Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Première partie

Chapitre I. Les visages de l’église de Belgique à la veille du concile Vatican II

Jean-Louis Jadoulle

Texte intégral

1Le 25 janvier 1959, à l’occasion de la clôture, dans la basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs, de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, Jean XXIII annonce la convocation prochaine d’un concile oecuménique. L’étonnement semble général. La définition du dogme de l’infaillibilité pontificale par le Concile du Vatican en 1870 avait, aux yeux de beaucoup, vidé de son sens l’idée même d’un Concile. Jean XXIII surprend aussi le plus grand nombre en contredisant l’idée, couramment répandue, d’un "pape de transition" pour s’affirmer comme l’initiateur d’un aggiornamento. Pendant près de quatre années, l’Église va préparer le Concile, ouvert officiellement par Jean XXIII le 11 octobre 1962.

2Les autorités romaines installent différentes commissions antépréparatoires puis préparatoires et entreprennent de récolter les vota des nonces, des évêques, des supérieurs de congrégations et des facultés de théologie de par le monde. Les milieux théologiques non universitaires, le clergé dans son ensemble et la masse des laïcs ne sont pas interrogés. Certains d’entre eux prennent cependant la parole et font connaître leurs souhaits. Plusieurs revues catholiques belges ont fait ainsi écho, dans une mesure plus ou moins large, à l’annonce du Concile en adressant à leur tour leurs vota. Examinées de manière complète et approfondie et remises dans leur contexte, ces prises de position devraient permettre à l’historien de dessiner les contours des différentes franges de l’opinion publique catholique et, à travers elle, de mettre au jour les visages du catholicisme belge à la veille du concile Vatican II. Cette contribution se bornera à en esquisser quelques traits.

Vœux du catholicisme belge

Les « vota » des évêques et des supérieurs de congrégations

3Les principales préoccupations du nonce, des évêques et des supérieurs de congrégations concernent d’abord les réformes liturgiques. Plusieurs souhaitent plus de variété dans le choix des lectures de l’Écriture ainsi que l’usage des langues vulgaires et l’assouplissement des règles en matière de jeûne eucharistique. Ils demandent par ailleurs la mise au point d’une doctrine de l’Action catholique et la définition de la fonction de l’apostolat des laïcs par rapport aux tâches classiquement dévolues au clergé. Le Concile devrait enfin être l’occasion, selon eux, d’un rapprochement entre les chrétiens séparés et d’une affirmation plus nette de l’autorité épiscopale. Certains réclament aussi la restauration du diaconat permanent, la correction de certains aspects du droit canonique relatifs aux empêchements au mariage, la révision de l’Index, la réforme de la formation des prêtres et de la tenue vestimentaire du clergé.

  • 1 Cl. Soetens, « les "vota" des évêques belges en vue du Concile », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens(...)
  • 2 G. Alberigo, « Critères herméneutiques pour une histoire de Vatican II », dans M. Lamberigts et Cl. (...)

4Le Concile semble donc envisagé essentiellement comme l’occasion d’une réforme interne de l’Église. Les prises de position les plus réformistes proviennent de Mgr Charue et de Mgr Suenens, auteur, notamment, de L’Église en état de mission, publié en 1955, et qui annonçait nombre de positions du futur archevêque de Malines-Bruxelles. « L’ensemble des questions posées par les relations de l’Église avec le monde contemporain est pratiquement ignoré par les évêques de Belgique. Mgr De Smedt est le seul à envisager cette problématique : il demande que les fidèles soient éduqués à la façon d’entrer en contact avec les non-catholiques dans un monde où le pluralisme gagne sans cesse du terrain »1. Les questions économiques et sociales relevant traditionnellement de la doctrine sociale de l’Église, les interpellations lancées par les grandes idéologies contemporaines et les défis liés au processus de sécularisation et de déchristianisation des sociétés occidentales ne sont pas abordés. L’aggiornamento auquel appelle Jean XXIII doit donc être compris, selon les responsables de l’Église belge, dans le sens d’une rénovation de l’organisation et des règles en vigueur au sein de l’institution plutôt que dans le sens d’une révision de la manière d’aborder le monde contemporain. Cette manière de comprendre l’événement conciliaire à venir semble partagée par de nombreux milieux catholiques où « l’aggiomamento a été compris comme réforme, alors qu’il voulait indiquer plutôt une disponibilité et une aptitude à la recherche, un engagement global en vue d’une inculturation renouvelée de la Révélation dans les nouvelles cultures »2. Le seul impératif externe à l’Église qui paraît justifier une adaptation de l’institution semble résider dans le souhait d’un rapprochement entre chrétiens séparés.

Les « Vota » des théologiens de Louvain et de Lovanium

  • 3 Voir la synthèse de M. Lamberigts, A The "vota antepraeparatoria" of the Faculties of Theology of L (...)

5Les mêmes insistances se retrouvent dans les vota antepraeparatoria des Facultés de théologie de Louvain et de Lovanium. Les théologiens interrogés souhaitent que des pas soient faits dans le sens d’une plus grande collégialité dans l’Église, d’une révision des livres liturgiques et de l’usage des langues vernaculaires, de la simplification des règles relatives à l’empêchement au mariage, d’une réforme de l’Index et des règles liées à l’imprimatur, d’un approfondissement de la formation pastorale des prêtres3.

6Il faut cependant pointer quelques accents différents. Le souci d’une Église plus collégiale et plus œcuménique se complète par la revendication d’une internationalisation de la Curie et d’une meilleure prise en compte du caractère universel de l’Église catholique, notamment par le respect des cultures indigènes en contexte missionnaire. Les théologiens tiennent également à mettre en évidence le caractère foncièrement bon du monde profane et l’importance essentielle de l’engagement des laïcs dans la sphère temporelle et du témoignage de foi qu’ils peuvent y assurer. L’Église doit enfin prendre sa part dans la construction de la paix et de la fraternité universelles.

  • 4 P. Bourgy, « Que pense-t-on, qu’attend-on du Concile ? », dans R. Aubert, P. Bourgy, T. Dhanis (e.a (...)

7Les principaux souhaits des théologiens de l’Université catholique de Louvain se retrouvent dans les résultats d’une enquête réalisée auprès d’une centaine de prêtres belges et français et dont le dominicain Paul Bourgy s’est fait l’écho. Même si l’accent porte d’abord sur la réforme de l’organisation et des règles de la vie de l’Église, plusieurs appellent de leurs vœux une plus grande inculturation du christianisme dans les pays de mission et la promotion de l’autonomie du laïcat, témoin de la foi et messager d’une Église qu’ils souhaitent moins ostentatoire4.

8Plus que les évêques ou les supérieurs de congrégations, les théologiens de Louvain et de Lovanium semblent donc attentifs aux enjeux liés à la manière dont l’Église aborde le monde non chrétien, que ce soit dans les pays de mission ou d’ancienne chrétienté. Ce souci prend une place plus importante encore dans les préoccupations des dominicains de la revue Évangéliser ou des laïcs qui animent La Revue Nouvelle.

Les dominicains d’"Évangéliser" et le Concile

  • 5 La revue Évangéliser consacre, entre mars 1959 et oct. 1962, une petite vingtaine d’articles au Con (...)

9Les principaux thèmes mis en avant dans les vota des évêques, des supérieurs de congrégations et des théologiens de l’Université catholique de Louvain se retrouvent dans les articles que la revue Évangéliser consacre au Concile5. Ils sont l’écho des aspirations d’un milieu théologique non universitaire et fortement orienté vers la pastorale. Plusieurs auteurs en appellent à la promotion d’une théologie de l’épiscopat qui mette en pleine lumière la réalité de la collégialité du pouvoir dans l’Église et qui donne davantage d’autonomie aux Églises particulières. La révision du rôle de l’évêque constituerait également, selon eux, un pas important dans le sens d’un rapprochement des chrétiens séparés. Si l’union des Églises ne peut constituer qu’un objectif lointain qui dépasse le terme du Concile, les pères conciliaires ne doivent pas perdre de vue la volonté explicite de Jean XXIII de faire de ce Concile une étape majeure dans l’engagement œcuménique. La perspective d’un rapprochement doit donc être agissante au cœur des débats conciliaires. Les dominicains de la revue Évangéliser paraissent également rejoindre le souhait de beaucoup de voir les pères donner un élan décisif aux mouvements de réforme liturgique en cours dans l’Église. De même, la réforme de l’Index, la révision de la formation du clergé, les questions liées à l’habit ecclésiastique et au célibat, l’internationalisation de la Curie, la préparation des foyers au mariage, les mariages mixtes et les missions ne sont mentionnés qu’à l’occasion.

  • 6 P. Bourgy, « L’idéal de chrétienté », dans Évangéliser, 16e année, n° 96, mai-juin 1962, p. 590-593
  • 7 R. Goor, « La situation religieuse du monde ouvrier », dans Évangéliser, 17e année, n° 98, sept.-oc (...)
  • 8 B. Dreher, « Les laïcs et le Concile », dans Évangéliser, 16e année, n° 93, nov.-déc. 1961, p. 265.

10La revue Évangéliser consacre par contre de nombreux articles à la question du rôle du laïc dans le contexte d’une société irrémédiablement sécularisée et en proie à un processus de déchristianisation profond, notamment dans les rangs de la classe ouvrière. À trois reprises, Évangéliser marque explicitement son souhait que ces questions soient prises en compte dans les débats conciliaires. Le père Paul Bourgy rappelle que la vocation de l’Église n’est pas de tisser un réseau d’institutions temporelles mais de conduire les hommes vers la contemplation éternelle de Dieu6. Les chrétiens ont cependant le devoir de témoigner de leur foi. Ce témoignage comprend la confession de Dieu mais aussi l’engagement dans l’action temporelle avec les autres hommes. L’abbé Raymond Goor prolonge ce souci de voir les chrétiens évoluer de la volonté de reconstituer une chrétienté au souci d’une simple présence au monde, d’un témoignage de vie qui sauvegarde la liberté spirituelle de chacun. Ce mode d’évangélisation lui paraît la seule voie possible pour une réconciliation de l’Église avec le monde ouvrier7. Et B. Dreher de conclure : « Il est évident qu’il faudra [lors du Concile] préciser la place des laïcs partout où un pont doit être jeté entre l’Église et le monde, car c’est là leur vocation particulière. »8

  • 9 On se référera au sous-titre de la revue : « Prêcher le Christ à notre temps ».
  • 10 B. Häring, « Mariage mixte et Concile », dans Nouvelle Revue Théologique, 94e année,
    t. LXXXIV, n°  (...)
  • 11 G. Dejaifve, « Concile œcuménique et catholicité de l’Église », dans Nouvelle Revue Théologique, 91(...)

11L’annonce de l’ouverture du Concile paraît donc ouvrir, aux yeux des dominicains de la revue Évangéliser, des perspectives plus larges que celles que les évêques et les supérieurs de congrégation entrevoient. Ces perspectives semblent prolonger celles pressenties par les théologiens de l’Université catholique de Louvain. Elles étendent l’horizon du Concile au mode de présence de l’Église dans le monde contemporain. Cette insistance particulière s’explique évidemment par le caractère nettement pastoral de la revue9. L’ampleur de l’écho réservé au Concile renvoie par ailleurs à la sensibilité "réformiste" des dominicains belges. À titre de comparaison, les articles publiés par la Nouvelle Revue Théologique, éditée par la Compagnie de Jésus, sont nettement moins nombreux. Les cinq articles qu’elle consacre au Concile, avant son ouverture, mettent surtout en avant la question de la collégialité épiscopale et de l’oecuménisme. La Nouvelle Revue Théologique souhaite cependant aussi une adaptation des méthodes pastorales de l’Église. « Pluraliste et ouverte », la société moderne condamne toute « tentative de maintenir encore des régions uniquement catholiques [...] comme un repli sans issue vers un ghetto spirituel »10. « L’Église catholique est en train de faire de nos jours l’expérience des dimensions réelles de notre monde contemporain, de son pluralisme, et elle cherche à s’y adapter. »11 La revue, dont le projet, contrairement à celui d’Évangéliser, semble plus centré sur des questions de théologie fondamentale, de morale et d’exégèse que de pastorale, ne dit rien des modalités pratiques de cette adaptation.

« La Revue Nouvelle » et l’annonce du Concile

  • 12 Jacques Leclercq (1891-1971), professeur de philosophie morale et de droit naturel aux Facultés Uni (...)

12Héritière de La Cité Chrétienne (1926-1940) animée par le chanoine Jacques Leclercq12, La Revue Nouvelle est fondée en 1945 et dirigée par une équipe de laïcs et de prêtres séculiers menée par André Molitor. Elle se distingue donc d’Évangéliser qui est animée par des religieux. Durant la période pré-conciliaire, les points de convergence entre les deux revues sont pourtant nombreux.

  • 13 Entre juil. 1959 et oct. 1962, La Revue Nouvelle consacre à la question du Concile une vingtaine d’ (...)

13Comme Évangéliser, La Revue Nouvelle nourrit la volonté d’influer sur les débats conciliaires en attirant l’attention sur les questions qui lui semblent devoir être abordées prioritairement13. Elle revient d’abord à plusieurs reprises sur la finalité essentielle d’un Concile qui, selon elle, doit permettre à l’Église de rompre avec la logique défensive de refus du monde moderne et de repli dans un ersatz de chrétienté, pour rénover son mode de présence dans le monde et engager avec lui un dialogue. Cet accent mis sur l’insertion de l’Église et de la foi dans le monde profane ne la conduit pas à négliger les exigences de rénovation interne de l’Église. Certaines, comme la réforme des paroisses, de la prédication, de la catéchèse et de la liturgie sont d’ailleurs étroitement liées à la question de la capacité de l’Église à dire la foi à ses contemporains. Le Concile doit également prendre en compte, selon la revue, la perspective œcuménique présente dans le projet de Jean XXIII. Le rapprochement futur des Églises séparées exige que les catholiques révisent l’ecclésiologie dominante à la lumière de la théologie du Corps Mystique. Celle-ci invite à remettre sur le métier les rapports entre l’Église de Rome et les Églises locales ainsi que le rôle spécifique du clergé et des laïcs. La Revue Nouvelle souhaite également que l’organisation de l’autorité dans l’Église soit revue dans le sens d’une plus grande conformité avec les valeurs et les exigences d’un monde très sensibilisé aux impératifs de la démocratie et des droits de l’homme.

  • 14 R. Aubert, « Qu’est-ce qu’un Concile ? », dans La Revue Nouvelle, 15e année, t. XXX, n° 12, 15 déc. (...)
  • 15 J. Delfosse, « Les requêtes des fidèles et la pastorale », dans Ibid., p. 533.

14Un certain nombre de réformes internes à l’Église souhaitées par La Revue Nouvelle comportent donc des implications au regard de l’exigence de rénovation du mode de présence des chrétiens dans le monde. Cette question est abordée aussi bien dans le cadre des pays de mission que de l’Europe anciennement chrétienne. Plusieurs auteurs plaident pour une authentique inculturation du christianisme dans les cultures non occidentales. Dans les sociétés européennes, le processus de sécularisation et de déchristianisation en cours exige de l’Église qu’elle se montre « au monde davantage sous son aspect militant et souffrant, qui est sa véritable situation ici bas, plutôt que sous un aspect triomphant, qui sera sa condition future et que tant de ses membres depuis le Moyen Âge ont la tentation constante de vouloir anticiper dès à présent, au risque de détourner d’elle des chercheurs de bonne volonté déçus de rencontrer un éclat factice là où ils cherchent le reflet de la pauvreté du Christ qui s’est dépouillé de sa gloire pour le salut du monde »14. Jean Delfosse, tirant les conclusions d’une enquête réalisée auprès des lecteurs de La Revue Nouvelle à propos de leurs espoirs en vue du Concile, acquiesce à ce souhait que l’Église renonce aux richesses et aux fastes et soit davantage « signe de l’Amour du Sauveur »15. Cette exigence implique aussi qu’elle évite de lier la foi à des options politiques, économiques, sociales, ... trop précises. Régulièrement, La Revue Nouvelle rappelle que les laïcs disposent, sur ce terrain, d’une large autonomie, le rôle de l’Église se limitant à rappeler les principes moraux essentiels auxquels un chrétien ne peut déroger. Parties intégrantes et essentielles du Corps Mystique, les laïcs doivent porter au monde moderne le témoignage de leur foi. Celui-ci consiste d’abord et avant tout en un témoignage de vie. La Revue Nouvelle souhaite que l’Église renonce aux rêves de restauration d’une chrétienté et s’interroge sur la pertinence de maintenir un "pilier" catholique. La sécularisation de la société impose à ses yeux un autre mode de présence au monde marqué par le rejet de toute forme de contrainte et le respect de la liberté spirituelle de chacun. La tâche du clergé consiste à animer et soutenir l’effort apostolique des laïcs. Exception faite du cas des prêtres-ouvriers, dont La Revue Nouvelle regrette la suppression en 1954-1955, la sphère profane est d’abord celle du laïc. Le clergé doit néanmoins être davantage en contact avec le monde et sa formation devrait être revue en ce sens. La Revue Nouvelle semble enfin souhaiter que le Concile soit l’occasion d’une révision de l’attitude de l’Église par rapport aux grandes philosophies contemporaines. D’autant que celles-ci adressent à la foi des interpellations dont la théologie dogmatique et la théologie morale devraient davantage se préoccuper. Mais elle ne cache pas ses craintes que les milieux conservateurs romains ne ruinent toute velléité de réforme.

Le catholicisme belge face à l’annonce de Vatican II

  • 16 Huit articles entre janv. 1961 et nov. 1962.
  • 17 B. Rigaux, « Le Concile Vatican II », dans Revue Générale, 98e année, avril 1962, p. 119- 120.
  • 18 Ibid., p. 120.

15L’aggiornamento auquel invite Jean XXIII semble donc compris, dans les rangs de La Revue Nouvelle et des dominicains d’Évangéliser, dans son sens le plus large. Il s’agit d’adapter l’Église tant sur le plan interne que dans sa manière d’aborder le monde ambiant. Ce souhait contraste avec ceux émis par une autre revue catholique qui jouit d’une large audience parmi les catholiques belges, La Revue Générale. Il faut attendre janvier 1961 pour que celle-ci consacre un article au Concile et elle n’en publiera que quelques-uns16. Surtout, le ton est nettement différent. Les perspectives d’un rapprochement œcuménique semblent reportées à un très long terme et il lui paraît irréaliste d’attendre du Concile des pas majeurs en ce sens. « La seconde illusion, non moins pernicieuse que la première, est d’attendre des changements spectaculaires dans l’organisation de l’Église. Il y a bien sûr des décisions qui adapteront les normes actuelles aux besoins présents. Il semble bien que la loi de la tradition jouera plus que celle d’évolution. Les lois, dans l’Église romaine, ont toujours eu tendance à codifier ou à universaliser des situations existantes [...] plutôt qu’à créer des orientations nouvelles. [...] Il faut même s’attendre à voir les pères renforcer la discipline existante plutôt que de la déserrer en vue d’une adaptation »17. Il faudra d’ailleurs veiller à « présenter une position nette face aux erreurs modernes »18. Les réponses aux questions nouvelles, que le monde profane adresse à l’Église, doivent être élaborées au départ de l’enseignement traditionnel, où l’Église commente le dépôt de la foi, plutôt que forgées par des recherches nouvelles. La question des réformes liturgiques et paroissiales, de la collégialité épiscopale et des voies de l’apostolat des laïcs ne sont quasiment pas abordées.

  • 19 Cl. Soetens, « Les “vota"»..., p. 49.
  • 20 Ibid., p. 50.

16On se méprendrait donc en faisant des positions défendues par Évangéliser et La Revue Nouvelle, le reflet de l’ensemble de l’opinion publique catholique. Elles sont l’écho d’une minorité. On évitera également d’opposer trop facilement leurs souhaits à ceux des évêques, des supérieurs de congrégations et du nonce en Belgique. Des divergences sont d’abord sensibles entre les différents responsables de l’Église belge. On a signalé les positions plus "ouvertes" de Mgr Suenens, de Mgr Charue et, dans une certaine mesure, de Mgr De Smedt. Il faut de plus rappeler l’écart existant entre leurs vota et leur attitude, souvent plus "réformiste", pendant le Concile. Cet écart témoigne peut-être davantage d’un manque de vision et d’anticipation des potentialités ouvertes par l’annonce de la convocation du Concile que d’une opposition à tout dialogue avec le monde moderne. Pour beaucoup, et pas seulement pour les évêques, les réformes auxquelles le Concile allait donner naissance sont tout simplement inimaginables. Le rejet par les pères conciliaires des premiers textes qui leur avaient été préparés, aura, en ce sens, un effet libérateur et contribuera à mettre en branle une dynamique qui mènera l’Église plus loin que ce qu’elle avait elle-même imaginé. Plusieurs observateurs ont également mis en avant le manque de connaissance objective par certains prélats de la situation de l’Église19, notamment en Belgique où le « climat de chrétienté qui demeure »20 masque nombre de questions. Il faudrait également examiner les termes de l’invitation qui leur a été adressée par le Vatican afin d’évaluer dans quelle mesure l’intérêt quasi exclusif pour une rénovation interne à l’Église n’est pas induit par l’invitation qui leur a été faite. On se rappellera enfin que les évêques et supérieurs de congrégations occupent une position institutionnelle dans l’Église qui rend leur prise de parole moins libre que celle de revues comme Évangéliser ou La Revue Nouvelle.

17Ce bref parcours à travers les principales aspirations du catholicisme belge à la veille du concile Vatican II permet toutefois de saisir les aspects essentiels de la situation de l’Église de Belgique et les principaux courants qui la traversent.

Situation du catholicisme belge

  • 21 R. Aubert, « Église et société civile en Belgique au XXe siècle. Les enjeux ecclésiologiques », dan (...)

18Rudoyée par les transformations de la société et des mentalités, l’Église de Belgique a consolidé peu à peu, au cours du XIXe et durant les premières décennies du XXe siècle, un tissu d’institutions qui enserre le chrétien dans une forme de contre-société. Celle-ci trouve un relais dans le champ politique grâce au parti catholique, garant du maintien des institutions chrétiennes. Ce « succédané de chrétienté »21 que l’Église s’efforce de préserver, se nourrit d’un projet de reconquête de la société globale et de restauration d’un ordre social pleinement chrétien dont les institutions catholiques constituent déjà la trame. Entre la Libération et le concile Vatican II, l’Église de Belgique conserve de nombreux traits de cette chrétienté préservée.

La Belgique, terre de chrétienté ? Pratique et vocations

  • 22 Chiffres moyens pour la période 1967 à 1974. D’après Statistiques de base des doyennés et diocèses (...)
  • 23 F. Houtart, « Note sur l’évolution sociale et religieuse de l’archidiocèse de Malines », dans Colle (...)

