Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

V – Naissance d’une confrérie, essor d’une dévotion

L’archiconfrérie des Sacrés Stigmates de saint François

Texte intégral

  • 1 « Havendo nostro Signore Iesù Christo et la Sua sempre Vergine Madre Maria inspirato nella mente di (...)

Notre Seigneur Jésus-Christ et sa mère, la Vierge Marie, ayant inspiré à certaines personnes pieuses de faire et instituer à Rome, pour l’honneur, la gloire et la louange de Sa Divine Majesté et du très glorieux et béni saint François, une nouvelle compagnie, ils l’appelèrent vénérable compagnie des Sacrés Stigmates de saint François1.

  • 2 Une première présentation de cette étude de cas a été publiée dans Al. SERRA, « Le “sacre stimmate (...)

1Par ces mots, écrits en février 1595, s’ouvre, après les invocations au Christ, à la Vierge et aux saints Pierre, Paul et François, le premier registre des réunions de la confrérie des Sacrés Stigmates de saint François de Rome, qui, au même moment commençait à se donner une structure institutionnelle plus précise. Les vicissitudes et les enjeux, à la fois religieux et sociaux, liés à son implantation dans le contexte romain représentent un riche exemple de la trame serrée d’éléments concourant au succès effectif d’une confrérie et, en même temps, à l’enracinement d’une dévotion – relativement – nouvelle dans une ville telle que Rome. Pour essayer de rendre compte de ces éléments, nous présenterons tout d’abord l’histoire du culte des Stigmates de saint François, en nous attachant aussi au phénomène des confréries créées autour de cette dévotion par différentes communautés de la famille franciscaine. Ensuite, l’analyse s’arrêtera au cas romain de l’archiconfrérie des Stigmates, pour suivre les vicissitudes de sa formation et de son organisation institutionnelle, en visant à mettre en relief, par la comparaison avec les autres expériences de la sociabilité laïque franciscaine à Rome, les raisons de son succès2.

1. La dévotion aux Stigmates de saint François entre liturgie et piété des laïcs

1.1. Du « particulier » à l’« universel » : l’histoire du culte liturgique

  • 3 Sur la querelle médiévale concernant la nouveauté du miracle des stigmates de saint François, voir (...)
  • 4 Pour cet aspect on renvoie surtout à C. FRUGONI, Francesco e l’invenzione delle stimmate. Una stori (...)

2L’impression des cinq plaies de Jésus crucifié sur le corps de François d’Assise, qui avait eu lieu, selon la tradition hagiographique, au cours d’une expérience mystique très intense qui culmine dans la vision d’un séraphin crucifié, est l’un des éléments centraux de la construction de l’image du fondateur de l’Ordre des Mineurs comme alter Christus. Le riche débat qui se développa autour de la question des stigmates dès la fin du Moyen Âge3 s’exprime aussi dans la place attribuée à ce thème dans la représentation de ce saint, non seulement sur le plan littéraire, mais aussi – et peut-être surtout – sur le plan iconographique4.

3Dans ce cadre extrêmement complexe, l’essor d’une forme de vénération autonome pour les stigmates du saint, sa formalisation au niveau de la liturgie et sa diffusion parmi les fidèles constituent des aspects très importants. En ce qui concerne la liturgie, il faut tout d’abord distinguer deux phases fondamentales dans l’histoire du culte : la première, médiévale, dans laquelle il reste confiné en la famille religieuse fondée par le saint ; la seconde, pendant laquelle la célébration liturgique se répand progressivement dans l’Église universelle.

  • 5 F. COSTA, « Geraldo Oddone, O. Min., Ministro Generale, Patriarca d’Antiochia e Vescovo di Catania (...)
  • 6 F. COSTA, Geraldo Oddone, p. 95-96. Au ministre général Gérard Odon (ou Guiral Ot), en charge de 13 (...)

4Dans l’Ordre franciscain, la commémoration de l’événement de la Verna constitue une pratique bien établie dès le milieu du XIVe siècle. La fête des Stigmates, fixée au 17 septembre, avait en effet été introduite dans le calendrier liturgique franciscain, en tant que solennité de rit double, par un décret du chapitre général de Cahors, en 1337, ratifié ensuite par Benoît XII (1335-1342)5. Le ministre général de frères mineurs, l’Aquitain Gérard Odon, se chargea personnellement de compléter l’office de la fête, en rédigeant les hymnes, les antiennes et les répons qui devaient être joints aux lectures empruntées à la Legenda maior de Bonaventure et qui furent officiellement approuvés et imposés à l’usage liturgique pour la totalité de l’ordre au cours du chapitre général d’Assise, en 13406.

5Malgré cette mise en place précoce d’une tradition liturgique concernant les Stigmates dans le milieu franciscain, il fallut attendre l’époque post-tridentine pour que la solennisation de cette fête dépasse les limites du monde franciscain et obtienne une reconnaissance dans le calendrier catholique universel.

  • 7 Martyrologium Romanum ad novam Kalendarii rationem et Ecclesiasticae historiae veritatem restitutum (...)
  • 8 Voir les mots de l’adnotatio : « De mandato Sanctissimi Domini nostri Sixti Papae […] ; extat apud (...)

6La commémoration de la date du 17 septembre, en effet, était encore absente dans l’édition du Martyrologium Romanum imposé à l’usage universel en 1584, pour la première fois, par Grégoire XIII7. La « Commemoratio Impressionis sacrorum stig-matum » fut insérée par Baronius dans l’édition du martyrologe de 1586, en obéissant à la volonté directe du pape Sixte V, qui avait établi non seulement la position de cet elogium dans la hiérarchie des saints célébrés dans ce jour, mais aussi les mots exacts de la mention8.

  • 9 Décret de la Congrégation des Rites du 26 août 1615 (AM, XXV, continuati a p. S. MELCHIORRI DE CERR (...)

7Cette première reconnaissance de l’universalité du culte fut suivie, trente ans plus tard, par l’approbation d’une messe propre et d’un office liturgique de la fête, établie par un décret de la Congrégation des Rites du 26 août 1615, ratifié par Paul V. Dans la deuxième partie du décret d’approbation, la Congrégation autorisait tous les fidèles qui le désiraient à célébrer la messe et à chanter l’office des Stigmates le jour de la fête9.

8Cette décision de la Congrégation arrivait en réponse aux suppliques adressées aux cardinaux par le vicaire général des franciscains observants, Antonio de Trejo. Dans son mémoire, le franciscain espagnol, parmi les arguments présentés pour obtenir l’extension du culte liturgique à la totalité des fidèles, faisait mention de l’érection, à Rome, d’une archiconfrérie dédiée au culte des Stigmates, approuvée par Clément VIII et enrichie par ce dernier de certaines indulgences :

  • 10 « […] bona memoria Clemens Octavus de sacris Stygmatibus Archiconfraternitatem erigendi Romae facul (...)

[…] le pape Clément VIII, de bonne mémoire, concéda la faculté d’ériger à Rome une archiconfrérie des Sacrés Stigmates et, afin que les confrères disposent d’un lieu où exercer leurs pieuses œuvres de charité, il retira la charge d’âmes à l’église paroissiale des Quarante-Saints-Martyrs et la concéda aux confrères des Sacrés Stigmates ; pour le jour de cette fête, il dispensa aussi généreusement aux confrères une indulgence plénière pour tous leurs péchés [… ]10.

  • 11 ACCS, FR, « Decreta liturgica », Decreta Sacrae Rituum Congregationis ab anno 1669 ad annum 1670, p (...)
  • 12 « Ad preces primicerii, custodum et confratrum archiconfraternitatis SS. Stigmatum de Urbe » ACCS, (...)

9La mention de la confrérie romaine dans ce document officiel, visant à l’universalisation du culte, témoigne du prestige acquis par cette institution et de son rôle moteur dans la diffusion de la dévotion deux décennies seulement après sa fondation. Ce rôle pourtant devait encore être renforcé par les dispositions ultérieures prises par les pontifes aux fins d’accroître la solennité de la fête. Le 13 août 1669, Clément IX éleva la solennité des Stigmates au rang de fête de précepte et l’ajouta, en même temps, au Breviarium Romanum : cette décision était une réponse « aux prières du gouverneur, des gardiens et des confrères de l’archiconfrérie des Sacrés Stigmates de l’Urbs »11. La compagnie romaine, unique promotrice de ce culte, s’affirmait donc comme le protagoniste incontesté à cette étape qui peut être considérée comme décisive pour le passage de sa diffusion au niveau universel. Elle conservait encore cette place centrale en 1770, lors de l’élévation de la fête au rit double, concédée par le pontife franciscain Clément XIV (1769-1774) en réponse aux suppliques du cardinal Andrea Corsini, protecteur de l’archiconfrérie, et du procureur général des frères mineurs de l’Observance12.

  • 13 La participation de Gallifet à la première réunion le 10 février 1729 est attestée par le livre des (...)
  • 14 M. ROSA, « Regalità e “douceur” : il Sacro Cuore », dans ID., Settecento religioso, p. 17-46 (publi (...)
  • 15 M. ROSA, Regalità edouceur”, p. 33-40 : la notion de « sovrano di second’ordine », utilisée seule (...)
  • 16 Dans les documents officiels de la compagnie, l’institution était habituellement mentionnée avec le (...)

10La centralité d’une sodalité laïque dans les vicissitudes d’un culte liturgique représente un phénomène assez rare. Le seul cas qui semble pouvoir faire l’objet d’une comparaison est celui de l’archiconfrérie du Sacré-Cœur de Jésus de Rome. Fondée dans l’église de S. Teodoro in Campo Vaccino à l’époque des efforts déployés par le père jésuite Jean-François Gallifet pour obtenir l’approbation de la fête du Sacré-Cœur13, elle représenta un véritable groupe de pression pour la promotion de ce culte, même grâce à sa composition aristocratique et curiale14. Après cette tentative avortée, le destin du culte fut surtout lié, à partir des années 1760, aux intérêts de certains souverains européens « de second ordre » cherchant à renforcer les bases de leur autorité par le recours au symbolisme de la royauté du Sacré-cœur. C’est le soutien de ces promoteurs qui permettra la reconnaissance officielle du culte en 176515. Dans le cas des Stigmates, en revanche, la confrérie romaine semble jouer de manière plus autonome un rôle de groupe de pression, dont le poids est renforcé par l’existence de tout un mouvement confraternel qui s’est constitué entre-temps autour de la dévotion et qui lui est étroitement lié par le système de l’agrégation16.

1.2. De l’« universel » au « particulier » : le réseau confraternel des Stigmates

  • 17 Dans un article des années 1920, le franciscain Francesco Sarri cite la confrérie d’Assise (qu’il t (...)
  • 18 Pour cette confrérie et ses archives, voir P. MONACCHIA, « La fraternita dei disciplinati di S. Fra (...)
  • 19 Selon l’hypothèse de Paola Monacchia, cette ancienne confrérie aurait pris la dédicace aux Stigmate (...)

11Dans le panorama confraternel, les confréries des Stigmates de saint François constituent une innovation typique de la fin du XVIe siècle, même si l’historiographie interne à l’Ordre franciscain faisait traditionnellement mention d’une ancienne confrérie des Stigmates, celle des Disciplinati di san Francesco d’Assise17. En fait, attestée avec certitude du moins dès 133018, cette compagnie ajouta à sa titulature la référence aux Stigmates autour de 1600, après son agrégation à l’archiconfrérie romaine19.

  • 20 F. SISTO DA PISA, Storia dei cappuccini in Toscana, con prolegomeni sull’Ordine Francescano e le su (...)

12La naissance des premières confréries portant spécifiquement le titre des Stigmates, dont les archives portent témoignage, remonte aux années qui suivent l’introduction de cette fête dans le Martyrologium Romanum : il s’agit d’une poignée de groupements installés dans l’Italie centrale et septentrionale. Le plus ancien parmi eux semble être celui créé le 16 mai 1588 dans le couvent des capucins de Bonistallo, petit village situé à une vingtaine de kilomètres de Florence ; mais nous n’avons que très peu d’informations à propos de son histoire20.

  • 21 [D. MOROSI], Cenno storico della Confraternita delle S. Stimate di S. Francesco d’Assisi in Firenze(...)

13Les premières confréries dont les archives nous permettent de reconstruire de manière plus précise les vicissitudes sont, en réalité, la compagnie de Rome, sur laquelle notre propos s’arrêtera particulièrement, et celle de Florence, nées toutes deux dans les années 1590. Selon la tradition, qui nous a été transmise par les chroniques confraternelles, la sodalité florentine naquit dans le prolongement d’une pratique dévotionnelle qui avait débuté autour de 1590 et qui conduisait processionnellement certains laïcs pieux, chaque année, le jour de l’Ascension, au couvent capucin de l’Immaculée Conception, situé à quelques kilomètres de la ville. En quelques années, ce groupe s’accrut tellement qu’il fut jugé nécessaire de lui donner une organisation institutionnelle mieux définie, ce qui conduisit à l’élection d’un gouverneur en 1594. À partir de 1596, la pieuse association commença à se réunir régulièrement dans l’église Saint-André de Florence, acquérant définitivement la structure organisationnelle d’une confrérie. L’année suivante, les confrères obtinrent aussi une partie des souterrains de l’église Saint-Laurent, où ils installèrent de manière stable leur oratoire21.

  • 22 F. SARRI, Il venerabile Bartolommeo Cambi da Salutìo (1557-1617). Oratore – mistico – poeta, Firenz (...)

14À partir de cette époque, les fondations de confréries portant le titre des Stigmates devinrent plus fréquentes. Dans l’Italie septentrionale, en particulier, le rôle joué par la prédication itinérante du père franciscain réformé Bartolomeo Cambi de Salutio fut très important. Au cours ses sermons passionnés, au début du XVIIe siècle, il s’engagea dans la promotion de cette dévotion, de même par la fondation de confréries, comme à Gênes, Crémone, Ferrare et Modène22.

  • 23 M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, F. HERNANDEZ, « Les dévotions des confréries ; B. DOMPNIER, « I religiosi (...)

15Dans l’optique des rapports entre clergé régulier et milieux laïcs pieux dans la diffusion des dévotions23, l’engagement simultané, dès ces premières décennies, de toutes les branches de la famille franciscaine (observants, capucins, réformés) dans la promotion du culte des Stigmates et dans la création de confréries sous ce titre se révèle très intéressant. Il demeure toutefois à vérifier si la direction spirituelle d’une branche particulière de l’Ordre de saint François correspondait ou non à des nuances spécifiques dans la démarche dévotionnelle. D’autre part, il faut aussi évaluer la portée effective de l’action « unificatrice » exercée, à travers la pratique de l’agrégation, par l’archiconfrérie romaine, qui aurait dû, théoriquement du moins, représenter un modèle pour l’organisation et les exercices pieux.

  • 24 Les données présentées dans les pages qui suivent sont tirées de : ASVR, ASS, 142. Registro delle c (...)
  • 25 Nous connaissons la date d’agrégation de 209 compagnies sur 220 ; pour les autres, nous pouvons éta (...)
  • 26 On peut remarquer des tendances semblables pour les archiconfréries de l’Oraison et de la Mort, des (...)
  • 27 Voir, par exemple, le témoignage en ce sens de A. DAZA, Descrizione delle stimmate del nostro seraf (...)

16Le tableau d’ensemble des confréries qui demandèrent, entre XVIIe et XVIIIe siècle, d’être agrégées à la compagnie romaine se révèle utile pour définir les dynamiques de la propagation progressive de ce type de confrérie. Il s’agit, bien entendu, d’une approche partielle, qui nous permet toutefois de réaliser un sondage significatif sur la diffusion géographique du culte des Stigmates parmi les laïcs pieux. Dans une perspective strictement quantitative, le réseau des confréries agrégées ne peut pas être comparé aux grands réseaux des archiconfréries telles que La Trinité des Pèlerins, du Gonfalon ou de l’Oraison et Mort. Avec 212 agrégations durant la période qui va de 1606 à 1800, il représente cependant à l’évidence un mouvement confraternel significatif24. La première période de développement, de 1606 à 1650, qui correspond par ailleurs à l’essor de ce type d’association, est la plus riche de requêtes d’agrégation (72), tandis que, dès le milieu du XVIIe siècle, les nouvelles affiliations commencent à s’amenuiser progressivement. La distribution géographique de ces confréries (voir tableau 1125) constitue un élément de grand intérêt, tout d’abord en raison de la dimension essentiellement « italienne » qui caractérise le réseau. Même s’il s’inscrit dans une tendance générale caractéristique des réseaux d’agrégations aux confréries romaines26, marquée par la prévalence des sodalités de la péninsule, le phénomène apparaît ici amplifié : plus de 95 % des confréries sont italiennes. En particulier, on peut être surpris de l’absence quasi totale de confréries des Stigmates en Espagne, où on ne rencontre qu’une occurrence, celle de la confrérie du Très précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ de Valence, agrégée de surcroît assez tard, au cours du XVIIIe siècle. Les informations concernant l’ample diffusion de ce culte dans le royaume d’Espagne, grâce à l’action des frères mineurs de toutes les obédiences, permettent pourtant de supposer une certaine diffusion de la dévotion, y compris dans les milieux confraternels aussi27.

  • 28 ASVR, ASS, 96. Nome de’ Fratelli della Compagnia di S. Francescho. 1594, f. 91r et 114r. Sur l’amba (...)

17On trouve également très peu de confréries pour la France (deux : Marseille et Besançon), pour le Portugal (trois : Lisbonne, Braga et Viseu) et pour les territoires des Habsbourg (deux : Vienne et Prague, toutes les deux fondées après 1740). Il faut mentionner, en revanche, la présence – assez curieuse par rapport au silence européen – d’une confrérie japonaise, fondée dans la ville que les sources dénomment « Vozzaga » ou « Vorzaga », dans le royaume de « Musau ». La confrérie, qui avait été fondée par les missionnaires franciscains, fut agrégée en 1616 à l’archiconfrérie et fut dotée d’une indulgence par Paul V à l’occasion de la deuxième ambassade japonaise en Europe, au cours de sa visite à Rome (25 octobre 1615-7 janvier 1616). Durant ce séjour romain, plusieurs membres de l’entourage de l’ambassadeur Hasekura Tsunenaga s’inscrivirent également à l’archiconfrérie romaine28.

18Pour les confréries italiennes, à l’absence presque totale de compagnies espagnoles correspond une diffusion assez limitée des confréries agrégées dans les territoires soumis au contrôle direct de Madrid, c’est-à-dire l’Italie méridionale et l’État de Milan. L’espace géographique privilégié de la diffusion du réseau des confréries des Stigmates est représenté par l’Italie centrale et septentrionale, qui atteint plus de 67 % du total des agrégations (142 sur 209). En particulier, le nord de la péninsule est le seul territoire qui maintient, tout au long de l’arc chronologique considéré, un rythme constant d’agrégations, même lorsque – entre 1751 et 1800 – celles-ci sont marquées d’une flexion progressive qui correspond parfaitement à la tendance contemporaine à la diminution des nouvelles fondations confraternelles.

  • 29 Parmi elles, on peut observer la présence d’autres formes typiques de la sociabilité franciscaine, (...)

19À partir de ces mêmes données, il faut aussi analyser le réseau confraternel du point de vue de la typologie (voir tableau 12). Durant la première moitié du XVIIe siècle, il y a une nette supériorité de compagnies portant de manière explicite et apparemment exclusive le titre des Stigmates ; dès 1650, cette prévalence s’atténue progressivement, en lien avec la diminution du nombre de nouvelles confréries adoptant cette titulature. Le phénomène devient très évident au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, c’est-à-dire au moment où le culte des Stigmates obtient une reconnaissance romaine à portée universelle, puis un progressif accroissement du niveau de sa célébration liturgique. Le réseau dévotionnel laïc des Stigmates continue cependant à se développer grâce à l’adhésion d’autres compagnies nées dans la mouvance franciscaine29, ce qui témoigne du rôle de l’archiconfrérie romaine comme point de référence dans la ville des papes pour le tissu associatif ample et varié lié aux différents rameaux du franciscanisme, et surtout d’une diffusion effective de la dévotion aux Stigmates, au moins parmi les laïcs dévots sensibles à l’influence spirituelle des fils de saint François.

20La chronologie des agrégations est donc liée de manière étroite aux différentes étapes de l’histoire liturgique du culte. À la période de la première diffusion de la dévotion en dehors des milieux strictement conventuels, qui culmine avec l’extension du culte à la totalité des dévots intéressés, correspond une phase de grande diffusion de nouvelles associations dédiées aux Stigmates, nées sous l’effet d’une ample stratégie de promotion de ce culte, que les différentes familles franciscaines élaborent au même moment et de manière concurrentielle.

21À partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, lorsque le culte devient obligatoire pour tous les fidèles catholiques, la fondation de nouvelles confréries des Stigmates devient beaucoup plus rare et, par conséquent, les agrégations à l’archiconfrérie romaine de confréries adoptant cette titulature diminuent rapidement. La vénération aux Stigmates s’est toutefois désormais profondément enracinée dans le langage dévotionnel des laïcs qui s’inscrivent dans la tradition spirituelle franciscaine, comme en témoigne la croissance des agrégations de confréries franciscaines non explicitement dédiées aux Stigmates, qui, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, sont les plus nombreuses. Cette phase d’élargissement du réseau de la dévotion se produit en concomitance avec l’élévation de la célébration liturgique de la fête des Stigmates au rite double ; peut-être s’agit-il même de la soutenir.

22Tout au long de la période considérée, l’archiconfrérie romaine maintient sa fonction de catalyseur des efforts déployés par les milieux de la sociabilité laïque pour soutenir et véhiculer ce culte, et elle s’impose en tant que groupe de pression principal auprès de la Congrégation des Rites, représentant une armée de dévots dont les rangs se renforcent jour après jour.

2. La confrérie des Sacrés Stigmates de Rome

2.1. Les origines de la sodalité entre histoire et construction identitaire

23Par le préambule des Statuts, nous apprenons que, le 21 août 1594, un groupe de laïcs dévots créa à Rome de manière encore informelle une confrérie en l’honneur des Stigmates de saint François. Le but visé est explicité dès le début :

  • 30 « Vedendosi in questa alma città di Roma, sotto la protettione et inuocatione di diversi santi fior (...)

