Version classiqueVersion mobile

L’amitié en France aux xvie et xviie siècles

 | 
Aurélie Prévost

Première partie. Historiciser l’amitié

Chapitre 2. L’amitié, l’individu et la société des 16e et 17e siècles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de l’époque moderne, l’individu est de plus en plus invité à gérer de façon personnelle les contraintes sociales. Il se lie à de multiples personnes ou groupes, s’intègre et participe à plusieurs réseaux. Le voisinage, la parenté, mais aussi la corporation, la confrérie et la paroisse sont autant de types que de lieux de rapports sociaux, induisant des normes et des obligations, notamment de réciprocité et d’autorité, de domination et de dépendance. Une amitié-large est nécessaire pour que ces sociabilités soient opérantes1. Amitié et voisinage vont ainsi souvent de pair2. L’amitié est-elle un lien affectif propre ou participe-t-elle à un lien affectif ? En effet, l’amitié n’est pas dégagée de l’espace social public. Le terme d’ami est souvent employé sans réflexion plus poussée. Or, il cache des réalités bien différentes. Il s’agit de découvrir qui se cache derrière l’ami : un ancien camarade d’école, un frère, une vague connaissance. Dans les traités consacrés à la sociab...

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search