Version classiqueVersion mobile

L’emblématique au service du pouvoir

 | 
Grégory Ems

Chapitre liminaire. Contexte historique

Texte intégral

  • 81 Voir Sophie Aspeslagh, Het leven in het paleis op de Coudenberg te Brussel onder landvoogd Leopold (...)
  • 82 Voir Franz Aumann, « De tulp en de ‘Christus Patiens’ van Leopold Willem van Habsburg, het vermeend (...)
  • 83 Voir Krijg en kunst..., 2003.
  • 84 SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004. Renate Schreiber a aussi signé plusieurs arti (...)
  • 85 Ces travaux – qui ne sont pas tous « périmés » – sont essentiellement de portée historique. Voir no (...)
  • 86 Nous reprenons l’essentiel de nos informations de deux articles de Krijg en kunst... (2003), dont n (...)

1 Ces dernières années, la personne de Léopold-Guillaume a suscité un intérêt croissant : outre les différents mémoires de fin d’études inédits qui lui ont été consacrés en Belgique81 ainsi que quelques articles récents82, il faut aussi et surtout mentionner le catalogue d’exposition réalisé sous la direction de Franz Aumann et Jozef Mertens pour la très riche exposition consacrée à Léopold-Guillaume en 200383 ainsi que la biographie établie par Renate Schreiber84. Ces études, qui amendent et complètent les travaux plus anciens85, ont présenté en détail le personnage, son histoire ainsi que son époque. Dans la brève contextualisation historique ci-dessous, nous souhaiterions non pas réécrire ou synthétiser cette histoire, mais bien davantage mettre en évidence ce que Léopold-Guillaume a représenté en son temps et pour les anciens Pays-Bas86.

  • 87 Les relations familiales entre les Habsbourg étaient de facto plus complexes (voir Arnout Mertens, (...)
  • 88 Pour plus de renseignements sur la carrière ecclésiastique de Léopold-Guillaume, voir en particulie (...)
  • 89 Voir Jean-Jacques van Ormelingen, Ronald Rebitsch, « Keizerlijk opperbevelhebber », dans Krijg en k (...)

2Archiduc d’Autriche, Léopold-Guillaume de Habsbourg (1614-1662) est le fils cadet de l’empereur Ferdinand II (1578-1637) et le frère du futur Ferdinand III (1608- 1657 ; empereur à partir de 1637), ainsi que le cousin du roi d’Espagne, Philippe IV (1605-1665 ; roi à partir de 1621)87. Dernier-né de la famille, Léopold-Guillaume est rapidement orienté vers une carrière ecclésiastique et il obtient dans l’Église plusieurs dignités, dont celle d’évêque88. De plus, il occupe à partir de 1639 la fonction de coadjuteur de l’Ordre teutonique, dont il est solennellement consacré Grand Maître en 164289.

  • 90 Lefèvre, La secrétairerie d’État et de guerre..., 1934, p. 134. Voir aussi René Delplanche, Un légi (...)
  • 91 Voir SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Httmor"..., 2004, p. 56-62. Lire aussi Bernhard Demel, «  (...)
  • 92 Voir dans Krijg en kunst..., 2003 : Udo Arnold, Günter Kölzer, « Deutscher Orden und Westfälischer (...)

3 Léopold-Guillaume est toutefois « beaucoup plus homme de guerre que d’Église »90. Il est à deux reprises Généralissime de l’armée impériale (1639-1642 et 1645-1646), une charge prestigieuse avec de lourdes responsabilités91. En effet, l’archiduc se voit confier l’une des plus puissantes armées d’Europe en pleine guerre de Trente Ans (1618-1648)92. Sa tâche est d’autant plus ardue qu’il doit affronter un double ennemi : la Suède, face à laquelle il essuie en novembre 1642 une importante défaite à Breitenfeld, et la France, qui s’est impliquée dans la guerre de Trente Ans en déclarant la guerre à l’Espagne en mai 1635. Léopold-Guillaume parvient néanmoins à faire front.

  • 93 Voir Porteman, Emblematic Exhibitions..., 1996, p. 104. Sur les espoirs éveillés par Léopold-Guilla (...)
  • 94 Pour l’histoire des anciens Pays-Bas, nous avons utilisé entre autres René Delplanche, Un légiste a (...)
  • 95 Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, t. 1, Bruxelles : Ra (...)

4En 1647, Léopold-Guillaume rejoint les Pays-Bas espagnols pour y occuper le poste de gouverneur général au nom de Philippe IV. Avec ses antécédents militaires et ses titres ecclésiastiques, Léopold-Guillaume jouit d’une réputation élogieuse, qui éveille aux Pays-Bas de larges espoirs93. C’est que la situation du pays n’est pas des meilleures94. Depuis la fin du xvie siècle, les anciens Pays-Bas sont impliqués dans une guerre civile (connue sous le nom de Guerre de Quatre-Vingts Ans), qui a conduit à la scission, sinon officielle, au moins effective entre deux régions : les Provinces-Unies, républicaines et réformées, au nord ; les Pays-Bas espagnols, royalistes et catholiques, au sud95. Qui plus est, à partir de mai 1635, la France se lance à la conquête des Pays-Bas espagnols. Pris en étau, ces derniers deviennent de facto le théâtre principal du conflit entre l’Espagne, les Provinces-Unies et la France.

