Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

Préface

Au cœur de l’histoire des dévotions

Bernard Dompnier

Texte intégral

1Pèlerin ou touriste, le visiteur de Rome qui pousse la porte de quelques-unes des nombreuses églises ne peut manquer d’être surpris par le foisonnement des cultes que reflètent titulatures d’autels, reliques exposées à la vénération ou encore retables illustrant les légendes des saints. Rapidement s’impose l’idée que chaque dévotion du catholicisme, qu’elle ait pour objet un saint, la Vierge ou un mystère de la vie du Christ, trouve à Rome au moins un lieu pour l’abriter, et souvent même plusieurs. La surprise passée, une telle exubérance paraît presque naturelle si l’on cherche à la comprendre, la capitale des papes se devant en quelque sorte de faire une place à toutes les formes de piété qui ont cours dans les diverses contrées qui composent la catholicité. À l’époque qui est au cœur de ce livre, d’ailleurs, ne désignait-on pas Rome comme le « théâtre du monde », pour exprimer qu’elle était comme le condensé et le symbole de l’univers connu ? Ce serait donc très logiquement que les dévotions seraient toutes implantées dans la Ville. Mais l’historien ne se satisfait jamais de tels constats d’évidence ; il exige toujours de distinguer des périodes, de comprendre les processus à l’œuvre, de repérer les acteurs des évolutions. Pour lui les dévotions ne sont pas un donné intemporel, mais une construction progressive, faite de strates successives, dont les plus récentes produisent à leur arrivée – comme en géologie – des transformations de celles déjà accumulées. Bien plus, chacune des couches reflète le contexte religieux, mais aussi social et politique qui lui a donné naissance. Poursuivant la métaphore scientifique, on pourrait dire que l’historien des dévotions procède comme le paléontologue recourant à la technique du « carottage » pour connaître la flore, la faune ou le climat d’époques reculées ; lui aussi cherche à retrouver à chaque niveau les vestiges emprisonnés qui fournissent des renseignements sur la période de sa formation.

2C’est cette restitution raisonnée de l’histoire de la piété romaine qu’Alessandro Serra propose avec science et finesse dans les pages de ce livre, nourri d’abondants et patients dépouillements d’archives. Pour embrasser son ample champ d’investigation, il a retenu la clé d’accès la plus pertinente, celle des confréries. Ces institutions foisonnent à Rome, où ne s’applique que très imparfaitement la typologie familière aux historiens, français notamment. Certes certaines, surtout parmi celles fondées à l’époque moderne - telle celle des Stigmates de saint François d’Assise, dont il est beaucoup question dans ce livre -, font à l’évidence partie des confréries de dévotion, tandis que d’autres, à l’instar de celle de Saint-Joseph des Falegnami, peuvent aisément être rangées parmi les confréries de métier, même si la sociologie de leurs membres ne présente pas toujours l’homogénéité qu’on attendrait pour ces dernières. Mais le monde confraternel romain échappe assez largement aux catégories générales usuelles. Il compte ainsi des confréries nationales en nombre important, regroupant les fidèles qui partagent la même origine et qui trouvent dans celles-ci à la fois un réseau de solidarité et un lieu de pratique, en terre étrangère, des coutumes – qu’elles soient ou non religieuses – propres à leur « nation », ce dernier terme se révélant d’acceptions multiples : tantôt il s’agit plutôt d’une communauté linguistique, tantôt d’un espace géographique, de plus en plus souvent d’une entité politique, les souverains accroissant au fil du temps leur contrôle sur les confréries et les églises qui les accueillent. Par ailleurs, certaines sodalités romaines ont par décision pontificale le rang d’archiconfréries, qui leur confère le droit de rendre participantes de leurs privilèges spirituels des associations pieuses de toute la catholicité lorsque celles-ci ont adopté leurs règlements et leurs exercices pieux. Mais plus encore que cette ample diversité typologique, le trait le plus marquant des confréries romaines est une puissance qui ne connaît guère d’équivalent dans les autres villes, hormis peut-être quelques grandes cités italiennes. Leur statut et leur emprise sociale se lisent dans le paysage de la ville où abondent leurs riches oratoires, mais aussi dans le nombre de leurs membres ou de leurs protecteurs appartenant aux meilleures familles de la société civile et ecclésiastique, dans le faste de leur cérémonial, dans leur coutume d’attribuer des dots de mariage à des filles pauvres, dans la faculté qu’ont certaines d’obtenir la libération de condamnés une fois par an, ou encore dans les nombreuses indulgences que les pontifes leur ont concédées à l’intention de leurs membres. L’assise matérielle et l’entregent des confréries en font évidemment des acteurs de premier plan pour le rayonnement des cultes existants comme pour la promotion des nouveaux. Et, comme elles sont des lieux de rencontre de groupes divers, tant laïcs qu’ecclésiastiques, elles permettent aussi d’étudier comment se croisent et se nouent en leur sein les stratégies dévotes à l’œuvre au sein de la Ville.

