Version classiqueVersion mobile

L’annonce faite au lecteur

 | 
Annie Charon
, 
Sabine Juratic
, 
Isabelle Pantin

Deuxième partie. Catalogues et journaux : la diffusion européenne de l’information bibliographique

Annonce et censure en Russie à la fin du 18e siècle : comment un journal des émigrés annonce les livres français sous le règne de Paul Ier ?

Vladimir Somov

Note de l’auteur

Cette étude a reçu le soutien de la Herzog August Bibliothek à Wolfenbüttel et de la fondation Maison des sciences de l’homme à Paris. Je tiens à remercier mes collègues pour leurs conseils : Annie Charon (Paris), Gillian Bepler. Michael Schippan (Wolfenbüttel). Peter Albrecht (Brunswick), Félix Purtov (Leipzig), Sergueï Karp, Vladislav Rjéoutski (Moscou), Konstantin Shorokhov, Sergueï Korolev (Saint-Pétersbourg).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Le livre français en Russie au 18e siècle et sa publicité

Jusque dans les années 1790 tous les livres français passent la frontière de la Russie presque sans obstacles, à l’exception des ouvrages susceptibles d’offenser le pouvoir russe. La Cour impériale encourage même l’acquisition des livres étrangers. Il faut rappeler que l’industrie et le commerce du livre font partie des premiers domaines concernés par les réformes de Pierre Ier (1682- 1725) destinées à promouvoir l’intégration de la Russie à la civilisation de l’Europe occidentale1.

À partir des années 1760, quand le français s’impose comme deuxième langue de la noblesse russe, les livres français deviennent prépondérants tant dans les collections impériales que dans les bibliothèques aristocratiques. Mais les ouvrages importés de l’étranger sont très chers et circulent dans un milieu restreint - les aristocrates, la noblesse des deux capitales (Saint-Pétersbourg et Moscou), certains roturiers, et les étrangers résidant en...

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search