  • 96 Pirenne, Histoire de Belgique..., t. 3 ( 1973), p. 104.
  • 97 Voir Delpl anche, Unlégiste anversois au service de l’Espagne..., 1945,p. 121 ; Michel Devèze, L’Es (...)
  • 98 René Vermeir insiste sur l’importance d’un prince de sang pour représenter le roi dans les anciens (...)

5Les Pays-Bas méridionaux sont également en proie à des difficultés politiques. En novembre 1641, son gouverneur, le Cardinal-Infant Don Ferdinand (1609-1641), qui a succédé à l’Infante Isabelle Claire Eugénie (1566-1633), décède à 33 ans96. Pris au dépourvu, Philippe IV confie alors le gouvernement à un noble espagnol. Don Francisco de Melo (1597-1651), mais il doit le renvoyer en 1644 suite à son importante défaite à Rocroi en mai 1643, qui met à mal la réputation de l’armée espagnole97. Le roi le remplace par Don Manuel de Moura Corte Réal, marquis de Castel-Rodrigo (1590-1651), auquel il adjoint le général italien Ottavio Piccolomini (1599-1656). C’est dans ce contexte qu’arrive enfin en 1647 un prince de sang : Léopold-Guillaume98.

  • 99 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 71-87.
  • 100 Voir Mertens, « Oorlog met Frankrijk », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 190 (cat. 11.2).
  • 101 Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-27 ; Vermeir, « Leopold Will (...)

6Comme l’a très justement souligné Jozef Mertens, l’histoire du gouvernorat de Léopold-Guillaume se caractérise par une bipartition entre deux périodes contrastées, avec l’année 1653 pour charnière99. Si le gouverneur s’en sort plutôt bien au cours des cinq premières années (1647-1652), durant les quatre dernières (1653-1656) il voit se multiplier les embûches, les revers et les défaites100. Les raisons de cet état de fait sont multiples et corrélées à divers facteurs que plusieurs historiens - dont J an Roegiers et René Vermeir - ont déjà bien débroussaillés101.

  • 102 Voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-27.
  • 103 Voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-24.
  • 104 Sur la Fronde, voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 25 ; Vermei (...)
  • 105 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 77.
  • 106 KAtia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, (...)
  • 107 Olivier Chaline, « Chronologie », dans Dix-septième siècle, 240/3 (2008), p. 529-533.
  • 108 Voir Lefèvre, « Une Tractation de l’Archiduc... », dans Bulletin de la Commission Royale d’Histoire(...)

7La première moitié du gouvernorat de Léopold-Guillaume coïncide avec plusieurs événements internationaux d’ampleur, qui ont un impact direct sur les Pays-Bas espagnols et sur l’évolution des conflits qui s’y déroulent. En 1648, quelques mois seulement après l’arrivée du nouveau gouverneur, les pourparlers qui se sont tenus à Münster et à Osnabrück aboutissent à la signature des « traités de Westphalie », qui mettent un terme à deux longues guerres : celle de Trente Ans (1618-1648) et celle de Quatre-vingts Ans (1568-1648)102. Cet événement suscite de nouveaux espoirs auprès de la population, même si ces traités ne mettent pas fin au conflit avec la France103. L’année 1648 est aussi celle où éclatent en France les rivalités politiques qui, provoquées par la Fronde contre Mazarin, divisent le pays et connaissent deux grands moments : la Fronde dite « parlementaire » (1648-1649) et la « Fronde des princes » (165O-1653)104. Les dissensions qui en résultent affaiblissent sensiblement les capacités militaires des armées françaises, permettant à Léopold-Guillaume d’entrer en territoire ennemi et de s’emparer de plusieurs villes105. Elles ont aussi pour conséquence le passage de plusieurs généraux français dans le camp espagnol, en particulier le maréchal français Turenne en avril 165O106 et Condé en 1652107. La fortune semble sourire au parti espagnol et, dans les années 1650-1651, des tractations de paix sont menées avec la France ; elles n’aboutissent cependant pas108.

  • 109 Voir Aumann, « ‘Flandria liberata’... », dans Mertens (ed.), Miscellanea Baliviae..., 2000, passim.
  • 110 Voir Eugène Bouly, Histoire de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai : Hattu, 1842, p. 164-170 ; Louis T(...)
  • 111 Patrick Villiers, Les corsaires du littoral. Dunkerque, Calais, Boulogne. De Philippe II à Louis XI (...)
  • 112 Sur cette bataille, voir en particulier Lonchay, La rivalité de la France et de l’Espagne aux Pays- (...)
  • 113 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kimst..., 2003, p. 81-83. Sur la prise de (...)

8Ces divers événements et l’investissement enthousiaste du gouverneur fraîchement arrivé lui assurent des débuts prometteurs. Il remporte de nombreuses victoires, dont les principales sont Armentières, Comines, Lens et Landrecies en 1647, la récupération de la citadelle de Courtrai en mai 1648 et celle de la ville de Furnes et du château d’Estaires en août de la même année109. Il parvient encore à mettre à mal les armées françaises, en empêchant la prise de Cambrai à la fin juin 1649110 et en neutralisant une attaque contre Ostende111. Le seul revers d’envergure intervient près de Lens en mai 1648 : après que Léopold-Guillaume a repris la ville, l’armée espagnole et l’armée française s’affrontent face à face, au détriment de la première dont on estime qu’elle eut à supporter la mort d’un sixième de ses effectifs et l’emprisonnement de plus d’un quart de ses soldats112. Finalement, la première moitié du gouvernorat de l’archiduc connaît son apogée en 1652, avec la prise de deux places maritimes importantes : Gravelines le 17 mai et Dunkerque le 16 septembre suivant113.