Puisqu’on voit, dans cette noble ville de Rome, prospérer de nombreuses compagnies de dévotion placées sous le patronage et le titre de divers saints, qui, s’adonnant à des œuvres de charité variées selon leur institut, font beaucoup de fruit pour le service de Dieu et l’édification du prochain, en s’appuyant sur cet exemple pieux, Federico de Pizzi, romain, messire Claudio Palumbani, bergamasque, messire Prospero Perondi, romain, et messire Aniello Palombi, napolitain, ont pensé que, de même que plusieurs familles religieuses se rangent sous la bannière du glorieux et séraphique père saint François, les laïcs pouvaient se ranger aussi sous cet étendard par la création d’une compagnie qui puisse imiter autant que possible l’humilité de ce bienheureux saint, au moyen duquel Dieu Omnipotent a opéré des miracles infinis et étonnants par tout l’univers30.

24Les confrères désiraient donc combler une prétendue lacune dans le panorama de la sociabilité urbaine par la création d’une institution qui permettrait aux Romains de suivre les traces du bien-aimé saint François tout en demeurant dans l’état laïc. À l’évidence, la formulation porte un jugement de valeur, à la fois sévère et implicite, sur les autres formes de sociabilité liées à la tradition franciscaine déjà existantes à Rome et qui étaient directement dirigées par les frères mineurs, telles que la confrérie du Cordon et le Tiers ordre séculier, qui auraient désormais perdu leur ancienne dignité. Cette appréciation se retrouve de façon plus claire dans un manuel de dévotion anonyme, imprimé en 1664 et destiné à la formation des membres de l’archiconfrérie :

  • 31 « Essendo questo [il terz’ordine secolare francescano] in gran parte discaduto fra gli huomini seco (...)

[L’image du Tiers ordre séculier franciscain] s’étant beaucoup dégradée dans l’opinion des hommes séculiers, et celui-ci ayant presque disparu par rapport au passé, puisque la mémoire n’en est désormais conservée que par quelques « bigotes », après trois siècles environ le Seigneur décida de substituer a ces pénitents du Tiers ordre la dévote sodalité des confrères des Stigmates [… ]31.

  • 32 Voir J.-M. SALLMANN, « Eremitismo e terzi ordini dal secolo XV alla metà del secolo XIX », dans M. (...)
  • 33 L’allusion au fait que « […] tutt’hora non mancano nuovi operarii nella vigna Serafica, che accesi (...)

25Est ici évoqué un phénomène qui était en train de prendre, à cette époque, une très grande ampleur. Malgré son prestige traditionnel, aux yeux des commentateurs les plus désenchantés, le Tiers ordre avait déjà révélé des signes évidents de crise au début du XVIe siècle. À cette époque, par exemple, le franciscain observant Mariano de Florence regrettait la dévalorisation progressive que l’institution subissait et en indiquait la cause dans le recrutement dans ses rangs, de manière de plus en plus fréquente, de membres issus des couches sociales les plus défavorisées et en particulier de fantesche – les servantes – dont la moralité était tenue pour douteuse. Ce processus conjoint de prolétarisation et de féminisation, qui assimilait totalement le Tiers ordre aux bizzoche, ces femmes pieuses s’inspirant du modèle de Catherine de Sienne que la hiérarchie de l’Église considérait avec un soupçon toujours croissant, obligeait désormais à renouveler de façon rapide et efficace les formes associatives de la tradition franciscaine, de manière à favoriser la participation des membres des milieux sociaux plus élevés et notamment des hommes32. Cette opinion était aussi défendue par le manuel des dévots des Stigmates, qui proposait toutefois une solution à cette impasse dans la nouvelle compagnie romaine, appelée à succéder au Tiers ordre comme les rameaux réformés de la famille franciscaine avaient succédé à l’ordre originel33.

26Un deuxième élément qu’il faut retenir de ce Proemio des statuts est l’absence de références à un lien direct entre la confrérie des Stigmates et les réguliers qui militaient sous la bannière du père commun, saint François. La confrérie, au contraire, se proposait elle-même comme un autre rameau de la grande famille franciscaine, né de manière autonome sous son nom et dans son héritage, à l’initiative de cinq fondateurs laïcs d’origine sociale modeste. Une version démentie toutefois par toute la tradition érudite sur les associations pieuses romaines, à partir de Camillo Fanucci, qui dans son Trattato di tutte le opere pie dell’alma città di Roma nous propose le récit de fondation suivant :

  • 34 « Dell’anno 1594 un certo mastro Federico Pizzi romano cirurgico in Campo di Fiore, molto mosso dal (...)

En l’année 1594, un certain Federico Pizzi, romain, chirurgien au Campo de’ Fiori, poussé par la grande dévotion qu’il avait pour saint François, eut l’idée d’ériger une confrérie en l’honneur dudit saint François, et s’étant ouvert de son projet au révérend père Pietro Paolo, religieux de l’Ordre dudit saint François au couvent Saint-Pierre in Montorio, un homme très dévot et de bonne vie ; celui-ci, après plusieurs jours de prière, appella enfin Federico et l’exhorta à mettre à exécution son bon projet, en lui promettant de l’aider en tout ce qu’il pouvait ; et ainsi tous les deux, avec d’autres amis, fondèrent cette confrérie le 22 du mois d’août de ladite année dans l’église Saint-Pierre in Montorio, dans la chapelle placée sous le vocable des Stigmates de saint François, et la placèrent sous ce même titre, et pendant quelque temps ils se dédièrent à leurs pratiques dans cette église et chapelle34.

  • 35 Ce couvent, bâti dans le lieu où, selon la tradition pieuse, aurait été martyrisé l’apôtre Pierre, (...)
  • 36 Cette reconstruction des événements s’accorde avec celle qui est proposée, sur la base des document (...)
  • 37 M. ARMELLINI, Le chiese di Roma, p. 386 ; R. MANSELLI, « Dalla cella farfense a San Luigi de’ Franc (...)
  • 38 CG, 9 avril 1595 (Liber decretorum (1595-1599), f. 4v). La première réunion de la compagnie dans la (...)
  • 39 Pour la concession de l’église, voir CLÉMENT VIII, bulle In his nostrae auctoritatis, 27 mars 1597, (...)

27La décision de constituer une confrérie des Stigmates aurait donc été prise avec la médiation fondamentale des franciscains observants installés dans le couvent de Saint-Pierre in Montorio35, qui auraient dirigé le désir initial de ces laïcs pieux de célébrer saint François vers la fondation d’une confrérie dédiée à cette forme particulière de dévotion qui, au cours de ces mêmes années – comme on l’a vu – était en train de se définir et de se diffuser36. C’est seulement dans un deuxième temps, donc, que la nouvelle confrérie conquiert son autonomie par rapport à la direction des pères de l’Observance. Après une brève période de fréquentation de l’église du Janicule, les confrères l’abandonnèrent pour le petit édifice de Saint-Jean in Ayno, dans le rione Regola, et puis pour l’église Saint-Louis, qui, située près de Saint-André della Valle, avait appartenu jusqu’en 1478 à la communauté française de Rome, puis avait été cédée à l’abbaye de Farfa37. Dans les procès-verbaux des premières réunions de la confrérie, tenues dans la maison d’un des membres fondateurs, on ne trouve pas de mention de la présence dans l’église conventuelle de Saint-Pierre, mais seulement des essais des confrères pour acquérir une église située dans le centre de la ville où s’installer et exercer leurs activités. Après l’échec de la tentative d’obtenir la concession de l’église Saint-Jean in Ayno, en avril 1595, ceux-ci s’établirent dans la petite église Saint-Louis, dans le rione Sant’Eustachio, qui leur avait été concédée avec un contrat emphytéotique par les bénédictins de Farfa au mois d’août de la même année38. En 1597, la confrérie trouva son siège définitif dans l’ancienne église paroissiale des Quarante-Saints-Martyrs-de-Sébaste, près de l’actuel Largo Argentina39.

  • 40 « Molto reverendo padre fra Pietro Paolo romano guardiano di S. Pietro Montorio ». Le religieux déc (...)
  • 41 « Reverendo padre fra Pietro Paolo romano, zoccolante de l’ordine di santo Francesco », Liber decre (...)
  • 42 Pour l’importance de la mémoire des origines dans le processus de construction des identités collec (...)

28Même en l’absence d’une preuve documentaire directe, les rapports avec le couvent franciscain du Janicule semblent bien confirmés par des indices concrets, comme la présence parmi les tout premiers confrères d’un « très révérend père Pietro Paolo, romain, gardien de Saint-Pierre in Montorio »40, qui peut être identifié, selon toute vraisemblance, comme le père spirituel dont nous parle Camillo Fanucci. Le nom de ce père Pietro Paolo est mentionné toutefois de manière plus explicite dans un deuxième document. Sur la première page du registre des congrégations de la sodalité, déjà évoquée, dans la brève description de ses origines, il est affirmé qu’elle avait été fondée à l’initiative du « révérend père Pietro Paolo, romain, franciscain observant » en collaboration avec les déjà cités fondateurs laïcs41. Mais la mention du père fut ensuite supprimée d’un trait de plume, très probablement avant le mois de juin 1596, lorsque fut rédigée la première version des statuts, où toute référence au religieux est absente. L’effacement de la place de celui qui avait été le premier père spirituel du groupe originel de dévots répondait à la nécessité de valoriser l’autonomie de l’initiative laïque. Le processus de construction de l’identité collective de la confrérie conduisait à une stratégie de révision sélective de sa mémoire historique42.

  • 43 Daté du 11 août 1595 (ASVR, ASS, 220. Istromenti da 1640 a tutto 1656. Istromenti diversi, c. 315-3 (...)

29La revendication d’une origine autonome et l’interruption brusque des rapports avec le couvent de Saint-Pierre ne correspondirent pas à une rupture totale des rapports avec les franciscains de l’Observance de la ville. Immédiatement après s’être installée dans l’église de Saint-Louis et avoir obtenu une bulle d’érection canonique43, la confrérie des Stigmates trouva dans le couvent de Sainte-Marie in Aracoeli, siège principal des observants à Rome, son nouveau point de référence spirituel. Le lien avec ce lieu sacré fut établi de façon symbolique par une cérémonie solennelle, le 3 septembre 1595 :

  • 44 Liber decretorum (1595-1599), f. 9r.

Dans l’église Sainte-Marie in Aracoeli, les frères bénirent nos sacs et ils nous revêtirent solennellement de ceux-ci et nous ceignirent du cordon ; et ensuite la procession revint à notre église à la louange et gloire de Sa Divine Majesté et du glorieux père saint François, notre avocat44.

30De plus, à partir de 1598, estimant

très nécessaire que notre église fût desservie par un religieux qui nous assisterait continuellement soit pour la célébration de la messe, soit pour les confessions, les sermons et les autres exercices religieux de la compagnie,

  • 45 « […] molto necessario che la nostra chiesa [fût] offitiata da un padre quale di continuo sia assis (...)

31les confrères s’adressèrent au père gardien de ce couvent pour obtenir la désignation d’un religieux qui, contre paiement d’un salaire, se chargerait de cette tâche régulièrement à l’occasion de toutes les fêtes et de tous les autres jours où cela serait nécessaire45. L’année suivante, le gardien du couvent de Saint-Pierre essaya, sans succès, de récupérer son influence sur la compagnie, informant ses officiers du fait que

  • 46 « [Egli] desiderava servir la nostra compagnia di far celebrare la messa et far tutto quello che fa (...)

[Il] désirait servir notre compagnie par la célébration des messes et en tout ce que font maintenant les pères de l’Aracoeli, avec la même aumône qu’on a coutume de donner habituellement à ces pères ; […] au terme d’une longue discussion, il fut résolu qu’il n’était pas bien et opportun pour la compagnie de laisser les pères de l’Aracoeli, qui dans le passé lui avaient rendu d’infinis services, et aussi en raison de la commodité offerte par l’église [du Capitole]46.

  • 47 ASVR, ASS, 29. Libro de’ decreti. 1600, f. 6r.

32Les relations entre les deux institutions étaient désormais devenues si étroites que, à l’occasion du chapitre général de l’ordre, célébré à Rome en 1600, les confrères décidèrent de soutenir financièrement le couvent d’Aracoeli, qui devait héberger les pères provenant des autres provinces, organisant une quête extraordinaire dans les rues de la ville, envahie par les pèlerins arrivés pour le Jubilé, pour recueillir des aumônes47.

  • 48 Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 103v.

33Le développement de la confrérie, qui vit s’accroître constamment ses effectifs et s’enracina progressivement dans le tissu social urbain, changea bientôt les rapports de force avec le couvent franciscain et permit aux dirigeants des Stigmates d’adopter une démarche plus autonome et plus audacieuse. En juin 1605, on commença dans la confrérie à agiter l’idée d’engager, en tant qu’aumônier, un prêtre séculier salarié, qui résiderait dans la maison adjacente à l’église et qui célébrerait la messe tous les jours. La question continua à être discutée pendant quelques mois, ce qui témoigne de ce que le service spirituel sporadique offert par les pères de l’Aracoeli était désormais tenu pour insatisfaisant par rapport aux nouvelles exigences de la sodalitas. En novembre de la même année, on en arriva à un vote sur cet argument, mais la majorité des confrères décida de maintenir le lien avec les franciscains, ne choisissant pas, à la place des observants, des prêtres séculiers, mais les conventuels de l’église des Douze-Saints-Apôtres, qui s’étaient déclarés disponibles pour fournir un aumônier à la confrérie48.

34Mais la relation avec les conventuels ne devait pas non plus durer longtemps. Deux ans plus tard, le 18 décembre 1607, dans l’église des Stigmates on célébra solennellement un nouvel accord avec les pères de l’Aracoeli, en présence du père général de l’Observance :

  • 49 « Li reverendi padri del convento dell’Araceli incominciorno a servire alla nostra compagnia et ven (...)

Les révérends pères de l’Aracoeli commencèrent à servir notre compagnie et le très révérend père Arcangelo da Messina, général de l’Ordre de l’Observance de saint François, se rendit personnellement dans notre église où il fut accueilli de manière solennelle avec d’abondantes marques de charité. Il entra dans l’église, où on chanta le Te Deum laudamus, et ensuite sa révérendissime paternité récita l’oraison habituelle et célébra la messe ; puis il exhorta les confrères qui étaient présents en disant qu’il nous accueillait comme des fils et il promit également de toujours considérer notre compagnie comme une fille, ajoutant que ses pères ne manqueraient jamais de la rendre participante des grâces spirituelles49.

  • 50 C’est à l’occasion du jubilé de 1625 que la confrérie décide de « stampare il summario delle nostre (...)
  • 51 « Per l’avvenire la compagnia si serva de preti e non altrimenti de frati » (CS, 16 juillet 1622 da (...)
  • 52 Cette innovation est signalée par le premier rituel imprimé à l’usage de la compagnie, en 1669 : «  (...)

35L’instabilité dont les confrères font preuve dans le choix des directeurs spirituels parmi les différentes familles franciscaines et l’intérêt de celles-ci pour ce rôle témoignent parfaitement du prestige que la confrérie est en train de gagner. Avec les événements de 1605-1607, l’exclusivité des rapports entre les pères observants et les confrères des Stigmates est désormais perdue, et ces derniers se révèlent également à ce moment comme capables d’entretenir des relations paritaires avec des religieux divers, agissant en pleine autonomie. Ce n’est pas par hasard si le premier institut à accorder à l’archiconfrérie des Stigmates de jouir des grâces spirituelles qui lui ont été accordées soit l’Ordre des capucins, en 1612, suivi par les observants, en 1618, et, en 1625, par les conventuels50. La nouvelle démarche de la compagnie est confirmée définitivement le 10 juillet 1622, lorsque ses officiers établissent qu’à l’avenir elle utilisera des prêtres séculiers à la place des religieux51, ce qui met un terme à la relation privilégiée avec les franciscains de l’Observance qui avait caractérisé la sodalité dès ses origines. À partir de ce moment-là, les contacts avec les pères de Sainte-Marie in Capitolio, tout en survivant au niveau formel, se borneront aux cérémonies liées aux principales festivités du calendrier liturgique franciscain, jusqu’à ce que, à partir des années 1660, l’archiconfrérie établisse une relation très étroite avec les capucins, auxquels sera confié de manière exclusive le soin de l’église et de l’oratoire à l’occasion des célébrations festives52.

2.2. Structures de gouvernement et composition sociale

36L’autonomie bientôt conquise par le regroupement laïc se traduit dans l’établissement précoce de structures de gouvernement bien organisées. Avant d’avoir trouvé un siège stable dans le centre de la ville, la compagnie avait déjà rédigé les lignes directrices de ses constitutions, qui furent insérées, en langue vulgaire, dans l’acte d’érection (11 août 1595). Le troisième chapitre instaurait la figure du cardinal protecteur, chargé de présider la compagnie, d’en protéger la réputation et de veiller sur son fonctionnement matériel et sur le déroulement de sa vie spirituelle. Dans le quatrième chapitre, il était stipulé que :

  • 53 « Ogni anno si debbiano eleggere novi officiali (eccetto li primi tre anni che debbano risedere li (...)

Chaque année il faut élire de nouveaux officiers (à l’exception des trois premières années, durant lesquelles les fondateurs demeureront en charge), c’est-à-dire un prieur et quatre gardiens ; […] au moins deux des gardiens doivent être des artisans, mais le prieur sera un prélat ou un gentilhomme53.

  • 54 Il s’agit d’un groupe social aux limites très floues, à cause de la mobilité et de l’ouverture de l (...)

37Dans ce premier cadre institutionnel, la confrérie attribuait donc une place très importante dans son gouvernement à la composante artisane, qui était largement majoritaire parmi ses membres, en lui accordant deux des quatre « gardiens », qui étaient les officiers les plus importants après le cardinal protecteur et le prieur. À ce dernier était confiée l’autorité de contrôle suprême, qu’il devait exercer, du moins théoriquement, en étroite relation avec le protecteur, ce qui faisait préférer pour ce rôle un prélat de la curie romaine, où, à défaut, un gentilhuomo, mot sous lequel on désigne une personne qui, n’exerçant aucune profession, vit de rente foncière, d’une charge publique ou d’investissements financiers, y compris les membres de la petite et de la grande aristocratie romaine54.

  • 55 Statuti 1596, f. 29r-31v. La première réunion des femmes date du 24 septembre 1595 (Liber decretoru (...)

38La composante féminine de la sodalité, très nombreuse dès les origines, était soumise au gouvernement d’une prieure, à côté de laquelle il y avait deux conseillères et des infirmières55.

  • 56 AM, XXIII, an. 1597, § 102, p. 285. Sur Bartolomeo Cesi (1566-1621) voir A. BORROMEO, « Cesi, Barto (...)
  • 57 M. GOTOR, I beati del papa, p. 95-99.

39Toutefois, dans ce contexte encore incertain, le rôle de leader fut bientôt assumé par le puissant cardinal Bartolomeo Cesi et par son frère Federico, duc d’Acquasparta. Le lien avec les Cesi, qui en 1597 s’engagèrent personnellement pour que la confrérie obtienne l’église des Quarante-Saints-Martyrs56, avait été noué, selon toute probabilité, à l’époque de la naissance de la sodalité, à l’église Saint-Pierre in Montorio, dont Bartolomeo et Federico étaient des habitués, en tant que fils spirituels du charismatique franciscain récollet Ángel del Pas († 1596)57.

  • 58 « Evitare i rumori et inconvenienti et altri disordini che possono nascere » (CS, 25 et 31 mars 159 (...)

40Le cardinal Bartolomeo, en particulier, devint le vrai leader de la confrérie, exerçant directement une influence sur le développement de l’institution et sur l’essor de son importance dans la ville. Un épisode de 1596 est très éclairant à cet égard : à l’occasion de la Semaine Sainte, la compagnie des Stigmates décida de se rendre en procession à la basilique Saint-Pierre le vendredi avant le crépuscule et non dans la soirée du jeudi, afin d’« éviter les médisances, les inconvénients et les autres désordres qui peuvent se produire » pour la présence de toutes les autres confréries majeures de la ville. Malgré cette décision collégiale, on décida finalement de se rendre à Saint-Pierre le jeudi, se conformant à l’exhortation du cardinal Cesi, qui visait évidemment à offrir à la compagnie une première occasion de visibilité sur la scène publique58.

  • 59 « Fu raggionato de fare la congregatione generale per li nuovi offitiali et fu resoluto che se ne d (...)
  • 60 CS, 6 juillet 1597 (Liber decretorum (1595-1599), f. 35v).
  • 61 Paolo Mellini, par exemple, était lié par un rapport de parenté spirituelle au cardinal Cesi, qui e (...)
  • 62 Liber decretorum (1595-1599), f. 47v.

41Au mois d’août de 1597, toujours avec le consentement du cardinal Bartolomeo, on procéda au renouvellement des officiers sans attendre la fin la période de trois ans durant laquelle les fondateurs devaient rester en charge comme gardiens59. La liste des nouveaux officiers laisse supposer quelle est la raison de cette décision qui ne pouvait qu’étonner la base de la compagnie : parmi les nouveaux gardiens on rencontre des personnages comme Paolo Mellini et Leone de’ Massimi, ce qui témoigne de la volonté de confier le gouvernement de l’institution aux membres issus de l’aristocratie, susceptibles d’augmenter son prestige social par leur présence et leur action60. Dans cette décision, où ne sont pas précisées les modalités de cette élection, il est très probable que Bartolomeo Cesi ait joué un rôle fondamental61. Ce n’est pas par hasard si, pendant la durée du mandat de ces nouveaux gardiens, la confrérie a obtenu pour la première fois le privilège de faire libérer un prisonnier de la prison de Tor di Nona, qui fut conduit processionnellement à l’église des Stigmates le 8 mars 159862.

42Le soupçon d’irrégularité concernant cette élection des officiers est confirmé de manière indirecte par le décret de l’année suivante qui annonce le renouvellement imminent des officiers :

  • 63 « Perché le cose della nostra compagnia, quali per l’adietro, per esser puovera de fratelli, et per (...)

Puisque les affaires de notre compagnie, qui comptait par le passé peu de confrères et en était encore au début de sa fondation, n’ont pas pu être régies avec l’ordre qu’aurait exigé la forme de nos saints statuts, mais que le nombre des confrères a augmenté, ainsi que la ferveur et le zèle dans l’application et l’observance desdits statuts, à l’avenir la confrérie devra être plus vigilante et ambitieuse, autant que cela sera possible63.

  • 64 L. NUSSDORFER, « Il “popolo romanoˮ e i papi : la vita politica della capitale religiosa », in L. F (...)

