Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

IV – Compagnies laïques et reliques

Dévotion, sociabilité, sacralisation

Texte intégral

  • 1 Des études pionnières, dans cette perspective, sont celles de G.M. GAGOV, « Il culto delle reliquie (...)
  • 2 P. BROWN, Le culte des saints.
  • 3 Voir, par exemple : P.J. GEARY, Furta sacra. Thefts of relics in the Central Middle Ages, Princeton (...)

1Au cours du dernier demi-siècle, les études concernant les reliques se sont multipliées jusqu’à en faire un thème de recherche autonome dans le panorama historiographique1. L’objet relique a été donc analysé tantôt pour ses propriétés religieuses et dévotionnelles, en tant que véhicule privilégié du rapport entre le saint et ses dévots2, tantôt dans une perspective visant à mettre en lumière les dynamiques sociales et les rapports de force entre les divers pouvoirs et institutions qui s’organisent autour de sa valeur sacrale3.

  • 4 Voir, par exemple, la périodisation choisie par le livre, important également dans une perspective (...)
  • 5 Parmi une grande quantité d’études, voir Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XI (...)

2L’élément commun à la plupart de ces études a longtemps été représenté par l’arc chronologique choisi, c’est-à-dire l’antiquité tardive et/ou le Moyen Âge4. Il s’agit d’une périodisation qui, par ailleurs, a longtemps été privilégiée par l’ensemble des études hagiographiques, traditionnellement consacrées de manière prépondérante aux origines du culte des saints et à la variété de fonctions assumées par celui-ci au cours de l’antiquité tardive et de la période médiévale5.

  • 6 Sur ce thème, voir Ph. BOUTRY, P.A. FABRE, D. JULIA (dir.), Reliques modernes. Cultes et usages chr (...)

3Pendant les deux dernières décennies, toutefois, les chercheurs ont porté leur attention sur la démarche spécifique du monde catholique à l’égard des reliques à partir du milieu du XVIe siècle. D’un côté, on est revenu sur le débat érudit concernant les critères d’authenticité des reliques, déclenché par les critiques des Réformés – à partir de Calvin, qui publia en 1543 son Traité des reliques – et continué de manière très animée à l’intérieur même des milieux érudits catholiques, au XVIIIe siècle notamment. D’un autre côté, on a réfléchi sur la circulation des reliques dans la catholicité à partir du grand « trésor » des catacombes romaines et sur les enjeux non seulement cultuels, mais aussi symboliques et artistiques qui président aux modalités de conservation de reliques6.

4Dans les pages qui suivent, nous essayerons de mettre en lumière l’accès aux reliques et les fonctions remplies par celles-ci dans les milieux confraternels romains de l’époque moderne, entre continuités et évolutions.

1. Les reliques dans les espaces sacrés des confréries entre XVIIe et XVIIIe siècle

  • 7 Pour un tableau suggestif sur ce thème, voir G. PALUMBO, « “L’assedio delle reliquie” alla città di (...)

5Contrairement aux images, les reliques n’ont pas joué un rôle fondamental dans les mécanismes d’agrégation religieuse et dévotionnelle des laïcs à l’époque médiévale et au cours de la première époque moderne. Aucune confrérie de dévotion médiévale, par exemple, n’a vu le jour autour de la vénération réservée aux sacra pignora d’un saint, de la Vierge ou de la Passion du Christ, dont Rome, bien évidemment, était riche plus que toute autre ville7. Le mouvement confraternel, au contraire, paraît rester comme étranger aux dynamiques de la valorisation et de la circulation de ce type d’objet de dévotion.

  • 8 H. BELTING, Il culto delle immagini, passim ; J.-CL. SCHMITT, « Les reliques et les images », dans (...)

6L’attention dévotionnelle des compagnies romaines fut plutôt attirée, comme on l’a vu, par la puissance des images, bien qu’elles soient parfois étroitement associées aux reliques, dans des stratégies de mise en scène du sacré8. Comme on l’a vu, la vénération des confréries romaines concerne de préférence les icônes mariales, tantôt les plus anciennes et les plus prestigieuses, considérées comme achéropoiètes, telles les Madones de Sainte-Marie Majeure ou de Sainte-Marie in Aracoeli, tantôt les plus humbles représentations de la Mère de Dieu, vénérées dans les ruelles et les petites places de la ville, avant d’être intronisées dans des églises souvent gérées directement par les confréries elles-mêmes.

  • 9 Pour le rôle des reliques dans la piété laïque romaine de la fin du XVe siècle, voir N. NEWBIGIN, « (...)

7Au contraire, la vénération des laïcs envers les reliques semble se développer, plutôt qu’au niveau de la religion collective et organisée, à celui de la piété individuelle et spontanée9, qui ne nécessite pas la possession directe ou même la gestion de ces objets par des institutions confraternelles.

  • 10 La référence renvoie à la définition qui est donnée du réseau des hypogées romains par l’érudit ora (...)
  • 11 Aux études déjà citées (voir supra, note 6) on ajoutera : Ph. BOUTRY, « Les saints des Catacombes. (...)

8À partir de l’époque moderne, toutefois, la place des reliques et de leurs fonctions dans les milieux confraternels devient de plus en plus importante. La nouvelle tendance peut être interprétée d’un côté comme un effet du prestige croissant dont l’institution confraternelle est investie dans le climat religieux post-tridentin ; de ce fait ces associations, progressivement dominées de manière plus nette par les élites urbaines laïques et ecclésiastiques, apparaissent comme aptes à gérer des patrimoines sacrés considérables. D’un autre coté, on peut aussi saisir dans cette évolution les effets de la véritable prolifération des reliques extraites des catacombes romaines aux lendemains de la redécouverte de la subterranea civitas au XVIe siècle10, événement qui favorise bien évidemment une massification de la circulation de ces objets dans le monde catholique11.

  • 12 Il s’agit de la confrérie des Saint-Blaise et Sainte-Cécile des materazzari – les fabricants de mat (...)

9Pour définir l’attitude des confréries face aux reliques, il convient tout d’abord d’observer le panorama proposé par la visite apostolique d’Urbain VIII. Sur un total de 122 sodalités signalées par les visiteurs, 74 – dont 31 seulement ne possèdent pas un siège autonome – semblent être totalement dépourvues de reliques, même si les cas où le visiteur signale explicitement cette absence sont très rares12.

  • 13 Saint-Jean Baptiste des Gênois (Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 912v).
  • 14 Compagnie des lapicides à Saint-André des Funari (Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 255r).
  • 15 Saint-Yves des Bretons (Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 272v).

10De plus, les reliques possédées sont parfois très mal conservées, au point qu’il est impossible de les inspecter correctement13. Plus souvent, le visiteur signale que les reliques sont indecenter detentae14, par exemple parce qu’elles sont placées dans des reliquaires dépourvus de serrure et où elles risquent donc une profanation15.

  • 16 Pour les authentiques, qui seront très souvent utilisées en tant que sources dans la suite du trava (...)

11La mauvaise conservation des sacra pignora s’accompagne souvent de l’absence de la documentation nécessaire pour certifier leur authenticité16, comme en témoignent les décrets des visiteurs :

  • 17 « Ad sacras reliquias detur notula reliquiarum et armarium in quo conservantur, panno serico exteri (...)

En ce qui concerne les sacrées reliques, que soit donnée la notice des reliques et que l’armoire où elles sont conservées soit ornée à l’extérieur d’un tissu de soie ou au moins décorée de peinture, et que soit apposée sur celle-ci l’inscription suivante : « Ici sont vénérées des sacrées reliques »17.

  • 18 « Reliquarium non clausum aptetur, ita ut a quovis aperiri non possit, fiatque diligentia si extet (...)

Que le reliquaire non fermé soit réparé, de façon qu’il ne puisse être ouvert par quiconque, qu’on recherche de manière diligente si dans les archives il y a mention des saints à qui appartiennent ces reliques et, si l’on trouve cette information, que le nom de ces saints soit écrit sur les récipients où elles sont conservées18.

  • 19 Acta visitationis Urbani VIII, III, 1019v ; ibid., f. 1031r-1032r.
  • 20 Respectivement : Acta visitationis Urbani VIII, II, f. 250v ; ibid., I, f. 248r
  • 21 « De sanguine plurimorum martyrum » (Acta visitationis Urbani VIII, III, 867r-868r). Sur la vénérat (...)

12Même pour les reliques qui sont conservées de manière correcte, il est fréquent qu’elles soient dépourvues d’authentique : dans l’église Sainte-Marie de Montserrat, aucune des soixante unités qui constituent le patrimoine des reliques n’est accompagnée d’une certification ; la confrérie du Saint-Suaire, pour sa part, possède plusieurs reliques dont l’authenticité n’est prouvée que par l’antiquité de la vénération (quae sola antiquitatis veneratione probantur)19. Souvent, il ne s’agit pas seulement de reliques non certifiées, mais de reliques anonymes : c’est le cas dans l’église des Sainte-Barbe et Saint-Thomas, pour laquelle le visiteur signale avec scepticisme que les confrères de la compagnie des libraires gardent et vénèrent comme des reliques certains ossements de morts (ossa mortuorum) non mieux identifiés, en les attribuant à des saints à l’identité non précisée. De la même façon, dans l’église Saint-Jean in Mercatello, appartenant à la confrérie des Catéchumènes et des Néophytes, il y a de nombreuses « reliques » de saints non identifiées20, tandis que la compagnie du Saint-Ange in Borgo conserve des reliques définies tout simplement comme « du sang de plusieurs martyrs »21.

  • 22 Respectivement : Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 856r-857v ; ibid., I, f. 227r-245r ; ibid., (...)

13La plupart des confréries pourvues de reliques authentiques en possèdent très peu, même s’il existe aussi des patrimoines assez considérables, comme dans le cas de certaines institutions prestigieuses nées à la fin du Moyen Âge, telles que les confréries du Gonfalon, Saint-Louis des Français ou Sainte-Marie in Campo Santo Teutonico22.

  • 23 V. PAGLIA, « La Pietà dei carcerati », p. 145-146.
  • 24 P. FULVIO, Vita et martirio di S. Eleuterio vescouo, et di S. Genesio caualiere, martiri romani. Co (...)
  • 25 O. PANCIROLI, Tesori nascosti dell’alma città di Roma con nuouo ordine ristampati, & in molti luogh (...)
  • 26 V. PAGLIA, « La Pietà dei carcerati », p. 146n.

14On peut ajouter qu’à cette époque les confréries romaines qui possèdent des corps de saints entiers sont une véritable exception ; il s’agit en règle générale de corps saints déjà conservés dans les églises avant qu’ils aient été confiés à une confrérie. Le cas de la confrérie de la Pietà des Prisonniers constitue un exemple éloquent : en 1585, lorsqu’elle obtient de Sixte V l’église Saint-Jean de la Pigna, la compagnie prend également possession des corps des saints Éleuthère et Genès, anciens dédicataires du lieu de culte23. Sans toutefois réussir à (ou avoir la volonté de) développer une dévotion particulière envers ces saints parmi ses membres, les autorités de la confrérie essayèrent de mettre en valeur ce trésor pieux en publiant une Vie des deux martyrs24. En 1592 toutefois, les corps saints furent transportés – à l’exception de quelques petits fragments qui demeurèrent sous l’autel majeur de l’église Saint-Jean25 – à Sainte-Suzanne aux Thermes, sous l’autel de la chapelle dédiée au martyr Laurent, en réponse au souhait de Camille Peretti, sœur de Sixte V. Le transfert fut célébré, comme à l’ordinaire, par une procession solennelle, qui permit aux confrères et à tous les autres participants de gagner une indulgence plénière26. L’intention du pontife était, bien sûr, de satisfaire le désir de sa parente et d’exalter le prestige de sa maison, mais nous pouvons aussi repérer les indices d’une autre préoccupation dans cette décision. Le temps qui sépare l’octroi de l’église Saint-Jean à la confrérie de la Pietà et la translation des corps saints est suffisamment bref pour permettre l’hypothèse d’une certaine circonspection, voire d’une méfiance, du pontife envers cette sodalité encore « jeune », selon toute probabilité encore dépourvue d’un solide enracinement dans la vie religieuse et dans la société urbaine, et notamment de la participation des élites ecclésiastiques et laïques, essentielle pour le succès des confréries. La Pietà des Prisonniers apparaît donc comme un sujet encore « faible » dans la perspective des rapports de force dans la cité et inapte à la gestion d’un patrimoine sacral très important.

  • 27 Dans ce contexte, et plus généralement dans la recherche historique, ce qui est le plus important n (...)
  • 28 La dernière catégorie, celle des reliques de la Terre Sainte, n’atteint que 0,2 %.

15Après cette analyse des modalités de conservation des reliques, passons maintenant à un essai de typologie de toutes les reliques signalées par les visiteurs (y compris celles sans authentique) à l’intérieur de grandes catégories27 ; le panorama qui se dégage (484 reliques au total ; voir graphique 13) est dominé, comme on pouvait s’y attendre, par les restes sacrés appartenant aux saints (88 %), suivis par ceux du Christ (8,5 %) et de la Vierge (3,3 %)28.

  • 29 « De loco ubi Christus praedicavit » (Sainte-Marie in Campo Santo Teutonico, dans Acta visitationis (...)
  • 30 « De horto ubi Christus sudavit sanguinem et aquam » (cette relique aussi était dans l’église de Sa (...)
  • 31 Mc 9, 2-9 ; Mt 17, 1-9 ; Lc 9, 28-36. L’identification du mont de la Transfiguration avec le Tabor, (...)
  • 32 Mt 14, 14-21 et 15, 32-38 ; Mc 6, 34-44 et 8, 1-9 ; Lc 9, 12-17 ; Jn 6, 5-14. Ste Marie de Monserra (...)

16En ce qui concerne la catégorie des reliques christiques, il faut relever leur variété, probable héritage de l’époque pré-tridentine : aux fragments de la croix – qui représentent à eux seuls 24 % du total de la catégorie – ou des autres instruments de la Passion – la colonne, le fouet, l’éponge, la couronne d’épines, etc. – et aux objets mentionnés dans le récit de la Nativité – crèche, couches, etc. –, il faut ajouter d’autres témoignages tangibles du passage du Christ sur terre. En particulier, sont mentionnées plusieurs reliques qui renvoient à des épisodes de l’Évangile : des fragments indéfinis d’un lieu où le Christ avait prêché29 ; un autre « du jardin où Jésus sua sang et eau », renvoyant bien évidemment au jardin de Gethsémani30 ; une relique « du mont Thabor », par référence à la montagne que la tradition des Pères de l’Église a désignée comme le théâtre de la Transfiguration31 ; un fragment de quinque panibus ordaceis, les cinq pains d’orge qui sont au centre du miracle de la multiplication des pains32.

Graphique 13 – Les reliques des confréries : classification par grandes catégories (années 1620)

  • 33 Sur le concept de « coordonnées hagiographiques », correspondant au lieu de sépulture et au jour de (...)

17À l’intérieur de la catégorie des saints (voir graphique 14), la prépondérance des martyrs est écrasante. Souvent très difficiles à identifier avec précision en raison de l’absence des indispensables coordonnées hagiographiques33, les saints des premiers siècles de l’histoire chrétienne dépassent le 75 % du total ; les autres sous-catégories, à l’exception de celle des personnages des Écritures (14,3 %), comptent très peu de mentions (10 % environ) ; il s’agit même d’une absence presque totale pour les saints du haut Moyen Âge et de l’époque moderne.