  • 114 Gachard a édité la traduction d’« une relation des événements militaires arrivés aux Pays-Bas penda (...)
  • 115 Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas au xviie siècle, recueil commencé (...)
  • 116 Sur les ressorts de la crise qui éclate au grand jour en 1653 et sur « l’affaire Schwartzenberg » q (...)

9La suite du gouvernorat de l’archiduc est moins heureuse et une consultation des documents administratifs114 et des échanges épistolaires de l’époque115 révèle que l’année 1653 constitue un tournant décisif116. Plusieurs facteurs semblent en effet avoir provoqué chez Léopold-Guillaume un certain découragement.

  • 117 Les difficultés financières handicapantes rencontrées par Léopold-Guillaume durant son gouvernorat (...)
  • 118 Lire notamment Correspondance, t. 4 (1933), p. 7, doc. 13 ; p. 49, doc. 125 ; p. 59, doc. 150 ; p. (...)

10Tout au long de son gouvernorat, l’archiduc est confronté à une foule de difficultés de divers ordres. Dès 1647 le gouverneur se plaint du manque de moyens et d’argent mis à sa disposition117, qui entrave la bonne marche des opérations militaires et fait reposer sur la population le poids de la guerre118. Or, en dépit des doléances continuelles et régulières que Léopold-Guillaume adresse au roi, ce dernier ne change rien à sa politique et la situation ne fait qu’empirer. Le gouverneur s’est probablement senti quelque peu délaissé, sinon trompé, par Philippe IV.

  • 119 Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume..., 1956, p. 20.

11Parallèlement, l’enlisement puis l’abandon des pourparlers de paix avec la France dans les années 1650-1651, puis en 1653 la fin de la Fronde qui ne laisse rien présager de bon pour le parti espagnol révèlent à Léopold-Guillaume le manque de clairvoyance de Philippe IV, dont il peut « douter des intentions pacifiques »119.

  • 120 Voir Correspondance, t. 4 (1933), p. 385-386, doc. 944. Sur Schwartzenberg, voir entre autres SCHRE (...)
  • 121 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 49.

12C’est dans ce contexte que le gouverneur demande au roi d’être relevé de son poste. Dans sa réponse du 19 mars 1653, Philippe IV rejette la « démission » de son cousin mais profite de l’occasion pour lui demander de congédier définitivement son bras droit à Bruxelles, le comte Jean Adolphe de Schwartzenberg (1615-1683)120. Cette annonce est un coup dur pour Léopold-Guillaume, qui parvient à retarder le départ de son ami sans pour autant pouvoir l’empêcher. Il ne faut pas minimiser l’importance de cette affaire. En effet, le désaveu de Schwartzenberg par le roi est un événement d’autant plus amer pour Léopold-Guillaume que celui-ci comprend qu’à travers le comte, c’est lui qu’on vise et qu’en le privant de Schwartzenberg, c’est sa position qu’on cherche à affaiblir121, ainsi que l’avait déjà compris Nicolas Avancin, le biographe jésuite du gouverneur :

  • 122 Le prince dévot et guerrier ou les vertus héroïques de Léopold Guillaume archiduc d’Autriche, tradu (...)

Ce bon Prince fut outré de déplaisir & ressentit vivement vn ressort secret qu’on fit joüer sous main ; parce que sous pretexte d’vn Ministre qu’il cherissoit unicquement, il vitt que c’estoit à sa personne qu’on en vouloit ; l’intrigue de quelques envieux fut si forte et alla si avant que par ordre du Roy on obligea son grand Chambelan & premier Ministre, qui luy estoit tres-fidelle, de se retirer des Pais-bas. Il n’estoit pas tant offensé de ce qu’on luy enlevoit cette personne, que du tort qu’il jugeoit qui luy estait fait [...]122.

  • 123 Voir Correspondance, t. 4 (1933), préface, p. X ; Schreiber, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2 (...)

13De fait, les enjeux de « l’affaire Schwartzenberg » sont plus importants qu’il n’y paraît : le parti espagnol et hispanisant des cours madrilène et bruxelloise craignent que l’archiduc ne puisse avoir trop de pouvoir123. Déjà en 1649, un diplomate espagnol - le comte de Peñaranda - recommandait à Philippe IV le départ de Léopold-Guillaume :

Il ne suffit pas d’écarter Schwartzemberg. Si celui-ci s’en allait, ce dont Peñaranda doute, l’irritation pousserait l’archiduc à en choisir un autre pire encore. Quant à l’antipathie pour la nation espagnole, Léopold-Guillaume est aussi mauvais que Schwartzemberg. Si le Roi veut être duc de Brabant et comte de Flandre, il doit aussi écarter Léopold-Guillaume. [...] L’archiduc retournera volontiers à Passau. Le fit-il de mauvais gré, il importerait qu’il le fit (Correspondance, t. 6 [1937], p. 653, doc. 1503).

  • 124 Pagès, La guerre de Trente Ans, 1949, p. 10. Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dan (...)
  • 125 Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd...», dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41 (nous traduisons d (...)
  • 126 Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd...», dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41 (nous traduisons d (...)
  • 127 Voir Lefèvre, « Het slotbedrijf van het Spaanse regime in de Zuidelijke Nederlanden (1648- 1700) », (...)
  • 128 Dans son mémoire de licence, Sophie Aspeslagh a fait le point sur les différents postes à la cour d (...)
  • 129 Sur le comte de Fuensaldaigne, voir José Benavides, « Fuensaldaña, Spaans opperbevelhebber in de Ne (...)
  • 130 Mertens, « De landvoogd », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 163 (nous traduisons du néerlandais).
  • 131 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 46.

