Desktop versionMobile version

L’avortement et la justice, une répression illusoire ?

 | 
Stéphanie Villers

La justice dinantaise face à l'avortement durant l'entre-deux-guerres

L’univers mental autour de l’avortement

Full text

1La rumeur et la vox populi dévoilent avant tout une mentalité et des croyances populaires liées à l’avortement. Ce sont les dénonciateurs et les « passeurs » de rumeur qui se font les relais de cette opinion publique. Au cœur de celle-ci, se laisse deviner le contrôle social que subit, malgré elle, la femme du peuple.

1. Le contrôle social : les yeux du village sur le ventre de la femme

  • 1 Kapferer, Rumeurs : le plus vieux...., p. 192.

2La communauté semble faire peser sur la femme un regard inquisiteur. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les dirigeants exaltent le devoir de maternité auquel doit se soumettre chaque femme pour son mari, sa famille et sa patrie. Son corps devient plus que jamais la matrice du corps social. Il est donc 'surveillé' officiellement. Le ventre féminin en devient presque un lieu public. Officieusement, la communauté féminine – tout particulièrement la femme enceinte - est également sujette à un contrôle social de la part de son entourage. Les lieux traditionnels de la sociabilité féminine sont également des lieux traditionnels de la surveillance des ventres et de la recherche de la déviance. Dans un village ou une petite ville, un crime n’est jamais un acte isolé. C’est un acte social concernant l’ensemble de la microsociété1 : l’avortement n’échappe pas à cette règle. Les rumeurs et dénonciations émanent toujours de proches.

3Durant l’entre-deux-guerres, l’avortement est un fait social. Il n’est pas totalement assimilé par la morale et n’est donc pas pleinement admis et toléré. Les rumeurs et les dénonciations le prouvent : l’avortement est recherché parce qu’il fait peur et il est utilisé pour blesser un ennemi ou un conjoint parce qu’il fait mal. Une question est restée sans réponse : les soupçons du dénonciateur sont-ils honnêtes ? Celui-ci a-t-il conscience ou non de sa possible erreur ? Peu importe le mobile qui guide l’instigateur d’une rumeur ou l’auteur d’une dénonciation, sa seule démarche démontre que l’avortement est encore fortement rejeté par une partie de la population. L’avortement est qualifié de « scandale, d’affaire monstrueuse, d’acte criminel, ignoble, honteux, triste ». Malheureusement, le mode impersonnel, anonyme ou collectif choisi par cette catégorie de population pour s’exprimer empêche de mieux cerner celle-ci. L’avortement reste mystérieux jusque dans ses délateurs. Et la rumeur est difficile à éteindre.

4Si la rumeur est le principal metteur en scène dans nos histoires, la principale actrice est l’avortée. C’est elle, avant l’avorteuse, qui sera la première « victime » du contrôle social. Elle est généralement soupçonnée sur base de peu d’éléments comme si un syndrome de l’avortement était répandu. Le critère de sélection est souvent la réputation. Dès qu’une femme peu estimée garde le lit, ses « détracteurs » pensent immédiatement à une interruption de grossesse. Pour l’époque, il est presque inconcevable qu’une femme honnête, issue d’une famille respectable, mette fin à sa grossesse. L’avortement semble le lot de célibataires frivoles, d’épouses infidèles ou peu scrupuleuses. Bref, de femmes manquant de vertus qui refusent de se plier au modèle d’épouse sage et féconde. Acte immoral, l’avortement ne peut être le fait que de personnes immorales. La sévérité de l’opinion suscite également des conduites de fuite, classiques depuis l’époque moderne : l’accouchement en ville pour cacher sa faute, voire l’abandon d’enfant ou l’infanticide.

5En matière d’avortement, c’est toujours la femme qui est fautive. Celle qui renonce à sa maternité s’apparente à un paria, à un monstre, à une criminelle selon l’idéologie dominante véhiculée à l’époque. Elle va à l’encontre de la vocation naturelle de toute femme, vocation qui veut que celle-ci soit une mère, une épouse et une ménagère. C’est précisément cette mission imposée à la femme qui renforce la sociabilité féminine au sein d’un village. Confrontées aux mêmes charges et obligations, les femmes s’entraident tout comme elles contrôlent les éventuelles déviances. Elles sortent de leur « état passif » en parlant de la vie privée. La communauté féminine est donc à la fois un lieu de contrôle social et de sociabilité. C’est de cette façon que naissent les rumeurs ou, à contrario, que sont transmis les moyens d’avorter. Car, si l’avortement est une pratique secrète pour les chercheurs, il n’en est pas de même pour les femmes de l’entre-deux-guerres.