Graphique 14 – Les reliques des saints : classification par époque (année 1620)

18Cette distribution chronologique des reliques a pour corollaire la faible importance des saints appartenant aux ordres religieux (quinze mentions, soit 3,1 %).

19L’analyse du sondage concernant les années 1720 (voir graphique 15) nous propose des résultats très proches de ceux que nous venons d’analyser : 450 fragments sacrés au total répartis entre cent confréries, avec un primat très évident des reliques des saints (84,4 %) ; il y a toutefois une certaine augmentation des reliques du Christ (qui passent de 8,5 à 9,6 %) et de celles de la Vierge (de 3,3 à 5,6 %).

  • 34 A. FROLOW, La relique de la Vraie Croix. Recherches sur le développement d’un culte, Paris, Institu (...)

20Parmi les reliques christiques, on peut remarquer une certaine « normalisation » des types de relique, avec le fort accroissement du nombre des fragments de la croix, qui atteignent les 69,8 % du total de la catégorie (30 sur 43) ; les reliques qui ne tirent pas leur sacralité du contact avec le corps physique de Jésus, mais qui sont vénérées simplement parce qu’elles proviennent des lieux qui avaient été le théâtre de sa vie, disparaissent presque complètement. À leur place, par volonté des confréries elles-mêmes ou des institutions responsables de la distribution des reliques, on choisit des restes sacrés liés à la présence physique du Sauveur sur terre, qui soient à même de fournir à la fois le maximum de prestige et une correspondance parfaite aux critères d’authenticité établis par la tradition34.

Graphique 15 – Les reliques des confréries : classification par grandes catégories (années 1720)

21En ce qui concerne les corps des saints (voir graphique 16), les modifications par rapport au panorama du XVIIe siècle deviennent encore plus significatives. La prépondérance des saints des origines, bien qu’encore marquée se réduit sensiblement (de 75,1 à 55,5 %), en raison de l’augmentation des mentions des saints de l’Écriture (de 14,3 à 20,3 %), du Moyen Âge tardif (de 4 à 8,2 %), et surtout de l’époque moderne ; ces derniers, presque absents au XVIIe siècle (1,2 %), atteignent un siècle plus tard les 9,8 % et deviennent la troisième catégorie par ordre d’importance.

  • 35 R. RUSCONI, « Il primato della santità », p. 59-61 ; ID., Santo Padre, p. 279-297.
  • 36 « […] sacco e cordone di corda, corona di legno negra, croce e testa di morto tutta di legno che be (...)

22La perméabilité aux cultes des nouveaux saints se trouve donc accrue, comme le démontre de manière emblématique le cas de l’archiconfrérie des Âmes les plus nécessiteuses du Purgatoire. Fondée autour de 1683, celle-ci fut érigée officiellement en 1686 par Innocent XI (1676-1689), qui devint membre de la nouvelle association et contribua directement à son développement. À la mort du pontife en réputation de sainteté (1689), les membres de la compagnie gardèrent soigneusement la mémoire de ce confrère de marque, qui se transforma ensuite en dévotion. Le procès informatif romain en vue de sa béatification commença en 1691, mais l’iter de la cause de canonisation était destiné à une progression très lente en raison des nombreuses objections présentées par le promoteur de la foi à propos de la conduite du candidat pendant son pontificat ; finalement, le procès fut définitivement bloqué par Benoît XIV le 8 août 174435. Dans les années 1720, en tout cas, la confrérie gardait jalousement en tant que reliques, en dépit des interdictions concernant toute forme de culte envers des personnages dont la sainteté n’avait pas été officiellement reconnue, des objets qui lui avaient appartenu et qu’il avait bénis : un Agnus Dei, mais surtout un sac, un cordon, un scapulaire en bois noir, une croix et un crâne en bois36.

  • 37 Dans l’inventaire on repère ainsi « un libro di tutta la fondatione della nostra archiconfraternita (...)
  • 38 Ibidem.

23Le lien entre la vénération pour le fondateur de l’institution et l’histoire de la compagnie était constamment renouvelé par la lecture communautaire périodique d’un récit des origines de la confrérie37, tandis que, pour garder la mémoire de la protection thaumaturgique de l’ancien confrère défunt sur l’association, on avait rédigé un Compendio de’ miracoli compiuti per mezzo del sacco di Innocenzo XI38.

Graphique 16 – Les reliques des saints : classification par époque (années 1720)

24Dans une perspective plus générale (voir graphique 16), au cours du XVIIe siècle et dans les deux premières décennies du suivant on observe un certain rééquilibrage entre les différentes catégories de saints, qui résulte en particulier de la croissance des saints de l’époque moderne et des Écritures. L’accroissement de la place des mentions des personnages les plus récents se traduit aussi dans l’accroissement de l’importance relative des reliques des saints des ordres religieux, qui passent de 3,1 à 12,9 %.

Graphique 17 – Comparaison des patrimoines de reliques : les saints par époque dans les années 1620 et 1720

  • 39 Sur Philippe Néri voir infra § 2.

25Cet aspect, qui résulte d’une convergence entre les stratégies de promotion des cultes par les réguliers et les options cultuelles autonomes des milieux confraternels, s’explique aussi par le succès de la dévotion pour certains saints du Moyen Âge tardif et de l’époque moderne, tels François d’Assise et Philippe Néri, qui contribue de manière décisive au primat de la famille franciscaine et de la congrégation de l’Oratoire (voir graphique 18)39.

26Même si les inventaires ne nous informent guère sur les modalités de conservation des reliques, sur lesquelles les visiteurs – au contraire – concentrent davantage leur attention, cette source nous permet toutefois de saisir les indices d’une nouvelle sensibilité à l’égard des critères d’authenticité des restes sacrés.

Graphique 18 – Les reliques des saints : la place des réguliers (années 1720)

  • 40 « Due credenzini in altro coloriti filettati d’oro, con dentro diverse reliquie incassate in divers (...)

27Les reliques sans authentique sont très rares et, en tout cas, ne sont pas exposées à la vénération des fidèles, comme dans le cas de la confrérie des Agonisants, qui possède « deux petits meubles, en outre, colorés et décorés de filets d’or, avec à l’intérieur diverses reliques déposées dans divers vieux reliquaires de bois doré et dépourvues d’authentique, lesquelles pour cela ne sont pas exposées »40.

  • 41 Jusqu’en 1571 cette église était consacrée au protomartyr Étienne ; en 1572, après l’attribution de (...)
  • 42 ASV, CVA, 116. Miscellanea 1700, XX, 2. Inventario della venerabile chiesa de’ SS. Faustino e Giovi (...)
  • 43 Inventario della venerabile chiesa della Natività, f. 6r-7r.

28Les inventaires, en revanche, signalent très souvent la présence de reliques pourvues d’une authentique. Dans l’église Saint-Barthélemy, par exemple, la confrérie des vaccinari, c’est-à-dire les tanneurs, possède huit reliques, toutes munies de la certification nécessaire41. De la même manière, l’inventaire de la compagnie des Saints-Faustinus-et-Jovita, qui réunissait les immigrés provenant de Brescia, ne signale qu’une relique, celle de la Sainte Croix, mais précise que le fragment est authentifié42. Les reliques authentiques de la confrérie des Agonisants, qui se montent à une vingtaine, sont exposées périodiquement dans l’église et dans l’oratoire43.

  • 44 Un seul reliquaire pour la compagnie de Saint-Nicolas des Lorrains (ASV, CVA, 128. Miscellanea 1700 (...)

29Dans la perspective des rédacteurs des inventaires, le fait que l’authenticité des reliques soit corroborée par la documentation nécessaire devient parfois l’aspect le plus important de la présentation de ce type spécifique de « bien » de leur institution. Souvent, ce type de source se borne à signaler de manière générale l’existence d’un certain nombre de reliques, sans spécifier le nom des saints auxquels elles appartiennent, mais met au contraire l’accent sur la présence de certificats d’authenticité44.

  • 45 Venerabile archiconfraternita del Santissimo Nome di Maria, f. 3r. Des reliquie battezzate sont enr (...)

30Cette indifférence apparente est réservée en particulier aux fragments provenant des milliers de corps extraits des catacombes, que la tradition considère comme appartenant à des martyrs inconnus, appelés ordinairement « saints baptisés ». L’inventaire de l’archiconfrérie du Saint-Nom de Marie à Saint-Bernard au Forum de Trajan ajoute à la liste des reliques les plus précieuses – des fragments de la Sainte Croix, du voile de la Vierge et du manteau de saint Joseph, ou encore celles ex ossibus de saint Bernard de Clairvaux, dédicataire de l’église, et de saint François de Paule – la mention très générale de due cassette di pero negro fatte ad urna con suoi specchi con entro diverse reliquie di santi battezzati45.

  • 46 Dans les années 1670 il y avait deux équipes officielles de cavatori, l’une aux ordres du gardien d (...)
  • 47 A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XIII-XIV e D. JULIA, L’Église post-tridentine et les reliqu (...)
  • 48 [J. MABILLON], Eusebii Romani ad Theophilum Gallum epistola de Cultu Sanctorum ignotorum, Parisiis, (...)
  • 49 A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XXII.

31L’habitude de « baptiser » les corps des catacombes, c’est-à-dire de donner un nom à ces présumés martyrs, était une pratique systématique pour les autorités ayant juridiction sur les hypogées romains ; les noms utilisés – presque toujours les mêmes – étaient choisis de manière conventionnelle pour rappeler les vertus chrétiennes de ces héros et leur destin heureux dans l’Au-delà46. Cette pratique, déjà contestée à la fin du XVIe siècle même par certains clercs, tel le jésuite espagnol Juan de Mariana47, fait l’objet d’une critique plus circonstanciée au cours du XVIIe siècle dans le traité De Cultu sanctorum ignotorum, publié anonymement par un érudit de premier plan, Jean Mabillon48. Même dans les milieux romains, cette pratique créait désormais un embarras, à tel point que la Congrégation des Rites interdit la composition de nouveaux offices propres et la célébration de messes propres en l’honneur des nouveaux saints des catacombes49.

32À la lumière de ce qu’on vient de dire, on peut faire l’hypothèse que les évolutions qui se sont produites dans l’arc chronologique étudié, soit au niveau de la composition de l’ensemble des reliques confraternelles, soit à celui de l’attention à l’authenticité de celles-ci, procèdent d’un processus de renouvellement des patrimoines de reliques des différentes confréries et, surtout, d’une transformation de l’attitude générale envers ces objets sacrés. Le renouvellement, dans ce cas, ne touche pas seulement à l’acquisition de nouveaux fragments plus ou moins importants, mais aussi à la substitution de ceux qui, dans un climat de contrôle plus rigoureux de la part des autorités de l’Église, étaient désormais devenus inacceptables. L’impression générale qu’on peut tirer de ces éléments est que le monde confraternel romain parvient au cours du XVIIe siècle à une utilisation de l’objet-relique plus « ordonnée » et plus respectueuse des normes canoniques.

33Cette hypothèse est confirmée, du moins en partie, par l’exemple de la visite apostolique effectuée dans l’église des Saints Vénance et Ansovin, des immigrés de Camerino, en 1727. À cette occasion, le fonctionnaire chargé de la visitatio « inspecta les sacrées reliques qu’il trouva sur l’autel de sainte Anne, dans un petit coffre de bois, doré à l’extérieur, bien muni de quatre clefs et orné de manière décente à l’intérieur ». En outre, « toutes [les reliques] possédaient leurs authentiques que Monseigneur l’illustrissime et révérendissime évêque, après les avoir soigneusement lues et examinées, confia au curé afin qu’elles fussent gardées dans les archives de ladite église paroissiale ».

34Des reliques bien conservées donc, pourvues d’authentiques gardées soigneusement, même si des irrégularités sont relevées :

  • 50 « Visitavit sacras reliquias quas invenit in altari S. Annae, in arcula lignea foris deaurata cum q (...)

Puis [le visiteur] exhorta le curé à ne pas permettre que ces reliques fussent touchées ou manipulées d’aucune manière que ce soit par des laïcs de toute catégorie sociale ou dignité, selon l’admonition de saint Grégoire [le Grand], et il interdit aussi expressément de les porter aux malades, car il s’agit d’un abus détestable50.

35Bien que les critères formels qui règlent la conservation des reliques soient respectés, dans cette dernière exhortation on peut lire en filigrane la relation profonde, affective, entre les dévots et ces objets sacrés puissants. Les confrères apparaissent encore profondément convaincus des pouvoirs thaumaturgiques des pignora sanctorum et désirent les toucher, entrer en contact direct, physique, avec la force exceptionnelle qui émane de celles-ci, afin d’en recevoir des grâces.

  • 51 Au moins quarante mentions sur cent sodalités.

36Les données tirées des inventaires nous permettent toutefois d’aller plus loin dans notre réflexion. Tout d’abord, en raison des nombreuses allusions à des groupes de reliques dont on ne précise ni l’appartenance, ni le nombre51, on peut supposer de manière tout à fait plausible que le patrimoine global des reliques appartenant aux confréries romaines soit à cette époque beaucoup plus important que le nombre total des reliques qu’il a été possible d’identifier de manière certaine et donc d’analyser dans une approche statistique (450). Il s’agit, de surcroît, d’un patrimoine réparti entre des confréries qui sont beaucoup plus nombreuses qu’auparavant : si, dans les années 1620, seulement un tiers des confréries recensées possédait des reliques, un siècle plus tard ce sont 65 % de notre échantillon qui en sont pourvu. La convergence entre ces deux éléments laisse donc supposer une généralisation de la circulation des reliques dans les milieux confraternels, qui se sont désormais affirmés comme des acteurs crédibles dans le domaine de la gestion de ces trésors sacrés.

  • 52 S. BOESCH GAJANO, La santità, Roma-Bari, Laterza, 1999, p. 23-24.
  • 53 Pour un exemple analogue, celui de la prestigieuse famille religieuse des vallombrosains, voir C.G. (...)
  • 54 Pour les normes concernant l’exposition des reliques, voir Della giurisdittione e prerogative del V (...)

37Les modalités de recensement des reliques dans les inventaires nous suggèrent aussi des considérations plus générales. Les officiers chargés de rédiger les listes en question se réfèrent souvent aux restes sacrés de manière peu précise, négligeant le nom des saints auxquels ceux-ci appartiennent ; ils sont au contraire très attentifs au nombre et à la qualité matérielle des reliquaires, tout comme à la présence des authentiques de chaque relique possédée. Tout cela témoigne d’une nouvelle attitude des milieux confraternels romains face aux reliques. Les rédacteurs des inventaires, qui se montrent très diligents à décrire les images conservées dans les espaces confraternels, ne semblent intéressés que par l’abondance des reliques, ne réservant le plus souvent une description précise qu’aux plus précieuses et vénérées, notamment celles du Christ. Les hiérarchies confraternelles, qui deviennent parallèlement plus attentives à la question de l’authenticité – ou mieux de l’authentification – des reliques, font preuve d’une démarche envers ces objets de dévotion qui n’est plus fondée sur leur valeur dévotionnelle ou sur la confiance des fidèles envers leur virtus spécifique, réelle ou présumée52, mais plutôt sur une conception « cumulative » de la sacralité, dans laquelle le prestige de l’institution dépend de la quantité et de la variété des reliques légitimement possédées53, ainsi que de la possibilité de les exposer à la vénération publique54. Cette démarche « quantitative » par rapport aux reliques, donc, ne se substitue pas à celle qu’on pourrait définir « dévotionnelle » (qui demeure centrale dans le rapport des confrères avec le sacré, comme on l’a vu à propos des immigrés de Camerino) ; elle s’ajoute à celle-ci en tant qu’approche alternative, non concurrentielle, d’autant qu’elle n’est pas nécessairement présente au même moment, dans le cadre d’une stratégie unique de valorisation sacrale des espaces confraternels.