14Comme l’indique René Vermeir, bien qu’il ne soit pas issu de la branche espagnole, Léopold-Guillaume est un membre éminent de la maison des Habsbourg, tandis que, tout en dépendant de la souveraineté du roi d’Espagne, les Pays-Bas forment, « dans le Saint-Empire, l’un des dix cercles créés jadis par l’Empereur Maximilien Ier, le Cercle de Bourgogne »124. C’est ce qui explique la grande complexité de la position occupée par Léopold-Guillaume, dont l’origine inspire la confiance au roi mais une profonde méfiance au sein du parti espagnol, qui doute de la « contrôlabilité » (selon la formule de Vermeir) de l’archiduc et qui désire conserver sa mainmise sur le pouvoir125. Cette tension est d’autant plus sensible que les Pays-Bas sont un important atout géostratégique pour l’Espagne, puisque c’est depuis Bruxelles que l’Espagne « coordonne les opérations militaires dans le nord-ouest de l’Europe »126. Il en découle de « l’antipathie » de certains Espagnols à l’égard de l’archiduc, perçu comme une véritable menace pour la souveraineté de Philippe IV127. C’est pourquoi le gouverneur est entouré à Bruxelles de responsables espagnols, qui occupent à la cour des places stratégiques128. C’est le cas d’Alonso Pérez de Vivero, comte de Fuensaldaigne et mayorddomo mayor à la cour de Léopold-Guillaume129, où il sert de « chien de garde »130 pour tenir le gouverneur à l’œil131.

  • 132 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 44. Lire égalem (...)
  • 133 Voir dans Krijg en kunst..., 2003 : Geert Souvereyns, « Karel IV van Lotharingen », p. 198 (cat. II (...)

15 Au malaise lié à l’éloignement de Schwartzenberg s’ajoutent d’autres problèmes dans les mois qui suivent. Léopold-Guillaume doit faire face aux troubles que provoquent les deux alliés du roi d’Espagne - Charles IV, le duc de Lorraine, puis, plus tard, le prince de Condé - qui ne reconnaissent pas la prérogative du gouverneur sur leur autorité et échappent ainsi à tout contrôle, au détriment parfois des populations des Pays-Bas132. Le duc de Lorraine est arrêté à la fin février 1654 et remplacé par Nicolas François de Lorraine, avec lequel la situation n’est pas moins tendue133.

  • 134 Nous passons notamment « l’affaire Roose », un membre de la cour bruxelloise qui ne supporta pas d’ (...)
  • 135 Voir Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume..., 1956, p. 33.
  • 136 Lettre au premier ministre espagnol en juillet 1655 (Correspondance, t. 6 [1937], p. 693, doc. 1594 (...)
  • 137 Lettre à Philippe IV en juillet 1655 (Correspondance, t. 4 [1933], p. 500, doc. 1211).
  • 138 Lettre à Philippe IV en juillet 1655 (Correspondance, t. 4 [1933], p. 500, doc. 1213). Même si la s (...)

16Ces difficultés, dont l’inventaire n’est pas exhaustif134, expliquent sans aucun doute la lassitude de Léopold-Guillaume dont les défaites se multiplient et les victoires se font rares à partir de 1653. Dès ce moment, le gouverneur exprime régulièrement son désappointement en constatant que Philippe IV est sourd à ses récriminations et à ses requêtes135. Le désespoir de l’archiduc est tel qu’il ironise de la situation : « il se plaint d’être tout à fait abandonné par l’Espagne. Il ne considère plus sa présence aux Pays-Bas comme étant d’une utilité quelconque. Pour ne constater que des pertes, il ne semble pas qu’on ait besoin d’un Habsbourg »136. Il écrit encore que l’armée « diminue sans cesse ; à la fin, il est à craindre qu’il ne reste plus que les drapeaux »137. Enfin, il « se plaint de ce qu’en sa présence on ait modifié sensiblement la marche de l’armée, sans avoir attendu ses ordres. Dans ces conditions sa présence est inutile, il lui est plus profitable de prendre les eaux de Spa pendant la bonne saison »138. Le ton sur lequel Léopold-Guillaume s’adresse au roi ou au premier ministre de celui-ci dans ces trois extraits nous semble particulièrement représentatif de son état dépressif : il atteste en tout cas de l’absurdité de la situation à ses yeux.

17 L’absence de progrès significatifs dans le conflit franco-espagnol durant son gouvernorat et la multiplication des encombres auxquels il est confronté conduisent Léopold-Guillaume à abandonner en mai 1656 sa charge pour laquelle il s’est épuisé lentement mais irréparablement, aussi bien physiquement que moralement. Sur les neuf années d’intervalle entre le début et la fin de son gouvernorat, l’enthousiasme a laissé place à la déception. Or, cette évolution, on en observe directement les effets sur les expositions emblématiques jésuites, auxquelles nous pouvons à présent pleinement nous consacrer.