2. La sociabilité féminine et la connaissance de l’avortement

6L’avortement est une réalité bien plus courante et plus connue que de nos jours. Depuis qu’il est toléré par la loi et médicalisé, il est davantage confidentiel. C’est désormais le médecin qui est le gardien des techniques abortives. L’avortement est aux mains de spécialistes. Le progrès a désorganisé les voies traditionnelles de la solidarité féminine. En effet, si certaines franges de la population condamnent l’avortement, il n’en reste pas moins accepté par une partie de celle-ci et compris par la plupart des femmes. L’avortement est un domaine où se dévoile une forte solidarité de sexe. Cette solidarité est renforcée par l’appartenance à un même milieu social, celui de la ménagère. Les femmes s’échangent entre elles les adresses, les recettes et les méthodes. De cette manière, le savoir-faire en matière d’avortement se propage. Dans ce domaine, la rumeur publique qui entoure les faiseuses d’anges joue aussi un rôle important.

  • 2 Karen Celis, "Avortement les femmes décident ! » Les femmes bruxelloises et l’avortement (1880-194 (...)
  • 3 T. P. I. de Dinant, NL, 1928, boîte 516, Louisa M., n° 1582.
  • 4 A. E. N., SS, 1919, Louisa B., n° 3787

7Cette connaissance de l’avortement se retrouve à la lecture des différentes pièces des dossiers d’abandon de poursuites. Dans une cinquantaine d’affaires, le moyen supposé employé par la femme pour se faire avorter est précisé. Qu’il soit vrai ou pas, sa simple mention témoigne que les techniques abortives sont connues du grand public. Dans cet imaginaire collectif, l’avortement instrumental semble avoir pris l’ascendant sur les procédés populaires fondés sur l’absorption de substances dites abortives. Mais l’un n’empêche pas l’autre. Des travaux contemporains soulignent que le premier mouvement des femmes qui constatent la suppression de leurs règles est de recourir à l’automédication. Autour de 1880, sous la dénomination « pilules de dames », toutes sortes de produits sont commercialisés en dépit de leur inefficacité2. Des tisanes, décoctions et médicaments sont ainsi évoqués dans les déclarations. En tête de ceux-ci, se trouve une plante : la rue. Suivent ensuite l’absinthe, l’ergot de seigle, la sabine, l’apiol et le café. C’est ainsi que la rumeur publique soupçonne Louisa M. d’avortement parce qu’elle aurait recherché « de la rue, pour disait-elle soigner un mal de gorge »3. Une dénonciation anonyme stipule que Louisa B. « nourrit pour sa sécurité une plante de sabine »4. Au début du xxe siècle, des drogues plus efficaces sont diffusées, comme la quinine ou l’apiol. De ces substances aussi, les vertus abortives sont contestées.

  • 5 Le naour et Valenti, Histoire de l’avortement..., p. 99.
  • 6 Sohn, Chrysalides..., t. II, p. 880.

8Plus fréquent, l’avortement « chirurgical » est rendu possible grâce aux progrès de la médecine. Les instruments avancés dans les lettres et déclarations sont des sondes, crochets, injecteurs, canules et poires. Sondes et crochets servent à percer la poche amniotique en la piquant. À cet égard, tout ce qui est pointu ou tranchant peut être utilisé, à commencer par des aiguilles à tricoter comme l’évoque Léa B. en 1919. Quant aux injecteurs, ils provoquent l’avortement par irritation des parois et contractions de l’utérus. L’embryon ou le fœtus est « décollé » et expulsé. La nature du liquide injecté importe peu. Mais les femmes croient renforcer les effets de l’injection par un adjuvant réputé abortif : l’eau savonneuse. Ainsi, la plupart de nos déclarations qui mentionnent cette technique d’avortement l’associent au savon sunlight. L’injection intra-utérine est le procédé abortif le plus répandu durant l’entre-deux-guerres. Il est aussi le plus sûr en termes d’hygiène et de discrétion : il ne laisse en principe pas de traces et ne nécessite pas forcément une aide extérieure5. Pour Anne-Marie Sohn, il constitue ni plus ni moins « le moyen royal d’avorter »6.

