Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

Annexe 2 – Liste des confréries de Rome

Texte intégral

1L’histoire de l’implantation des confréries dans la topographie urbaine est souvent très compliquée : avant de trouver leur pleine reconnaissance, les associations se déplacent plusieurs fois d’une église à l’autre jusqu’à l’obtention de leur siège définitif (voir ch. I, § 2.4.). De nombreuses sodalités, de surcroît, possèdent plusieurs édifices (églises, oratoires, hôpitaux) qui, loin de constituer nécessairement un complexe monumental unique, sont parfois situés dans des rioni différents. Prendre en compte, dans la représentation cartographique, tous les changements de siège et les différents édifices qui étaient propres à chaque compagnie aurait multiplié de manière impressionnante le nombre de points signalés dans nos cartes – auxquelles l’édition papier ne concède qu’un espace limité –, et abouti à les rendre illisibles. Pour chaque confrérie, nous avons donc choisi le siège que nous avons considéré comme le plus représentatif de son histoire et de son évolution, puisque l’objectif visé par ce travail était surtout de donner au lecteur une idée de la distribution de ces institutions dans l’espace urbain. Une édition numérique des cartes devrait permettre dans l’avenir de proposer une représentation beaucoup plus fine de la situation des confréries dans la topographie de la cité.

  • 1 Pour chaque confrérie, ce numéro correspond à sa localisation sur les diverses cartes.
  • 2 Abréviations utilisées : U = Confrérie universelle ; M = Confrérie de métier ; N = Confrérie nation (...)
  • 3 Il s’agit de l’association des « courtisans », c’est-à-dire des chambellans et des « gentilshommes  (...)

Note1
Note2
Note3

Notes

1 Pour chaque confrérie, ce numéro correspond à sa localisation sur les diverses cartes.

2 Abréviations utilisées : U = Confrérie universelle ; M = Confrérie de métier ; N = Confrérie nationale.

3 Il s’agit de l’association des « courtisans », c’est-à-dire des chambellans et des « gentilshommes » au service des cardinaux, des princes, des ambassadeurs et des quatre prélats « di fiocchetto » – monsignori le gouverneur de Rome, l’auditeur de chambre, le trésorier et le majordome – (G. MORONI, Dizionario di erudizione, XXII, in Venezia, dalla Tipografia Emiliana, 1843, p. 136 - 137).

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search