19Pays d’ancienne évangélisation, la Belgique compte encore, après le Concile, environ 90 pour cent d’enfants baptisés ; 83 pour cent des mariages et 84 pour cent des funérailles sont célébrés à l’Église22. Le nombre moyen annuel de communions par habitant dans le diocèse de Malines est même en hausse : 2,8 en 1900 ; 5,1 en 1911 ; 7,6 en 1922 ; 8,5 en 1930 ; 9,8 en 1940 ; 13,3 en 1944 ; 9,5 en 1950 ; 9,9 en 195523. En recul par rapport à la période de la guerre, le nombre moyen annuel de communions par habitant au milieu des années 50 demeure donc supérieur au niveau de l’entre-deux-guerres.

  • 24 L. Dingemans, « Le mouvement des vocations sacerdotales et religieuses en Belgique », dans Évangéli (...)
  • 25 F. Houtart, « Note sur l’évolution sociale et religieuse... », p. 592.
  • 26 A. Tihon, « Les religieuses en Belgique du XVIIIe au XXe siècle. Approche statistique », dans Revue (...)
  • 27 Idem, « La vie religieuse », dans R. Lejeune et J. Stiennon (sous la dir. de), La Wallonie.
    Le Pays (...)
  • 28 Idem, « La Belgique », dans J.-M. Mayeur (SOUS la dir. de), Guerres mondiales et totalitarismes (19 (...)

20Les statistiques des vocations établies par le Centre de Recherches socio-religieuses pour l’année 1956 montre que la Belgique demeure « extraordinairement riche en vocations »24. Dans le diocèse de Malines, le nombre de prêtres diocésains pour 10 000 habitants paraît évoluer favorablement, en tout cas jusqu’au milieu des années 50. Il passe de 9,63 en 1911, à 9,78 en 1923, 9,27 en 1936, 10 en 1946, 10,03 en 1951 et 9,97 en 1955, soit davantage que le niveau de l’entre-deux-guerres25. En 1961, la Belgique compte 10 450 prêtres séculiers contre 9895 en 1947, 7723 en 1930, 8129 en 1920, 7857 en 1910, 7660 en 190026. Le clergé diocésain augmente donc ses effectifs jusqu’au début des années 60. Il faut attendre la période postconciliaire pour assister à une diminution majeure27. L’équipement paroissial et le nombre de lieux de culte se maintiennent également. On compte 3374 paroisses et 170 chapelles en 1920, 3723 et 447 en 1961. Dans l’agglomération bruxelloise, les autorités ecclésiastiques installent vingt-sept nouvelles paroisses entre 1924 et 1960. Le nombre moyen d’habitants par paroisse en Belgique passe de 2194 à 2498 durant la même période28.

  • 29 E. Collard, « L’étude sociologique des communautés religieuses féminines et de leur recrutement », (...)
  • 30 Ce chiffre particulièrement élevé s’explique par l’afflux de religieuses et de religieux français f (...)
  • 31 A. Tihon, « Les religieuses en Belgique... », p. 32-35.

21Le nombre de religieuses passe de 21 242 en 1880 à 49 624 en 1947. L’accroissement est plus rapide que l’augmentation de la population29. En 1961, la Belgique compte encore 44 669 religieuses ou 48,61 religieuses pour 10 000 habitants, contre 58,3 en 1947, 59,18 en 1930, 59,65 en 1920, 63, 87 en 191030 mais 46,83 en 1900. Les vocations religieuses masculines sont moins nombreuses. On compte 12 725 religieux en 1947 et 10 039 en 1961, alors que leur nombre est estimé à 11 082 en 1930, 9858 en 1920, 10 376 en 1910 et 6237 en 190031.

  • 32 Idem, « La Belgique », p. 552.
  • 33 En chiffres relatifs et en chiffres absolus. Voir « Belgique », dans Bilan du monde, 1960. Encyclop (...)
  • 34 M. Cheza, « Vers les Églises locales. De 1945 à nos jours », dans J. Pirotte et Cl. Soetens, Évangé (...)
  • 35 A. Tihon, « La Belgique », p. 552.
  • 36 J.-A. Theuws, « Belgische missionering in de XIXde en XXste eeuw », dans Bulletin des Séances de l’ (...)

22Dès le lendemain de la guerre, l’effort missionnaire reprend. Le nombre de missionnaires belges passe ainsi de 3663 à 10 070 entre 1934 et 196032. En 1958, la Belgique est le pays au point de vue du nombre de missionnaires33. Anticipant les encouragements que prodiguera l’encyclique Fidei donum de Pie XII, publiée en 1957, un certain nombre de prêtres diocésains sont détachés par leur évêque pour assurer des tâches missionnaires à l’extérieur du pays. À partir de 1952, l’évêque de Liège, Mgr Kerkhofs, envoie des prêtres au Rwanda ; les diocèses de Liège, Namur et Tournai fondent des collèges d’enseignement secondaire, respectivement à Nyanza (1956) et à Kigali (1957) au Rwanda, et à Gitega (1958) au Burundi. Il faut rappeler aussi que, dès 1939, Mgr Kerkhofs avait approuvé la création, à l’initiative de l’abbé André Boland et du père Vincent Lebbe, d’une société de prêtres voués à la mission, la Société des Auxiliaires de Mission (SAM). La fondation du Collège pour l’Amérique latine34 à Louvain, en 1953, conduira de nombreux prêtres belges à s’engager dans l’entreprise missionnaire. Le souci d’y impliquer les laïcs se manifeste également de plus en plus. Les principales organisations missionnaires pour laïcs datent de l’entre-deux-guerres. Il faut citer surtout l’Academica Unio Catholica Adjuvans Missiones (Association Universitaire Catholique pour l’Aide aux Missions – AUCAM) fondée par le père Charles35 et les Auxiliaires Laïques des Missions, lancées par l’abbé Boland et Yvonne Poncelet36. Le développement des missions depuis l’entre-deux-guerres suscite également la recherche en missiologie. Les Semaines de Missiologie, fondées à Louvain par les jésuites en 1923, reprennent dès le mois d’août 1946.

Le réseau catholique

23Les institutions catholiques forment un réseau ramifié qui touche à de nombreux aspects de la vie individuelle et collective. Il comprend différents types d’organisations qui encadrent l’individu, de l’enfance à l’âge adulte.

  • 37 Voir P. Huvelle, « Histoire de Caritas Catholica », dans La Foi et le Temps, t. XIII, 1983, p. 149- (...)

24Plusieurs congrégations religieuses masculines et féminines assurent un grand nombre de services à caractère caritatif et éducatif. Depuis 1937, Caritas Catholica Belgica – Office Catholique d’Hygiène et d’Assistance, créé cinq ans auparavant, rassemble la Fédération des Guvres de l’Enfance, la Fédération des Institutions Hospitalières et la Fédération des Guvres de Plein Air. En 1940, elle s’est adjointe une Fédération des Guvres d’Assistance et Médico-sociales. Son rôle consiste à coordonner et promouvoir les activités des multiples organisations caritatives catholiques. De 1945 à 1965, ce secteur connaît une forte croissance37. Les institutions catholiques renforcent leur présence dans la société belge. Par ailleurs, plusieurs initiatives débordent la sphère du monde catholique et recueillent un écho dans l’ensemble de la société. L’action de l’abbé Froidure en faveur de l’enfance déshéritée et celle du père Pire, Prix Nobel de la Paix en 1958 pour ses multiples initiatives en faveur des personnes déplacées en Europe, contribuent à donner l’image d’une Église en prise sur les souffrances de son temps.

  • 38 A. Tihon, « La Belgique », p. 544.
  • 39 Sur le cardinal Joseph Ernest Van Roey (1874-1971), voir les deux travaux de synthèse actuellement (...)
  • 40 R. Aubert, « Le cardinal Van Roey », dans La Revue Nouvelle, 17e année, t. XXXIV, 1961, p. 117-118  (...)
  • 41 A. Tihon, « La Belgique », p. 544.

25Chapeautées à partir de 1957 par le Secrétariat National de l’Enseignement Catholique, les écoles primaires et secondaires catholiques regroupent un nombre de plus en plus important d’élèves durant la période préconciliaire. En 1961, ce réseau rassemble environ 52 pour cent des jeunes en âge scolaire, 62 pour cent des élèves fréquentant une école secondaire et les deux tiers des jeunes inscrits dans un établissement d’enseignement professionnel38. Plus que son prédécesseur Mgr Mercier, Mgr Van Roey, archevêque de Malines de 1926 à 196139, soutient énergiquement le développement du réseau d’enseignement catholique40. Les institutions universitaires catholiques connaissent également une forte expansion, particulièrement l’Université catholique de Louvain qui, en 1958, rassemble près de la moitié des étudiants universitaires belges41.

  • 42 Sur le MOC/ACW, se reporter aux deux exposés généraux et aux pistes bibliographiques proposés dans (...)

26Le réseau catholique se complète par un ensemble d’organisations socio-économiques et plusieurs mouvements d’Action catholique, fédérés à partir de 1949 au sein du Mouvement Ouvrier Chrétien – Algemeen Christelijk Werkersverbond (MOC-ACW) qui hérite de la Ligne Nationale des Travailleurs Chrétiens – Algemeen Christelijk Werkersverbond (LNTC-ACW) créée en 1921 en remplacement de la Ligue Démocratique Belge de 1891. Le MOC-ACW42 rassemble d’abord des organisations à caractère économique et social, à savoir la Confédération des Syndicats Chrétiens – Algemeen Christelijk Vakverbond (CSC-ACV), l’Alliance Nationale des Mutualités Chrétiennes – Landsbond der Christelijke Mutualiteiten (ANMC-LCM), et la Fédération Nationale des Coopératives Chrétiennes – Landelijk Verbond der Christelijke Coöperaties (FNCC-LVCC). Le MOC-ACW fédère également différentes organisations à caractère socioculturel et éducatif : la Jeunesse Ouvrière Chrétienne masculine et féminine (JOC-KAJ/JOCF-VKAJ), les Ligues Ouvrières Féminines Chrétiennes – Kristelijke Arbeidersvrouwenbeweging (LOFC-KAV) et le Kristelijke Werknemersbeweging (KWB). En 1952, le MOC s’agrège les Équipes Populaires.

  • 43 Pour une analyse détaillée du syndicalisme chrétien pendant la période d’après-guerre, voir E. Gera (...)
  • 44 E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. I, p. 268- (...)
  • 45 Ibid., t. Ii, p. 115 (E. Gerard).
  • 46 Ibid., p. 290, 308-310 (G. Kwanten).

27Les organisations socio-économiques catholiques connaissent toutes une forte expansion durant la période préconciliaire. Dans la deuxième moitié des années 50, les syndicats chrétiens43 rattrapent leurs concurrents socialistes de la Fédération Générale du Travail de Belgique – Algemeen Belgisch Vakverbond (FGTB-ABW). En 1959, la CSC-ACV rassemble davantage de travailleurs que la FGTB-ABW44. En 1945, les mutualités chrétiennes comprennent 585 989 membres, soit 34,5 pour cent du total des bénéficiaires de prestations de sécurité sociale en Belgique. En 1963, elles atteignent 940 439 membres, soit 43 pour cent du total des bénéficiaires, et dépassent le nombre des affiliés à l’Union Nationale des Mutualités Socialistes – Nationaal Verbond van Socialistische Mutualiteiten (UNMS-NVSM). Il faut remarquer que les deux tiers des affiliés chrétiens habitent la Flandre45. La Fédération Nationale des Coopératives Chrétiennes (FNCC-LVCC) regroupe essentiellement un réseau de magasins coopératifs, Le Bien Être, ainsi qu’une Caisse Centrale de Dépôt (la COB ou Coopération Ouvrière Belge) et une société d’Assurances Populaires (LAP). Entre 1945 et 1965 environ, ces trois organismes connaissent une forte expansion. Le nombre de magasins et le chiffre d’affaires du Bien Être croissent sensiblement. Le volume de l’épargne confié à la COB est également en forte augmentation. La croissance des primes atteste du succès des Assurances Populaires46.

  • 47 L. Bragard, M. Fievez, B. Joret (e.a.), La Jeunesse Ouvrière Chrétienne, Wallonie-Bruxelles, 1912-1 (...)
  • 48 Ibid., p. 331-332 (F. Peemans et A. Tihon).
  • 49 Ibid., p. 371-372 (M. Fievez et A. Tihon).
  • 50 Ibid., p. 320-323 (F. Peemans et A. Tihon) ; E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du (...)
  • 51 E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 530 (...)
  • 52 Ibid., t. II, p. 395-396 (A. Osaer [sous la dir . de]).
  • 53 Sur les Équipes Populaires, voir E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement O (...)

28La situation des organisations socioculturelles et éducatives rassemblées au sein du MOC-ACW est moins florissante. Dans le courant des années 50, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne masculine et féminine (JOC-KAJ/JOCF-VKAJ) organise trois grandes manifestations. En 1950, à l’occasion de son vingt-cinquième anniversaire, elle réunit au Heysel un Congrès jubilaire qui rassemble environ 100 000 personnes, membres et sympathisants47. Deux ans plus tard, elle met sur pied un grand pèlerinage qui mène à Lourdes 20 000 jocistes et 525 malades. Mgr De Smedt, Mgr Himmer et Mgr Van Zuylen accompagnent les pèlerins48. En 1957 enfin, 9000 jocistes belges participent au Rassemblement mondial de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne à Rome49. Chacune de ces manifestations est l’occasion d’un travail de préparation intense. Leur ampleur masque toutefois un processus de désaffection très marqué au sein de la JOC et de la JOCF. Entre 1944 et 1949, les effectifs de ces deux mouvements connaissent une forte baisse. Ils stagnent ensuite à un niveau très bas. Cette évolution contraste avec celle des branches flamandes (KAJ-VKAJ) qui, après une baisse entre 1945 et 1950, augmentent le chiffre de leurs effectifs sans discontinuer jusqu’au début des années 60. Entre 1960 et 1965, le nombre de jocistes – branches masculine et féminine réunies – dans la partie francophone se situe autour des 3000 ; la Flandre en compte encore plus de 60 00050 Le succès de la KAJ-VKAJ est à rapprocher de celui du Kristelijke Werknemersbeweging (KWB), qui centre son action sur les travailleurs adultes. Le KWB rassemble 137 841 membres en 1963 ; il en comptait 28 067 en 194551. Il faut cependant mentionner l’essor de la branche francophone des Ligues Ouvrières Féminines Chrétiennes (LOFC), qui seront rebaptisées Vie Féminine en 1969. Centrée sur l’éducation de la femme au foyer, leur action recueille un réel succès. Le nombre de membres des LOFC progresse lentement pour atteindre l’effectif d’environ 160 000 femmes vers 1950. Leur homologue flamand, les KAV, en comptent alors environ 210 000. Ce chiffre diminue ensuite mais se maintient autour des 145 000 membres au milieu des années 60. L’effectif des KAV continue par contre à augmenter jusque vers 1966 avec 270 000 membres52. Quant aux Équipes Populaires, nées en 1947 et intégrées dans le MOC/ACW en 1952, elles rassemblent environ 1800 membres à la veille du Concile53.

  • 54 L’étude des mouvements de jeunesse catholique est encore largement en friche, particulièrement pour (...)
  • 55 Voir W. Baeten, Patronaten worden Chiro. [eugdbeweging in Vlaanderen, 1918-1950, Leuven, 1993 et Vi (...)

29Le réseau catholique se complète enfin par différents mouvements de jeunesse. Les uns se situent dans la mouvance de l’Action catholique : c’est le cas de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC-KSA), de la Jeunesse Universitaire Catholique (JUC), de la Jeunesse Agricole Catholique (JAC-BJB) et de la Jeunesse Indépendante Catholique (JIC/KMBJ) fondées entre 1928 et 1930. Elles comportent toutes une branche féminine. Ces groupements sont rassemblés au sein de l’Action Catholique de la Jeunesse Belge – Jeugdverbond Katholieke Actie (ACJB-JVKA). Les autres ressortissent plutôt au mouvement scout. Depuis 1929, celui-ci comporte deux ailes, la Fédération des Scouts Catholiques (FSC) et le Vlaamsch Verbond der Katholieke Scouts (WKS). En 1949, les deux branches du mouvement guide se séparent pour former la Fédération des Guides Catholiques et le Vlaamsch Verbond der Katholieke Meisjesgidsen. Organisés à l’échelle des paroisses, les patros sont également actifs et sont réunis dans la Fédération Nationale des Patros54 du côté francophone, les Chirojeugd dans la partie flamande du pays55.

  • 56 R. Aubert, « Organisation et caractère... », p. 321-322.
  • 57 Ibid., p. 321.

30Au lendemain de la guerre, tous ces mouvements se reforment, à l’exception de la JUC. Les JEC-JECF, la JAC-JACF et la JIC-JICF subissent les effets de la remise en question de l’Action catholique. L’évolution de leur effectif est peu ou pas connue, mais on peut considérer, à titre d’hypothèse, qu’ils évoluent à la baisse. Du côté néerlandophone par contre, les Katholieke Studenten Aktie (KSA), équivalent flamand de la JEC-JECF, paraissent évoluer favorablement56. À l’inverse, les mouvements scouts, guides et les patros rassemblent autant de jeunes que durant l’entre-deux-guerres, voire davantage. En 1961, la Fédération Nationale des Patros (FNP) organise un congrès qui rassemble près de 40 000 jeunes. En Flandre, les patros ou Chirojeugd connaissent aussi une période d’expansion57.

  • 58 C. Gaisse, L’Action Catholique des Hommes (1925-1947), mémoire de licence en histoire, UCL, 1981, p (...)

31Depuis 1936 enfin, l’Action Catholique des Hommes (ACH), fondée par Mgr Picard et Giovanni Hoyois, s’efforce de proposer aux anciens ACJBistes un mouvement qui leur soit propre. L’ACH rassemble des équipes paroissiales et édite une revue, les Feuilles Documentaires (1941-). Malgré le dynamisme de l’abbé Charles Lannoye, qui succède, en 1956, à Mgr Picard comme aumônier général, le retentissement de l’ACH reste assez limité pendant la période préconciliaire. On peut estimer à une quarantaine, le nombre d’équipes paroissiales de l’ACH en activité en 195358.

Église et parti catholiques

  • 59 La Fédération des Associations et Cercles catholiques, la Fédération nationale des Classes moyennes(...)
  • 60 On se reportera notamment à l’analyse de J. Remy, « Le défi de la modernité : la stratégie de la hi (...)

32Depuis la fin du XIXe siècle et durant l’entre-deux-guerres, le monde catholique dispose, via le parti catholique, d’une voix sur la scène politique. Même si les différentes tendances qui composent l’Église de Belgique sont loin d’être convergentes et ne disposent pas toutes de relais efficaces au sein de ce parti, celui-ci joue le rôle de garant de l’autonomie des institutions catholiques et de vecteur de transformation de la société dans un sens conforme aux valeurs chrétiennes. Le rôle-clé joué par le parti catholique durant la guerre scolaire (1879-1884) confirme l’importance de ce parti pour la défense et la promotion des institutions chrétiennes. L’organisation en standen, typique de l’Union Catholique belge de 1921 et du Bloc Catholique qui lui succède en 1936, permet aux principales organisations catholiques59 de faire entendre leurs revendications dans la sphère politique. L’épiscopat s’est efforcé, en conséquence, d’assurer l’unité des catholiques autour du parti60.

  • 61 Sur la genèse du PSC-CVP, voir E. Gerard et M. Van Den Wijngaert, In het teken van de regenboog. Ge (...)
  • 62 Présent dans plusieurs avant-projets (voir M. Van Den Wijngaert, Ontstaan..., op. cit.), le rejet d (...)
  • 63 Les chantiers sont ouverts... Quel sera l’architecte...? PSC. Parti Social Chrétien. Principes et t (...)

33Au lendemain de la Libération, l’ancien Parti Catholique Social – Katholieke Vlaamse Volkspartij fait place au Parti Social Chrétien – Christelijke Volkspartij61. Dans le programme fondateur de Noël 1945, le PSC-CVP se présente comme un parti entièrement déconfessionnalisé, ouvert à tous, croyants et incroyants, réunis autour des valeurs fondamentales de la civilisation occidentale. Le but du parti n’est plus à proprement parler de défendre, sur le terrain politique, les intérêts de l’Église et de la religion. Le PSC-CVP rompt d’ailleurs avec l’organisation en standen de l’ancien Bloc catholique62. Le parti demeure cependant un parti chrétien. Si les valeurs qui fondent aujourd’hui son action sont devenues le patrimoine commun de croyants et d’incroyants, « historiquement, c’est le christianisme qui les a apportées. [...] [Il] ne serait que de les traduire davantage en actes, dans les conduites privées et la vie publique, pour que d’emblée le monde fut transfiguré. Voilà pourquoi le christianisme sera la source inspiratrice de notre politique. Les chrétiens qui adhèrent au Parti auront le sentiment de servir sur le plan politique leur idéal religieux »63.

  • 64 Ibid., p. 74.
  • 65 ARCA-Louvain-la-Neuve, Archives du PSC-CVP, n° 20 : XVIIe Congrès National, Ostende, 1-3 déc. 1961, (...)
  • 66 Ibid., p. 7.

34Face aux projets libéral et marxiste, le PSC-CVP propose donc une alternative chrétienne mais susceptible, à son avis, de rassembler aussi des non-croyants. Le parti ne souhaite pas la disparition des multiples organisations qui composent le pilier catholique, mais il « veut faire prévaloir le pluralisme sociologique, c’est-à-dire la multiplicité des organismes sociaux qui s’adaptent aux convictions particulières des différents groupes de citoyens. »64 Ce projet de créer un parti chrétien mais déconfessionnalisé sera rappelé régulièrement pendant la période préconciliaire. Il est notamment réaffirmé avec force par le ministre social-chrétien Pierre Harmel au lendemain des élections de mars 1961. Celui-ci justifie l’abandon de la dénomination catholique par le respect de la liberté de conscience : « [Le catholique] doit respecter la liberté personnelle de ceux qui ne partagent pas ses idées. [...] Un catholique imposé n’est pas un catholique »65. « [Nous] ne rêvons pas d’un nouveau Moyen Âge »66.

35Dans quelle mesure, cette volonté de déconfessionnaliser le parti et de prendre distance avec les standen a-t-elle privé le pilier catholique de son relais politique ?

  • 67 R. Aubert, « Le cardinal Van Roey... », p. 116.
  • 68 « Van Roey », dans Biographie Nationale, t. XXXVIX : Supplément, vol. 11, Bruxelles, 1976, col. 756 (...)
  • 69 R. Aubert, « L’Église catholique et la vie politique en Belgique depuis la Seconde Guerre mondiale  (...)
  • 70 ARCA-Louvain-la-Neuve, Archives du PSC-CVP, n° 20, XVIIe Congrès National, Ostende, 1-3 déc. 1961, (...)