2. La circulation des reliques entre promotion des cultes, réseaux sociaux et stratégies de sacralisation

38L’analyse des patrimoines de reliques des confréries romaines conduite jusqu’ici nous impose maintenant de réfléchir sur certains aspects du mécanisme des donations, qui occupe une place centrale dans les dynamiques de circulation des restes sacrés et, donc, dans la constitution de ces patrimoines.

  • 55 Sur Frédéric Borromée (1564 – 1631), voir : G. GABRIELI, « Federico Borromeo a Roma », Archivio del (...)

39Tout au long de la période considérée, les donations peuvent très rarement être interprétées de façon certaine comme s’intégrant à des stratégies visant à la promotion d’un nouveau culte. Il y a toutefois au moins deux exceptions remarquables : le culte de saint Charles Borromée, soutenu par son cousin et successeur sur le siège épiscopal de Milan dès 1595, Frédéric – qui a vécu longtemps à Rome et demeure fort lié aux milieux confraternels de la ville55 –, et celui de Philippe Néri, diffusé par la puissante congrégation de l’Oratoire.

  • 56 B. TREFFERS, « Il Cuore di S. Carlo. Una festa e una orazione nella Roma del Seicento. Oratorio dei (...)

40En ce qui concerne la promotion du culte de Charles Borromée, l’épisode le plus connu est certainement celui de la donation de son cœur à la confrérie des Lombards à Rome, célébrée de manière somptueuse le 22 juin 1614 par une procession solennelle. Il y a, dans ce cas, une coïncidence parfaite entre les intentions de l’archevêque Frédéric, visant à offrir au culte pour le saint de sa maison une place importante sur la scène romaine et celle de la compagnie des Lombards, désireuse d’accroître son prestige par l’acquisition d’une relique importante du saint qu’elle vient de choisir comme co-patron56.

  • 57 À l’occasion de la visite apostolique, les membres de la confrérie étaient deux cents environ, mais (...)
  • 58 « Non molto doppo la morte di quel santo » (S. Juliani in monte Jordano, sive S. Juliani in Banchi, (...)
  • 59 « Spongiae, qua exenteratum corpus sancti Caroli Boromei fuit sanguine siccato, ab illustrissimo ca (...)

41D’autres donations moins importantes nous donnent une idée de l’ampleur de cette stratégie de promotion. Au cours de ces mêmes années, la petite confrérie de Saint-Julien in Banchi reçoit un fragment de l’éponge utilisée pour laver le corps de saint Charles après sa mort, pourvue d’une attestation d’authenticité du cardinal Frédéric datée du 19 mars 161357. Par la suite, la même compagnie prend possession d’un deuxième pignus du saint, sa barrette de cardinal, laissée en dépôt par des Milanais qui, « peu de temps après la mort de ce saint », auraient voulu bâtir dans les environs une église et la lui dédier, mais qui n’arrivent pas à réaliser leur projet58. De la même façon, l’archiconfrérie de Saint-Jérôme de la Charité dispose d’un fragment « de l’éponge, avec laquelle le sang fut épongé du corps éviscéré de saint Charles Borromée, offerte à cette église par le très illustre cardinal Borromée en l’année 1625 »59.

  • 60 « Spugna e tela tinta del suo sangue » (S. Giovanni de’ Fiorentini e compagnia della Pietà de’ Fior (...)

42Au fil du temps, les canaux de diffusion deviennent plus variés, comme le démontre le cas de la confrérie de la Pietà de Saint-Jean des Florentins, qui possède des fragments « [de] l’éponge et [du] tissu teint de son sang » offert vers le milieu du XVIIe siècle par un confrère laïc, Ottaviano Acciaioli60.

  • 61 P. DELOOZ, « Pour une étude sociologique de la sainteté canonisée dans l’Église catholique », Archi (...)
  • 62 « [Reliquiae] de interioribus sancti Philippi Nerei a patribus Sanctae Mariae in Vallicella, datis (...)
  • 63 « Cum reliquiis sancti Philippi Nerii habitis a patribus sancti Philippi Nerii, ut asseruerunt, deg (...)

43Dans le cas de Philippe Néri aussi, la circulation des reliques est liée directement aux initiatives de promotion cultuelle dues à un groupe de pression61 bien défini et déjà engagé dans sa cause de canonisation, c’est-à-dire la famille religieuse fondée par le saint, la congrégation de l’Oratoire de la Vallicella. En mai 1622, deux mois après la canonisation (12 mars) et quelques jours avant la célébration de la première fête du nouveau saint, les pères philippins fournissent à l’église Saint-Jérôme de la Charité, où Philippe était demeuré longtemps et avait fondé sa congrégation, une relique de interioribus62. De la même façon, la confrérie des Cinq-Plaies – qui avait été fondée en 1603 dans l’église Saint-Trophime de la via Giulia, mais avait obtenu en 1623 de pouvoir dédier son église au saint florentin – reçoit un reliquaire « avec les reliques de saint Philippe Néri reçues, selon leurs dires, des pères de saint Philippe Néri, demeurant à l’église Sainte-Marie in Vallicella »63.

  • 64 Il s’agit des précœurs, c’est-à-dire l’ensemble des organes et des formations anatomiques de la cav (...)
  • 65 « Cum assensu et praesentia admodum reverendi patris Virgilii Spadae ad praesens dictae venerabilis (...)

44La donation la mieux documentée est toutefois celle d’une relique de praecordiis64 au bénéfice de la confrérie de La Trinité des Pèlerins, attestée par un instrument notarié rédigé par le notaire Paolo Vespignani le 18 mai 1640. L’auteur du don est formellement l’oratorien Fausto Latini, mais le document précise qu’il agit « avec l’accord et en présence du très révérend père Virgilio Spada, aujourd’hui supérieur de cette vénérable congrégation », ce qui démontre l’engagement des autorités de la congrégation de l’Oratoire dans l’initiative65.

  • 66 Les compagnies concernées sont les suivantes : Agonisants (Inventario della venerabile chiesa della (...)

45Ensuite la circulation des reliques de saint Philippe prend davantage d’ampleur, obéissant à des dynamiques plus variées, qui sortent du cadre des stratégies de diffusion mises en place par les oratoriens romains et qui sont plutôt le résultat d’une pieuse émulation entre les confréries autour d’un culte très répandu dans la ville. Au moins huit autres confréries, en tout cas, acquièrent des reliques du saint florentin entre sa canonisation et les années 172066.

  • 67  A. CISTELLINI, San Filippo Neri, III, p. 2298-2301 ; M. GANA, « Reliquie e nobildonne nella Roma b (...)

46Il s’agit toujours, bien entendu, de reliques de contact – le plus souvent des fragments de vêtements – ou de praecordiis, parce que les oratoriens de la congrégation romaine demeurèrent toujours récalcitrants à accorder à d’autres institutions – y compris les autres maisons oratoriennes – des parties du corps de leur fondateur, gardé jalousement dans la Chiesa Nuova. L’opposition des pères de la Vallicella aux revendications de leurs confrères de Naples dans les années 1630 est, par exemple, très vigoureuse. Lorsque, en 1638, les oratoriens napolitains obtiennent, par l’intercession d’Anna Colonna, épouse de Taddeo Barberini et donc nièce du pape régnant, un bref du pontife qui obligeait la communauté de Rome à concéder une relique ex ossibus de saint Philippe, les membres de celle-ci réagirent en cachant son corps dans un lieu secret. Une nouvelle intervention d’Urbain VIII oblige alors la maison de Rome à concéder à la « rivale » une côte et une vertèbre du père commun ; par réaction, le corps du saint sera ensuite déposé dans une caisse en fer fermée hermétiquement par des soudures, qui restera intacte jusqu’en 192267.

  • 68  Pour commémorer l’événement, une inscription fut apposée dans l’église de l’archiconfrérie. Son te (...)

47Au-delà de ces deux exemples, les donations de cette époque se rattachent le plus souvent, plus qu’à la diffusion d’un nouveau culte, au renforcement de l’identité dévotionnelle des sodalités concernées, dans le cadre d’une stratégie visant à transformer les églises confraternelles en de véritables « sanctuaires urbains » à même d’attirer l’intérêt pieux des dévots inscrits à la confrérie ou étrangers à celle-ci. La donation du bras de saint Roch à la confrérie homonyme par Clément VIII, en 1598, doit être comprise dans cette perspective. La nouvelle fonction sacrée attribuée à l’église de la compagnie est confirmée implicitement, quelques années plus tard, par un autre pontife, Urbain VIII ; le 18 août 1624, celui-ci s’y rend processionnellement pour vénérer la relique, afin d’obtenir pour la péninsule italienne, et pour Rome en particulier, la protection du saint contre la menace de l’épidémie de peste qui a déjà frappé la Sicile68.

  • 69  À la relique de la dominicaine Catherine fournit un contrepoint celle de l’autre protecteur de la (...)

48Cette tendance au renforcement de cultes déjà enracinés dans la vie religieuse des confréries et à l’accroissement de la valeur sacrale de leurs églises reste dominante dans le dessein des donateurs, qui sont ordinairement des membres éminents ou de puissants bienfaiteurs des associations, jusqu’aux années 1670. C’est le cas pour la donation du doigt de sainte Catherine de Sienne à l’archiconfrérie des Siennois en 1627, effectuée par le cardinal Francesco Cennini de’ Salamandri, originaire de Sarteano, près de Sienne69, tout comme pour celle, déjà mentionnée, du cœur de saint Charles Borromée à l’église des Lombards.

  • 70  Inventario della venerabile archiconfraternita di S. Francesco di Paola, f. 4r. Voir aussi F. POST (...)
  • 71  Pour cette confrérie, fondée en 1650 et érigée en archiconfrérie en 1727, mais très peu documentée (...)
  • 72  Sévère n’est pas mentionnée dans les différentes éditions du Martyrologium Romanum publiées entre (...)

49Plus occasionnellement, l’arrivée d’une nouvelle relique peut contribuer à la naissance d’une dévotion inédite et – du moins apparemment – spontanée, qui obtient de la sorte une sanction à la fois au niveau de la liturgie et dans les mécanismes d’autoreprésentation symbolique du groupement. Dans le cas de la confrérie de Saint-François de Paule, dans le rione Monti, par exemple, la donation du corps de sainte Sévère, en 1652, est à l’origine d’une dévotion fervente envers cette martyre ancienne sur laquelle l’information demeure très imprécise70. Il est en effet très difficile d’identifier de manière certaine ce personnage, en raison de la documentation très réduite qui nous reste de cette confrérie71. On peut en tout cas formuler l’hypothèse, au vu du rapide succès du culte, qu’il s’agit de la jeune chrétienne martyrisée, selon une tradition dont la mémoire demeurait encore bien vivante, dans la localité de Pyrgi – aujourd’hui Santa Severa – autour de 298, et célébrée par la liturgie le 29 janvier72. Autour de cette relique, est ensuite fondée au sein de la confrérie une congrégation restreinte de dévots, définie ristretto, qui se charge de célébrer de manière solennelle la fête de la sainte. Un mémoire adressé au XVIIIe siècle à la Congrégation de la Visite Apostolique nous informe des activités de ce petit regroupement de

  • 73 « Alcuni fratelli della medema compagnia di devoti di santa Severa, il di cui corpo si conserva in (...)

quelques confrères de la même compagnie de dévots de sainte Sévère, dont le corps est conservé dans le dit oratoire s’unirent et versèrent chacun une cotisation ; cel leur permit de payer une statue dorée de la dite sainte, à l’intérieur de laquelle fut déposé son corps ; ils firent ensuite d’autres dépenses pour décorer de marbre l’autel du dit oratoire, sous lequel fut placé le dit corps73.

  • 74 Inventario della venerabile archiconfraternita di S. Francesco di Paola, f. 5v.

50C’est la compagnie dans son ensemble, toutefois, qui accorde à la dévotion une place de plus en plus importante, jusqu’à l’intégrer pleinement dans le patrimoine cultuel constitutif de l’identité du corps confraternel. Ce processus aboutit symboliquement dans la figuration de Sévère, à côté de François de Paule, sur l’étendard processionnel de la confrérie74.

  • 75 C’est le cardinal protecteur Pietro Ottoboni (1667-1740), par exemple, qui est le donateur de l’uni (...)
  • 76 Un fragment du voile de la Vierge est fourni à l’archiconfrérie de Notre-Dame du Carmel par la « ba (...)
  • 77 Au milieu du XVIIe siècle, deux reliquaires dont le contenu reste imprécisé sont offerts à la compa (...)
  • 78 C’est le cas, par exemple de la donation des reliques de saint Triphon à la compagnie du Saint-Sacr (...)

51À partir du dernier tiers du XVIIe siècle et surtout au cours du suivant, les donations deviennent progressivement plus fréquentes et plus nombreuses ; cependant, le lien entre les reliques offertes et la vie dévotionnelle des confréries est de moins en moins évident. Parmi les donateurs, les membres du haut clergé – les cardinaux protecteurs et les « gouverneurs » notamment – restent les plus nombreux75. Graduellement, les sources utilisées, bien que fragmentaires, nous montrent de nouveaux acteurs sur la scène, parmi lesquels on peut enregistrer la présence de nobles dames76, de religieuses77, et même de quelques confrères n’appartenant pas aux élites urbaines, mais ayant en tout cas obtenu des reliques, vraisemblablement en raison de leurs rapports de patronage78.

52Ces personnages n’étaient pas motivés principalement par l’exaltation du prestige de la compagnie, ou de leur propre maison, mais plutôt par l’obtention pour eux-mêmes, du statut de bienfaiteur, qui pouvait leur valoir des tutelles et des avantages pendant la vie et après la mort, sous forme de suffrages.

  • 79 Sur l’accumulation de reliques par les confréries voir R. RUSCONI, « Confraternite, compagnie e dev (...)

53Par ces mécanismes sociaux progressivement plus complexes, dans les confréries romaines aussi s’amorce, bien qu’avec retard, le processus d’accumulation des reliques et de sanctuarisation des lieux de culte qui caractérise largement le monde catholique dès le XVIIe siècle79.

  • 80 « Delle ossa de’ santi martiri Candido e compagni » (ASVR, Arciconfraternita di S. Giuseppe dei fal (...)
  • 81 Relatio ecclesiae et archiconfraternitatis Sanctorum Ioannis Evangelistae et Petronii Nationis Bono (...)

54Ce sont surtout les donations du XVIIIe siècle qui intensifient de manière évidente la tendance, comme le démontre le patrimoine de reliques de la confrérie de Saint-Joseph des menuisiers : si au cours du XVIIe siècle la compagnie ne possède qu’une relique, celle « des ossements des saints martyrs Candide et compagnons », obtenue en 1682, elle en reçoit quatre en 1730, neuf en 1738 et une autre encore en 174080. C’est au XVIIIe siècle que, de la même façon, se constitue le patrimoine d’autres sodalités, telles l’archiconfrérie de Saint-Jean-Évangéliste et Saint-Petronio de la nation bolonaise81.

