Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

Introduction

Texte intégral

1Rome, jeudi 4 février 2016, neuf heures du matin. Une foule considérable attend patiemment, en file le long du mur du cimetière du Verano, d’entrer sur la place de l’église Saint-Laurent ; les policiers qui ont été envoyés pour garantir l’ordre public permettent de temps en temps à de petits groupes de franchir la barrière qu’on a installée, d’entrer sur la place et, finalement, après un rapide contrôle au détecteur de métal, de franchir les si désirées portes de l’église. Il fait froid et il y a beaucoup de vent, mais pour quelques dizaines de personnes qui se découragent, des centaines d’autres arrivent et s’ajoutent à la foule qui attend, de plus en plus désordonnée et frémissante. Mais qu’attendent-ils donc ?

  • 1 P.J. MARGRY, « Merchandising and Sanctity : the Invasive Cult of Padre Pio », Journal of Modern Ita (...)
  • 2 S. LUZZATTO, Padre Pio. Miracoli e politica nell’Italia del Novecento, Torino, Einaudi, 2007.

2La quasi-totalité des fidèles réunis ici – il y a beaucoup de Romains, mais aussi un grand nombre de pèlerins, italiens et étrangers – sont venus pour vénérer le père capucin stigmatisé Pio de Pietrelcina (1887-1968), assurément le saint italien le plus célèbre du XXe siècle et véritable icône d’une certaine « religion du miracle » toujours en vogue1. Objet d’une propagande hagiographique continue des médias – italiens en particulier –, il fut considéré comme un saint par ses dévots, toujours plus nombreux, dès les années 1920, mais sa sainteté n’a été reconnue par l’Église de Rome que récemment – sa béatification date de 1999, tandis que sa canonisation a été proclamée en 2002 –, en raison de la véritable méfiance que lui réservèrent durant plusieurs décennies les autorités vaticanes, Saint-Office en tête2. Partout, on entend parler de lui, de sa vie et de ses nombreux miracles, dont l’un ou l’autre des dévots assure avoir bénéficié directement.

3Chaque fois qu’un nouveau bataillon de fidèles entre dans l’église, une partie d’eux réagit avec stupeur : deux corps saints, revêtus du même habit capucin, sont exposés à la vénération publique. Dans les premiers jours de la période où les deux corps ont été exposés à Rome – du 3 au 10 février, à Saint-Laurent, puis dans l’église Saint-Sauveur in Lauro et, finalement, dans la basilique Saint-Pierre –, la même scène involontairement comique, mais très révélatrice, se répète plusieurs fois.

  • 3 Je n’ai pas repéré d’études scientifiques sur cette figure ; parmi les hagiographies, on signale ce (...)

4 L’« autre », dont plus d’un n’attend même pas la présence, mais qui est aussi totalement inconnu de la plupart du public, est le père Leopoldo Mandić (1866-1942), un capucin d’origine croate qui, de 1909 à sa mort, a vécu presque en permanence à Padoue, où il fut beaucoup aimé et où il est encore très vénéré3. Le pape François l’a choisi, avec saint Pio, comme modèle du confesseur pour célébrer le Jubilé de la Miséricorde, en raison de ses qualités exceptionnelles dans la direction spirituelle des fidèles ; pourtant, la majorité des fidèles ignore totalement ce saint et réagit parfois avec ironie en commentant sa présence à côté de son confrère plus célèbre.

5Il s’agit d’un personnage peu connu donc, mais pas d’un saint sans dévots. Parmi ces foules de fidèles du Padre Pio, il y a parfois des personnes qui, individuellement ou en groupe, se sont rendues ici en raison de leur dévotion spécifique à saint Leopoldo et qui sont très heureuses de raconter l’histoire de celui-ci aux voisins qui ne le connaissent pas. Ces fidèles viennent surtout de Padoue, qui fut la ville d’élection du capucin croate, mais aussi d’autres villes et villages de la Vénétie, parfois du Frioul ; quelques-uns sont ici en pèlerinage, profitant de l’occasion à la fois pour suivre leur protecteur et pour visiter la ville du pape. D’autres habitent Rome, parfois depuis longtemps, et profitent de cette ostension des reliques pour donner un nouveau témoignage de leur dévotion. Les uns et les autres affirment leur identité particulière, comme une petite minorité fière de sa propre spécificité : ils sont la « famille » des dévots du saint.

  • 4 Voir les articles réunis dans le volume T. CALIÒ, R. RUSCONI (dir.), Le devozioni nella società di (...)

6Même à l’époque du « marché global des cultes », créé et nourri par les médias modernes4, les dévotions occupent bien évidemment une place centrale dans la pratique religieuse quotidienne des catholiques, et sont souvent accompagnées de l’attente de manifestations surnaturelles. Tout en représentant un lien entre les fidèles, elles sont aussi un élément, sinon de division, du moins de distinction pour des groupes et des individus par rapport au corps de l’Église.

  • 5 On peut également évoquer la célèbre définition de « famille artificielle », proposée par G. LE BRA (...)