Notes

81 Voir Sophie Aspeslagh, Het leven in het paleis op de Coudenberg te Brussel onder landvoogd Leopold Willem van Oostenrijk (1647-1656), Louvain : KUL, 2007 ; Emmy Toonen, Timore Domini. Zuidnederlandse religieuze historieschilderkunst in het bezit van aartshertog Leopold-Wilhelm (1647-1656), Louvain : KUL, 1990 ; Veerle Van Goolen, Leopold-Willem, Gouverneur-Generaal van de Spaanse Nederlanden (1647-1656), Louvain : KUL, 1982 ; Roselien Van Loocke, Het kunstmecenaat van landvoogd Leopold Willem (1647-1656) in de Zuidelijke Nederlanden, mémoire inédit en histoire, Louvain : KUL, 2002 ; Monique Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume gouverneur-général des Pays-Bas (1647-1656), Louvain-la-Neuve : UCL, 1956.

82 Voir Franz Aumann, « De tulp en de ‘Christus Patiens’ van Leopold Willem van Habsburg, het vermeende Albergati-portret door Jan van Eyck en andere trouvailles », dans Jozef MERTENS (ed.), "Met desen crude est guet stoven... ”. Biesense opstellen opgedragen aan Gilbert van Houtven, Bilzen : Historisch Studiecentrum Alden Biesen, 2006, p. 247-260 ; Agnes Kory, « Leopold Wilhelm and His Patronage of Music with Special Reference to Opera », dans Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 36, 1/2(1995), p. 11-25 ; Rudolf Rasch, « Constantijn Huygens in Brussel op bezoek bij Leopold Wilhelm van Oostenrijk 1648-1656 », dans Revue belge de Musicologie..., 55 (2001), p. 127-146 ; Piet Stryckers, « Muziek aan het hof van Leopold Wilhelm en de opkomst van de barok in de Zuidelijke Nederlanden », dans Louis Peter Grup (ed.), Een muziek geschiedenis der Nederlanden, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2001, p. 296-
301 ; Sandrine Thieffry, « L’archiduc Léopold-Guillaume à Bruxelles (1647-1656). Le bon usage du mécénat musical en temps de guerre », dans Revue belge de Musicologie..., 56 (2002), p. 159- 175. Consulter également Jozef Mertens (ed.), Miscellanea Baliviae de Juncis II Verzamelde opstellen over Alden Biesen, Bilzen : Historisch Studiecentrum Alden Biesen, 2000, en particulier les articles de Franz Aumann (« ‘Flandria liberata’. Een merkwaardige kunstprent in 1653 door de stad Gent opgedragen aan landvoogd Leopold Willem van Oostenrijk », p. 265-305), de Bernhard Demel (« Hoch- und Deutschmeister Leopold Wilhelm von Österreich [1641-1662] », p. 223-264) et de René Vermeir (« De landvoogdij in de Zuidelijke Nederlanden van Isabella tot Leopold Willem [1621-1647] », p. 209-222). Signalons enfin deux présentations claires et concises de la vie de Léopold-Guillaume : Jean BÉRENGER, « L’historiographie à la cour de Vienne (xve et xviie siècles) », dans Chantal Grell (dir.), Les historiographes en Europe de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris: Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p. 109-126, à la page 121 ; Porteman, Emblematic Exhibitions..., 1996, p. 104-105.

83 Voir Krijg en kunst..., 2003.

84 SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004. Renate Schreiber a aussi signé plusieurs articles sur Léopold-Guillaume (voir notamment « Erzherzog Leopold Wilhelm und das Theater in Brüssel... », dans Maske und Kothurn..., 48, 2002, p. 251-263).

85 Ces travaux – qui ne sont pas tous « périmés » – sont essentiellement de portée historique. Voir notamment Adolf Berger, « Studien zu den Beziehungen des Erzherzogs Leopold Wilhelm... », dans Berichte und Mittheilungen des Alterthums-Vereines zu Wien, 21 (1882), p. 52-72 ; H. Houtman-Desmedt, « De Zuidelijke Nederlanden na de vrede van Munster... », dans Algemene Geschiedenis der Nederlanden, t. 8, 1979, p. 297-307 ; Joseph Lefèvre, « La Cour de l’Archiduc Léopold-Guillaume... », dans Archives, Bibliothèques et Musées de Belgique, 5 (1928), p. 65-77 ; id., La secrétairerie d’État et de guerre sous le régime espagnol..., Bruxelles : Palais des Académies, 1934 ; id., « Une Tractation de l’Archiduc Léopold-Guillaume avec le duc d’Orléans en 1650 », dans Académie Royale de Belgique. Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 1936, p. 107-135 ; id., « Het slotbedrijf van het Spaanse regime in de Zuidelijke Nederlanden... », dans J. A. van Houtte e.a., Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. 7 (1954), p. 91-100 ; Franz Mareš, « Beiträge zur Kenntnis der Kunstbestrebungen des Erzherzogs Leopold Wilhelm », dans Jahrbuch kunsthistorischer Sammlungen des allerhöchsten Kaiserhauses, 5 (1887), p. 343-363 ; Gottfried Mraz, Herbert Haupt, « Das Inventar der Kunstkammer und der Bibliothek des Erzherzogs Leopold Wilhelm aus dem Jahre 1647 », dans Jahrbuch der kunsthistorischen Sammlungen in Wien, 77 (1981), p. I-LIX ; Hans Vlieghe, « David II Teniers (1610-1690) en het hof van aartshertog Leopold-Wilhelm en Don Juan van Oostenrijk - 1647-1659 », dans Gentse Bijdragen tot de Kunstgeschiedenis en de Oudheidkunst, 19 (1961-1966), p. 123-149 ; id., « The Decorations for Archduke Leopold William’s State Entry into Antwerp », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 39 (1976), p. 190-198 ; Heinrich Zimerman, « Inventar der Schatzkammer des Erzherzogs Leopold Wilhelm, 1660 April 30, Wien », dans Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des Allerhöchsten Kaiserhauses, 7/2 (1888), p. LXVII-LXXX1V. La collection d’art de Léopold-Guillaume a aussi attiré depuis longtemps l’attention de plusieurs chercheurs, tel Fritz Grossmann : « A Painting by Georges de La Tour in the Collection of Archduke Leopold Wilhelm. À Postscript » dans The Burlington Magazine, 100/660 (1958), p. 86-91 et 101/670 (1959), p. 27.