36Tout en acceptant la déconfessionnalisation du PSC-CVP, le cardinal Van Roey est resté attaché à l’idée de la nécessité de l’unité politique des chrétiens autour de l’héritier du parti catholique d’avant-guerre. « Par toutes ses fibres, il appartenait à l’Europe confessionnelle d’avant 1914 »67 et estimait indispensable l’existence d’un parti qui soit l’expression politique de tous les catholiques et autour duquel tous se rassemblent68. L’attitude de l’archevêque est renforcée par le contexte politique de l’immédiat après-guerre et des années 50 qui provoque une exacerbation du clivage confessionnel et pousse les catholiques à serrer les rangs derrière le PSC-CVP. La répression de la collaboration, l’affaire royale puis la question scolaire contribuent à saborder le processus de déconfessionnalisation promu par le programme de Noël 194569. En décembre 1961, le congrès du parti signale que la force de la tradition, en assimilant le nouveau PSC-CVP au parti catholique, et surtout la guerre scolaire, ont « partiellement "reconfessionnalisé" le PSC malgré lui-même »70.

  • 71 P. Pasture, « Le bras politique du Mouvement Ouvrier Chrétien. Historique d’une relation turbulente (...)
  • 72 X. Mabille, « Partis politiques et électorat catholique. Développements depuis 1945 », dans L. Voyé(...)

37D’autre part, il semble bien que les différentes organisations socio-économiques fédérées au sein du MOC-ACW soient restées en relation étroite avec le parti. Si l’abolition des standen les prive de la reconnaissance formelle de leur influence sur le parti, celle-ci demeure via le personnel politique, qu’il s’agisse de parlementaires, de membres de cabinets ou de ministres. Les contacts « dans les "coulisses"»71 sont également très nombreux. La « structure [du parti] repose encore en fait bien souvent sur une représentation des intérêts sociaux différents. Les tensions sont fréquentes, notamment au moment de l’octroi des places en ordre utile sur les listes des candidats aux élections »72.

  • 73 E. Gerard et P. Wynants (sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. I, p. 260- (...)

38Le caractère déconfessionnalisé du PSC-CVP et la suppression des standen ne doivent donc pas faire illusion. Tant dans le chef de Mgr Van Roey que des responsables du MOC-ACW et du PSC-CVP, les années d’après-guerre semblent bien marquées par une volonté de restauration du "pilier" catholique de l’entre-deux-guerres73. On peut par ailleurs se demander dans quelle mesure l’appel adressé par les auteurs du programme de Noël 1945, incitant les non-croyants à se rallier à un parti déconfessionnalisé, tout en mettant en avant l’origine chrétienne des valeurs humaines autour desquelles ils sont invités à se réunir, n’est pas construit sur une équivoque et a pu réellement être entendu par des non-croyants.

39L’Église de Belgique conserve donc de multiples facettes qui rappellent l’idéal de chrétienté qu’elle s’est efforcée de sauvegarder. Le "pilier"catholique porte toutefois les marques de nombreuses fissures. Elles stimulent l’apparition de courants nouveaux qui verront dans le Concile la possibilité d’une reconnaissance des aspirations qui les animent.

Fissures dans la chrétienté ? Pratique et vocations

  • 74 Voir surtout L. Voyé, Sociologie du geste religieux. De l’analyse de la pratique dominicale en Belg (...)

40Les taux élevés de baptêmes, de mariages chrétiens et de funérailles à l’Église doivent être pris avec beaucoup de prudence. Les recherches en sociologie religieuse convergent pour relativiser la valeur de ces indices comme indicateurs de la vitalité religieuse. Même en cas de déchristianisation accusée, ces taux se maintiennent à un niveau assez élevé et témoignent alors de la signification sociale d’un rite vidé de son sens chrétien. La mesure de la pratique dominicale demeure donc, pour l’historien de cette époque, l’outil essentiel d’évaluation de l’expansion ou du recul de la foi74.

  • 75 E. Collard, « Commentaire de la carte de la pratique dominicale en Belgique », dans Lumen Vitae, t. (...)
  • 76 Statistiques de base..., Bruxelles, 1974, p. 81.
  • 77 E. Collard, « Commentaire de la carte... », p. 649-650.
  • 78 Ibid., p. 649.
  • 79 R. Mols, « La pratique dominicale en Belgique. Situation actuelle et évolution récente », dans Nouv (...)
  • 80 Statistiques de base..., p. 81.

41La première étude d’ensemble a été publiée en 1952 et photographie la situation vers 1950-1951. Le pourcentage des pratiquants est alors évalué à « à peine 50 pour cent »75. Elle est estimée à environ 44 pour cent en 196476. On est loin d’une situation d’unanimité chrétienne. La baisse s’accusera dans les années qui suivront. La pratique religieuse est surtout très inégalement répartie dans les différents diocèses. La carte de la pratique dominicale dressée en 1952 « fait apparaître trois régions qui ont conservé une forte majorité pratiquante : en pays flamand, à l’ouest, la Flandre occidentale et une partie de la Flandre orientale ; à l’est, le Limbourg, la partie orientale de la province d’Anvers et une partie du Brabant flamand ; en pays wallon, les Ardennes, c’est-à-dire la partie sud-est de la province de Namur, presque toute la province de Luxembourg et le sud-est de la province de Liège [...]. [Les] provinces où l’on s’abstient davantage sont celles de Hainaut, de Liège et de Brabant. De façon générale, la Belgique d’expression française [...] est moins pratiquante que la Belgique d’expression flamande »77. Les taux de pratique s’échelonnent ainsi entre 80 et 72,2 pour cent, respectivement dans le Limbourg et en Flandre Occidentale, et 45,4, 44,7 et 25,5 pour cent dans la région de Liège, le diocèse de Malines – qui comprend à l’époque la province d’Anvers et le Brabant – et le Hainaut. La pratique dominicale est évaluée à 51,5 et 67,6 pour cent en Flandre orientale et dans le diocèse de Namur-Luxembourg78, Les estimations pour 196279 et 196480 confirment cette géographie de la pratique en Belgique.

  • 81 A. Tihon, « La vie religieuse », p. 41.
  • 82 Idem, « La Belgique », p. 547.

42À l’échelle de la Wallonie, l’évolution peut se résumer à deux chiffres : 41 pour cent de la population en âge d’assister à la messe en 1950-1951, 37 pour cent en 196481. On peut retenir le chiffre de 35 pour cent de pratiquants à Bruxelles vers 195082.

  • 83 J. Kerkhofs, Godsdienstpraktijk en sociaalmilieu. Proeve van godsdienstsociologische studie der pro (...)

43Outre le clivage Flandre-Wallonie, cette géographie de la pratique dominicale met en évidence l’écart entre la pratique dans les régions agricoles et dans les agglomérations urbaines ou les zones industrielles. Cet écart est sensible même dans les zones à forte pratique comme le Limbourg83. Plusieurs études menées durant la période préconciliaire permettent d’approfondir la situation dans quelques métropoles flamandes et wallonnes ainsi qu’à Bruxelles.

  • 84 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération. Aspects sociologiques de la pratique relig (...)
  • 85 Ibid., p. 71.
  • 86 Ibid., p. 115, 164.
  • 87 Ibid., p. 164.
  • 88 A. Delobelle, Charleroi et son agglomération. Sociologie historique et structures religieuses, Brux (...)
  • 89 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération..., p. 260.
  • 90 Ibid., p. 265.
  • 91 Ibid., p. 266.

44Alors que les taux des baptêmes ainsi que des mariages et des funérailles célébrés à l’Église se maintiennent entre 80 et 90 pour cent durant toute la période comprise entre la Libération et l’ouverture du concile Vatican II, Jean Remy et le dominicain Louis Dingemans estiment que la moyenne des personnes enterrées sans funérailles chrétiennes dans l’agglomération de Charleroi durant les années 1957-1959 peut être estimée à 37,45 pour cent. Ils évaluent la proportion de mariages religieux par rapport aux mariages civils à environ 26,74 pour cent84. Et de conclure : « Nous sommes forcés de constater une "achristianisation" totale de plus du tiers de la population des trois doyennés [de Charleroi, Jumet et Marchienne-au-Pont] »85. La pratique dominicale est estimée à 13,49 pour cent pour les hommes (1 homme sur 9 en âge de pratiquer) et 18,65 pour cent pour les femmes (1 femme sur 7 en âge de pratiquer)86, soit une moyenne de 16,97 pour cent. Ce taux descend à 12,79 pour cent pour la classe d’âge des vingt à soixante-quatre ans87. Un examen de la répartition de l’équipement paroissial permet de mettre en évidence l’insuffisance des moyens dans les quartiers ouvriers88. « Si on considère uniquement les hommes actifs de plus de vingt ans, appartenant au monde ouvrier [...], une personne sur 33 fréquente les églises. On ne peut guère parler d’une minorité pratiquante, le groupe comme tel n’est pas atteint »89. La classe ouvrière, majoritaire à Charleroi, demeure minoritaire dans l’Église. À l’inverse, quand l’instruction, la qualification et les revenus augmentent, la pratique est plus fréquente. Le groupe social le plus représenté (41 pour cent) dans l’Église de Charleroi est celui des employés90. « En plus de l’importance, dans le public religieux, des personnes à situation sociale moyenne, il faut noter que l’Église accroche moins dans les groupes moteurs, c’est-à-dire ceux qui ont une influence prépondérante sur les mutations de comportement [...]. L’Église se recrute davantage chez des personnes préservées et attachées aux modes de vie et de pensée plus traditionnels : les personnes non-mêlées à la vie active, les personnes occupées dans des activités non-industrielles, ainsi que les femmes [...]. [À] une situation de minorité [de l’Église] se superpose un état de marginalité »91.

  • 92 P. Minon, Le peuple liégeois. Structures sociales et attitudes religieuses, Liège, 1955, p. 82-86.
  • 93 C’est aussi le cas dans le diocèse de Namur en 1946. Voir G. Hoyois, « La situation morale et relig (...)
  • 94 Soit la population âgée de sept ans ou plus, déduction faite des malades et des personnes travailla (...)
  • 95 Ibid., p. 97-101.
  • 96 Ibid., p. 106.

45Les principaux traits de la situation de l’Église de Charleroi se retrouvent dans l’enquête réalisée par Paul Minon sur la situation à Liège en 1954. Les pratiques saisonnières (baptêmes, communions solennelles, mariages, funérailles) se maintiennent à un niveau assez élevé : entre 70 et 95 pour cent92. Mais l’écart est très important93 par rapport à la pratique religieuse, soit environ 28 pour cent de la population liégeoise en situation d’assister à la messe94. Le profil des messalisants peut se dessiner comme suit : 60 pour cent de femmes, 39,5 pour cent d’enfants et d’adolescents, 34 pour cent de personnes diplômées de l’enseignement supérieur, 18 pour cent d’employés, 11,9 pour cent de commerçants et d’artisans, 5,6 pour cent d’ouvriers95. Le faible taux de pénétration de l’Église dans la classe ouvrière se marque aussi dans la répartition géographique de la pratique : « les paroisses à taux de pratique élevé sont aussi des paroisses à prédominance bourgeoise, les paroisses dont le taux de pratique est le plus bas sont sinon les plus populaires, du moins parmi les plus populaires »96.

  • 97 F. Houtart, Les paroisses de Bruxelles, 1803-195. Législation-Délimitation-Dénwgraphie-Équipement, (...)
  • 98 Ibid., p. 74.
  • 99 Ibid., p. 78.

46La situation bruxelloise a été étudiée par l’abbé François Houtart. La carte de la pratique religieuse, le dimanche 7 octobre 1951, permet de dégager quatre zones de pratique. La première (moins de 15 pour cent) regroupe les quartiers industriels et ouvriers qui suivent le cours de la Senne. Une seconde zone (entre 16 et 20 pour cent) rassemble les quartiers de la vallée du Maelbeek, d’Ixelles à Schaerbeek, et comporte également, pour une part, des quartiers à dominante populaire. La pratique religieuse monte entre 35 et 50 pour cent dans les zones bourgeoises du centre et à Uccle, et jusqu’à 65 pour cent dans l’axe qui va du Cinquantenaire à Tervueren97. La proportion des mariages religieux se situe autour de 63,65 pour cent, bien au-dessus du niveau moyen de la pratique dominicale : « Il est vraisemblable que dans bien des cas le mariage à l’église n’est plus guère qu’un usage social »98 F. Houtart conclut à la nécessité de créer de nouvelles paroisses et de renforcer le nombre de prêtres dans les quartiers populaires99.

  • 100 Entre 28,5 et 31,4 pour cent. D’après J. Van Houtte, De mispraktijk in de gentse agglomeratie. Miso (...)
  • 101 Ibid., p. 330-333, 337-339.
  • 102 J. Kerkhofs, Godsdienst praktijk en sociaal milieu..., p. 352.

47La pratique religieuse se répartit donc de façon très différente au nord et au sud du pays, dans les régions agricoles ou industrielles, et selon les classes sociales et le sexe. Le taux moyen probable de 45 pour cent à la veille du concile Vatican II masque des écarts sensibles, entre 10 et 80 pour cent. La rupture entre l’Église et la classe ouvrière semble patente, tout particulièrement en Wallonie et à Bruxelles où l’unanimité chrétienne appartient bien au passé. L’examen attentif de la situation religieuse à Gand oblige cependant à nuancer l’image d’une Flandre homogène catholique. Les recherches de J. Van Houtte publiées en 1963 permettent de fixer le taux de la pratique dominicale à environ 30 pour cent100. Les écarts traditionnellement observés entre le niveau de la pratique chez les hommes et chez les femmes d’une part, les travailleurs manuels et intellectuels d’autre part sont globalement vérifiés à Gand101. Au terme de son étude sur la pratique et les vocations religieuses dans le Limbourg, une région encore profondément catholique, J. Kerkhofs ne peut s’empêcher de pointer les signes d’une érosion qui lui fait conclure : « la province se trouve donc manifestement à un moment critique »102.

  • 103 L. Dingemans, « Le mouvement des vocations sacerdotales.., », p. 424-426 et A. Tihon, « La vie reli (...)
  • 104 A. Tihon, « La vie religieuse », p. 44.
  • 105 Idem, « Les religieuses en Belgique... », p. 32.
  • 106 Idem, « Les religieuses en Belgique (fin XVIIIe-XXe siècle) », dans Vie religieuse et enseignement. (...)
  • 107 Voir J. Art, « De evolutie van het aantal mannelijke roepingen in België tussen 1830 en 1975. Basis (...)

48Ces différentes variables sociologiques interviennent également dans l’évolution des vocations religieuses, et particulièrement du clergé diocésain. Si le nombre de prêtres séculiers par rapport à la population totale se maintient, jusqu’au milieu des années 50, à un niveau supérieur à celui de l’entre-deux-guerres, il diminue sensiblement dans la seconde moitié des années 50 et au début des années 60, annonçant la chute brutale de l’après-Concile103. D’autre part, des disparités importantes existent d’une région à l’autre. Dans le diocèse de Namur, on compte, au début des années 60, 400 à 600 habitants par prêtre contre 1000 à 1100 et 1100 à 1200 dans les diocèses de Liège et de Tournai qui comptent parmi ceux où la pratique dominicale est la plus basse104. Rappelons que la courbe du nombre de religieuses accuse également une diminution dans le courant des années 50. Les religieuses passent en effet de 49 624 en 1947 à 44 669 en 1961, soit 48,61 religieuses pour 10 000 habitants contre 59,65 en 1920105. Mais ce sont surtout les vocations masculines qui marquent le pas. Le nombre de religieux décroît sensiblement dès la fin des années 40 pour atteindre 10 039 en 1961 contre 12 725 en 1947 et 11 082 en 1930. On n’en compte plus que 8484 en 1971 alors que les religieuses sont encore 35 000106. La période 1945-1965 constitue donc une période de recul au point de vue des vocations masculines, clergés séculier et régulier confondus107.

Les contestations du "ghetto chrétien"

49Alors que l’état de déchristianisation de la moitié de la population belge apparaît de manière de plus en plus claire et que l’équipement paroissial et le clergé dont l’Église aurait besoin pour y faire face semblent faire défaut, des voix s’élèvent pour constater l’inefficacité du "pilier" catholique.

  • 108 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération..., p. 376, 378.
  • 109 P. Minon, Le peuple liégeois..., p. 97.
  • 110 Ibid., p. 119.
  • 111 P. Leburton, « Des baptisés fréquentent l’enseignement moyen officiel (fin). Sont-ils perdus pour l (...)

50Fleuron de ce "pilier", l’enseignement catholique est mis en question. Tirant les conclusions pastorales de l’enquête réalisée par le Centre de Recherches socio-religieuses à propos de la pratique religieuse et des structures paroissiales à Charleroi, Jean Remy et Louis Dingemans signalent que la baisse de la pratique, sensible chez les enfants dès treize ans, est identique, que ces enfants fréquentent l’enseignement catholique ou les écoles du réseau de l’État. « En d’autres termes, l’enseignement libre, considéré dans son ensemble, ne semble pas exercer une influence particulière sur la persévérance dans la pratique dominicale. [...] Il faut noter en outre que [...] le nombre d’enfants et d’adolescents pratiquants qui fréquentent l’enseignement catholique, semble fort inférieur au total des enfants et adolescents qui fréquentent le même réseau d’enseignement »108. Paul Minon constate l’existence d’un écart semblable entre les enfants et les adolescents qui fréquentent l’enseignement catholique dans l’agglomération liégeoise et ceux qui pratiquent109. Il remarque également que les écoles catholiques contiennent un certain nombre de pratiquants saisonniers tandis que des parents pratiquants réguliers mettent leurs enfants dans des écoles officielles110. L’abbé Paul Leburton va jusqu’à affirmer que l’école officielle, « carrefour ouvert à tous les courants de pensée et d’action qui se rencontrent et se heurtent dans le monde actuel [...], prépare objectivement le jeune homme à recevoir éventuellement le message évangélique mieux que s’il restait soumis à l’influence du monde désordonné avec le seul bagage dont le nantit sa famille »111, surtout si l’ambiance chrétienne y est médiocre. En 1961, l’abbé Joseph Comblin publie un livre au titre provocateur et qui fait grand bruit dans le monde catholique : Échec de l’Action Catholique ?

51Ces constats rejoignent les critiques, plus fondamentales, provenant de certains milieux catholiques minoritaires qui plaident pour un nouveau mode d’insertion de la foi dans la société, et d’abord dans le champ politique.

  • 112 R. Aubert, « L’Église catholique et la vie politique... », p. 186.

52La Seconde Guerre mondiale semble avoir joué en cette matière un rôle d’accélérateur. Elle a d’abord été l’occasion, pour un certain nombre de catholiques, d’approcher des incroyants puis de collaborer avec eux. Que ce soit dans la Résistance ou dans les camps de prisonniers ou de concentration, l’urgence de l’heure a dépouillé les hommes de leurs attributs confessionnels et les a mis côte à côte autour d’un essentiel commun : la défense de l’homme face à la barbarie nazie. La Résistance et la captivité ont constitué des lieux de réflexion sur les éventuelles convergences entre le christianisme et le socialisme ou le communisme. Elles ont amené des catholiques, des socialistes et des communistes à découvrir, derrière les stéréotypes dont ils s’affublaient les uns les autres, des hommes susceptibles de partager un idéal humain commun. Il est frappant de constater le nombre important de croyants issus de la Résistance et actifs dans ces milieux qui, les premiers, remettront en question la pertinence du clivage confessionnel dans la vie politique et sociale belge. Bon nombre d’entre eux ont également été nourris, avant la guerre, par « les efforts d’intériorisation de la vie religieuse poursuivis dans les mouvements d’Action catholique [et qui] rendaient de plus en plus intolérables des confusions comme celle qu’illustrait un des panneaux de la dernière campagne électorale de l’entre-deux-guerres : « Pour la revalorisation des céréales, votez catholique"»112. Cette ouverture en direction des non-croyants va de pair avec un approfondissement religieux personnel très marqué.

  • 113 Sur la genèse de l’UDB et son histoire, voir J.-C. Willame, « L’Union démocratique belge (UDB). Ess (...)
  • 114 « Horizons nouveaux », dans La Cité Nouvelle, 8e année, n° 10, 29 sept. 1944, p. 1 ; « Manifeste », (...)

53Dans l’immédiat après-guerre, ces critiques et ces aspirations sont cristallisées par l’Union Démocratique Belge, fondée le 24 septembre 1944, par trois démocrates chrétiens wallons, Antoine Delfosse, Marcel Grégoire et Jacques Basyn. La décision de lancer ce mouvement est le fruit de nombreuses réflexions et de plusieurs contacts entamés durant la guerre avec certains milieux démocrates chrétiens et socialistes113. De septembre 1944 à juin 1945, l’UDB se présente comme un mouvement de pensée et d’action. Son organe de presse, La Cité Nouvelle (1944-1947), en développe les intuitions principales. L’urgence des problèmes posés par la reconstruction de la Belgique et l’existence d’une majorité de Belges qui aspire à un modèle de société authentiquement démocratique et progressiste exigent le dépassement du clivage politique cléricaux-anticléricaux, qui a marqué l’entre-deux-guerres, et la redistribution des forces politiques sur un axe gauche-droite. L’UDB souhaite ainsi que tous les « démocrates", tous les "progressistes" se regroupent dans un grand parti "démocratique" et "non confessionnel"114 afin de dégager une majorité parlementaire stable et favorable à l’installation d’une démocratie intégrale c’est-à-dire une démocratie politique, économique, sociale et culturelle.

54Sur le plan philosophique et confessionnel, cet idéal démocratique suppose le respect de la liberté de conscience et l’acceptation du pluralisme ainsi que la séparation de la religion et de la politique ou l’installation d’un État laïc. Du point de vue catholique, l’abandon des clivages confessionnels est, pour La Cité Nouvelle, entièrement justifié. L’existence de partis confessionnels soulève plusieurs problèmes. Elle lie d’abord l’Église à des positions temporelles particulières qui n’ont pourtant aucun caractère d’obligation pour les croyants. Elle renforce ensuite l’idée que l’Église est opposée à la liberté de conscience et cherche à imposer la religion catholique à l’ensemble de la société, par le biais d’un parti qui lui est attaché. Le principe de la séparation de l’Église et de l’État oblige de plus l’Église à s’abstenir sur le terrain strictement temporel. Son seul pouvoir en matière temporelle est de rappeler à l’État et aux citoyens les principes essentiels du droit naturel. La mise en application technique de ces principes ressortit strictement à la sphère du temporel. Les laïcs catholiques ont le droit de rechercher en toute liberté les solutions techniques qui leur paraissent les meilleures et par rapport auxquelles l’Église est "indifférente".

