Version classiqueVersion mobile

L’amitié en France aux xvie et xviie siècles

 | 
Aurélie Prévost

Première partie. Historiciser l’amitié

Chapitre 1. Présentation et analyse du corpus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cerner toute la finesse d’une notion abstraite est une tâche ardue. Multiplier les types de sources semble la solution la plus adéquate afin de n’omettre aucune grande orientation1. Véritable point névralgique, le corpus doit être pertinent, représentatif des différents courants de pensées, reflétant le discours majoritaire comme le discours marginal, tout en les distinguant. Comment a-t-il été élaboré ? Le but poursuivi par ce travail est de comprendre s’il existe un décalage entre la norme et le vécu. Selon qu’il s’agit d’un discours prescriptif, de l’illustration de la norme ou du vécu, certains types de sources sont à privilégier.

La présentation des sources s’attache à quatre points particuliers : la norme, la mise en scène par l’écrit et par l’iconographie de l’amitié et la manière dont les auteurs des écrits du for privé et des actes notariés vivent et donnent à voir leur amitié.

1. L’élaboration de la norme

Le discours normatif sur l’amitié est véhiculé par les traités de sav...

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search