Version classiqueVersion mobile

La mosaïque des dévotions

 | 
Alessandro Serra

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le résultat d’un long voyage, avec ses étapes, ses obstacles, ses infléchissements. Sur le chemin, j’ai rencontré de nombreux voyageurs qui, pour une partie du parcours ou en permanence, ont partagé avec moi la fatigue et la poussière de la route, m’ont soutenu dans mes faiblesses et ont orienté mes pas parfois incertains, en m’accompagnant jusqu’au bout de mon parcours. J’ai ici le devoir et le plaisir de les remercier.

2Tout d’abord, toute ma reconnaissance va à mes maîtres, pour leur constant et affectueux soutien dans le travail comme dans la vie : le regretté Pietro Stella qui, avec son sourire timide et gentil, et son érudition inégalable, m’a fait connaître, le tout premier, la passion pour l’histoire religieuse ; Maria Lupi, qui, par son exemple, m’a enseigné le respect et le goût pour le travail quotidien et patient de la recherche ; Sara Cabibbo et Bernard Dompnier qui, en tant que directeurs de recherche, ont suivi ce travail, dès ses premières origines, avec générosité, enthousiasme et amitié, en sollicitant mon attention sur les multiples enjeux de ma thématique d’enquête. À Bernard Dompnier, je dois aussi une relecture attentive et sensible du texte français, élaboré à partir de ma thèse, écrite en italien et soutenue en 2010.

3Les longues et fréquentes conversations avec Tommaso Caliò, Giuseppe Guazzelli et Raimondo Michetti – mes amis et collègues les plus proches – m’ont permis à la fois de réélaborer à plusieurs reprises la forme et le contenu de mes argumentations, d’élargir le cadre des bases théoriques et méthodologiques du travail, de surmonter les arrêts périodiques de la progression de l’enquête et, tout simplement, de vaincre la lassitude d’innombrables fins d’après-midi passées dans des salles de bibliothèque de plus en plus désertes.

4Au sein du doctorat en Histoire du Christianisme et des Églises, à l’Université de Rome « Tor Vergata », j’ai pu bénéficier du climat fructueux d’échange d’idées et d’expériences. Je remercie en particulier les collègues Cristina Aglietti et Caterina Coda, et les professeurs Sofia Boesch Gajano, Roberto Rusconi et Francesco Scorza Barcellona, pour les encouragements et les suggestions qu’ils m’ont constamment prodigués.

5Le projet de ce livre n’a pu être réalisé que grâce à l’intérêt et à la bienveillance d’un grand nombre d’autres chercheurs et amis qui m’ont soutenu, durant ces années, dans les différentes phases de mon activité, avec leurs propositions de collaboration, leurs encouragements et leurs suggestions. Je souhaite remercier en particulier : Michela Berti, Wouter Bracke, Paolo Broggio, Marina Caffiero, Paolo Cozzo, Tobias Daniels, Simon Ditchfield, Annick Delfosse, Pierre-Antoine Fabre, Massimiliano Ghilardi, Caroline Heering, Isabelle Langlois, Jean-Marie Le Gall, Frédéric Meyer, Manfredi Merluzzi, Stefania Nanni, Simona Negruzzo, Carmelo Pappalardo, Claudio Rolle Cruz, Alfio Signorelli, Stefano Simiz, Maria Antonietta Visceglia, Danilo Zardin.

6Comme tout travail d’historien, ce livre est aussi redevable à la générosité et à l’érudition de nombreux archivistes et bibliothécaires. Parmi eux, méritent une mention particulière Domenico Rocciolo, directeur de l’Archivio Storico del Vicariato di Roma, et Giuseppe Finocchiaro, ancien fonctionnaire de la Biblioteca Vallicelliana (Rome), toujours prêts à mettre à disposition les énormes compétences acquises par leur activité professionnelle, ainsi que par leur pratique constante de la recherche, au bénéfice des jeunes chercheurs notamment.

7J’ai une reconnaissance particulière envers Silvia Mostaccio, amie et interlocutrice scientifique fondamentale de ces dernières années. Elle a rendu possible la publication de cet essai dans la collection « L’Atelier d’Érasme », avec le soutien financier de l’Encyclopédie bénédictine, que je remercie également. Un remerciement spécial va à Paul Servais, co-directeur de la collection, qui a accepté d’effectuer, avec générosité et compétence, une dernière lecture du texte, et à Madame Marie-Charlotte Declève (Institut IACCHOS), qui a pris en charge la révision éditoriale du volume.

8Toute ma gratitude va aussi au Laboratorio geocartografico « Giuseppe Caraci » du Dipartimento di Studi Umanistici de l’Université « Roma Tre », à son responsable scientifique, Carla Masetti, et en particulier à Arturo Gallia, qui a réalisé avec compétence, intérêt et patience infinie les cartes topographiques qui enrichissent le livre.

9Un « tout grand » merci, enfin, à mes proches et à mes amis, qui, bon gré mal gré, m’ont accompagné pendant ces longues années – en marchant avec moi ou en écoutant patiemment mes interminables récits – à travers rues et ruelles des rioni de Rome, en visitant églises, oratoires, places, palais, sur les traces invisibles des craintes et des espérances des hommes et des femmes du passé.

10Ce livre est dédié aux femmes de ma vie – en ordre d’apparition : ma mère, mon épouse, Cecilia, et nos enfants, Beatrice et Ginevra – et à la mémoire de mon père.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search