43À partir de ce moment-là, l’élection des nouveaux officiers fut effectuée par la méthode de la imbossolazione, habituellement utilisée dans la Rome de l’époque par la plupart des confréries et des corporations de métier, tout comme pour l’élection aux fonctions publiques des membres du popolo romano64. La méthode consistait dans l’établissement d’une liste comportant les noms d’un certain nombre de personnages jugés dignes d’exercer une fonction. Mais il demeurait toutefois à préciser, surtout après l’augmentation du nombre des membres et l’élargissement de la base sociale du recrutement, les critères de cette sélection préliminaire, qui firent l’objet de discussions très approfondies par des confrères désignés à cette fin.

  • 65 « Perché li nostri statuti et in speciem il capitolo del fare la bussola dicono solo che se debbian (...)

Puisque nos statuts, et particulièrement le chapitre concernant la manière de faire la bussola, déclarent seulement qu’il faut faire quatre gardiens sans autre précision à l’égard du rang des personnes, peut-être parce qu’à l’époque la compagnie comptait peu de confrères et qu’on n’a pas pensé, pour cette raison, établir une procédure spécifique, les officiers et les confrères [chargés de cette tâche] ayant eu seulement l’intention de proposer des personnes adaptées au rôle de gardien […], il fut décidé que [il ne convenait pas de] choisir des gardiens qui soient tous gentilshommes ou tous artisans, ni [de choisir] deux vrais gentilshommes et deux artisans manuels65.

44Désormais, parmi les confrères, on distinguerait quatre états sociaux différents :

Par la grâce de Dieu et la dévotion pour saint François, notre compagnie a vu croître le nombre [de ses confrères], et non seulement parmi les personnages titrés et les prélats, mais aussi parmi les gentilshommes, les artistes manuels et aussi les hommes qui vivent de leur travail et de l’exercice de leur profession et d’autres encore qui vivent sans exercer aucune profession, mais qui ne sont pas ni des gentilshommes, ni des artisans manuels.

45Tout en confirmant le nombre de quatre gardiens, il fallait donc établir une hiérarchie entre ces officiers selon l’âge et le rang, et l’on décida que :

  • 66 « Per gratia d’Iddio et devotione del nostro seraphico padre santo Francesco la nostra compagnia è (...)

De ces quatre gardiens, deux devaient être choisis parmi les gentilshommes, de manière à ce que tous deux puissent travailler en plein accord aux affaires de la compagnie, puisque la présence et l’autorité des gentilshommes sont très nécessaires à divers égards ; à ces derniers, selon l’âge et le rang, seront attribuées la première et la deuxième place, tandis que la troisième sera accordée à un confrère appartenant au groupe de personnes qui ne sont ni des gentilshommes ni des artisans manuels ; la quatrième place, finalement, sera attribuée à un artisan manuel, afin que tous y trouvent satisfaction [… ]66.

  • 67 « La compagnia sia unita et ancho essendo bene dar animo ad ogni sorte de gente di frequentarla » ( (...)
  • 68 CG, 18 avril 1599 (Liber decretorum (1595-1599), f. 88v-89r).

46Dans cette hiérarchie établie selon l’âge et le rang, la place accordée à l’aristocratie, à laquelle devaient appartenir les premier et deuxième gardiens, provoqua les plaintes des artisans. Se réclamant d’avoir été parmi les fondateurs de la confrérie, ils désiraient eux aussi avoir des représentants parmi les gardiens. Il ne s’agissait ni d’une contestation de la hiérarchie établie parmi les gardiens ni de l’attribution de deux places sur quatre aux confrères nobles, mais de la revendication d’une reconnaissance formelle de leur rôle dans la fondation du premier noyau de la confrérie et dans ses activités, qui se traduisait dans la volonté d’être convenablement représentés dans le gouvernement de l’institution. Pour tenir compte de ces protestations et afin de garantir que « la compagnie [soit] unie et que toute sorte de personne [soit] encouragée à participer à ses activités »67, le nombre des gardiens passa de quatre à cinq, dont deux gentilshommes, deux artisans et un de stato mezzano, c’est-à-dire de condition sociale médiane68.

  • 69 CG, 25 novembre et 13 décembre 1604 (Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 90r et (...)
  • 70 Dans la liste des officiers élus en 1610, par exemple, nous trouvons trois « guardiani gentil’huomi (...)

47Mais la question n’était pas encore réglée définitivement. En 1604, après un décret qui, en modifiant les statuts, avait imposé une réduction des gardiens au nombre de quatre – trois gentilshommes et un artisan –, la décision finale fut mise aux voix : avec une référence symbolique très forte à la dévotion autour de laquelle se rassemblait la compagnie, il fut finalement établi de faire cinq officiers – manière de renvoyer aux saints stigmates de saint François – dont trois seraient des gentilshommes et deux des artisans69. La notion de stato mezzano était désormais abandonnée70.

  • 71 CG, 15 septembre 1630 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 161r-v).

48Les sources ne nous permettent pas de suivre avec autant de précision les évolutions ultérieures. En analysant les listes des officiers au fil du temps, on remarque en tout cas l’accentuation progressive du processus d’aristocratisation. La liste des gardiens élus en 1630 témoigne parfaitement de cette évolution, qui fait que la grande majorité des confrères – artisans, marchands, travailleurs salariés – est graduellement privée de toute représentation dans les principales charges de gouvernement, désormais entièrement entre les mains des élites : le « premier gardien » était le « très illustre et très excellent messire » Giovanni Federico Cesi, duc d’Aquasparta, le deuxième « le très illustre messire » Papirio Capozucchi, le troisième « l’illustre messire » Francesco Casavecchia, le quatrième « le magnifique messire » Giovanni Antonio Simonacchi et le cinquième « le magnifique messire » Francesco Moraldo71.

  • 72 Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 169r.

49À côté des gentilshommes laïcs, la place accordée aux ecclésiastiques – provenant souvent des mêmes familles de l’aristocratie – devient plus importante : avant 1620, la charge de prieur, ou primicerio, leur est attribuée de manière exclusive et ils arrivent aussi à obtenir l’accès à la fonction de premier gardien, auparavant réservée aux laïcs72.

  • 73 CS, 16 juin 1623 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 18r). Peretti fut ensuite confirmé dans l (...)
  • 74 Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 88r.
  • 75 M.A. VISCEGLIA, « Figure e luoghi della corte romana », dans G. CIUCCI (dir.), Roma moderna, p. 39- (...)
  • 76 Congrégation des femmes (= CF), 24 septembre 1627 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 33r-v).

50Par ce processus, qui conduit à une hégémonie des élites dans le gouvernement de l’institution, le réseau des rapports aristocratiques devient le véritable moteur de la vie, à la fois interne et publique, de la sodalité. En ce sens, la stratégie adoptée en 1623, à l’occasion de la mort du cardinal de Montalto, protecteur de la compagnie, est exemplaire. Il pourrait peut-être paraître étonnant que les confrères des Stigmates, qui se trouvent alors dépourvus d’un protecteur, ne le remplacent pas par un autre cardinal, mais décident de confier cette fonction à Monseigneur Francesco Peretti, neveu du défunt, pendant plusieurs années73. À partir de ce moment, l’obtention de privilèges et de grâces spirituelles pour la confrérie – essentiels pour son rayonnement ultérieur –, qui constituait le cœur de la fonction du cardinal protecteur, dépend entièrement des rapports personnels entretenus par le prieur, les gardiens et les autres membres distingués de la compagnie avec la société et la curie romaine. Tout à fait remarquable aussi est la place des nobles dames inscrites à la confrérie, surtout à partir du mois de mars 1627, lorsque, après la démission de la duchesse Orsini Sforza, la fonction de prieure fut attribuée, de vive voix et à l’unanimité, à Costanza Magalotti Barberini, belle-sœur du pape Urbain VIII74. Le choix tombait ainsi, de manière très opportune, sur l’une des protagonistes les plus actives du vaste système de « matronage » aristocratique qui caractérisait Rome dans la première moitié du XVIIe siècle et dans lequel elle prenait place comme promotrice assidue de la vie dévote et des activités charitables75. La cérémonie d’investiture de la nouvelle prieure fut somptueuse, semblable en tous points à celle par laquelle, après leur élection, les cardinaux protecteurs prenaient possession de l’église et étaient investis du contrôle de la confrérie76. Cette analogie ne se borna pas à une similitude formelle : recourant à toute la puissance de sa famille, Costanza Barberini exerça en effet une protection très concrète sur la compagnie, qui la sollicitait constamment en ce sens. En 1629, par exemple, à l’approche de la fête du 17 septembre, on s’adressa à elle afin qu’elle

  • 77 « Ottenga da nostro Signore indulgenza plenaria perpetua per tutta l’ottava delle Sacre Stimmate et (...)

obtienne de notre seigneur [le pape] une indulgence plénière perpétuelle durant toute l’octave de la fête des Sacrés Stigmates, et […] intercède auprès de son fils, l’excellentissime messire Taddeo Barberini, la libération d’un détenu de la prison de Borgo qui doit être accordée à notre compagnie à l’occasion de cette fête77.

  • 78 CG, 26 mars 1634 (Liber VII decretorum, f. 55r).

51Par l’engagement direct de Costanza, qui sera triomphalement confirmée dans sa fonction de prieure en 163478, commençait la longue période d’hégémonie barbérinienne, qui fut renforcée en 1633 par la nomination de son fils Francesco, cardinal, neveu d’Urbain VIII, comme protecteur :

  • 79 « Tutti li fratelli presenti con viva voce e vivi voti et con applauso et giubilo levatisi in piedi (...)

Tous les confrères présents, de vive voix et avec applaudissement et allégresse, s’étant levés, acceptèrent [l’]éminentissime messire le cardinal Francesco Barberini comme protecteur, patron et seigneur, exprimant à notre seigneur, le pape Urbain VIII, des souhaits de vie longue et heureuse, audit cardinal la même chose et la grâce du Seigneur, et à notre compagnie la paix et la grâce de Sa Divine Majesté79.

  • 80 O. IOZZI, I Pecci e l’arciconfraternita delle Sacre Stimmate in Roma, Roma, Tipografia degli Operai (...)
  • 81 Ricordo del III° centenario dalla fondazione della Venerabile Archiconfraternita delle SS. Stimmate (...)

52À la mort de Francesco, en 1679, la confrérie choisira son neveu Carlo comme successeur, prolongeant le rapport avec les Barberini jusqu’en 170480. Une longue période, donc, qui correspond à une phase de développement du prestige de l’archiconfrérie, devenue à cette époque l’une des principales sodalités de la ville, comme en témoigne la présence dans ses rangs, du XVIIe au XIXe siècle, de quatorze pontifes81.

53Après cet aperçu sur les évolutions des structures institutionnelles et des formes de gouvernement de la sodalité, il n’est peut-être pas inutile de tenter une esquisse rapide de sa composition sociale.

54De manière générale, les règlements de la confrérie n’imposaient pas explicitement un profil social particulier pour le recrutement des nouveaux membres ; en revanche, surtout à partir de 1600, ceux-ci devaient remplir des conditions d’ordre moral :

  • 82 « Et perché se vede che la nostra compagnia, per haver allarghata molto la mano in accettare senza (...)

Et parce qu’on voit que notre compagnie est devenue de moins en moins exigeante dans le recrutement [des nouveaux membres], effectué sans prendre les informations nécessaires [sur les candidats] et sans appliquer les règles que les chapitres et les statuts établissent à cet égard, ce qui occasionne peu de prestige et peu d’avantages à la compagnie, tant à cause de la faible participation et du manque de dévotion des confrères que de la faible quantité de sacs et autres pièces qui composent l’habit de la confrérie, les gardiens ont donc décidé qu’il serait nécessaire de remédier à cette situation ; mieux vaut en effet un petit nombre de confrères dévots, qui fréquentent l’église, les processions et les cérémonies funèbres et qui ont leur habit, plutôt qu’un grand nombre de membres qui ne participent pas aux activités, ne sont pas de bons exemples et causent même du dommage à la compagnie, laquelle, en raison de sa pauvreté, ne peut pas posséder un grand nombre d’habits. Et pour ces motifs, les gardiens ordonnent qu’à l’avenir il serait procédé au recrutement avec prudence. Après avoir débattu longuement sur ce sujet, il est établi à l’unanimité de la congrégation plénière et des frères suscrits que dorénavant aucun confrère ne serait accepté s’il n’a rédigé et présenté un mémoire, si les maîtres des novices n’ont pris des informations à son égard et n’en ont rendu compte en congrégation, si le candidat n’a pas fait faire son habit et s’il ne remplit pas les autres conditions prévues par les statuts ; il faut également prendre grade à n’accepter que des confrères qui soient des personnes honorables, dévotes de notre glorieux père et par lesquelles la compagnie puisse espérer quelque honneur et quelque avantage82.

55Il s’agissait donc, apparemment, de normes très simples, qui permettaient à tout bon chrétien de faire partie de l’association, indépendamment de sa condition sociale. Mais la procédure introduite – l’obligation de présenter une demande écrite d’admission, l’évaluation du candidat sur la base des informations recueillies sur sa réputation, selon toute probabilité auprès du curé, mais aussi de la contribution qu’il pouvait apporter au prestige et à l’édification morale de la confrérie… – finissait en réalité par exclure de la compagnie les fidèles des couches sociales inférieures, ou du moins par en limiter drastiquement la présence.

  • 83 Nome de’ fratelli della compagnia di S. Francescho.
  • 84 ASVR, ASS, 95. Spoglio del primo libro delli fratelli della nostra archiconfraternita delle Sacre S (...)
  • 85 Pour poursuivre l’analyse jusqu’en 1675 on a aussi utilisé le Registro de’ fratelli spettanti a’ ma (...)

56Pour vérifier quelle était la place des différentes couches sociales dans les rangs de la sodalitas dans les premières décennies de son existence, on dispose de données très partielles : le plus ancien registre des membres, qui va des origines jusqu’en 166483, est presque inutile, puisqu’il ne fournit que très sporadiquement des informations sur la profession ou la classe sociale d’appartenance des inscrits. Beaucoup plus riche de renseignements de ce type est le registre rédigé à partir de 1651 : on y fait mention à la fois de tous les confrères vivants à cette date, en signalant aussi l’année de leur inscription à la compagnie, et des nouveaux membres recrutés jusqu’en 167384. Les chiffres augmentent donc de manière très évidente à partir du milieu du siècle, lorsqu’on commence à enregistrer tous les nouveaux inscrits (voir tableau 13). Cette source nous permet toutefois d’ébaucher de manière suffisamment fiable les lignes directrices de l’évolution de la composition sociale de la confrérie de sa fondation, en 1594, au jubilé de 1675 – quand la compagnie jouit désormais d’un prestige remarquable85.

57Au total (voir graphique 23), on dénombre 1413 confrères, dont presque un tiers (soit 34,1 %) ne sont mentionnés que par leur prénom, auquel est ajoutée une information complémentaire, à seule fin de les distinguer de leurs homonymes, parfois nombreux ; mais ce renseignement, relatif à l’origine géographique ou au lieu de résidence, est de peu d’intérêt dans une perspective d’analyse sociale. Cette manière de désigner les confrères dans le registre ne permet pas de connaître leur condition sociale exacte, mais on peut considérer comme très peu probable – voire impossible – qu’il s’agisse de membres des couches sociales supérieures.

  • 86 Dans cette catégorie, on a aussi classé les artistes (peintres, sculpteurs, graveurs, etc.), dont l (...)

58Parmi les confrères dont on a pu définir l’origine sociale, les plus nombreux sont les artisans, les petits commerçants et les travailleurs salariés, catégories qui forment ensemble 24 % de l’effectif total86.

  • 87 Voir supra, note 52.
  • 88 Sur la composition de la famille du prince, voir : C. MOZZARELLI (dir.), Familia del principe e fam (...)

59La catégorie très composite des clercs qui comprend à la fois les membres du bas clergé séculier et les représentants des ordres réguliers, les prélats qui commencent leur cursus honorum à la curie et les cardinaux – représente 16,5 % environ du total, tandis que les gentilshommes ne sont que 7 %. La catégorie qui réunit les membres que les sources désignent comme appartenant au stato mezzano – qu’on pourrait peut-être définir comme « moyenne bourgeoisie » –, où on a rangé selon les critères utilisés dans la sodalité tous ceux qui, n’exerçant pas une profession manuelle, vivent en tout cas de leur profession (grands marchands, médecins, notaires, employés laïcs de la curie, etc.), atteint 14,1 % du total. Dans le dernier groupe, qui est en même temps le moins nombreux (4,3 %) et le plus varié, on a classé tous les confrères qui sont signalés dans la source par leur dépendance directe de nobles ou de cardinaux, en tant que membres de leur « famille », sans toujours révéler leur fonction spécifique ; elle réunit donc en son sein des gentilshommes membres de la « cour » des princes, qu’ils soient ecclésiastiques ou laïcs, ainsi que des comptables87, des assistants de chambre, des majordomes, des facteurs, des portiers, des ouvriers spécialisés. Des personnages, autrement dit, au rôle et au statut social très divers, mais qui partagent, aux yeux des officiers qui rédigent ce document, un même élément principal de caractérisation, l’« appartenance » à leur puissant patron88.

Graphique 23 – Condition sociale des nouveaux membres entre 1594 et 1675

60Tout au long de la période considérée, la confrérie conserve donc une composition sociale très variée, en dépit du processus d’aristocratisation présenté plus haut, qui aurait pu limiter de manière plus évidente la participation des couches sociales marginalisées dans le gouvernement de l’institution.

61Si l’on prend en considération l’évolution au fil du temps des différentes catégories – toujours à partir des données en pourcentage – il faut remarquer principalement l’augmentation du nombre des ecclésiastiques qui, atteignant 19,2 % entre 1594 et 1625, et 14 % entre 1626 et 1650, deviennent la catégorie « socioprofessionnelle », pour ainsi dire, la plus représentée durant la période 1651-1675, avec 30,3 % du total. Les gentilshommes, pour leur part, augmentent dès le milieu du siècle, pour atteindre 13 %.

62La catégorie des artisans, des petits marchands et des salariés atteint son apogée entre 1625 et 1630, culminant à 54 %, avant de connaître une nette diminution de son importance relative durant les vingt-cinq années suivantes (28,7 %). La seule catégorie à connaître une diminution constante au cours de la période considérée est celle de la « moyenne bourgeoisie », qui passe de 25,7 % à 19,6 %.

63Très significative, en raison des transformations des mécanismes de gestion de la confrérie et de l’accroissement progressif de son prestige social, est enfin l’augmentation du nombre des confrères appartenant à l’entourage de nobles et cardinaux : s’ils ne représentent que 1,3 % du total des membres dans la période 1594- 1625, entre 1651 et 1675 ils arrivent à 9,2 %. Si l’augmentation des membres de cette catégorie est directement liée – comme cela est très probable – à l’augmentation des confrères appartenant aux élites urbaines à la fois laïques et ecclésiastiques et au rôle central que ces derniers acquièrent dans le gouvernement de la confrérie, ce phénomène met en lumière un aspect relativement méconnu des dynamiques de patronage, celui du rapport entre rapports de clientèle et choix dévotionnels, aspect qui mériterait d’être approfondi.

Graphique 24 – Évolution des catégories sociales parmi les nouveaux confrères

2.3. Vie religieuse des confrères des Stigmates

  • 89 Statuti 1605, f. 2r.

64Structure associative complexe, la compagnie des Stigmates pouvait offrir à ses membres une expérience religieuse riche et fort variée. Les devoirs religieux imposés par l’adhésion à la société pieuse étaient assez simples et conformes à l’usage des confréries de l’époque : les membres étaient exhortés à assister à la messe quotidiennement ou, du moins, à se rendre à l’église pour vénérer le Saint-Sacrement. En ce qui concerne la pratique sacramentelle, ils étaient seulement invités à se confesser et à communier tous les mois, mais ils étaient obligés, sous peine d’expulsion, de satisfaire le précepte de la communion pascale89. Au niveau de la piété individuelle, il était établi :

  • 90 « Che tutti li Fratelli debbano portare continuamente il Cordone, il quale sia benedetto et cinto, (...)

Que tous les confrères doivent porter en permanence le cordon, qui doit être béni et remis par un père de l’Ordre des mineurs, et qu’ils doivent jeûner la veille de la fête de notre père séraphique saint François ; tous les confrères qui savent lire doivent réciter quotidiennement les laudes des Sacrés Stigmates, à la manière en usage dans l’office des frères mineurs ; ceux qui ne savent pas lire (et c’est à eux de choisir librement l’une des deux choses) peuvent dire cinq Pater noster et cinq Ave Maria avec les Gloria Patri correspondants, en l’honneur de Cinq Plaies. Et un Pater noster et un Ave Maria avec un Gloria Patri pour le souverain pontife90.

  • 91 Il s’agissait davantage de pratiques privées de mortification personnelle que d’initiatives « insti (...)

65De plus, les confrères devaient s’engager de leur propre initiative dans les œuvres de miséricorde, c’est-à-dire visiter les malades, ensevelir les morts et, de manière générale, soulager les pauvres. Ils devaient aussi faire preuve de respect et d’obéissance à l’égard des supérieurs, garder constamment le silence et montrer de l’humilité pendant les exercices de dévotion91.

  • 92 « Non tenghino prattiche cattive, non conversino in luoghi disonesti, non siano giocatori, non best (...)

66Au niveau du comportement moral, il est fondamental que les inscrits « s’abstiennent des pratiques mauvaises, de la fréquentation des lieux déshonnêtes, des jeux, des blasphèmes, de la médisance, des conduites scandaleuses ou de toute autre sorte de vie mauvaise », tandis que sont expulsés sans appel ceux qui, déjà réprimandés par les officiers, persévèrent dans le concubinage public, ceux qui sont condamnés pour des crimes, tout comme ceux qui se rendent coupables d’insubordination ou d’actions violentes pendant les réunions de la compagnie92. La désobéissance aux supérieurs est considérée comme une transgression très grave, passible de châtiments drastiques. Ce fut le cas d’un jeune artisan, puni pour ses intempérances en 1607 :

  • 93 « Nella andata delle Sette Chiese un fratello della detta compagnia chiamato Giulio Cesare, giovane (...)

Durant la visite des sept églises, un confrère de ladite compagnie appelé Giulio Cesare, jeune potier, dans l’église Sainte-Croix de Jérusalem et dans l’église Sainte-Marie-Majeure, eut une altercation verbale avec les membres de la confrérie de Saint-Nicolas in Carcere à propos de la préséance, sans ordre des supérieurs qui étaient présents, et bien qu’il ait été réprimandé une première fois, il ne renonça pas pour des raisons qui lui étaient propres ; au contraire, il ajouta des paroles capables de provoquer du scandale ; en application de notre statut relatif à l’honnêteté et à la bonne conduite des confrères, ledit Giulio Cesare aurait dû être radié publiquement de notre compagnie, mais la congrégation secrète ne voulut pas l’expulser définitivement et, pour cette fois seulement, résolut et décréta de vive voix qu’il serait suspendu de la compagnie jusqu’à la fête des Sacrés Stigmates de saint François, à condition que, à l’occasion de cette fête, il se confesse, communie et renouvelle son entrée dans les rangs de la confrérie ; en cas de refus, il serait expulsé définitivement93.