3La puissance de ces institutions et les règles particulières auxquelles obéissent leurs membres, volontiers considérées comme en partie secrètes, expliquent la fascination qu’ont exercée les confréries romaines et dont on trouve un écho dans la littérature jusqu’à l’époque contemporaine. Récemment encore, par exemple, dans La nuit du bûcher, roman écrit en 1974 et traduit en français en 2015, l’écrivain hongrois Sándor Márai a mis en scène un jeune carme d’Avila, venu à Rome en 1598 pour s’initier aux méthodes inquisitoriales ; il est accueilli dans la ville par la confrérie de Saint-Jean-Décollé et partage les veillées de ses membres qui se préparent à visiter et accompagner les condamnés à mort, jouant le rôle de « confortateurs » (c’est le titre originel du roman). Du côté des historiens, les travaux sur les sodalités romaines, évidemment nombreux depuis longtemps, ont particulièrement mis l’accent sur leurs fonctions charitables. Telle celle qui vient d’être citée, certaines compagnies étaient spécialisées dans une forme d’assistance particulière, de l’accueil des pèlerins (Trinité des Pèlerins) à la sépulture des cadavres trouvés dans les rues et aux environs de la ville (Oraison et Mort) ; d’autres pratiquaient une charité indifférenciée, et sans doute bien ordonnée, puisque leurs membres étaient souvent les premiers bénéficiaires. C’est ainsi l’image d’un intense réseau de structures de bienfaisance, répondant aux divers besoins de la société, que renvoie l’historiographie italienne des confréries, pour Rome comme pour les autres villes de la péninsule, selon une approche qui, mettant en exergue la fonction de subsidiarité des associations de laïcs catholiques, n’est certainement pas totalement exempte de présupposés idéologiques. De l’autre côté des Alpes, les historiens des confréries françaises, bien qu’héritiers d’une tradition de recherche toute différente, ont eux aussi, des décennies durant, privilégié une lecture du phénomène confraternel à dominante sociologique, se faisant principalement attentifs aux formes d’organisation, aux évolutions du recrutement ou encore aux fonctions de sociabilité des sodalités. Dans les deux pays toutefois, les publications récentes témoignent de l’émergence de nouveaux questionnements, qui accordent une large place aux choix et aux pratiques dévotionnels des confréries et qui, de la sorte, se portent sur le cœur même de leur activité. Loin de constituer un retour à une histoire religieuse close sur elle-même, une telle orientation s’inscrit dans une nouvelle histoire des cultes, qui tente de les éclairer par leurs intersections avec les champs du politique, du culturel, voire de l’anthropologique. C’est à une étude des confréries romaines conduite selon cette nouvelle approche, et attendue en raison tant de leur importance numérique que du rôle central de la capitale de la catholicité dans la promotion des cultes, que convie Alessandro Serra. Fondé sur une connaissance des démarches historiographiques anciennes et récentes suffisamment approfondie pour rendre possible un croisement des méthodes d’enquête, son livre propose un tableau qui, sans rien ignorer des acquis antérieurs de la recherche, frappe par son originalité et sa force de conviction. Si Alessandro Serra a choisi d’intituler son livre « La mosaïque des dévotions », c’est évidemment en pensant à la diversité et au foisonnement de l’offre cultuelle à Rome. Mais la métaphore vaut aussi pour son travail : les tesselles qu’il a soigneusement collectées et polies sont ensuite assemblées pour former un paysage dont les divers plans se superposent harmonieusement ; les logiques d’ensemble, surtout, surgissent d’un judicieux agencement des multiples pièces léguées par les sources.