7Dans la société catholique de l’Ancien Régime, de l’époque des Réformes jusqu’à la fin du XVIIIe siècle – période caractérisée par des rythmes, des vecteurs et des mécanismes de diffusion des dévotions différents, mais aussi par une tendance très évidente à l’augmentation et à la différenciation des objets dévotionnels –, cette dynamique d’union/distinction, à la fois sociale et religieuse, basée sur les attentes dévotionnelles des fidèles est encore plus évidente. En tant que « familles d’élection » par excellence5, fondées sur le principe de l’enrôlement volontaire, les confréries représentent dans cette perspective un observatoire privilégié.

  • 6 Pour des essais de bilan sur la longue tradition d’études sur les confréries, italiennes et françai (...)
  • 7 Dans une ample bibliographie, on se borne à signaler quelques études parmi les plus importantes, fo (...)
  • 8 B. DOMPNIER, « Introduction. Les dévotions aussi ont une histoire », dans ID. (dir.), La circulatio (...)

8Étudiées depuis plusieurs décennies sous des angles différents, en privilégiant au niveau de la périodisation – en Italie notamment – surtout le Moyen Âge et la Renaissance6, les compagnies laïques font désormais de plus en plus l’objet de recherches qui insistent principalement sur leur dimension proprement religieuse, en soulignant leur place dans les évolutions de l’approche du sacré dans le catholicisme de l’époque moderne. Depuis les années 1990, en particulier, elles font désormais partie des outils d’investigation des chercheurs, qui s’emploient à évaluer leur place dans le processus de « disciplinarisation » et de formation religieuse des fidèles catholiques de l’époque post-tridentine7, mais aussi à explorer l’histoire longtemps négligée des formes concrètes de la vie religieuse des croyants d’autrefois, en les utilisant comme une voie d’approche des pratiques cultuelles et des objets de la piété8.

  • 9 B. DOMPNIER, « Les confréries françaises agrégées à l’archiconfrérie du Gonfalon. Recherche sur une (...)
  • 10 M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, « Dévotions et confréries aux XVIIe et XVIIIe siècles d’après les sources (...)

9Les titulatures des confréries, en particulier, étudiées à partir de sources romaines, telles les listes des confréries agrégées aux archiconfréries romaines9 ou les registres des brefs d’indulgences, ont été choisies par les chercheurs en tant qu’indicateurs de la diffusion de dévotions – nouvelles ou traditionnelles – dans des territoires plus ou moins étendus ou pour réaliser une sorte de cartographie de toutes les formes dévotionnelles répandues dans une région déterminée10.

10 Bien qu’importantes pour définir les éléments fondamentaux de l’« identité » d’une compagnie par rapport aux autres institutions, civiles et religieuses, d’une ville ou d’un diocèse, les titulatures présentent toutefois, comme indicateurs de la dévotion des laïcs, des limites évidentes. Tout en fournissant des informations fondamentales sur la dévotion principale – ou les dévotions principales – des sodalités, elles ne peuvent pas restituer dans son ensemble l’offre dévotionnelle souvent complexe que ces dernières étaient à même de fournir à leurs membres et, plus généralement, aux fidèles qui participaient à leurs initiatives pieuses publiques. Comme dans le cas du sanctoral d’un diocèse ou d’un ordre religieux, ce sont en effet les dévotions secondaires qui définissent les spécificités d’une confrérie et, de manière plus générale, du milieu confraternel d’un territoire, en témoignant de l’évolution des influences et des préférences cultuelles au fil du temps, tout comme du rôle de véritables agents de la diffusion des dévotions joué souvent par les confréries elles-mêmes.

11Pour être menée à bien, une étude qui vise à une analyse plus fine des dévotions des confréries nécessite donc un élargissement de l’éventail des indicateurs considérés, mais aussi une limitation de l’espace géographique étudié, afin de mieux maîtriser l’ensemble des enjeux des options cultuelles.

12Dans le cadre de cette étude, cet espace a été réduit à la dimension urbaine et axé sur la ville de Rome, afin d’analyser les habitudes dévotionnelles des milieux dévots romains et de mettre en lumière leurs caractères spécifiques, en quête de ce qu’on pourrait définir comme la dimension religieuse « particulière » – « locale », pourrait-on dire – d’une ville dont la vocation « universelle », en raison du rôle spirituel de son souverain temporel, est normalement considérée comme son attribut principal. Relancée, à l’initiative des pontifes, en tant que capitale d’un catholicisme dont l’action se développe de plus en plus à une échelle globale et en tant que modèle d’une orthopraxie liturgique et dévotionnelle, Rome est assurément le symbole d’une Église renouvelée et renforcée. Mais elle demeure aussi une ville « réelle » dans laquelle diverses tendances cultuelles se croisent et se juxtaposent au fil du temps sur le terrain de la pratique quotidienne, comme les tesselles d’une mosaïque tout à fait particulière qui, ne correspondant que très partiellement à l’image ordonnée et disciplinarisée dessinée par les projets des papes réformateurs, est plutôt le fruit – comme dans les autres centres urbains – d’un enchevêtrement d’acteurs, de pouvoirs, de représentations et de pratiques qui caractérise son univers propre, à la fois social, politique et religieux.