67À la rigueur franciscaine de l’habit intérieur, c’est-à-dire le modèle moral auquel les confrères étaient appelés à se conformer, correspondait symboliquement la rude simplicité du vêtement extérieur :

  • 94 « L’habito dell’Archiconfraternità qual devono usare li Fratelli nelle processioni, et altri atti s (...)

L’habit de l’archiconfrérie que les confrères doivent utiliser dans les processions et dans les autres cérémonies solennelles doit être un sac de serge de Crémone (la plus grossière qu’on trouve) de couleur cendre ; ils seront ceints d’une grosse corde, et à cette corde, ou cordon, sera attaché un chapelet en bois ; [ils doivent être coiffés] d’un bonnet et aller pieds nus, avec des sandales « à l’apostolique » l’été ; l’hiver, il leur sera permis de porter des demi-chaussettes d’étoffe grossière au-dessus des chaussettes, avec des sandales aussi94.

68L’image austère et dévote que les statuts faisaient adopter par les confrères était confirmée par leur comportement à l’occasion des processions publiques, comme le montre le récit de la procession à Saint-Pierre du Vendredi Saint 1650 proposé par le chroniqueur Giacinto Gigli :

  • 95 « Nella medesima sera andò a S. Pietro la Compagnia delle Sacre Stimmate di S. Francesco con grandi (...)

Le même soir, la compagnie des Sacrés Stigmates alla à Saint-Pierre, avec un grand nombre de torches allumées ; cette compagnie est la plus dévote et édifiante parmi toutes les confréries de Rome, puisque ses membres processionnent le visage caché par un capuchon, de manière très modeste, en psalmodiant de manière dévote, les pieds nus dans des sandales « à l’apostolique », avec beaucoup de dévotion95.

  • 96 Rituale 1669 ; Rituale della Ven. Archiconfraternita delle Sagre Stimmate di Roma, in Roma, nella s (...)

69Parmi les pratiques communautaires de la sodalité, soigneusement codifiées par les rituels imprimés entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe96, une place particulière est accordée aux actes de mortification, comme la flagellation,

par le biais de laquelle, en prenant le fouet dans notre main, nous l’enlevons des mains du Seigneur, alors que Celui-ci, irrité par la multitude de nos péchés, se prépare à nous administrer le châtiment mérité.

  • 97 « Nella quale tenendo noi il flagello leviamo quello dalle mani del Signore allor quando irritato d (...)
  • 98 CG, 1er février 1615 et 31 décembre 1616 – en réalité 1615, parce qu’à Rome on utilisait le style d (...)

70Dans le secret de l’oratoire, plongé dans l’obscurité, les dévots pratiquaient ce rituel d’expiation tous les vendredis de l’année, au chant de l’office de la Croix, et les trois soirs de la Semaine Sainte97. Attesté à partir de 1615 au moins, le rituel de la discipline fut réglementé officiellement peu après, par l’institution de l’opera della disciplina, un groupe de confrères chargés de veiller au déroulement correct de la pratique sous la direction d’un prélat, le premier étant monseigneur Angelo Cesi, fils du duc Federico98.

  • 99 Cette pratique est mentionnée pour la première fois parmi les activités spirituelles de la compagni (...)

71Très intense était aussi l’expérience du ristretto, pratique mise en place pour la première fois au début des années 164099, à l’occasion des fêtes de la Vierge, des apôtres, de la Circoncision et de la Pentecôte. Il s’agissait d’une confession communautaire, effectuée par tous les membres en commençant par les officiers, en présence d’un directeur spirituel appartenant au clergé régulier et de l’ensemble des confrères, tous tenus au secret de manière fort stricte. Le père spirituel assignait à chacun un acte de pénitence, consistant en une œuvre de dévotion, de mortification ou de miséricorde corporelle :

  • 100 « Sarà cura del nostro P. Spirituale d’imporre ad uno di essi Fratelli di visitare il SS. Sacrament (...)

Notre père spirituel aura la charge d’imposer à un confrère de visiter le Saint-Sacrement au cours des Quarante Heures, une fois ou plusieurs, jusqu’au ristretto suivant ; à un autre d’appliquer sa communion ou de faire célébrer une messe pour les âmes du Purgatoire ; à un autre, à sa guise, de monter la Scala Santa, ou de visiter la Sainte Colonne dans l’église Sainte-Praxède ; à un autre de faire le service à l’hôpital Saint-Jean le mercredi, ou de faire quelque aumône, ou d’exercer d’autres œuvres de mortification spirituelle ou de charité ; à un autre de participer au lavement des pieds des pauvres pèlerins à la Sainte-Trinité de Ponte Sisto deux ou trois fois par semaine ; à un autre de réciter le De profundis avec un crâne dans la main ; à un autre encore de se poser une couronne d’épines sur la tête, de s’attacher une corde au cou, etc. ; et tout cela se fera au bénéfice des âmes du Purgatoire100.

72Cette expérience de contrition collective visait à donner à chaque confrère l’occasion de faire preuve d’humilité, s’inspirant du modèle de saint François, sans distinction d’état ou d’origine sociale :

  • 101 « Non si avrà riguardo alla qualità personale, se non dentro i confini di un discreto giudizio, per (...)

On ne tiendra pas compte de la qualité des personnes, sinon dans les limites imposées par un jugement de bon sens, parce que personne dans notre archiconfrérie ne doit rien professer davantage que la sainte Humilité, en considérant que, aux yeux de Dieu, il n’y a pas de différence entre le prince et l’homme de basse condition, celle-ci étant une qualité contingente, qui ne rend pas une âme plus noble qu’une autre ; notre qualité n’est attachée qu’à la seule vertu chrétienne ; et donc ceux qui nous gouvernent doivent veiller à éradiquer de la vigne du Seigneur toute racine, même petite, d’une plante aussi nuisible que l’Orgueil, et s’employer à multiplier par la culture des œuvres spirituelles l’arbre fécond de la sainte Humilité, comme nous l’enseigne notre Sauveur par ces paroles : « Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur » [Mt 11, 29]101.

  • 102 L’acte notarié, enregistré par le notaire Antonio Locatelli, est daté du 29 décembre 1625 – en réal (...)
  • 103 AM, XXIII, an. 1597, § 102, p. 285. L’acte notarié se borne à dire que « da molti anni in qua sua e (...)

73Au niveau dévotionnel, la vie de la compagnie s’organise autour du noyau que représentent les Stigmates, et notamment les deux précieuses reliques du sang sorti des plaies de saint François. La première avait été offerte en 1624 par le duc Cesi102, qui l’avait reçue pour sa part du ministre général de mineurs conventuels, Francesco Bonfigli da Gualdo, et qui avait commencé quelques années auparavant à la mettre à la disposition de l’archiconfrérie pour la procession par laquelle on célébrait la fête des Stigmates, en présence d’un grand public de dévots103. Le don de cette relique insigne du saint, emblème de sa pleine conformité au Christ crucifié, était pour la confrérie un très grand honneur. Celle-ci ne tarda pas, d’ailleurs, à montrer sa reconnaissance :

  • 104 « Essendosi nell’ultima congregatione ordinato che nella presente congregatione si facesse resoluti (...)

Comme il a été prévu dans la dernière congrégation que l’on prendrait dans celle d’aujourd’hui la décision de faire chaque année une célébration de quelque sorte et quelque geste d’éternelle obligation envers l’excellentissime seigneur don Federico Cesi, duc d’Acquasparta, pour commémorer avec gratitude le don précieux du sang de saint François qu’il a fait à notre compagnie, il fut établi à l’unanimité et d’un commun accord que tant que l’excellentissime seigneur duc vivrait, on chanterait chaque année dans notre église une messe pro gratiarum actione au bénéfice de son âme, qui serait célébrée le 29 décembre, jour anniversaire du don dudit sang, et que de plus on annoncerait publiquement dans l’église que cette messe est chantée ce jour-là chaque année en faveur dudit excellentissime duc pour commémorer avec gratitude l’insigne bienfait qu’il a accordé ce jour à notre compagnie par le précieux don du sang de saint François ; il fut également résolu que, en plus de cette messe, on célébrerait chaque année douze messes pour ledit excellentissime seigneur duc, soit une messe par mois, et que, après sa mort (qu’il plaise à Dieu de nous le conserver longtemps), on continuerait à célébrer douze messes par an, soit une pro defunctis par mois à perpétuité pour l’âme de son excellence, de ses ancêtres et de ses descendants, et que le jour de sa mort on ferait célébrer une fois cent messes pro defuncto pour ledit excellentissime seigneur duc104.

  • 105 L’importance de ce bienfaiteur est reconnue publiquement à l’occasion de sa mort : « Essendo passat (...)
  • 106 Authentique de la relique du sang de saint François, datée du 9 août 1675 (ASVR, Fondo Reliquie, 10 (...)
  • 107 Dans une lettre envoyée au cardinal Barberini le 13 août 1675, le cardinal Cesare Facchinetti, évêq (...)

74Mais cet acte de donation, pour les Cesi, n’était pas simplement une générosité supplémentaire à l’égard de la compagnie105 : il s’agissait plutôt d’une consécration symbolique du pouvoir exercé sur l’archiconfrérie par cette famille depuis trois décennies. Ce n’est donc pas par hasard si, en 1675, après plus de quarante années d’exercice de la fonction de protecteur, le cardinal Francesco Barberini décida de sceller la longue suprématie de sa maison sur la sodalité par le don d’une deuxième relique du sang de saint François, provenant du couvent des franciscains réformés de la Très-Sainte-Annonciation de la Vierge della Romita, près de Spolète106. C’était un geste qui paraissait destiné à répliquer à celui que le duc d’Acquasparta avait accompli un demi-siècle auparavant, et à permettre de célébrer la protection offerte à la confrérie par plusieurs membres de la famille Barberini, tant dans le passé que présentement. En effet, la donation des Barberini était aussi une véritable « affaire de famille », directement gérée par le cardinal Francesco et par son neveu Maffeo, prince de Palestrina, à l’époque gardien de la confrérie, visant à souligner la bienveillance de la maison du défunt Urbain VIII107.

  • 108 La confrérie de Ferrara, par exemple, reçut solennellement le 16 septembre 1707 un morceau de tissu (...)

75Les reliques en question, en tout cas, représentaient des objets de dévotion fort importants, contribuant à définir le statut de la compagnie autant par rapport aux autres institutions laïques de la ville que par rapport à celles qui faisaient partie du réseau dévotionnel des Stigmates. Pour ces dernières, en particulier, ce trésor vénérable était l’un des symboles de la suprématie indiscutable de la confrérie mère. Ces confréries, ne pouvant pas espérer obtenir un honneur comparable, devaient se contenter d’imiter les confrères romains en acquérant des reliques de contact plus modestes108.

  • 109 Pour un panorama sur les usages du sang dans la culture de l’époque médiévale et moderne, je renvoi (...)

76Par le manuel Il divoto delle Sacre Stimmate, déjà cité, nous apprenons aussi la signification profonde qui, dans la sensibilité religieuse et culturelle baroque, était attribuée aux cinq plaies à travers lesquelles, selon l’hagiographie franciscaine, François d’Assise avait vécu personnellement l’expérience physique et spirituelle de la Passion du Christ. La place accordée au sang coulé des mains, des pieds et du flanc de François sur le mont de la Verna, objet de la vénération des confrères, faisait l’objet d’amples développements dans lesquels on perçoit l’écho de la riche valeur sémantique attribuée au sang dans la tradition culturelle de l’Occident médiéval et moderne109. Selon les thèses fondamentales de la littérature franciscaine, ce sang était considéré comme le moyen par lequel Dieu avait renouvelé la mémoire de la deuxième alliance établie avec l’homme :

  • 110 « Perché pareva già estinta nelle menti humane la memoria della Passione di Christo, si compiacque (...)

Parce que la mémoire de la Passion du Christ paraissait déjà effacée de l’esprit des hommes, il plut au Seigneur de raviver et de réchauffer ce souvenir dans le monde par l’impression évidente des sacrées plaies sur le corps de François ; de cette manière le sang du Rédempteur, qui paraissait presque froid dans nos cœurs, commença à se réchauffer et à bouillir, pour ainsi dire, dans nos esprits, grâce au sang du père séraphique110.

  • 111 « Si conserva tuttavia liquefatto, e tal’hora apparisce bollente » (ibidem).
  • 112 La description est tirée du texte de la déjà cité authentique de la relique ; voir aussi IOZZI, I P (...)
  • 113 « Veduto, onorato, riverito, et adorato da ogni sorte di gente, povera, et ricca, da signori, baron (...)
  • 114 À propos de l’authentication notariale des prodiges, voir R. MICHETTI (dir.), Notai, miracoli e cul (...)

77C’est pour cette raison que ce sang, « bien que conservé à l’état liquide, apparaît parfois bouillant »111. On peut trouver des échos de cette élaboration théorique dans les descriptions de ces reliques consignées dans des documents officiels : si dans la lettre d’accompagnement de la relique offerte en 1675 le cardinal Cesare Facchinetti, évêque de Spolète, se borne à définir la couleur de ce sang comme vive et rouge (acceso e rubicondo), bien que se présentant à l’état solide112, une cinquantaine d’années plus tôt Federico Cesi était allé plus loin. Sa déclaration sous serment, contenu dans l’acte de donation signé le 29 décembre 1624, affirmait que chaque année, la veille de la fête des Stigmates, à l’heure des vêpres, le sang de saint François commençait miraculeusement à se liquéfier et qu’il était « vu, honoré, révéré et adoré par toute sorte de personnes, pauvres et riches, par les nobles, les barons, les princes, les ducs, les prélats, les évêques, les archevêques, les cardinaux et les papes » à l’état liquide pendant toute l’octave de la fête, avant qu’il coagule de nouveau113. Il ne s’agit pas seulement ici, comme dans Il divoto delle Sagre Stimmate, d’une liquidité symbolique visant à renforcer, par l’image évocatrice du liquide vermeil, la confiance dans son pouvoir d’intercession ; ces documents sont destinés à certifier de manière concrète, par l’autorité d’un acte notarié, le caractère miraculeux des événements qui ont lieu autour de cette précieuse relique114.

78Ensuite, c’est la confrérie elle-même qui s’engage dans la promotion de ce spectacle miraculaire par l’invitation non seulement du public traditionnel des dévots, mais aussi, comme à l’ordinaire, d’autant de personnalités de prestige que possible :

  • 115 « Furno deputati li signori fratelli abbate Massa et Ludovico Zavarisio ad unire insieme li signori (...)

Les confrères abbé Massa et Ludovico Zavarisio ont été chargés de réunir tous les cardinaux, les prélats et les autres confrères pour le jour de la fête de saint François, afin qu’ils puissent voir tous ensemble dans notre église le précieux sang du séraphique père saint François lorsqu’il est congélé et apprécier la différence de ce sang lors qu’il était à l’état liquide et maintenant qu’il est congelé, si, toutefois, cela convient auxdits cardinaux et prélats illustrissimes115.

79La chaleur, la couleur et la fluidité, imaginées par les dévots ou suggérées par les promoteurs de la dévotion, transforment le sang du saint en un objet de vénération concret et « vivant », à même de stimuler l’émotivité des fidèles qui ne pouvaient toutefois que l’observer à distance avec l’espoir de reconnaître les signes du merveilleux qui se produisait sous leurs yeux, quoique dans le cadre d’un cérémonial fort bien ordonné.

  • 116 « Riconosciamo nostro special obbligo il solennizare tra le feste principalissime quella delle sacr (...)
  • 117 Rituale 1669, p. 151-155.

80La commémoration liturgique des Stigmates, fête principale de l’archiconfrérie116, était scandée par une ritualité très minutieuse, qui culminait dans la procession des reliques, occasion symbolique de réunion pour tous les fils du petit pauvre d’Assise qui demeuraient dans la ville. Au jour fixé, normalement le dimanche infra octavam, les observants de l’Aracoeli, les réformés des couvents Saint-François a Ripa, Saint-Barthélemy sur l’Île Tibérine et Saint-Pierre in Montorio, les capucins et les pères du Tiers ordre régulier de l’église Saints-Côme-et-Damien rejoignaient les membres de la compagnie et les simples dévots du saint. À la lumière de dizaines de torches, le cortège, clos par le ministre général des observants qui portait la relique, se déroulait de l’église des Stigmates au monastère de Sainte-Claire – où les clarisses pouvaient elles aussi participer à la célébration, du moins de façon indirecte –, avant de revenir au Largo Argentina117.

  • 118 Statuti 1605, f. 19v-20r.
  • 119 Rituale 1711, p. 207. De « atto volontario » parle aussi le Rituale 1669, a p. 155.
  • 120 F. VALESIO, Diario di Roma, éd. G. SCANO, coll. G. GRAGLIA, III, Milano, Longanesi, 1978, p. 459.

81Le prestige de la confrérie dérivait, du moins en partie, de ce spectacle solennel et austère, qui était encore amplifié par le choix d’attribuer des dots ou de faire d’autres œuvres de charité remarquables le même jour118. De cette façon, dimension dévotionnelle et dimension sociale se rejoignent dans une même stratégie d’exaltation de l’institution. Dans ces cérémonies, le rôle du clergé régulier n’est que secondaire, et même l’honneur accordé au ministre général ne découle pas d’une obligation envers lui, mais d’un acte libre et volontaire de la confrérie elle-même, qui pouvait choisir d’autres personnages pour cette tâche119. Il n’est pas rare, par exemple, que cette place soit accordée à des membres influents de la curie, comme dans le cas du cardinal Francesco Pignatelli, qui participa à la procession et porta la relique en 1705, année de son élection à la charge de protecteur de l’archiconfrérie120.

  • 121 « La detta compagnia celebra con solennità, ma fuori di ogni pompa, la festa delle Sagre Stimmate c (...)
  • 122 Voir J. LE BRUN, « Le discours de la stigmatisation au XVIIe siècle », dans D. de COURCELLES (dir.) (...)

82La fête, bien évidemment, est aussi une occasion pour les prédicateurs à la mode dans la ville, appartenant à la fois au clergé régulier et séculier, de prononcer des sermons commémoratifs, qui ensuite sont parfois imprimés – du milieu du XVIIe siècle aux premières décennies du XVIIIe notamment121. Les arguments de ces sermons, où l’accent est souvent mis sur les plaies de saint François et sur les modalités par lesquelles il les a reçues, décrites avec une méticulosité parfaitement baroque, se ressentent de l’influence de l’hagiographie contemporaine, caractérisée par un grand intérêt pour le modèle de la sainteté stigmatisée, qui est fréquemment reproposé et réélaboré jusqu’à prendre parfois une valeur quasi métaphorique122.

  • 123 CG, 3 janvier 1627 : « Finalmente essendo stata fatta instanza da molti fratelli et sorelle che si (...)
  • 124 Rituale 1711, p. 148-149 ; voir aussi G.G. TERRIBILINI, Relazione sopra la Serafica, f. 159v.
  • 125 Statuti 1605, f. 24r.

83Les occasions de contact entre les confrères des Stigmates et le reste des fidèles de la ville, qui représentait le public de ces manifestations pieuses, ne se limitaient pas à la fête principale de l’archiconfrérie et à la vénération du sang du saint. Très importantes étaient aussi d’autres cérémonies telles que, par exemple, la bénédiction des eaux lustrales, célébrée le jour de l’Épiphanie. Ce rite, attesté par les sources dès 1627, mais pratiqué selon toute probabilité antérieurement déjà, fut codifié au début du XVIIIe siècle par la publication d’un livret contenant les formules utilisées pour cette bénédiction123. Au cours de cette célébration, les officiers distribuaient à tous les confrères de l’eau bénite contenue dans des pots, mais devaient aussi mettre l’un de ces pots à la disposition des simples fidèles qui venaient de tous les quartiers de la ville pour satisfaire à leur dévotion et renforçaient ainsi leurs liens avec le petit lieu de culte dédié au saint fondateur des mineurs124. Parmi les autres fêtes célébrées, il y avait aussi, bien évidemment, celles du calendrier franciscain : le jour de saint François, le 4 octobre, et celui du Pardon de la Portioncule, le 2 août ; cette dernière fête était célébrée de manière très solennelle, avec une procession depuis l’église du Largo Argentina jusqu’au monastère Sainte-Claire, au cours de laquelle était transportée et montrée aux fidèles la relique de la robe de la Vierge125.

  • 126 Il s’agissait d’une invitation habituelle. Par exemple, voir CS, 24 décembre 1632 : « havendo il pa (...)

84L’activité processionnelle était donc très intense, d’autant qu’elle était encore augmentée par de petites occasions secondaires et par la participation à de nombreuses cérémonies et processions organisées par d’autres institutions de la ville. Ainsi, la confrérie était souvent invitée à participer à la célébration des Quarante-Heures à l’oratoire de Caravita126 ou aux processions d’autres confréries, dans une relation de « coopération dévotionnelle » :

  • 127 « Fu proposta l’instanza caldamente fatta dalli signori della venerabile compagnia della Santissima (...)

Fut soumise la proposition présentée avec chaleur par les seigneurs de la vénérable compagnie de Saint-Laurent in Damaso, qui ont invité et supplié que notre archiconfrérie participe à la procession solennelle qui aura lieu le matin de la fête de la Sainte Conception, le 8 décembre, en offrant en échange d’accompagner eux-mêmes notre procession du sang du père saint François ; et après avoir examiné longuement cette proposition, rappelé la prédilection de la religion franciscaine pour cette fête et avancé d’autres arguments favorables, […] il fut conclu d’y aller, tous pieds nus, aussi nombreux que possible, en anticipant l’horaire de l’office et de la messe chantée pour pouvoir les célébrer également127.

  • 128 Respectivement : Liber VII decretorum venerabilis archiconfraternitatis SS. Stigmatum sancti Franci (...)

85La place désormais reconnue à la compagnie dans les milieux religieux de la ville est encore attestée par sa convocation pour des cérémonies extraordinaires, telles que la translation du corps de sainte Françoise Romaine en 1638 ou le transport de l’étendard des saints André Avellino et Félix de Cantalice, lors de leur canonisation en 1712128.

