Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Troisième partie

Chapitre II. La « réception » de la liturgie de Vatican II en Belgique

André Haquin

Texte intégral

  • 1 Concernant la réforme liturgique, voir les mémoires de Mgr A. Bugnini, le maître d’œuvre jusqu’en 1 (...)

1Jamais, l’Église catholique n’a connu une réforme liturgique aussi fondamentale et aussi rapide que celle du concile Vatican II1. Le remodelage institutionnel de l’ensemble du culte chrétien n’a été possible que grâce au renouveau pastoral du XXe siècle réalisé "à la base", comme on aime à dire aujourd’hui. Avant d’évoquer la réforme liturgique et sa réception en Belgique, il est donc nécessaire de rappeler brièvement le travail de quelques pionniers.

Le mouvement liturgique belge2

  • 2 Cf. O. Rousseau, Histoire du mouvement liturgique, Paris, 1945 ; B. Botte, Le mouvement liturgique. (...)

2Les historiens s’accordent à reconnaître que le mouvement liturgique contemporain a commencé en Belgique (1909), grâce à dom Lambert Beauduin (1873-1960), moine de l’abbaye du Mont-César (Louvain) et fondateur du monastère bénédictin d’Amay-Chevetogne voué à l’Union des Églises. Ce mouvement liturgique avait un caractère pastoral et même paroissial, à la différence de ceux entrepris au XIXe siècle, notamment à l’abbaye de Solesmes. La revue Questions liturgiques (Louvain) et Liturgisch Tijdschrift aujourd’hui Tijdschrift voor Liturgie (Afflighem), les Semaines liturgiques annuelles françaises et flamandes, et de nombreuses publications ont créé une opinion favorable et permis un réel progrès de la compréhension et de la célébration de la liturgie, alors que celle-ci se déroulait encore intégralement en latin. Parmi les érudits du Mont-César, il faut citer spécialement dom Bernard Capelle et dom Bernard Botte. D’autres abbayes prendront également leur part de ce renouveau pastoral, en particulier Saint-André (Bruges), célèbre pour les missels des fidèles de dom Gaspard Lefebvre et pour sa revue Bulletin Paroissial Liturgique devenue Paroisse et Liturgie et finalement Communautés et liturgies. Depuis les années 1920, le renouveau liturgique a gagné progressivement l’Allemagne, l’Italie, la France et bien d’autres pays européens.

  • 3 Les revues respectives des deux commissions sont ICLZ-mededelingen et CIPL Information (anciennemen (...)

3Dans les années 1950, les diocèses belges flamands et wallons ainsi que le diocèse bilingue de Malines-Bruxelles développent leur propre action liturgique, en élaborant notamment leur directoire pour la pastorale de la messe. En 1958 est fondée une commission interdiocésaine de liturgie dont J. Rabau sera le président ; en 1963, celle-ci sera refondée au plan national et dédoublée : Interdiocesane Commissie voor Liturgisch Zeelzorg (ICLZ) et Commission Interdiocésaine de Pastorale Liturgique (CIPL)3. Mgr L. De Kesel, évêque auxiliaire au diocèse de Gand, sera le président de chacune d’entre elles. La catéchèse et la bible ont également fait l’objet de nombreuses recherches pastorales après la Seconde Guerre mondiale. En 1957, un prêtre diocésain de Tournai fonde la revue Feu Nouveau pour favoriser la formation biblique et liturgique des chrétiens et aider à la préparation liturgique du dimanche. Les bénédictins de Saint-André (Bruges) publient la série des Assemblées du Seigneur (Cerf) commentant les textes bibliques de chaque dimanche et de chaque fête. Dom A. Nocent (Maredsous) propose une sorte d’Année liturgique intitulée Contempler sa gloire.

La réforme liturgique de Vatican II

  • 4 On trouve le texte latin-français de la Constitution et un commentaire autorisé dans La Maison-Dieu(...)
  • 5 Le fait qu’il s’agisse non de simple traduction mais d’élaboration de livres liturgiques en partie (...)
  • 6 Cf. P. D’Haese, « Liturgische beweging in Vlaanderen. Poging tot situatieschets », dans Tijdschrift (...)

4La Constitution Sacrosanctum concilium (4 décembre 1963) commence par une réflexion fondamentale sur la liturgie et les principes généraux de la réforme (Chap. I), puis viennent divers chapitres consacrés aux sacrements et aux actes du culte, qui précisent pour chaque cas les objectifs de la réforme à entreprendre4. Le maître-mot du document est celui de "participation active", "consciente", "intérieure" et "extérieure". En effet, l’enjeu de la réforme est de faire vivre la liturgie plus authentiquement. Il est significatif de constater que quatre des souhaits majeurs exprimés par les liturgistes avant le Concile ont reçu une réponse positive dans ce document : aborder la liturgie par le biais pastoral, favoriser l’adaptation aux pays de mission et le passage aux langues vivantes, rendre possible la concélébration eucharistique. En 1964 est fondé le Consilium chargé de mettre en œuvre la réforme : plus d’une centaine d’experts de divers pays répartis en cœtus se mettent au travail. Le Consilium a pour mission de préparer les "éditions typiques" latines pour chaque rite ; celles-ci serviront ensuite à l’élaboration des livres liturgiques dans les langues nationales5. Une seule traduction est autorisée par langue, ce qui oblige plusieurs pays à travailler ensemble. La Belgique francophone s’associe à la France et aux autres pays de langue française dans la Commission Internationale Francophone pour les Traductions et la Liturgie (CIFTL) fondée en 1965. Les chrétiens de Flandre sont amenés à collaborer dès 1964 avec le Nationale Raad voor Liturgie des Pays-Bas, mais cette collaboration sera interrompue pendant un certain nombre d’années6. Ce travail en équipes internationales constitue un premier niveau de "réception" des textes liturgiques. On pourrait l’appeler une "réception active", au sens qu’il s’agissait au sein des pays concernés d’un effort d’inculturation des rituels – on disait à l’époque adaptation – dans les limites prévues par le Saint-Siège.