13L’Urbs de la Contre-Réforme et de l’âge baroque est donc une ville où le langage des dévotions représente une forme de communication universelle, par lequel il est possible d’exprimer des exigences diverses, complémentaires ou divergentes. En réaction aux critiques des Églises réformées, le culte eucharistique, ainsi que celui des saints – des martyrs de l’antiquité aux nouveaux saints symbolisant le renouveau catholique – et de la Vierge, sont réaffirmés et promus par le pouvoir central à la fois comme pierres angulaires d’une orthopraxie religieuse et comme étendards de l’identité confessionnelle « romaine » dans un climat inédit de combat. Mais Rome est aussi le réceptacle de nombreuses dévotions nées ailleurs, pour lesquelles les promoteurs – ordres religieux et Églises locales en tête – souhaitent obtenir, par le biais d’un dialogue constant avec les institutions romaines, une légitimation, formelle ou informelle, capable de soutenir et de favoriser leur circulation parmi les fidèles du vieux et du nouveau monde. Un processus auquel concourt le réseau confraternel de la ville.

  • 11 L. FIORANI, « Discussioni e ricerche sulle confraternite romane negli ultimi cento anni », dans ID. (...)
  • 12 Sur l’ensemble de ces travaux, très nombreux, nous renvoyons à la bibliographie finale.

14Jusqu’à aujourd’hui, les confréries romaines n’avaient jamais fait l’objet d’une étude spécifique centrée sur leur fonction de véhicules et d’agents de la diffusion des nouveaux cultes dans la vie religieuse de la ville, bien que dès la fin du XIXe siècle11 une quantité extraordinaire de livres et d’articles ait été consacrée aux compagnies laïques de Rome. Il s’agit souvent de publications de vulgarisation, aux finalités parfois apologétiques, mais aussi d’une vaste production scientifique de grande qualité, qui a approché le phénomène surtout dans une perspective d’histoire de la spiritualité, d’histoire sociale et d’histoire de la charité et de l’assistance. Les études d’Anna Esposito – pour le Moyen Âge tardif et jusqu’au début du XVIe siècle – et les travaux conduits par Luigi Fiorani et le groupe de chercheurs qu’il avait réuni durant les années 1980 – pour le XVIe siècle notamment – nous ont offert par exemple une représentation très suggestive et convaincante de ce monde de la sociabilité laïque romaine, avec ses petits et grands personnages, ses petites et grandes histoires12. Nos connaissances sur les siècles suivants de l’époque moderne restaient en revanche beaucoup plus floues, et ce travail vise aussi à combler cette lacune.

15 Le premier chapitre brosse plus particulièrement un tableau de la présence confraternelle dans la ville, en s’attachant à une présentation des fondations qui virent le jour entre la seconde moitié du XIIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, dans une double optique. D’une part, nous essayons de mettre en relation les variations du rythme des nouvelles fondations à la fois avec les évolutions démographiques de la ville entre XVe et XVIIIe siècle et avec les différentes phases de la vie religieuse romaine ; d’autre part, dans une perspective plus proprement qualitative, l’analyse vise à repérer l’évolution des modèles associatifs et des typologies de confréries au fil du temps, avec une attention particulière pour la période de véritable floraison des associations laïques, c’est-à-dire la seconde moitié du XVIe siècle.

16En conclusion de cette double analyse, un dernier développement est dédié à l’examen de deux aspects qui constituent peut-être les caractères les plus particuliers du mouvement confraternel d’une ville telle que Rome, à la fois aussi l’un des théâtres de la politique européenne et le siège de l’Église universelle : la présence d’associations « nationales » qui, fondées surtout entre XVe et XVIe siècle, réunissent, sur une base territoriale, les étrangers installés dans la ville, en leur donnant la possibilité de maintenir un lien étroit – social, culturel, dévotionnel – avec la patrie d’origine ; le système des archiconfréries, qui, à travers la pratique de l’agrégation et les réseaux de confréries affiliées aux sodalités « mères » romaines, renforce le rôle de centre et de modèle pour le monde catholique exercé par la ville du pape, surtout après le concile de Trente.

17La partie centrale de cette recherche, toutefois, est née surtout de la détermination à étudier la vie religieuse des confréries en dépassant les approches les plus traditionnelles de l’historiographie italienne par la mise à profit des récentes acquisitions de chantiers portant sur différents domaines de la recherche. Il y avait, par exemple, la nécessité d’élargir l’angle de vue offert par la production toujours croissante de l’historiographie confraternelle en recourant aux suggestions à la fois méthodologiques et interprétatives fournies par les études sur les cultes, la sainteté et l’hagiographie, ainsi qu’à celles du nouveau chantier de l’histoire des dévotions, ce qui nous a conduit à analyser la vie dévote des sodalités romaines à la lumière des dynamiques de promotion cultuelle, de plus en plus ambitieuses et dominées, à l’époque post-tridentine, par le rapport dialectique entre « l’universel » et « le particulier ». De la même façon, les études sur les réseaux de sociabilité de la ville et sur le fonctionnement de la curie romaine nous ont apporté les outils les plus adaptés pour considérer les associations pieuses laïques dans le contexte du système complexe de rapports qu’elles entretenaient avec le tissu social de la ville et, en particulier, ses élites laïques et ecclésiastiques. Les manifestations publiques de la piété des confréries, telles que, par exemple, les processions et les pèlerinages, ont été analysées de manière plus fine à la lumière des études des dernières décennies consacrées aux langages et aux sémantiques des rites et des cérémonies publiques.