3. À la recherche des origines d’un succès. Épilogue

  • 129 « E crebbe in breve a sì gran frequenza, e divozione questo Santo Istituto, che essendovi entrata q (...)

Ce saint institut crût si rapidement en fréquentation et en dévotion que, comptant dans ses rangs presque tous les prélats et les nobles de Rome, et même plusieurs cardinaux, elle fut enrichie par Clément VIII de toutes les grâces et très amples privilèges dont bénéficie la séraphique religion de saint François à l’occasion de toutes le fonctions religieuses et les fêtes qu’elle célèbre à l’imitation de celle-ci129.

  • 130 M. RIGHETTI TOSTI-CROCE, « Gli esordi dell’architettura francescana a Roma », dans Storia della cit (...)
  • 131 Sur cette question très complexe, je renvoie à EAD., « Il movimento francescano ».
  • 132 Voir P. MARINI, Il Terz’Ordine Francescano nella storia di S. Maria in Aracoeli, Roma, s.t., 1973.
  • 133 Il s’agit d’une autre sodalité qui aurait ensuite fusionné – en 1496 – avec l’archiconfrérie du Gon (...)

86Par ces mots, l’abbé Carlo Bartolomeo Piazza résume le succès rapide et éclatant de la compagnie des Stigmates de saint François dans le contexte social et religieux de la ville. Un succès qui peut apparaître surprenant, surtout si on considère l’accueil tiède qui avait été réservé aux autres expériences de sociabilité franciscaine introduites dans l’Urbs. L’intérêt des frères mineurs pour la direction de la vie religieuse du laïcat romain avait en effet une tradition très ancienne, qui remontait approximativement à la période, marquée de durables difficultés, de la première installation dans la ville, au milieu du XIIIe siècle130. L’influence réellement exercée sur le premier essor du réseau confraternel romain demeure pourtant très difficile à évaluer. À cet égard, l’exemple de la confrérie des Recommandés de la Vierge se révèle très significatif : selon la tradition, cette compagnie, née autour de 1260, se serait inspirée directement des enseignements de Bonaventure de Bagnoregio, auteur présumé de ses premiers statuts. Cette influence, à vrai dire, est à peu près impossible à vérifier, en raison des lacunes irrémédiables dans les sources romaines du XIIIe siècle131, même s’il est tout aussi impossible de nier l’exceptionnelle attraction que l’église franciscaine de Sainte-Marie in Aracoeli exerçait à cette époque sur les fidèles ; appartenant au groupe des principaux foyers du culte marial dans la ville, elle abritait les réunions du Tiers ordre séculier132. De cette fréquentation pieuse serait née en particulier, autour de 1400, la confrérie des saintes Marie et Hélène, fondée dans l’église sur le Capitole autour de la dévotion très répandue pour la célèbre image de la Vierge attribuée à saint Luc133.

  • 134 Sur les nombreuses scissions de l’Ordre des mineurs jusqu’au XVIe siècle, voir G.G. MERLO, Au nom d (...)
  • 135 M. BRANCIA DI APRICENA, Il complesso dell’Aracoeli sul colle Capitolino (IX-XIX secolo), Roma, Quas (...)
  • 136 A. CADLOLO, Compagnie confraternite e pie unioni erette in S. Maria in Aracoeli, Roma, Tip. Agostin (...)
  • 137 Les origines de la pratique du « stellario dell’Immacolata » sont inconnues ; sa diffusion, en tout (...)
  • 138 Les franciscains d’Aracoeli, ignorant les ordres du Saint-Office – qu’ils considéraient comme le ré (...)
  • 139 La confrérie ne fut officiellement érigée qu’en 1670 (CADLOLO, Compagnie confraternite e pie unioni(...)
  • 140 La compagnie aurait dû se substituer à celle de la Conception de Saint-Laurent-in-Damaso, qui venai (...)

87Les évolutions de la sociabilité laïque inscrite dans la mouvance franciscaine sont liées non seulement au processus, déjà évoqué, d’innovation, de diversification et d’accroissement du panorama confraternel, mais aussi au phénomène d’émulation pieuse existant entre les diverses composantes du franciscanisme134. L’église de l’Aracoeli, attribuée aux observants après la scission de l’Ordre des frères mineurs135, demeura l’un des principaux pôles de la dévotion à la Vierge, la plus importante de la ville. À partir du XVIIe siècle, les observants commencèrent à s’engager dans la diffusion de l’une des expressions les plus typiquement franciscaines du culte marial, l’Immaculée Conception, en créant une série de confréries promises toutefois à un succès limité. Dans les années 1630 fut ainsi fondée la confrérie de l’Immaculée Conception et du Stellario de la Vierge (Confraternita dell’Immacolata Concezione e Stellario della Beatissima Vergine)136, qui devint bientôt le centre d’un réseau confraternel assez vaste qui se développa autour de la pratique dévotionnelle du stellario, une sorte de rosaire franciscain137. Ce modèle associatif était toutefois promis à une existence très brève, puisque dès 1640 le stellario fut condamné à plusieurs reprises par l’Inquisition romaine, avant son interdiction définitive et la suppression des confréries dédiées à cette pratique en 1645138. La promotion du culte de l’Immaculée Conception demeura pourtant, de manière implicite, le fil rouge des expériences confraternelles de l’église de l’Aracoeli. On le vérifie avec la compagnie du Bon Pasteur, fondée en l’honneur de Jésus dans le Saint-Sacrement, de la Vierge Immaculée et de saint Joseph (Confraternita del Buon Pastore in onore di Gesù Sacramentato, di Maria Immacolata e di S. Giuseppe), selon toute probabilité sous Innocent X (1644-1655)139. Il faut aussi faire entrer dans la même perspective la fondation, patronnée par le pape Benoît XIII, de la congrégation de la Bienheureuse Vierge Marie, qui visait à devenir le cœur d’un nouveau réseau de confréries dédiées à la dévotion pour Marie Immaculée, mais destinée à un succès très limité et à une très brève existence140.

  • 141 Pour la fondation de l’archiconfrérie d’Assise, voir SIXTE V, Constitution apostolique Ex supernae (...)
  • 142 François d’Assise, Bonaventure de Bagnoregio, Antoine de Padoue, Louis d’Anjou et Bernardin de Sien (...)
  • 143 Sur cette confrérie, voir supra, § 2.3.

88À partir du XVIe siècle, l’église des Saints-Apôtres se constitua en second pôle de la spiritualité franciscaine à Rome, en concurrence avec la basilique du Capitole, abritant de nouvelles expériences laïques. Durant les années 1590 fut créée, sur le modèle de l’archiconfrérie mère approuvée par Sixte V cinq années plus tôt et implanté au couvent d’Assise, la confrérie du Cordon de saint François141, qui se réunissait près de l’autel consacré au saint père fondateur et orné des images des saints principaux de l’Ordre142. La même volonté de promouvoir les cultes les plus typiquement franciscains par le biais des confréries est à l’origine de la constitution de la compagnie de saint Antoine de Padoue143.

  • 144 Sur l’église des Stigmates : E.B. ANGELONI, D. BALDINI, A.M. PEDROCCHI, C. STRINATI (dir.), Chiesa (...)
  • 145 L’importance, dans une perspective identitaire des statues de saints placées sur la façade des égli (...)

89À l’intérieur de ce panorama, l’archiconfrérie des Stigmates présentait des différences fondamentales, qui trouvaient leur origine dans son indépendance par rapport aux deux pôles qui étaient les églises de l’Aracoeli et des Saints-Apôtres, auxquels étaient en revanche subordonnées toutes les autres sodalités d’inspiration franciscaine. Elle avait fait la preuve d’une vitalité et d’une force d’attraction exceptionnelles sur le public, dont témoignait notamment le choix de se doter d’une église et d’un oratoire autonomes, en s’éloignant de son siège conventuel des origines. L’importance de la possession d’un espace autonome et prestigieux dans la géographie religieuse de la ville est confirmée par les travaux de restauration et d’extension dont l’église des Quarante-Saints-Martyrs fait l’objet au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, l’église fut en effet restaurée et consacrée de nouveau, cette fois sous le titre des Saintes-Stigmates de saint François, tandis qu’au début du XVIIIe, pour répondre aux exigences nouvelles d’espace et de prestige, elle fut démolie et rebâtie sous la direction de l’architecte Giovanni Battista Contini d’abord, et de Antonio Canevari ensuite. La cérémonie de consécration du nouveau bâtiment fut célébrée le 14 septembre 1719 par le cardinal Lorenzo Corsini, membre de l’archiconfrérie et promis à la chaire de saint Pierre sous le nom de Clément XII (1730-1740)144. La nouvelle église, à façade austère mais élégante, répond parfaitement à la nécessité pour l’archiconfrérie de définir son identité sociale et dévotionnelle, symboliquement, par rapport aux autres institutions laïques et cléricales de l’Urbs. La présence sur la façade d’une grande statue de saint François, qui, les bras grands ouverts, paraît accueillir tous ceux – confrères et simples fidèles, romains et forestiers, résidant à Rome ou pèlerins – qui s’adressent à son temple, est emblématique de ce point de vue145.

90La confrérie était de plus l’unique promotrice d’une dévotion en expansion dans les décennies à l’orée du XVIIe siècle, qui se présentait comme « nouvelle », d’une certaine manière, mais était fondamentalement liée en même temps à un saint parmi les plus aimés par les Romains. Son activité de diffusion de la dévotion était particulièrement efficace grâce à la présence d’un support exceptionnel, une relique très insigne du miracle qui était au cœur du culte, douée à la fois d’un grand pouvoir symbolique et d’une force d’attraction puissante et bien concrète sur les fidèles.

91Par la conjonction de tous ces éléments, ce nouvel acteur de la sociabilité laïque avait été en mesure de catalyser l’essentiel de l’intérêt pour le saint d’Assise, jamais exploité dans toutes ses potentialités, mais attesté, dans la Rome baroque, par la prolifération des images et des autels qui lui étaient dédiés. Pour comprendre véritablement le succès de cette institution, il faut toutefois pousser la comparaison au-delà des limites du terrain restreint de la sociabilité franciscaine. La réussite de cette confrérie repose en effet principalement sur son adaptation à la culture de son temps, sur sa structure typiquement baroque, c’est-à-dire sur le caractère polyédrique qui marque à la fois sa dimension associative, son offre spirituelle et l’ensemble de ses activités La structure sociale de la compagnie compte fondamentalement plusieurs facettes : s’il est vrai qu’elle devient très tôt profondément hiérarchisée et dominée par les élites urbaines, elle reste ouverte tout au long de son existence aux fidèles provenant de toute catégorie sociale, en s’adressant rapidement à un public très diversifié et beaucoup plus vaste que ne l’était le regroupement primitif d’artisans et de commerçants qui continuera cependant toujours à en constituer l’ossature fondamentale. En raison de cette diversification sociale, l’expérience religieuse que la confrérie proposait devait forcément être, elle aussi, polyédrique. La promotion de la dévotion des Stigmates et du sang de saint François garantissait une énorme capacité d’attraction en matière d’émotion authentique, mais la célébration de ce culte était aussi caractérisée par une ritualité parfaitement ordonnée tout au long de l’année liturgique, rythmée de fêtes et de processions, et non dépourvue du surcroît d’extériorité qui appartient en propre à la religion recherchée qui caractérise Rome et l’Italie des XVIIe et XVIIIe siècles.

92En même temps toutefois, la dévotion aux Stigmates représenta pour des groupes de fidèles l’occasion de faire l’expérience d’un niveau plus élevé de spiritualité, fondé sur une adhésion à un modèle de piété plus élaboré et solide, où les pratiques de mortification, la méditation et l’accès régulier aux sacrements devenaient autant d’étapes fondamentales d’un parcours d’édification morale et spirituelle.

  • 146 « La quasi quotidiana pratica de i Padri Conventuali di S. Francesco, fomentò mirabilmente la parti (...)

93Lieu de rencontre très important pour le développement de rapports sociaux à la fois horizontaux et verticaux, l’archiconfrérie fut aussi un terrain d’essais pour les membres des élites religieuses de la ville, cléricales et laïques, plus exigeantes et désireuses de suivre un chemin de vie chrétienne enraciné dans une spiritualité ascétique à tonalité fortement christocentrique. Cette perspective permet ainsi d’expliquer la participation aux activités confraternelles de certains membres du clergé connus pour leur intense vie spirituelle comme, par exemple, Joseph Calasanz146.

94C’est dans cette physionomie complexe, voire non exempte de contradictions, mais si bien adaptée aux multiples facettes de la piété baroque d’une part, aux exigences variées de la société romaine de l’époque de l’autre, qu’on peut trouver les raisons du développement rapide et du succès de l’archiconfrérie des Stigmates auprès des dévots de la ville du pape.

Notes

1 « Havendo nostro Signore Iesù Christo et la Sua sempre Vergine Madre Maria inspirato nella mente di alcune persone pie, quelle deliberorno fare et instituire in Roma, ad honore, gloria et laude de sua Divina Maestà et del gloriosissimo santo Francesco benedetto, una nuova compagnia, qualle hanno chiamata la venerabile compagnia delle Sacre Stimmate de santo Francesco » (ASVR, Arciconfraternita delle SS. Stimmate di S. Francesco [= ASS], 27. Liber decretorum (1595-1599), f. 1r).

2 Une première présentation de cette étude de cas a été publiée dans Al. SERRA, « Le “sacre stimmate de santo Francesco”. Sociabilità laicale e devozione per le Stimmate di san Francesco a Roma (XVI-XVIII secolo) », Rivista di storia e letteratura religiosa, 18, 2012, pp. 305-352.

3 Sur la querelle médiévale concernant la nouveauté du miracle des stigmates de saint François, voir A. VAUCHEZ, « Les stigmates de saint François et leurs détracteurs dans les derniers siècles du Moyen Âge », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 80/2 (1968), p. 595-625.

4 Pour cet aspect on renvoie surtout à C. FRUGONI, Francesco e l’invenzione delle stimmate. Una storia per parole e immagini fino a Bonaventura e Giotto, Torino, Einaudi, 1993, mais voir aussi R. RUSCONI, « Francesco d’Assisi, i frati Minori e le immagini », dans Le immagini del francescanesimo, Atti del XXXVI Convegno internazionale (Assisi, 9-11 ottobre 2008), Spoleto, Fondazione Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, 2009, p. 3-29, en part. 5-17. Au cours des dernières décennies, à partir de l’étude de Chiara Frugoni, le débat des historiens sur la crédibilité historique des stigmates a trouvé une nouvelle vitalité : Il fatto delle Stimmate di S. Francesco, Atti della Tavola rotonda tenuta alla Porziuncola di Assisi il 17 settembre 1996, S. Maria degli Angeli, Porziuncola, [1997] ; R. MICHETTI, Francesco d’Assisi e il paradosso della minoritas. La Vita beati Francisci di Tommaso da Celano, Roma, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 2004, p. 233-280 ; J. DALARUN, « The Great Secret of Francis », dans ID., M.F. CUSATO, C. SALVATI, The Stigmata of Francis of Assisi. New Studies New Perspectives, St. Bonaventure (NY), Franciscan Institute Publications, 2006, p. 9-26.

5 F. COSTA, « Geraldo Oddone, O. Min., Ministro Generale, Patriarca d’Antiochia e Vescovo di Catania (1342-48) », dans N. GRISANTI (dir.) Francescanesimo e cultura nella provincia di Catania, Atti del Convegno di studio, Catania 21-22 dicembre 2007, Palermo, Biblioteca francescana/Officina di studi medievali, Biblioteca francescana-Officina di studi medievali, 2008, p. 21-102, en part. 95. Par contre, la thèse de Wadding, qui attribue cette décision au chapitre général d’Assise de 1304 et à Benoît XI (1303-1304) la sanction officielle du culte, est à rejeter (L. WADDING, Annales minorum seu trium ordinum a S. Francisco institutorum, ed. III accuratissima auctior et emendatior [= AM], VI, Ad Claras Aquas, s.t., 1931, an. 1304, § XIV, p. 44). Sur la question de l’incertitude entre Benoît XI et Benoît XII s’était également exprimé, au XVIIIe siècle, le père Suyskens, considérant plus probable la datation de la concession de la fête au pontificat de Benoît XII (AASS Octobris, II, Antuerpiae, apud Petrum Joannem Vander Plassche, 1768, p. 801-803). Sur ce même thème, voir aussi G. STANO, « Stimmate », dans Enciclopedia Cattolica, XI, Città del Vaticano, Ente per l’Enciclopedia cattolica e per il libro cattolico, 1953, col.1342-1345 et L. DI FONZO, « Francesco da Assisi », dans BSS, V, col. 1052-1150, en part. col. 1095.

6 F. COSTA, Geraldo Oddone, p. 95-96. Au ministre général Gérard Odon (ou Guiral Ot), en charge de 1329 à 1343, avait été confiée par Jean XXII (1316-1334) la tâche de restaurer la discipline dans l’Ordre des mineurs au terme de la querelle sur la pauvreté du Christ (1321-1328). Voir G.G. MERLO, Au nom de Saint François. Histoire des Frères mineurs et du franciscanisme jusqu’au début du XVIe siècle, Paris, Cerf, 2006 (éd. or. : Nel nome di san Francesco. Storia dei frati Minori e del francescanesimo sino agli inizi del XVI secolo, Padova, Editrici Francescane, 2003), p. 224-235.

7 Martyrologium Romanum ad novam Kalendarii rationem et Ecclesiasticae historiae veritatem restitutum, Gregorii XIII Pont. Max. iussu editum, Romae, Ex Typographia Dominici Basae, 1584, p. 286-288 (17 septembre).

8 Voir les mots de l’adnotatio : « De mandato Sanctissimi Domini nostri Sixti Papae […] ; extat apud nos eiusdem sacrum chirographum, quo non tantum quo loco huius diei, sed quibus etiam verbis poneretur » (Martyrologium Romanum ad novam Kalendarii rationem, et Ecclesiasticae historiae veritatem restitutum, Gregorii XIII Pont. Max. iussu editum. Accesserunt Notationes atque Tractatio de Martyrologio Romano, Auctore Caesare Baronio Sorano Congregationis Oratorii Presbytero, Romae, ex Typographia Dominici Basae, 1586, respectivement p. 421 [elogium] et 421-422, note m [adnotatio], en part. p. 422). Pour un panorama général sur le processus redactionnel du Martyrologium Romanum et sur les différentes éditions de cet ouvrage, voir G.A. GUAZZELLI, « Cesare Baronio e il Martyrologium Romanum ». L’intervention du pape Peretti avait été sollicitée par une lettre adressée par Baronius lui-même à un haut prélat de l’entourage du pontife, dans laquelle l’oratorien demandait à titre préparatoire l’approbation du texte et des informations rédigées : « Essendo che sua santità dal tempo che era cardinale mi disse che desiderava, che nel Martirologio Romano, ve si mettesse la festa delle Stigmate del glorioso san Francesco, hora stampandosi di novo detto Martirologio con le annotationi, et mettendosi detta solennità a’ dì 17 di settembre, come è solita celebrarsi, et questo per ordine di vostra signoria illustrissima et reverendissima, hora desiderarei che ne fusse avisata sua santità che mi ordinasse in qual loco de detto giorno, se nel principio, se doppo gli martiri, o nel fine gli par che si metta, et se gli piace che sia messa con l’infrascritte parole […] ». Suivaient le texte de l’elogium et celui de l’adnotatio, renvoyés à l’expéditeur avec des corrections et l’ordre d’insérer l’elogium « immediate post sanctam Theodoram » (Roma, Biblioteca Vallicelliana, ms. H. 8. 1, f. 290r-291v ; cette lettre a été partiellement publiée dans Venerabilis Caesaris Baronii S.R.E. Cardinalis Bibliothecarii Epistolae et Opuscula pleraque nunc primum ex archetipis in lucem eruta Nouam eiusdem Baronii vitam operi, éd. R. ALBERICI, I, Romae, ex Typographia Komarek, 1759, n. IV, p. 169-170, et de nouveau par S. MENCHERINI, Codice diplomatico della Verna e delle SS. Stimate di S. Francesco d’Assisi. Nel VII centenario del gran prodigio, Firenze, Tip. Gualandi, 1924, p. 175-176).

9 Décret de la Congrégation des Rites du 26 août 1615 (AM, XXV, continuati a p. S. MELCHIORRI DE CERRETO, Ad Claras Aquas, s.t., 1934, an. 1615, § CIV, p. 169).

10 « […] bona memoria Clemens Octavus de sacris Stygmatibus Archiconfraternitatem erigendi Romae facultatem dedit, et ut confratres locum in quo se piis Charitatis operibus exercerent ab Ecclesia Parochiali Sanctorum 40 Martyrum curam animarum abdicavit, illamque concessit Confratribus Sacrorum Stygmatum, in quorum die Confratribus praesenti plenariam omnium peccatorum suorum indulgentiam benigne est elargitus […] » (ACCS, FR, « Positiones », 3842, fasc. 1/1-3, Memoriale Sacrorum Stygmatum sancti Francisci, f. 3v).

11 ACCS, FR, « Decreta liturgica », Decreta Sacrae Rituum Congregationis ab anno 1669 ad annum 1670, pars I (an. 1669), f. 57r.

12 « Ad preces primicerii, custodum et confratrum archiconfraternitatis SS. Stigmatum de Urbe » ACCS, FR, « Decreta liturgica », Decreta Sacrae Rituum Congregationis ab anno 1769 ad annum 1770, f. 237v.

13 La participation de Gallifet à la première réunion le 10 février 1729 est attestée par le livre des congrégations : « Non è fuor di proposito far qui menzione del padre Giuseppe Galliffet della Compagnia di Gesù, assistente di Francia in Curia, non solo per le ottime qualità che lo adornano, ma sopra tutto per esser egli affezionato assai al culto del Sacratissimo Cuore di Cristo, avendone proposto con ardentissimo zelo in Congregazione de’ Riti l’ufficio e la messa, et avendo sopra il medesimo culto dato alla luce un dottissimo libro stampato in Roma l’anno 1726 dal Salvioni » (il s’agit du livre de J.-F. de GALLIFET, De cultu sacrosancti cordis dei ac domini nostri Jesu Christi in variis christiani orbis provinciis jam propagato, Romae, apud Joannem Mariam Salvioni, 1726. Gallifet ne se borna pas à une présence passive : après avoir administré le sacrement de pénitence aux confrères qui le lui demandèrent et avoir participé à la célébration de la messe, il « diede il sacco alli […] signori fondatori, et immediatamente doppo li ammise alla professione, ponendo loro la croce al petto, et facendo tutto secondo il rito stabilito dalle nostre regole », assumant, du moins formellement, le rôle de « patron » de l’archiconfrérie (ASVR, Arciconfraternita del S. Cuore di Gesù in S. Teodoro, 1. Memorie delle attività religiose della confraternita (dal 1729 al 1732), f. 5r). À propos de Gallifet et des premiers traités sur la dévotion au Sacré-Cœur voir M.- H. FROESCHLÉ-CHOPARD, Dieu pour tous, p. 316-328.

