Version classiqueVersion mobile

Vatican II et la Belgique

 | 
Claude Soetens

Introduction

Texte intégral

1À la fin de 1995 nous nous rappellions qu’il y a trente ans le deuxième concile du Vatican clôturait ses travaux.

2C’est en effet le 8 décembre 1965 que cette "assemblée générale" des évêques de l’Église catholique se séparait après avoir réalisé, non seulement un important travail en fait de "production" de textes définissant les grandes options de l’Église au XXe siècle, mais aussi une expérience exceptionnelle au plan de la rencontre chrétienne : rencontre entre évêques de tous les continents, rapprochement entre évêques d’un même continent (cas de l’Afrique), collaboration plus structurée entre pasteurs d’un même pays ou d’une même région, redécouverte réciproque des évêques et des théologiens, dialogue avec des délégués des autres Églises chrétiennes. On pourrait allonger la liste.

  • 1 L’Osservatore romano (éd. hebdom. en français), n° 42, 17 oct. 1995, p. 1. Au cours de ses rendez-v (...)

3À l’occasion de l’Angelus dominical du 15 octobre 1995, le pape Jean-Paul Il a évoqué cet anniversaire : « Nous ne pouvons manquer de revenir à un tel événement, qui marque une étape capitale, "un événement providentiel" dans l’histoire de l’Église contemporaine [...]. Dans l’histoire des Conciles, le concile Vatican II revêt un aspect tout à fait unique [...] il est plus que jamais nécessaire de revenir à ce moment de grâce [...] afin d’en recueillir pleinement les indications et d’en assimiler l’esprit. »1

  • 2 En particulier au sein de l’équipe internationale constituée par l’Institut des sciences religieuse (...)

4Faire connaître l’événement dans toutes ses dimensions, à partir des sources et des faits patiemment recueillis, est la tâche des historiens. Ils sont à l’œuvre2. Et il ne peut s’agir que d’une entreprise de longue haleine. Il est bon cependant que cette œuvre soit jalonnée d’étapes intermédiaires, et cela pour deux motifs principaux. En premier lieu, le Concile, comme événement de dimension mondiale, ne peut être bien saisi qu’à travers de nombreuses recherches sectorielles, qu’il s’agisse du cheminement des documents officiels finalement adoptés, d’une approche ouverte à diverses méthodes, théologique, pastorale et sociologique, ou encore des apports particuliers continentaux, régionaux ou nationaux, qui ont permis au Concile d’être conduit tel qu’il l’a été et jusqu’à son terme.

5En second lieu, la conjoncture ecclésiale suscite le désir de mieux comprendre ce qu’a été réellement cet événement, qui est présenté aujourd’hui à travers des lectures assez différentes jusqu’à le considérer comme dépassé. Ceci ne doit pas étonner dans la mesure où la vie multiforme de l’Église, comme celle des chrétiens, est tissée d’une mémoire cumulative et où il est certain que, du point de vue de sa réception au sein de la communauté qui est l’Église, le Concile est loin d’être achevé.

  • 3 Respectivement les chapitres de Cl. Soetens et du P.J. Famerée, professeurs à la Faculté de théolog (...)
  • 4 Respectivement : J.-L. Jadoulle, historien, assistant à l’Université de Louvain, et Fr. Houtart, pr (...)
  • 5 Respectivement : Mgr A. Prignon, ancien recteur du Collège belge de Rome, le chanoine P. de Locht, (...)
  • 6 L’abbé A. Haquin, professeur à la Faculté de théologie de l’UCL.
  • 7 Lieve Gevers, professeur à la Faculté de théologie de la KULeuven.

6L’ambition du présent ouvrage est double. On se propose, d’une part, de présenter l’événement du Concile et le message que les pères conciliaires ont voulu transmettre à l’Église à travers les seize documents officiels qui en sont le fruit3. Cette présentation tient compte de la recherche historique dans ses acquis les plus récents. D’autre part, on voudrait apporter une contribution à l’étude de la participation belge au Concile et à certains aspects de la mise en œuvre de ce dernier. Cette contribution adopte, elle aussi, une perspective historique par la division en trois phases : l’analyse du catholicisme belge des années 1945-1960, l’évocation du rôle de l’Église belge pendant le Concile et en son sein, des aperçus sur la manière dont le Concile a été "reçu" en Belgique depuis 1965. Diverses approches sont ici mises à contribution : le regard de l’historien sur l’Église belge des années 50 est confronté à celui du sociologue4, des acteurs – un dogmaticien, un moraliste, un sociologue – évoquent, à la fois en témoins et en analystes, des aspects importants, soit du rôle des Belges à Vatican II, soit de la réception du Concile en Belgique5. Un spécialiste de la liturgie – secteur privilégié, mais non unique, où le Concile opéra une réforme – s’attache à cet aspect très visible de l’application du Concile6, tandis qu’une historienne montre la voie spécifique dans laquelle la Flandre s’est engagée pour mettre en œuvre le renouveau pastoral appelé par le Concile7.

  • 8 Voir notamment l’article de F. Colleye, dans Le Phare-Dimanche, du 6 oct. 1963, intitulé : « Les év (...)