18 À partir de ces suggestions historiographiques, qui nous invitaient à une démarche interprétative renouvelée sur le thème des cultes et des dévotions du monde de la Réforme catholique, de nouveaux questionnements se sont imposés. Tout d’abord, quel était le rapport entre le panorama des cultes des confréries romaines des XVIe et XVIIe siècles et l’importance toujours croissante du thème des origines chrétiennes dans l’érudition ecclésiastique – un processus qui conduisit presque à la même époque à la définition d’un premier statut disciplinaire de l’archéologie chrétienne ? Les travaux d’érudits comme César Baronius, ses collaborateurs et ses émules, en s’inscrivant dans une stratégie précise qui fait de l’histoire chrétienne un rempart essentiel pour la primauté vacillante du siège de saint Pierre au temps des controverses confessionnelles, avaient promu une valorisation du culte des saints des catacombes romaines qui pouvait plus ou moins influencer la vie pieuse des confréries.

19De même, dans quelle mesure la vie dévotionnelle des associations laïques est-elle sensible aux dynamiques liées aux procès de canonisation des nouveaux saints ? Après l’entrée en vigueur des nouvelles procédures de canonisation qui, imposées par la réforme urbanienne notamment, en renforçaient la centralisation, l’Urbs – la ville des Congrégations (Saint-Office, Congrégation des Rites, etc.) – représente de plus en plus le théâtre dans lequel une multiplicité d’acteurs intéressés à obtenir la reconnaissance de la sainteté d’un serviteur de Dieu mettent en place des stratégies de « pression » très variées. Dans ces stratégies, les puissantes archiconfréries romaines pouvaient elles aussi jouer un rôle fondamental.

20Pour essayer de répondre à ces questions, comme on l’a déjà évoqué, il fallait prendre en considération, à côté des titulatures – qui restaient fondamentales – d’autres indicateurs capables d’éclairer de manière aussi complète que possible les options dévotionnelles des milieux confraternels romains. À cette fin ont été choisis trois objets d’enquête, présentant un caractère décroissant de formalité : les dédicaces des autels des églises, des chapelles et des autels des confréries, tout d’abord, auxquelles est dédié le deuxième chapitre, puis les images objets de vénération dans les espaces confraternels (ch. III) et enfin les reliques possédées par ces associations (ch. IV).

  • 13 Sur les sources concernant spécifiquement les confréries romaines, qui s’ajoutent aux archives des (...)

21Étant donné l’immense éventail de sources disponibles, il était indispensable de définir un parcours de recherche qui, tout en répondant aux exigences des questions envisagées, fût aussi capable de protéger le chercheur du risque très élevé de se noyer dans une véritable et menaçante mer de papier13. Si pour les titulatures on a décidé d’utiliser les répertoires déjà existants sur les compagnies de la ville, pour les autres indicateurs et les autres niveaux de l’analyse il a fallu repérer des sources à même de nous fournir des tableaux globaux permettant, par la comparaison de tranches chronologiques diverses, la recherche des éléments de continuité et d’innovation.

  • 14 La visite apostolique du pape Barberini est l’une des mieux documentées. Les réflexions développées (...)
  • 15 Pour l’usage de ces sources dans l’étude des confréries voir les articles qui composent le volume M (...)

22Alors que, pour le XVIIe siècle, nous avions la chance de pouvoir exploiter la source d’une grande richesse qu’est la visite du pape Barberini de 1624-162814, l’absence d’une véritable série de visites apostoliques comparable aux séries des visites pastorales – si importantes pour écrire l’histoire de certains diocèses15 – imposait de trouver une source, alternative, mais comparable, capable d’aider à éclairer la situation du XVIIIe siècle.

  • 16 Pour un tour d’horizon sur le concile et ses décrets, voir L. FIORANI, Il concilio romano ; sur les (...)
  • 17 « Qualsiasi Provincia, e Diocesi dell’Italia, e sue Isole adiacenti » (Metodo per la compilazione d (...)
  • 18 Concilium Romanum, p. 38.
  • 19 « Le cose mobili, e sagre, e non sagre » (Metodo, p. 183-185, en part. p. 183).
  • 20 Les inventaires déjà cités (voir supra, ch. I, § 2.4., note 58) ont été utilisés par Maura Piccialu (...)