55L’UDB n’a donc pas, à l’origine, le projet de former un parti politique. Elle se veut seulement un groupe de pression en faveur d’une recomposition du paysage politique autour de deux partis clairement distincts, dont une nouvelle formation progressiste et non-confessionnelle qui a sa faveur. Cette formation semble rejoindre le profil du nouveau parti chrétien mais déconfessionnalisé que les responsables de l’ancien Bloc Catholique tentent alors de mettre sur pied. Aussi, l’UDB soutient-elle, dans un premier temps, le processus de rénovation en cours au sein du parti catholique. C’est seulement en cas d’échec de ce regroupement au départ des anciennes formations politiques qu’il faudrait opter pour la création, ex nihilo, d’un parti travailliste.

  • 115 W. Ugeux, « Figaro », dans Ibid., 10e année, n° 23, 23 janv. 1945, p. 1.

56Dès juin 1945, alors que le futur PSC-CVP n’est pas encore créé, l’UDB prend cependant ses distances par rapport à ce parti qui demeure, selon elle, fondamentalement confessionnel et insuffisamment à gauche. Si l’UDB se reconnaît dans certains accents du programme de Noël 1945, elle critique la prédominance au sein du PSC d’une aile droite qui enlève au parti tout caractère authentiquement "social ". La Cité Nouvelle n’attend même pas la publication du programme de Noël 1945 pour appeler les "démocrates" à rejoindre l’UDB. Au lendemain de la parution de ce programme, la conclusion est cinglante : l’UDB « ne fusionnera jamais avec le PSC »115. La Cité Nouvelle justifie donc la transformation de l’UDB, d’un mouvement de pensée et d’action en un parti, par le retour des anciens clivages et l’absence de volonté des partis en place, particulièrement le futur PSC-CVP, de les dépasser. Déçue, La Cité Nouvelle défend la transformation de l’UDB en un parti politique qui constitue à ses yeux l’embryon du grand parti démocrate, populaire et non-confessionnel qu’elle appelle de ses vœux. Cette option est loin de constituer, à ses yeux, un idéal. Elle rappelle sans cesse ses intuitions initiales et sa préférence pour une redistribution des forces politiques dont les anciens partis, le PSC notamment, auraient pu être les moteurs.

  • 116 D’août 1945 à janv. 1946, Marcel Grégoire occupera le poste de ministre de la Justice et Jacques Ba (...)

57Après avoir exercé des responsabilités ministérielles suite au départ des ministres sociaux-chrétiens du gouvernement Van Acker en juillet 1945116, l’UDB essuie cependant un cuisant échec lors des élections législatives du 17 février 1946. Cette défaite l’oblige à modifier sa stratégie. Elle prend ainsi progressivement position, durant l’été 1946, en faveur d’une coalition PSC-PSB. Cette coalition ne constitue pas la voie idéale pour réaliser le grand parti travailliste qui reste son objectif. Mais elle devrait à ses yeux permettre aux deux partis, dos au mur, d’afficher clairement leur politique "démocratique". Le PSC serait ainsi contraint de se débarrasser de son aile droite, et le PSB de cesser de courir après les marxistes.

  • 117 E. Gerard et P. Wynants (sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 547 (...)

58Cette tentative de l’UDB pourrait être rapprochée, sur un tout autre plan, de celle du Mouvement Populaire des Familles (MPF), lancé en Belgique en août-septembre 1944 et animé par le jésuite Philippe de Soignie, Victor Michel, Raymond Vermeulen et Joseph Verhoeven. « Mouvement de conquête apostolique et d’éducation populaire »117, il s’adresse aux travailleurs adultes qu’il entend toucher par le biais d’initiatives à portée familiale. Dès la fin de la guerre, le journal du mouvement, La Vie Populaire, est tiré à environ 11 000 exemplaires. Progressivement, le MPF prend une orientation pluraliste. Ce processus de déconfessionnalisation paraît indispensable afin d’atteindre les masses incroyantes, rebutées par un mouvement à étiquette chrétienne. Il mène les responsables du MPF à refuser de s’intégrer dans le MOC. Mgr Charue, et dans une moindre mesure Mgr Kerkhofs, marquent leurs réticences par rapport à cette orientation. Les tensions entre le MPF d’une part, le MOC et l’épiscopat d’autre part, obligeront le premier à se saborder en 1949 : les militants masculins sont invités à gagner les Équipes Populaires, et les femmes les Ligues Ouvrières Féminines Chrétiennes (LOFC). Comme l’UDB, le Mouvement Populaire des Familles échoue.

  • 118 Voit le témoignage de T. Pirard, « Un météore dans la vie politique et intellectuelle de la Walloni (...)

59Le projet de déconfessionnalisation de la vie politique trouve des échos dans d’autres milieux. Les positions de La Cité Nouvelle sont d’abord partagées et relayées fidèlement par l’équipe de Forces Nouvelles (1945- 1946) regroupée autour de l’avocat liégeois Léopold Levaux118, et qui compte parmi les fidèles soutiens de l’UDB.

  • 119 Voir « Le phénomène "Relève"», dans Courrier hebdomadaire dit CRISP, n° 701, 21 nov. 1975 et « Tren (...)
  • 120 « Le phénomène "Relève"», p. 2.
  • 121 « Ghetto chrétien ou engagement chrétien ? », dans La Relève, 5e année, n° 9, 5 mars 1949, p. 7.

60Le groupe de La Relève119 partage en partie les mêmes aspirations. Ce « groupe de réflexion politique » né au sein d’une « élite chrétienne »120 et rassemblé autour de la personnalité de Jean Michiels fait paraître dès mars 1945 un Manifeste. À partir du mois de mai, il publie un journal qui porte son nom. L’ampleur de la tâche de reconstruction de la Belgique et les enjeux de société qui y sont liés nécessitent, aux yeux de La Relève, le rassemblement de tous les "progressistes", de tous les "démocrates", qu’ils soient chrétiens ou non, sous la forme d’un grand parti non confessionnel. Ce rassemblement exige l’abandon des anciens clivages philosophiques et religieux et la redistribution des différentes formations politiques autour de critères socio-économiques. La Relève rappelle par ailleurs que la foi exige la liberté et s’oppose à toute forme de contrainte. Elle admet donc le pluralisme de la société. La présence des chrétiens dans le monde profane constitue le mode d’insertion actuel du christianisme dans la société. Il faut rejeter toute forme de ghetto chrétien ou de chrétienté et aspirer à un engagement des catholiques « dans l’air vif de la société pluraliste ». « Ce n’est pas à l’homme de trier entre le bon grain et l’ivraie »121. Elle admet également le principe de la séparation de l’Église et de l’État, du spirituel et du temporel. En ce sens, elle réclame un État laïc. Afin que l’organisation temporelle de la société n’aille pas à l’encontre des intérêts spirituels de ses membres, l’Église a cependant le droit de rappeler à l’État les grands principes dictés par le droit naturel. Leur mise en application pratique et technique relève des partis. L’Église est "indifférente" face aux diverses formes de régime politique, d’organisation économique ou sociale, ... Tenter d’imposer tel ou tel régime ou organisation serait verser dans le cléricalisme. Ce principe de séparation de l’Église et de l’État, du spirituel et du temporel justifie le rejet des partis confessionnels. Les catholiques disposent donc d’une grande liberté dans le choix de tel ou tel régime ou organisation, et partant dans le choix de tel ou tel parti politique. L’union des catholiques au sein d’un parti confessionnel n’est pas obligatoire.

  • 122 Ce soutien est cependant extrêmement critique. La Relève met très régulièrement en évidence l’absen (...)
  • 123 Il s’agit du gouvernement Spaak III, en place du 20 mars 1947 au 27 juin 1949.

61Contrairement à l’UDB, La Relève prend cependant assez tôt position en faveur du PSC-CVP122 et d’une stratégie de coalition avec le parti socialiste. La stratégie défendue par La Cité Nouvelle et par Forces Nouvelles lui paraît en effet marquée par la précipitation – elle rompt avec toutes les traditions politiques de la Belgique – et mène les catholiques qui y sont partie prenante à trop de concessions sur leur gauche, notamment à propos de la question royale. L’échec électoral de l’UDB lors des élections du 17 février 1946 est interprété comme une confirmation de ce diagnostic. Cette voie travailliste-là est exclue. Enfin, la mise sur pied rapide d’un parti démocratique et non confessionnel, de type travailliste, pose une série de questions philosophiques et religieuses qu’il importe de résoudre avant de réaliser le rapprochement. Échaudée par l’expérience du premier gouvernement socialiste – social-chrétien de l’après-guerre qu’elle a pourtant appelé de ses vœux123, La Relève prend progressivement position, à partir de 1948, pour un gouvernement PSC homogène, seul capable de résoudre la question royale et la question scolaire et d’amener ainsi la pacification confessionnelle, préalable indispensable à toute forme de regroupement travailliste.

62La Revue Nouvelle (1945-) partage nombre d’idéaux avec La Cité Nouvelle, Forces Nouvelles et La Relève. Elle soutient le processus de déconfessionnalisation en cours au sein du PSC mais ne cache pas ses sympathies pour l’UDB et refuse ainsi de choisir entre l’un et l’autre. Elle défend le principe de l’autonomie du temporel et y revendique un espace de liberté pour les laïcs. Elle rompt ainsi avec le projet de construire une cité chrétienne et entreprend de chercher les voies qui permettront aux croyants de vivre en chrétiens dans la cité. Sans plaider pour la disparition du "pilier" catholique, La Revue Nouvelle critique ses effets pervers, tout particulièrement l’enfermement des croyants dans un ghetto catholique qui leur retire nombre d’occasions de témoigner de leur foi en plein monde.

63Si le retour à l’avant-scène politique des clivages confessionnels suite à la répression de la collaboration et surtout à l’affaire royale et à la question scolaire précipite l’échec de l’UDB et mène La Relève à se rallier progressivement à la formule d’un gouvernement homogène PSC-CVP, les débats qu’ils ont ouverts avec La Revue Nouvelle se prolongent durant toute la période préconciliaire. Ils témoignent de la prise de conscience des apories du modèle de chrétienté et de la recherche d’un autre mode d’insertion de la foi dans une société irrémédiablement pluraliste.

Visages du catholicisme belge

Réformer l’Église : voies et motifs

  • 124 E. Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, (Paris-Tournai), 1965, p. 38.
  • 125 Ce constat est dressé dans « un bref rapport polycopié » qui circule dans le clergé de Liège et est (...)

64Publié à Paris en 1943, l’ouvrage des abbés Henri Godin et Yvan Daniel, La France, pays de mission ?, « a [incontestablement] fait date par sa puissance d’ébranlement : [...] il a ouvert une brèche, rongé des certitudes, libéré des forces vives, cristallisé des espérances »124. Ses conclusions sont confirmées, immédiatement après la guerre, par celles de l’abbé Georges Michonneau, dans son livre, Paroisse et communauté missionnaire. Conclusions de cinq ans d’expérience en milieu populaire, publié à Paris en 1945. Le choc de France, pays de mission ? atteint la Belgique aux toutes premières heures de l’après-guerre. Il attise la prise de conscience de l’état de déchristianisation de la classe ouvrière et du fossé qui la sépare de l’Église. Ce constat rejoint ainsi celui dressé dès 1945 dans le diocèse de Liège : « près de 90 pour cent de nos ouvriers d’usines sont éloignés de Dieu. [...] Le prêtre, au lieu d’être un trait d’union les reliant à Dieu, est le premier obstacle »125. Pour les auteurs de ce constat, la solution est à rechercher dans un nouveau mode d’apostolat ouvrier qui verra des prêtres s’embaucher à l’usine et devenir ouvriers avec les ouvriers.

  • 126 D. De Greef, Les prêtres-ouvriers en Belgique, mémoire de licence en sciences religieuses, UCL, 198 (...)
  • 127 Docteur d’Hamme, « Ce que l’on voit à l’atelier », dans Cahiers de la jeunesse catholique, déc. 192 (...)

65Dès 1922, le jeune abbé Charles Boland, professeur à l’Institut technique Saint-Laurent à Liège, avait eu l’occasion de faire « un stage à l’usine en vue de l’apostolat »126. Enthousiasmé par son expérience127, il sollicite de Mgr Kerkhofs, évêque de Liège, l’autorisation de devenir prêtre au travail. Celle-ci lui est refusée jusqu’en 1942, année où il obtient la permission de travailler un jour par semaine. L’année suivante, il est embauché à temps plein aux Tubes de la Meuse à Flémalle. En 1946, il fonde avec le père Damien Reumont la Fraternité des Ouvriers de la Vierge des Pauvres. Ils sont bientôt rejoints par d’autres, dont le père Pierre Baptiste Jaminet. À l’instar de la hiérarchie française, Mgr Kerkhofs et Mgr Himmer accèdent aux demandes de plusieurs prêtres désireux de devenir ouvriers parmi les ouvriers. Ainsi, à Liège, Louis Brenu, Jean Maquet, Albert Courtois, Louis Flagothier et Joseph Arnolis s’embauchent à l’usine. Henri Chapelle, Julien Schouwers et Raymond Croquet font de même à Charleroi. Le retrait des prêtres-ouvriers français en 1954 inquiète les évêques de Liège et de Tournai. À deux reprises, en 1954 et en 1955, le Saint-Office leur demande de rappeler les prêtres au travail. Ils y sont contraints en février 1955. Au mois de juillet, les prêtres-ouvriers belges se plient aux ordres de Rome. Ils attendront dix ans avant de reprendre le chemin de l’usine. Entretemps, le Concile aura eu lieu.

66L’expérience des prêtres-ouvriers, et au-delà le problème fondamental de la coupure entre l’Église et le monde ouvrier, sont l’objet de l’attention de différents groupes de chrétiens. À partir de 1954, une petite équipe, parmi laquelle on compte notamment Joseph Arnolis et Louis Brenu, tous deux prêtres-ouvriers, ainsi que Henri Brenu, son frère, Georges Wertz, Henri Cornelis et Jean Godin, entreprend de publier un bulletin ronéotypé, Informations Ouvrières. Il faut citer également l’équipe du journal Le Populaire, animé notamment par l’abbé Paul Carette, Elie Baussart et Yves de Wasseige, et diffusé dans la région de Charleroi. Les responsables de la page belge de Témoignage Chrétien partagent également ce souci de combler le fossé qui empêche le monde ouvrier d’accéder à la foi.

  • 128 L. Dingemans, « Le cinquième anniversaire du Centre de Recherches socio-religieuses », dans La Revu (...)
  • 129 Sur le développement de la sociologie religieuse en Belgique, voir surtout P. Chalon, « Implantatio (...)
  • 130 E. De Moreau, « La statistique ecclésiastique », dans Nouvelle Revue Théologique, 1937, p. 818-839.
  • 131 Outre G. Le Bras en France, il faut citer les recherches de l’abbé Boulard, particulièrement ses Pr (...)
  • 132 Voir notamment E. Poulat, « La CISR, de la fondation à la mutation : réflexions sur une trajectoire (...)
  • 133 F. Houtart, « État actuel de la sociologie au service de la pastorale », dans Pastorale d’aujourd’h (...)
  • 134 Sur le Centre, voir L. Dingemans, « Le cinquième anniversaire... », op. cit. ; F. Houtart, « Le Cen (...)

67Au-delà du problème de la déchristianisation du monde ouvrier, la prise de conscience du recul de la foi dans la société globale a suscité le développement de recherches sociologiques, à vocation essentiellement pastorale, mais qui tentent de prendre la mesure objective du processus de déchristianisation en cours. « La réconciliation du catholicisme et de la sociologie religieuse »128, entachée du positivisme inhérent aux premiers pas de la sociologie, remonte en fait à l’entre-deux-guerres et doit beaucoup aux travaux du sociologue français Gabriel Le Bras. En Belgique129, les premières enquêtes religieuses sont entreprises dans les années 20-30 dans des milieux proches de l’abbé Joseph Cardijn et du dominicain Georges Rutten. Ces recherches demeurent peu systématiques et directement liées à une action pastorale déterminée. Le seul travail de valeur scientifique est dû à E. de Moreau en 1937130. Le développement d’une véritable sociologie religieuse scientifique en Belgique date donc des années 40-60. L’influence des recherches françaises et hollandaises est patente131. Durant les années 40, l’abbé Robert Kothen stimule plusieurs recherches. Celles-ci trouvent notamment écho dans La Cité Chrétienne dirigée par l’abbé Jacques Leclercq. Depuis 1941, celui-ci consacre un chapitre à la sociologie religieuse dans son cours de sociologie à l’École des Sciences Politiques et Sociales de l’Université catholique de Louvain. En 1946, celle-ci crée une chaire de sociologie religieuse qui est attribuée à l’abbé Eugène Collard et au père De Volder. En 1948, l’abbé Jacques Leclercq participe à la création de la Conférence Internationale de Sociologie Religieuse132 puis, en 1958, de la Fédération Internationale des Institutions Catholiques de Recherches socio-religieuses, toutes deux installées à Bruxelles. Cette fédération publie une revue internationale, Social Compass, qui demeure une référence. En 1958, l’Université catholique de Louvain crée un cours de "Sociologie de la pastorale" et en 1961 un cours de « Sociologie de la religion chrétienne des pays en voie de développement « qui sont assurés par l’abbé François Houtart133. Les autorités épiscopales ne sont pas en reste. En 1956, elles installent un Centre de Recherches socio-religieuses dirigé par l’abbé François Houtart et le dominicain Louis Dingemans, et intégré dans le Centre Interdiocésain de la rue Guimard à Bruxelles. Il reprend le rôle de lieu de rencontre entre les chercheurs, assumé un temps par le Centre Belge de Sociologie Religieuse créé en 1951 et installé dans les bâtiments de Lumen Vitae à Bruxelles. En 1964, le Centre de Recherches socio-religieuses est intégré à l’Université catholique de Louvain134.

68En dressant le constat, sans fard, du déclin de la pratique religieuse en Belgique, ces recherches ont d’abord pour objet d’aider les autorités religieuses à adapter l’équipement paroissial. Mais elles rejoignent aussi les efforts d’un certain nombre d’ecclésiastiques, soutenus pas quelques laïcs, pour adapter la catéchèse et la liturgie.

  • 135 A. Tihon. « La vie religieuse », p. 52.

69Le renouveau de la catéchèse remonte à l’entre-deux-guerres, notamment grâce à l’abbé Édouard Poppe. En 1946, le Centre International d’Étude de la Formation Religieuse ou centre Lumen Vitae, créé par les jésuites en 1935, quitte Louvain et s’installe à Bruxelles. Il connaît une phase de développement durant toute la période préconciliaire. Il est l’initiateur d’un renouvellement des méthodes d’enseignement de la religion dans une optique plus inductive135.

  • 136 Sur dom Lambert Beauduin et son rôle dans le mouvement liturgique, voir A. Haquin, Dom Lambert Beau (...)
  • 137 B. Botte, Le mouvement liturgique. Témoignage et souvenirs, Tournai-Paris, 1973, p. 11-12.
  • 138 Ibid., p. 37.
  • 139 A. Haquin, Dom Lambert Beauduin..., p. 228-229.

70Initié dans la seconde moitié du XIXe siècle par dom Guéranger et dom van Caloen et surtout relancé après 1909 par dom Lambert Beauduin, ancien aumônier du Travail et moine à l’abbaye du Mont-César à Louvain136, le mouvement liturgique prend une orientation nouvelle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Au début du XXe siècle, la prière liturgique était monopolisée par le clergé. Les fidèles étaient réduits à un rôle d’assistance et contraints à se limiter à des actes de dévotion strictement personnelle137. Les recherches de l’entre-deux-guerres visaient à redonner à la liturgie toute sa valeur comme prière d’une communauté et moment-clé de la vie chrétienne. « Le but, c’était de faire participer le peuple à l’action liturgique et de faire de nos assemblées, des communautés de prière. La méthode, c’était un retour aux sources, l’étude de la tradition »138. Même si ces promoteurs souhaitaient certaines adaptations, le mouvement liturgique durant l’entre-deux-guerres se définit ainsi davantage comme un mouvement de restauration liturgique que de réforme. L’utilisation de la langue latine n’était par exemple pas remis en question139.

  • 140 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique et pat (...)

71Au lendemain de la Seconde Guerre, le constat de la déchristianisation d’un grand nombre se double de la prise de conscience de l’inadaptation de la liturgie pour les chrétiens qui demeurent fidèles à l’Église. Les efforts des promoteurs du mouvement liturgique sont encouragés par plusieurs initiatives des autorités ecclésiastiques. En 1948, Pie XII publie l’encyclique Mediator Dei. Il y met en garde contre certaines déviations du mouvement liturgique mais en reconnaît globalement l’importance. Cette encyclique suscite dès lors une relance du mouvement qui prend une orientation plus réformiste140.

72Alors que les rencontres internationales se multiplient, l’abbaye du Mont-César organise, en juillet 1953, les premières Semaines d’Études Internationales de liturgie destinées au clergé. En 1956, l’abbaye d’Affligem et les Norbertins de Tongerloo relancent les Journées d’Études Liturgiques qui existaient avant la guerre. La même année, le Congrès pour l’Apostolat des Laïcs organisé à Louvain met sur pied une section "Bible et liturgie"qui recueille un réel intérêt. En 1958, un grand congrès liturgique est organisé à Anvers sur le thème de "La liturgie et l’homme contemporain". Ces recherches sont diffusées par plusieurs revues dont Les questions liturgiques et paroissiales (1911-) du Mont-César à Louvain, Tijdschrift voor Liturgie (1919-) de l’abbaye d’Affligem et Paroisse et Liturgie (1918-) de l’abbaye Saint-André à Bruges.

  • 141 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique... », (...)
  • 142 Il faut citer par exemple les abbés Paul Leburton à Liège, Orner Henrivaux et Lagasse à Tubize, Edo (...)

73Dans le courant des années 50, le Saint-Siège assouplit certains règles, notamment au point de vue du jeûne eucharistique, de l’usage des langues vulgaires et des messes du soir141. Plusieurs évêques, comme Mgr Himmer et Mgr Charue en 1956 ainsi que Mgr Van Roey en 1957, mettent au point des directoires. Certaines innovations sont appuyées, d’autres exclues. D’un diocèse à l’autre, les initiatives individuelles des prêtres qui tentent certaines expériences dans leurs paroisses142 sont donc tantôt modérément encouragées, tantôt freinées. Il faut signaler en outre que, à deux reprises, en 1952 et 1958, le Saint-Office rappelle que les questions liturgiques sont de la seule compétence du Saint-Siège. Le mouvement liturgique demeure donc sous surveillance. Le cercle de ses promoteurs se limite à quelques personnalités, essentiellement des évêques (Mgr Theeuws, vicaire général de Malines, Mgr Himmer de Tournai, Mgr Charue de Namur, ...), des théologiens (le liturgiste C. Callewaert du Grand Séminaire de Bruges, le père Schillebeeckx, les abbés Charles Moeller et Joseph Coppens de l’UCL, le chanoine Croegaert du Grand Séminaire de Malines, ...), les bénédictins du Mont-César (F. Vandenbroucke, B. Cappelle, B. Botte, J. Kreps, ...) et de l’abbaye Saint-André à Bruges (Th. Martens, D. Mois, ...), les moines de Chevetogne (L. Beauduin, O. Rousseau, ...) et un certain nombre de prêtres de paroisses. La masse du clergé semble cependant en dehors du mouvement de réforme liturgique. Il en est probablement de même de la plupart des laïcs. Certains d’entre eux soutiennent cependant activement le mouvement.

