Version classiqueVersion mobile

L’annonce faite au lecteur

 | 
Annie Charon
, 
Sabine Juratic
, 
Isabelle Pantin

Troisième partie. L’annonce du livre à l’âge de la spécialisation

Le commerce de l’érudition au 18e siècle : annoncer et promouvoir le livre savant

Véronique Sarrazin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La diffusion des travaux érudits est un enjeu important pour la République des lettres, tant pour la collaboration dans la construction des savoirs que comme objectif dans la perspective du « bien public ». Cette communication interne et externe passe par les vecteurs propres de la République des lettres : réseaux épistolaires, rencontres et voyages, séances académiques publiques ou non, périodiques savants, etc. Elle passe aussi par la voie marchande, c’est-à-dire par l’édition et la vente d’ouvrages érudits1. La publication des travaux d’érudition est une entreprise de longue durée, qui s’étend parfois sur plus de vingt ans et qui implique de lourds investissements. Elle représente donc un risque économique important pour les éditeurs. Jusqu’au début du 18e siècle, ce risque est atténué par les subventions ou d’autres formes de soutien apportées par des institutions intéressées à la réussite de ces publications. Ainsi les États de Bretagne ont financé à hauteur du tiers la publica...

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search