5Les livres liturgiques dans les langues nationales doivent être approuvés par les conférences épiscopales concernées et confirmés par le Saint-Siège. La marge d’adaptation aux cultures est plus large pour les sacrements et sacramentaux, en particulier le baptême, le mariage et les funérailles, que pour la messe et l’office divin censés exprimer davantage l’unité du rite romain.

line « nouvelle messe » ?

6Le missel de Paul VI (1970), premier fruit de la réforme liturgique, est bien reçu en Belgique. Sont particulièrement appréciés l’usage de la langue vivante, la simplification du rite eucharistique, les nouvelles lectures bibliques, les nouvelles prières eucharistiques – non prévues par la Constitution liturgique – ainsi que les possibilités concernant la communion des laïcs à la coupe, la communion dans la main – proposée au choix par les évêques de Belgique – et la possibilité de célébrer l’eucharistie « dans des groupes particuliers ».

  • 7 A. Haquin, « Le Directoire romain pour les messes d’enfants », dans La Maison-Dieu, n° 119, 1974, p (...)

7En 1973, au terme d’une vaste enquête caractéristique de l’ouverture de son secrétaire, Mgr A. Bugnini, la Congrégation pour le culte divin, qui a succédé au Consilium, élabore un Directoire pour les messes d’enfants (1973)7 et prépare trois nouvelles prières eucharistiques adaptées à ces assemblées (1974). Cela touche le public des catéchistes et des enseignants chargés de l’initiation à l’eucharistie. Même l’audiovisuel trouve sa légitimité dans le document romain. L’apport des diverses Églises locales à ce texte explique en partie sa réussite et l’accueil particulièrement favorable qu’il a obtenu.

  • 8 Voir A. Bugnini, La riforma liturgica (1948-1975), p. 255-299 (Croci della riforma). On se reporter (...)

8Dès 1969, alors que s’achèvent les travaux du rituel eucharistique, des conservateurs vont se mobiliser contre le missel de Paul VI, en France et à Rome, puis en bien des pays. Ces intégristes prétendent que le missel est infiltré de thèses protestantes sur trois points particulièrement sensibles depuis le Concile de Trente : l’affirmation de la présence réelle, la spécificité du sacerdoce des prêtres, le caractère sacrificiel de l’eucharistie8.

  • 9 C’est l’époque où la créativité va fleurir : les éditions Desclée inaugurent une collection de livr (...)
  • 10 Du côté des pays francophones, des travaux importants ont été entrepris par les Centres nationaux d (...)
  • 11 Sur le travail de la réforme, voir A. Haquin, « Le lectionnaire biblique des dimanches et des fêtes (...)
  • 12 De nombreuses initiatives voient cependant le jour ; citons pour la langue française la série des A (...)

9Si la Belgique connaît quelques petits groupes de nostalgiques, il n’y a pas, sauf exception, de mobilisation contre le Concile. Il serait cependant erroné de croire que les prêtres et les chrétiens sont entièrement satisfaits de la réforme telle qu’elle se développe. Le choc culturel des années 1968 a jeté un coup de froid sur l’élan postconciliaire et éveillé une méfiance envers certains principes de la réforme, notamment les traductions de textes anciens comme les oraisons de la messe. L’idée se répand qu’il faut faire du neuf9. Les évêques flamands obtiendront que leur missel contienne des oraisons alternatives composées dans le pays, en rapport avec les lectures bibliques du jour10. Au fil du temps, les choix de la réforme concernant les lectionnaires bibliques, notamment pour le dimanche, sont critiqués dans certaines publications spécialisées. Des exégètes regrettent le découpage des péricopes notamment évangéliques, certains rapprochements entre l’Ancien Testament et l’Évangile du jour, ainsi que différentes traductions estimées peu fidèles à l’original11. Quant à la lecture intermédiaire semi-continue, elle apparaît souvent comme un corps étranger difficile à intégrer dans l’homélie. Les prêtres, dont beaucoup ne sont pas préparés à commenter les Écritures12, expriment aussi leur insatisfaction de n’avoir plus l’occasion de donner un enseignement systématique dans la prédication. Dans de nombreuses paroisses, les trois lectures bibliques se réduisent de plus en plus à deux. Certains curés reprennent une prédication systématique répartie sur quelques dimanches, par exemple en Carême. D’autres, plus rares, choisissent de lire un seul passage évangélique beaucoup plus long, suivi d’un véritable approfondissement doctrinal. Il y a aussi des essais d’homélies dialoguées, ou d’échanges par petits groupes.

  • 13 Pour la partie sud du pays, on peut citer notamment Jean Van de Cauter (Floreffe), Antoine Toulmond (...)

10Les enfants font l’objet d’une attention particulière. Parfois, le prêtre ou un catéchiste les interroge au cours de l’homélie, comme le Directoire romain le prévoit ; plus souvent, une véritable liturgie de la Parole est organisée pour eux dans un local annexe de l’Église, au terme de laquelle ils rejoignent l’assemblée. Le chant liturgique aussi pose de grands problèmes : si certaines paroisses gardent l’ordinaire en grégorien, la plupart veulent le chant intégralement en français ou en néerlandais. Des compositeurs régionaux se mettent au travail13. Puis, une vague de chants français de grande diffusion, notamment les chants "rythmés", envahit le marché et suscite des réactions en sens divers. Depuis lors, le répertoire s’est enrichi et diversifié au plan des textes et de la musique, faisant appel notamment au genre choral et à celui du tropaire. Il faut aussi mentionner la difficile rencontre du chant d’assemblée, privilégié par le Concile, et des prestations des chorales polyphoniques attachées à leur répertoire classique. Enfin, certains organistes estiment qu’ils sont réduits à la portion congrue dans une liturgie où le rite est de plus en plus bref et la parole du célébrant de plus en plus abondante.

