Version classiqueVersion mobile

L’annonce faite au lecteur

 | 
Annie Charon
, 
Sabine Juratic
, 
Isabelle Pantin

Première partie. Médiateurs du monde des lettres

À l’encre des Lumières, une médiatrice des lettres méconnue : Françoise de Graffigny (1695-1758)

Charlotte Simonin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je parcourus les appartements dans une ivresse de joie, qui ne me permettait pas de rien examiner. Le seul endroit où je m’arrêtai fut une assez grande chambre entourée d’un grillage d’or, légèrement travaillé, qui renfermait une infinité de livres de toutes couleurs, de toutes formes, et d’une propreté admirable : j’étais dans un tel enchantement, que je croyais ne pouvoir les quitter sans les avoir tous lus »1. Lorsque Zilia la belle Péruvienne découvre la splendide maison offerte par son soupirant français Déterville, la bibliothèque apparaît comme le cœur précieux de sa future demeure. Clin d’œil autobiographique à l’évidence puisque l’auteure des Lettres d’une Péruvienne (1748) elle-même adorait la lecture et les livres. Le 26 avril 1739, profitant de ce qu’elle a emmené la fille de son amie Madame Babaud à sa leçon de musique, Françoise de Graffigny2 fait un saut dans l’imprimerie voisine et livre un vibrant hommage à l’invention de Gutenberg : « Cette maîtresse de clavecin ...

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search