  • 82 Les extractions se poursuivent à un rythme très élevé, à tel point que, selon le père Antonio Maria (...)

55À cette évolution contribuait de manière privilégiée l’augmentation constante de l’offre de reliques, qui résultait du travail infatigable des équipes de fossoyeurs chargés par les autorités compétentes des extractions des catacombes. Cette activité se poursuit tout au long du XVIIIe siècle à un rythme très soutenu, malgré la montée de la polémique érudite sur les critères d’attribution du statut de martyr aux morts ensevelis dans les hypogées romains82.

  • 83 É. BOZÓKY, « La politique des reliques des premiers comtes de Flandre (fin du IXe – fin du XIe sièc (...)
  • 84 R. AGO, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, 2006
  • 85 M. GHILARDI, Sanguine tumulus madet, p. 58-59.

56L’intensité du trafic des reliques, à partir de ces gisements romains inépuisables, favorise la diffusion d’une conception de la sacralité « par accumulation », auparavant réservée à des lieux de réunion de reliques qui étaient strictement liés aux grands centres de pouvoir83, et particulièrement adaptée au contexte romain, que caractérisent des dynamiques de concurrence pieuse d’une complexité particulière. Le succès de cette approche des restes sacrés est aussi influencé par le goût pour le collectionnisme (de plus en plus diffusé dans la Rome des XVIIe et XVIIIe siècles), dont l’intérêt pour les reliques avait emprunté les structures mentales plus que les finalités84. Les reliques comme celles du sang des martyrs, d’ailleurs, sont désormais elles-mêmes des objets de collection, comme en témoignent les « trésors » du collectionnisme tel celui que la duchesse bolonaise Cristina Duglioli Angelelli constitue entre 1645 et 165085.

3. Deux épisodes de donations « extraordinaires » à Rome au XVIIIe siècle

3.1. À travers le regard d’un donateur spécial : le cardinal Camillo Cybo et l’archiconfrérie de l’Ange Gardien

  • 86 Sur ce personnage, voir supra, p. 168 et note 45.

57L’approche « quantitative » au concept du sacré, qu’on vient de remarquer dans la démarche des confréries romaines face aux reliques, est aussi évidente dans les mémoires d’un donateur très spécial, le cardinal Camillo Cybo (1681-1743)86.

58Dans les pages de sa monumentale autobiographie, le cardinal révèle son intérêt extraordinaire pour tous les types de reliques, qu’il parvient à se procurer à chaque occasion propice, avant de devenir cardinal (1729) tout comme après sa « création », et qu’il garde dans sa chapelle privée, qui

  • 87 « A conto di queste [reliques], e per la qualità, e per il numero, maggiore senza fallo di quello c (...)

grâce à ces reliques, à la fois en raison de leur qualité et de leur nombre, sans doute supérieur à ce qu’on peut trouver dans n’importe quelle église du monde, doit plutôt être considérée comme un vrai sanctuaire que comme une chapelle privée87.

59Le cardinal apparaît tout à fait indifférent au débat en cours dans les milieux de l’érudition catholique, qui aboutissent désormais à des critiques de plus en plus radicales des excès concernant le culte des reliques. Dans sa collection, l’une des « pièces » dont il est le plus fier est, par exemple, la relique du prépuce de Jésus-Christ, à laquelle il consacre plusieurs pages de son journal intime.

60Dans ce trésor très varié, les reliques du Christ (plusieurs ampoules de son sang, des portions d’hosties miraculeusement transformées en chair pendant la consécration, des fragments de la vraie croix) et de la Vierge (lait, cheveux) ont une place essentielle, mais Cybo rapporte qu’il possède aussi

  • 88 « Più di trentadue corpi de santi martiri cavati da’ cemeterj, tutti col proprio nome, tre de quali (...)

Plus de trente-deux corps de saints martyrs extraits des cimetières, chacun disposant de son propre nom et trois d’entre eux habillés comme si la chair était encore présente ; il y en a plusieurs dans les deux marches de l’autel et d’autres doivent encore être déposés dans des reliquaires que j’ai l’intention de réaliser lorsqu’il plaira au Seigneur de m’en donner l’occasion88.

  • 89 Pensons, par exemple, aux deux boîtes de corps de saints martyrs extraits des catacombes romaines q (...)
  • 90 Vita del cardinale, IV, f. 201r.

61Sans constituer un cas unique dans le milieu des hauts prélats89, la collection de reliques se distinguait ici par la présence de nombreux corps entiers de martyrs, qui contribuait de manière extraordinaire au prestige de l’ensemble, riche aussi de plusieurs centaines de fragments de corps sacrés et de reliques de contact appartenant à des saints plus récents, tels les linges teints du sang de saint François d’Assise ou de saint Nicolas de Tolentino90.

  • 91 « Cardinale Vincenzo Maria Orsini, poi Benedetto XIII, quando era arcivescovo di Benevento », (Vita (...)
  • 92 « Un’ampolla col […] grasso […] di santa Margarita da Cortona, il cui corpo si conserva intiero » ((...)
  • 93 « Coll’opportuna autentica da monsignor Crispi arcivescovo di Ravenna, in occasione di avergli io f (...)
  • 94 Dans deux cas, ayant fourni à l’église en question un nouveau reliquaire à la place du vieux, jugé  (...)

62Les modalités qui avaient permis à Camillo Cybo de constituer son patrimoine sacré sont très variées. La plus fréquente est représentée par la donation, qui témoigne du dense réseau de relations tissé par le prélat. Parmi ses « bienfaiteurs » nous trouvons, entre autres, le « cardinal Vincenzo Maria Orsini, devenu ensuite Benoît, lorsqu’il était archévêque de Bénévent », qui lui avait envoyé une relique du lait de la Vierge91, et la princesse de Toscane Violante de Bavière, qui lui avait offert « une ampoule avec de la chair de sainte Marguerite de Cortone, dont le corps est conservé entier », ce qui rend ce don plus précieux92. Le futur cardinal procède parfois à des échanges, comme dans le cas de la relique qu’il obtient, « avec l’authentique correspondante, de Monseigneur Crispi, archevêque de Ravenne, lorsque je lui en ai transmis d’autres parmi celles que je conserve »93. Sa véritable obsession pour les restes sacrés est enfin attestée par son habitude de demander systématiquement un petit fragment des reliques qu’il voyait dans l’exercice de ses fonctions, par exemple à l’occasion des consécrations de nouveaux autels et de nouvelles églises94. Cybo attribuait à son trésor sacré une importance exceptionnelle, en rapport avec son prestige personnel et sa fonction dans l’Église :

  • 95 « Queste singolarissime grazie riportate da me, delle quali mi riconosco affatto indegno, potrebber (...)

Ces grâces exceptionnelles dont j’ai bénéficié, bien que j’en sois tout à fait indigne, pourraient faire correspondre mon nom, Camille, à la fonction du camillus à l’époque des païens, car on appelait alors camilli les gardiens des dieux, puisqu’il semble aujourd’hui que le Ciel, par l’excès de son infinie clémence, ait voulu me destiner au soin des vrais dieux, que sont précisément les saints, car on peut lire dans le psaume à propos de ceux-ci : « J’ai dit que vous êtes des dieux »95.

63Cette démarche mentale et religieuse particulière explique parfaitement la décision prise en 1721 par cet autoproclamé gardien « des vrais dieux », qui décide de

  • 96 « Arricchire la chiesa dell’archiconfraternita di parte delle più venerabili e sante reliquie che p (...)

enrichir l’église de l’archiconfrérie d’une partie des plus saintes et vénérables reliques parmi celles que je conserve, afin de la transformer de cette manière en un véritable sanctuaire et de susciter en leur faveur une dévotion et une fréquentation remarquables [de la part du peuple] de la ville96.

64Sa donation consiste en plus de cent cinquante reliques, dont l’une est considérée comme beaucoup plus précieuse que les autres :

  • 97 « E siccome tra le altre reliquie donai anche il corpo di san Clemente martire, composto insieme in (...)

Puisque parmi les autres reliques je fis également don du corps de saint Clément martyr, richement habillé et entièrement recomposé, disposé dans une noble châsse afin de le placer sous l’autel maieur, ce jour [29 septembre] après midi je décidai d’en faire la translation solennelle, qui fut célébrée avec le concours d’une grande quantité de personnes qui furent spectateurs de la procession effectuée avec la plus grande splendeur et magnificence : à celle-ci participèrent à cet effet tous les principaux prélats de Rome, habillés avec le sac de la confrérie, dans le rôle de massiers, de chefs de la procession et autres fonctions similaires ; à la fin du cortège était porté le corps saint dans sa châsse installée sur une riche litière portée par quatre diacres en soutane rouge, derrière laquelle je marchais en habit pontifical. Au retour de la procession dans l’église on chanta un Te Deum solennel, avec une musique choisie et des instruments de toute sorte, tandis que des pétards éclataient ; à la fin de la célébration, on plaça le corps saint sous l’autel en présence de témoins et avec toutes les formalités requises97.

  • 98 « Extractum […] ex coemeterio Ciriacae » (Esemplare dell’autentica fatta da me alle sante reliquie (...)
  • 99 Ces données sont tirées de la liste rédigée par Camillo Cybo et insérée dans l’authentique qui acco (...)
  • 100 « Ex fascis Domini nostri Iesu Christi ; ex lapidibus praesepis in quo natus fuit idem Dominus nost (...)
  • 101 « De subucula » (Esemplare dell’autentica).

65Le corps de ce « saint baptisé », « extrait […] du cimetière de Cyriaque », avait appartenu à l’oncle de Camillo, le cardinal Alderano Cybo98. Parmi les nombreux objets secondaires99, dont l’éventail est très significatif, il y avait sept reliques du Christ100, une de la Vierge101 et 166 de saints.

  • 102 F. BAUMANN, A. CARDINALI, « Luigi Gonzaga, santo », dans BSS, VIII, col. 348-357. Sul personaggio s (...)

66Du point de vue des catégories des saints (voir graphique 19), le critère de choix des reliques répond, pour ainsi dire, à une logique d’exhaustivité : martyrs et confesseurs, papes et évêques, vierges et pénitents, laïcs et clercs. De la même façon, la collection paraît tout à fait complète à l’égard des époques historiques puisque la longue liste court des personnages des Écritures à des figures plus récentes, tel Louis Gonzague, bienheureux depuis 1605, mais canonisé seulement en 1726102.

67La même idée d’exhaustivité apparaît de nouveau si l’on considère les saints appartenant aux ordres réguliers (voir graphique 20), qui correspondent à 19,9 % du total. Malgré la prépondérance évidente des membres des deux ordres mendiants majeurs, franciscains et dominicains, sont ici représentés à la fois les anciens ordres monastiques et les familles religieuses nées pendant la Réforme catholique.

  • 103 Sur les caractères spécifiques de la liste en tant que forme textuelle, voir U. ECO, Vertigine dell (...)

68Il s’agit donc d’une donation précieuse et surtout importante par son ampleur et l’étendue de l’assortiment typologique des reliques concernées, à même d’attirer la curiosité des dévots et d’accroître la valeur sacrée du lieu de culte de la confrérie. Comme dans les martyrologes, où la dimension historique, confiée à la série des elogia, est fragmentée et recomposée selon le rythme cyclique de la liturgie, dans cette collection l’histoire chrétienne toute entière est représentée de manière symbolique par l’ensemble des différents fragments qui, comme les tesselles d’une mosaïque, la composent. Ce long cortège de saints et de saintes, traversant les siècles, témoigne de la fermeté de la foi de l’Église de Rome. De cette manière, les prérogatives individuelles de chaque relique perdent de spécificité sémantique pour prendre sens comme élément d’un ensemble. C’est dans cette perspective que le cardinal Cybo croit pouvoir transformer une église, modeste de surcroît, en un vero santuario103.

Graphique 19 – Reliques Cybo/Anges Gardiens : les saints par époque

3.2. Confréries, reliques, liens sociaux : le cas de la confrérie des Stigmates de saint François

69L’évolution de l’attitude face aux reliques qu’on vient de présenter concerne plusieurs confréries, avec des modalités et des temporalités différentes ; l’étude d’un cas spécifique, celui de la confrérie des Stigmates de saint François, permettra d’analyser le phénomène de manière plus fine.

  • 104 Sur cette confrérie voir infra, ch. V.

70Au cœur de la pratique dévote de cette compagnie, il y a, particulièrement, la vénération envers deux reliques du sang de saint François, obtenues séparément au cours du XVIIe siècle104. L’approche des reliques qu’on a définie comme « dévotionnelle » demeure bien évidemment tout à fait centrale dans l’expérience religieuse des membres et dans la conception du sacré des autorités de la confrérie tout au long de l’histoire de celle-ci.

Graphique 20 – Reliques Cybo/Anges Gardiens : la place des réguliers

71Au milieu du XVIIe siècle, la démarche des donateurs obéit elle-même à une logique identique. Lorsqu’en 1663 les frères Francesco et Nicola Ronconi font don d’une relique du martyr Valérien, par exemple, ils souhaitent que celle-ci soit exposée à la vénération publique le jour de sa fête :

  • 105 « Desiderando noi […] che la reliquia di san Valeriano martire da noi donata alle Sacre Stimmate pe (...)

Puisque nous désirons […] que la relique du saint martyr Valérien que nous avons donnée à l’archiconfrérie des Stigmates pour l’exposer le jour de sa fête, nous déclarons que, pour ne pas créer des difficultés à l’archiconfrérie des Stigmates, tant que nous serons vivants, nous avons l’intention de donner deux écus par an pour faire célébrer cette fête, en sorte que les confrères soient tenus de faire chanter une messe et que les confrères eux-mêmes prennent part au chant de cette messe, sans musique ; le reste de l’argent sera utilisé pour célébrer autant de messes privées que possible ; ainsi plaise à Dieu, durant notre vie et après notre mort, conformément à notre souhait105.

72Il y a, bien sûr, dans cet épisode la volonté de deux frères d’accroître leur prestige personnel – et familial – par la visibilité qu’assure la donation et, surtout, par la célébration annuelle de la fête du martyr, financée et promue par leur dévotion personnelle. L’aspect le plus intéressant à observer ici, toutefois, réside peut-être dans la demande de faire chanter la messe par les confrères et non par des chanteurs professionnels salariés : les deux donateurs visent ainsi, bien évidemment, à introduire le nouveau martyr dans la vie de piété du corps de la confrérie et non seulement à placer ses reliques sous un autel.

  • 106 Parmi les reliques « franciscaines », il y a des fragments du « scapolare del nostro padre san Fran (...)

73Au début du XVIIIe siècle, les donations deviennent plus fréquentes : au cours de la première moitié du siècle, la confrérie bénéficie d’une quinzaine de donations de reliques, parfois multiples, ne renvoyant que partiellement à la spiritualité franciscaine du regroupement. Les donateurs deviennent plus nombreux et variés du point de vue de l’origine sociale. Il s’agit, comme auparavant, de monsignori de curie et de nobles, mais aussi de compagnies agrégées et de confrères n’appartenant pas aux élites, qui espèrent devenir des bienfaiteurs plutôt que des patrons de leur association. La fonction de ces reliques dans la vie de la confrérie change elle aussi car les donations ne visent plus à enrichir la vie spirituelle de la sodalité, mais plutôt à augmenter la sacralité de son église et, par le biais de celle-ci, son prestige106.

