Version classiqueVersion mobile

L’amitié en France aux xvie et xviie siècles

 | 
Aurélie Prévost

Troisième partie. L’amitié, les règles amicales et la mort

Chapitre 6. Le temps, la mort, l’ami et l’amitié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le temps de l’amitié n’est pas éternel. La mort fauche l’ami, obligeant son alter ego à faire son deuil, qui consiste aussi bien en la douleur ressentie devant la perte d’un être cher que dans des manifestations extérieures comme le vêtement ou le convoi funèbre. Pendant une période plus ou moins longue, la personne endeuillée organise de nouveaux rapports avec elle-même et le monde extérieur afin, ensuite, de se réinvestir socialement, affectivement et intellectuellement. Les histoires mythiques que l’on se plaît à raconter évoquent la mort, celle à venir que l’on craint, celle à surmonter, celle qui a ravi l’ami dont on se souvient. Les amis conçoivent leur relation pour une durée, certes inconnue, mais dont ils revendiquent la survie au-delà de la mort. Les sources évoquent souvent l’amitié immémoriale et immortelle tout en évoquant ce moment difficile. La mort entérine logiquement toute bonne et vertueuse amitié, qui ne saurait disparaître avec le temps. Le mythe de l’atemporali...

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search