chrétienne concrète, la croit-on valable, éclairante ?

  • 8 « La Possessio Juris, ou la relance des condamnations de Casti Connubii », 2 déc. 1965.

38Et pourtant, dans une perspective davantage centrée sur la maturation morale du peuple chrétien, plus d’un ont cru qu’il allait être important d’utiliser de manière constructive cette période d’attente d’une clarification officielle. C’est dans ce sens que j’ai rédigé et remis aux évêques belges réunis au Collège belge une note sur le sens, la portée et les conséquences de la Possessio Juris, et sur les prolongements pastoraux qu’elles impliquent8.

Que fait-on de l’indispensable apport du vécu chrétien ?

39Le contenu des amendements pontificaux et la manière dont ils ont été gérés au cours de cette ultime phase du Concile sont symptomatiques d’un mode de fonctionnement ecclésiastique plus lourd de conséquences qu’il n’y paraît. Le pape, sous l’insistance d’une partie de la Curie, veut protéger sa totale souveraineté, indépendante des interrogations nombreuses et insistantes venant des diverses Églises, et surtout de ce que vivent les couples, ces chrétiens ordinaires. Pour ce faire, la question en litige – depuis beaucoup plus longtemps que ne le dit Mgr Colombo – a été soustraite à un débat ouvert des évêques. Et si, malgré cela, l’inquiétude a explosé en octobre 1964, à l’occasion de la discussion du schéma XIII, ce fut un cri et non un vrai débat ouvert.

40Alors que les discussions générales étaient closes, ces modi ont imposé impérativement un retour à Casti connubii qui n’était nullement une émanation du Concile. Impérativement, car venant directement de Paul VI, avec interdiction, au nom de la fidélité au pape, d’en discuter librement le contenu. Les véritables motifs qui justifiaient ces modi, et que précise la lettre de Mgr Colombo, n’ayant pas été explicités publiquement, n’ont dès lors pas pu être examinés. Il est vain de penser que ces amendements n’avaient pas une importance majeure. Si cela avait été le cas, Paul VI ne les aurait pas introduits à ce moment, et dans de telles conditions. On a joué tactiquement au plus fin, les uns se contentant, croyaient-ils, d’en énerver le sens ; les autres acceptant des aménagements de forme, pour en obtenir l’acceptation sur l’essentiel. Stratégie qui, à défaut de débat ouvert et franc sur le fond, allait peser gravement sur la suite des événements (Humanae vitae, durcissement de la morale conjugale sous le pontificat actuel...). Mais fait-on de la stratégie lorsqu’il s’agit de doctrine destinée à éclairer la vie ?

41Cet épisode manifeste combien les travaux du Concile ont pâti d’un manque de recherche fondamentale concernant la morale, ses instances d’élaboration dans l’Église, sa distinction par rapport au Droit, son rapport avec la foi. Se référer à la Possessio Juris pour obliger les époux à en rester à des normes morales qu’ils vivent comme insuffisantes à rendre compte de toutes les valeurs en cause, c’est soumettre la vie à une fiction juridique. Nier que l’on se trouve en période de doute réel, alors que nombreux sont déjà, depuis des décennies, des couples, parmi les plus généreux, des théologiens, des évêques, et ici au Concile des voix importantes, qui portent un grave soupçon sur les normes en vigueur, c’est enlever au vécu chrétien tout apport dans la maturation morale, réservant celle-ci à la seule autorité pontificale. Tout cela ne peut se faire qu’à travers des mesures et tactiques qui inhibent l’attention à la réalité et aux significations vécues. Le cardinal Suenens dira, quelques mois plus tard, au cours des travaux de la Commission pontificale :

  • 9 Le cardinal Suenens fait référence à un ouvrage en anglais de J. T. Noonan, qui parut plus tard en (...)

« Les moralistes ont changé d’avis tout récemment, a-t-on dit, et pour des raisons affectives. Tous, en fait, se trouvaient embarrassés par la tâche de trouver un argument valable pour une doctrine qu’on ne pouvait discuter. Il y avait obligation de défendre la doctrine reçue, mais il y avait probablement déjà bien des hésitations intérieures. Dès que la question a été un peu plus libre, l’ensemble des moralistes en est venu à la position défendue par la majorité des théologiens de la commission. Le livre de Noonan9 indique le nombre impressionnant de péchés mortels imposés en matière sexuelle, et auxquels plus personne ne songerait aujourd’hui. On a argumenté des prises de positions des évêques, au cours des dernières décennies. L’ensemble défendait la position classique, mais elle leur était autoritairement imposée. Il n’était pas question pour les évêques d’étudier le pour et le contre. Ils recevaient des directives et des réponses devant lesquelles ils s’inclinaient, et qu’ils cherchaient à faire entendre à leurs fidèles ». (Texte de l’intervention du 22 juin 1966, distribué à la Commission, par les soins du cardinal Suenens)

42Ne s’éloigne-t-on pas de plus en plus de la perspective de communion ecclésiale, qui fut probablement l’intuition majeure de Vatican II ? Les tensions sans cesse refoulées, spécialement concernant des secteurs bien concrets de la vie des chrétiens, resurgissent tôt ou tard sous des formes plus onéreuses ; elles suscitent entre-temps combien de désarroi, de rejets, de prises de distances souvent définitives. Elles vont aussi susciter peu à peu une tranche importante de chrétiens qui ne prêtent plus aucune attention aux prises de positions officielles.