  • 107 « Donare alla nostra archiconfraternita alcune reliquie che si conservano in due suoi armarii » (AS (...)

74La tendance à la sacralisation par accumulation atteint son apogée au milieu du XVIIIe siècle. Le 18 février 1756, le confrère Filippo Coppetelli, qui au cours des décennies précédentes avait déjà procuré à la confrérie plusieurs reliques, communique aux officiers de la confrérie sa décision de « donner à notre archiconfrérie quelques reliques conservées dans deux armoires qui lui appartiennent »107.

  • 108 « Corpo intiero di san Donato martire estratto dal cimitero di Calepodio » (Privilegi ed elenco del (...)
  • 109 A. NESTORI, « La catacomba di Calepodio al III miglio dell’Aurelia vetus e i sepolcri dei papi Call (...)
  • 110 ASVR, FRe, 100. Autentiche di sante reliquie (1659-1710) et 101. Autentiche di sante reliquie (1710 (...)
  • 111 Respectivement « della cunna di nostro Signore ; del fieno del Presepio di nostro Signore ; delle f (...)
  • 112 G. JANSEN, « Gorcum, Martiri di », dans BSS, VII, col. 111-112 ; H. de VALK, « History canonized : (...)

75La donation, formalisée le 7 avril suivant, contient tout d’abord le « corps entier de saint Donat martyr, extrait du cimetière de Calepodius »108, catacombe ignorée par Antonio Bosio et découverte au XVIIIe siècle par Marcantonio Boldetti109. Ce nouveau trésor se compose aussi de centaines de fragments sacrés mineurs, tous certifiés par plus de quatre cents authentiques110. Tout comme dans le cas de Camillo Cybo, il s’agit de reliques très variées, qui vont de celles du Christ, de la Vierge111, des apôtres et des saints des origines – normalement identifiables grâce à leurs coordonnés hagiographiques, car les saints « baptisés » y sont très rares –, jusqu’à celles de personnages vénérés mais pas encore canonisés, tels les martyrs de Gorcum, béatifiés en 1675112.

76Du point de vue des catégories de saints (voir graphique 21), qui représentent 98 % environ du total, on peut observer, dans ce cas aussi, la présence en quantité significative de figures de toutes les époques de l’histoire chrétienne. Les plus nombreux sont, évidemment, les saints des premiers siècles (37,8 % du total), mais il faut aussi souligner la place accordée aux saints du deuxième millénaire (30 % environ) et surtout à ceux du haut Moyen Âge, qui ont ici une certaine importance (7 % contre, par exemple, 7,9 pour les personnages des Écritures), alors qu’ils sont presque absents dans les confréries romaines sur la base de tous les indicateurs pris en compte dans ce travail.

77Dans cette collection aussi, la place des saints appartenant aux ordres religieux est assez importante : il s’agit de 95 fragments, soit 20 % du total. La marque franciscaine de la confrérie explique peut-être la prépondérance évidente des reliques des mineurs, qui sont un quart du total, mais tous les types d’ordres sont ici représentés.

  • 113 Sur les questions liées à la sainteté papale, on renvoie encore à RUSCONI, Santo Padre.

78La composition interne de cette donation, qui est presque quatre fois supérieure à celle du cardinal Cybo, paraît confirmer l’hypothèse que ces collections ont aussi le but de fournir une sorte de « représentation » de l’histoire de la Sainte Église apostolique et romaine, aspect renforcé par la présence parmi les saints de soixante-neuf pontifes – de Pierre à Pie V Ghislieri –, qui correspondent à eux seuls au 15 % du total113.

  • 114 On peut signaler, entre autres, d’autres fragments « ex ligno Sanctissimae Crucis Domini nostri Ies (...)

79Comme on l’a dit, cette donation représente le point culminant d’une tendance qui se prolonge, au moins, tout au long du XVIIIe siècle, enrichissant toujours davantage le patrimoine sacré de la confrérie et renforçant le succès du modèle de la sacralité « cumulative »114.

Graphique 21 – Reliques Coppetelli/Stigmates : les saints par époque

Remarques finales

80Les sources analysées nous permettent de mettre en lumière l’existence, au fil du temps, de deux attitudes différentes dans les milieux confraternels romains à l’égard des reliques dont ils prennent possession. La première, typique du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe, se fonde sur une approche « dévotionnelle » des restes sacrés qui, parce que dotés d’une virtus « active », font l’objet d’une vénération très intense de la part des confrères et des simples fidèles.

81À cette attitude s’ajoute une tendance à accumuler sans distinction les reliques, dans une approche qui les considère dans leur ensemble, pour la valeur sacrale dont elles sont investies en raison des leurs vertus « potentielles ». Les deux éléments doivent toutefois être considérés comme les composantes d’une même démarche, qui est celle d’une stratégie de sacralisation des espaces confraternels ; ils représentent des parcours différents, mais qui coexistent parfois dans le temps et/ou dans l’espace. Le but commun de ces parcours est de contribuer à l’augmentation du potentiel d’attraction des lieux de culte des confréries, dans le contexte d’une topographie religieuse remarquablement riche en cultes et en institutions liées entre elles par un rapport d’émulation pieuse.

Graphique 22 – Reliques Coppetelli/Stigmates : la place des réguliers

82Les mécanismes sociaux qui sont à l’origine des donations de reliques sont tout aussi importants pour notre analyse. Surtout durant les premiers deux tiers du XVIIe siècle, les membres des élites urbaines favorisent de manière décisive, par leurs donations, le développement des confréries ; en même temps, par cette forme spécifique de patronage dévot, ils contribuent aussi à l’augmentation de leur prestige personnel et de celui de leur maison. Au XVIIIe siècle, les donations deviennent plus fréquentes et plus abondantes, tandis que les dynamiques sociales qui entourent le phénomène du don se transforment elles aussi. Les nouveaux donateurs, qui n’appartiennent plus nécessairement aux couches sociales dominantes, tout en contribuant au prestige de la confrérie qui bénéficie du don, recherchent en même temps des possibilités de promotion sociale que l’institution peut leur offrir en retour.

Notes

1 Des études pionnières, dans cette perspective, sont celles de G.M. GAGOV, « Il culto delle reliquie nell’antichità cristiana riflesso nei due termini “patrocinia” e “pignora” », Miscellanea Franciscana 58 (1958), p. 484-512 et N. HERRMANN-MASCARD, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, Klincksieck, 1975. Pour la question des reliques comme objet autonome d’étude, voir : Ph. GEORGE, « Les reliques des saints : un nouvel objet historique », dans É. BOZÓKY, A.-M. HELVÉTIUS (dir.), Les reliques. Objets, cultes, symboles, Actes du colloque international de l’Université du Littoral-Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer, 4-6 septembre 1997), Turnhout, Brepols, 1999, p. 229-237.

2 P. BROWN, Le culte des saints.

3 Voir, par exemple : P.J. GEARY, Furta sacra. Thefts of relics in the Central Middle Ages, Princeton, Princeton University press, 1990 ; É. BOZÓKY, A.-M. HELVÉTIUS (dir.), Les reliques (en part. S. BOESCH GAJANO, « Reliques et pouvoir », ibid., p. 255-269) ; É. BOZOKY, La politique des reliques de Constantin à saint Louis. Protection collective et legitimation du pouvoir, Paris, Beauchesne, 2006.

4 Voir, par exemple, la périodisation choisie par le livre, important également dans une perspective méthodologique, de L. CANETTI, Frammenti di eternità. Corpi e reliquie tra Antichità e Medioevo, Roma, Viella, 2002.

5 Parmi une grande quantité d’études, voir Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècles), Actes du colloque organisé par l’École française de Rome avec le concours de l’Université de Rome “La Sapienza” (Rome, 27-29 octobre 1988), Rome, École française de Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 149).

6 Sur ce thème, voir Ph. BOUTRY, P.A. FABRE, D. JULIA (dir.), Reliques modernes. Cultes et usages chretiens des corps saints des réformes aux révolutions, 2 vol., Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009 ; B. DOMPNIER, S. NANNI (dir.), La mémoire des saints originels entre les XVIe et XVIIIe siècles, Rome, École française de Rome, à paraître. Pour les critiques de Calvin à l’égard du culte des reliques, voir les considérations de P.A. FABRE, M. WILMART, « Le Traité des reliques de Jean Calvin (1543). Texte et contextes », dans Ph. BOUTRY, P.-A. FABRE, D. JULIA (dir.), Reliques modernes, I, p. 29-68, tandis que sur le débat érudit je renvoie à la synthèse de D. JULIA, « L’Église post-tridentine et les reliques. Tradition, controverse et critique (XVIe-XVIIIe siècles) », ibid., I, p. 69-120 et à S. BOIRON, La controverse née de la querelle des reliques à l’époque du concile de Trente (1500-1640), Paris, Presses universitaires de France, 1989. Par rapport au flux de reliques provenant des catacombes romaines tout au long de l’époque moderne, voir : M. GHILARDI, Subterranea civitas. Quattro studi sulle catacombe romane dal Medioevo all’età moderna, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 2003 ; ID., Gli arsenali della fede. Tre saggi su apologia e propaganda delle catacombe romane (da Gregorio XIII a Pio XI), Roma, Aracne, 2006 ; S. BACIOCCHI, C. DUHAMELLE (dir.), La diffusion mondiale des reliques des catacombes romaines (XVIe-XIXe siècles), Rome, École française de Rome, à paraître. Parmi les études qui se fondent sur une chronologie plus ample, voir S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie (= Sanctorum, 2, 2005).

7 Pour un tableau suggestif sur ce thème, voir G. PALUMBO, « “L’assedio delle reliquie” alla città di Roma. Le reliquie oltre la devozione nello sguardo dei pellegrini », dans S. NANNI, M.A. VISCEGLIA (dir.), La città del perdono, p. 377-403 ; sur les reliques de la Passion à Rome, voir C. MERCURI, « Le reliquie della Passione nei santuari romani », dans S. BOESCH GAJANO, F. SCORZA BARCELLONA (dir.), Lo spazio del santuario, p. 229-239.

8 H. BELTING, Il culto delle immagini, passim ; J.-CL. SCHMITT, « Les reliques et les images », dans É. BOZÓKY, A.-M. HELVÉTIUS (dir.), Les reliques, p. 145-159 ; E. THUNØ, Image and relic. Mediating the sacred in early medieval Rome, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2002 ; S.J. CORNELISON, S.B. MONTGOMERY (dir.), Images, relics, and devotional practices in medieval and Renaissance Italy, Tempe (Arizona), Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, 2006 ; S. BOESCH GAJANO, « Gli oggetti di culto ».

9 Pour le rôle des reliques dans la piété laïque romaine de la fin du XVe siècle, voir N. NEWBIGIN, « “Del grasso di Lorenzo un’ampolletta” : Relics and Representations in the Quest for Forgiveness in Renaissance Rome », Journal of Religious History, 28/1 (2004), p. 50-63.

10 La référence renvoie à la définition qui est donnée du réseau des hypogées romains par l’érudit oratorien César Baronius (C. BARONIO, Annales Ecclesiastici (= AE), II, Romae, Ex Typographia Congregationis Oratorii, apud S. Mariam in Vallicella, 1594, p. 81) ; sur ce thème voir L. SPERA, « Cesare Baronio, “peritissimus antiquitatis”, e le origini dell’archeologia cristiana », dans G.A. GUAZZELLI, R. MICHETTI, F. SCORZA BARCELLONA (dir.), Cesare Baronio, p. 393- 423.

11 Aux études déjà citées (voir supra, note 6) on ajoutera : Ph. BOUTRY, « Les saints des Catacombes. Itinéraires français d’une piété ultramontaine (1800-1881) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, 91/2, 1979, p. 875-930 ; G. SIGNOROTTO, « Cercatori di reliquie », Rivista di storia e letteratura religiosa, 21/3, 1985, p. 384-418 ; V. SAXER, « La ricerca dei “corpi santi” e le prime esplorazioni nelle catacombe », dans Dopo Sisto V. La transizione al Barocco (1590-1630), Atti del Convegno (Roma 18-20 ottobre 1995), Roma, Istituto Nazionale di Studi Romani, 1997, p. 255-265 ; G. CRACCO, L. CRACCO RUGGINI, « Cercatori di reliquie e parrocchia nell’Italia del Seicento : un caso significativo », dans C. OSSOLA, M. VERGA, M.A. VISCEGLIA (dir.), Religione cultura e politica nell’Europa dell’età moderna, Studi offerti a Mario Rosa dagli amici, Firenze, Olschki, 2003, p. 139-159 ; P. KOUDOUNARIS, Heavenly bodies. Cult treasures & spectacular saints from the catacombs, London, Thames & Hudson, 2013.

12 Il s’agit de la confrérie des Saint-Blaise et Sainte-Cécile des materazzari – les fabricants de matelas – (« caret [reliquis] » : Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 1103r-v) et de celle de la Sainte-Croix des Lucquois (« reliquia sunt nulla » : ibid., f. 1033r-1034v)

13 Saint-Jean Baptiste des Gênois (Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 912v).

14 Compagnie des lapicides à Saint-André des Funari (Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 255r).

15 Saint-Yves des Bretons (Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 272v).

16 Pour les authentiques, qui seront très souvent utilisées en tant que sources dans la suite du travail, voir P. SUPINO, « Scrivere le reliquie a Roma nel medioevo », dans L. MIGLIO, P. SUPINO (dir.), Segni per Armando Petrucci, Roma, Bagatto Libri, 2002, p. 250-264 ; B. GALLAND, Les authentiques de reliques du Sancta Sanctorum, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2004 (Studi e testi, 421), en part. p. 33-40 ; Ph. CORDEZ, « Gestion et médiation des collections de reliques au Moyen Âge. Le témoignage des authentiques et des inventaires », dans J.-L. DEUFFIC (dir.), Reliques et sainteté dans l’espace médiéval (= Pecia. Ressources en médiévistique, 8/11, 2005), p. 33-63 ; P. BERTRAND, « Authentiques de reliques : authentiques ou reliques ? », Le Moyen Âge, 112/2, 2006, p. 363-374.

17 « Ad sacras reliquias detur notula reliquiarum et armarium in quo conservantur, panno serico exterius vero saltim ex pictura ornetur et apponatur inscriptio prosequens ultra “Hic sacrae venerantur reliquiae” » (Décret de la Congrégation de la Visite Apostolique concernant la confrérie du Saint-Sacrement de Saint-Jacques à Scossacavalli, dans Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 251v).

18 « Reliquarium non clausum aptetur, ita ut a quovis aperiri non possit, fiatque diligentia si extet in archivio memoria quorum sanctorum sint illae reliquiae quae, si inventa fuerit, eorum nomina describantur in vasculis quibus asservantur » (Saint-Yves des Bretons, dans Acta visitationis Urbani VIII, I, f. 273r).

19 Acta visitationis Urbani VIII, III, 1019v ; ibid., f. 1031r-1032r.

20 Respectivement : Acta visitationis Urbani VIII, II, f. 250v ; ibid., I, f. 248r

21 « De sanguine plurimorum martyrum » (Acta visitationis Urbani VIII, III, 867r-868r). Sur la vénération des reliques du sang des martyrs, voir M. GHILARDI, Sanguine tumulus madet. Devozione al sangue dei martiri delle catacombe nella prima età moderna, Roma, Aracne, 2008, qui fournit un riche cadre bibliographique.