23Nous nous sommes donc tourné vers les inventaires rédigés par les officiers des confréries et envoyés à la congrégation de la Visite apostolique à partir de 1726, conformément aux décrets du concile romain de 1725 organisé par Benoît XIII (1724-1730)16. La décision du concile, qui s’appliquait aux institutions ecclésiastiques et aux pieux établissements de « toute province et diocèse de l’Italie et de ses îles adjacentes »17, visait notamment au contrôle de l’administration financière des instituts, « ut sacrilegis ab usurpatorum manibus vindicentur »18, et appelait donc une relation très précise concernant leurs biens meubles et immeubles, leurs rentes et leurs dettes. Mais les paragraphes III-VIII du Metodo per la compilazione degl’Inventarj, adressé aux institutions concernées comme guide pour la rédaction des inventaires, imposent aussi de fournir – ce qui nous intéresse particulièrement – des renseignements sur les origines du pieux établissement, sur l’état matériel de l’église, de ses chapelles et ses autels, tout comme sur les « choses meubles, sacrées et non sacrées » qui se trouvaient dans l’église et dans les bâtiments annexes19. Même si ces inventaires – une centaine – ne nous permettent pas d’effectuer un recensement de tous les autels des confréries, ils forment toutefois un corpus exceptionnel20, qui représente un échantillon nourri sur la situation du XVIIIe siècle et qu’on peut donc utiliser pour établir une comparaison avec le siècle précédent, au moins sur le plan statistique.

24 Au niveau de la chronologie, les deux points d’observation principaux choisis – les années 1620 et 1720 – et les perspectives ouvertes par la documentation supplémentaire et par l’ample production scientifique déjà évoquée nous ont donc permis d’éclairer un arc temporel assez long, qui va du milieu du XVIe siècle à la seconde moitié du XVIIIe. Idéalement, on pourrait délimiter la période concernée par cette étude par deux dates emblématiques : d’un côté, 1548, année de fondation de l’archiconfrérie de la Trinité des Pèlerins, qui représente l’un des symboles les plus importants du nouveau modèle associatif « assistantiel », typique de la phase la plus dynamique de la Réforme catholique ; de l’autre côté, l’année sainte 1750, à l’occasion de laquelle fut créée l’archiconfrérie des Amants de Jésus et Marie au Calvaire, qui constitua peut-être la dernière fondation importante dans l’histoire du mouvement confraternel romain et l’une des dernières tentatives pour revitaliser, selon les schémas traditionnels de la sociabilité religieuse de l’Ancien Régime, l’engagement des laïcs dans la vie de piété. C’est précisément dans ce laps de temps que s’inscrivent presque entièrement les grandes phases de l’évolution des compagnies romaines, depuis la véritable floraison tridentine jusqu’aux prodromes de leur progressif et inéluctable déclin.

25Les dynamiques sociales et religieuses, qui sont à l’origine des phénomènes évoqués, demeuraient finalement un peu à l’écart dans ce discours inévitablement dominé par une approche à prédominante « quantitative ». Pour cette raison, nous avons décidé d’ajouter une étude de cas, en complément des quatre chapitres que nous venons de présenter : les vicissitudes de l’archiconfrérie des Sacrées Stigmates de saint François, érigée en 1594 et devenue rapidement très célèbre – comme en témoigne l’ample participation des élites laïques et ecclésiastiques de la ville à ses activités –, ont fourni l’occasion de reconstruire de manière ponctuelle le processus complexe qui, par l’action contemporaine d’une pluralité d’acteurs, permet à une nouvelle confrérie de s’affirmer dans le tissu associatif romain et à une nouvelle dévotion de s’enraciner profondément dans les habitudes dévotes de la ville du pape.

Notes

1 P.J. MARGRY, « Merchandising and Sanctity : the Invasive Cult of Padre Pio », Journal of Modern Italian Studies, 7 (2002), p. 88-115 ; ID., « Un beatus ovvero il culto bulldozer di Padre Pio. Un’indagine etnoantropologica », La critica sociologica, 141, 2002, p. 72-76 ; ID, « Il “marketingˮ di Padre Pio, Strategie cappuccine e Vaticane e la coscienza religiosa collettiva », dans T. CALIÒ, R. RUSCONI (dir.), Le devozioni nella società di massa (= Sanctorum, 5, 2008), p. 141-167.

2 S. LUZZATTO, Padre Pio. Miracoli e politica nell’Italia del Novecento, Torino, Einaudi, 2007.

3 Je n’ai pas repéré d’études scientifiques sur cette figure ; parmi les hagiographies, on signale celles du médecin Enrico RUBALTELLI : Padre Leopoldo visto da un medico. Un grande clinico dello spirito nella città dei sommi clinici, Padova, Vice-Postulazione del servo di Dio Padre Leopoldo, 1966 ; Dio è medico e medicina. Padre Leopoldo nel mondo della sofferenza, Padova, Edizioni Portavoce di San Leopoldo Mandić, 2003. L’église du couvent Sainte-Croix, à Padoue, où le père Leopoldo a vécu pendant plus de trente ans, est désormais devenue son sanctuaire et abrite l’« Associazione degli amici di san Leopoldo », dont la revue, Portavoce di san Leopoldo Mandić, contribue par sa diffusion internationale à la conservation de la mémoire du saint.