11On prend conscience aujourd’hui que des progrès doivent encore être faits. Il s’agira de trouver un équilibre entre la liturgie de la Parole souvent longue et la partie eucharistique de la messe, de même qu’entre les éléments verbaux et non verbaux, musique instrumentale, silence, gestes symboliques. Le missel et les rituels comportent des niveaux de langage différents que les célébrants ne distinguent pas toujours. À côté des lectures bibliques et des textes de prière fixés par les livres, les introductions et monitions sont à utiliser « en ces termes ou en d’autres semblables... ». Une certaine personnalisation de la liturgie est possible et une certaine improvisation, qui cependant gagne à être soigneusement préparée. Le bon usage de la parole n’est pas le charisme de tous : il arrive que le président de l’assemblée fasse une première "homélie" dans la salutation au début de l’eucharistie, puis une seconde au moment prévu et, non content de cela, introduise de nouvelles monitions dans la partie eucharistique, avec un manque de sobriété évident pour un auditoire quelque peu critique.

12La "réception" de la nouvelle liturgie concerne l’assemblée tout entière, et notamment les lecteurs qui parfois s’étonnent des textes qu’ils ont à lire, ou regrettent de faire des lectures dont ils n’ont aucune connaissance de la signification. Cette formation des lecteurs se réalise dans des sessions et par des publications, mais les paroisses les plus prévoyantes organisent elles-mêmes des cercles bibliques ou des soirées qui mêlent l’apprentissage technique de la lecture – nullement déshonorant – et l’étude du lectionnaire pour une période liturgique à venir.

13Il faut parler aussi des équipes liturgiques qui préparent et animent les eucharisties dominicales. Elles n’existent pas partout, loin de là, et elles fonctionnent à des rythmes très variés. Certaines paroisses urbaines ont plusieurs équipes, chacune animant une des messes dominicales ou un dimanche par mois.

14Les « messes de petits groupes » autorisées depuis 1969 ont également été accueillies très favorablement ; elles correspondent à un moment culturel où l’on aimait se rassembler, où le sentiment communautaire et la solidarité étaient fortement ressentis. Ces eucharisties autour de la table regroupent des chrétiens engagés dans l’action ou dans des mouvements de vie chrétienne. Elles ont un rituel simplifié et permettent une liberté plus grande. Leur style ne devrait cependant pas être transposé tel quel dans les assemblées paroissiales, ni remplacer la participation à des eucharisties plus larges, exprimant que l’Église est une communauté diversifiée.

« Devenir chrétien » par le baptême et la confirmation

15Trois rituels du baptême sont maintenant disponibles, l’un pour les enfants en bas-âge, l’autre pour les enfants en âge de scolarité primaire, et un troisième appelé « Rituel du baptême d’adultes par étapes » s’inscrivant dans une véritable démarche catéchuménale. Alors qu’en Belgique le baptême des nouveaux-nés est presque le seul pratiqué au moment du Concile, aujourd’hui certains enfants ne sont plus baptisés à la naissance. Un nombre croissant d’enfants, d’adolescents et d’adultes demandent le baptême. En d’autres termes, il apparaît désormais qu’il n’y a pas un âge unique pour devenir chrétien.

16Peut-on dire que ces trois rituels et leur pastorale respective sont en usage chez nous ? Nous ne sommes qu’au début de cette nouvelle période ; beaucoup de responsables pastoraux ignorent encore l’existence de ces possibilités et des nouveaux livres liturgiques. D’où la situation fréquente : le baptême d’un enfant en âge du primaire ou d’un adulte est fixé avant qu’on s’informe sur la manière d’y préparer et de le célébrer. Or, les deux rites en question supposent un véritable catéchuménat s’étalant sur une assez longue période, au sein d’équipes de chrétiens. Le "devenir chrétien" est un véritable apprentissage de la vie évangélique et le début de celle-ci. Par ailleurs, dans les centres urbains, il existe souvent une équipe pastorale chargée de préparer et d’animer la célébration. Quant aux baptêmes communautaires d’enfants, à la naissance, on ne peut pas dire qu’ils soient en expansion, au contraire. Les parents qui présentent un enfant n’ont souvent aucune relation avec les autres parents ; de ce fait, ils sont peu intéressés par cette proposition. Le baptême des enfants par immersion, si expressif de la grâce pascale, est jusqu’ici peu pratiqué.

  • 14 C’est déjà le cas au Grand-Duché du Luxembourg ; on n’y distingue plus la première communion et la (...)

17La confirmation a bénéficié d’un véritable renouveau grâce à la catéchèse des dernières années et aux retraites préparatoires, aujourd’hui généralisées. Dans cette nouvelle conjoncture, qu’allait devenir la communion solennelle, souvent appelée profession de foi ? On a parfois suggéré que la confirmation soit conférée dans l’adolescence. Les évêques n’ont pas adopté cette façon de faire ; certains permettent des exceptions, lorsqu’un dispositif pastoral de catéchèse adaptée est organisé localement. Souvent la confirmation a lieu une année après la profession de foi, à l’aube de l’adolescence. Une autre tendance, plus minoritaire, souhaite qu’on reprenne l’ordre normal des sacrements de l’initiation chrétienne : la confirmation retrouverait sa place avant la première communion qui se situerait vers la fin de l’école primaire14.

Quel avenir pour le sacrement de la réconciliation ?

  • 15 Voir L.-M. Chauvet et P. De Clerck, Le sacrement du pardon entre hier et demain, Paris, 1993.