86 Nous reprenons l’essentiel de nos informations de deux articles de Krijg en kunst... (2003), dont nous suivons plusieurs pistes: Jozef Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », p. 71-87 et René Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », p. 39-51.

87 Les relations familiales entre les Habsbourg étaient de facto plus complexes (voir Arnout Mertens, « Habsburgse stamboom », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 141).

88 Pour plus de renseignements sur la carrière ecclésiastique de Léopold-Guillaume, voir en particulier Udo Arnold, « Leopold Wilhelm als Kirchenfürst », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 15- 21 (consulter aussi Jozef Mertens, « Een pion op het politieke schaakbord », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 146-147) ; SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004, p. 23-27 (Kapitel 2 - Der KIrchenfürst).

89 Voir Jean-Jacques van Ormelingen, Ronald Rebitsch, « Keizerlijk opperbevelhebber », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 151.

90 Lefèvre, La secrétairerie d’État et de guerre..., 1934, p. 134. Voir aussi René Delplanche, Un légiste anversois au service de l’Espagne. Pierre Roose..., s.l. : Les Presses de Belgique, 1945, p. 145 ; Henri Pirenne, Histoire de Belgique. Des origines à nos jours, t. 3, Bruxelles : La Renaissance du Livre, 1973, p. 105-106 : Albert Waddington, La République des Provinces-Unies. La France et les Pays-Bas espagnols de 1630 à 1650, t. 2, Paris : G. Masson, 1897, p. 115.

91 Voir SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Httmor"..., 2004, p. 56-62. Lire aussi Bernhard Demel, « Hoch- und Deutschmeister... », dans Miscellanea Baliviae..., 2000, p. 223-264 ; Robert Rebitsch, « Leopold Wilhelm als Oberbefehlshaber der kaiserlichen Armee im DreiBigjâhrigen Krieg », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 9-14.

92 Voir dans Krijg en kunst..., 2003 : Udo Arnold, Günter Kölzer, « Deutscher Orden und Westfälischer Frieden », p. 29-38 et Jan Roegiers, « Spanje, Habsburg, en Europa. De Nederlanden onder Leopold Willem », p. 23-27. Sur la guerre de Trente Ans, lire Georges Livet, La guerre de Trente ans, 5e éd., Paris : PUF, 1991 ; Georges Pagès, La guerre de Trente Ans 1618-1648, Paris : Payot, 1949. Pour un panorama des guerres menées en Europe au xviie siècle, avec une analyse des différentes forces européennes en présence dans les conflits, voir Lucien Bély, Jean Bérenger, André Corvisier, Guerre et paix dans l’Europe du xviie siècle, Paris : SEDES, 1991.

93 Voir Porteman, Emblematic Exhibitions..., 1996, p. 104. Sur les espoirs éveillés par Léopold-Guillaume et sa réputation, lire aussi Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 71 et 75.

94 Pour l’histoire des anciens Pays-Bas, nous avons utilisé entre autres René Delplanche, Un légiste anversois au service de l’Espagne..., 1945 ; Georges-Henri Dumont, Histoire de la Belgique. Des origines à 1830, Bruxelles : Le Cri, 2005 ; Alexandre HENNE, Alphonse Wauters, Histoire de la Ville de Bruxelles, nouv. éd., t. 2, Bruxelles : Culture et Civilisation, 1969 ; Henri Lonchay, La rivalité de la France et de l’Espagne aux Pays-Bas 1635-1700..., Bruxelles : Hayez, 1896 ; Pirenne, Histoire de Belgique..., t. 3 (1973) ; René Vermeir, In staat van oorlog. Filips IV en de Zuidelijke Nederlanden, 1629-1648, Maastricht : Shaker, 2001 ; Waddington, La République des Provinces-Unies..., 2 t., 1895-1897. Pour une chronologie synthétique, consulter Olivier Chaline, « Chronologie », dans Dix-septième siècle, 240/3 (2008), p. 529-533. Pour une bibliographie plus complète, voir Olivier Chaline, René Vermeir, « Bibliographie sommaire sur les Pays-Bas espagnols », dans Dix-septième siècle, 240/3 (2008), p. 519-528. Signalons enfin une étude récente, qui ne dresse pas seulement une synthèse historique des anciens Pays-Bas espagnols, mais propose aussi un panorama politique, économique, culturel et religieux : Paul Janssens (dir.), La Belgique espagnole et la principauté de Liège (1585-1715), 2 vol., Bruxelles : La Renaissance du livre, 2006.

95 Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918, t. 1, Bruxelles : Racine, 2000, p. 114.

