Version classiqueVersion mobile

L’amitié en France aux xvie et xviie siècles

 | 
Aurélie Prévost

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Œuvres majeures ou documents plus ordinaires, œuvres artistiques ou actes notariés permettent d’esquisser un regard global et diversifié sur l’amitié. Chacun ressent l’amitié : un auteur jésuite parce que l’amitié est un fondement de sa spiritualité, un partisan de la concorde car l’amitié est une des bases de sa philosophie politique. Quelle que soit l’origine de l’amitié, son caractère universel est affirmé et par conséquent se saisir de ce concept philosophique déjà traité par les Antiques n’effraie pas.

Omniprésente, l’amitié innerve l’ensemble des champs de la société. Jugée garante de la paix civile, l’amitié provoque, dans la sphère politique, d’âpres discussions sur la qualité des rapports entre les différents détenteurs du pouvoir, entre le roi et les nobles notamment.

Avons-nous cerné l’amitié aux XVIe et XVIIe siècles ? La prudence est de mise : l’amitié se dérobe sitôt que nous pensons l’avoir définie. Le sens choisi du mot amitié pour ce travail a été longuement élaboré e...

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search