Version classiqueVersion mobile

L’emblématique au service du pouvoir

 | 
Grégory Ems

Conclusion

Texte intégral

  • 811 Voir l’introduction.

1 Tout au long de notre travail, une problématique bien précise nous a guidé, qui consistait à déterminer « les enjeux et les modalités de la mise en représentation du pouvoir politique, telle qu’elle se décline dans les recueils manuscrits » des affixiones bruxelloises sous le gouvernorat de Léopold-Guillaume de Habsbourg811. À cette fin, nous avons adopté trois approches distinctes mais complémentaires, qui ont montré que les expositions emblématiques furent particulièrement propices et efficaces pour exprimer un éloge et mettre en représentation - et même en scène - le pouvoir politique. En marge de cet examen ciblé, notre projet était également de valoriser un corpus encore peu étudié et de mettre en exergue les champs de recherche particulièrement riches et variés qu’il offre.

2Plusieurs facteurs expliquent le nombre relativement restreint de travaux consacrés aux affixiones des collèges jésuites de Bruxelles et de Courtrai, et en tout cas l’absence de toute étude approfondie dédiée entièrement et exclusivement à ce corpus : la méconnaissance des langues anciennes, l’émergence relativement récente des études emblématiques et néo-latines, mais aussi et peut-être surtout les sérieux préjugés dont ces œuvres font probablement l’objet. Or, les questions affluent quant à l’intérêt intrinsèque des emblèmes des affixiones et quant au possible impact qu’ils ont joué alors même que leur diffusion était particulièrement limitée.

3Les emblèmes sont le fruit de jeunes collégiens en cours de formation dont on pourrait a priori minimiser les compétences. Que vaut en effet leur connaissance des langues latine et grecque ? Les élèves étaient-ils suffisamment préparés pour réaliser des emblèmes, dont le mode de fonctionnement est particulièrement complexe ? Tout en admirant la beauté des picturae, l’aspect curieux, voire intriguant, des compositions emblématiques des élèves, les chercheurs modernes ont peut-être été trop prompts à les considérer comme de purs produits scolaires, coupés du monde et dénués d’intérêt, sinon sur le plan pédagogique. À cela s’ajoute le fait que, conservés sous forme manuscrite, les emblèmes ont connu une publicité réduite dans le temps et l’espace : exposées lors d’une festivité éphémère, ces œuvres, bien que visibles par tous, n’étaient lues et comprises que par une petite partie seulement du public.

  • 812 Voir Grégory Ems, « Jacques Sannazar et Jean Second au collège jésuite de Bruxelles au xviie siècle (...)
  • 813 Outre « Les expositions emblématiques, moyen de diffusion d’un doctrinae specimen...» (à paraître), (...)
  • 814 Outre le catalogue de Porteman (Emblematic Exhibitions..., 1996) et son article dans Paedagogica Hi (...)
  • 815 Voir Dekoninck, Ems, « Former l’image, former à l’image... » (à paraître).

4Notre présent travail, ainsi que plusieurs publications récentes que nous avons signées, mettent à mal ces idées préconçues. Il faut avant tout souligner la qualité des emblèmes, qui témoignent d’une bonne maîtrise des langues anciennes - dans leurs aspects grammaticaux, poétiques et rhétoriques -, mais aussi d’une culture large ainsi que d’une connaissance approfondie de l’emblématique, et des littératures antiques et modernes. Dans leurs compositions emblématiques, les collégiens ont imité Boèce, Horace, Martial et Ovide, mais aussi des poètes plus récents comme Jean Second (1511-1536) et Jacques Sannazar (ca. 1456-1530) ou, parmi les jésuites, Denis Petau (1583-1652), Mathias Casimir Sarbiewski (1595-1640), Guillaume van Hees (Guiliemus Hesius, 1601-1690) et Sidoine de Hossche (Sidronius Hosschius, 1596— 1653)812. Les emblémistes n’étaient pas non plus inconnus des élèves, qui se sont inspirés de Jacob Cats (1577-1660), Joannes Sambucus (1531-1584) et Julius Wilhelm Zincgref ( 1591-1635)813. Aussi, sur le plan pédagogique, le corpus des affixiones forme un observatoire exceptionnel d’une part pour renouveler l’étude de l’enseignement dispensé par la Compagnie de Jésus, souvent envisagé sous l’angle - réducteur – des textes normatifs, mais rarement approché au travers de la pratique concrète - pourtant révélatrice de l’érudition particulièrement vaste des élèves -, et d’autre part pour examiner le rôle propédeutique et épistémologique joué par l’emblème, qui est apparu aux jésuites comme un genre privilégié pour mettre à l’épreuve les acquis des collégiens814. Vitrines du système éducatif jésuite, faire-v(al)oir du talent et de l’ingéniosité des élèves, tout autant que de leurs nombreuses connaissances et compétences, les emblèmes révèlent de fait la capacité des jeunes à travailler les concepts et à jouer des finesses du langage (jeux de mots, ambiguïtés, etc. soit des processus intellectuels et linguistiques complexes), mais aussi à manier l’expression figurée et les processus emblématiques815. Il ne fait aucun doute que le mode de pensée singulier qu’impose l’emblématique a joué un rôle important dans la formation et l’élaboration d’une culture particulière au sein des sociétés des XVIe, XVIIe et xviiie siècles.