  • 143 « À la recherche de la messe vivante », dans La Revue Nouvelle, 12e année, t. XXIV, n° 12, 15 déc. (...)
  • 144 F. Vandenbroucke, « Espoirs liturgiques des fidèles et Concile Gcuménique », dans Les questions lit (...)
  • 145 O. Rousseau, « Renouveau liturgique. Rechristianisation et œcuménisme », dans La Revue Nouvelle, 18(...)

74Ainsi, en 1956, La Revue Nouvelle publie les résultats d’une enquête qu’elle a réalisée auprès de ses lecteurs143. Elle identifie les principaux obstacles : l’usage de la langue latine, la distribution de la communion hors de la célébration de la Cène, l’éloignement de l’autel et la position du prêtre dos aux fidèles, le recours à des gestes dont la signification est méconnue de la plupart, l’individualisme du clergé et des fidèles, l’ignorance des chrétiens en matière de foi et notamment au point de vue des connaissances bibliques. En 1959, la revue liturgique de l’abbaye du Mont-César, Les questions liturgiques et paroissiales, appelle de ses vœux une réforme des livres et des gestes liturgiques. « Les rites comportent un ensemble de moyens d’expression où figurent la Parole de Dieu elle-même, des textes de composition ecclésiastique, et finalement les gestes sacramentels proprement dits. Le tout [...] devrait redevenir pleinement expressif, pleinement significatif pour le peuple chrétien, ou plutôt pour tel peuple chrétien, pour telle communauté chrétienne »144. Le souhait essentiel porte sur l’usage des langues vulgaires sans lequel la liturgie demeurera imperméable à la plupart des fidèles. La revue demande également que soit reconnue la possibilité pour les Églises locales d’adapter les règles liturgiques et fait part de son désir que soit restauré le diaconat permanent. À la veille de l’ouverture du Concile, dom O. Rousseau rappelle l’essentiel de ces revendications et y ajoute la mise au point de rituels dialogués, la participation des laïcs à la prière, la concélébration et la communion sous les deux espèces145.

75Les recherches liturgiques rencontrent celles nourries par deux autres mouvements : le mouvement biblique et le mouvement œcuménique.

  • 146 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. I : Le renouveau biblique », dans La (...)
  • 147 Voir R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. I : Le renouveau biblique », op. (...)
  • 148 Idem, « Les grandes tendances théologiques entre les deux guerres », dans Collectanea Mechliniensia(...)
  • 149 Idem, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H (...)

76La liturgie de la Parole constitue un moment fort de la célébration dominicale. Au-delà de son rôle dans la liturgie, la lecture de la Bible est de plus en plus considérée comme une démarche essentielle dans la vie de tout chrétien. Les mouvements d’Action catholique, et particulièrement la JOC, semblent avoir largement contribué à cette redécouverte. Des groupes de méditation de l’Écriture146, et des Semaines bibliques, comme celle de Beauraing en 1949, voient le jour. À Mons, le Centre Biblique et liturgique, assure, à partir de 1957, l’édition d’une revue, Feu Nouveau. En 1952, l’abbaye de Maredsous fait paraître sa traduction de la Bible. L’année suivante, elle entame la publication, sous la direction de dom Célestin Charlier, d’une revue au titre évocateur : Bible et vie chrétienne. Les collections de travaux exégétiques de vulgarisation se multiplient. L’exégèse scientifique est d’ailleurs en plein renouveau147. Pendant l’entre-deux-guerres, la recherche demeure sous le choc du modernisme et des interdits de Rome. En 1943, Pie XII publie l’encyclique Divino afflante Spiritu qui, tout en blâmant certains excès, reconnaît la légitimité du recours aux méthodes historico-critiques en exégèse. Il permet ainsi aux recherches de reprendre. L’identification des différents genres littéraires, des auteurs et des dates de composition des Évangiles ainsi que l’étude des premières communautés chrétiennes où ils ont vu le jour, mobilisent les exégètes. À l’Université catholique de Louvain, Mgr Lucien Cerfaux se distingue par ses travaux inspirés de la Formgeschichte. Dès 1942, il publie le fruit de ses travaux sur La théologie de l’Église suivant saint Paul. En 1950, il fait paraître un second ouvrage sur Le Christ dans la théologie de saint Paul. Ces recherches font également une place à l’étude de la portée doctrinale et proprement théologique des épîtres pauliniennes. Si l’exégèse se saisit désormais des méthodes historico-critiques, elle tend en effet de plus en plus à dépasser la simple analyse historique et philologique, à laquelle se cantonnaient la plupart des recherches durant l’entre-deux-guerres, et à embrasser la portée religieuse des écrits scripturaires148. Le père dominicain Braun, dom Hilaire Duesberg et surtout le père jésuite Jean Levie mènent des recherches dans le même esprit149. À partir des années 40, les Journées Bibliques de Louvain rassemblent chaque année bon nombre d’exégètes.

  • 150 Sur l’œcuménisme en général, voir É. Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne aux XIXe-XXe (...)
  • 151 É. Beauduin, « Où en est l’œcuménisme en Belgique ? », dans Pages documentaires, t. VII, 1961, p. 3 (...)

77Le renouveau liturgique et l’intérêt croissant pour la méditation et l’étude de la Bible sont évidemment porteurs de nombreux enjeux au point de vue du dialogue entre les Églises séparées150. La personne de dom Lambert Beauduin symbolise une partie de ses convergences. Initiateur du nouveau mouvement liturgique au début du siècle, il est également le fondateur, en 1925, du monastère oecuménique d’Amay (Liège) qui s’installe en 1939 à Chevetogne (Namur) et qui rassemble des moines de rite latin et de rite byzantin. Le monastère de l’Union constitue aussi un centre d’études et de rencontres voué à la réunion des Églises. Il édite une revue, Irénikon (1926-), et de nombreux travaux théologiques. À partir de 1942, dom Clément Lialine et l’abbé Charles Moeller prennent l’initiative d’y réunir tous les ans des chrétiens de toutes les confessions. C’est le début des colloques oecuméniques de Chevetogne. Les participants à la première rencontre sont au nombre de cinq : les abbés Charles Moeller, Roger Aubert et Gustave Thils ; dom Clément Lialine et dom Olivier Rousseau151. Les principaux thèmes étudiés d’année en année concernent la liturgie, l’exégèse et l’ecclésiologie.

  • 152 Voir A. Verdoodt, Les colloques œcuméniques de Chevetogne (1942-1983) et la réception par l’Église (...)

78Ce dernier domaine constitue en effet une pierre d’achoppement entre chrétiens. En cause, l’insistance du concile Vatican I sur la primauté du pape. Les rencontres de Chevetogne ouvriront la voie à une redécouverte de la collégialité du pouvoir épiscopal et à la définition de l’Église comme peuple de Dieu152.

  • 153 Sur l’évolution de l’ecclésiologie avant et après la Seconde Guerre, voir R. Aubert, « La théologie (...)

79Depuis l’entre-deux-guerres, l’ecclésiologie connaît en effet un réel renouveau. L’Église est de moins en moins vue sous son aspect hiérarchique et juridique et de plus en plus dans sa dimension religieuse et proprement théologique. La théologie du Corps Mystique contribue à ce renouvellement. Elle est approuvée par Pie XII dans son encyclique Mystici Corporis Christi de 1943 et suscite encore de nombreuses recherches après la guerre. En 1944, le père Émile Mersch s.j. publie un ouvrage sur La théologie du Corps Mystique. Les théologiens échafaudent aussi peu à peu une théologie de l’épiscopat qui donne à l’évêque une responsabilité plus importante dans le gouvernement de l’Église locale et universelle153. L’importance de l’ecclésiologie dans la perspective œcuménique apparaît clairement à la lecture de l’ouvrage que Gustave Thils consacre en 1955 à l’Histoire doctrinale du mouvement œcuménique.

  • 154 Voir R. Aubert, « Le grand tournant de la Faculté de théologie de Louvain à la veille de 1900 », da (...)
  • 155 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique et pat (...)

80L’œcuménisme se nourrit enfin des recherches patristiques et des travaux en histoire du dogme. Depuis la fin du XIXe et le début du XXe siècle, la Faculté de théologie de Louvain s’est illustrée par de nombreuses recherches de théologie positive, particulièrement dans le domaine historique et patristique154. Ces travaux se poursuivent durant tout l’entre-deux-guerres et se multiplient après 1945, notamment grâce aux recherches que Mgr Joseph Lebon, le chanoine René Draguet et l’abbé Édouard Tobac mènent en patrologie et en histoire du dogme. Ces recherches tentent de dépasser la stricte perspective historique et de prendre en compte la signification théologique des écrits des pères, particulièrement des pères grecs155. Elles contribuent ainsi progressivement à une meilleure connaissance, dans les milieux catholiques, de la théologie et de la spiritualité orthodoxes et constituent des facteurs de rapprochement importants entre les deux Églises.

81Ces différents mouvements liturgique, biblique, œcuménique et les travaux exégétiques, ecclésiologiques, patristiques et historiques qu’ils stimulent et dont ils se nourrissent, sont essentiellement orientés vers une réforme et une adaptation internes de l’Église. La question des modalités de la présence de l’Église et de la foi dans le monde n’est pas l’objet premier de leurs recherches. Sans doute, la prise de conscience de l’état de déchristianisation avancé de la société globale contribue-t-elle à aiguiser l’urgence de ressourcer la vie chrétienne par une liturgie adaptée et par une meilleure connaissance des sources de la foi, particulièrement la Bible. Il faut cependant remarquer que les mouvements liturgique, biblique et œcuménique prolongent des recherches entamées avant la Seconde Guerre mondiale. Le désir d’une réunion des Églises chrétiennes séparées en constitue en outre un ressort essentiel. Si le choc de France, pays de mission ? stimule les recherches liturgiques et bibliques, c’est donc essentiellement dans la perspective de "reprofiler" l’Église et sa vie de foi par rapport à une société qui les malmène. Le mode d’appréhension par cette Église et cette foi du monde contemporain n’est pas concerné par ces recherches. D’autres courants théologiques et d’autres milieux s’y sont attelés.

Foi et monde contemporain

  • 156 R. Riche, Catholicisme et socialisme, Liège, Paris, 1932. Cet ouvrage était encore utilisé durant l (...)

82Durant l’entre-deux-guerres, l’attitude des milieux théologiques face aux nouvelles sciences humaines comme la sociologie, la psychologie ou la psychanalyse ainsi que par rapport aux idéologies athées, particulièrement le marxisme et le socialisme, demeure empreinte d’un esprit apologétique et marquée par une volonté de défense, qui se traduit par un rejet sans nuance. Des travaux, comme ceux de l’abbé Richard Riche sur le socialisme ou du père Jean Levie sur l’incroyance156, témoignent de la persistance de cet esprit après la guerre. Durant les années 40-50, plusieurs théologiens de l’Université catholique de Louvain entreprennent de confronter, dans un esprit plus ouvert, la foi avec les sciences et les idéologies contemporaines.

  • 157 R. Aubert, « La faculté de théologie de Louvain du XVe siècle à Vatican II », dans M. Caudron (éd.) (...)
  • 158 Ch. Moeller, Littérature du XXe siècle et christianisme, t. I : Silence de Dieu, 4e éd., Paris-Tour (...)

83Pendant près de vingt ans, le chanoine Charles Moeller anime à l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses à Louvain une série de conférences sur le thème "Littérature du XXe siècle et christianisme"157. Il s’efforce de faire dialoguer la foi et la littérature contemporaine dans un esprit tout à la fois confiant dans la vitalité du christianisme et conscient de sa situation minoritaire dans le monde présent : « S’il n’y a presque plus de chrétienté, en revanche, il y a des chrétiens. Des chrétiens d’élite qui préparent l’avenir dans le secret [...] [et] qui ont une vie spirituelle infiniment plus exigeante que celle de nos pères dans la foi (je parle de ceux du XIXe siècle) [...]. Autant, sur le plan des ensembles sociaux, l’apostasie est planétaire, autant sur le plan des élites, la foi est vivante. [...] J’ai quitté les rivages des auteurs anciens, pour me risquer au dialogue avec les enfants de mon siècle. Puissé-je, en faisant ce détour, rejoindre l’ancienne et toujours nouvelle vérité de Dieu [...], parce que ce n’est pas l’homme qui sauve l’homme, mais Dieu lui-même en Jésus-Christ »158.

  • 159 A. Dondeyne, Foi chrétienne et pensée contemporaine. Les problèmes philosophiques soulevés dans l’e (...)
  • 160 Idem, Geloofen wereld, Anvers, 1961 ; La foi écoute le monde, Paris, 1964.
  • 161 Idem, Foi chrétienne et pensée contemporaine..., p. V.
  • 162 Idem, La foi écoute le monde..., p. 318.

84C’est dans le même esprit d’ouverture que le chanoine Grégoire de la Faculté de théologie, consacre un cours à l’analyse critique du marxisme. Mais l’intérêt pour les philosophies contemporaines déborde le marxisme. Avant la Seconde Guerre mondiale, Léo Van Breda avait déjà accueilli les archives Husserl. Après la guerre, l’Université recueille les archives de Blondel. Le personnalisme trouve également plusieurs esprits ouverts à Louvain. Enfin, au lendemain de l’encyclique Humani generis publiée par Pie XII en 1950, le chanoine Albert Dondeyne fait paraître un commentaire au titre évocateur : Foi chrétienne et pensée contemporaine159. Il s’efforce d’y limiter la portée du texte de Pie XII, foncièrement méfiant face aux recherches philosophiques et scientifiques contemporaines. Une dizaine d’années plus tard, le chanoine Dondeyne publie La foi écoute le monde160. « Confronter la foi chrétienne et la pensée contemporaine, c’est en réalité s’engager dans un dialogue. Tout dialogue est un commun effort de plusieurs aux fins de mieux se comprendre et, finalement, de s’enrichir l’un l’autre. Mais se comprendre l’un l’autre, c’est d’abord apprendre l’un de l’autre, et apprendre c’est se montrer accueillant et ouvert. Rien n’est plus dangereux pour l’esprit humain que de croire qu’on a tout compris et qu’on n’a plus rien à apprendre de personne [...] Être ouvert aux problèmes posés par la pensée moderne est, pour le chrétien, le seul moyen, non seulement de comprendre son temps, mais aussi d’approfondir sa foi et de l’orienter vers un apostolat efficace »161. Et de s’interroger en conclusion : « Autre chose est la chrétienté, autre chose le christianisme comme message. Aussi pouvons-nous nous demander si le message chrétien a encore des chances : a-t-il quelque chose à dire et à apporter qui soit encore d’actualité pour le monde et, d’autre part, le monde de demain lui offrira-t-il l’espace dont il a besoin pour accomplir sa mission ? »162

85Dernières nées des sciences humaines, la sociologie et la psychanalyse sont également l’objet, malgré leurs origines positivistes, d’une étude attentive à Louvain. On se rappellera le rôle essentiel joué par le chanoine Jacques Leclercq dans le développement de la sociologie et particulièrement de la sociologie religieuse en Belgique. Les professeurs Étienne De Greef et Joseph Nuttin entreprennent un travail d’analyse critique des apports de la psychanalyse. Au lendemain du Concile, l’abbé Antoine Vergote prolongera leurs recherches dans le domaine de la psychologie religieuse.

  • 163 C’est l’expression qui a été choisie par J. Remy, L. Voyé et A. Tihon, « L’Église catholique et la (...)

86L’Université catholique de Louvain apparaît ainsi comme le centre de nombreuses recherches qui tentent d’engager un dialogue authentique avec les grands courants de la pensée contemporaine. La « transaction avec la modernité »163 s’opère également dans une autre direction. Elle vise à intégrer partiellement dans la réflexion théologique elle-même certains concepts et certains acquis des sciences humaines et de la philosophie contemporaine. Ces recherches concernent surtout la théologie morale.

  • 164 Voir le bilan dressé par G. Thils, Tendances actuelles en théologie morale, Gembloux, 1940.
  • 165 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. IV : Face à l’existentialisme et à l’ (...)
  • 166 Ibid., p. 436.
  • 167 Ibid., p. 467.

87Les premiers efforts pour dégager la théologie morale de la casuistique post-tridentine remontent à l’entre-deux-guerres164. Les travaux se multiplient au lendemain de la guerre. L’ouverture plus grande par rapport à la sociologie et la psychologie permet d’entendre les interpellations que l’une et l’autre adressent aux théologiens au point de vue des conditionnements qui affectent la liberté de l’homme. Le personnalisme et l’existentialisme se conjuguent et incitent les théologiens à renouveler l’anthropologie chrétienne en prenant davantage en compte l’historicité et la liberté fondamentale de l’homme165. Ce renouvellement des perspectives ne va pas sans une certaine prise de distance avec l’héritage thomiste, réaffirmé avec force par Léon XIII à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, et dont l’omniprésence durant toute l’entre-deux-guerres semble avoir contribué à creuser le fossé entre une théologie de type "essentialiste" et la pensée philosophique contemporaine en rupture avec les catégories de "nature" et d’"essence"166. À Louvain, le personnalisme recueille un écho favorable chez plusieurs théologiens, particulièrement les abbés Louis Janssens et Jacques Leclercq. L’influence du personnalisme est sensible dans le titre de la thèse de maîtrise en théologie publiée en 1939 par Louis Janssens : Personne et société. Théories actuelles et essai doctrinal. Ses recherches s’étendront également aux questions de morale conjugale. Parmi les travaux du chanoine Jacques Leclercq, on peut pointer La conscience du chrétien (1947), Changements de perspective en morale conjugale (1950) et L’enseignement de la morale chrétienne (1950) qui portent la marque des préoccupations personnalistes et existentialistes. Ce dernier ouvrage est condamné par Rome167. Les travaux de Mgr Philippe Delhaye et du chanoine Paul Anciaux poursuivent dans la même voie. Ce dernier investit également le terrain de la théologie sacramentaire.

  • 168 Dix ans de réflexion (1950-1960). Introduction aux problèmes politiques et sociaux de notre temps, (...)

88Ces recherches en théologie morale nourrissent également les travaux dans le domaine de la doctrine sociale de l’Église. Le dominicain Constant Van Gestel lui consacre plusieurs travaux. Il publie ainsi, respectivement en 1950 et 1952, une Introduction à l’enseignement social de l’Église et un ouvrage sur La doctrine sociale de l’Église qui connaîtront de nombreuses rééditions. D’autre part, dans le cadre de l’École des Sciences Politiques de l’Université catholique de Louvain, Jacques Leclercq crée, en 1951, une Société d’Études Politiques et Sociales dont le projet est de « développer un esprit chrétien qui fasse écho aux encycliques [...] [et] qui réagisse chrétiennement devant les situations de notre temps et de notre pays »168.

  • 169 A. Dondeyne, Foi chrétienne et pensée contemporaine..., op. cit.

89Les interpellations lancées par le personnalisme et l’existentialisme touchent aussi la théologie dogmatique qui s’interroge désormais davantage sur la signification de la foi et de l’engagement chrétiens. Ici encore, le commentaire que le chanoine Dondeyne consacre en 1951 à l’encyclique Humani generis169 apparaît novateur en de nombreux points.

90La philosophie contemporaine avec laquelle quelques théologiens entreprennent de dialoguer et dont certains concepts sont même progressivement intégrés dans la pensée religieuse elle-même, stimule enfin le développement de recherches nouvelles. La Faculté de théologie de Louvain se trouve ainsi impliquée dans l’élaboration progressive d’une théologie des réalités terrestres, d’une théologie de l’histoire et d’une théologie du laïcat dont le concile Vatican II allait reprendre plusieurs intuitions.

  • 170 R. Aubert, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht(...)

91Depuis l’entre-deux-guerres, la question de la valeur de la vie humaine, stricto sensu, par rapport à la vie de foi et à la destinée eschatologique, travaille les milieux théologiques. Dès les années 30, des théologiens tentent de sortir du schéma de concurrence établi entre l’homme et Dieu et où la pensée chrétienne s’est partiellement enferrée, notamment suite au développement, dans le courant du XIXe et dans les premières décennies du XXe siècle, d’un athéisme militant170.

  • 171 Ibid., p. 473.
  • 172 Ibid., p. 474.
  • 173 Ch. Moeller, Humanisme et Sainteté. Témoignages de la littérature occidentale, Tournai-Paris, 1946.
  • 174 G. Thils, Théologie des réalités terrestres, 1.1 : Préludes, Bruges-Paris, 1946 ; t. Il : Théologie (...)
  • 175 R. Aubert, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle... », dans R. Vandergu (...)
  • 176 R. aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. III : Ouverture au monde moderne : un (...)
  • 177 J. Comblin, Échec de l’Action Catholique ?, Paris, 1961, p. 9.

92L’importance décisive accordée à l’existence dans la pensée contemporaine, toute transcendance étant exclue, mène ainsi au développement d’une théologie de l’histoire et d’une théologie des réalités terrestres qui s’interrogent sur « le sens que peut avoir, par rapport au salut religieux de l’humanité, l’effort humain profane »171. Elles posent ainsi la question centrale de l’humanisme chrétien : « Quelle est la valeur de l’engagement du chrétien au service des valeurs profanes : art, science ou progrès social ? Les efforts déployés en vue d’un meilleur aménagement du monde d’ici-bas ne constituent-ils qu’un « simple divertissement” ou une simple occasion de gagner des mérites, ou bien ont-ils une valeur de préparation positive par rapport au Royaume qui n’est pas de ce monde ? »172 Les travaux de Charles Moeller sur l’humanisme et la sainteté173 et ceux de Gustave Thils sur la théologie des réalités terrestres et la théologie de l’histoire174, publiés entre 1946 et 1949, constituent des moments forts dans cette réflexion. Ils reposent la question fondamentale, et à laquelle le christianisme n’a cessé de s’affronter, de l’articulation du religieux et du profane, de la foi et du politique, de l’Église et de l’État. Le processus de sécularisation en cours depuis la fin du XVIIIe siècle plaide pour une autonomie marquée des deux sphères. Si le chrétien semble devoir accepter cette autonomie, il ne peut se résoudre à la réduction de la religion à une "affaire privée" . La question de l’articulation du politique et du religieux pose celle de la part de liberté dont le laïc jouit dans le champ profane. Cette question est l’objet de la théologie du laïcat. Dès 1952, soit un an avant les Jalons pour une théologie du laïcat du R.P. Congar, Mgr Gérard Philips publie son fameux ouvrage consacré à De leek in de Kerk. La théologie du laïcat explore également les voies d’une présence chrétienne dans un monde sécularisé. Prenant acte de la disparition de la chrétienté, elle tente de discerner le profil de l’apostolat du laïc dans le monde moderne175 : « Doit-on déterminer les formes d’organisation temporelle à promouvoir à partir d’enseignements précis de l’Église ou en se basant uniquement sur les exigences de la raison et du droit naturel qui sont communes aux chrétiens et aux non-croyants dont ils partagent la vie ? Ou encore : doit-on pour rechristianiser les milieux de vie, constituer des groupements formellement catholiques – syndicats, écoles, hôpitaux, etc. – ou bien chercher, au contraire, à se mêler le plus possible aux autres en tâchant d’agir "comme le levain dans la pâte"? »176 C’est également le constat qu’« il n’y a pas encore de doctrine complète de l’apostolat des laïcs »177 qui nourrit la recherche que l’abbé Joseph Comblin entreprend dans son fameux ouvrage, Échec de l’Action Catholique, et dont le titre masque tout l’effort que l’auteur déploie pour, au-delà du constat des limites de l’apostolat traditionnel, contribuer à l’élaboration d’une authentique théologie du laïcat.