4 Voir les articles réunis dans le volume T. CALIÒ, R. RUSCONI (dir.), Le devozioni nella società di massa (en part. : T. CALIÒ, « “Il miracolo in rotocalco”. Il sensazionalismo agiografico nei settimanali illustrati del secondo dopoguerra, p. 23-50 ; S. GORLA, « Tra nuvole e aureole : il fumetto agiografico », p. 89-113 ; F. ANANIA, « I nuovi impresari del culto dei santi : radio e televisione », p. 115-130 ; P. APOLITO, « La devozione per i santi in Internet », p. 131-140), mais aussi : P. APOLITO, Internet e la Madonna. Sul visionarismo religioso in Rete, Milano, Feltrinelli, 2002 ; G. ZIZOLA, « Media e santità », dans S. BOESCH GAJANO, F. SCORZA BARCELLONA (dir.), “Santo subito”. Giovanni Paolo II e la fama di santità (= section monographique de Sanctorum, 3, 2006, p. 5-82), p. 39-53 ; S. BOESCH GAJANO, « L’immagine santificante », ibid., p. 61-82 ; S. GORLA, « Santità a fumetti. Note per una storia del fumetto agiografico contemporaneo », Sanctorum, 8-9, 2011-2012, p. 315-319 ; P. PALMIERI, « Raccontare Padre Pio e Giovanni Paolo II : agiografia e rotocalchi in Italia fra XX e XXI secolo », California Italian Studies, 5/1, 2014, p. 83-108. Pour un aperçu historiographique plus développé, voir T. CALIÒ, « Il culto dei santi in età contemporanea : storiografia e nuovi percorsi di ricerca », dans S. BOESCH GAJANO, E.G. FARRUGIA, M. PLIUKHANOVA (dir.), I testi cristiani nella storia e nella cultura. Prospettive di ricerca tra Russia e Italia, Atti del convegno di Perugia – Roma, 2-6 maggio 2006 e del seminario di San Pietroburgo, 22-24 settembre 2009, Roma, Pontificio Istituto Orientale, 2013, p. 291-301.

5 On peut également évoquer la célèbre définition de « famille artificielle », proposée par G. LE BRAS, « Les confréries chrétiennes. Problèmes et propositions », Revue historique de droit français et étranger, 19-20, 1940-1941, p. 311-363 (repris ensuite dans ID., Études de sociologie religieuse, II, Paris, PUF, 1956, p. 423-462).

6 Pour des essais de bilan sur la longue tradition d’études sur les confréries, italiennes et françaises notamment, on renvoie à : R. RUSCONI, « Confraternite, compagnie, devozioni », dans G. CHITTOLINI, G. MICCOLI (dir.), La Chiesa e il potere politico, Torino, Einaudi, 1986 (Storia d’Italia. Annali, 9), p. 469-506 ; K. EISENBICHLER, « Ricerche nord-americane sulle confraternite italiane », dans L. BERTOLDI LENOCI (dir.), Confraternite, chiese e società. Aspetti e problemi dell’associazionismo laicale europeo in età moderna e contemporanea, Fasano, Schena, 1994, p. 289- 303 ; ID., « Italian Scholarship on Pre-Modern Confraternities in Italy », Renaissance Quarterly, 50, 1997, p. 567-580 ; L. PAMATO, « Le confraternite medievali. Studi e tendenze storiografiche », dans Il buon fedele. Le confraternite tra Medioevo e prima eta moderna, Verona, Cierre, 1998 (Quaderni di storia religiosa, 5), p. 9-51 ; Ch.F. BLACK, « The Development of Confraternity Studies over the Past Thirty Years », dans N. TERPSTRA (dir.), The Politics of Ritual Kinship. Confraternities and Social Order in Early Modern Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 9-29 ; C. VINCENT, « L’institution confraternelle en France au Moyen Âge. Bilan de la recherche », dans L. VACCARO (dir.), Storia della Chiesa in Europa. Tra ordinamento politico-amministrativo e strutture ecclesiastiche, Brescia, Morcelliana, 2005, p. 365-380 ; M. GAZZINI, « Le confraternite italiane : periodi, problemi, storiografie », dans ID., Confraternite e società cittadina nel Medioevo italiano, Bologna, CLUEB, 2006, p. 3-57 ; M. GAZZINI (dir.), Studi confraternali. Orientamenti, problemi, testimonianze, Firenze, Firenze University Press, 2009.

7 Dans une ample bibliographie, on se borne à signaler quelques études parmi les plus importantes, fondées souvent sur une analyse très approfondie des règles et statuts confraternels : G. ANGELOZZI, Le confraternite laicali. Un’esperienza cristiana tra medioevo e età moderna, Brescia, Queriniana, 1978 ; D. ZARDIN, Confraternite e vita di pietà nelle campagne lombarde tra Cinquecento e Seicento. La pieve di Parabiago-Legnano, Milano, Nuove Edizioni Duomo, 1981 ; ID., San Carlo Borromeo ed il rinnovamento della vita religiosa dei laici. Due contributi per la storia delle confraternite nella diocesi di Milano, Legnano, Olgiati, 1982 ; ID., « Le confraternite in Italia settentrionale tra XV e XVIII secolo », Società e storia, 10, 1987, p. 81-137 ; ID., « Relaunching Confraternities in the Tridentine Era : Shaping Consciences and Christianizing Society in Milan and Lombardy », dans N. TERPSTRA (dir.), The Politics of Ritual Kinship, p. 190-209 ; ID., « Tra Chiesa e società ‘laica’ : le confraternite in epoca moderna », Annali di storia moderna e contemporanea, 10, 2004, p. 529-545 ; ID., « La “pia institutio” dei gesuiti. Congregazioni, libri di regole, manuali », dans M. HINZ, R. RIGHI, D. ZARDIN (dir.), I gesuiti e la Ratio studiorum, Roma, Bulzoni, 2004, p. 97- 137 ; S. SIMIZ, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2002 ; M. VENARD (dir.), Les confréries dans la ville de Rouen à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 2010.