7Après quelques mois de travail conciliaire, le bruit se répandit, dans la presse, qu’il existait une squadra belga censée exercer une influence prépondérante en s’efforçant de faire passer des schémas de textes, qui, à partir du début de 1963, étaient soit des réaménagements des schémas préparatoires, soit des projets complètement neufs. Et il s’agissait de deux futurs documents-clés du Concile : la Constitution sur l’Église et celle sur l’Église dans le monde. Durant la première période (de 1962), les journalistes belges s’étaient peu intéressés au Concile. La rumeur sur le rôle de leurs compatriotes ne manqua pas d’attirer certains rédacteurs à Rome au début de la seconde période, qui s’ouvrit en septembre 19638. Au-delà de l’effet journalistique du moment, il s’agit d’analyser avec précision le rôle exact du petit groupe des évêques et théologiens qui, parmi les quelque 200 Belges à avoir participé au Concile à un titre ou à un autre, ont été particulièrement actifs sur toute la durée de Vatican II. Les études déjà réalisées et les recherches en cours à propos de ce rôle permettent d’envisager une prochaine publication traitant spécialement de ce sujet. On pourra ensuite saisir la portée de ce rôle dans l’ensemble du Concile. Dans notre ouvrage, Mgr Prignon apporte de précieux éléments pour mieux connaître cette activité des Belges et comprendre sa place et sa portée.

8Actuellement, il est permis en tout cas de retenir le rôle très important de quelques personnalités : celui du théologien G. Philips, celui aussi de trois pères conciliaires, le cardinal Suenens, Mgr Charue et Mgr De Smedt ; et de relever combien le souci d’efficacité – notamment dans le suivi des grands documents et dans la sélection et la mise en forme des amendements à quelques grands textes, proposés par les pères conciliaires – a régné chez quelques Belges formant une équipe, du reste très ouverte à des collaborations venues d’autres pays.

9La préparation sur ordinateur et la mise en forme de l’ouvrage ont été assurées avec diligence par Eddy Louchez, assistant à la Faculté de théologie, qui s’est également chargé de rédiger un lexique et la liste onomastique. Celle-ci n’est pas exhaustive, mais elle permettra au lecteur d’identifier un certain nombre de personnages fréquemment évoqués dans les divers chapitres.

10Il faut souhaiter qu’au-delà du présent livre, qui contribuera, nous l’espérons, à une meilleure connaissance de l’histoire conciliaire et à celle des Belges au Concile, l’étude de ce chapitre essentiel de la vie de l’Église en notre temps progresse au bénéfice d’une mémoire chrétienne, soumise à l’Esprit qui agit aussi dans la quête de la vérité historique, et porteuse d’une espérance renouvelée.

Notes

1 L’Osservatore romano (éd. hebdom. en français), n° 42, 17 oct. 1995, p. 1. Au cours de ses rendez-vous dominicaux suivants, le pape a reparcouru les grands thèmes du Concile. D’autre part, la célébration du trentième anniversaire de la fin du Concile a donné lieu, au Vatican, à l’organisation d’une soirée musicale, le 27 oct. 1995.

2 En particulier au sein de l’équipe internationale constituée par l’Institut des sciences religieuses de Bologne (Italie), qui s’est donnée pour tâche de publier une Histoire du Concile Vatican II, à paraître en 5 volumes et en 6 langues. Le premier volume, portant sur les périodes antépréparatoire et préparatoire du Concile (1959-1962), est sorti de presse en nov. 1995, dans les versions italienne, anglaise et portugaise : G. Alberigo (dir.), Storia del concilio Vaticano II. 1. Il cattolicesimo verso una nuova stagione. L’annuncio e la preparazione, gennaio 1959-settembre 1962, Bologna, Soc. ed. Il Mulino, 1995, 549 p. L’édition française devrait suivre prochainement Au point de vue éditorial, l’entreprise est coordonnée par les éditions Peeters, de Leuven.

3 Respectivement les chapitres de Cl. Soetens et du P.J. Famerée, professeurs à la Faculté de théologie de l’Université de Louvain (Louvain-la-Neuve).

4 Respectivement : J.-L. Jadoulle, historien, assistant à l’Université de Louvain, et Fr. Houtart, professeur émérite de la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de la même université.

5 Respectivement : Mgr A. Prignon, ancien recteur du Collège belge de Rome, le chanoine P. de Locht, ancien maître de conférences à la Faculté de médecine de l’UCL et le chanoine Houtart. Ajoutons que nous publions dans ce volume, en mode d’illustration concrète du vécu conciliaire, des extraits des notes personnelles de trois autres acteurs théologiens : Mgr Ph. Delhaye et les P.J. Dupont et B. Olivier.

6 L’abbé A. Haquin, professeur à la Faculté de théologie de l’UCL.

7 Lieve Gevers, professeur à la Faculté de théologie de la KULeuven.

8 Voir notamment l’article de F. Colleye, dans Le Phare-Dimanche, du 6 oct. 1963, intitulé : « Les évêques belges jouent un rôle essentiel ».

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search