4La documentation ne manque pas sur les confréries romaines, et c’est plutôt à sa capacité à repérer les plus pertinentes, puis à les analyser de la manière la plus appropriée, que s’évalue l’aptitude du chercheur à proposer une histoire raisonnée de leurs dévotions. Alessandro Serra, qui a exploré avec patience les divers fonds d’archives qui renferment les sources manuscrites et imprimées léguées par les sodalités elles-mêmes, ne se contente pas de celles-ci, mais les confronte toujours avec d’autres, produites par des acteurs portant un regard extérieur sur ce monde. L’utilisation qui est faite des Visite apostoliche – l’équivalent romain des visites pastorales des diocèses – permet en particulier d’introduire une dimension sérielle dans l’approche. Au total, angles de vue et échelles varient, de la micro-analyse au panorama d’ensemble, en mobilisant un « outillage » varié, emprunté au meilleur des méthodologies tant italiennes que françaises de l’historiographie confraternelle et mis en œuvre autour de trois thématiques principales : les titulatures des églises et des autels, l’iconographie des lieux de culte, les reliques possédées par les confréries. C’est par la confrontation des résultats obtenus sur chacun de ces terrains que se dessine tant le profil dévotionnel des compagnies romaines dans leur ensemble que celui, particulier, de chaque sodalité.

5Mais la portée de ce livre va bien au-delà d’un classement méthodique des dévotions confraternelles. Alessandro Serra propose en effet de conduire son lecteur dans une réflexion sur les mécanismes de diffusion des cultes et sur les processus qui président à leurs mutations internes. Centré sur l’âge du catholicisme baroque, que l’on sait marqué par l’efflorescence des dévotions comme par l’accroissement du contrôle romain sur l’ensemble des Églises locales, l’ouvrage ne néglige toutefois nullement le riche héritage des siècles médiévaux, son premier chapitre étant dédié à une reconstitution des grandes étapes de fondation des confréries. Cette synthèse met en particulier en évidence le passage de la fraternitas médiévale, marquée par l’entraide et la pénitence, à une phase d’assistenzialismo et de spécialisation des confréries au cours du XVIe siècle, puis - au siècle suivant – à un modèle proprement dévotionnel, qui s’épanouit dans un cadre institutionnel et social empreint de sens des hiérarchies. C’est précisément sur une compagnie née au XVIIe siècle que s’arrête le dernier chapitre du livre, en une étude de cas approfondie qui met à mal beaucoup d’idées reçues sur les dévotions à l’âge moderne. La confrérie des Stigmates de saint François qui, en dépit de sa titulature, se développe à l’écart des grands pôles du franciscanisme à Rome (couvents de l’Aracoeli et des Douze Apôtres), illustre tout d’abord la distance entre compagnies et ordres religieux, trait fondamental du monde confraternel romain, sur lequel les structures paroissiales n’ont guère de prise non plus. Si les prélats et le personnel ecclésiastique de la Curie sont relativement présents en leur sein, les sodalités conservent toujours une forte autonomie. D’autre part, la confrérie des Stigmates surprend par la place qu’elle accorde à la mortification corporelle, pratique que l’historiographie présente généralement comme en reflux régulier à partir du XVIe siècle et qui s’explique ici en plein XVIIe siècle par une spiritualité faisant une large place à l’expérience de la Passion du Christ et à la dimension émotionnelle de la piété. Enfin, ce n’est pas le moindre mérite de ce chapitre que de mettre en relation l’essor du culte « officiel » des Stigmates de saint François avec les diverses manifestations de la piété. Alors que les études sur la liturgie et celles sur les dévotions se développent encore trop souvent de manière autonome, le rapprochement opéré par Alessandro Serra à propos des Stigmates fait surgir les profondes interactions qui existent entre ces deux domaines, les fêtes du sanctoral étant fréquemment instituées ou élevées à un degré supérieur de solennité en réponse à l’essor de la piété des fidèles ; en retour, elles peuvent aussi constituer, comme on le constate dans des cas tels que celui-ci, un accélérateur des dynamiques proprement dévotionnelles.