18Le rituel en français possède cette double dénomination de sacrement de pénitence (conversion) et de réconciliation (pardon). Trois situations sont envisagées : la célébration pour plusieurs pénitents avec absolution individuelle, la célébration pour un seul pénitent avec absolution individuelle, la célébration pour plusieurs pénitents avec absolution collective, en des cas aujourd’hui précisés de manière stricte. Le sacrement du pardon dans sa nouvelle liturgie est un des moins "reçus" de facto, par l’ensemble des chrétiens. On peut parler d’une sorte de "vide pénitentiel" dans l’Église d’aujourd’hui, pour la moyenne des chrétiens même fervents. Sans doute, ce sacrement a-t-il été vécu de manière trop privée, presque comme un geste de dévotion individuelle et le prêtre a-t-il souvent été perçu comme un conseiller spirituel, plutôt que comme le serviteur du pardon15. Aujourd’hui, les paroisses proposent quelques fois par année des célébrations avec le plus souvent l’absolution individuelle. Les paroisses urbaines organisent un lieu d’accueil où le chrétien de passage peut trouver un prêtre avec qui parler, et éventuellement y vivre le sacrement du pardon. Deux autres situations pastorales permettent une redécouverte du sacrement : les lieux de pèlerinage qui assurent une formation doctrinale de base en des sortes de « retraites de plein air » et les groupes de renouveau charismatique, notamment dans leurs sessions d’été.

La communauté chrétienne et les malades

19On aurait pu croire que le changement théologique et pastoral, consistant à passer de la perspective de l’extrême-onction à celui d’une onction pour vivre le temps de la maladie, aurait été lent à être accepté, tant l’ancienne manière était enracinée dans la mémoire collective. Il n’en a rien été. Aujourd’hui, cette pratique est bien accueillie et elle se réalise souvent communautairement, dans le cadre de pèlerinages ou de journées de malades, ou dans des maisons de personnes âgées. Les familles sont invitées à s’y associer ainsi que les voisins et amis. Le temps de la maladie et l’approche de la mort sont vécus de façon beaucoup plus paisible. Ce sacrement réitérable risque même d’être victime de son "succès". Certains semblent le considérer comme le « sacrement du troisième âge », destiné à tous, sans distinction de l’état physique, moral ou spirituel.

20Non seulement le sacrement est bien reçu, mais le rituel a suscité une nouvelle pastorale des malades et des personnes âgées si nombreuses dans les sociétés occidentales. Les visiteurs de malades assurent un véritable service pastoral ; ils se regroupent en équipes paroissiales ou hospitalières formées à l’écoute et au dialogue.

Les ministères dans l’Église

21La crise du ministère presbytéral est bien connue ; la sécularisation et l’évolution des sociétés techniciennes sont pour une large part responsables de cette situation. La société dans son ensemble ne perçoit plus la signification d’un service d’Église "à temps plein", qui plus est, exigeant le célibat à vie. Par ailleurs, les futurs prêtres ont une formation plus adaptée, comprenant des stages pastoraux qui les préparent à rencontrer les réalités d’aujourd’hui. Si les ordinations sont rares, elles sont en général de grands moments de vie en Église. Le rituel est souvent très apprécié pour sa simplicité et sa souplesse. Il permet entre autres la présentation des candidats et l’expression des communautés qui ont accueilli les jeunes en formation. Les diacres permanents, pour la plupart mariés, sont en forte augmentation en Belgique ces dernières années. Ils seront peut-être aussi nombreux que les prêtres en activité, d’ici quelques années. Les institutions pour le service de la parole (lectorat) et de l’eucharistie (acolytat) originairement destinées aux laïcs n’ont pas été pratiquées par les évêques dans nos régions, sinon pour les futurs prêtres. Et cela pour deux raisons : d’une part, les services qui y sont liés sont déjà effectivement exercés par les laïcs ; d’autre part, ces institutions ne peuvent être conférées aux femmes. Les services pastoraux exercés de fait par les laïcs sont nombreux, en particulier dans la catéchèse, les mouvements et le domaine caritatif. La participation active souhaitée par le Concile s’est fortement développée. On peut dire aujourd’hui que la vie des communautés chrétiennes repose largement sur le laïcat, en particulier féminin.

La préparation et la célébration du mariage

22Le nouveau rituel du mariage fait preuve d’une grande souplesse, dans l’organisation de la célébration et la prise en compte du niveau de foi des fiancés. Ceux-ci peuvent choisir les lectures bibliques, préparer les intentions, et, s’ils sont croyants, communier sous les deux espèces. La préparation au mariage a fait de grands efforts et beaucoup d’équipes pastorales s’y engagent. On se heurte cependant à plusieurs difficultés : le peu de foi explicite de nombreux fiancés, leur manque de connaissances religieuses qui les rend très démunis lorsqu’ils doivent choisir les textes bibliques. D’où leur préférence pour les textes non bibliques, les poèmes et les chansons, qu’ils souhaitent voir intégrés dans la liturgie de sorte qu’ils adressent un message à l’assemblée par auteurs interposés. Les règles liturgiques ne prévoient pas la possibilité d’intégrer ces éléments. C’est dire que ces textes ne vont pas de soi ; leur usage inconsidéré risque de déséquilibrer la liturgie et de lui faire perdre son caractère de rite chrétien. La pastorale étant l’art du possible, beaucoup estiment qu’il faut "négocier", d’autant plus qu’on a affaire à des adultes qui la plupart du temps ont été baptisés à la naissance, par la décision des parents. Autre chose est de remplacer les lectures bibliques par ces textes profanes, autre chose est de leur faire une place à l’endroit qui apparaîtra le plus approprié, et avec un souci de discrétion.

La liturgie des funérailles

23La nouvelle célébration comporte de nombreux textes au choix, permettant de s’adapter à la foi du défunt et de la famille, et aussi au genre de mort vécue par le disparu. Vatican II avait donné comme consigne aux responsables de ce nouveau rite, de mieux prendre en compte la souffrance des survivants et de confesser plus clairement la foi dans le mystère pascal. Les assemblées des funérailles sont faites de chrétiens et de non-chrétiens ; chacun doit être respecté dans ses convictions, mais l’annonce de l’Évangile ne peut y être escamotée. L’homélie est un moment-clé de la liturgie, fort attendu. Elle fait souvent place à une évocation de la vie du défunt et n’évite pas toujours le danger du panégyrique. L’insistance aujourd’hui n’est plus du tout sur le jugement des pécheurs, mais sur l’amour miséricordieux. L’Église se montre plus compréhensive et célèbre les funérailles des suicidés, de même qu’elle autorise l’incinération, à condition que celle-ci soit exempte de relent antiévangélique. Ainsi, la réception du nouveau rituel des funérailles par le clergé et les fidèles semble parfaitement réussie. De plus, il est prévu que le diacre ou un laïc puisse conduire la prière à la maison du défunt avec la procession vers l’Église lorsqu’elle a lieu, ainsi que les prières au cimetière.