14 M. ROSA, « Regalità e “douceur” : il Sacro Cuore », dans ID., Settecento religioso, p. 17-46 (publié la première fois avec le titre « Regalità e “douceur” nell’Europa del ’700 : la contrastata devozione al Sacro Cuore », dans F. TRANIELLO [dir.] Dai Quaccheri a Gandhi. Studi di storia religiosa in onore di E. Passerin d’Entrèves, Bologna, Il Mulino, 1988, p. 71-98), en part. p. 27-28. Voir aussi D. MENOZZI, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della società, Roma, Viella, 2001, p. 28.

15 M. ROSA, Regalità edouceur”, p. 33-40 : la notion de « sovrano di second’ordine », utilisée seulement pour le duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, peut être étendue aux autres souverains impliqués : Auguste III de Pologne et Maximilien III de Bavière (voir aussi D. MENOZZI, Sacro Cuore, p. 35-44). On ne peut pas négliger, toutefois, que le décret par lequel Clément XIII, le 18 mai 1765, approuvait l’office et la messe propres du Sacré Cœur fut formellement émis en réponse « enixis precibus exhibitis a plerisque reverendissimis episcopis Regni Poloniae necnon a confratribus archiconfraternitatis Urbis sub titulo Sacratissimi Cordis Iesu erectae » (ACCS, FR, « Decreta liturgica », Decreta Sacrae Rituum Congregationis ab anno 1763 usque ad annum 1765, f. 244v-245r).

16 Dans les documents officiels de la compagnie, l’institution était habituellement mentionnée avec le titre d’archiconfrérie dès 1598 (par exemple : « Domenica 8 de marzo 1598. Nota qualmente in questo giorno la nostra seraphica archiconfraternita per gratia concessali da nostro signore Clemente papa ottavo ha ottenuto la liberatione de don Francesco Cancinello de Lunano da Montefeltro » [Liber decretorum (1595-1599), f. 47v]). La fonction est attestée par l’engagement de la sodalité dans l’hébergement des membres des confréries agrégées d’Assise et de Florence (CG, 18 juin 1600, dans ASVR, ASS, 30. Libro de’ decreti et inventario delle robbe 1600, f. 7v ; CG, 26 octobre 1600, dans ASVR, ASS, 31. Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 6v). Le droit d’agréger d’autres confréries fut ensuite confirmé par un bref de Paul V du 27 mars 1608 (ASVR, ASS, 141. Registro delle compagnie aggregate delle Sacre Stimmate di S. Francesco, f. 1-3), même si, en 1632 encore, les confrères se plaignaient de ne pas posséder un document officiel d’érection en archiconfrérie : « Fu discorso al lungo come non si trova l’erettione nella nostra compagnia in archiconfraternita ma solo in confraternita quantunque fossero veduti li brevi et instrumento della fondatione se ne havessero qualche memoria et caso non vi sia si procuri con la debita accuratezza » (Congrégation secrète [= CS], 16 juillet 1632, dans ASVR, ASS, 34. Liber VII decretorum venerabilis archiconfraternitatis SS. Stigmatum sancti Francisci, anno Domini MDCXXXII, f. 7v).

17 Dans un article des années 1920, le franciscain Francesco Sarri cite la confrérie d’Assise (qu’il trouve mentionnée dans A. CRISTOFANI, Delle storie di Assisi, libri sei, I, Assisi, Tip. di Domenico Sensi, 1866, p. 233) comme premier exemple de diffusion du culte des Stigmates auprès du laïcat pieux dès l’époque médiévale (F. SARRI, « La confraternita delle Stimate », dans Ricordo del Settimo Centenario delle Stimate di S. Francesco (1224-1924), numéro spécial de Studi Francescani, Arezzo, Tip. Beucci, 1924, p. 177-192, en part. 180n).

18 Pour cette confrérie et ses archives, voir P. MONACCHIA, « La fraternita dei disciplinati di S. Francesco detta anche di S. Leonardo e poi delle Stimmate », dans U. NICOLINI, E. MENESTÒ, F. SANTUCCI (dir.), Le fraternite medievali di Assisi. Linee storiche e testi statutari, Assisi/Perugia, Accademia Properziana del Subasio/Centro di ricerca e di studio sul movimento dei Disciplinati, 1989, p. 115-129.

19 Selon l’hypothèse de Paola Monacchia, cette ancienne confrérie aurait pris la dédicace aux Stigmates à l’occasion de son agrégation à l’archiconfrérie romaine (P. MONACCHIA, « La fraternita dei disciplinati », p. 115n), datée de l’année 1594 (voir aussi L. PROIETTI PEDETTA, « Alcune note sulla situazione delle confraternite ad Assisi nel periodo post-tridentino (secc. XVII e XVII) », dans Istituto di storia della Facoltà di Magistero dell’Università di Perugia (dir.), Chiesa e società dal secolo IV ai nostri giorni. Studi storici in onore del p. Ilarino da Milano, II, Roma, Herder, 1979, p. 457-473, en part. 463n). Il est probable, toutefois, que cette titulature ait été adoptée seulement à l’occasion du jubilé de 1600 : « ci è notitia di due compagnie delle Sacre Stigmate de santo Francesco nuovamente sotto il nostro stendardo erette una nella città de Assisi et l’altra nella città di Riete » (ASVR, ASS, 28. Libro secondo de’ decreti, f. 25r). Les sources ne signalent explicitement que l’agrégation formelle du 23 mars 1620 (ASVR, ASS, 142. Libro delle aggregate della venerabile archiconfraternita delle Sacre Stimmate del serafico padre san Francesco di Roma, alla lettera A), mais il s’agit peut-être d’un renouvellement d’une agrégation plus ancienne, ratifiée au sens de la constitution Quaecumque par laquelle, en 1604, Clément VIII imposa une nouvelle réglementation au système confraternel en général (voir supra, ch. I, § 3.2.).

20 F. SISTO DA PISA, Storia dei cappuccini in Toscana, con prolegomeni sull’Ordine Francescano e le sue riforme, I. 1532-1681, Firenze, Tip. Barbera di Alfani e Venturi, 1906, p. 248.

21 [D. MOROSI], Cenno storico della Confraternita delle S. Stimate di S. Francesco d’Assisi in Firenze, Firenze, Tip. di Raffaello Ricci, 1891 ; S. PUCCETTI CARUSO, « Calessi e giaculatorie. Il viaggio delle Sacre Stimate da Firenze a Roma », dans R. MICHETTI, Al. SERRA (dir.), Sotto il vessillo, à paraître.

22 F. SARRI, Il venerabile Bartolommeo Cambi da Salutìo (1557-1617). Oratore – mistico – poeta, Firenze, R. Bemporad, 1925, p. 221. À propos de la démarche dévotionnelle du père Bartolomeo à l’égard du sanctuaire de la Verna, voir aussi ID., « Il Ven. Bartolommeo da Salutio e la Verna », dans La Verna. Contributi alla storia del santuario (Studi e documenti). Ricordo del settimo centenario della donazione del sacro monte a s. Francesco (1213-1913), Arezzo, Cooperativa tipografica, 1913, p. 295-310. Pour un portrait plus précis de ce personnage, voir aussi A. PROSPERI, « Cambi, Bartolomeo (Bartolomeo da Salutio) », dans DBI, 17, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1974, p. 92-96.

23 M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, F. HERNANDEZ, « Les dévotions des confréries ; B. DOMPNIER, « I religiosi e le vicende dei nuovi culti » ; dans une perspective plus large, N. BOUTER (dir.), Les mouvances laïques des ordres religieux, Actes du troisième colloque international du CERCOR en collaboration avec le Centre international d’Études romanes (Tournus, 17-20 juin 1992), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996.

24 Les données présentées dans les pages qui suivent sont tirées de : ASVR, ASS, 142. Registro delle confraternite aggregate ; ASVR, ASS, 147. Filza di memoriali e requisiti delle compagnie aggregate, rég. non numéré intitulé « 1775. Compagnie forastiere aggregate alla venerabile archiconfraternita delle Sagre Stimmate di S. Francesco ». À titre de comparaison, on a utilisé aussi les listes des confréries agrégées proposées par « Compagnie aggregate alla nostra Archiconfraternità, le quali sono state invitate al nostro Ospizio per l’anno 1750 » (Archivio di Stato di Roma, Ospedale Trinità dei Pellegrini, 376, Sommario della prima parte della presente Istoria dell’Anno Santo 1750) et dans la Relazione di quanto si è operato dalla venerabile archiconfraternita delle Sagre Stimmate di S. Francesco di Roma nel ricevimento, et alloggio dato alle compagnie forastiere nell’ospizio della medesima l’anno del santissimo giubileo MDCCXXV. Descritta dal fratello Filippo Coppetelli per ordine de’ padri guardiani, ms. privé en cours d’édition dans R. MICHETTI, Al. SERRA (dir.), Sotto il vessillo, à paraître.

25 Nous connaissons la date d’agrégation de 209 compagnies sur 220 ; pour les autres, nous pouvons établir le 15 septembre 1775 comme date ante quem. La distribution géographique des compagnies appartenant à cette dernière catégorie est la suivante : Italie septentrionale, 3 (27,3 %) ; Italie centrale, 4 (36,4 %) ; Italie méridionale, 3 (27,3 %) ; Îles, 0 ; tot. Italie, 10 (9 1 %) ; États non italiens, 1 (9 %).

26 On peut remarquer des tendances semblables pour les archiconfréries de l’Oraison et de la Mort, des Agonisants et de saint Joseph (voir B. DOMPNIER, « Réseaux de confréries », p. 24-28).

27 Voir, par exemple, le témoignage en ce sens de A. DAZA, Descrizione delle stimmate del nostro serafico padre San Francesco, raccolta dal Martirologio, e Breuiario Romano, da trenta Bolle di diuersi Sommi Pontefici, e da dugento autori, e Santi. Per il reuer. P.F. Antonio Daza minore osseruante della Prouincia della Santiss. Concezione in Spagna. Dal R.P.F. Daniello Delle Rheti di Santa Maria in Buagno […] tradotta in lingua italiana. Con l’aggiunta dell’attestazioni de’ luoghi in margine fedelmente riuisti, in Firenze, appresso i Giunti, 1621, p. 206.

28 ASVR, ASS, 96. Nome de’ Fratelli della Compagnia di S. Francescho. 1594, f. 91r et 114r. Sur l’ambassade nippone, qui fit l’objet de célébrations enthousiastes et de plusieurs publications occasionnelles, mais qui coïncida aussi avec une recrudescence de la répression anti-chretienne au Japon dès 1614, voir G. SORGE, Il cristianesimo in Giappone e la seconda ambasceria nipponica, Bologna, CLUEB, 1991.

29 Parmi elles, on peut observer la présence d’autres formes typiques de la sociabilité franciscaine, avec par exemple cinq compagnies du Tiers ordre et sept du Cordon de saint François. Parmi les saints franciscains, le plus mentionné dans les titulatures, comme première et deuxième titulature, est, bien évidemment, saint François (39), suivi par Antoine de Padoue (11) et par Bernardin de Sienne (7). Dans certains cas (6), les Stigmates sont mentionnées comme deuxième titulature, adoptée le plus souvent, selon toute probabilité, à l’occasion de l’agrégation.

30 « Vedendosi in questa alma città di Roma, sotto la protettione et inuocatione di diversi santi fiorire molte divote compagnie, le quali essercitandosi in varie opere di charità secondo li proprii instituti, vengono a fare molto frutto in servitio di Dio et edificatione del prossimo, et con questo pio essempio parendo a messer Federico de Pizzi romano, a messer Claudio Palumbani bergamasco, messer Prospero Perondi romano et messer Aniello Palombi napolitano che, sì come tante sorti di religiosi militano sotto il glorioso et serafico padre santo Francesco, l’istesso possano fare anchora sotto il suo vessillo li secolari mediante la institutione d’una compagnia, la quale imiti quanto sia possibile l’humiltà di questo beato Santo, per il cui mezzo l’omnipotente Iddio ha operato infiniti et stupendi miracoli per tutto l’universo » (ASVR, ASS, 1. Statuti della Venerabile et Serafica Compagnia delle Sacre Stigmate di San Francesco [= Statuti 1596], f. 2r). Le texte, rédigé par l’un des fondateurs, Claudio Palombani, et approuvé le 16 juin 1596 par le cardinal Alessandro Damasceni Peretti da Montalto (dit « de Montalto »), neveu de Sixte V, ne fut imprimé qu’en 1605, avec plusieurs modifications (Priuileggi et statuti della venerabile, e serafica Archiconfraternita delle Sacre Stimmate di S. Francesco di Roma, in Roma, appresso gli Stampatori della R. Camera Apostolica, 1605 [= Priuileggi et statuti 1605]). Les statuts furent réformés ensuite trois fois, en 1666, en 1673 et en 1860 : Priuileggi et statuti della venerabile, e serafica Archiconfraternita delle Sacre Stimmate di S. Francesco di Roma, in Roma, nella stamparia della Reu. Cam. Apostolica, 1666 ; Priuileggi e statuti della venerabile, e serafica Archiconfraternita delle Sacre Stimmate di S. Francesco di Roma, in Roma, nella stamperia della Reu. Cam. Apostolica, 1677 (deuxième impression : in Roma, nella stamparia della Rev. Camera Apostol., 1700) ; Privilegj e Statuti della Venerabile e Serafica Archiconfraternita delle Sacre Stimmate di San Francesco di Roma. Terza edizione degli Statuti compilati nell’anno 1673 nel pontificato della S. M. di Clemente X, [Roma], presso Gio. Olivieri Tipografo della Romana Università, s.d. [mais ante 4 janvier 1862].

31 « Essendo questo [il terz’ordine secolare francescano] in gran parte discaduto fra gli huomini secolari, e in comparatione de’ passati tempi quasi affatto mancato, conservandosene solamente qualche vestigio da alcune poche Binzocare ; doppo tre secoli in circa si compiacque il Signore di surrogare a questi penitenti del Terz’Ordine la divota adunanza de’ Fratelli delle Stimmate » (Il divoto delle Sagre Stimmate, Roma, per Giacomo Dragondelli, 1664, p. 150).

32 Voir J.-M. SALLMANN, « Eremitismo e terzi ordini dal secolo XV alla metà del secolo XIX », dans M. ROSA (dir.), Clero e società nell’età contemporanea, Roma/Bari, Laterza, 1992, p. 181-206, en part. 197). Sur Mariano de Florence et sur son Trattato del Terz’Ordine, voir C. MERCURI, Santità e propaganda. Il Terz’Ordine francescano nell’agiografia osservante, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 1999, p. 53-79.

33 L’allusion au fait que « […] tutt’hora non mancano nuovi operarii nella vigna Serafica, che accesi dal zelo di maggior disciplina, si studiano di riparare con nuovi rigori a qualche indulgenza introdottavi dall’humana debolezza » (Il divoto, p. 152) nous permet de supposer que l’auteur de ce texte était proche du milieu de ce qu’on appelle la « riformella », un mouvement de réforme franciscaine qui, avec difficulté, était en train de s’établir à Rome sous l’impulsion du père Bonaventure de Barcelone (R. SBARDELLA, « Bonaventura Gran, da Barcellona, beato », dans DIP, I, Milano, Edizioni Paoline, 1974, col. 1508-1512), ou, en tous cas, de milieux religieux qui se signalaient pour une obéissance plus rigoureuse à la règle des mineurs, tels que, par exemple, les réformés franciscains de la stricte observance ou les capucins.

34 « Dell’anno 1594 un certo mastro Federico Pizzi romano cirurgico in Campo di Fiore, molto mosso dalla devotione che portava a S. Francesco gli venne in pensiero di eregere una Confraternita in honore di detto S. Francesco, e conferito detto suo disegno con il Rever. Padre F. Pietropavolo, religioso dell’Ordine di detto S. Francesco del monistero di S. Pietro Montorio, persona molto devota, & da bene, quale postosi in oratione et in essa perseverato molti giorni, in ultimo chiamato detto Federigo lo confortò a mettere in esecutione questo suo bon pensamento, promettendoli d’aiutarlo in tutto quello che lui potesse, & così ambedue, con altri loro amici ordinorno tal confraternita alli 22 d’agosto del sopradetto anno nella Chiesa di S. Pietro Montorio nella cappella chiamata delle Stigmate di S. Francesco, con il qual nome intitolorno essa confraternita, e per qualche tempo l’esercitorno in essa chiesa, & cappella » (C. FANUCCI, Trattato di tutte le opere pie dell’alma città di Roma, in Roma, per Lepido Facij, & Stefano Paolini, 1601, p. 311-312). Ces mêmes informations sont reprises dans C.B. PIAZZA, Έυσεβολόγιον. Euseuologio Romano, ouero delle opere pie di Roma, accresciuto, & ampliato secondo lo stato presente. Con due trattati delle accademie, e librerie celebri di Roma […], in Roma, per Domenico Antonio Ercole alla strada di Parione, 16982, p. 396-397 et dans G.G. TERRIBILINI, Relazione sopra la Serafica Archiconfraternità delle Sagratissime Stimmate di S. Francesco (Rome, Biblioteca Casanatense, ms. 218, ID., Descriptio templorum urbis Romae [écrit après 1740], X, f. 154r-162r, en part. f. 154r.

35 Ce couvent, bâti dans le lieu où, selon la tradition pieuse, aurait été martyrisé l’apôtre Pierre, fut à l’origine un monastère confié, au fil du temps, à plusieurs congrégations de la tradition bénédictine. En 1472, Sixte IV le concéda au bienheureux Amédée Menezes da Silva et à sa congrégation de franciscains réformés – dite des amadéistes –, qui, en 1568, fut unie aux franciscais observants par Pie V ; au milieu du XVIIe siècle, il était habité par des franciscains réformés (B. PESCI, E. LAVAGNINO, S. Pietro in Montorio, IIe éd., Roma, Marietti, 1958 [Le chiese di Roma illustrate, 42] ; F. CANTATORE, San Pietro in Montorio. La chiesa dei Re Cattolici a Roma, Roma, Quasar, 2007).

36 Cette reconstruction des événements s’accorde avec celle qui est proposée, sur la base des documents des archives du couvent, par le père Stanislao Melchiorri de Cerreto dans les Annales Minorum : « Multis ab hinc annis, consilio habito cum Petro Paolo minorita de observantia, initum fuit sodalitium SS. Stigmatum seraphici patris Francisci in ecclesia coenobii S. Petri in Ianiculo de Urbe [...], ut aliqua ratione tanti patris vestigia prosequerentur » (S. MELCHIORRI DE CERRETO, AM, XXIII, Ad Claras Aquas, s.t., 1934, an. 1597, § 102, p. 285). Les mots « multis ab hinc annis », d’ailleurs, nous permettent de supposer que l’origine de la sodalité ait été de quelques années antérieure à l’approbation officielle de 1594.

37 M. ARMELLINI, Le chiese di Roma, p. 386 ; R. MANSELLI, « Dalla cella farfense a San Luigi de’ Francesi : storia di un angolo di Roma », dans Les fondations nationales dans la Rome pontificale, Rome, École française de Rome, 1981, p. 75-81.

38 CG, 9 avril 1595 (Liber decretorum (1595-1599), f. 4v). La première réunion de la compagnie dans la nouvelle église est datée du 13 août (ibid., f. 6v). Sur la tentative d’obtenir l’église Saint-Jean in Ayno, voir aussi G. MATTEUCCI, « La solenne investitura del card. Barberini a protettore dell’arciconfraternita delle Stimate in Roma (1633) », Miscellanea Franciscana, 68, 1968, p. 128- 166, en part. p. 141-142.

39 Pour la concession de l’église, voir CLÉMENT VIII, bulle In his nostrae auctoritatis, 27 mars 1597, dans Bullarum diplomatum et privilegiorum sanctorum romanorum pontificum, X, Augustae Taurinorum, Sebastiano Franco et filiis editoribus, 1865, p. 342-344.

40 « Molto reverendo padre fra Pietro Paolo romano guardiano di S. Pietro Montorio ». Le religieux décéda dans le couvent d’Aracoeli, le 22 septembre 1597 (Nome de’ fratelli, f. 90r).

41 « Reverendo padre fra Pietro Paolo romano, zoccolante de l’ordine di santo Francesco », Liber decretorum (1595-1599), f. 1r.

42 Pour l’importance de la mémoire des origines dans le processus de construction des identités collectives, je renvoie à La mémoire des origines dans les institutions médiévales, Actes de la table ronde de Rome (6-8 juin 2002) (= section monographique des Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 115/1, 2003, p. 133-479) – et en part. à C. CABY, « La mémoire des origines dans les institutions médiévales. Présentation d’un projet collectif », ibid., p. 133-140) – et à Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé, Actes du Ve colloque international du CERCOR (Saint-Étienne, 6-8 novembre 2002), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, consacrés particulièrement au clergé régulier.

43 Daté du 11 août 1595 (ASVR, ASS, 220. Istromenti da 1640 a tutto 1656. Istromenti diversi, c. 315-322).

44 Liber decretorum (1595-1599), f. 9r.

45 « […] molto necessario che la nostra chiesa [fût] offitiata da un padre quale di continuo sia assistente tanto per celebrare, come per confessare, et sermoneggiare, et fare altri esercitii necessarii per la compagnia » (CG, 23 août 1598, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 64v-65r).

46 « [Egli] desiderava servir la nostra compagnia di far celebrare la messa et far tutto quello che fanno li padri d’Araceli co’ l’elemosina solita che a’ detti padri d’Araceli si suol dare, […] fatto sopra ciò lungo discorso, fu resoluto che non era bene né si conveniva alla compagnia lasciar li padri d’Araceli dalli quali per il passato la compagnia haveva hauti infiniti servitii et anco per la commodità della chiesa » (Libro secondo de’ decreti, f. 25r).

47 ASVR, ASS, 29. Libro de’ decreti. 1600, f. 6r.

48 Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 103v.