  • 816 Voir G. Ems, « Manuscript Circulation in the Society of Jésus... », dans Emblematica, 21 (2014), p. (...)
  • 817 Voir Porteman, Emblematic Exhibitions..., 1996, p. 128-129, 138 et 144-146.
  • 818 Voir Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du xiie au xviiie siècle », dans Annuaire de l’École Pra (...)

5Il convient par ailleurs d’insister sur le succès qu’ont connu les emblèmes des affixiones, dont le rayonnement a été plus large qu’on pourrait le penser. D’une part, plusieurs pères jésuites semblent avoir eu en haute estime ces compositions, qu’ils ont publiées en les insérant dans leurs propres œuvres, tel Jacobus Boschius (1635-1704) et Conrad Hertenberger (1691-1752)816. D’autre part, des copies des manuscrits des affixiones semblent avoir circulé : outre la reproduction incomplète du volume commémoratif de 1655 et la retranscription des expositions de 1659 et 1663 par un élève, Jacques de Keghel817, on peut encore mentionner un manuscrit retrouvé au Musée Victoria & Albert de Londres, qui reproduit vingt-quatre des cinquante-quatre emblèmes de l’exposition emblématique de 1683818. Ces différentes publications ou copies des emblèmes des élèves laissent supposer que le corpus était apprécié à son époque et qu’il a connu une certaine diffusion, en milieu jésuite à tout le moins.

6Nous pouvons regretter que ce corpus, valorisé en son temps, ne le soit pas davantage de nos jours. Car les affixiones bruxelloises et courtraisiennes ne devraient pas seulement intéresser les chercheurs en emblématique, les historiens de la Compagnie de Jésus ou encore les spécialistes de l’histoire de l’éducation. Elles offrent en effet de nombreuses possibilités de recherche dans divers domaines de l’analyse culturelle, telles l’étude de la société du spectacle de la Première Modernité ou l’histoire des représentations (entre autres).

  • 819 Grégory Ems, « Variété des ‘mises en scène’ emblématiques... », 2015, p. 705-734 et « De sucre et d (...)

7Nombreuses étaient les festivités et les célébrations où apparaissaient des emblèmes : la visite au collège du gouverneur des Pays-Bas méridionaux ou d’un évêque récemment intronisé, la canonisation de saints, ou encore le mariage de nobles locaux, sont autant d’événements qui donnaient lieu à la production d’emblèmes, offerts sous format papier, affichés dans l’un ou l’autre endroit de la ville, ou même montés à partir d’objets et impliquant parfois des acteurs819. Dans le cas des affixiones, les emblèmes n’étaient qu’une partie seulement d’un spectacle de plus grande ampleur et il revient aux jésuites d’avoir transformé un exercice scolaire en un véritable événement festif à destination d’un large public. La célébration du Saint-Sacrement devait sans doute attirer une foule nombreuse de citoyens, mais aussi la population des lieux avoisinants, sans oublier les dignitaires locaux et la noblesse internationale résidant dans la capitale. Se pose dès lors la question de la réception des expositions emblématiques par ce public et en particulier par Léopold-Guillaume. Sans pouvoir lire les emblèmes ou comprendre la symbolique complexe de l’appareil décoratif, tout le monde était à même de percevoir leur signification générale et d’admirer la représentation majestueuse du gouverneur triomphant. Ce dernier honora plusieurs expositions de sa présence et les archives indiquent qu’il examina attentivement les emblèmes. Ces derniers ne servaient donc pas seulement à tapisser les murs de la ville, à habiller les parois du collège pour donner à la procession du Saint-Sacrement plus de lustre et d’éclat. Ils furent parcourus, voire examinés, par le principal intéressé.