  • 178 Pour un état des problèmes et des pistes de recherche concernant l’histoire de l’apostolat des laïc (...)

93Cette réflexion mène ainsi à une redécouverte du rôle essentiel du laïc dans le monde mais aussi dans l’Église. Elle nourrit dès lors les recherches liturgiques et ecclésiologiques en cours au même moment. Elle rejoint également les efforts de formation, de rénovation et d’organisation de l’apostolat des laïcs qui travaillent l’Église de Belgique depuis la Libération178.

  • 179 Voir R. Goldie, « L’avant-Concile des "Christifideles laici"», dans Revue d’histoire ecclésiastique(...)
  • 180 R. Aubert, 150 ans de vie des Églises, Bruxelles, 1980, p. 65.

94En 1942, Lucien Cerfaux et Albert Dondeyne créent à Louvain l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses. Sa vocation est de procurer, aux étudiants fréquentant les facultés profanes, une formation religieuse à la hauteur des défis du temps. La diminution des effectifs des mouvements d’Action catholique va également de pair avec le développement de nouvelles formes d’apostolat des laïcs, particulièrement les équipes de foyers, dont les Équipes Notre-Dame créées en 1938 en France et qui gagnent la Belgique après la guerre. Fondée en 1921, la Légion de Marie connaît aussi un réel essor après la Libération. Elle bénéficie du soutien de Mgr Suenens, évêque auxiliaire du diocèse de Malines et primat de Belgique à partir de 1961. En 1951 et 1957, l’Église réunit à Rome deux Congrès mondiaux de l’Apostolat des Laïcs179. La promotion du laïcat fait désormais partie intégrante de ses préoccupations. En 1956, les évêques belges installent un Conseil général des Guvres d’Apostolat qui coordonne l’activité des différentes organisations de laïcs180.

  • 181 Voir la synthèse de J. Van Der Putten, Les Compagnons de Saint-François. Origine et croissance d’un (...)
  • 182 Ibid., p. 88.

95Plus autonomes par rapport à la hiérarchie, les Compagnons de Saint-François, nés en France en 1927 à l’initiative de Joseph Folliet, ont essaimé en Belgique à partir de 1933181. Nourris de la spiritualité de Saint-François d’Assise, ces compagnons forment des "bandes" composées de jeunes foyers. Ils organisent de nombreux pèlerinages qui sont autant d’occasions de méditation et de réflexion sur leur rôle de chrétien. Un rôle dont Jules Gérard-Libois dessine en 1946 les traits les plus saillants : « action missionnaire pour reconstruire un monde libre [...], retour aux sources [...], formation religieuse et spirituelle plus poussée [...], vocation de paix [...], amitié [...] »182.

  • 183 Voir F. Clément, Les Feuilles Familiales (1938-1986). Un bilan, mémoire de licence en sciences reli (...)

96Une place particulière doit être réservée à l’itinéraire des Feuilles Familiales 183. Fondée par Fernand Tonnet en 1938 sous la forme d’un bulletin s’adressant aux anciens jocistes, cette revue est relancée au lendemain de la guerre par Léon Soyeur, Gaston et Marie-Françoise Falisse et l’abbé Pierre de Locht. Elle prend alors ses distances avec la JOC et se rapproche du Mouvement Populaire des Familles. Les Feuilles Familiales se ménagent également une large autonomie par rapport à la hiérarchie. De 4025 abonnés en 1945, elles passent à 17 200 en 1958. À côté de la revue, les promoteurs des Feuilles Familiales publient des Notes de Pastorale Familiale pour le clergé, une revue pour les jeunes, Demain, qui rassemblent 4000 abonnés dès 1958, et des ouvrages sur les questions de morale conjugale et de pastorale familiale. Ils mettent également sur pied une bibliothèque, un centre de consultations conjugales, un service de préparation au mariage, des conférences, des retraites, ... En 1958, l’abbé Pierre de Locht est nommé directeur du Centre National de Pastorale Familiale créé alors par les évêques.

97À côté de ces mouvements de laïcs, plus ou moins étroitement intégrés dans les structures ecclésiales, le catholicisme préconciliaire belge comporte plusieurs groupements de laïcs qui, tout en affichant nettement leur identité chrétienne – ou du moins la possibilité pour les chrétiens d’y vivre leur foi quand ils intègrent des incroyants –, se ménagent une large marge d’autonomie par rapport à la hiérarchie et ses orientations. Leur rôle n’en est pas moins essentiel dans la fermentation qui travaille l’Église de Belgique. Cette volonté d’indépendance se marque notamment par la présence, souvent majoritaire, de laïcs. Peu nombreux, les quelques ecclésiastiques qui en font partie n’assurent pas la direction. Celle-ci est d’ailleurs exercée de manière très démocratique et une grande liberté d’opinion et d’expression est laissée à chacun. Partisans des mouvements de rénovation interne de l’Église dans le domaine liturgique, biblique, œcuménique..., ils dirigent cependant l’essentiel de leur attention vers le champ socio-politique. Leur volonté de transformer la société dans le sens d’une démocratie politique, économique et sociale, se double d’une réflexion sur les modalités d’une présence chrétienne dans le monde profane et sécularisé de l’après-guerre. Leur projet rejoint ainsi les recherches engagées par la théologie des réalités terrestres, de l’histoire et du laïcat. Il s’en nourrit et contribue à en vulgariser les acquis essentiels.

98Certains de ces groupes, comme l’équipe de La Cité Nouvelle ou de Forces Nouvelles ainsi que le périodique La Revue Nouvelle et le groupe de La Relève, sont actifs dès le lendemain de la guerre. Si les deux premiers ne survivent pas à l’échec électoral de l’UDB, La Revue Nouvelle et La Relève résistent au retour des anciens clivages confessionnels consécutif aux remous occasionnés par la répression de la collaboration et surtout à l’affaire royale et à la guerre scolaire. Contrairement à La Revue Nouvelle qui semble demeurer fidèle, durant toutes les années 50, à ses options primitives, La Relève infléchit sa stratégie. Déçue par le gouvernement socialiste – social-chrétien Spaak III, elle tait progressivement ses critiques à l’adresse du PSC-CVP, à qui elle reprochait jusqu’alors l’absence de déconfessionnalisation réelle. L’attitude anticléricale des socialistes et des libéraux contraint à ses yeux tous les catholiques à se rassembler au sein du PSC-CVP. Elle établit ainsi une distinction entre la thèse et l’hypothèse : la création d’un grand parti progressiste et déconfessionnalisé dont la Belgique semble avoir tellement besoin, et la stratégie d’union des catholiques à laquelle l’anticléricalisme renaissant oblige à se résoudre mais qui rappelle par trop la logique de "pilier" catholique dont La Relève ne peut pourtant se satisfaire. Par contre, à partir des derniers mois de 1958, La Relève renoue avec sa stratégie primitive, proche, dans son inspiration fondamentale, de celle de l’UDB, en particulier le rejet de toute forme de ghetto chrétien et l’appel à un engagement des croyants dans une société profane dont il n’est pas question de contester le pluralisme.

  • 184 Sur ces différents éléments qui se conjuguent et contribuent à la pacification confessionnelle, voi (...)

99À la fin des années 50 et au début des années 60, le climat confessionnel semble en effet se détendre. En 1958, les partis politiques s’accordent pour signer le Pacte scolaire. Le PSC-CVP cesse ainsi d’être le lieu obligé de rassemblement des chrétiens. Un des impératifs essentiels qui assurait la stabilité de l’édifice des institutions catholiques belges disparaît. Signe de cette évolution, l’intervention publique du cardinal Van Roey, le 23 décembre 1960, interdisant aux croyants de soutenir la grève déclenchée contre la "loi unique", suscite de vives réactions dans les rangs du syndicalisme chrétien. Les mentalités se transforment et la nécessité absolue d’un "pilier"chrétien semble moins évidente. L’évolution de la pensée religieuse et le constat du recul de la pratique et des vocations contribuent à cette lente prise de conscience, impensable encore au lendemain de la guerre. En 1958, le pape Pie XII s’éteint. En 1961, Mgr Suenens remplace Mgr Van Roey comme primat de Belgique. Le climat de l’Église universelle et de l’Église belge se renouvelle. Du côté socialiste, une nouvelle génération de cadres, moins influencée par les antagonismes de l’entre-deux-guerres, apparaît. Le début des années 60 est enfin marqué par la montée des antagonismes communautaires qui traversent les partis et contribuent ainsi à mettre au second plan l’opposition confessionnelle184.

  • 185 R. Aubert, « La Revue Nouvelle et l’"aggiornamento" dans l’Église », dans La Revue Nouvelle, t. L, (...)
  • 186 O. Cheron, « Dieu dans "La Revue Nouvelle". Étude du domaine religieux » dans « La Revue Nouvelle » (...)
  • 187 P. Sauvage, « La Cité Chrétienne » (1926-1940). Une revue autour de Jacques Leclercq, Bruxelles-Par (...)

100Dès 1945, La Revue Nouvelle se fait l’écho, avec discernement et un sens aigu de la modération, de tous les courants nouveaux qui travaillent le catholicisme belge. « [En] faisant le tri entre la balle et le bon grain dans le bouillonnement des publications françaises, [elle sut] présenter avec nuances à un vaste public de lecteurs un certain nombre d’idées et de réalisations qui deviendront banales sous Jean XXIII mais qui bousculaient alors bien des conformismes et des habitudes passés chez beaucoup à l’état de principes »185. Les premières recherches de sociologie religieuse et la nécessité d’un renouveau de l’apostolat paroissial, l’adaptation de la liturgie et l’œcuménisme, le dialogue avec le socialisme et le marxisme, le rôle et la place du laïc chrétien dans la société profane et dans l’Église, l’avenir des missions et les recherches nouvelles en matière d’ecclésiologie, de morale, de théologie des réalités terrestres, ... trouvent donc dans La Revue Nouvelle un réceptacle et un amplificateur de qualité186. Elle défend ainsi des orientations dont elle résumera les principaux accents à l’annonce de l’ouverture du Concile. « [Héritière de La Cité Chrétienne de Jacques Leclercq], La Revue Nouvelle cristallise tous les efforts [...] d’une jeune génération de chrétiens de l’entre-deux-guerres. Parvenus à l’âge adulte, ils entreprennent une œuvre, instruits des expériences qu’ils ont vécues durant leur jeunesse. La "cité chrétienne" à la construction de laquelle ils avaient consacré leurs forces et leurs talents s’est révélée bien fragile. [...] Ils sont toujours profondément convaincus que, par vocation, le chrétien doit agir sur la société, mais la guerre leur a révélé de manière éclatante ce que déjà peut-être ils pressentaient : la mission doit être vécue autrement qu’ils l’avaient d’abord pensé. Désormais le temps n’est plus de construire la "cité chrétienne"mais d’être simplement chrétien dans la cité des hommes »187.

  • 188 Voir D. Moury, Le groupe Esprit de Bruxelles (1945-1965), mémoire de licence en histoire, UCL, 1985 (...)
  • 189 J. Gérard-Libois, La genèse et la création du CRISP, dans CRISP. XXe anniversaire, 1958- 1978. Brux (...)

101Dès 1933, la revue française Esprit, animée par Emmanuel Mounier avait suscité la création, en Belgique, de groupes, à Bruxelles (1933), Louvain (1934), Liège (1935) et Verviers. Ils disparaissent dans la tourmente de mai 1940. En 1945, un groupe renaît à Bruxelles et à Louvain. Les années 50 sont marquées par un développement important des groupes Esprit, particulièrement celui de Bruxelles. D’autres groupes apparaissent à l’Université Libre de Bruxelles, à Liège, à Verviers, à Seraing, à Charleroi, à Mons et à La Louvière. Chacun de ces groupes organise des réunions. Les groupes Esprit de Belgique mettent également sur pied des congrès nationaux et éditent un Journal Intérieur. Certains publient un petit bulletin propre188. Alors que la guerre scolaire bat son plein et que le clivage confessionnel paraît se renforcer, ces groupes constituent un lieu de rencontre inédit entre des personnes issues du monde catholique et des socialistes, des marxistes, des incroyants, ... Se rencontrent ainsi : Jules Gérard-Libois, Hubert Dewez, Jean Ladrière, Pierre Verstraeten, Jean Van Lierde, André Zumkir, Yves de Wasseige, Georges Dobbeleer, François Perin, Marcel Liebman, Xavier Mabille, Ernest Glinne, Guy Spitaels, Camille Deguelle, Jean Godin, Georges Miedzanagora, Jacques Taminiaux, Robert Leloux, Lucien Lazare, Elie Baussart, ... les abbés Robert Van der Gucht, Paul Leburton, Louis Flagothier, ... Ils se réunissent autour de la volonté de dépasser les oppositions confessionnelles pour se rassembler autour d’un projet profane commun qui doit contribuer à l’édification d’une société personnaliste où chacun aura la liberté de vivre suivant ses conceptions philosophiques ou religieuses. Ils rejettent ainsi toutes les velléités de restauration d’une forme de chrétienté et condamnent la division de la société belge en deux "piliers"confessionnels. Ils plaident pour l’installation d’un État laïc qui assure aux croyants et aux incroyants une entière liberté de conscience. Les groupes Esprit poursuivent leurs activités jusqu’au début des années 60. Leur influence est difficile à mesurer. Leur activité est restée en effet très discrète, sinon souterraine. Les personnalités catholiques qui les ont fréquentés y ont trouvé toutefois un lieu de réflexion intense qui a incontestablement influencé leur conception de la foi et a rejailli sur les engagements auxquels ils ont été conduits. Le Centre de Recherche et d’information Socio-Politique (CRISP), fondé en 1959, est, pour l’essentiel, l’héritier de ces groupes Esprit189. Il prolonge, sous forme permanente et institutionnalisée un cycle d’études sur les "Pouvoirs réels" en Belgique que Jules Gérard-Libois avait mis sur pied en 1956-1957 au sein du groupe Esprit de Bruxelles. Plusieurs anciens de ce groupe, dont Jules Gérard-Libois, Jean Van Lierde et Xavier Mabille comptent parmi les animateurs du CRISP. Celui-ci constitue un observatoire original de la scène socio-politique belge puisqu’il rassemble des analystes issus des mondes chrétien et socialiste. En ce sens, il assume une part de ce qui faisait l’originalité des groupes Esprit de Belgique.

  • 190 V. Riez, Pour une Église en marche : "Témoignage Chrétien belge" (1948-1958), mémoire de licence en (...)

102Plusieurs catholiques actifs dans les groupes Esprit, dont, au premier chef Jules Gérard-Libois, mais aussi l’abbé Paul Leburton, Hubert Dewez ou Jean Van Lierde, se sont trouvés impliqués dans la diffusion en Belgique de l’hebdomadaire français, Témoignage chrétien, étoffé d’une page belge. Le comité de rédaction responsable de cette publication est composé de Jules Gérard-Libois, Hubert Dewez, du dominicain Paul Bourgy et du père Damien Reumont. Entre 1948 et 1958, l’édition belge de Témoignage Chrétien s’attache à rechercher les voies qui permettraient à l’Église catholique de combler le fossé qui la sépare du monde ouvrier et, au-delà, du monde moderne. Elle milite contre l’esprit de "ghetto"qui isole les chrétiens du reste de la société et pour une déconfessionnalisation de la vie politique. Elle incite les laïcs à s’émanciper de la tutelle du clergé et à opter pour une présence et un témoignage en plein monde. Comme Esprit ou La Revue Nouvelle, son engagement religieux est étroitement relié à un combat pour une société plus juste et plus démocratique où les chrétiens doivent s’engager de concert avec les non-croyants190.

  • 191 Problèmes de l’Église en marche, t. I : La christianisation du prolétariat. Session de Charleroi- 1 (...)

103En 1947 et en 1949, l’équipe belge de Témoignage Chrétien organise deux sessions consacrées aux "Problèmes de l’Église en marche ". La première étudie la question de la christianisation du prolétariat, la seconde les voies pour construire d’authentiques « Communautés humaines, communautés chrétiennes «191. S’y entrecroisent la question de l’apport de la sociologie religieuse, le renouveau des méthodes paroissiales, le mouvement liturgique, la théologie du laïcat et du sacerdoce ainsi que le ministère particulier des prêtres-ouvriers. Témoignage Chrétien soutient en effet très nettement les prêtres-ouvriers.

104La Relève, La Revue Nouvelle, les groupes Esprit et la page belge de Témoignage Chrétien constituent ainsi les pierres d’angle d’une sensibilité catholique ouverte, soucieuse à la fois d’une réforme de l’Église et de sa vie de foi, et d’une transformation du monde profane. L’engagement auquel ils appellent prétend rompre avec la nostalgie de la société chrétienne qui marque encore bon nombre de catholiques. Prenant acte de la sécularisation irrémédiable de la société, les velléités de conquête du monde moderne font place à la volonté d’assurer simplement, au cœur de ce monde, le témoignage de la foi. Cette volonté d’incarnation, ainsi que les idéaux de justice et de démocratie qui les animent, les amènent à rechercher les voies d’une collaboration avec les non-croyants, particulièrement les socialistes et les marxistes. Plusieurs s’engagent aussi dans des mouvements pacifistes. Une place particulière doit être faite au Mouvement Chrétien de la Paix fondé en 1952 par Pierre Houart et Jean Van Lierde et qui rassemble de nombreux catholiques impliqués dans les groupes Esprit, Témoignage Chrétien ou La Revue Nouvelle.

Le catholicisme préconciliaire belge : quel portrait ?

105L’observateur ne peut qu’être frappé par les multiples interactions qui existent entre les différents courants qui travaillent l’Église de Belgique durant la période préconciliaire. Le développement de la sociologie religieuse confirme le sentiment d’une Église en perte de vitesse et stimule l’effort d’adaptation des structures paroissiales et de rénovation liturgique. Plusieurs en appellent à un renouveau de la catéchèse. Les exégètes sont également interpellés et invités à approfondir leurs efforts de traduction en langue vivante et d’explication de la signification religieuse des Écritures. Les recherches en ce domaine se révèlent bien vite porteuses de nombreux enjeux au point de vue du dialogue œcuménique. Celui-ci profite également des travaux en ecclésiologie, en patristique et en histoire des dogmes. Le développement de la théologie du laïcat, des réalités terrestres et de l’histoire ainsi que l’intégration dans la théologie morale et dans la théologie dogmatique de certains acquis des sciences humaines et de la pensée contemporaine trouvent leur origine commune dans la prise de conscience de la valeur et du sens de l’existence humaine.

  • 192 R. Aubert, « Le catholicisme belge de 1830 à Vatican II », dans La Foi et le Temps, t. X, 1980, p.  (...)
  • 193 Voir J. Grootaers, « Leuven op het Concilie... », dans Onze Alma Mater, t. XIX, 1965, p. 80-107 ; C(...)

106La continuité est également frappante avec les vœux que des organes d’opinion comme la revue Évangéliser ou La Revue Nouvelle émettront à l’annonce de la réunion prochaine d’un Concile. La filiation avec nombre de positions adoptées par les pères conciliaires, dans les Constitutions Lumen gentium ou Gaudium et spes notamment, apparaît également clairement. De ce point de vue, le concile Vatican II apparaît bien comme le point d’arrivée de nombreux courants qui ont travaillé l’Église depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et, pour certains, depuis l’entre-deux-guerres. Ce bouillonnement qui allait se révéler fécond, a incité le professeur Roger Aubert à parler de la Belgique comme d’une terre "d’avant-garde"192. À côté d’initiatives indiscutablement novatrices, il faut relever aussi le sens du juste milieu et de la modération dans toute recherche ainsi que le rejet de toute entreprise trop hardie. L’influence de la squadra belga193 dans les débats conciliaires ne peut se comprendre sans ces deux facettes – innovation et tradition, jusque dans les recherches nouvelles – qui composent le visage du catholicisme belge à la veille du Concile.

107Le portrait de l’Église de Belgique qui vient d’être esquissé devrait être notablement peaufiné. L’historiographie manque encore des nombreuses monographies dont elle a besoin avant toute entreprise de synthèse.

  • 194 R. Aubert, « Les mouvements théologiques... », p. 141.
  • 195 Ibid., p. 142-143 ; J. Comblin, « La théologie catholique depuis la fin du pontificat de Pie XII », (...)

108Le panorama des principaux courants de l’Église préconciliaire devrait d’abord prendre place dans un continuum plus finement scandé. De 1945 à 1965, « depuis l’enthousiasme rénovateur des années 40 jusqu’à l’approbation massive des constitutions et décrets conciliaires par l’épiscopat universel groupé autour de Paul VI »194, le parcours n’est pas linéaire. On devrait en particulier s’interroger sur le contrecoup effectif de l’encyclique Hurnani generis de 1950, mais également des nombreuses décisions des autorités de l’Église contre tel ou tel théologien, et ce encore durant le pontificat de Jean XX111195. Il s’agirait également de mieux dessiner les filiations qui relient les différents courants de pensée et les différents mouvements préconciliaires avec l’entre-deux-guerres.

  • 196 A. Rubbens, « De Kerk in België (1940-1960) », dans Communio. Internationaal Katholiek Tijdschrift, (...)
  • 197 Voir supra et J. Van Houtte, De inispraktiik in de gentse agglomeratie..., op. cit.
  • 198 Voir notamment l’article de J. Grootaers, « Le renouveau liturgique en pays flamand », dans La Revu (...)
  • 199 « À propos de "colloques"travaillistes en Belgique », dans Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 37, 2 (...)