49 « Li reverendi padri del convento dell’Araceli incominciorno a servire alla nostra compagnia et venne il reverendissimo padre Arcangelo da Messina generale de l’ordine de l’Osservanza di S. Francesco con la sua propria persona, quale fu da molti nostri fratelli riceuto processionalmente con molto fervore di carità. Quale entrò nella nostra chiesa dove si cantò e intonò il Te Deum laudamus, quale fenito, sua paternità reverendissima disse l’oratione solita et dopo disse et celebrò la mesa, et poi fatta l’esortatione alli fratelli che vi intervennero dicendo haverci ricevuti per figlioli si offerse et promesse sempre haver questa nostra compagnia per figliola et che li suoi padri non mancheranno di spirituali gratie » (Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 134v-135r).

50 C’est à l’occasion du jubilé de 1625 que la confrérie décide de « stampare il summario delle nostre indulgenze con le figliolanze spirituali de’ frati cappuccini, scarpanti et zoccolanti » (ASVR, ASS, 33. Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 52r). En 1704 ce privilège sera également concedé par les pères du Tiers ordre régulier (M. MARONI LUMBROSO, A. MARTINI, Le confraternite romane, p. 417).

51 « Per l’avvenire la compagnia si serva de preti e non altrimenti de frati » (CS, 16 juillet 1622 dans Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 2v).

52 Cette innovation est signalée par le premier rituel imprimé à l’usage de la compagnie, en 1669 : « si dovrà adunque dalli nostri Fratelli nell’Oratorio, et in Chiesa officiare sempre ad uso de’ Padri Cappuccini » (Rituale della venerabile Archiconfraternita delle Sacre Stimmate del p. S. Francesco di Roma, in Roma, per Fabio di Falco, 1669 [= Rituale 1669], p. 11).

53 « Ogni anno si debbiano eleggere novi officiali (eccetto li primi tre anni che debbano risedere li fondatori), cioè un priore e 4 guardiani ; […] doi delli guardiani almeno siano artegiani, ma il priore habbia a essere prelato, overo gentilhuomo » (Istromenti da 1640 a tutto 1656, c. 317-318). Le rôle des officiers était complété par : un camerlingue ; un procureur, pour les fréquentes affaires judiciaires ; un secrétaire – normalement un notaire –, pour la rédaction des documents officiels de la compagnie ; un comptable (« computista »), pour la rédaction des livres des comptes ; un « provveditore di chiesa » et un « provveditore dei morti », chargés respectivement de veiller sur l’état matériel de l’église et d’organiser les funérailles et les suffrages pour les confrères décédés ; deux maîtres des novices ; quatre visiteurs des malades ; deux vérificateur aux comptes (les « sindici ») (Statuti 1596, f. 6v-21r).

54 Il s’agit d’un groupe social aux limites très floues, à cause de la mobilité et de l’ouverture de l’aristocratie romaine tout au long de l’époque moderne, en absence d’un vrai livre de la noblesse civique. Cette mobilité était liée, bien évidemment, aux variations constantes des équilibres politiques dérivant de la tradition élective de la monarchie papale, « che sovvertivano le gerarchie del potere tra le famiglie nobili » (M.A. VISCEGLIA, « Introduzione. La nobiltà romana. Dibattito storiografico e ricerche in corso », dans EAD. (dir.), La nobiltà romana in Età moderna. Profili istituzionali e pratiche sociali, Roma. Carocci, 2001, p. xiii-xli, en part. xxvi ; pour le cas, exemplaire dans cette optique, de l’ascension de la famille Pamphili au cours du XVIe siècle, voir B. BORELLO, « Strategie di insediamento in città : i Pamphili a Roma nel primo Cinquecento », ibid., p. 31-61).

55 Statuti 1596, f. 29r-31v. La première réunion des femmes date du 24 septembre 1595 (Liber decretorum (1595-1599), f. 12r-v).

56 AM, XXIII, an. 1597, § 102, p. 285. Sur Bartolomeo Cesi (1566-1621) voir A. BORROMEO, « Cesi, Bartolomeo », dans DBI, 24, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1980, p. 246-247, tandis que pour Federico (1562-1630) on renvoie aux brèves informations fournies par E. MARTINORI, Genealogia e cronistoria di una grande famiglia umbro-romana, i Cesi. Illustrata nei loro monumenti artistici ed epigrafici e nelle memorie archivistiche, Roma, Tip. Compagnia Naz. Pubbl., 1931, p. 66-69.

57 M. GOTOR, I beati del papa, p. 95-99.

58 « Evitare i rumori et inconvenienti et altri disordini che possono nascere » (CS, 25 et 31 mars 1596, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 17r-18r et 18v). Pour une description des grandes processions romaines du Jeudi saint, voir i.e. G. MARTIN, Roma sancta (1581), éd. G. BRUNER PARKS, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1969, p. 89-91, et M. de MONTAIGNE, Journal du voyage de Michel de Montaigne en Italie : par la Suisse et l’Allemagne, en 1580 & 1581, avec des notes par M. de QUERLON, II : À Rome, Paris, Le Jay, libraire, rue Saint-Jacques, au Grand-Corneille, 1774, p. 44-54, en part. p. 47-48, qui se réfèrent à la Semaine Sainte de 1581.

59 « Fu raggionato de fare la congregatione generale per li nuovi offitiali et fu resoluto che se ne dovesse parlare con il signor cardinal Cesi » (CS, 3 mai 1597 [Liber decretorum (1595-1599), f. 31r]).

60 CS, 6 juillet 1597 (Liber decretorum (1595-1599), f. 35v).

61 Paolo Mellini, par exemple, était lié par un rapport de parenté spirituelle au cardinal Cesi, qui en 1588 avait été parrain de baptême de son fils Domenico (D. ROSSELLI, « Tra Campidoglio e luoghi pii. Élites romane di età barocca », dans B. SALVEMINI (dir.), Gruppi e identità sociali nell’Italia di età moderna. Percorsi di ricerca, Bari, Edipuglia, 1998, p. 143-198, en part. p. 172). Sur le concept de parenté spirituelle et sur l’histoire du parrainage, je renvoie à A. FINE, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 1994 ; G. ALFANI, Padri, padrini, patroni. La parentela spirituale nella storia, Venezia, Marsilio, 2007.

62 Liber decretorum (1595-1599), f. 47v.

63 « Perché le cose della nostra compagnia, quali per l’adietro, per esser puovera de fratelli, et per essere anchora nel principio della sua fondatione non è stato possibile siano andate con quelli ordini che sarria stato bisognio secondo la forma delli nostri santi statuti, per lo avenire essendo hormai la compagnia cresciuta in numero de fratelli, et ancho in fervore et zelo di porre in esecutione et observanza quanto sia più possibile li detti statuti, [dovrà] esser più vigilante et ambitiosa » (CS, 6 juillet 1597, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 62v).

64 L. NUSSDORFER, « Il “popolo romanoˮ e i papi : la vita politica della capitale religiosa », in L. FIORANI, A. PROSPERI (dir.), Roma, la città del papa, p. 239-260.

65 « Perché li nostri statuti et in speciem il capitolo del fare la bussola dicono solo che se debbiano fare quattro guardiani senza altra distintione de’ gradi de persone, forse perché allhora la compagnia era di puocho numero de fratelli et che non fu pensato di determinare modo particulare, havendo hauto li suprascritti signori offitiali et fratelli particulare intento de imbussolare persone atte a l’offitio del guardianato […] fu descorso che [non fosse conveniente] far tutti li guardiani gentilhomini overo tutti artigiani, né ancho dui gentilhomini veri de portata et dui artigiani de bottegha manuale » (Congrégation des « imbossolatori », 24 novembre 1598, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 35v).

66 « Per gratia d’Iddio et devotione del nostro seraphico padre santo Francesco la nostra compagnia è cresciuta de numero et non solo de titolati et prelati, ma anche de gentilhomini de portata, de artisti manuali et anco de huomini che di loro industria et di esercitio honorato vivuono et alcuni senza esercitio, né sono uguali alli gentilhuomini soprascritti, né artisti di bottegha manuale. […] De questi quattro se ne facessero dui gentilhomini de portata, acciò tutti dui senza alcun respetto fussero d’accordo nelli negotii della compagnia essendo molto necessaria la presentia et autorità di gentilhomini de portata per molti rispetti, et a questi due secondo l’età et consideratione loro se gli desse il primo et secondo luogho, et puoi per il terzo si ponesse uno di quelli che non sono gentilhomini de portata, né artista manuale, et per il quarto un artista manuale, acciò tutti havessero sodisfatione […] » (Procès-verbal de la réunion de la commission chargée de la révision de cette norme, tenue le 24 novembre 1598, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 78r).

67 « La compagnia sia unita et ancho essendo bene dar animo ad ogni sorte de gente di frequentarla » (CG, 18 avril 1599, dans Liber decretorum (1595-1599), f. 89r).

68 CG, 18 avril 1599 (Liber decretorum (1595-1599), f. 88v-89r).

69 CG, 25 novembre et 13 décembre 1604 (Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 90r et 91r). Pour la cérémonie de prise de possession du Cardinal Francesco, voir G. MATTEUCCI, « La solennelle investitura ».

70 Dans la liste des officiers élus en 1610, par exemple, nous trouvons trois « guardiani gentil’huomini », c’est-à-dire « [il] signor Francesco de Rustici, l’illustrissimo signor abate [Angelo] Cesi e il signor Antonio Landi », et deux gardiens sans aucune précision d’appartenance sociale, le fondateur, « messer Federico de’ Pizzi », et « messer Francesco Menicuccio » (CG, 12 septembre 1610 [ASVR, ASS, 32. Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 34r]).

71 CG, 15 septembre 1630 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 161r-v).

72 Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 169r.

73 CS, 16 juin 1623 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 18r). Peretti fut ensuite confirmé dans les élections annuelles suivantes (voir ibid., passim).

74 Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 88r.

75 M.A. VISCEGLIA, « Figure e luoghi della corte romana », dans G. CIUCCI (dir.), Roma moderna, p. 39-78, en part. 73-74 ; sur le phénomène du matronage, voir aussi S. ANDRETTA, « Il governo dell’osservanza », p. 407-410 et B. BORELLO, Trame sovrapposte. La socialità aristocratica e le reti di relazioni femminili a Roma. XVII-XVIII secolo, Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane, 2003.

76 Congrégation des femmes (= CF), 24 septembre 1627 (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 33r-v).

77 « Ottenga da nostro Signore indulgenza plenaria perpetua per tutta l’ottava delle Sacre Stimmate et […] faciliti appresso l’eccellentissimo signor don Thadeo Barberini suo figliolo la liberatione del prigione di Borgho da concedersi alla nostra compagnia per la festa delle Stimmate » (CS, 22 juillet 1629, dans Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 132r-133v). Taddeo Barberini était à l’époque gouverneur du Borgo (A. MEROLA, Barberini, Taddeo, dans DBI, 6, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1964, p. 180-182 ; C.C. FORNILI, Delinquenti e carcerati a Roma alla metà del ’600. Opera dei papi nella riforma carceraria, Roma, Pontificia Università Gregoriana, 1991, p. 12n). De la même façon, en 1633, « furono deputati li signori Francesco Costacci et Gaspare Candido vadino dalla signora donna Constanza nostra priora a suplicarla ad interporisi con il signor cardinale Barberino acciò condoni alla nostra archiconfraternita Pier Domenico Giorgi della Città della Pieve condennato in pena della vita nel tribunal di Borgo » (CS, 16 mars 1633 [ibid., 30r]).

78 CG, 26 mars 1634 (Liber VII decretorum, f. 55r).

79 « Tutti li fratelli presenti con viva voce e vivi voti et con applauso et giubilo levatisi in piedi accettorno detto eminentissimo signore cardinale Francesco Barberino per loro protettore, padrone et signore, acclamando a nostro signore papa Urbano VIII longa vita et felicità, a detta eminenza l’istesso et la gratia del Signore, et alla nostra compagnia la pace et gratia di Sua Divina Maestà » (CG, 8 mai 1633, dans Liber VII decretorum, f. 33v). Pour la cérémonie de prise de possession du cardinal Francesco, voir G. MATTEUCCI, « La solenne investitura »).

80 O. IOZZI, I Pecci e l’arciconfraternita delle Sacre Stimmate in Roma, Roma, Tipografia degli Operai, 1895, p. 26. Sur Francesco Barberini, voir A. MEROLA, « Barberini, Francesco », dans DBI, 6, p. 172-176 ; sur Carlo, ID., « Barberini, Carlo », ibid., p. 170-171.

81 Ricordo del III° centenario dalla fondazione della Venerabile Archiconfraternita delle SS. Stimmate di S. Francesco in Roma. Anno 1894, s.n.t. [Roma, post 21 septembre 1894], p. 8.

82 « Et perché se vede che la nostra compagnia, per haver allarghata molto la mano in accettare senza pigliarne quella informatione che si deve et senza osservare quello che li capitoli et statuti ordinano, ne causa puocha reputatione et puocho utile della compagnia, sì per la puocha presenza et devotione che si vede de’ fratelli, sì ancho per il puocho numero de’ sachi et altre cose necesarie per l’habito, però dissero li signori guardiani che sarebbe necessario a provederci, per essere molto meglio il puocho numero de fratelli devuoti et che frequentino la chiesa, le processioni et sepelire li morti, che habiano il loro habito, ché non è il molto numero de puocha frequenza et puocho esempio, et di danno ancho alla compagnia, quale per essere puovera non può mantenere tanti habiti. Et per questo ordinano che per lo avenire se retenesse la mano in accettare fratelli. Et fattone lungho descorso, fu de voto de tutta la congregatione et fratelli soprascritti che per l’avenire non se accetti fratello alcuno se prima non haverà fatto il memoriale, datolo, e pigliatane la debita informatione dalli mastri de’ novitii et riferito in congregatione, et che habbia fatto l’habito, et altramente, come ordinano li nostri statuti et capitoli ; et se averta ad accettare fratelli che siano persone honorate, devote del nostro glorioso padre, et che di loro se puossa sperare honore et utile della compagnia » (CS, 18 octobre 1600, dans Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 5v).

83 Nome de’ fratelli della compagnia di S. Francescho.

84 ASVR, ASS, 95. Spoglio del primo libro delli fratelli della nostra archiconfraternita delle Sacre Stimate qual comincia l’anno 1594 e descritto in questo tutti fratelli che son vivi fin a questo presente mese di gennaro 1651 [mis à jour jusqu’en 1673].

85 Pour poursuivre l’analyse jusqu’en 1675 on a aussi utilisé le Registro de’ fratelli spettanti a’ maestri de’ novitij da ottobre 1674 a tutto li 3 ottobre 1734 (ASVR, ASS. 100).

86 Dans cette catégorie, on a aussi classé les artistes (peintres, sculpteurs, graveurs, etc.), dont la présence dans la confrérie a été étudiée par E. RUSSO DE CARO, « Libro dei Fratelli della Venerabile Arciconfraternita delle Santissime Stimmate di S. Francesco », Strenna dei Romanisti, 50 1989, p. 501-506 et EAD., « Vicende umane e artistiche della Confraternita delle Santissime Stimmate di S. Francesco », dans C. CRESCENTINI, A. MARTINI (dir.), Le confraternite romane, p. 274-278.

87 Voir supra, note 52.

88 Sur la composition de la famille du prince, voir : C. MOZZARELLI (dir.), Familia del principe e famiglia aristocratica, Roma, Bulzoni, 1988 ; G. FRAGNITO, Le corti cardinalizie nella Roma del Cinquecento, Firenze, Università degli Studi-Facoltà di Scienze Politiche “C. Alfieri”, 1992 (en ce qui concerne, notamment, les familiae des cardinaux). Sur les rapports de patronage, de manière plus générale, on renvoie surtout à M.A. VISCEGLIA, « Burocrazia, mobilità sociale e patronage alla corte di Roma tra Cinque e Seicento. Alcuni aspetti del recente dibattito storiografico e prospettive di ricerca », Roma moderna e contemporanea. Rivista interdisciplinare di storia, 3/1, 1995, p. 11-55 et à I. FOSI, All’ombra dei Barberini. Fedeltà e servizio nella Roma barocca, Roma, Bulzoni, 1997.

89 Statuti 1605, f. 2r.

90 « Che tutti li Fratelli debbano portare continuamente il Cordone, il quale sia benedetto et cinto, da uno de’ Padri dell’Ordine Minore, et debbano digiunare la Vigilia del nostro Padre Serafico S. Francesco, et ogni giorno, li Fratelli che sanno leggere diranno le laudi delle Sagre Stigmate ; com’è ordinato nell’offitio de’ Frati Minori, et quelli che non sanno leggere (et ciò sia arbitrio loro di dire o l’uno, o l’altro) dicano cinque Pater noster, et cinque Ave Maria con suoi Gloria Patri, ad honore delle Cinque Piaghe. Et un Pater noster, et un Ave Maria con un Gloria Patri per il Sommo Pontefice » (Statuti 1605, f. 19r-v).

91 Il s’agissait davantage de pratiques privées de mortification personnelle que d’initiatives « institutionnelles » de la confrérie (Statuti 1605, f. 2r).

92 « Non tenghino prattiche cattive, non conversino in luoghi disonesti, non siano giocatori, non bestemmiatori, non maldicenti, non scandalosi, né in altro modo di mala vita » (Statuti 1605, f. 17v- 18r). L’expulsion était prévue, en particulier, pour « tutti quelli della compagnia che vestiti con l’abito anderando all’hosteria, o in altri lochi infami, et che se ne havrà notitia ». Cette norme fut établie dès le lendemain de la première procession officielle de la confrérie (CS, 16 août 1595 [Liber decretorum (1595-1599), f. 8r]). Sur le thème du concubinage et de sa répression aux XVIe et XVIIe siècles, nous renvoyons à l’étude du cas napolitain par G. ROMEO, Amori proibiti. I concubini tra Chiesa e Inquisizione. Napoli 1563-1656, Roma-Bari, Laterza, 2008.

93 « Nella andata delle Sette Chiese un fratello della detta compagnia chiamato Giulio Cesare, giovane vascellaro, nella chiesa di S. Croce in Gierusalem et nella chiesa di S. Maria Maggiore attaccò parole con quelli della compagnia di S. Nicolò in Carcere sopra l’andare inanzi senza ordine delli signori superiori che erano presenti et se bene la prima fu corretto non volle astenersi per certi suoi rispetti ma messe ancora parole di succeder qualche scannolo et conforme al statuto de l’honestà et boni costumi de’ fratelli doverrebbe detto Giulio Cesare esser raso publicamente dalla detta nostra compagnia, non di meno la congregatione secreta non volendo in tutto radere per questa volta per tanto fu resoluto et decretato viva voce che debbia stare sospeso dalla compagnia sino alla festa delle Sacre Stigmate di san Francesco con conditione che in detta festa debbia confessarsi et comunicarsi nella nostra chiesa et far l’intrata, altrimente sia in perpetuum cassato » (CS, 27 mai 1607, dans Libro de’ decreti. Ottobre 1600 fino ad aprile 1608, f. 125v).

94 « L’habito dell’Archiconfraternità qual devono usare li Fratelli nelle processioni, et altri atti solenni, sia un sacco di saia cremonesa (la più grossa che si trovi) di color cineritio, et cinti d’una corda grossa, con portare attaccato a detta corda, o cordone una corona del Signore, di legno, con cappello berrettino, et andare scalzi, con scarpe all’apostolica l’Estate, et il Verno sia lecito havere un paro di mezze calzette di panno berrettino, et di tirarle sopra alle calzette, con scarpe come di sopra » (Statuti 1605, f. 19r).

95 « Nella medesima sera andò a S. Pietro la Compagnia delle Sacre Stimmate di S. Francesco con grandissima quantità di torcie accese, la qual compagnia è la più devota, et di maggiore edificatione di quante ce ne sono in Roma, perché vanno con la faccia coperta con i loro cappucci, con gran modestia, salmeggiando devotamente con i piedi scalzi, et scarpe all’apostolica, con molta devozione » (G. GIGLI, Diario di Roma, II, p. 584-585).

96 Rituale 1669 ; Rituale della Ven. Archiconfraternita delle Sagre Stimmate di Roma, in Roma, nella stamperia del Bernabò, 1711 (= Rituale 1711).

97 « Nella quale tenendo noi il flagello leviamo quello dalle mani del Signore allor quando irritato dalla moltitudine de’ nostri peccati si prepara per darci il meritato gastigo » (Rituale 1711, p. 116- 141 ; la citation est tirée de la p. 116).

98 CG, 1er février 1615 et 31 décembre 1616 – en réalité 1615, parce qu’à Rome on utilisait le style de la Nativité – (Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 104v et 120v).

99 Cette pratique est mentionnée pour la première fois parmi les activités spirituelles de la compagnie dans la CG du 7 septembre 1642 (ASVR, ASS, 35. Libro di decreti dell’archiconfraternita de Sacre Stimmate di san Francesco 1641, f. 27r).

100 « Sarà cura del nostro P. Spirituale d’imporre ad uno di essi Fratelli di visitare il SS. Sacramento nelle Quarant’Ore una, o più volte, fino all’altro Ristretto ; ad un altro di applicare la sua Comunione, o pure di far celebrare una Messa per le Anime del Purgatorio ; ad un altro a suo comodo di salir la Scala Santa, o di visitare in S. Prassede la Santa Colonna ; ad un altro di servire allo spedale di S. Giovanni il mercoledì, o fare qualche elemosina, o applicare qualche sua mortificazione spirituale, o buon’opera ; ad un altro di servire alla lavanda i poveri Pellegrini alla SS. Trinità di Ponte Sisto due o tre volte la settimana ; ad un altro di tenere la Testa di Morto in mano con recitare un De profundis ; ad altri di porsi la corona di spine in capo, tenere la corda al collo etc. il che tutto si opererà in favore delle anime del Purgatorio » (Rituale 1711, p. 107).

101 « Non si avrà riguardo alla qualità personale, se non dentro i confini di un discreto giudizio, perché nessuno si deve nella nostra Archiconfraternita professare più che la santa Umiltà, riflettendo, che avanti al cospetto di Dio non vi è differenza dal Principe all’Uomo di vile condizione, essendo questa una qualità estrinseca, che non rende più nobile un’Anima dell’altra ; solo la virtù cristiana è quella che ci qualifica ; e però chi tiene il nostro governo studj di sradicare da questa Vigna del Signore ogni benché picciola radice di pianta tanto pestifera, quanto è la Superbia, e si procuri di moltiplicare con la coltura delle opere spirituali il fruttifero albero della santa Umiltà, come ce l’insegna il nostro Salvatore con quelle parole Discite a me, quia mitis sum, et humilis corde » (Rituale 1711, p. 109-110).