  • 820 À ce sujet, voir Ceulemans, Ems, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites ...,passim et en part (...)

8Profondément liés à l’actualité, les emblèmes sont le reflet de la culture et de la société de leur époque, passées au « prisme » de la pensée jésuite820. S’y dessine et s’en dégage en effet une forte identité catholique et « belge », dont le sentiment fut exacerbé sous Léopold-Guillaume, à la fois prince de sang et titulaire de la dignité épiscopale, dont les premiers succès rappelèrent des périodes plus heureuses et plus fastes. Sous le gouvernorat de ce prince habsbourgeois, que les jésuites portaient en haute estime et dans lequel ils placèrent l’espoir d’une incarnation de leur modèle du perfectus princeps Christianus, les affixiones ont été exploitées pour diffuser à l’extérieur du collège les valeurs et les idéaux de la Compagnie de Jésus. C’est ce qu’a montré notre étude, où nous avons mis en évidence le choix judicieux par les pères de l’emblématique et des affixiones pour assurer une plus grande visibilité - et corollairement efficacité - à leurs messages idéologiques et politiques.

9Sous le gouvernorat de Léopold-Guillaume, une nette évolution est perceptible au sein du corpus des affixiones. En effet, si le gouverneur est toujours célébré pour sa profonde piété et ses nombreuses vertus qui en font un parfait chrétien, ainsi que pour ses qualités politiques et militaires qui le signalent comme un prince accompli, cette image est sans cesse réactualisée selon les circonstances, voire mise en perspective au regard des succès remportés par le gouverneur, mais aussi des revers qu’il lui faut essuyer et qui risqueraient de le discréditer. De plus, l’éloge adressé à Léopold-Guillaume se complète, au fur et à mesure que l’archiduc fait ses preuves et confirme sa réputation : célébré comme Princeps Christianus en 1647 et comme prince habsbourgeois en 1648, il devient le modèle du commandant victorieux et pacifique en 1651 et en 1652. En soignant l’image du gouverneur, les affixiones participent à renforcer son aura et son autorité, et le légitiment dans sa fonction. Or, le choix de l’emblème pour mettre le prince en représentation n’est sans doute pas anodin.

  • 821 Sur cet aspect, voir notamment Daniel Russell, « Emblématique et anamorphose », dans Le point de vu (...)

10En explorant l’ensemble des modalités discursives de l’emblématique estudiantine jésuite dans le contexte historique et idéologique précis du gouvernorat de Léopold-Guillaume, nous avons mis en exergue les nombreuses ressources et possibilités qu’offre l’emblématique en terme d’expression et d’expressivité. Le « langage emblématique » se révèle particulièrement dense et riche, qui déploie en parallèle plusieurs strates sémantiques et, ce faisant, véhicule un sens subtil et nuancé. Ceci complique sensiblement la tâche d’interprétation des emblèmes, qui s’avère délicate, sinon périlleuse, et qui impose une exégèse minutieuse et prudente dont nous avons tracé quelques axes méthologiques. Par le regard singulier qu’elle projette sur le monde, l’emblématique opère une anamorphose821 : elle transforme sans l’altérer ce dont elle traite et en propose de facto une nouvelle configuration. Elle participe ainsi d’une forme de « représentation » du sujet qu’elle travaille et dont elle renouvelle la perception. C’est ce qui fait de l’emblématique un outil approprié à l’éloge, dont le but n’est pas de proposer de son objet une figuration fidèle, mais d’en construire un reflet déformé, chargé d’idéologie. L’emblème s’est dès lors imposé comme un outil particulièrement propice à la célébration du prince. In fine, les affixiones sont un témoignage concret de l’investissement des élèves dans la vie culturelle et politique de leur époque, même si l’éloge emblématique mis sur pied par les pères dans leur collège est le lieu d’un paradoxe puisque l’on ne sait jamais s’il vise davantage à rehausser la gloire du prince, à assurer celle des élèves, ou à faire celle des jésuites, les maîtres consommés et ingénieux de la scénographie emblématique.