96 Pirenne, Histoire de Belgique..., t. 3 ( 1973), p. 104.

97 Voir Delpl anche, Unlégiste anversois au service de l’Espagne..., 1945,p. 121 ; Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV (1621-1665). « Siècle d’or et de misère », Paris : SEDES, t. 1 ( 1970), p. 232-235 ; Henne, Wauters, Histoire de la Ville de Bruxelles, t. 2 (1969), p. 62-64 ; Pirenne, Histoire de Belgique..., t. 3 (1973), p. 104 ; Pagès, La guerre de Trente Ans, 1949, p. 219-220.

98 René Vermeir insiste sur l’importance d’un prince de sang pour représenter le roi dans les anciens Pays-Bas : voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 40.

99 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 71-87.

100 Voir Mertens, « Oorlog met Frankrijk », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 190 (cat. 11.2).

101 Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-27 ; Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd...», dans Krijg en kunst..., 2003, p. 39-51. Une présentation précise et complète des différents problèmes auxquels Léopold-Guillaume fut confronté a été dressée dans un mémoire de licence : Van Goolen, Leopold-Willem, Gouvemeur-Generaal..., 1982.

102 Voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-27.

103 Voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 23-24.

104 Sur la Fronde, voir Roegiers, « Spanje, Habsburg... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 25 ; Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 42-46. Lire aussi la rubrique « Oorlog met Frankrijk », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 190 sqq.

105 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 77.

106 KAtia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel : Champ Vallon, 1999, p. 142.

107 Olivier Chaline, « Chronologie », dans Dix-septième siècle, 240/3 (2008), p. 529-533.

108 Voir Lefèvre, « Une Tractation de l’Archiduc... », dans Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 1936, p. 107-135.

109 Voir Aumann, « ‘Flandria liberata’... », dans Mertens (ed.), Miscellanea Baliviae..., 2000, passim.

110 Voir Eugène Bouly, Histoire de Cambrai et du Cambrésis, Cambrai : Hattu, 1842, p. 164-170 ; Louis Trenard (dir.), Histoire de Cambrai, préface de Jacques LEGENDRE, Lille : Presses universitaires de Lille, 1982, p. 145-146.

111 Patrick Villiers, Les corsaires du littoral. Dunkerque, Calais, Boulogne. De Philippe II à Louis XIV (1568-1713), Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 145.

112 Sur cette bataille, voir en particulier Lonchay, La rivalité de la France et de l’Espagne aux Pays-Bas, 1896, p. 127-128 ; Lottin, Guignet, Histoire des provinces françaises du nord, 2006, p. 182- 183 ; Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume..., 1956, p. 16-17.

113 Voir Mertens, « De gehuldigde krijgsheer », dans Krijg en kimst..., 2003, p. 81-83. Sur la prise de Dunkerque, lire la Relation inédite de la défense de Dunkerque (1651-1652) par le maréchal d’Estrades, suivie de quelques-unes de ses lettres également inédites (1653-1655), publiées... par Philippe Tamizey de Larroque, Paris : Glaudin ; Bordeaux : Gounouilhou, 1872.

114 Gachard a édité la traduction d’« une relation des événements militaires arrivés aux Pays-Bas pendant les années 1648 à 1653, relation dictée par le compte de Fuensaldaña, commandant en chef de l’armée royale sous les ordres de l’archiduc Léopold » (Les Bibliothèques de Madrid et de l ’Escurial. Notices et extraits des manuscrits qui concernent l’histoire de Belgique, Bruxelles : F. Hayez, 1875, p. 300 ; le document est donné aux pages 300-325).

115 Correspondance de la Cour d’Espagne sur les affaires des Pays-Bas au xviie siècle, recueil commencé par Henri Lonchay et continué par Joseph Cuvelier, avec la collaboration de Joseph Lefèvre, Bruxelles : Lamertin, t. 3 (Précis de la Correspondance de Philippe IV [1633-1647]), 1930 et t. 4 (Précis de la Correspondance de Philippe IV [1647-1665]), 1933 ; Bruxelles : Palais des Académies, t. 6 (Supplément [1598-1700]), 1937.

116 Sur les ressorts de la crise qui éclate au grand jour en 1653 et sur « l’affaire Schwartzenberg » qui en est le catalyseur, voir en particulier Correspondance, t. 4 (1933), préface, p. VII-XV ; Lefèvre, La secrétairerie d’État et de guerre..., 1934, p. 136-138 et 142-143 ; Lefèvre, « Het slotbedrijf van het Spaanse regime in de Zuidelijke Nederlanden (1648-1700) », dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. 7 ( 1954), p. 91 -100 ; Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst, 2003, p. 46-47 et 49 ; VAN Goolen, Leopold-Willem, Gouvemeur-Generaal..., 1982; SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004, p. 43-44 et 74-80.

117 Les difficultés financières handicapantes rencontrées par Léopold-Guillaume durant son gouvernorat ont été particulièrement bien mises en exergue par Van Goolen (Leopold-Willem, Gouvemeur-Generaal..., 1982, p. 27-62 et p. 190-196).

118 Lire notamment Correspondance, t. 4 (1933), p. 7, doc. 13 ; p. 49, doc. 125 ; p. 59, doc. 150 ; p. 175, doc. 442 ; p. 266, doc. 652 ; p. 269, doc. 659 ; p. 353, doc. 867 ; p. 361, doc. 889 ; p. 410, doc. 1004 ; p. 455, doc. 1095 ; etc. Sur les conséquences directes et indirectes des guerres sur les Pays-Bas, lire tout particulièrement Myron P. Gutmann, « Les séquelles de la guerre » et Denis Morsa, « Le siècle de malheur ? », dans La Belgique espagnole..., vol. 1, 2006, respectivement p. 83-99 et p. 100-133.