8 B. DOMPNIER, « Introduction. Les dévotions aussi ont une histoire », dans ID. (dir.), La circulation des dévotions (= Siècles. Cahiers du “Centre d’Histoire Espaces et Cultures”, 12, 2000), p. 3-7 ; B. DOMPNIER, P. VISMARA, « De nouvelles approches à l’histoire des confréries », dans IID. (dir.), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi-XVe - début XIXe siècle), Rome, École française de Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 393), p. 403-423. Parmi les ouvrages récents, on signale aussi M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, Dieu pour tous et Dieu pour soi. Histoire des confréries et de leurs images à l’époque moderne, Paris, L’Harmattan, 2006.

9 B. DOMPNIER, « Les confréries françaises agrégées à l’archiconfrérie du Gonfalon. Recherche sur une forme de lien à Rome », dans Cl. LANGLOIS, Ph. GOUJARD (dir.), Les confréries du Moyen Âge à nos jours. Nouvelles approches, [Mont-Saint-Aignan], Université de Rouen, 1995, p. 41-56 ; B. DOMPNIER, « Réseaux de confréries et réseaux de dévotions », dans ID. (dir.), La circulation des dévotions, p. 9-28.

10 M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, « Dévotions et confréries aux XVIIe et XVIIIe siècles d’après les sources vaticanes », dans C. LANGLOIS, M. GOUJARD (dir.), Les confréries du Moyen Âge à nos jours, p. 23-40 ; M.-H. FROESCHLÉ-CHOPARD, F. HERNANDEZ, « Les dévotions des confréries, reflet de l’influence des ordres religieux ? », in S. NANNI (dir.), Devozioni e pietà popolare fra Seicento e Settecento : il ruolo delle congregazioni e degli ordini religiosi (= Dimensioni e problemi della ricerca storica, 7/2, 1994), p. 104-126 ; Ph. DESMETTE, Les brefs d’indulgence pour les confréries des diocèses de Cambrai et de Tournai aux XVIIe et XVIIIe (A.S.V., Sec. Brev., Indulg. Perpetuae, 2-9), Bruxelles, Institut Historique Belge de Rome, 2002 ; B. DOMPNIER, « I religiosi e le vicende dei nuovi culti nel ’600 francese. Le notizie tratte da un’inchiesta sulle confraternite », dans B. PELLEGRINO (dir.) Ordini religiosi, santi e culti tra Europa, Mediterraneo e Nuovo Mondo (secoli XV-XVII), Atti del V Convegno Internazionale AISSCA (Lecce, 3-6 maggio 2003), Galatina, Congedo, 2009, I, p. 233-248. Le projet d’un atlas européen des dévotions réalisé à partir des titulatures des confréries bénéficiant d’un bref d’indulgence a été relancé tout récemment au cours de la journée d’étude « La dévotion aux saints à l’époque moderne » (Rome, École française de Rome, 21-22 janvier 2016).

11 L. FIORANI, « Discussioni e ricerche sulle confraternite romane negli ultimi cento anni », dans ID. (dir.), Storiografia e archivi delle confraternite romane (= Ricerche per la storia religiosa di Roma, 6, 1985), p. 11-108.

12 Sur l’ensemble de ces travaux, très nombreux, nous renvoyons à la bibliographie finale.

13 Sur les sources concernant spécifiquement les confréries romaines, qui s’ajoutent aux archives des plusieurs institutions exerçant leur autorité sur ces dernières ou ayant des relations directes avec elles, voir : D. BARBALARGA et al., « Repertorio degli archivi delle confraternite romane », dans L. FIORANI (dir.), Storiografia e archivi delle confraternite romane, p. 175-413 ; V. SPAGNUOLO VITA, « Le confraternite romane e i loro archivi », dans Archivi e archivistica a Roma dopo l’Unità. Genesi storica, ordinamenti, interrelazioni, Atti del convegno (Roma, 12-14 marzo 1990), Roma, Ministero per i beni culturali e ambientali – Ufficio Centrale per i beni archivistici, 1994, p. 455-465 ; D. ROCCIOLO, « Gli archivi delle confraternite per la storia dell’assistenza a Roma in età moderna », Mélanges de l’École française de Rome. Italie e Méditerranée, 111/1, 1999, p. 345-365 ; ID., « Gli archivi delle confraternite : un patrimonio da salvare e valorizzare », Archiva Ecclesiae, 47-49, 2004-2006, p. 89-99.