  • 822 Voir Grégory Ems, « L’appareil décoratif des expositions emblématiques du collège jésuite bruxelloi (...)
  • 823 Comparer KBR, ms. 20.332 et Antwerpen, Ruusbroecgenootschap, ms. 231 [1107 D 37], Libellus Jacobi d (...)
  • 824 Il peut s’agir du peintre Carolus van Deijnum qui a réalisé le volume commémoratif, de Pieter Bout  (...)
  • 825 Voir Shoaf Turner, Write e.a., Dutch & Flemish Drawings..., vol. 2,2014, notamment p. 387.

11Si nous avons poussé aussi loin que possible notre étude de la représentation de Léopold-Guillaume telle qu’elle se déploie au sein des affixiones, notre travail ne rend compte que partiellement de la réalité qui fut celle de l’époque. Il est en effet difficile de se faire une idée juste et claire de la manière dont les expositions étaient concrètement réalisées, ni même de l’apparence exacte qu’elles pouvaient avoir. C’est que les sources apportent des renseignements limités et sont souvent incomplètes. Nous ne disposons ainsi d’aucune information sur la manière dont les expositions étaient présentées à Léopold-Guillaume. Peut-on envisager une explication orale des emblèmes, qui aurait permis à ce dernier de mieux percevoir l’éloge qui se déploie de manière parfois un peu floue dans les compositions des élèves ? Une telle hypothèse n’est pas incongrue puisque dès le xvie siècle le pédagogue jésuite J. Ledesma émit l’idée d’accompagner des affixiones emblématiques d’une forme de « concertation » entre l’auteur de la composition et un membre du public. De plus, outre que les volumes commémoratifs reproduisent certains éléments en les transformant, leur fidélité à l’événement initial pose question822. Ainsi, par exemple, l’élève J. de Keghel, qui a probablement pris note des emblèmes lors de son parcours de l’exposition de 1663, ajoute parfois au poème latin un texte grec dont on ne trouve aucune trace dans le volume commémoratif823. De même, sans que l’on sache qui fut l’auteur du manuscrit londonien reproduisant plusieurs emblèmes de l’exposition de 1683824, ni à partir de quels originaux il fut conçu, ce manuscrit n’est pas identique au volume commémoratif : si les picturae sont - hormis pour quelques détails ou quelques couleurs - presque en tout point pareilles dans les deux livrets, le manuscrit de Londres fournit de nombreux textes grecs absents du volume commémoratif dont on peut se demander s’il s’agit de compositions ajoutées ultérieurement ou de productions directement reprises des affiches825. Ce qui nous rappelle qu’il existe toujours un écart, plus ou moins important, mais difficile à évaluer, entre l’événement éphémère initial et son rendu (qui est davantage une représentation) en littérature ou dans les arts. Toujours évanescente et insaississable, la fête n’en reste pas moins un objet d’étude privilégié pour étudier l’identité et la mémoire qu’une culture et/ou une société a souhaité forger et qu’elle a laissées pour la postérité.

Notes

811 Voir l’introduction.

812 Voir Grégory Ems, « Jacques Sannazar et Jean Second au collège jésuite de Bruxelles au xviie siècle » et « L’influence des poètes jésuites sur les emblèmes estudiantins du collège bruxellois au xviie siècle », dans Neulateinisches Jahrbuch..., respectivement 15 (2013), p. 89-106 et 16 (2014), p. 29-52 ; id., « Les expositions emblématiques, moyen de diffusion d’un doctrinae specimen des élèves. Références littéraires dans les compositions estudiantines du collège jésuite bruxellois » (à paraître) ; Ralph Dekoninck, Grégory Ems, « Former l’image, former à l’image. Emblématique et pédagogie jésuite au xviie siècle » (à paraître).

813 Outre « Les expositions emblématiques, moyen de diffusion d’un doctrinae specimen...» (à paraître), voir Ceulemans, Ems, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites..., entre autres p. [66-69], [79], [117-118] et [157] pour Horace ; p. [125-126] et [139-140] pour Ovide ; p. [132] pour Hesius ; p. [130-131] pour Cats ; p. [134-135] pour Sambucus ; p. [128-129] pour Zincgref.