102 L’acte notarié, enregistré par le notaire Antonio Locatelli, est daté du 29 décembre 1625 – en réalité 1624 – (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 41v-43r). Voir aussi G. DE ANGELIS, Notizie intorno alla prima giovinezza di Federico Cesi : una conferma delle fonti francescane della spiritualità cesiana, Tivoli, Tipografia Editrice, 2006, p. 25-26).

103 AM, XXIII, an. 1597, § 102, p. 285. L’acte notarié se borne à dire que « da molti anni in qua sua eccellenza medesima [ha] portato detto pretioso sangue nella chiesa dell’infrascritta venerabile archiconfraternita delle SS. Stimmate nel detto giorno 16 di settembre vigilia della festività di esse » (Libro sesto de’ decreti, f. 42r). Dans les papiers de la confrérie, la première mention explicite de la relique du sang date de 1620, bien que la formule utilisée semble renvoyer à une tradition bien établie (CG, 6 septembre : « fu risoluto che si facessi la solita processione con il sangue di san Francesco il giorno di san Mattheo » [Libro quinto de’ decreti (1608-1622), f. 169v]).

104 « Essendosi nell’ultima congregatione ordinato che nella presente congregatione si facesse resolutione et decreto di fare qualche dimostratione ogn’anno et qualche atto di gratitudine perpetuo per l’eccellentissimo signor don Federico Cesis duca d’Acqua Sparta in memoria et gratitudine del pretioso dono che ha fatto del sangue di san Francesco alla nostra compagnia, fu una voce et di commune concordia resoluto che mentre il detto eccellentissimo signor duca viverà si canti ogn’anno nella nostra chiesa una messa pro gratiarum actione et si applichi per l’anima sua, nel giorno 29 di decembre, nel qual giorno fu donato il detto sangue, et più si dica et publichi in chiesa che la detta messa si canta in detto giorno ogn’anno per detto eccellentissimo duca in memoria et gratitudine del segnalato beneficio fatto alla nostra compagnia nel giorno sudetto mediante il pretioso dono del sangue di san Francesco ; fu anco risoluto che oltre la detta messa cantata si dichino ogn’anno messe numero dodeci per il detto eccellentissimo signor duca, cioè una messa il mese et che doppo la morte del detto eccellentissimo signor duca (che piaccia al Signore conservarcelo longamente) si continui a dire messe numero 12 l’anno, cioè una il mese in perpetuo pro defunctis per l’anima di sua eccellenza et de’ suoi ascendenti et descendenti, et che nel giorno della sua morte si faccino celebrare messe numero cento per una volta solamente pro defuncto et per detto eccellentissimo signor duca » (CS, 5 juin 1625, dans Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 44r).

105 L’importance de ce bienfaiteur est reconnue publiquement à l’occasion de sa mort : « Essendo passato a meglior vita sotto li 24 del presente la bona memoria de l’eccellentissimo signor don Federico Cesis, duca d’Acquasparte, doverebbe la nostra compagnia usarli qualche gratitudine, stante li molti oblighi che gli tiene et specialmente per il dono del pretiosissimo sangue del serafico padre san Francesco et molti altri benefitii » (CG, 28 juin 1628 [Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 151r].

106 Authentique de la relique du sang de saint François, datée du 9 août 1675 (ASVR, Fondo Reliquie, 100, Autentiche di sante reliquie (1659-1710), XVIII, Attestazione dell’eminentissimo Fachinetti per il sangue del padre san Francesco, dato il 9 agosto 1675) ; voir aussi G. MATTEUCCI, « La solenne investitura », p. 140).

107 Dans une lettre envoyée au cardinal Barberini le 13 août 1675, le cardinal Cesare Facchinetti, évêque de Spolète, écrivait avoir agi « in conformità dei pregiatissimi comandamenti di Vostra Eminenza partecipatimi dal signor Principe di Palestrina vostro nipote […] », soulignant le rôle d’intermédiaire joué par Maffeo (la lettre est transcrite dans O. IOZZI, I Pecci e l’arciconfraternita, p. 20-21, en part. 21).

108 La confrérie de Ferrara, par exemple, reçut solennellement le 16 septembre 1707 un morceau de tissu taché du sang du saint (A. FAORO, F. ZANARDI BARGELLESI (dir.), La Chiesa delle « Sacre Stimmate » a Ferrara, Ferrara, Liberty House, 1993, p. 17) ; pour les reliques des stigmates de saint François, voir C. SALVATI, « The Camoscio. Relic of the Side Wound of Francis of Assisi, “Living Eucharist” », in J. DALARUN, M. CUSATO, C. SALVATI, The Stigmata of Francis of Assisi, p. 75-99.

109 Pour un panorama sur les usages du sang dans la culture de l’époque médiévale et moderne, je renvoie à P. CAMPORESI, Il sugo della vita. Simbolismo e magia del sangue, Milano, Edizioni di Comunità, 1984.

110 « Perché pareva già estinta nelle menti humane la memoria della Passione di Christo, si compiacque il Signore d’eccitare, e di riscaldare tal ricordanza nel Mondo con l’impressione manifesta delle sacre cicatrici nel corpo di Francesco : e in tal guisa il sangue del Redentore, che pareva quasi gelato ne’ nostri cuori cominciò a riscaldarsi e a sobbollire in un certo modo nelle nostre menti, mercè il sangue del Serafico Padre » (Il divoto, p. 3).

111 « Si conserva tuttavia liquefatto, e tal’hora apparisce bollente » (ibidem).

112 La description est tirée du texte de la déjà cité authentique de la relique ; voir aussi IOZZI, I Pecci e l’arciconfraternita, p. 21-22.

113 « Veduto, onorato, riverito, et adorato da ogni sorte di gente, povera, et ricca, da signori, baroni, prencipi, duchi, prelati, vescovi, arcivescovi, cardinali et papi » (voir l’acte de donation de 1624, dans Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 42v). Sur les récits d’événements prodigieux se produisant autour du sang des saints (ébullition, liquéfaction, etc.), voir G. SODANO, « “Sangue vivo, rubicondo e senza malo odore”. I prodigi del sangue nei processi di canonizzazione a Napoli nell’età moderna », Campania Sacra, 26/2, 1995, p. 293-310 ; sull’episodio di gran lunga più celebre di miracolosa liquefazione del sangue, quello di san Gennaro a Napoli, si veda à propos du phénomène de la liquéfaction du sang de saint Janvier à Naples, voir V. PETRARCA, « Un miracolo rituale : la liquefazione del sangue di san Gennaro », dans M.P. DI BELLA (dir.), Miracoli e miracolati (= La ricerca folklorica, 29, 1994), p. 57-67 et ID., « Morfologie rituali del culto di san Gennaro : costanti e trasformazioni tra età moderna e contemporanea », dans D. LUONGO (dir.), San Gennaro, II, p. 165-184.

114 À propos de l’authentication notariale des prodiges, voir R. MICHETTI (dir.), Notai, miracoli e culto dei santi. Pubblicità e autenticazione del sacro tra XII e XV secolo, Atti del Seminario internazionale organizzato dall’Associazione italiana per lo studio dei santi dei culti e dell’agiografia, dal Consiglio Nazionale del Notariato e dall’Istituto storico italiano per il Medioevo (Roma, 5-7 dicembre 2002), Milano, A. Giuffrè, 2004.

115 « Furno deputati li signori fratelli abbate Massa et Ludovico Zavarisio ad unire insieme li signori cardinali et prelati et altri per il giorno della festa del padre san Francesco, acciò nella nostra chiesa unitamente vedano il pretioso sangue del serafico padre san Francesco congelato et osservare la varietà di quando stava liquefatto et hora congelato se però sarà commodo a detti illustrissimi signori cardinali et prelati » (CS, 28 août 1628, dans Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 118v-119r).

116 « Riconosciamo nostro special obbligo il solennizare tra le feste principalissime quella delle sacre Stimmate del nostro Serafico Padre San Francesco, sotto il Titolo delle quali la nostra humile Archiconfraternità riceve singolar onore » (Rituale 1669, p. 104).

117 Rituale 1669, p. 151-155.

118 Statuti 1605, f. 19v-20r.

119 Rituale 1711, p. 207. De « atto volontario » parle aussi le Rituale 1669, a p. 155.

120 F. VALESIO, Diario di Roma, éd. G. SCANO, coll. G. GRAGLIA, III, Milano, Longanesi, 1978, p. 459.

121 « La detta compagnia celebra con solennità, ma fuori di ogni pompa, la festa delle Sagre Stimmate con la sua ottava, nella quale si fanno diversi panegirici in onor del santo da vari de più eccellenti oratori » (G.G. TERRIBILINI, Relazione sopra la Serafica, f. 158r). Il s’agit de sermons composés par des prêtres réguliers, tels que le barnabite Fausto ZERBONI (Ragionamento delle sacre stimate di S. Francesco fatto in Roma […] fra l’ottaua sollenne di quella festa, nella medesima chiesa, ou’era esposto in picciola ampolla il sangue bollente dell’istesso santo, in Roma, appresso Francesco Caualli, 1641), et les jésuites Lazzaro SORBA (Ragionamento sagro in lode delle stimmate di san Francesco d’Assisi, detto in Roma nell’oratorio della venerabile Archiconfraternita delle Stimmate […], in Venezia, presso Andrea Poletti, 1680) et Antonio VIEIRA (Sermone delle Stimmate di S. Francesco […]. Detto nell’archiconfraternita delle Stimmate di Roma, Roma, presso il Varese, 1672, in part. p. 178-180) ; on trouve aussi des séculiers, comme DIEGO DA ANUNÇAÇAO (Il singolare, nel commune discorso panegirico delle piaghe di S. Francesco detto in Roma nella chiesa della venerabile archiconfraternita delle Sacre Stimmate […] alli 19 di settembre 1688 […], Roma, nella stamperia della Reu. Cam. Apost., 1689) et Tommaso MANCINI (Il cielo nuovo. Raggionamento in onore delle Stimmate di S. Francesco detto nella chiesa delle medesime Stimmate l’ultimo giorno del solenne Ottavario del 1720 […], Roma, s.t., 1721).

122 Voir J. LE BRUN, « Le discours de la stigmatisation au XVIIe siècle », dans D. de COURCELLES (dir.), Stigmates (= L’Herne, 75, 2001), p. 103-118 ; sur l’exemple de Veronica Giuliani, je renvoie à R. CABIBBO, « Il “meraviglioso fisiologico” ».

123 CG, 3 janvier 1627 : « Finalmente essendo stata fatta instanza da molti fratelli et sorelle che si faccia la solita ceremonia della benedittione dell’acqua per il giorno della Epifania et anco del sale secondo il solito delli altri anni, però fu dato licenza al proveditore di fare et provedere quanto occorre per detta ceremonia essendo di gran devotione et di molto gusto spirituale non solo a’ fratelli et sorele ma ancora a tutto il popolo » (Libro sesto de’ decreti (1622-1634), f. 85r). Les premières informations sur la règlementation de ce rite sont dans Rituale 1711, p. 146-149 ; quelques années après, la compagnie publia un livret consacré à la description minutieuse du rite (Benedizione dell’acqua nel giorno dell’Epifania solita farsi nella Chiesa della Venerabile Archiconfraternità delle Sagre Stimmate del Padre S. Francesco in Roma, in Roma, nella stamperia del Bernabò, 1713). Selon TERRIBILINI, la cérémonie « non si celebra[va] in altre chiese di Roma, fuori che in quella di S. Atanasio in rito greco » (G.G. TERRIBILINI, Relazione sopra la Serafica, f. 159v). Cette forme de bénédiction publique de l’eau, qui commémorait le baptême de Jésus dans le Jourdain, provient de la liturgie grecque, dans laquelle elle s’était diffusée autour du milieu du IVe siècle (M. RIGHETTI, Manuale di storia liturgica, IV. I sacramenti. I sacramentali, IIe éd., Milano, Àncora, 1959, p. 528), pour s’imposer ensuite « presso molte chiese latine dell’Italia meridionale, nella Magna Grecia, nel litorale veneto, ad Aquileia e a Roma stessa » (ID., Manuale di storia liturgica, II. L’anno liturgico. Il breviario, Milano, Àncora, 1955, p. 111), à cause de la présence de communautés grecques.

124 Rituale 1711, p. 148-149 ; voir aussi G.G. TERRIBILINI, Relazione sopra la Serafica, f. 159v.

125 Statuti 1605, f. 24r.

126 Il s’agissait d’une invitation habituelle. Par exemple, voir CS, 24 décembre 1632 : « havendo il padre Caravita invitato per la communione generale al Gesù, fu ordinato si vada et s’intimino li fratelli » (Liber VII decretorum venerabilis archiconfraternitatis SS. Stigmatum, f. 21v).

127 « Fu proposta l’instanza caldamente fatta dalli signori della venerabile compagnia della Santissima Concezione in S. Lorenzo in Damaso con la quale han invitato et supplicato che la nostra archiconfraternita voglia intervenire alla solenne processione da farsi la matina della Santissima Concezione 8 decembre offerendosi all’incontro di accompagnare anch’essa la nostra processione del sangue del padre san Francesco et considerati al lungo tal offerta et la partialità della religione francescana verso tal festa et altri motivi favorevoli […] restò concluso si andasse, tutti scalzi con il maggior numero possibile, anticipando l’hora dell’offitio et messa cantata acciò non restino impedite » (Liber VII decretorum, f. 112r)

128 Respectivement : Liber VII decretorum venerabilis archiconfraternitatis SS. Stigmatum sancti Francisci, anno Domini MDCXXXII, f. 115r et ASVR, ASS, 45. Libro de’ decreti della venerabile archiconfraternita delle Sacre Stimmate di san Francesco di Roma. Dalli 3 ottobre 1711 a tutto li 2 ottobre 1714, f. 14v et 22r-23r.

129 « E crebbe in breve a sì gran frequenza, e divozione questo Santo Istituto, che essendovi entrata quasi tutta la Prelatura, e Nobiltà Romana, anzi diversi Cardinali, fu da Clemente VIII arricchita di tutte le grazie, e privilegj amplissimi che gode la Serafica Religione di San Francesco in tutte le fonzioni, e celebrità, che ad imitazione di essa va osservando » (C.B. PIAZZA, Euseuologio Romano, p. 397).

130 M. RIGHETTI TOSTI-CROCE, « Gli esordi dell’architettura francescana a Roma », dans Storia della città, 9, 1978, p. 28-32 ; G. BARONE, « I Francescani a Roma », ibid., p. 33-35.

131 Sur cette question très complexe, je renvoie à EAD., « Il movimento francescano ».

132 Voir P. MARINI, Il Terz’Ordine Francescano nella storia di S. Maria in Aracoeli, Roma, s.t., 1973.

133 Il s’agit d’une autre sodalité qui aurait ensuite fusionné – en 1496 – avec l’archiconfrérie du Gonfalon, (A. ESPOSITO, « Le “confraternite” del Gonfalone », p. 100). Pour l’icône mariale de l’Aracoeli, abritée dans la chapelle de Sainte-Hélène, voir M. CARTA, L. RUSSO, S. Maria in Aracoeli, Roma, Istituto Nazionale di Studi Romani, 1988, p. 11-17 et M. BACCI, Il pennello dell’Evangelista, p. 263-265.

134 Sur les nombreuses scissions de l’Ordre des mineurs jusqu’au XVIe siècle, voir G.G. MERLO, Au nom de Saint François, avec sa riche section bibliographique (ibid., p. 343-372). Pour les siècles suivants, on peut utiliser L. IRIARTE, Histoire du Franciscanisme, Paris, Éditions franciscaines/Cerf, 2004 [éd. or. : Historia franciscana, Valencia, Editorial Asís, 1979].

135 M. BRANCIA DI APRICENA, Il complesso dell’Aracoeli sul colle Capitolino (IX-XIX secolo), Roma, Quasar, 2000, p. 92-95.

136 A. CADLOLO, Compagnie confraternite e pie unioni erette in S. Maria in Aracoeli, Roma, Tip. Agostiniana, 1947 (extrait de la revue Ara-Coeli, 17-18, 1946-1947), p. 17.

137 Les origines de la pratique du « stellario dell’Immacolata » sont inconnues ; sa diffusion, en tout cas, paraît partir de Rome, à l’initiative des pères observants et de l’ancienne confrérie de la Conception de St-Laurent-in-Damaso. Cette pratique consistait « in modo recitandi ter Pater noster cum quatuor Ave Maria, et in fine Gloria Patri, in memoria duodecim privilegiorum quibus ipsa Deipara condecorata fuit a Deo Patre » (A. CHIAPPINI et al., AM, XXIX, Florentiae ad Claras Aquas, s.t., 1948, an. 1645, § 15, p. 371). Voir C. PIANA, « Attività e peripezie dei padri del convento di S. Francesco in Bologna per la difesa e propagazione del culto dell’Immacolata Concezione nel Seicento », dans Archivum Franciscanum Historicum, 39, 1946, p. 201-237 et S.M. CECCHIN, L’Immacolata Concezione. Breve storia del dogma, Città del Vaticano, Pontificia Accademia Mariana Internationalis, 2003, p. 154-155.

138 Les franciscains d’Aracoeli, ignorant les ordres du Saint-Office – qu’ils considéraient comme le résultat d’une manœuvre occulte des dominicains visant à nuire à l’Ordre de saint François tout entier –, continuèrent à réciter le « stellario » du moins jusqu’à la suppression de la confrérie romaine, le 23 novembre 1645 (AM, XXIX, an. 1645, § 15, p. 372).

139 La confrérie ne fut officiellement érigée qu’en 1670 (CADLOLO, Compagnie confraternite e pie unioni, p. 18-19).

140 La compagnie aurait dû se substituer à celle de la Conception de Saint-Laurent-in-Damaso, qui venait d’être supprimée par Benoît XIII. Lorsqu’en 1732 l’archiconfrérie de la Conception fut refondée par Clément XII, la confrérie d’Aracoeli avait déjà disparu (A. CADLOLO, Compagnie confraternite e pie unioni, p. 25)

141 Pour la fondation de l’archiconfrérie d’Assise, voir SIXTE V, Constitution apostolique Ex supernae dispositionis arbitrio, 19 novembre 1585, dans Bullarum diplomatum et privilegiorum Sanctorum Romanorum Pontificum […] (= BR), VIII, Augustae Taurinorum 1863, p. 630-632). Le terme post quem pour la fondation de la confrérie romaine est représenté par l’élection à la charge de ministre général des franciscains conventuels, le 5 juin 1593, du père Filippo Gesualdi de Castrovillari, qui signe la patente d’agrégation, non datée, publiée en 1598 dans [C. BENE da Milano], Compendio de’ spirituali thesori da molti sommi pontefici al serafico ordine concessi, e dalla fel. mem. di Sisto V all’Archiconfraternità del Cordone nel sacro conuento d’Assisi aggregati, Roma, appresso gli Stampatori Camerali, 1598, p. 23-24 (sur les démêlés relatifs à cette édition voir, R. RUSCONI, « “Tesoro spirituale della Compagnia” », p. 31-34). Sur Filippo Gesualdi, voir D. BUSOLINI, « Gesualdi, Filippo », dans DBI, 53, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 2000, p. 486-488.

142 François d’Assise, Bonaventure de Bagnoregio, Antoine de Padoue, Louis d’Anjou et Bernardin de Sienne, comme l’écrit dans sa relation le visiteur apostolique, le 28 octobre 1625 (Archivio Segreto Vaticano, Congregazione Visita Apostolica, 3. Acta sacrae visitationis apostolicae sanctitatis domini nostri Urbani VIII. Pars secunda continet ecclesias regulares utriusque sexus, f. 371v).

143 Sur cette confrérie, voir supra, § 2.3.

144 Sur l’église des Stigmates : E.B. ANGELONI, D. BALDINI, A.M. PEDROCCHI, C. STRINATI (dir.), Chiesa delle SS. Stimmate di Francesco d’Assisi in Roma. Guida storico-artistica, Roma, Fratelli Palombi, 1982 ; S. PETROCCHI, « Santissime Stimmate di San Francesco (San Francesco delle Stimmate) », dans Roma Sacra. Guida alle chiese della Città Eterna, 3/10, 1997, p. 6-12 ; M.C. AUGRUSO, Sacre Stimmate di san Francesco a Roma. L’Arciconfraternita e la chiesa nella prima metà del Settecento, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2011, p. 33-69. Pour un panorama des difficultés de la fondation, à Rome, de lieux de culte dédiés aux saints et aux cultes franciscains, voir R. MICHETTI, « Ordini religiosi, culti e spazi sacri a Roma fra medioevo e prima età moderna : l’archetipo e l’architetto », dans S. BOESCH GAJANO, F. SCORZA BARCELLONA (dir.), Lo spazio del santuario, p. 209-228.

145 L’importance, dans une perspective identitaire des statues de saints placées sur la façade des églises baroques, véritables recueils hagiographiques de pierre, est analysée par R. MICHETTI, « Santi di facciata. Sculture e agiografia sulle chiese della Roma d’età moderna », dans M. TOSTI (dir.), Santuari cristiani d’Italia, p. 71-92.

146 « La quasi quotidiana pratica de i Padri Conventuali di S. Francesco, fomentò mirabilmente la particolare divozion del Beato verso quel gran Patriarca. Cominciò per tanto a frequentar ben assiduo la confraternita esemplarissima delle sue Stimate, fu quei tempi [autour de 1594] fondata in Roma, e a praticare le copiose opere di umiliazione macerazione pietà e religione, nelle quali essa tanto segnalatamente si esercita, onde fosse comunemente chiamata Scuola di mortificazione » (V. TALENTI, Vita del beato Giuseppe Calasanzio della Madre di Dio Fondatore de’ Chierici Regolari Poveri della Madre di Dio delle Scuole Pie […], Roma, nella stamperia di Giovanni Zempel presso Monte Giordano, 1753, p. 48). Sur Calasanz, fondateur des scolopes et instituteur à Rome, à la fin du XVIe siècle, des premières écoles gratuites pour les enfants pauvres, voir Q. SANTOLOCI, « Giuseppe Calasanzio, santo », dans BSS, VI, col. 1322-1330, et M. ROSA, « Spiritualità mistica e insegnamento popolare. L’Oratorio e le Scuole Pie », dans G. DE ROSA, T. GREGORY (dir.), Storia dell’Italia religiosa, II, p. 272-302, en part. p. 287-302.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Graphique 23 – Condition sociale des nouveaux membres entre 1594 et 1675
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Graphique 24 – Évolution des catégories sociales parmi les nouveaux confrères
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search