14 La visite apostolique du pape Barberini est l’une des mieux documentées. Les réflexions développées dans les chapitres suivants se fonderont en bonne partie sur les procès-verbaux de cette visite, recueillis dans trois volumes manuscrits : ASV, CVA, 2. Acta sacrae visitationis apostolicae sanctitatis domini nostri Urbani VIII. Pars prima continet ecclesias patriarchales collegiatas et parochiales tam saeculares, quam regulares (= Acta visitationis Urbani VIII, I) ; ASV, CVA, 3. Acta sacrae visitationis apostolicae sanctitatis domini nostri Urbani VIII. Pars secunda continet ecclesias regulares utriusque sexus (= Acta visitationis Urbani VIII, II) ; ASV, CVA, 4. Acta sacrae visitationis apostolicae sanctitatis domini nostri Urbani VIII. Pars tertia continet collegia, hospitalia et ecclesias simplices (= Acta visitationis Urbani VIII, III). Sur l’importance de ces sources pour le travail des historiens, voir L. FIORANI, « Le visite apostoliche del Cinque-Seicento », dans La comunità ecclesiale romana dopo il Concilio (= Ricerche per la storia religiosa di Roma, 4, 1980), p. 54-148 et S. PAGANO, « Le visite apostoliche a Roma nei secoli XVI-XIX. Repertorio delle fonti », ibid., p. 317-464.

15 Pour l’usage de ces sources dans l’étude des confréries voir les articles qui composent le volume M.- H. FROESCHLÉ-CHOPARD, R. DÉVOS (dir.), Les confréries, l’Église et la cité ; dans une perspective plus large voir aussi M.-H. FROESCHLE-CHOPARD, « Les dévotions populaires d’après les visites pastorales : un exemple, le diocèse de Vence (Alpes-Maritimes), au début du XVIIIe siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, 60/164, 1974, p. 85-100 ; EAD, « À propos des visites des anciens diocèses de Grasse et de Vence (Alpes-Maritimes) : peut on utiliser le document pour l’étude de la dévotion populaire ? (1580-1789) », dans Culture populaire, croyances, mentalités. Nice et son comté à l’époque de la Révolution et de l’Empire (= Cahiers de la Méditerranée, 13, 1976), p. 1-19. Sur l’intérêt et les limites d’une telle source pour l’histoire de la vie religieuse des fidèles de l’époque moderne, voir : D. JULIA, « La réforme posttridentine en France d’après les procès-verbaux de visites pastorales : ordre et résistances », dans La società religiosa nell’età moderna, Atti del Convegno di studi di storia socale e religiosa (Capaccio-Paestum, 18-21 maggio 1972), Napoli, Guida, 1973, p. 311-415 ; G. DE ROSA, « I codici di lettura del “vissuto religioso” », dans G. DE ROSA, T. GREGORY (dir.), Storia dell’Italia religiosa, II. L’età moderna, Roma/Bari, Laterza, 1994, p. 303- 373, en part. p. 303-321 ; P. BURKE, « Le domande del vescovo e la religione del popolo », Quaderni storici, 14, 1979, p. 540-554 ; C. RUSSO, « La storiografia socio-religiosa e i suoi problemi », dans EAD. (dir.), Società, Chiesa e vita religiosa nell’Ancien Régime, Napoli, Guida, 1976, p. XIII-CCXLIV, en part. p. XLIV-LXII. D’une manière plus générale, voir J. REVEL, « Histoire religieuse, histoire sociale ? Un Congrès », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, 84/2, 1972, p. 309-321.

16 Pour un tour d’horizon sur le concile et ses décrets, voir L. FIORANI, Il concilio romano ; sur les inventaires, voir ibid., p. 134-136.

17 « Qualsiasi Provincia, e Diocesi dell’Italia, e sue Isole adiacenti » (Metodo per la compilazione degl’Inventarj de’ beni Ecclesiastici (= Metodo), dans Concilium Romanum in sacrosanta basilica Lateranensi celebratum anno universali jubilaei MDCCXXV a sanctissimo patre, & domino nostro Benedicto papa XIII […], Romae, ex typographia Rocchi Bernabò sumptibus Francisci Giannini Suae Sanctitatis bibliopolae, 1725, p. 181-191, en part. p. 181.

18 Concilium Romanum, p. 38.

19 « Le cose mobili, e sagre, e non sagre » (Metodo, p. 183-185, en part. p. 183).

20 Les inventaires déjà cités (voir supra, ch. I, § 2.4., note 58) ont été utilisés par Maura Piccialuti dans son étude sur les instituts de charité romains du XVIIIe siècle, parce qu’ils contiennent aussi des informations très précises sur l’état de leurs biens meubles et immeubles. Dans une perspective d’histoire religieuse, on ne peut qu’approuver les mots de Piccialuti, qui définit ces inventaires comme « un grandioso corpus documentario di primaria importanza per la conoscenza delle istituzioni romane, per la dovizia dei dati contenuti, per la rara sincronia delle moltissime esposizioni, tutte datate nel giro di due anni » (M. PICCIALUTI, La carità come metodo di governo. Istituzioni caritative a Roma dal pontificato di Innocenzo XII a quello di Benedetto XIV, Torino, G. Giappichelli, 1994, p. 89).

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search