Version classiqueVersion mobile

L’amitié en France aux xvie et xviie siècles

 | 
Aurélie Prévost

Deuxième partie. La vie de l’amitié

Chapitre 4. Gestes et preuves d’amitié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les récits légendaires enseignent que de grandes qualités personnelles sont nécessaires pour être un parfait ami ; l’amitié y est affirmée comme un espace de liberté indéniable, quoiqu’avec des règles tacites. Dans la réalité, l’investissement émotionnel rend les amis exigeants quant à la qualité de la relation et l’accomplissement des devoirs des deux parties en présence. Pierre Prion, l’écrivain copiste de la bibliothèque du château d’Aubais cherche à être le plus juste possible lorsqu’il déclare :

« Je suis fort tendre, mais je ne suis pas caressant, et si l’on n’a mis à l’épreuve mon amitié on la devine plutôt qu’on ne la connaît. Il s’en faut bien que mon intérêt […] me touche autant que celui de mes amis1. »

Contrairement à l’amour, l’amitié ne connaît pas d’étapes successivement codifiées. Mais les actions en faveur de l’ami sont diverses et variées. Le seul point primordial à respecter dans ces échanges, et qui différencie encore ce sentiment de l’amour est la réciprocité. Mai...

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search