9Les méthodes pour avorter font donc certainement partie des conversations de femmes, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les ruses et autres astuces pour échapper à la répression doivent probablement se transmettre par le même canal. Plus étonnant, certaines jeunes femmes décrivent précisément le déroulement de l’opération qu’elles auraient été amenées à subir et cela avant de se rétracter ou d’avouer un infanticide. Ainsi, Alice P. livre une version tout à fait crédible aux enquêteurs :

  • 7 T. P. I. de Dinant, NL., 1919, boîte 495, Alice P., n° 2784.

Elle [l’avorteuse qu’elle dénonce] m’a fait coucher en travers sur le lit, m’a fait écarter les jambes, les pieds sur deux chaises, a pris une longue canule dans laquelle il y avait un fil de fer, a adapté cette canule sur un irrigateur, après l’avoir introduit dans les parties, en la guidant sur son doigt. L’introduction de cette canule a été assez douloureuse. Elle a laissé couler un peu de liquide qu’elle avait au préalable préparé. Après cela, j’ai perdu un liquide mélangé de sang. Le (...) lundi dans l’après-midi l’avortement s’est déclaré7.

10Aveu ou mensonge ? S’il s’agit d’un mensonge, d’où tire-t-elle des renseignements si détaillés ? Enfin, les risques liés à la pratique de l’avortement sont également connus. La maladie d’une femme est souvent l’élément déclencheur d’une rumeur ou d’une dénonciation. Pour l’opinion d’alors, un avortement n’est donc pas un acte anodin sur le plan de la santé. La peur de la douleur, des séquelles médicales, l’ombre de la mort planent et sont plus dissuasives que tous les discours natalistes et/ou patriotiques.

11Au centre de l’imaginaire collectif qui entoure l’avortement, se trouvent la femme, son statut et sa place dans la société. C’est elle qui, tantôt est au cœur de la rumeur et, tantôt aux mains d’un médecin expert. Tout tourne autour d’elle. Ce n’est toutefois pas sa parole qui est en mesure de déterminer l’issue d’une instruction. Seul son corps compte. L’expertise est prioritaire. Reste que le grand absent dans nos dossiers est la « victime concrète » du délit : l’embryon ou le fœtus. De l’enfant à naître, par essence le sujet principal de l’avortement, il est rarement question.

3. Quelle attitude à l’égard du fœtus ?

12Les dénonciateurs nomment rarement la victime qu’ils entendent défendre. De temps à autre, apparaît la formule « pauvre petit ». Leur préoccupation n’est pas tant le fœtus que le respect de la morale pour la quiétude de tous. Pour qualifier l’avortement, on retrouve « faire passer, faire partir, faire faner le chou, faire sauter ». Dans les dépositions et déclarations, le synonyme d’avorter est « débarrasser » ou « libérer ». Les femmes qui reconnaissent leur fausse couche parlent également très peu du fœtus expulsé et de façon très détachée. Ce dernier est désigné par un pronom démonstratif neutre qui le déshumanise. Son évocation peut se réduire à sa description. S’il s’agit d’un embryon, l’avortement s’effectue d’un bloc et l’avorton se confond avec un « caillot de sang gros comme une noix, un amas de sang ou à une boule de sang ». Lorsqu’on est en présence d’un fœtus, la fausse couche se fait en deux temps avec l’expulsion de l’enfant puis du placenta. Dans ce cas, la taille et l’aspect du fœtus peuvent être signalés. Parfois rien. Une étonnante légèreté de comportement donc à l’égard de l’avorton.

Notes

1 Kapferer, Rumeurs : le plus vieux...., p. 192.

2 Karen Celis, "Avortement les femmes décident ! » Les femmes bruxelloises et l’avortement (1880-1940)", dans Les cahiers de la Fonderie. Revue d’histoire sociale et industrielle de la région bruxelloise, n° 22, juin 1997, p. 13.

3 T. P. I. de Dinant, NL, 1928, boîte 516, Louisa M., n° 1582.

4 A. E. N., SS, 1919, Louisa B., n° 3787

5 Le naour et Valenti, Histoire de l’avortement..., p. 99.

6 Sohn, Chrysalides..., t. II, p. 880.

7 T. P. I. de Dinant, NL., 1919, boîte 495, Alice P., n° 2784.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search