22 Respectivement : Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 856r-857v ; ibid., I, f. 227r-245r ; ibid., III, f. 860r-866v.

23 V. PAGLIA, « La Pietà dei carcerati », p. 145-146.

24 P. FULVIO, Vita et martirio di S. Eleuterio vescouo, et di S. Genesio caualiere, martiri romani. Come si truouan in Simone Metafraste, & ne gli antichi libri scritti a mano [...]. Tradotta dalla lingua latina in italiana […] per ordine della venerabile Archicompagnia della Pieta de carcerati di Roma, alla quale la santita di N.S. Sisto papa quinto ha concessa la chiesa di S. Giovanni del Rione della Pigna ; nella quale sono li corpi di essi santi, in Roma, appresso Giacomo Ruffinelli, 1585.

25 O. PANCIROLI, Tesori nascosti dell’alma città di Roma con nuouo ordine ristampati, & in molti luoghi arricchiti […], in Roma, appresso gli heredi d’Alessandro Zannetti ad instanza di Fabritio Dauid in Parione all’insegna del Popolo Rom., 1625, p. 818. Le fait est confirmeé par la visite effectuée le 13 octobre 1628 (Acta Visitationis Urbani VIII, III, f. 1118r-1119r).

26 V. PAGLIA, « La Pietà dei carcerati », p. 146n.

27 Dans ce contexte, et plus généralement dans la recherche historique, ce qui est le plus important n’est pas l’authenticité des reliques, mais plutôt la fonction – politique, sociale, religieuse – qui leur est attribuée par la communauté ou l’institution qui les possède (voir, par exemple, les considérations générales et méthodologiques de P.J. GEARY, Furta sacra, p. 3-9).

28 La dernière catégorie, celle des reliques de la Terre Sainte, n’atteint que 0,2 %.

29 « De loco ubi Christus praedicavit » (Sainte-Marie in Campo Santo Teutonico, dans Acta visitationis Urbani VIII, III, 860r-866v).

30 « De horto ubi Christus sudavit sanguinem et aquam » (cette relique aussi était dans l’église de Sainte-Marie in Campo Santo Teutonico, voir Acta visitationis Urbani VIII, III, 860r-866v). Voir aussi Lc 22, 43-44 : « […] In agonia prolixius orabat, et factus est sudor eius sicut guttae sanguinis decurrentis in terram ». La même confrérie possédait en outre un morceau du bois de l’arbre près duquel Jésus-Chris fut arrêté (« pars ligni [...] de arbore ad quam Deus fuit captus », ibidem).

31 Mc 9, 2-9 ; Mt 17, 1-9 ; Lc 9, 28-36. L’identification du mont de la Transfiguration avec le Tabor, absente dans les Évangiles, est ignoré par Origène (Selecta in Psalmos, Ps. 88, 13, dans Patrologiae cursus completus, seu bibliotheca universalis […] series graeca, éd. J.P. MIGNE, 161 vol., Paris, apud J.-P. Migne, 1857-1866 [= PG], 12, col. 1548) et mise en cause par Eusèbe de Césarée (Commentaria in Psalmos, Ps 88, 13, dans PG, 23, col. 1092) ; Cyrille de Jérusalem (Catecheses, 12, 16, dans PG, 33, col. 744) et Jérôme (Epistula 108, dans A.-M. HIERONYMUS, S. Eusebii Hieronymi Opera, I. S. Eusebii Hieronymi epistulae, 2. Epistulae LXXI-CXX, éd. I. HILBERG, Vindobonae-Lipsiae, F. Tempsky-G. Freytag, 1912 [Corpus scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum {= CSEL}, 55], p. 323 et dans Patrologiae cursus completus, seu bibliotheca universalis […] series latina, éd. J.P. MIGNE, 221 vol., Parisiis, apud J.-P. Migne, 1840-1855 [Supplementum, éd A. Hammann, 5 vol., Paris, Garnier frères, 1958-1974] [= PL], 22, col. 889 ; Epistula 46, dans HIERONYMUS, S. Eusebii Hieronymi Opera, I. S. Eusebii Hieronymi epistulae, 1. Epistulae I-LXX, éd. I. HILBERG, Vindobonae-Lipsiae, F. Tempsky-G. Freytag, 1910 [CSEL, 54], p. 344 et dans PL 22, col. 491), furent les premiers à définir la question. La relique dont on fait mention appartient à la compagnie de Sainte-Marie de Montserrat (Acta visitationis Urbani VIII, III, 1019v).

32 Mt 14, 14-21 et 15, 32-38 ; Mc 6, 34-44 et 8, 1-9 ; Lc 9, 12-17 ; Jn 6, 5-14. Ste Marie de Monserrat (Acta visitationis Urbani VIII, III, 1019v).

33 Sur le concept de « coordonnées hagiographiques », correspondant au lieu de sépulture et au jour de la déposition du corps du saint, voir le classique H. DELEHAYE, Cinq leçons sur la méthode hagiographique, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1934 (Subsidia hagiographica, 21), p. 7-18. Ces pages ont été publiées en traduction italienne dans ID., « Problemi di metodo agiografico : le coordinate agiografiche » dans la fondamentale anthologie d’études hagiographiques réunie par S. BOESCH GAJANO (dir.), Agiografia altomedioevale, Bologna, Il Mulino, 1976, p. 49-71, en part. p. 49-56.

34 A. FROLOW, La relique de la Vraie Croix. Recherches sur le développement d’un culte, Paris, Institut français d’études byzantines, 1961. Pour un tour d’horizon plus rapide, voir aussi C. MERCURI, Saint Louis et la couronne d’épines. Histoire d’une relique à la Sainte-Chapelle, Paris, Riveneuve, 2011, p. 3-16 (éd. or. : Corona di Cristo, corona di re. La monarchia francese e la corona di spine nel Medioevo, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2004), ch. II, « De Jérusalem à Constantinople », p. 25-46.

35 R. RUSCONI, « Il primato della santità », p. 59-61 ; ID., Santo Padre, p. 279-297.

36 « […] sacco e cordone di corda, corona di legno negra, croce e testa di morto tutta di legno che benedisse e si indossò la santa memoria del venerabile servo di Dio Innocenzo papa XI, nostro fondatore e istitutore, autentico con due sigilli di cera di Spagna » (ASV, CVA, 116. Miscellanea 1700, XX, 12. Inventario dell’archiconfraternita delle Anime, f. 11r).

37 Dans l’inventaire on repère ainsi « un libro di tutta la fondatione della nostra archiconfraternita che si legge ogni anno » (Inventario dell’archiconfraternita delle Anime, f. 11r).

38 Ibidem.

39 Sur Philippe Néri voir infra § 2.

40 « Due credenzini in altro coloriti filettati d’oro, con dentro diverse reliquie incassate in diversi reliquiarii di legno dorato vecchi, senza autentica, quali perciò non si espongono » (Inventario della venerabile chiesa della Natività, f. 7r).

41 Jusqu’en 1571 cette église était consacrée au protomartyr Étienne ; en 1572, après l’attribution de l’église à la confrérie des tanneurs par Grégoire XIII, celle-ci fut dédiée à saint Barthélemy. Démolie en 1721, le temple fut rébâti aux frais des confréres et réconsacré le 21 avril 1723 (Inventario […] della venerabile chiesa di S. Bartolomeo Apostolo, 2r-4v.

42 ASV, CVA, 116. Miscellanea 1700, XX, 2. Inventario della venerabile chiesa de’ SS. Faustino e Giovita de’ Bresciani, f. 5r.

43 Inventario della venerabile chiesa della Natività, f. 6r-7r.

44 Un seul reliquaire pour la compagnie de Saint-Nicolas des Lorrains (ASV, CVA, 128. Miscellanea 1700, XLII, 7. Inventario della venerabile chiesa di S. Nicola de’ Lorenesi, f. 3v), six pour celle de Saint-François de Paule (ASV, CVA, 105. Miscellanea 1700, IX, 17. Inventario della venerabile archiconfraternita di S. Francesco di Paola a’ Monti, f. 4r).

45 Venerabile archiconfraternita del Santissimo Nome di Maria, f. 3r. Des reliquie battezzate sont enregistrées même dans l’inventaire de la confrérie du Saint-Sacrement de Saint-Pierre au Vatican (ASV, CVA, 128. Miscellanea 1700, XLII, 2. Archiconfraternita del SS. Sagramento in S. Michele e Magno, f. 6v. L’inventaire de la compagnie des Anges Gardiens signale le corps du martyr Clément, don du cardinal Camillo Cybo, mais ne fait pas mention des autres fragments sacrés offerts à la même occasion par ce donateur (ASV, CVA, 100. Miscellanea 1700, VII, 11. Venerabile archiconfraternita de’ SS. Angeli Custodi di Roma. Inventario, f. 66v ; voir infra § 3.1.)

46 Dans les années 1670 il y avait deux équipes officielles de cavatori, l’une aux ordres du gardien des catacombes et l’autre à la disposition du sacriste du pape, toutes les deux placées aussi sous l’autorité de la Congrégation Indulgentiis Sacrisque Reliquiae praeposita, érigée en 1667 par Clément IX. À ces équipes s’ajoutaient d’autres personnes autorisées directement par le Saint-Siège, parmi lesquels se distinguaient les jésuites, les théatins et les capucins. Voir, sur ce thème, les pages fondamentales d’A. FERRUA, « Introduzione storica », dans G.B. de’ ROSSI, Sulla questione del vaso di sangue. Memoria inedita con introduzione storica ed appendice di documenti inediti, éd. A. FERRUA, Città del Vaticano, Pontificio Istituto di Archeologia Cristiana, 1944, p. VII-CII, en part. p. XVIII-XXI, mai aussi M. GHILARDI, « “Auertendo, che per l’osseruanza si caminarà con ogni rigore”. Editti seicenteschi contro l’estrazione delle reliquie dalle catacombe romane », dans S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie, p. 121-137. Parmi les noms choisis pour « baptiser » ces martyrs improbables on trouve par exemple : Generosus, Felix, Faustus, Felicissima, Angelica (Ph. BOUTRY, « Les saints des Catacombes », p. 881-884).

47 A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XIII-XIV e D. JULIA, L’Église post-tridentine et les reliques, p. 73-75.

48 [J. MABILLON], Eusebii Romani ad Theophilum Gallum epistola de Cultu Sanctorum ignotorum, Parisiis, apud Petrum de Bats, sub signo S. Francisci, & Imbertum de Bats, sub signo S. Benedicti, via Jacobaea, 1698. Sur cet ouvrage et pour les vicissitudes liées à sa publication, voir A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XVII-XIX et D. JULIA, L’Église post-tridentine et les reliques, p. 85-87.

49 A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XXII.

50 « Visitavit sacras reliquias quas invenit in altari S. Annae, in arcula lignea foris deaurata cum quatuor clavibus bene munita et intus decenter ornata […]. Omnes habent suas authentica quas diligenti perlectas et consideratas ab illustrissimo et revendissimo domino episcopo idem parocho tradidit ut in archivio praedictae ecclesiae parochialis custodiuntur […]. Inde monuit eumdem parochum quod nullo modo permittat dictas sacras reliquas tangi vel tractari a laicis cuiusvis ordinis seu dignitatis iuxta monitum divi Gregorii et etiam expresse prohibuit eas asportari ad infirmos cum hoc esset abusus detestabilis » (ASV, CVA, 122. Miscellanea 1700, XXVI, 18. Visitatio ecclesiae parochialis SS. Venantii et Ansovini. An. 1727, c. 4).

51 Au moins quarante mentions sur cent sodalités.

52 S. BOESCH GAJANO, La santità, Roma-Bari, Laterza, 1999, p. 23-24.

53 Pour un exemple analogue, celui de la prestigieuse famille religieuse des vallombrosains, voir C.G. CODA, « Dai pignora ai tesori : la Congregazione Vallombrosana e la politica delle reliquie », dans S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie, p. 73-84, en part. p. 75-76, et, dans une perspective plus générale, EAD., Duemilatrecento corpi di martiri. La Relazione di Benigno Aloisi (1729) e il ritrovamento delle reliquie nella Basilica di Santa Prassede in Roma, Roma, presso la Società alla Biblioteca Vallicelliana, 2004.

54 Pour les normes concernant l’exposition des reliques, voir Della giurisdittione e prerogative del Vicario di Roma. Opera del canonico Nicolò Antonio Cuggiò segretario del tribunale di Sua Eminenza, éd. D. ROCCIOLO, Roma, Carocci, 2004, p. 117-118).

55 Sur Frédéric Borromée (1564 – 1631), voir : G. GABRIELI, « Federico Borromeo a Roma », Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, 56-57, 1933-1934, p. 157-217 ; P. PRODI, « Borromeo, Federico », dans DBI, XIII, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1971, p. 33-35. Avant de rentrer à Milan, il fut dès 1589 protecteur de l’archiconfrérie de l’Oraison et Mort (pour la cérémonie de la prise de possession de l’église confraternelle, voir : CG, 16 avril 1589, dans ASVR, AOM, 18. Libro dei decreti, 1580-1589, f. 215r-v). Pour un aperçu général sur les donations de reliques effectuées par le cardinal Frédéric, voir L. BESOZZI, « Destinazione e tipologia delle reliquie di un santo dell’età moderna », dans M. ROSSI, A. ROVETTA (dir.), Pellegrino Tibaldi pittore e architetto dell’età borromaica (= Studia Borromaica, 11, 1997), p. 277-296.

56 B. TREFFERS, « Il Cuore di S. Carlo. Una festa e una orazione nella Roma del Seicento. Oratorio dei Lombardi dei SS. Ambrogio e Carlo al Corso », dans C. CRESCENTINI, A. MARTINI (dir.), Le confraternite romane. p. 281-299.

57 À l’occasion de la visite apostolique, les membres de la confrérie étaient deux cents environ, mais seulement une vingtaine des confrères fréquentait régulièrement les fonctions religieuses communautaires, telles la récitation de l’office de la Vierge les jours de fête et de celui des Morts le premier dimanche du mois, les processions de la Semaine Sainte et la Visite des Sept Églises (Acta visitationis Urbani VIII, II, 795r-799r).

58 « Non molto doppo la morte di quel santo » (S. Juliani in monte Jordano, sive S. Juliani in Banchi, f. 2v).

59 « Spongiae, qua exenteratum corpus sancti Caroli Boromei fuit sanguine siccato, ab illustrissimo cardinali Borromeo de anno 1625 ad hanc ecclesiam transmissum » (Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 1074r).

60 « Spugna e tela tinta del suo sangue » (S. Giovanni de’ Fiorentini e compagnia della Pietà de’ Fiorentini, f. 7v). Si l’on peut identifier ce personnage avec le marquis florentin Ottaviano Acciaioli (Florence, 1581-Rome, 1659), sénateur romain élu conservateur en 1644 – auquel est dédié un buste commémoratif sculpté par Ercole Ferrata dans l’église Saint-Jean des Florentins –, la donation peut être datée du milieu du XVIIe siècle, en tout cas avant 1659 (D. FERRARA, « S. Giovanni dei Fiorentini », Roma Sacra, 3/11, 1998, p. 27-41 ; E. RUFINI, S. Giovanni de’ Fiorentini, Roma, Marietti, 1957 [Le chiese di Roma illustrate, 39]).