La prière de louange

24La réforme a aussi restructuré l’office de louange de l’Église, appelé communément le "bréviaire", nom donné au livre utilisé par le clergé pour une prière le plus souvent individuelle. Dès 1968 paraissait en français le petit Prière du Temps présent, sorte d’avant-goût du livre complet réformé. Ce fut un succès de librairie. Les prêtres, religieux et laïcs y accèdent à la prière psalmique et aux lectures bibliques immédiatement dans leur langue ; ils y trouvent des textes contemporains (hymnes, intercessions, introductions diverses) leur permettant de parler à Dieu du plein de la culture d’aujourd’hui. L’édition française définitive date de 1980 : La Liturgie des heures (4 volumes). Pour les diocèses flamands, une édition précoce et partielle paraissait en 1970 sous le titre Gebeden voor elke dag, suivie en 1990 de l’édition définitive et complète, réalisée cette fois en collaboration avec les Pays-Bas.

25Peut-on dire que le nouvel Office a fait l’objet d’une réception aujourd’hui ? Le clergé et les religieux s’en servent régulièrement, mais est-il redevenu la prière de l’Église comme telle, des communautés chrétiennes ? Sûrement pas. Rares sont aujourd’hui les endroits où les fidèles célèbrent occasionnellement l’office, par exemple à certains soirs de fête, ou avant la messe principale du dimanche, comme à Notre-Dame de Paris, ou encore au milieu du jour au cours de la semaine. Il y a ici tout à faire. Les monastères offrent non seulement l’hospitalité de la table, mais celle de la liturgie et de l’écoute de leurs frères de passage. De la sorte, les chrétiens peuvent y découvrir la richesse de la louange au fil des heures et des jours.

L’avenir des bénédictions

26C’est au terme de longues années de discussions (1984) que le livre latin des bénédictions a paru. Tout est ici dans la manière : les bénédictions ne peuvent être vécues comme de simples rites de protection contre les aléas de la vie, mais comme l’accueil d’un Dieu présent aux divers moments de l’existence. On appréciera qu’un grand nombre de bénédictions concernent les personnes. Chaque bénédiction est l’occasion d’une catéchèse ; elle comporte la proclamation de la parole biblique et la prière de la communauté explicitement invitée. On peut faire une pareille célébration pour le départ à l’étranger d’un missionnaire ou d’un témoin, pour un enfant malade ou lors d’une guérison, à l’occasion de fiançailles, etc. Mais il y a aussi la bénédiction de la maison, d’un hôpital et de bien d’autres espaces où s’exercent la créativité et la solidarité humaines. Sans compter les bénédictions plus traditionnelles d’objets et d’animaux. À chaque fois, le jugement pastoral doit s’exercer quant à l’opportunité de procéder à une telle bénédiction.

27Si les processions extérieures ont presque disparu, les pèlerinages se sont adaptés aux accents nouveaux de la pastorale postconciliaire. Comme le séjour dans les abbayes au cours des vacances, les pèlerinages sont des moments qui peuvent aider l’homme à retrouver du sens à sa vie et à renouveler sa foi souvent éprouvée par les mutations socio-culturelles des dernières décades.

L’animation liturgique

  • 16 Le texte romain du Directoire pour les ADAP a paru dans Notitiae, n° 263, 1988, p. 362- 378 et en t (...)

28Une des difficultés de la réforme liturgique a rapport aux nombreux changements touchant à la vie religieuse la plus profonde des individus et des communautés. Dans la mesure où les paroisses ont pris la peine d’expliquer les nouveaux rites et surtout les raisons doctrinales et pastorales des changements, les fidèles ont globalement perçu leur bienfondé et les ont adoptés. Mais on oublie souvent que les changements demandent du temps pour s’enraciner en profondeur ; sans une spiritualité liturgique et un meilleur rapport avec les tâches d’évangélisation et la responsabilité éthique, la réforme ne pourra régénérer la vie chrétienne des communautés. Par ailleurs, de nouvelles difficultés apparaissent aujourd’hui : la participation régulière à l’eucharistie dominicale a chuté d’environ 50 pour cent en trente ans et le nombre de prêtres actifs étant réduit, les diocèses se posent la question des Assemblées dominicales en l’absence de prêtres (ADAP)16.

  • 17 Voir P. D’Haese, « Terugblik op de na-oorlogse liturgische congressen », dans Tijdschrift voor Litu (...)

29Les commissions liturgiques des différents diocèses ont organisé des journées d’information et de réflexion pour les divers rites réformés. Les commissions interdiocésaines aussi ont pris leur part dans ce travail, ne se contentant pas de participer à l’élaboration des nouveaux rituels en langue vivante. D’année en année, la CIPL et l’ICLZ proposent une session pour un large public, chacune à sa manière. Les rassemblements en pays flamand se font plus comme des congrès avec de nombreux exposés ensuite publiés, et des groupes de réflexion17. Les sessions des dernières années en pays francophone ont un autre style, celui de la convivialité, de nombreux travaux en petits groupes et de quelques grands exposés qui structurent le tout ; de même le chant et les célébrations y ont une place majeure. En 1986, la CIPL a fondé à Bruxelles un Centre de Formation Liturgique (CFL) qui assure une solide formation de deux années le samedi pour des animateurs ou de futurs animateurs de la pastorale liturgique et sacramentelle. Pour ce qui est de la musique liturgique et du chant, l’Institut Lemmens, installé aujourd’hui à Louvain, a acquis une solide réputation ; à Namur, l’Institut de Musique liturgique et de Pédagogie musicale (IMEP) forme d’excellents musiciens, principalement des organistes ayant le sens de la célébration. L’ICLZ a aussi un autre fleuron : un livre de chant Zingt Jubilate diffusé sur tout le territoire, qui permet de créer progressivement un répertoire commun, bien utile pour les chrétiens qui se rendent dans d’autres paroisses, régions ou diocèses.