43Dans mes notes personnelles, écrites au jour le jour, je retrouve ceci :

« Durant ces jours, j’ai eu la sensation – allant jusqu’à l’angoisse – qu’on discutait davantage au niveau de documents ou de formules théologiques, mais que les foyers réels, avec leurs situations inextricables et leur confiance dans l’Église, n’étaient guère présents au cœur de ces débats. [...] Il est injuste de n’avoir pas pu dire, dans le débat à la Commission mixte, que la majorité des théologiens de la Commission pontificale concluait au caractère réformable des prononcés du Magistère sur ces questions et croyait nécessaire de considérer Castii Connubii comme une étape qu’il faut prolonger. Ces équivoques, volontairement entretenues, faussent l’objectivité et la loyauté de la décision qu’on veut imposer au Concile. [...]
On pose trop les problèmes comme si les uns étaient fidèles et d’autres infidèles à l’enseignement de Pie XI et Pie XII, alors que la véritable question est de savoir si les situations sont à ce point neuves qu’elles requièrent une réponse ultérieure. Les foyers d’aujourd’hui perçoivent que certains aspects importants de leur vocation propre ne reçoivent pas la lumière requise. Ils se sentent gravement incompris lorsque l’Église se contente de les renvoyer à des prononcés anciens. »

44Il ne restait, comme solution pour tous ceux qui récusaient et le contenu des amendements et la manière dont ils étaient imposés, qu’à voter contre le chapitre sur le mariage. C’est dans ce sens que je concluais, le 3 décembre, veille du vote solennel dans l’Aula, une longue note remise aux évêques belges :

« C’est pourquoi, malgré les inconvénients graves, je crois qu’il faut voter "non-placet". Il me semble en effet qu’un texte conciliaire, qui va marquer dans l’immédiat la vie de centaines de millions d’êtres aussi bien que la recherche durant des dizaines d’années, ne peut pas être chargé de tant d’équivoques. »

45Mais il était trop tard. Tout avait été mis en œuvre pour rendre quasi impossible un rejet qui ternirait gravement la clôture du Concile.

46Le 4 décembre, il y eut, sur 2202 votes valables, 155 non placet.

47Cet ultime dilemme, auquel étaient affrontés les évêques, avait été grevé d’un enjeu trop lourd. C’est l’ensemble des travaux de Vatican II qui aurait été gravement compromis par le rejet d’un chapitre important de la Constitution Gaudium et spes, en clôture des assises conciliaires. D’autant qu’il n’était plus possible d’expliciter les motifs d’un rejet qui ne portait nullement sur le texte dans son ensemble, mais sur un point précis, combien important pour la vie concrète des chrétiens.

48Ce qu’il faut mettre en cause, ce n’est nullement la décision, prise en conscience au terme de bien des débats intérieurs, des évêques de donner leur placet à cette importante Constitution, mais la procédure employée, qui enlève toute possibilité d’expression libre et responsable. L’enjeu était disproportionné, si on ne pensait pas d’abord à la vie concrète des époux chrétiens.

49Question d’ecclésiologie tout à fait fondamentale quant à la place de l’ensemble des chrétiens, quant à la prise en considération de leurs problèmes de vie lorsqu’ils ne sont perçus qu’à travers la saisie que peuvent en avoir ceux qui ne partagent pas leur mode d’existence. À l’occasion de la question précise des modalités de régulation de la fécondité, on peut se demander si le nœud de la vie chrétienne ne quitte pas la réalité vécue, pour se centrer de plus en plus sur les lieux de gouvernement et d’élaboration doctrinale, qui risquent d’être loin de la foi vécue.

Notes

1 Parmi les articles et ouvrages les plus marquants qui, depuis une ou deux décennies, abordaient la question épineuse de la régulation de la fécondité, citons J. Leclercq, « Changements de perspective en morale conjugale » (trois articles parus en 1950, dans Le prêtre et la famille, revue de l’Association du Mariage chrétien dirigée par le chanoine Viollet), Limitation des naissances et conscience chrétienne, ouvrage en collaboration sous la direction de H. Dumery, Paris, Éditions familiales de France, 1950. À citer aussi Paul Chanson, Art d’aimer et continence conjugale, avec en postface Art d’aimer et vie spirituelle chrétienne, par le R.P.H.-M. Féret, O. p., Paris, Éditions Familiales de France, 1949.

2 Cette Commission, créée le 27 avril 1963, fut une des dernières initiatives de Jean XXIII. Elle tient sa première réunion à Louvain-Leuven, en oct. 1963.

3 Doctrine qu’a tenté, non sans condamnation, de mettre en question le livre de H. Doms, Du sens et de la fin du mariage, Paris-Bruges, Desclée De Brouwer, 1927.

4 Sur l’ensemble des travaux de cette Commission dans le cadre de l’évolution du couple et de la famille, voir P. de Locht, Le couple et la famille, chronique d’un témoin, Paris, Le Centurion, 1979.

5 Le professeur louvaniste avait publié notamment Foi chrétienne et pensée contemporaine, Louvain, 1951 et venait de faire paraître La Foi écoute le monde, Paris, 1964.

6 Je recevrai, le 18 déc., une lettre de Mgr dell’Acqua, disant : "Sa Sainteté a pris connaissance avec la plus grande attention de votre texte. Il vous remercie volontiers de la peine que vous avez prise pour le composer et II ne manquera pas d’en tenir compte...".

7 Affirmation combien étonnante quand on sait ce qui déjà se publie, et surtout lorsqu’on est assez proche de ce que vivent les conjoints et qu’on écoute les difficultés dont ils témoignent.

8 « La Possessio Juris, ou la relance des condamnations de Casti Connubii », 2 déc. 1965.

9 Le cardinal Suenens fait référence à un ouvrage en anglais de J. T. Noonan, qui parut plus tard en français sous le titre Contraception et Mariage. Évolution ou contradiction dans la pensée moderne ?, Paris, Cerf, 1969.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search