61 P. DELOOZ, « Pour une étude sociologique de la sainteté canonisée dans l’Église catholique », Archives de sociologie des religions, 13, 1962, p. 17-43 ; ID., Sociologie et canonisations, Liège, Faculté de droit, 1969.

62 « [Reliquiae] de interioribus sancti Philippi Nerei a patribus Sanctae Mariae in Vallicella, datis per instrumentum per acta Passarini notarii de mense maii 1622, in thecis ex ligno deauratis decenter custodiuntur » (Acta visitationis Urbani VIII, III, f. 1074r).

63 « Cum reliquiis sancti Philippi Nerii habitis a patribus sancti Philippi Nerii, ut asseruerunt, degentibus in ecclesia S. Mariae in Vallicella » (Acta visitationis Urbani VIII, II, f. 793r-794v).

64 Il s’agit des précœurs, c’est-à-dire l’ensemble des organes et des formations anatomiques de la cavité du thorax environnant le cœur.

65 « Cum assensu et praesentia admodum reverendi patris Virgilii Spadae ad praesens dictae venerabilis congregationis superioris » (ASR, OTP, 468. Chiesa. Privilegi e Sacre funzioni, Sagre reliquie, C. Quattro copie publiche di istromenti di donazione di reliquie). Virgilio Spada est élu préposé de la congrégation de l’Oratoire le 10 avril 1638 (A. CISTELLINI, San Filippo Neri, III, p. 2305).

66 Les compagnies concernées sont les suivantes : Agonisants (Inventario della venerabile chiesa della Natività, f. 7r) ; Saint-Jérôme des Illyriens (ASV, CVA, 97. Miscellanea 1700, I, 15. Inventario della venerabile chiesa collegiata di S. Girolamo degli Illirici) ; Anges Gardiens (Venerabile archiconfraternita de’ SS. Angeli Custodi, f. 66v) ; Sainte-Marie de la Consolation (ASV, CVA, 113. Miscellanea 1700, XVII, 4. Inventarii generali dell[a] venerabile archiospedale della Santissima Consolazione di Roma fatti nell’anno 1727), Pietà des Florentins (S. Giovanni de’ Fiorentini e compagnia della Pietà) ; Saint-Luc (ASV, CVA, 123. Miscellanea 1700, XLII, 12. Inventario della venerabile chiesa di S. Luca in S. Martina, f. 6v) ; congrégation de Saint-Paul (ASV, CVA, 122. Miscellanea 1700, XLII, 11. Inventario della congregatione di S. Paolo in S. Carlo a’ Catenari) ; habitants de Camerino (Visitatio ecclesiae parochialis SS. Venantii et Ansovini. An. 1727, c. 21) ; Bolonais (Relatio ecclesiae et archiconfraternitatis Sanctorum Ioannis Evangelistae et Petronii Nationis Bononiensis, f. 12r).

67  A. CISTELLINI, San Filippo Neri, III, p. 2298-2301 ; M. GANA, « Reliquie e nobildonne nella Roma barocca », dans S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie, p. 111-120.

68  Pour commémorer l’événement, une inscription fut apposée dans l’église de l’archiconfrérie. Son texte indiquait : « Urbanus VIII Pontifex Maximus propitiando periculis pestilentiae siciliensis imminentibus anno MDXXIV [en réalité MDCXXIV] hanc incussit ecclesiam, et in ara maxima ante brachium S. Rocchi sacrum fecit die dominico 15 kal. septembris [18 août] eiusdemque auctoritate » (Inventario della venerabile arciconfraternita di S. Rocco, f. 12v). Pour une information sur la confrérie, voir P. CANOFENI, « La confraternita di S. Rocco : origine e primi anni », Archivio della Società Romana di Storia Patria, 109 (1986), p. 57-86. L’histoire de l’épidémie sicilienne de peste de 1624 (voir C. VALENTI, « La peste a Palermo nell’anno 1624 », dans Malattie, terapie e istituzioni sanitarie in Sicilia, Palermo, Centro italiano di storia sanitaria e ospitaliera – Sicilia, 1985, p. 113-181 ; C. DOLLO (dir.), Peste e untori nella Sicilia spagnola. Presupposti teorici e condizionamenti sociali, Napoli, Morano, 1991) est étroitement liée à l’épisode de l’inventio du corps de sainte Rosalie, sur laquelle on renvoie à S. CABIBBO, Santa Rosalia tra terra e cielo. Storia, rituali, linguaggio di un culto barocco, Palermo, Sellerio, 2004.

69  À la relique de la dominicaine Catherine fournit un contrepoint celle de l’autre protecteur de la confrérie, le franciscain Bernardin de Sienne (ASV, CVA, 105. Miscellanea 1700, IX, 10. Relazione e stato della venerabile compagnia di S. Caterina di Siena della Nazione Sanese in strada Giulia, f. 5v). Concernant Francesco Cennini (1566-1645), cardinal dès 1621, voir N. DEL RE, « I cardinali prefetti della Sacra Congregazione del Concilio dalle origini ad oggi (1564-1964) », Apollinaris. Commentarius Iuris Canonici, 37, 1964, p. 107-149, en part. p. 117-118.

70  Inventario della venerabile archiconfraternita di S. Francesco di Paola, f. 4r. Voir aussi F. POSTERLA, Roma sacra, e moderna abbellita di nuove figure in Rame, e di nuovo ampliata, ed accresciuta con le piu fedeli autorità del Baronio, del Ciaconio, del Panciroli, e d’altri gravi autori ; nella quale si da esatta notizia delle sacre basiliche, chiese, oratori. […] Accresciuta al presente di varie erudizione, ed istorie, e divisa in 14 rioni, in Roma, per Francesco Gonzaga in via Lata a spese di Francesco de Romanis libraro a Pasquino, 1707, p. 348.

71  Pour cette confrérie, fondée en 1650 et érigée en archiconfrérie en 1727, mais très peu documentée, voir D. ROCCIOLO, « S. Francesco di Paola ai Monti, arciconfraternita », dans D. BARBALARGA et al., « Repertorio degli archivi », p. 288-289.

72  Sévère n’est pas mentionnée dans les différentes éditions du Martyrologium Romanum publiées entre les XVe et XVIIIe siècles. Baronius, toutefois, en raconte brièvement la vie dans ses Annales (BARONIO, AE, II, p. 666) et Gallonio, s’appuyant sur son autorité, en fait mention parmi les vierges romaines (A. GALLONIO, Historia delle sante vergini romane con varie annotationi e con alcune vite breui de’ santi parenti loro, e de’ gloriosi martiri Papia e Mauro soldati romani, in Roma, presso Ascanio, e Girolamo Donangeli, 1591, p. 33-34). Bolland et Henskens, finalement, l’insèrent dans les Acta sanctorum au 29 janvier (AASS Ianuarii, II, Antuerpiae, apud Ioannem Meursium, 1643, p. 946-947).

73 « Alcuni fratelli della medema compagnia di devoti di santa Severa, il di cui corpo si conserva in detto oratorio s’unirno e contribuirno certa quota di denaro per ciascheduno, con il quale fecero la statua indorata di detta santa, dentro della quale fu collocato il corpo di essa e doppo fecero altre spese per ornare l’altare di detto oratorio con marmi, sotto del quale fu collocato il detto corpo » (Supplique du « priore et altri fratelli del ristretto di santa Severa nell’oratorio di S. Francesco di Paola alli Monti » à la Congrégation de la Visite Apostolique, s.d. [mais après le 30 septembre 1727, date de lecture de la supplique signalée par l’annotation dorsale], dans ASV, CVA, 105. Miscellanea 1700, IX, 19. Visitatio venerabilis archiconfraternitatis S. Francisci de Paula ad Montes. Anno 1731, f. 14r-v e 19r-v). Le ristretto manque toutefois d’un décret d’approbation formelle (Mémoire du cardinal Vaio Maria Vai à la Congrégation de la Visite Apostolique, 12 octobre 1727, ibid., f. 15r-v et 18r-v)

74 Inventario della venerabile archiconfraternita di S. Francesco di Paola, f. 5v.

75 C’est le cardinal protecteur Pietro Ottoboni (1667-1740), par exemple, qui est le donateur de l’unique relique – un fragment de la Sainte Croix – citée dans l’inventaire de la confrérie du Saint-Sacrement de l’église Saint-Nicolas in Carcere (ASV, CVA, 118. Miscellanea 1700, XXII, 8. Inventario della venerabile compagnia del Santissimo Sagramento in S. Nicola in Carcere, f. 4r). Sur le cardinal Ottoboni, secrétaire d’État sous le pontificat de son oncle Alexandre VIII (1689- 1691), gouverneur de plusieurs villes de l’État de l’Église et secrétaire du Saint-Office de 1726 jusqu’à sa mort, voir Ch. WEBER, Legati e governatori dello Stato Pontificio. 1550-1809, Roma, Ministero per i Beni culturali e ambientali/Ufficio centrale per i beni archivistici, 1994, p. 131, 246, 405 et 812.

76 Un fragment du voile de la Vierge est fourni à l’archiconfrérie de Notre-Dame du Carmel par la « baronessa Scarlatti » (ASV, CVA, 124. Miscellanea 1700, XXVIII, 7. Inventario […] della venerabile archiconfraternita della Madonna del Carmine alli Monti, f. 3r).

77 Au milieu du XVIIe siècle, deux reliquaires dont le contenu reste imprécisé sont offerts à la compagnie de la Pietà des Florentins par la « madre Brigida Chellini di S. Silvestro in Capite », moniale clarisse (S. Giovanni de’ Fiorentini e compagnia della Pietà de’ Fiorentini, f. 7v). Celle-ci est la dédicataire de l’édition de l’ouvrage du dramaturge florentin Giacinto Andrea Cicognini L’innocenza calunniata ouero La regina di Portogallo Elisabetta la Santa, publié à Viterbe en 1663 par l’imprimeur Bartolomeo Lupardi (S. FRANCHI, Drammaturgia romana. Repertorio bibliografico cronologico dei testi drammatici pubblicati a Roma e nel Lazio, Secolo XVII. 1280 testi drammatici ricercati e trascritti in schede, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1988, p. 363. Sur la place des religieuses dans le réseau de patronage aristocratique romain à l’époque moderne, voir S. ANDRETTA, « Il governo dell’osservanza : poteri e monache dal Sacco alla fine del Seicento », dans L. FIORANI, A. PROSPERI (dir.), Roma, la città del papa, p. 397-427 et L. FIORANI, « Monache e monasteri romani nell’età del Quietismo », Ricerche per la storia religiosa di Roma, 1, 1977, p. 63-111 ; pour leur rôle dans la vie culturelle et artistique italienne des XVIe et XVIIe siècles, voir G. POMATA, G. ZARRI (dir.), I monasteri femminili come centri di cultura fra Rinascimento e barocco, Atti del Convegno storico internazionale (Bologna, 8-10 dicembre 2000), Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2005.

78 C’est le cas, par exemple de la donation des reliques de saint Triphon à la compagnie du Saint-Sacrement dans l’église Saint-Augustin, Saint-Nicolas et Saint-Triphon, offerte par le confrère Giuliano Cicelli (ASV, CVA, 112. Miscellanea 1700, XVI, 13. Inventario di tutte le robbe, suppellettili et altro della venerabile compagnia del Santissimo Sagramento in SS. Agostino, Nicola e Trifone di Roma secondo la consegna datane alli fratelli proveditori pro tempore della medema compagnia, f. 3v).

79 Sur l’accumulation de reliques par les confréries voir R. RUSCONI, « Confraternite, compagnie e devozioni », p. 498, qui inscrit ce phénomène dans le cadre plus général de la tendance à la multiplication des objets de dévotion, qui caractérise la vie religieuse, des laïcs notamment, à partir du XVIIe siècle ; voir aussi L. FIORANI, « Astrologia, superstizioni e devoti », p. 153-154. Dans le cas du monastère de Montevergine, avec une chronologie très semblable à celle qui concerne les confréries, le patrimoine de reliques commence à augmenter au milieu du XVIIe siècle, pour atteindre son apogée dans les premières décennies du suivant (A. GALDI, « Da sacra pignora a oggetti d’arte : il tesoro di S. Maria di Montevergine », dans S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie, p. 55-64, en part. p. 63-64. Pour des considérations plus générales sur les trésors de reliques, voir : Ph. CORDEZ, « Gestion et médiation » ; P.-A. MARIAUX, « Trésor et reliques, ou l’effet collection », Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, 41, 2010, p. 27-36. Sur l’exemple d’une grande collection à l’époque moderne et son usage politique, voir G. LAZURE, « Posséder le sacré. Monarchie et identité dans la collection de reliques de Philippe II à l’Escorial », dans Ph. BOUTRY, P.-A. FABRE, D. JULIA (dir.), Reliques modernes, I, p. 371-404.

80 « Delle ossa de’ santi martiri Candido e compagni » (ASVR, Arciconfraternita di S. Giuseppe dei falegnami, 305. Notizie particolari sulla confraternita […] (dal 1526 al 1905), fasc. Autentiche delle sacre reliquie [s.d., ma XIX secolo]).

81 Relatio ecclesiae et archiconfraternitatis Sanctorum Ioannis Evangelistae et Petronii Nationis Bononiensis, f. 12r.

82 Les extractions se poursuivent à un rythme très élevé, à tel point que, selon le père Antonio Maria Lupi (Dissertatio et animadversiones ad nuper inventum Severae martyris epitaphium, Panormi, ex typographia Stephani Amato, 1734, p. 4), deux mille corps de martyrs sont extraits du seul cimetière de Calepodius en moins d’un an (A. FERRUA, « Introduzione storica », p. XXXII-XXXIII ; M. GHILARDI, Sanguine tumulus madet, p. 64-65). Les modalités de certification du statut de martyr aux corps extraits par les catacombes, fondées principalement sur la présence de « vases de sang », considérés comme des preuves du martyre, auprès des sépulture, font l’objet d’une querelle érudite dont Papebroch, Mabillon et, ensuite, Muratori sont, entre autres, les protagonistes (sur ce thème on renvoie à G.B. de’ ROSSI, Sulla questione del vaso di sangue ; pour un aperçu bibliographique très riche, voir C.G. CODA, Duemilatrecento corpi di martiri, p. 98- 99n).

83 É. BOZÓKY, « La politique des reliques des premiers comtes de Flandre (fin du IXe – fin du XIe siècle) », dans EAD., A.-M. HELVÉTIUS (dir.), Reliques, p. 271-292, en part. p. 279 ; C. MERCURI, « S. Lorenzo in Palatio a Roma e la Sainte Chapelle a Parigi : due depositi di reliquie a confronto », dans S. BOESCH GAJANO (dir.), La tesaurizzazione delle reliquie, p. 65- 72 ; G. LAZURE, « Posséder le sacré », p. 376-383.

84 R. AGO, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, 2006.

85 M. GHILARDI, Sanguine tumulus madet, p. 58-59.

86 Sur ce personnage, voir supra, p. 168 et note 45.

87 « A conto di queste [reliques], e per la qualità, e per il numero, maggiore senza fallo di quello che sia in qualunque altra chiesa del mondo, deve più tosto dirsi un vero santuario che una privata cappella » (BNCR, FG, ms. 98, Vita del cardinale don Camillo Cybo da lui stesso descritta [= Vita del cardinale], IV, f. 198r).