  • 18 La Congrégation pour le Culte divin a publié les rapports de cette rencontre dans Convegno Commissi (...)

30En 1984, les Commissions liturgiques nationales ont été invitées à Rome pour une évaluation de la réforme liturgique18.

  • 19 F. Favreau, La liturgie, Paris, 1983 et P. De Clerck, L’intelligence de la liturgie, Paris, 1995.
    P (...)

31Tout comme chez les auteurs récents19, la préoccupation est aujourd’hui celle d’un enracinement de la réforme liturgique et en conséquence d’un approfondissement du mystère de la célébration et de la qualité des célébrations. Mais il faut aussi rechercher une meilleure articulation avec les différentes cultures. Ce thème de l’inculturation ne concerne pas seulement les pays où la foi chrétienne est récente. Il est d’actualité même dans la vieille Europe où la jeunesse est engagée dans la culture scientifique et technique au sein d’un monde en voie de sécularisation.

Des « cérémonies » aux « célébrations »

32Deux mots permettent de prendre la mesure des changements intervenus dans la liturgie catholique ces dernières années. On est passé d’une liturgie de type "cérémonie" à une liturgie de type "célébration". La première accentuait le rite et sa réalisation minutieuse ; la seconde insiste sur la communauté appelée à célébrer l’Alliance avec Dieu. En se plaçant du côté des fidèles, on pourrait dire qu’autrefois ceux-ci étaient invités à "assister" aux offices et qu’ils sont aujourd’hui appelés à y "participer". Bien sûr, les mots ne suffisent pas à transformer les situations, mais la visée de la nouvelle liturgie est bien de faire participer aussi pleinement que possible.

33Le climat et le style des deux types de liturgie sont bien différents, même si les exemples que nous allons en donner sont forcément schématiques. L’ancienne liturgie accentuait la "distance" physique et symbolique entre le chœur et la nef, entre les "réalisateurs" (clergé) et les "bénéficiaires" (fidèles) du rite, entre le langage courant et la langue liturgique. On utilisait abondamment le vocabulaire sacral : on parlait de vases sacrés, d’art sacré, de musique sacrée. Ce sacré, fixé dans des règles minutieuses, était devenu étranger à l’évolution de la culture. La musique sacrée n’accueillait pas les productions contemporaines, l’architecture d’Église reproduisait les styles roman et gothique du Moyen Âge, etc.

34En dehors des acolytes, le rôle des laïcs se limitait, pour certains, à la participation à la chorale et, pour l’ensemble, au chant de l’ordinaire de la messe. Mais chacun "habitait" la liturgie à sa manière : certains franchissaient l’obstacle de la langue latine en utilisant un missel, d’autres récitaient des prières dans un livre de dévotion ou disaient le chapelet, d’autres encore prenaient le temps de la réflexion personnelle. On peut d’ailleurs se demander si les regrets de certains catholiques concernant l’abandon de l’ancienne liturgie ne tiennent pas au fait que chacun pouvait se situer librement pendant que se déroulait le rite, et aussi à la dimension de beauté et de solennité de celui-ci. Il y avait à voir (lumières, couleurs liturgiques, processions, etc.), à entendre (musique et chant, sermon) et à sentir (encens, fleurs, parfum).

35Par ailleurs, le seul moment de communication directe du prêtre avec l’assemblée était le sermon, du haut de la chaire de vérité. C’était parfois un morceau d’art oratoire, à l’époque où le micro n’existait pas encore. L’enseignement assuré de cette manière concernait essentiellement la doctrine et la morale.

36La nouvelle liturgie favorise la simplicité et la transparence des rites. Elle a rapproché l’autel de l’assemblée, souvent groupée en demi-cercle. Elle a redistribué les rôles liturgiques (accueil, lectures, prières d’intentions, service de l’autel) afin que l’Église-communauté apparaisse telle au moment de la prière et se construise grâce à la célébration. Du reste, le vocabulaire de la "célébration" est aujourd’hui appliqué à toute la communauté réunie, tandis que le prêtre est dit "présider" ou conduire la prière.

37La simplicité caractérise l’autel, le vêtement liturgique, le calice (parfois de terre cuite), et le rite lui-même. Au plan architectural, le béton a fait son apparition et le plan basilical est souvent délaissé au profit de formes plus souples.

38La communication entre le prêtre et l’assemblée joue un rôle capital. L’usage constant de la langue du pays par les ministres permet aux participants d’entendre les prières et les invitations qui leur sont adressées et d’apprécier la justesse des propos tenus. Il n’est pas rare que les fidèles choisissent telle paroisse pour la messe du dimanche, en raison de la qualité ou du style de l’homélie et de la musique, pour la manière plus communautaire ou au contraire plus classique qu’ils y trouvent. De là naît une certaine concurrence entre les paroisses.