109À plusieurs reprises, des différences sont apparues entre l’évolution du catholicisme au nord et au sud du pays. La Flandre demeure globalement une zone de plus forte pratique religieuse. Les organisations catholiques flamandes résistent mieux à l’érosion. Plus fondamentalement, les mentalités demeurent, semble-t-il, davantage sous l’influence de l’Église et de la foi. La Flandre paraît mieux préservée face aux multiples questions que la sécularisation et l’industrialisation lancent à la religion196. Les recherches et les initiatives nouvelles émanent d’abord et surtout de la partie francophone. La situation économique et sociale de la Wallonie et l’influence de la France expliquent en partie cet état de chose. On évitera toutefois d’opposer sans nuance une Flandre catholique, attachée au maintien de la tradition, et une Wallonie largement déchristianisée et engagée dans un processus de réforme en profondeur. Les régions urbaines et industrielles de Flandre, comme Gand197, partagent de nombreux traits avec les agglomérations du sillon industriel wallon et la pratique y est bien faible par rapport aux taux élevés enregistrés dans les Ardennes, le Luxembourg et le sud-est de la province de Liège. De plus, les recherches nouvelles ne sont pas l’apanage des catholiques francophones. Il faut rappeler, entre autres, le rôle joué par les abbayes bénédictines de Saint-André-lez-Bruges et du Mont-César à Louvain ainsi que des Norbertins de Tongerloo et des moines d’Affligem au point de vue du renouveau liturgique198. L’Université catholique de Louvain, qui stimule de nombreuses recherches, constitue en fait un milieu bilingue. En Flandre aussi, des groupes de laïcs, rassemblés autour de revues comme ’t Westen, Universitas et De Maand, s’efforcent d’affronter les nouvelles questions liées à l’avènement d’une société pluraliste et sécularisée. Leur effort semble s’apparenter à celui de La Relève, de La Revue Nouvelle, de la page belge de Témoignage Chrétien ou des groupes Esprit. Si la tentative de l’UDB de former un parti travailliste a essentiellement touché les milieux démocrates chrétiens wallons, en 1956, Walter Van Boxelaer, membre flamand du Parti socialiste (PSB), crée un Groupe de percée pour un socialisme ouvert, une Communauté de Travail des Chrétiens dans le PSB et un Centre de Rapprochement socialiste et travailliste pour une civilisation du travail. Le premier rassemble « des socialistes voulant "aider leur parti à se garder du péril d’immobilisme qui découle de l’identification exclusive [...] du socialisme à telle attitude philosophique"; le deuxième s’adressant à des chrétiens, protestants et catholiques, affiliés au PSB ; le troisième tentant d’assurer une liaison entre les deux premiers et les éléments travaillistes non-membres du PSB ou des organisations socialistes »199. En 1958, ces différents groupes se rassemblent pour former un Centre d’Études Travaillistes. L’écho que cette initiative rencontre est très réduit dans les milieux socialistes, flamands comme francophones. Les responsables du PSB ignorent l’initiative. Quelques catholiques francophones, comme Jean Van Lierde ou Jacques Anneet, nouent des contacts avec Walter Van Boxelaer. L’entreprise échoue donc rapidement.

  • 200 B. Jehenson, « Axes et situation du renouveau paroissial. Colloque européen des paroisses. Lausanne (...)
  • 201 J. Pirotte, Images des vivants et des morts. La vision du monde propagée par l’imagerie de dévotion (...)
  • 202 On se reportera à l’exposé général de É. Fouilloux, « Mouvements théologico-spirituels et Concile ( (...)

110En focalisant l’analyse de la période préconciliaire sur son terme et l’aggiomamento auquel il a mené, le portrait de l’Église de Belgique qui vient d’être esquissé risque d’autre part de tronquer quelque peu la réalité en mettant l’accent sur les courants porteurs de changement. Aussi, il importe, en finale, de prendre conscience de la représentativité des différents courants qui animent le catholicisme belge et dont il vient d’être fait écho. Il est clair qu’ils ne mobilisent pas la majorité du clergé ni des laïcs. Si le renouveau liturgique et paroissial, par exemple, suscite quelques initiatives importantes, « la grande masse des paroisses font figure de réfractaires sinon de rétrogrades »200. Le même constat vaut sans doute pour les différents renouveaux qui animent l’Église. On a rappelé par ailleurs les multiples facettes qui rattachent encore le catholicisme belge à ce monde chrétien en réduction que la génération de croyants précédente s’était efforcée de maintenir. Il faudrait également mentionner la persistance des dévotions traditionnelles et de la piété populaire. L’imagerie religieuse reste fort répandue au moins jusqu’au concile Vatican II et continue à nourrir la foi de beaucoup de fidèles201. Les grands pèlerinages attirent toujours un grand nombre de chrétiens, particulièrement celui de Lourdes, mais aussi ceux de Banneux, reconnu par Mgr Kerkhofs dès 1942, et de Beauraing, reconnu par Mgr Charue l’année suivante. Par ailleurs, la dévotion mariale connaît un regain marqué202. En 1950, Pie XII proclame le dogme de l’Assomption. En commémoration du centenaire de la définition de l’Immaculée Conception, l’année 1954 est proclamée année mariale. La Légion de Marie participe évidemment à cette dévotion. Les cartes paraissent se brouiller quand des groupements, ouverts aux recherches nouvelles, recourent à des formes traditionnelles d’expression religieuse. Il en est ainsi, par exemple, des Compagnons de Saint-François qui font du pèlerinage leur activité principale. Aussi, l’historien évitera-t-il d’affubler trop vite les uns et les autres d’étiquettes comme celles de "progressisme" et de "conservatisme", à certains égards commodes mais qui finissent par masquer la complexité du passé et empêcher la mise au jour des motivations profondes des acteurs.

111Cette imagerie religieuse, ces pèlerinages mais également les multiples manifestations locales et régionales du culte des saints dessinent les contours d’une "religion populaire" dont les prêtres et les laïcs engagés dans les multiples courants de rénovation de l’Église ne peuvent se satisfaire tant elle leur paraît d’un autre âge mais qui fait tenir debout, réellement, tant d’hommes et de femmes. L’historien touche peut-être là à une des limites essentielles de son investigation : l’impossibilité de rejoindre le plus grand nombre, a fortiori quand il se met en tête de fouiller les âmes.

Notes

1 Cl. Soetens, « les "vota" des évêques belges en vue du Concile », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens (éd.), À la veille du Concile Vatican II. Vota et réactions en Europe et dans le catholicisme oriental, Leuven, 1992, p. 45.

2 G. Alberigo, « Critères herméneutiques pour une histoire de Vatican II », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens (éd.), À la veille du Concile Vatican II..., p. 21.

3 Voir la synthèse de M. Lamberigts, A The "vota antepraeparatoria" of the Faculties of Theology of Louvain and Lovanium (Zaïre) », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens (éd.), À la veille du Concile Vatican II..., p. 169-184.

4 P. Bourgy, « Que pense-t-on, qu’attend-on du Concile ? », dans R. Aubert, P. Bourgy, T. Dhanis (e.a.), Qu’attendons-nous du Concile : ?, Bruxelles-Paris, 1960, p. 54-71.

5 La revue Évangéliser consacre, entre mars 1959 et oct. 1962, une petite vingtaine d’articles au Concile.

6 P. Bourgy, « L’idéal de chrétienté », dans Évangéliser, 16e année, n° 96, mai-juin 1962, p. 590-593.

7 R. Goor, « La situation religieuse du monde ouvrier », dans Évangéliser, 17e année, n° 98, sept.-oct. 1962, p. 157-159.

8 B. Dreher, « Les laïcs et le Concile », dans Évangéliser, 16e année, n° 93, nov.-déc. 1961, p. 265.

9 On se référera au sous-titre de la revue : « Prêcher le Christ à notre temps ».

10 B. Häring, « Mariage mixte et Concile », dans Nouvelle Revue Théologique, 94e année,
t. LXXXIV, n° 7, juil.-août 1962, p. 702.

11 G. Dejaifve, « Concile œcuménique et catholicité de l’Église », dans Nouvelle Revue Théologique, 91e année, t. LXXX1, n° 9, nov. 1959, p. 921.

12 Jacques Leclercq (1891-1971), professeur de philosophie morale et de droit naturel aux Facultés Universitaires Saint-Louis puis à l’Université catholique de Louvain, animateur de La Cité Chrétienne et aumônier fondateur de la JUC en 1930. Sur J. Leclercq et La Cité Chrétienne, voir P. Sauvage, La Cité Chrétienne (1926-1940). Une revue autour de Jacques Leclercq, Bruxelles-Paris-Gembloux, 1987 et Idem, Jacques Leclercq, 1891-1971. Un arbre en plein vent, Paris-Louvain-la-Neuve, 1992.

13 Entre juil. 1959 et oct. 1962, La Revue Nouvelle consacre à la question du Concile une vingtaine d’articles, dont un numéro spécial : « Dans l’attente du Concile », dans La Revue Nouvelle, 15e année, t. XXX, n° 12, 15 déc. 1959, p. 481-567.

14 R. Aubert, « Qu’est-ce qu’un Concile ? », dans La Revue Nouvelle, 15e année, t. XXX, n° 12, 15 déc. 1959, p. 489-490.

15 J. Delfosse, « Les requêtes des fidèles et la pastorale », dans Ibid., p. 533.

16 Huit articles entre janv. 1961 et nov. 1962.

17 B. Rigaux, « Le Concile Vatican II », dans Revue Générale, 98e année, avril 1962, p. 119- 120.

18 Ibid., p. 120.

19 Cl. Soetens, « Les “vota"»..., p. 49.

20 Ibid., p. 50.

21 R. Aubert, « Église et société civile en Belgique au XXe siècle. Les enjeux ecclésiologiques », dans La Foi et le Temps, t. XVI, 1986, n° 4, p. 314. Voir aussi M. Claeys-Van Haegendoren, « L’Église et l’État au XXe siècle », dans Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 542-543, 3 déc. 1971, p. 4 et R. Van Der Gucht, « Appartenance confessionnelle et structuration de la vie sociale en Belgique », dans La Foi et le Temps, t. X, 1980, n° 2, p. 166-168.

22 Chiffres moyens pour la période 1967 à 1974. D’après Statistiques de base des doyennés et diocèses de la province ecclésiastique de Belgique, Bruxelles, 1974, p. XII.

23 F. Houtart, « Note sur l’évolution sociale et religieuse de l’archidiocèse de Malines », dans Collectanea Mechliniensia, t. XL11, 1957, p. 594.

24 L. Dingemans, « Le mouvement des vocations sacerdotales et religieuses en Belgique », dans Évangéliser, 15e année, n° 89, mars-avril 1961, p. 425.

25 F. Houtart, « Note sur l’évolution sociale et religieuse... », p. 592.

26 A. Tihon, « Les religieuses en Belgique du XVIIIe au XXe siècle. Approche statistique », dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine, t. VII, 1976, n° 1-2, p. 35.

27 Idem, « La vie religieuse », dans R. Lejeune et J. Stiennon (sous la dir. de), La Wallonie.
Le Pays et les Hommes. Lettres-arts-culture, t. IV [compléments] : de 1918 à nos jours, Bruxelles, 1981, p. 44.

28 Idem, « La Belgique », dans J.-M. Mayeur (SOUS la dir. de), Guerres mondiales et totalitarismes (1914-1958), dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Pietri, A. Vauchez et M. Venard (SOUS la dir. de), l’Histoire du christianisme, t. XII, Paris, 1990, p. 542.

29 E. Collard, « L’étude sociologique des communautés religieuses féminines et de leur recrutement », dans E. Collard, J. Dellepoort, J. Labbens (e.a.), Vocation de la sociologie religieuse. Sociologie des vocations. Actes de la 5e Conférence Internationale de Sociologie Religieuse tenue à Louvain, 31 août-2 sept. 1956, Tournai, 1958, p. 214.

30 Ce chiffre particulièrement élevé s’explique par l’afflux de religieuses et de religieux français fuyant leur pays suite à la loi de séparation de l’Église et de l’État du 9 déc. 1905.

31 A. Tihon, « Les religieuses en Belgique... », p. 32-35.

32 Idem, « La Belgique », p. 552.

33 En chiffres relatifs et en chiffres absolus. Voir « Belgique », dans Bilan du monde, 1960. Encyclopédie catholique du monde chrétien, t. II, s.l., 1960, p. 115.

34 M. Cheza, « Vers les Églises locales. De 1945 à nos jours », dans J. Pirotte et Cl. Soetens, Évangélisation et cultures non européennes. Guide du chercheur en Belgique francophone, Louvain-la-Neuve, 1989, p. 42-43.

35 A. Tihon, « La Belgique », p. 552.

36 J.-A. Theuws, « Belgische missionering in de XIXde en XXste eeuw », dans Bulletin des Séances de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-mer, 1980, supplément, t. I, p. 58-59.

37 Voir P. Huvelle, « Histoire de Caritas Catholica », dans La Foi et le Temps, t. XIII, 1983, p. 149-186.

38 A. Tihon, « La Belgique », p. 544.

39 Sur le cardinal Joseph Ernest Van Roey (1874-1971), voir les deux travaux de synthèse actuellement disponibles : J. Kempeneers, Le cardinal Van Roey et son temps, 1874-1961. Trente-cinq années d’épiscopat, Bruxelles-Gembloux, 1971 et W. S. Plavsic, Le cardinal Van Roey, Bruxelles, 1974.

40 R. Aubert, « Le cardinal Van Roey », dans La Revue Nouvelle, 17e année, t. XXXIV, 1961, p. 117-118 ; W. S. Plavsic, Le cardinal Van Roey..., p. 235.

41 A. Tihon, « La Belgique », p. 544.

42 Sur le MOC/ACW, se reporter aux deux exposés généraux et aux pistes bibliographiques proposés dans E. Gerard et P. Wynants (sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien en Belgique, t. I, Leuven, 1994, p. 246-301 (P. Pasture) et t. II, Leuven, 1994, p. 597-602 (E. Gerard).

43 Pour une analyse détaillée du syndicalisme chrétien pendant la période d’après-guerre, voir E. Gerard (sous la dir. de), De krachtvan een overtuiging. 60 jaar ACW (1921-1981), Zele, 1981 ; E. Gerard et J. Mampuys (sous la dir. de), Voor Kerk en werk. Opstellen over de geschiedenis van de christelijke arbeidersbeweging, 1886-1986, Louvain, 1986 ; E. Gerard et P. Wynants (Sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 227-277 (J. Mampuys) ; M. Neirynck, « Het ACW in de période 1945-1970 », dans De Gids op Maatschappelijk Gebied, 1971, p. 403-419 ; P. Pasture, Kerk, politiek en sociale actie. De unieke positie van de christelijke arbeidersbeweging in België, 1944-1973, Leuven-Appeldoorn, 1992.

44 E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. I, p. 268-269 (P. Pasture) et t. II, p. 228-230 (J. Mampuys).

45 Ibid., t. Ii, p. 115 (E. Gerard).

46 Ibid., p. 290, 308-310 (G. Kwanten).

47 L. Bragard, M. Fievez, B. Joret (e.a.), La Jeunesse Ouvrière Chrétienne, Wallonie-Bruxelles, 1912-1957, t. II, Bruxelles, 1990, p. 327-331 (F. Peemans et A. Tihon).

48 Ibid., p. 331-332 (F. Peemans et A. Tihon).

49 Ibid., p. 371-372 (M. Fievez et A. Tihon).

50 Ibid., p. 320-323 (F. Peemans et A. Tihon) ; E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 485-487 (L. Vos).

51 E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 530-531 (W. Nauwelaerts).

52 Ibid., t. II, p. 395-396 (A. Osaer [sous la dir . de]).

53 Sur les Équipes Populaires, voir E. Gerard et P. Wynants (SOUS la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 545-563 (G. Zélis).

54 L’étude des mouvements de jeunesse catholique est encore largement en friche, particulièrement pour la période qui suit la Seconde Guerre mondiale. On se reportera aux exposés généraux et à l’inventaire des problèmes dressés par R. Aubert, « Organisation et caractère des mouvements de jeunesse catholique en Belgique », dans L. Osbat et F. Pina (sous la dir. de), La « gioventu cattolica » dopo l’Unita, 1868-1968, Rome, 1972, p. 271-323 ; F. Rosart, « Les mouvements de jeunesse catholiques en Belgique francophone. État de la recherche », dans G. Cholvy (sous la dir. de), Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen, 1799-1968, Paris, 1985, p. 173-
177 ; Idem, « Enjeux et difficultés d’une histoire des mouvements de jeunesse catholiques », dans L. Courtois et J. Pirotte (sous la dir. de), Foi, gestes et institutions religieuses aux XIXe et XXe siècles, Louvain-la-Neuve, 1991, p. 137-145 ; L. Vos, « Les mouvements de jeunesse catholiques en Belgique néerlandophone. État de la recherche », dans G. Cholvy (SOUS la dir. de), Mouvements de jeunesse..., p. 165-171.

55 Voir W. Baeten, Patronaten worden Chiro. [eugdbeweging in Vlaanderen, 1918-1950, Leuven, 1993 et Vijftig jaar Chiro leven, 1934-1984, Leuven, 1985.

56 R. Aubert, « Organisation et caractère... », p. 321-322.

57 Ibid., p. 321.

58 C. Gaisse, L’Action Catholique des Hommes (1925-1947), mémoire de licence en histoire, UCL, 1981, p. 108.

59 La Fédération des Associations et Cercles catholiques, la Fédération nationale des Classes moyennes, le Boerenbond (et l’Alliance agricole belge à partir de 1930-1931), la Ligue Nationale des travailleurs chrétiens (où s’intégrent à partir de 1925 la JOC/KAJ et la JOCF/VKAJ).

60 On se reportera notamment à l’analyse de J. Remy, « Le défi de la modernité : la stratégie de la hiérarchie catholique aux XIXe et XXe siècles et l’idée de chrétienté », dans Social Compass, t. XXXIV, n° 2-3, 1987, p. 151-173.

61 Sur la genèse du PSC-CVP, voir E. Gerard et M. Van Den Wijngaert, In het teken van de regenboog. Geschiedenis van de katholieke partij en van de Christelijke Volkspartij, Bruxelles-Amsterdam-Antwerpen, 1985 ; E. Gerard, M. Van Den Wijngaert, L. Martens (e.a.), Van katholieke partij naar christelijke volkspartij, Bruxelles, 1983 ; M. Van Den Wijngaert, Ontstaan en stichting van de CVP/PSC De lange weg naar het kerstprogramma, Bruxelles-Amsterdam-Antwerpen, 1976. L’histoire du PSC et du CVP a fait l’objet d’une publication anniversaire par W. Dewachter, M. Dumoulin, G.-H. Dumont, M. Gerard, E. Lamberts, X. Mabille et M. Van Den Wijngaert (SOUS la dir. de), Un parti dans l’histoire. 1945-1995, 50 ans d’action du Parti Social Chrétien, Louvain-la-Neuve, 1996.

62 Présent dans plusieurs avant-projets (voir M. Van Den Wijngaert, Ontstaan..., op. cit.), le rejet des standen n’est pas mentionné dans le programme de Noël 1945, mais il est clairement affirmé dès 1951. Voir Archives du Monde Catholique (ARCA-Louvain-la-Neuve), Archives du PSC-CVP, n° 9 : VIIe Congrès National du PSC. Projets de résolutions, Gand, 8 et
9 déc. 1951, p. 3.

63 Les chantiers sont ouverts... Quel sera l’architecte...? PSC. Parti Social Chrétien. Principes et tendances, Noël 1945, p. 10-11.

64 Ibid., p. 74.

65 ARCA-Louvain-la-Neuve, Archives du PSC-CVP, n° 20 : XVIIe Congrès National, Ostende, 1-3 déc. 1961, Justification philosophique de la doctrine politique. XVIIe Congrès-1961. Document préparatoire, p. 11-12.

66 Ibid., p. 7.

67 R. Aubert, « Le cardinal Van Roey... », p. 116.

68 « Van Roey », dans Biographie Nationale, t. XXXVIX : Supplément, vol. 11, Bruxelles, 1976, col. 756-768 (W. S. Plavsic).

69 R. Aubert, « L’Église catholique et la vie politique en Belgique depuis la Seconde Guerre mondiale », dans Res Publica, t. XV, 1973, n° 2, p. 190-197 ; M. Claeys-Van Haegendoren, « L’Église et l’État... », p. 12 ; E. Gerard et M. Van Den Wijngaert, In het teken..., p. 67-68.

70 ARCA-Louvain-la-Neuve, Archives du PSC-CVP, n° 20, XVIIe Congrès National, Ostende, 1-3 déc. 1961, Les principes fondamentaux du PSC et leur justification. XVIIe Congrès-1961. Document préparatoire, p. 3.

71 P. Pasture, « Le bras politique du Mouvement Ouvrier Chrétien. Historique d’une relation turbulente », dans La Revue Politique, sept.-oct. 1991, p. 14.

72 X. Mabille, « Partis politiques et électorat catholique. Développements depuis 1945 », dans L. Voyé, K. Dobbelaere, J. Remy et J. Billiet (sous la dir. de), La Belgique et ses dieux. Églises, mouvements religieux et laïques, Louvain-la-Neuve, 1985, p. 114. Sur l’ensemble de cette problématique, se reporter à l’article de P. Pasture, « Le bras politique... », p. 10-19.

73 E. Gerard et P. Wynants (sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. I, p. 260-271 (P. Pasture). Voir aussi L. Haagdorens, « De mobilisatie van de katholieke zuil in de schoolstrijd tijdens het eerste jaar van de regering Van Acker (mei 1954-juli 1955) », dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine, t. XV, 1984, p. 3-70.

74 Voir surtout L. Voyé, Sociologie du geste religieux. De l’analyse de la pratique dominicale en Belgique à une interprétation théorique, Bruxelles, 1973.

75 E. Collard, « Commentaire de la carte de la pratique dominicale en Belgique », dans Lumen Vitae, t. VII, 1952, p. 650.

76 Statistiques de base..., Bruxelles, 1974, p. 81.

77 E. Collard, « Commentaire de la carte... », p. 649-650.

78 Ibid., p. 649.

79 R. Mols, « La pratique dominicale en Belgique. Situation actuelle et évolution récente », dans Nouvelle Revue Théologique, t. XCIII, 1971, p. 408-412.

80 Statistiques de base..., p. 81.

81 A. Tihon, « La vie religieuse », p. 41.

82 Idem, « La Belgique », p. 547.

83 J. Kerkhofs, Godsdienstpraktijk en sociaalmilieu. Proeve van godsdienstsociologische studie der provincie Limburg, Bruxelles, 1954, p. 337-338.

84 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération. Aspects sociologiques de la pratique religieuse, Bruxelles, 1962, p. 71-72.

85 Ibid., p. 71.

86 Ibid., p. 115, 164.

87 Ibid., p. 164.

88 A. Delobelle, Charleroi et son agglomération. Sociologie historique et structures religieuses, Bruxelles, 1962, p. 194.