88 « Più di trentadue corpi de santi martiri cavati da’ cemeterj, tutti col proprio nome, tre de quali sono vestiti, come fossero ancora in carne ; diversi ne’ sono ne’ due gradini dell’altare et parte ne rimangono da essere collocati in alcuni reliquiarii che medito di fare quando piacerà al Signore di darmene il modo » (Vita del cardinale, IV, f. 200v). Sur le trésor de reliques et leur conservation, voir maintenant A. BRODINI, « Il cardinale e il suo thesaurus. Camillo Cybo, Gaetano Fabrizi e la cappella delle reliquie nella basilica di Santa Maria degli Angeli in Roma », Marburger Jahrbuch für Kunstwissenschaft, 40, 2013, pp. 149-189.

89 Pensons, par exemple, aux deux boîtes de corps de saints martyrs extraits des catacombes romaines que réunit entre 1656 et 1662 le cardinal Flavio Chigi (M. GHILARDI, Sanguine tumulus madet, p. 57-58).

90 Vita del cardinale, IV, f. 201r.

91 « Cardinale Vincenzo Maria Orsini, poi Benedetto XIII, quando era arcivescovo di Benevento », (Vita del cardinale, IV, f. 200v). Sur Benoît XIII (1649-1730), voir G. DE CARO, « Benedetto XIII », dans EP, III, p. 429-439.

92 « Un’ampolla col […] grasso […] di santa Margarita da Cortona, il cui corpo si conserva intiero » (Vita del cardinale, IV, f. 200v-201r). Violante-Béatrice de Bavière (1673-1731), fille de l’électeur Ferdinand-Marie de Bavière, épouse en 1689 Ferdinand de Médicis, prince de Florence, grand-duc héritier de Toscane. Veuve en 1713, elle devient en 1717 gouverneur de Sienne, charge qu’elle conserve jusqu’à sa mort (R. BIANCHI BANDINELLI, « Siena e la principessa Violante nel tramonto dei Medici », dans ID. [éd.], Veridico ragguaglio della Solenne Entrata fatta in Siena dalla Reale Altezza della Ser.ma Gran Principessa di Toscana Violante di Baviera Sua Governatrice li 12 Aprile 1717. E Feste susseguentemente celebrate, Descritto da Giuseppe M.a Torrenti, nell’Accademia de’ Rozzi detto lo Scelto, Roma, Edizioni dell’elefante, 1973, p. VII-XXXIV ; G. CALVI, « Gli spazi del potere. Violante Beatrice di Baviera », dans EAD., R. SPINELLI [dir.], Le donne Medici nel sistema delle corti XVI-XVIII secolo, Atti del Convegno internazionale [Firenze-San Domenico di Fiesole, 6-8 ottobre 2005], Firenze, Polistampa, 2008, p. 433-451).

93 « Coll’opportuna autentica da monsignor Crispi arcivescovo di Ravenna, in occasione di avergli io fatto parte di molte altre di quelle che sono appresso di me » (Vita del cardinale, IV, f. 200r). Sur Girolamo Crispi (1667-1746), archévêque de Ravenne – entre 1721 et 1727 – et puis de Ferrare – de 1743 jusqu’à sa mort –, voir : G. MANINI FERRANTI, Compendio di storia sacra e politica di Ferrara […], V. Che comprende la storia dall’Anno 1717 dell Era Cristiana sino all’Anno 1808, Ferrara, pe’ Socj Bianchi e Negri Stamp., 1809, p. 81-88 ; A. TARLAZZI, Memorie sacre di Ravenna […] in continuazione di quelle pubblicate dal canonico Girolamo Fabri, Ravenna, nella Tip. del ven. Seminario arciv., 1852, p. 536-544 ; R. RITZLER, P. SEFRIN, Hierarchia Catholica Medii et Recentioris Aevi (= HC), V. A pontificatu Clementis pp. IX. (1667) usque ad pontificatum Benedicti pp. XIII (1730), Patavii, typis Librariae “Il Messaggero di S. Antonio”, 1952, p. 329 et IID., HC, VI. A pontificatu Clementis pp. XII (1730) usque ad pontificatum Pii pp. VI (1799), Patavii, typis et sumptibus domus editorialis “Il Messaggero di S. Antonio”, 1958, p. 75 et 215.

94 Dans deux cas, ayant fourni à l’église en question un nouveau reliquaire à la place du vieux, jugé – par lui-même ! – « indécent », il obtient en échange un fragment de la relique (Vita del cardinale, IV, f. 198v-199r).

95 « Queste singolarissime grazie riportate da me, delle quali mi riconosco affatto indegno, potrebbero farli novare la verificazione del mio nome di Camillo con quello a cui applicavasi nel tempo de’ gentili la proprietà dello stesso nome, giacché allora il nome di “camillo” era nome di officio, mentre “camilli” si chiamavano i custodi delli dèi, sembrando ora che per eccesso di Sua infinita clemenza abbia voluto il Cielo destinarmi alla cura delli veri dèi, che sono appunto i santi, avendosi nel salmo in proposito di questi “Ego dixi dii estis” » (Vita del cardinale, IV, f. 201r).

96 « Arricchire la chiesa dell’archiconfraternita di parte delle più venerabili e sante reliquie che presso di me si ritrovano colla mira di farla divenire in questo modo un vero santuario e conciliarli una devozione e frequenza singolare della città » (Descrizione, f. 12r).

97 « E siccome tra le altre reliquie donai anche il corpo di san Clemente martire, composto insieme in tutte le sue parti e riccamente vestito entro a nobile cassa affine di collocarlo sotto l’altare maggiore, così il dopo pranzo di detto giorno [29 settembre] ne volli fare la solenne traslazione, quale seguì col concorso di numerosissimo popolo spettatore della processione fatta con tutto lo splendore e magnificenza, nella quale servì per regolarla la più cospicua prelatura di Roma vestita col sacco della compagnia negl’impieghi di mazzieri, capoprocessionieri e simili, in fine della quale si portò il santo corpo dentro la sua cassa accomodata sopra un ricco talamo portato da quattro diaconi, quali erano parati con tonicelle di color rosso, dopo del quale andai io in abito pontificale. Ritornata in chiesa la processione si cantò il solenne Te Deum con scielta [sic] musica et ogni sorte d’istromenti al rimbombo di numeroso sparo di mortaletti, quale terminato si collocò il santo deposito sotto l’altare alla presenza de testimonj e colle altre formalità dovute » (Descrizione, f. 13r-v).

98 « Extractum […] ex coemeterio Ciriacae » (Esemplare dell’autentica fatta da me alle sante reliquie che donai all’archiconfraternita de’ SS. Angeli Custodi, dans Descrizione, f. 107r). Pour le cimetière de Cyriaque, mieux connu comme cimetière de saint Laurent, voir P. TESTINI, Archeologia cristiana. Nozioni generali dalle origini alla fine del sec. VI. Propedeutica, topografia cimiteriale, epigrafia, edifici di culto, 2e éd., Bari, Edipuglia, 1980, p. 240-241. Sur le cardinal Alderano, voir E. STUMPO, « Cybo, Alderano », dans DBI, 25, p. 227-232.

99 Ces données sont tirées de la liste rédigée par Camillo Cybo et insérée dans l’authentique qui accompagnait les reliques, daté du 27 septembre 1721 (Esemplare dell’autentica).

100 « Ex fascis Domini nostri Iesu Christi ; ex lapidibus praesepis in quo natus fuit idem Dominus noster Iesus Christus ; particulas ligni s. Crucis Domini nostri Iesu Christi ; de velo quo in cruce copertus fuit Dominus noster Iesus Christus suo pretioso sanguine imbuto ; de sudario Domini nostri Iesu Christi ; ex virgis quibus fuit caesus ; ex petra in qua Suum sanctissimum corpus post mortem fuit perunctum » (Esemplare dell’autentica).

101 « De subucula » (Esemplare dell’autentica).

102 F. BAUMANN, A. CARDINALI, « Luigi Gonzaga, santo », dans BSS, VIII, col. 348-357. Sul personaggio si veda pure S. GIORDANO, « Luigi (Aluigi) Gonzaga, santo », dans DBI, 66, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 2006, p. 499-502

103 Sur les caractères spécifiques de la liste en tant que forme textuelle, voir U. ECO, Vertigine della lista, Milano, Bompiani, 2009.

104 Sur cette confrérie voir infra, ch. V.

105 « Desiderando noi […] che la reliquia di san Valeriano martire da noi donata alle Sacre Stimmate per il giorno della sua festa sia esposta, ci dichiaramo per non dare incommodo all’archiconfraternità delle Sacre Stimmate voler dare viventi noi doi scudi l’anno per far celebrare detta festa, ciò è che li fratelli siano obligati a far cantare una messa e che la messa sia aiutata a cantare da’ detti fratelli e non in musica e il resto farne celebrare tante messe private e così piaccia al signor Iddio in vita e in morte, sicome è il nostro desiderio » (Mémoire des frères Francesco et Nicolò Ronconi à l’archiconfrérie des Sacrés Stigmates, 7 novembre 1662, dans ASVR, Fondo reliquie [= FRe], 100. Autentiche di sante reliquie (1659-1710), XXIII. Autentica n° 3 del sangue di san Pio V, de’ santi Giovanni, Matteo, Marco e Luca apostoli et evangelisti). En l’absence des coordonnées hagiographiques concernant ce saint, il est très difficile de l’identifier de manière certaine ; sa présence dans le contexte romain du culte et des reliques, nous suggère la possible identification avec le martyr Valérien, époux de sainte Cécile, martyrisé avec son frère Tiburce en 229 (AASS Aprilis, II, Antuerpiæ, apud Michaelem Cnobarum, 1675, p. 203-211).

106 Parmi les reliques « franciscaines », il y a des fragments du « scapolare del nostro padre san Francesco donato dal fratello Antonio Carlier li 19 febraro 1719 », certaines « reliquie di sant’Antonio in un piccolo reliquiario d’argento dato dal fratello Paolo Maria marchese Maccarani l’anno 1729 » et un morceau « del celizio di san Francesco lasciato per legato dal fratello Giuseppe Pietro Fiorelli con l’attestato del padre Francesco Maria Galluzzi gesuita ». Cette dernière donation peut être datée du premier tiers du XVIIIe siècle grâce à la mention du père Galluzzi (1671-1731), hagiographe très prolifique, revenu à Rome après sa profession en 1705 et, dès 1706, principal animateur de l’Oratoire de Caravita (G.B. MEMMI, Vita del padre Francesco Maria Galluzzi della Compagnia di Gesù […], in Roma, nella Stamperia di Antonio de’ Rossi, 1734 ; M. ZANFEDRINI, « Galluzzi, Francesco Maria », dans CH.E. O’ NEILL S.I. y J.M. DOMINGUEZ S.I. (dir.), Diccionario histórico de la Compañía de Jesus. Biografico-tematico, Roma-Madrid, Institutum historicum S. I.-Universidad Pontificia Comillas, 2001, II, p. 1561 ; M. BELARDINI, « Galluzzi, Francesco Maria », dans DBI, 51, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1998), p. 763-764. Pour le reste, il s’agit presque totalement de reliques christiques, mariales et martyriales (ASVR, FRe, 102. Miscellanea 1700-1892, 19. Privilegi ed elenco delle Sacre Reliquie. Senza data precisa [1685]) ; font exception les restes de praecordiis de saint Philippe Néri (ASVR, FRe, 101. Autentiche delle reliquie (1710-1891), XXXIV/1748. Autentica de’ precordi di san Filippo Neri), les « particulas cerebri et sanguinis concreti, necnon cranii beati Iosephi Calasantii », offertes par le préposé général des scolopes Giuseppe Agostino Delbecchi le 12 septembre 1749 (ASVR, FRe, 101. Autentiche delle reliquie (1710-1891), XXIV/1749. Autentica della reliquia del beato Giuseppe Calasantio) et les « particulas ex sacris ossibus beatae Hyacinthae de Marescottis, ex velo quo eadem beata dum viveret utebatur et ex spinea corona ac ex cordulis flagelli sanguine aspersis quibus dicta beata proprium corpus affligebat », donnée par la compagnie des Cinq Plaies de Viterbe à son arrivée à Rome à l’occasion du jubilé de 1750 (ASVR, FRe, 101. Autentiche delle reliquie (1710-1891), XXXV/1750. Autentica della reliquia della beata Giacinta Marescotti dalla compagnia di Viterbo nell’anno santo 1750).

107 « Donare alla nostra archiconfraternita alcune reliquie che si conservano in due suoi armarii » (ASVR, ASS, 56. […] Libro delle risoluzioni e decreti fatti dalle congregazioni segrete e generali delle venerabile archiconfraternita delle Sagre Stimmate del serafico padre san Francesco dalli 6 ottobre 1754 a tutto il dì 7 ottobre 1757 […], c. 104).

108 « Corpo intiero di san Donato martire estratto dal cimitero di Calepodio » (Privilegi ed elenco delle Sacre Reliquie, f. 7r).

109 A. NESTORI, « La catacomba di Calepodio al III miglio dell’Aurelia vetus e i sepolcri dei papi Callisto I e Giulio I », Rivista di Archeologia Cristiana, 47, 1971, p. 169-278 et 48, 1972, p. 193- 233.

110 ASVR, FRe, 100. Autentiche di sante reliquie (1659-1710) et 101. Autentiche di sante reliquie (1710-1891).

111 Respectivement « della cunna di nostro Signore ; del fieno del Presepio di nostro Signore ; delle fascie dell’infanzia di nostro Signore ; della pietra del sepolcro di nostro Signore ; della veste inconsutile di nostro Signore ; della veste purpurea di nostro Signore ; degli altri vestimenti di nostro Signore » et « delli capelli, delle vesti [e] del seppolcro della santissima Vergine » (Privilegi ed elenco delle Sacre Reliquie, f. 7r).

112 G. JANSEN, « Gorcum, Martiri di », dans BSS, VII, col. 111-112 ; H. de VALK, « History canonized : the Martyrs of Gorcum between Dutch nationalism and Roman universalism (1864- 1868) », dans J. LEEMANS (dir.), More than a memory : the discourse of martyrdom and the construction of Christian identity in the history of Christianity, Leuven, Peeters, 2005, p. 373-393.

113 Sur les questions liées à la sainteté papale, on renvoie encore à RUSCONI, Santo Padre.

114 On peut signaler, entre autres, d’autres fragments « ex ligno Sanctissimae Crucis Domini nostri Iesu Christi » (ASVR, FRe, 101. Autentiche di sante reliquie (1710-1891), XIII. Autentica del legno della Santissima Croce).

Table des illustrations

Légende Graphique 13 – Les reliques des confréries : classification par grandes catégories (années 1620)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Graphique 14 – Les reliques des saints : classification par époque (année 1620)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Graphique 15 – Les reliques des confréries : classification par grandes catégories (années 1720)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Graphique 16 – Les reliques des saints : classification par époque (années 1720)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Graphique 17 – Comparaison des patrimoines de reliques : les saints par époque dans les années 1620 et 1720
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Graphique 18 – Les reliques des saints : la place des réguliers (années 1720)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Graphique 19 – Reliques Cybo/Anges Gardiens : les saints par époque
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Graphique 20 – Reliques Cybo/Anges Gardiens : la place des réguliers
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Graphique 21 – Reliques Coppetelli/Stigmates : les saints par époque
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Graphique 22 – Reliques Coppetelli/Stigmates : la place des réguliers
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/7649/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search