Réactions diverses du clergé et des paroisses

39Parmi ceux qui ont accepté la nouvelle liturgie, il y en a qui ont engagé beaucoup de forces dans le renouvellement de la célébration et de son langage et ne se sont pas contentés des propositions faites par les livres officiels. On a vu paraître des textes polycopiés de prières eucharistiques pour des mariages et des fêtes, des oraisons librement composées, etc. Les autorités ecclésiastiques romaines et diocésaines ont fait des rappels à l’ordre, notamment aux revues et aux éditeurs qui diffusaient de pareilles compositions. Mais il faut aussi considérer l’autre catégorie, sans doute beaucoup plus nombreuse, de ceux qui se sont contentés d’une exécution matérielle des nouveaux rites, sans entrer dans leur esprit. Bien souvent, ces prêtres n’ont pas renouvelé la célébration, négligeant de choisir en fonction de leur assemblée les textes les plus adaptés parmi ceux qui étaient proposés par les livres liturgiques. Ils n’ont pas utilisé les possibilités de s’exprimer librement, par exemple au début de la célébration. Pourquoi ? Parfois, cela est dû à un manque de travail. Parfois, cela tient à une difficulté plus fondamentale. Pour le prêtre qui a célébré "dos au peuple" pendant trente ou quarante années, il n’est pas simple de faire face à l’assemblée et de lui adresser la parole de manière familière et juste.

Que faire aujourd’hui ?

40Pour certains, « la réforme est finie » ; pour d’autres, « elle commence » l Les uns ont renouvelé en profondeur leur manière de célébrer et estiment que le moment est venu d’un approfondissement du sens de la célébration. Ils favorisent la formation biblique, sans laquelle la liturgie de la Parole ne sera guère accessible. Ils sont également conscients que le chrétien doit avoir une capacité de prière personnelle pour vivre les célébrations aujourd’hui, notamment lors de la prière eucharistique et des temps de prière ou de réflexion silencieuse.

41D’autres, également préoccupés de formation, continuent aujourd’hui à varier la mise en œuvre des célébrations, conscients qu’un renouvellement des formes sera toujours nécessaire, notamment aux temps forts de l’année. Ils cherchent à accentuer la dimension symbolique de la liturgie, en donnant leur chance aux gestes, au mouvement, au silence, afin d’éviter l’inflation verbale dont souffrent certaines liturgies.

42Le plus grand nombre est conscient de l’ambiguïté du terme de « participation active". Spontanément, on a donné à ce mot un sens individuel, par exemple faire la lecture biblique au sein de l’assemblée. De ce point de vue, peu de chrétiens pourront participer activement. Or, les lieux privilégiés de la participation active de l’assemblée sont le chant et la prière commune, l’écoute des Écritures et la communion eucharistique.

43Une autre méprise consiste à penser la participation en termes de pure extériorité : un mouvement, une parole, un geste. Mais tout en liturgie est de l’ordre du signe. L’extérieur doit être l’expression de l’intérieur. Le cœur de la participation active est la démarche de foi personnelle et communautaire.

Notes

1 Concernant la réforme liturgique, voir les mémoires de Mgr A. Bugnini, le maître d’œuvre jusqu’en 1975 : La riforma liturgica (1948-1975), Rome, 1983, ainsi que les Mélanges qui lui ont été offerts pour son 70e anniversaire ; Liturgia opera divina e umana, Rome, 1982. Les textes officiels de la réforme postconciliaire ont été réunis par R. Kaczynski, Enchiridion documentorum instaurations liturgicae, t. I (1963-1973), Turin, 1976 et t. II (1973-1983), Rome, 1988. La revue romaine du Consilium et de la Congrégation pour le Culte divin est Notitiae. On consultera aussi J.-L. Angué, « Les livres liturgiques francophones après la réforme de Vatican II », dans La Maison-Dieu, n° 205, 1995, p. 93-116 (en annexe : Éditions typiques latines des livres liturgiques). Pour un aperçu d’ensemble : A. Haquin, « La réforme liturgique de Vatican II », dans Nouvelle Revue Théologique, t. CVII, 1985/ 4, p. 481-497.

2 Cf. O. Rousseau, Histoire du mouvement liturgique, Paris, 1945 ; B. Botte, Le mouvement liturgique. Témoignage et souvenirs, Desclée, 1973 ; A. Haquin, Dom Lambert Beauduin et le renouveau liturgique, Geiribloux, 1970, ainsi que 70 années au service du renouveau liturgique : Bulletin paroissial liturgique (1919), Paroisse et liturgie (1946), Communautés et liturgies (1975), dans Communautés et Liturgies, t. LXIX, 1967/2-5, p. 105-126 ; Colloque Lambert Beauduin Veilleur avant l’aurore, Chevetogne, 1978. Voir aussi les actes du colloque de l’Institut Paul VI, Le rôle de G.B. Montini-Paul VI dans la réforme liturgique (Louvain-la-Neuve, 17oct. 1984), Brescia-Rome, 1987 (particulièrement l’article de A.-G. Martimort).

3 Les revues respectives des deux commissions sont ICLZ-mededelingen et CIPL Information (anciennement Service du Seigneur).

4 On trouve le texte latin-français de la Constitution et un commentaire autorisé dans La Maison-Dieu, t. LXXVI, 1963 et t. LXXVII, 1964. Voir aussi le volume La liturgie après Vatican II. Bilans, Études, prospectives, Paris, 1967. Plus récemment, à l’occasion du 20e anniversaire, Mgr F. Favreau, La liturgie, Paris, 1983.

5 Le fait qu’il s’agisse non de simple traduction mais d’élaboration de livres liturgiques en partie originaux explique qu’il se passe parfois plusieurs années entre la promulgation du texte latin officiel et l’édition en français ; ainsi le rituel de la pénitence paraît en 1973 à Rome et en 1977 à Paris.

6 Cf. P. D’Haese, « Liturgische beweging in Vlaanderen. Poging tot situatieschets », dans Tijdschrift voor Liturgie, t. LVII, 1973, p. 259-265, ainsi que « Traduction et version après Vatican II. À la recherche d’une langue maternelle liturgique », dans Questions liturgiques, t. LXXIII, 1992/1-2, p. 97-111.