119 Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume..., 1956, p. 20.

120 Voir Correspondance, t. 4 (1933), p. 385-386, doc. 944. Sur Schwartzenberg, voir entre autres SCHREIBER, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004, p. 43-45 et Van Goolen, Leopold-Willem, Gouverneur-Generaal..., 1982, p. 72-85.

121 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 49.

122 Le prince dévot et guerrier ou les vertus héroïques de Léopold Guillaume archiduc d’Autriche, traduit du latin du révérend père Nicolas Avancin et augmenté de quelques mémoires en François par le père Henry Bex, tous deux de la Compagnie de Jésus, Lille : Nicolas de Rache, M.DC.LXVII, p. 185.

123 Voir Correspondance, t. 4 (1933), préface, p. X ; Schreiber, .,Ein galeria nach meinem Humor"..., 2004, p. 74 ; Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41. Sur les tensions que suscita la présence de Léopold-Guillaume, un archiduc d’Autriche, au sein d’une cour hispanisante, voir Lefèvre, La secrétairerie d’État et de guerre..., 1934, en particulier aux pages 136-138 et p. 142-143.

124 Pagès, La guerre de Trente Ans, 1949, p. 10. Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41.

125 Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd...», dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41 (nous traduisons du néerlandais). Voir Correspondance, t. 4 (1933), p. X.

126 Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd...», dans Krijg en kunst..., 2003, p. 41 (nous traduisons du néerlandais) ; voir aussi Devèze, L ’Espagne de Philippe IV (1621-1665), t. 1 (1970), p. 43, p. 97 (n. 1) et p. 163 ; Jonathan Israel, « La monarchie espagnole entre le marteau et l’enclume (1621-1648) », dans La Belgique espagnole..., vol. 1, 2006, p. 33-39, à la page 36.

127 Voir Lefèvre, « Het slotbedrijf van het Spaanse regime in de Zuidelijke Nederlanden (1648- 1700) », dans Algemene geschiedenis der Nederlanden, t. 7 (1954), p. 98.

128 Dans son mémoire de licence, Sophie Aspeslagh a fait le point sur les différents postes à la cour de Bruxelles sous le gouvernorat de Léopold-Guillaume, en précisant les prérogatives qui y étaient attachées ainsi qu’en faisant l’histoire de leurs détenteurs (Het leven in het paleis op de Coudenberg te Brussel onder landvoogd Leopold Willem van Oostenrijk [1647-1656], 2007).

129 Sur le comte de Fuensaldaigne, voir José Benavides, « Fuensaldaña, Spaans opperbevelhebber in de Nederlanden », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 193-194. Sur la fonction de mayorddomo mayor, voir Aspeslagh, Het leven in het paleis op de Coudenberg..., 2007, p. 66-68.

130 Mertens, « De landvoogd », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 163 (nous traduisons du néerlandais).

131 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 46.

132 Voir Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 44. Lire également Ernest Gossart, L’auberge des princes en exil. Anecdotes de la cour de Bruxelles au xviIe siècle, Bruxelles: P. Weissenbruch, 1905 (en particulier p. 164-166) ; Geert Souvereyns, « Traicté entre [...] Léopold Guillaume [...] et [...] Maximilian-Henry », dans Krijg en kunst..., 2003, p. 199-200 (cat. 11.2.13); Van Goolen,Leopold-Willem, Gouverneur-Generaal..., 1982, p. 141-160 (Condé) et p. 161-176 (duc de Lorraine).

133 Voir dans Krijg en kunst..., 2003 : Geert Souvereyns, « Karel IV van Lotharingen », p. 198 (cat. II.2.11) et Vermeir, « Leopold Willem als landvoogd... », p. 44.

134 Nous passons notamment « l’affaire Roose », un membre de la cour bruxelloise qui ne supporta pas d’en être évincé sous Léopold-Guillaume. Voir Delplanche, Un légiste anversois au service de l’Espagne..., 1945; VAN Goolen,Leopold-Willem, Gouverneur-Generaal..., 1982, p. 112-140 ; R. Vermeir, « Les limites de la monarchie composée. Pierre Roose, factotum du comte-duc d’Olivares aux Pays-Bas espagnols », dans Dix-septième siècle, 3/204 (2008), p. 495-518.

135 Voir Verboomen, Contribution à l’histoire de l’archiduc Léopold-Guillaume..., 1956, p. 33.

136 Lettre au premier ministre espagnol en juillet 1655 (Correspondance, t. 6 [1937], p. 693, doc. 1594).

137 Lettre à Philippe IV en juillet 1655 (Correspondance, t. 4 [1933], p. 500, doc. 1211).

138 Lettre à Philippe IV en juillet 1655 (Correspondance, t. 4 [1933], p. 500, doc. 1213). Même si la santé fragile de l’archiduc le conduisit à prendre les eaux à Spa (voir Aumann, « ‘Flandria liberata’... », dans Miscellanea Baliviae..., 2000, p. 277, n. 45 ; Van Goolen, Leopold-Willem, Gouverneur-Generaal..., 1982, p. 5-6), il n’est nullement exclu qu’il y ait dans cette lettre une boutade de la part du gouverneur.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search