814 Outre le catalogue de Porteman (Emblematic Exhibitions..., 1996) et son article dans Paedagogica Historica (36/1 [2000], p. 179-196 : « The Use of the Visual... »), on consultera dans la revue Emblematica les articles de Judy Loach (« Jesuit Emblematics and the Opening of the School Year at the Collège Louis-Le-Grand », 9, 1995, p. 133-176), d’Ayers Bagley (« Some Pedagogical Uses of the Emblem in Sixteenth- and Seventeenth-Century England », 7, 1993, p. 39-60) et de Marc van Vaeck (« Printed Emblem Picturae in Seventeenth- and Eighteenth-Century Leuven University College Notes », 12, 2002, p. 285-326). Lire également dans The Jesuits and the Emblem Tradition... (1999) les articles de Laurence Grove (« Jesuit Emblematics at La Flèche... », p. 87-113), d’Éva Knapp et Gábor Tüskés (« Sources for the Teaching of Emblematics in the Jesuit Colleges in Hungary », p. 115-145), de Judy Loach («The Teaching of Emblematics... In Seventeenth- and Eighteenth-Century France», p. 161-186) et d’Alison Saunders (« Make the Pupils Do It Themselves... », p. 187-206). Dans Geert Vanpaemel e.a. (dir.), Ex Cathedra. Leuvense collegedictaten van de 16de tot de 18de eeuw, Louvain : Peeters, 2012, voir les articles de Marc van Vaeck (« ‘Printjes [...] tôt ciraet van de dictata’. Reeksen van embleemgravures in de Leuvense collegedictaten », p. 151-168 et « Embleemgravures in de Leuvense Collegedictaten », p. 241-271). Consulter encore Toon Van Houdt, Marc van Vaeck, One in a Thousand. Ephemeral Emblems in the Mechelen Seminarium Archiepiscopale, in Honour of Its President Petrus Dens (1765), Louvain : Peeters, 1996 ; A. Frank-van Westrienen, Het schoolschrift van Pieter Teding van Berkhout. Vergezicht op het gymnasiaal onderwijs in de zeventiende-eeuwse Nederlanden, Hilversum : Verloren, 2007, en particulier p. 196-240.

815 Voir Dekoninck, Ems, « Former l’image, former à l’image... » (à paraître).

816 Voir G. Ems, « Manuscript Circulation in the Society of Jésus... », dans Emblematica, 21 (2014), p. 161-205.

817 Voir Porteman, Emblematic Exhibitions..., 1996, p. 128-129, 138 et 144-146.

818 Voir Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du xiie au xviiie siècle », dans Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études, Section des sciences historiques et philologiques, 145 (2014), p. 130- 137, à la page 137 ; Jane Shoaf Turner e.a., Dutch & Flemish Drawings in the Victoria and Albert Museum, Londres : V&A Publications, vol. 2 (2014), p. 387-397 (nous remercions Ana Bebenedetti de nous avoir renseigné cette publication).

819 Grégory Ems, « Variété des ‘mises en scène’ emblématiques... », 2015, p. 705-734 et « De sucre et de papier. Mises en scène et mises en bouche des mets aux xvie et xviie siècles » (article à paraître dans Dix-septième siècle en 2016).

820 À ce sujet, voir Ceulemans, Ems, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites ...,passim et en particulier p. [134-141].

821 Sur cet aspect, voir notamment Daniel Russell, « Emblématique et anamorphose », dans Le point de vue de l’emblème, textes rassemblés par Paulette Choné, Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, 2001, p. 9-28.

822 Voir Grégory Ems, « L’appareil décoratif des expositions emblématiques du collège jésuite bruxellois au xviie siècle » (à paraître).

823 Comparer KBR, ms. 20.332 et Antwerpen, Ruusbroecgenootschap, ms. 231 [1107 D 37], Libellus Jacobi de Keghel.

824 Il peut s’agir du peintre Carolus van Deijnum qui a réalisé le volume commémoratif, de Pieter Bout - un peintre de la seconde moitié du xviie siècle, auquel le manuscrit du Musée Victoria et Albert a été attribué, et qui aurait reproduit les peintures de van Deijnum qu’il a peut-être aidé dans sa tâche de confection des picturae –, un élève, un jésuite, ou toute autre personne, soucieuse de disposer de son exemplaire personnel, conformément à une pratique bien attestée (au sujet de celle-ci, voir G. Ems, « Manuscript Circulation in the Society of Jésus... », 2014). Concernant le manuscrit londonien, voir les références bibliographiques données à la note 818.

825 Voir Shoaf Turner, Write e.a., Dutch & Flemish Drawings..., vol. 2,2014, notamment p. 387.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search