89 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération..., p. 260.

90 Ibid., p. 265.

91 Ibid., p. 266.

92 P. Minon, Le peuple liégeois. Structures sociales et attitudes religieuses, Liège, 1955, p. 82-86.

93 C’est aussi le cas dans le diocèse de Namur en 1946. Voir G. Hoyois, « La situation morale et religieuse en Belgique d’expression française. Notations d’enquête », dans Lumen Vitae, t. III, 1948, p. 226.

94 Soit la population âgée de sept ans ou plus, déduction faite des malades et des personnes travaillant le dimanche. Voir Ibid., p. 96. Ce chiffre mesure la pratique le dimanche 10 oct. 1954.

95 Ibid., p. 97-101.

96 Ibid., p. 106.

97 F. Houtart, Les paroisses de Bruxelles, 1803-195. Législation-Délimitation-Dénwgraphie-Équipement, Bruxelles, 1955, p. 72-73 (carte).

98 Ibid., p. 74.

99 Ibid., p. 78.

100 Entre 28,5 et 31,4 pour cent. D’après J. Van Houtte, De mispraktijk in de gentse agglomeratie. Misonderzoek en sociologische interpretatie, Sint-Niklaas-Waas, 1963, p. 330.

101 Ibid., p. 330-333, 337-339.

102 J. Kerkhofs, Godsdienst praktijk en sociaal milieu..., p. 352.

103 L. Dingemans, « Le mouvement des vocations sacerdotales.., », p. 424-426 et A. Tihon, « La vie religieuse... », p. 44.

104 A. Tihon, « La vie religieuse », p. 44.

105 Idem, « Les religieuses en Belgique... », p. 32.

106 Idem, « Les religieuses en Belgique (fin XVIIIe-XXe siècle) », dans Vie religieuse et enseignement. Journée d’étude, Champion, 1983, p. 33, 39.

107 Voir J. Art, « De evolutie van het aantal mannelijke roepingen in België tussen 1830 en 1975. Basisgegeven en richtingen voor verder onderzoek », dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine, t. X, 1979, p. 281-370 et Idem, « Belgische mannelijke roepingen, 1830- 1975 », dans Spiegel Historiae, t. XVI, 1981, p. 157-162.

108 J. Remy et L. Dingemans, Charleroi et son agglomération..., p. 376, 378.

109 P. Minon, Le peuple liégeois..., p. 97.

110 Ibid., p. 119.

111 P. Leburton, « Des baptisés fréquentent l’enseignement moyen officiel (fin). Sont-ils perdus pour le Christ ? », dans Témoignage Chrétien. Édition belge, n° 484, 16 oct. 1953, p. B.

112 R. Aubert, « L’Église catholique et la vie politique... », p. 186.

113 Sur la genèse de l’UDB et son histoire, voir J.-C. Willame, « L’Union démocratique belge (UDB). Essai de création « travailliste "», dans Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 743-744, 26 nov. 1976 et surtout W. Beerten, Le rêve travailliste en Belgique. Histoire de l’UDB, 1944- 1947, Bruxelles, 1990.

114 « Horizons nouveaux », dans La Cité Nouvelle, 8e année, n° 10, 29 sept. 1944, p. 1 ; « Manifeste », dans Ibid., 8e année, n° 12, 1er oct. 1944, p. 1.

115 W. Ugeux, « Figaro », dans Ibid., 10e année, n° 23, 23 janv. 1945, p. 1.

116 D’août 1945 à janv. 1946, Marcel Grégoire occupera le poste de ministre de la Justice et Jacques Basyn assumera la responsabilité du portefeuille des Dommages de guerre, deux postes importants à l’heure où la Belgique affronte, parmi d’autres, les problèmes de la répression de la collaboration et de la reconstruction. Voir W. Beerten, Le rêve travailliste..., p. 101-104.

117 E. Gerard et P. Wynants (sous la dir. de), Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien..., t. II, p. 547 (G. Zélis).

118 Voit le témoignage de T. Pirard, « Un météore dans la vie politique et intellectuelle de la Wallonie : Forces Nouvelles (1945-1946) », dans La Vie Wallonne, t. LXVI, nouv. série, n’ 414-415, 1991, p. 129-154.

119 Voir « Le phénomène "Relève"», dans Courrier hebdomadaire dit CRISP, n° 701, 21 nov. 1975 et « Trente ans », dans La Relève, 31e année, n° 48, 29 nov. 1975, p. 1-13.

120 « Le phénomène "Relève"», p. 2.

121 « Ghetto chrétien ou engagement chrétien ? », dans La Relève, 5e année, n° 9, 5 mars 1949, p. 7.

122 Ce soutien est cependant extrêmement critique. La Relève met très régulièrement en évidence l’absence de déconfessionnalisation réelle du parti et la persistance d’une aile droite.

123 Il s’agit du gouvernement Spaak III, en place du 20 mars 1947 au 27 juin 1949.

124 E. Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers, (Paris-Tournai), 1965, p. 38.

125 Ce constat est dressé dans « un bref rapport polycopié » qui circule dans le clergé de Liège et est intitulé L’apostolat ouvrier. Un aspect urgent : les prêtres à l’usine, Liège, 1945. D’après E. Poulat, Naissance des prêtres-ouvriers..., p. 468.

126 D. De Greef, Les prêtres-ouvriers en Belgique, mémoire de licence en sciences religieuses, UCL, 1985, p. 1.

127 Docteur d’Hamme, « Ce que l’on voit à l’atelier », dans Cahiers de la jeunesse catholique, déc. 1925. C’est Charles Boland qui se cache derrière le pseudonyme docteur d’Hamme ou « docteur d’âmes ». Il complétera son rapport par un second article, Idem, « Ce que l’on voit à l’atelier », dans Cahiers de la jeunesse catholique, févr. 1927, p. 84-92. Voir Ouvrier (1924-1964), Bruxelles, 1968.

128 L. Dingemans, « Le cinquième anniversaire du Centre de Recherches socio-religieuses », dans La Revue Nouvelle, 17e année, t. XXXIII, n° 5, 15 mai 1961, p. 532.

129 Sur le développement de la sociologie religieuse en Belgique, voir surtout P. Chalon, « Implantation de la sociologie religieuse en Belgique », dans Social Compass, t. VI, 1959, n° 4-5, p. 155-164.

130 E. De Moreau, « La statistique ecclésiastique », dans Nouvelle Revue Théologique, 1937, p. 818-839.

131 Outre G. Le Bras en France, il faut citer les recherches de l’abbé Boulard, particulièrement ses Problèmes missionnaires de la France rurale, Paris, 1945, et celles du R. P. Lebret, d’Économie et Humanisme. Aux Pays-Bas, le professeur Zeegers lance en 1946 un centre de sociologie religieuse, le Katholiek Sociaal Kerkelijk Instituut (K.S.K.I.).

132 Voir notamment E. Poulat, « La CISR, de la fondation à la mutation : réflexions sur une trajectoire et ses enjeux », dans Social Compass, t. XXXVII, 1990, p. 11-33.

133 F. Houtart, « État actuel de la sociologie au service de la pastorale », dans Pastorale d’aujourd’hui. Bilan et perspectives (Congrès de Fribourg, 1961), Bruxelles-Paris, 1962, p. 225- 227.

134 Sur le Centre, voir L. Dingemans, « Le cinquième anniversaire... », op. cit. ; F. Houtart, « Le Centre de Recherches socio-religieuses de Louvain », dans Social Compass, t. XVI, 1969, p. 402-404 ; Idem, « Genèse et développement d’une démarche socio-religieuse », dans F. Houtart (e.a.), Ruptures sociales et religion. L’éthique religieuse des rapports sociaux dans les sociétés du Sud et en Europe, Paris-Louvain-la-Neuve, 1992, p. 7-31.

135 A. Tihon. « La vie religieuse », p. 52.

136 Sur dom Lambert Beauduin et son rôle dans le mouvement liturgique, voir A. Haquin, Dom Lambert Beauduin et le renouveau liturgique, Gembloux, 1970 et J.-J. Von Allmen, R. Aubert, N. Egender (e.a.), Veilleur avant l’aurore. Colloque Lambert Beauduin, Chevetogne, 1978. Sur le mouvement liturgique, voir O. Rousseau, Histoire du mouvement liturgique. Esquisse historique depuis le début du XIXe siècle jusqu’au pontificat de Pie X, Paris, 1945.

137 B. Botte, Le mouvement liturgique. Témoignage et souvenirs, Tournai-Paris, 1973, p. 11-12.

138 Ibid., p. 37.

139 A. Haquin, Dom Lambert Beauduin..., p. 228-229.

140 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique et patristique », dans La Revue Nouvelle, 9e année, t. XVIII, n° 7-8, juil.-août 1953, p. 39 ; B. Botte, Le mouvement liturgique..., p. 101.

141 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique... », p. 40.

142 Il faut citer par exemple les abbés Paul Leburton à Liège, Orner Henrivaux et Lagasse à Tubize, Edouard Stevens à Glabais, Heuschen à La Bouverie, J. Massion à Woluwe, A. Ryckmans à Schaerbeek, ... Sur l’expérience de La Bouverie, voir R. Dumont, Récit d’une expérience liturgique avant le Concile : La Bouverie, 1954-1965, mémoire de licence en sciences religieuses, UCL, 1983.

143 « À la recherche de la messe vivante », dans La Revue Nouvelle, 12e année, t. XXIV, n° 12, 15 déc. 1956, p. 497-538.

144 F. Vandenbroucke, « Espoirs liturgiques des fidèles et Concile Gcuménique », dans Les questions liturgiques et paroissiales, 41e année, 1960, p. 328.

145 O. Rousseau, « Renouveau liturgique. Rechristianisation et œcuménisme », dans La Revue Nouvelle, 18e année, t. XXXV, n° 5, 15 mai 1962, p. 460-461, 468-471.

146 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. I : Le renouveau biblique », dans La Revue Nouvelle, t. XVII, 1953, p. 562. Voir aussi J. Giblet, « Les chrétiens reprennent la Bible », dans Ibid., 8e année, t. XV, n° 2, 15 févr. 1952, p. 183-192.

147 Voir R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. I : Le renouveau biblique », op. cit.

148 Idem, « Les grandes tendances théologiques entre les deux guerres », dans Collectanea Mechliniensia, t. XXXI, 1946, p. 18-21 ; Idem, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (Sous la dir. de), Bilan de la théologie au XXe siècle, t. I, Tournai-Paris, 1969, p. 429-430 ; Idem, « Les mouvements théologiques dans l’Église catholique durant le dernier quart de siècle », dans La Foi et le Temps, t. II, 1969, p. 129-130.

149 Idem, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (sous la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 430.

150 Sur l’œcuménisme en général, voir É. Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne aux XIXe-XXe s., Paris, 1982.

151 É. Beauduin, « Où en est l’œcuménisme en Belgique ? », dans Pages documentaires, t. VII, 1961, p. 39.

152 Voir A. Verdoodt, Les colloques œcuméniques de Chevetogne (1942-1983) et la réception par l’Église catholique des charismes d’autres communions chrétiennes, Chevetogne, 1986.

153 Sur l’évolution de l’ecclésiologie avant et après la Seconde Guerre, voir R. Aubert, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (sous la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 444-446, 471-473.

154 Voir R. Aubert, « Le grand tournant de la Faculté de théologie de Louvain à la veille de 1900 », dans Mélanges offerts à M.-D. Chenu, Paris, 1967, p. 73-109. Dans le domaine historique, on rappellera la fondation en 1900 de la Revue d’Histoire ecclésiastique par les abbés A. Gauchies et P. Ladeuze. L’effort consenti par la Faculté de théologie de Louvain dans le domaine de la patristique est illustré par la publication du monumental Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium (1903-).

155 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. II : Les renouveaux liturgique et patristique..., p. 44 ; Idem, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (sous la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 453-455.

156 R. Riche, Catholicisme et socialisme, Liège, Paris, 1932. Cet ouvrage était encore utilisé durant l’année scolaire 1948-1949 par les élèves à qui l’abbé Riche donnait cours à l’École de Service Social de Mons ; J. Levie, Sous les yeux de l’incroyant, Bruxelles, 1944.

157 R. Aubert, « La faculté de théologie de Louvain du XVe siècle à Vatican II », dans M. Caudron (éd.), Faith and Society. Foi et Société. Geloofen Maatschappij. Acta Congressus Internationalis Theologici Lovaniensis -1976, Gembloux-Paris-Louvain-Louvain-la-Neuve, 1978, p. 35.

158 Ch. Moeller, Littérature du XXe siècle et christianisme, t. I : Silence de Dieu, 4e éd., Paris-Tournai, 1954, p. 11-12. La préface est datée de Pâques 1952. La première édition a été publiée en 1953. Charles Moeller a publié 5 volumes (1re édition : 1953-1975). Un sixième tome, posthume, est paru en 1993 : Ch. Moeller, Littérature du XXe siècle et christianisme,
t. VI, (J.-M. Van Cangh [éd.]), Louvain-la-Neuve, 1993.

159 A. Dondeyne, Foi chrétienne et pensée contemporaine. Les problèmes philosophiques soulevés dans l’encyclique « Humani Generis », Louvain, 1951 ; 3e éd., 1961.

160 Idem, Geloofen wereld, Anvers, 1961 ; La foi écoute le monde, Paris, 1964.

161 Idem, Foi chrétienne et pensée contemporaine..., p. V.

162 Idem, La foi écoute le monde..., p. 318.

163 C’est l’expression qui a été choisie par J. Remy, L. Voyé et A. Tihon, « L’Église catholique et la transaction avec la modernité. Quelques initiatives à portée internationale », dans L. Voyé, K. Dobbelaere, J. Remy et J. Billiet (sous la dir. de), La Belgique et ses dieux..., p. 11-29. On se reportera avec profit à cette synthèse.

164 Voir le bilan dressé par G. Thils, Tendances actuelles en théologie morale, Gembloux, 1940.

165 R. Aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. IV : Face à l’existentialisme et à l’œcuménisme : le sujet chrétien et la communauté ecclésiale », dans La Revue Nouvelle, 9e année, t. XVIII, n° 10, 15 oct. 1953, p. 272-273 ; Idem, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (sous la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 467.

166 Ibid., p. 436.

167 Ibid., p. 467.

168 Dix ans de réflexion (1950-1960). Introduction aux problèmes politiques et sociaux de notre temps, Louvain, 1961, p. 4 (préface de J. Leclercq).

169 A. Dondeyne, Foi chrétienne et pensée contemporaine..., op. cit.

170 R. Aubert, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (Sous la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 447-448.

171 Ibid., p. 473.

172 Ibid., p. 474.

173 Ch. Moeller, Humanisme et Sainteté. Témoignages de la littérature occidentale, Tournai-Paris, 1946.

174 G. Thils, Théologie des réalités terrestres, 1.1 : Préludes, Bruges-Paris, 1946 ; t. Il : Théologie de l’histoire, Bruges-Paris, 1949.

175 R. Aubert, « La théologie catholique durant la première moitié du XXe siècle... », dans R. Vandergucht et H. Vorgrimler (SOUS la dir. de), Bilan de la théologie..., t. I, p. 470- 471.

176 R. aubert, « La théologie catholique au milieu du XXe siècle. III : Ouverture au monde moderne : une théologie du laïcat, de l’histoire et des réalités terrestres », dans La Revue Nouvelle, 9e année, t. XVIII, n° 9, 15 sept. 1959, p. 171-172.

177 J. Comblin, Échec de l’Action Catholique ?, Paris, 1961, p. 9.

178 Pour un état des problèmes et des pistes de recherche concernant l’histoire de l’apostolat des laïcs, voir J. Art, « De leek in de Kerk tijdens de 19de en 20ste eeuw », dans Taxandria, t. LVIII, 1986, p. 73-82 ; R. Goldie, « Laïcs, laïcat et laïcité. Un sondage bibliographique à travers trois décennies », dans Laïcs aujourd’hui, t. XXVI, 1979, p. 109-147 ; A. Tihon, « Les mouvements de laïcs dans les Églises aux XIXe et XXe siècles », dans Les mouvements de laïcs dans les Églises aux XIXe et XXe siècles. Commission Internationale d’Histoire Ecclésiastique Comparée. Quinzième Congrès International des Sciences Historiques, Bucarest-1980, Bruxelles, 1980, sans pagination.

179 Voir R. Goldie, « L’avant-Concile des "Christifideles laici"», dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXXXVIII, n° 1, janv.-mars 1993, p. 131-171.

180 R. Aubert, 150 ans de vie des Églises, Bruxelles, 1980, p. 65.

181 Voir la synthèse de J. Van Der Putten, Les Compagnons de Saint-François. Origine et croissance d’un mouvement international, Reims-Bruxelles, s. d. (trad. ; 1er éd. : 1988).

182 Ibid., p. 88.

183 Voir F. Clément, Les Feuilles Familiales (1938-1986). Un bilan, mémoire de licence en sciences religieuses, UCL, 1988 ; P. Denis, « Le couple et la famille au prisme d’une revue. Histoire des "Feuilles Familiales" (1938-1975) », dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. LXXXIV, n° 2, avril-juin 1989, p. 390-403 et le témoignage de P. de Locht, Les couples et l’Église. Chronique d’un témoin, Paris, 1979.

184 Sur ces différents éléments qui se conjuguent et contribuent à la pacification confessionnelle, voir R. Aubert, « L’Église catholique et la vie politique... », pp. 190-201 ; Idem, « Église et société civile... », p. 319-326 ; M. Claeys-Van Haegendoren, « L’Église et l’État... », p. 34-38 ; R. Van Der Gucht, « Appartenance confessionnelle... », p. 178-180.

185 R. Aubert, « La Revue Nouvelle et l’"aggiornamento" dans l’Église », dans La Revue Nouvelle, t. L, n° 12, déc. 1969, p. 489.

186 O. Cheron, « Dieu dans "La Revue Nouvelle". Étude du domaine religieux » dans « La Revue Nouvelle » de 1945 à 1985 : l’origine, les acteurs, le fonctionnement, l’évolution et le contenu, mémoire de licence en communication sociale, UCL, 1986, p. 71-78 et A. Sterckx, « La Revue Nouvelle », 1945-1969. Contribution à l’étude de l’opinion catholique en Belgique, mémoire de licence en histoire, UCL, 1981, p. 161-166.

187 P. Sauvage, « La Cité Chrétienne » (1926-1940). Une revue autour de Jacques Leclercq, Bruxelles-Paris-Gembloux, 1987, p. 225.

188 Voir D. Moury, Le groupe Esprit de Bruxelles (1945-1965), mémoire de licence en histoire, UCL, 1985, p. 67-143, 156-183.

189 J. Gérard-Libois, La genèse et la création du CRISP, dans CRISP. XXe anniversaire, 1958- 1978. Bruxelles, 27, 28 et 29 sept. 1978. Colloque Jean Meynaud. Actes, Bruxelles, 1978, p. 18-19.

190 V. Riez, Pour une Église en marche : "Témoignage Chrétien belge" (1948-1958), mémoire de licence en histoire, Ulg, 1987.

191 Problèmes de l’Église en marche, t. I : La christianisation du prolétariat. Session de Charleroi- 1947, Bruxelles-Charleroi, 1948 ; t. Il : Communautés humaines, communautés chrétiennes. Session 1949, Bruxelles-Charleroi, 1949.

192 R. Aubert, « Le catholicisme belge de 1830 à Vatican II », dans La Foi et le Temps, t. X, 1980, p. 492.

193 Voir J. Grootaers, « Leuven op het Concilie... », dans Onze Alma Mater, t. XIX, 1965, p. 80-107 ; Cl. Soetens, « La "squadra belga" au Concile Vatican II », dans L. Courtois et J. Pirotte (sous la dir. de), Foi, gestes et institutions..., p. 159-172.

194 R. Aubert, « Les mouvements théologiques... », p. 141.

195 Ibid., p. 142-143 ; J. Comblin, « La théologie catholique depuis la fin du pontificat de Pie XII », dans R. Van Der Gucht et H. Vorgrimler (sous la dir. de), Bilan..., t. I, p. 481.

196 A. Rubbens, « De Kerk in België (1940-1960) », dans Communio. Internationaal Katholiek Tijdschrift, t. III, 1978, p. 230. Pour un aperçu complet du catholicisme flamand à la veille du Concile, on se reportera à J. Kerkhofs et J. Van Houtte, De Kerk in Vlaanderen. Pastoraal-sociologische studie van het leven en de structuur der Kerk, Tielt-Den Haag, 1962. Deux diocèses ont fait l’objet d’une étude fouillée et fournissent des informations intéressantes pour la période 1944-1962 : M. Cloet (sous la dir. de), Het bisdom Brugge (1559-1984). Bisschoppen, priesters, gelovigen, Bruges, 1984 et Idem, Het bisdom Gent (1559- 1991). Vier eeuwen geschiedenis, Gand, 1991.

197 Voir supra et J. Van Houtte, De inispraktiik in de gentse agglomeratie..., op. cit.

198 Voir notamment l’article de J. Grootaers, « Le renouveau liturgique en pays flamand », dans La Revue Nouvelle, 15e année, t. XXX, n° 11, 15 nov. 1959, p. 437-442. Il s’efforce de contredire l’opinion qui fait du catholicisme flamand « [une] tradition d’origine rurale à caractère foncièrement paternaliste. [...] La ténacité de ce mythe étonne [...] lorsque ce sont des chrétiens conscients et actifs, de Wallonie ou de Bruxelles, qui en restent à ces "pré-jugements"hâtifs »,

199 « À propos de "colloques"travaillistes en Belgique », dans Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 37, 23 oct. 1959, p. 14. Le passage entre parenthèses est extrait des statuts du « Groupe de percée », parus au Moniteur le 15 déc. 1956, p. 1786.

200 B. Jehenson, « Axes et situation du renouveau paroissial. Colloque européen des paroisses. Lausanne, 7-10 nov. 1961 », dans Évangéliser, n° 93, nov.-déc. 1961, p. 280.

201 J. Pirotte, Images des vivants et des morts. La vision du monde propagée par l’imagerie de dévotion dans le Namurois, 1840-1965, Louvain-la-Neuve-Bruxelles, 1985, p. 26-31.

202 On se reportera à l’exposé général de É. Fouilloux, « Mouvements théologico-spirituels et Concile (1959-1962) », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens (sous la dir. de), À la veille du Concile..., p. 186-194. Pour la Belgique, voir notamment la bibliographie d’E. de Moreau, « Le culte marial dans les anciens Pays-Bas méridionaux et en Belgique », dans H. du Manoir (sous la dir. de), Maria. Études sur la Sainte Vierge, t. IV, Paris, 1956, p. 493-520 et le répertoire très complet d’A. É. De Staercke, Notre-Dame des Belges, cause de notre joie. Tradition et folklore du culte marial en Belgique, Bruxelles, 1954.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search