6Les résultats de l’enquête conduite sur les trois grandes thématiques déjà évoquées apportent tous une copieuse brassée d’informations sur les caractéristiques de la piété romaine. Ainsi le livre, qui confirme la forte dispersion des titulatures des lieux de culte des confréries à l’époque moderne, en apporte une répartition par grandes catégories et met notamment en évidence la faible place qu’y occupent les grandes dévotions mariales. L’analyse des dédicaces des très nombreux autels des églises confraternelles accentue encore l’impression d’excessive fragmentation du paysage cultuel. Un petit nombre de figures anciennes, tel Jean-Baptiste, émergent toutefois, de même que percent quelques saints médiévaux et modernes (Antoine de Padoue, Charles Borromée, Philippe Néri). Les deux chapitres consacrés aux images et aux reliques, de leur côté, conduisent au plus près des mécanismes de circulation des dévotions. Celui dédié aux images propose un raisonnement tout en finesse sur la diversité de leurs fonctions à l’intérieur d’une même compagnie ou d’un même sanctuaire, qu’illustrent notamment des pages particulièrement abouties sur la confrérie des Piceni. D’une manière générale, la stratégie des élites, qui mobilisent l’iconographie pour favoriser le développement de cultes identitaires au sein des confréries, ne trouve guère d’écho chez les simples membres, qui utilisent au contraire les images pour assurer la diffusion de toutes les dévotions qui leur sont chères, quelles qu’en soient l’origine et la typologie. Cette indistincte appropriation des cultes par les fidèles « de base » permet que ceux-ci gagnent progressivement des groupes et des quartiers variés, comme par capillarité. À propos des reliques – l’un des chantiers majeurs de l’historiographie religieuse d’aujourd’hui -, Alessandro Serra apporte une contribution originale et précieuse par son analyse des logiques successives de leur accumulation. Après une période où les membres des élites opèrent des donations aux confréries pour acquérir du prestige en leur sein, faisant de la dévotion l’un des instruments privilégiés de leur positionnement social, le XVIIIe siècle se caractérise par un collectionnisme aussi indifférencié qu’effréné destiné à permettre à chaque compagnie de hisser son oratoire dans la hiérarchie des sanctuaires urbains les plus remarquables.

7Sous l’angle de l’histoire des dévotions, Rome renvoie finalement une image singulière et relativement inattendue. Le foisonnement déjà relevé trouve son origine, comme on vient de le constater, dans le dynamisme un peu vibrionnant du monde confraternel, prompt à faire place à toutes les propositions nouvelles, sans que les sodalités se préoccupent vraiment de la perte d’identité que peut engendrer leur généreuse hospitalité des cultes proposés par leurs officiers ou leurs simples membres. La densité du réseau des associations pieuses favorise à l’évidence une fluidité de la circulation des dévotions en provenance de divers points de la catholicité, qui semblent toutes pouvoir trouver une église romaine pour les accueillir ; en ce domaine aussi, la ville des papes est donc bien le « théâtre du monde ». Mais on ne saurait pour autant ignorer l’existence de stratégies à l’arrière-plan de ces diffusions aux apparences si naturelles, comme l’illustre parfaitement l’exemple des confréries nationales. Celles-ci œuvrent en effet surtout à la reconnaissance et à l’expansion des cultes spécifiques de leur pays, dont l’implantation romaine permet de les faire connaître aux milieux curiaux et de leur fournir une caisse de résonance de portée universelle. Ainsi, alors qu’on pourrait être tenté d’imaginer Rome comme le point d’origine des grandes dévotions promues par la Réforme catholique, elle apparaît plutôt comme le réceptacle des ferveurs particulières, qu’elle se contente de relayer plus ou moins généreusement. Avec les confréries romaines, c’est une configuration peu ordinaire des rapports entre le centre et la périphérie que dessine Alessandro Serra, dans un livre qui s’impose pour la richesse de son information sur la vie religieuse de Rome comme pour l’originalité de son approche du catholicisme moderne.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search