7 A. Haquin, « Le Directoire romain pour les messes d’enfants », dans La Maison-Dieu, n° 119, 1974, p. 112-123.

8 Voir A. Bugnini, La riforma liturgica (1948-1975), p. 255-299 (Croci della riforma). On se reportera à l’article très documenté de Mgr A.-G. Martimort, « La Réforme liturgique incomprise », dans La Maison-Dieu, n° 192, 1992, p. 79-119. Un des pamphlets de l’époque est significatif : E. Delamare, Contre la liturgie d’après-concile et G. Michonneau, Pour la liturgie d’après-concile, (coll. Pour ou Contre), Paris, 1967.

9 C’est l’époque où la créativité va fleurir : les éditions Desclée inaugurent une collection de livres de prière dont le premier est de H. Oosterhuis, Quelqu’un parmi nous, Tournai, 1968. Peu d’années après, des prières eucharistiques privées vont circuler, d’abord sous forme de feuilles ronéotées, puis en recueils imprimés. Cf. par exemple D. Dufrasne, Rendre grâce aujourd’hui, Paris, 1973 et un collectif À la recherche de prières eucharistiques pour aujourd’hui, Paris, 1976 (présentation et analyse de textes choisis). Le Centre National de Pastorale Liturgique (Paris) a publié un recueil de prières eucharistiques approuvées par Rome pour des circonstances ou des lieux particuliers : Eucharisties de tous pays, 1975.

10 Du côté des pays francophones, des travaux importants ont été entrepris par les Centres nationaux de pastorale liturgique pour les trois années A, B, C ; les trois fascicules Oraisons nouvelles pour les dimanches comportent les prières d’ouverture et de conclusion ; ces textes n’ont jusqu’ici pas été confirmés par le Saint-Siège et n’ont donc pas été intégrés dans les éditions successives du Missel Romain (Desclée) à l’usage des pays de langue française.

11 Sur le travail de la réforme, voir A. Haquin, « Le lectionnaire biblique des dimanches et des fêtes (1969). Les raisons d’un choix », dans Festschrift F. Neirynck, vol. 3, Leuven, 1992, p. 2499-2512. Différentes critiques ont été émises notamment dans Questions liturgiques, t. LXV, 1984, p. 213-232 et dans Tijdschrift voor Liturgie, t. LXVI, 1982, p. 128- 137, 198-206, 310-324. Pour faire droit à la vérité, il faut ajouter que le Consilium avait rédigé un document de référence pour les traductions bibliques et liturgiques : Cf. R. Kaczynski, Enchiridion documentorum..., t. I, p. 421-430.

12 De nombreuses initiatives voient cependant le jour ; citons pour la langue française la série des Assemblées du Seigneur (67 vol.) selon le nouveau lectionnaire dominical, et la collection Vivante liturgie (Centurion) de l’abbaye de Saint-André désormais à Ottignies (Louvain-la-Neuve). Plus récemment, les mêmes bénédictins ont publié une Année liturgique en 7 vol. intitulée Jours du Seigneur (Brepols). La revue Feu Nouveau a fait paraître
3 vol. de commentaires du lectionnaire dominical trisannuel intitulés Paroles sur le chemin (Tournai). Des commentaires belges du lectionnaire biblique de semaine existent également : M. Bastin, Gh. Pinckers, M. Teheux, Dieu pour chaque jour, Desclée, 5 vol. De même l’Institut d’Études Théologiques de Bruxelles a publié un commentaire suivi de chacun des Évangiles.

13 Pour la partie sud du pays, on peut citer notamment Jean Van de Cauter (Floreffe), Antoine Toulmonde (Virton) et Paul Léonard (Namur).

14 C’est déjà le cas au Grand-Duché du Luxembourg ; on n’y distingue plus la première communion et la communion solennelle ; communion et confirmation se succèdent à la fin de l’école primaire.

15 Voir L.-M. Chauvet et P. De Clerck, Le sacrement du pardon entre hier et demain, Paris, 1993.

16 Le texte romain du Directoire pour les ADAP a paru dans Notitiae, n° 263, 1988, p. 362- 378 et en traduction dans La Documentation catholique, t. LXXXV, 1988, p. 1101-1105. Voir aussi le livret du Centre National de Pastorale liturgique (Paris), Assemblées dominicales en l’absence du prêtre. Guide de l’animateur, 1980 et celui de la CIPL, Guide de l’animateur pour les assemblées dominicales en l’absence du prêtre, Liège, 1994. Un volume a été publié à l’occasion de l’année pastorale du dimanche en Belgique : Le dimanche. Un temps pour Dieu. Un temps pour l’homme (éd. A. Haquin et E. Henau), Bruxelles, 1992 ; et en néerlandais De Zondag. Een tijd voor God. Een tijd voor de mens. Cf. « L’année pastorale du dimanche. Bilan et questions », dans Revue Théologique de Louvain, t. XXV, 1994/4, p. 472-482.

17 Voir P. D’Haese, « Terugblik op de na-oorlogse liturgische congressen », dans Tijdschrift voor Liturgie, t. LXVII, 1983/5, p. 318-329.

18 La Congrégation pour le Culte divin a publié les rapports de cette rencontre dans Convegno Commission Nazionali di Liturgia (1984), Padoue, 1986. Le texte de la Commission flamande est aux pages 814-820, tandis que celui de la Commission hollando-flamande est aux pages 826-832. Pour la Belgique francophone, voir p. 615-627 et pour la Commission internationale francophone, voir p. 659-666. À l’occasion du voyage de Jean-Paul II en Belgique (1985), une Radioscopie de l’Église catholique en Belgique a été publiée par les soins de la Conférence épiscopale : on peut y lire une brève présentation par les secrétaires respectifs de l’ICLZ et de la CIPL : P. D’Haese et G. Pinckers, Le renouveau liturgique, p. 97-98.

19 F. Favreau, La liturgie, Paris, 1983 et P. De Clerck, L’intelligence de la liturgie, Paris, 1995.
Par ailleurs, A. Nocent propose une poursuite de la réforme liturgique dans Le renouveau liturgique. Une relecture, Paris, 1993.

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search