Version classiqueVersion mobile

La justice réparatrice en milieu carcéral

 | 
Christophe Dubois

Conclusion : de l’idée aux pratiques

Texte intégral

1A travers cet ouvrage, nous avons voulu retracer les jalons essentiels d’une politique pénitentiaire construite autour de l’idée de justice réparatrice en milieu carcéral. Alimentée par trois courants d’idées (restorative justice, victimologie et humanisation des conditions de détention) et assemblée progressivement par toutes sortes (de groupes) d’acteurs insérés dans cinq mondes sociaux, la justice réparatrice à notamment été mobilisée dans un programme de recherches et dans un programme d’action publique. Les acteurs de ces deux programmes se sont associés au travers d’une recherche-action dont les résultats ont permis la rédaction d’une circulaire ministérielle destinée à toutes les prisons belges. La mise en œuvre du projet ambitieux contenu dans ce texte politique a été confiée à de nouveaux acteurs : les CJR. L’indétermination des tâches de ces derniers a nécessité un certain travail de clarification de leur mission et c’est ainsi que, au niveau régional, deux grandes conceptions ont émergé : l’une plutôt « maximaliste », l’autre davantage « minimaliste ». Un travail de traduction de ces conceptions a alors été réalisé, au niveau local, par les CJR. Dans chaque prison étudiée, différentes activités, actions et divers dispositifs ont été initiés, si bien que le répertoire de la justice réparatrice se caractérise par son éclatement et sa contingence. Enfin, concrètement, le déroulement de chaque activité et l’activation de chaque dispositif donnent lieu à des pratiques et à des situations singulières, impliquant des acteurs à chaque fois différents. Depuis le concept criminologique de justice réparatrice, dont le rayonnement est international, jusqu’à ces pratiques et situations concrètes et locales, plusieurs processus ont donc permis à divers acteurs de s’associer.

2Quant au texte de la circulaire ministérielle, s’il vaut a priori de la même manière pour chaque prison belge et pour chaque CJR, ces derniers se réapproprient le projet de manière contrastée selon qu’ils sont francophones ou néerlandophones tout d’abord, selon toutes sortes de contingences locales ensuite, telles que le type de régime, l’histoire de l’établissement, la densité du tissu associatif environnant, etc. Ces contingences déterminent, à leur tour, dans une large mesure, la place que peut occuper le CJR et, par conséquent, la forme concrète qu’il peut conférer à l’idée de justice réparatrice en milieu carcéral. Enfin, cette dernière trouve à s’actualiser dans des situations à chaque fois singulières.

3Une posture orientée « vers les réalisations concrètes » peut donner l’impression d’une certaine « réduction » entre le projet de départ, qui consistait à « changer la culture de la détention » et les résultats à l’arrivée, qui concerne, il faut le rappeler, une proportion souvent marginale de détenus. Ainsi, si l’on ôte la loupe analytique posée sur les activités et dispositifs décrits précédemment, on est tenté de conclure à un « effet de réduction » (Latour, 1993 : 217) de l’idée. Cette conclusion apparaît d’autant plus importante si l’on tient compte des effets de « cadrage et de débordement » (Callon, 1999 : 405). En effet, le concept de justice réparatrice étant élastique, son utilisation risque parfois de déborder du cadre défini collégialement par les CJR. Par exemple, le vestiaire de la Croix Rouge à la prison de Mosa, ou les ateliers PRH à Dijle relèvent-ils de ce cadre, ou en débordent-ils ? Si cette conclusion permet de poser la question, elle ne vise pas à y répondre.

4D’ailleurs, il est possible de renverser cette perspective et de reprendre le fil de l’ouvrage avec un autre angle de vue. Ainsi, la justice réparatrice était, à l’origine, un concept théorique et polysémique. Elle a ensuite été inscrite et définie dans un texte de politique pénitentiaire d’une dizaine de pages, en octobre 2000. Ce texte prévoyait la création d’un nouveau métier, celui de CJR, et confiait à une trentaine de ces nouveaux acteurs, envoyés dans chaque prison belge la traduction de cette idée en pratiques concrètes. Bien que parachutés et isolés dans ces organisations, ces consultants se sont créés une place. Ils ont traduit cette idée en pratiques et l’ont diffusée via des actions de formation-information-sensibilisation. Par leur travail, ils ont acquis une certaine forme de légitimité, au plan local d’abord, institutionnel ensuite via l’obtention d’un statut officiel et, enfin, par la nomination au poste de directeur dans certains cas, ou de directeur-junior plus généralement.

  • 75 En témoigne notamment le reportage de France Inter, diffusé le 15 février 2009, intitulé « Victime/ (...)
  • 76 On peut par exemple citer cet extrait de La libre Belgique du 27 mars 2009, consacré aux parents de (...)

5A travers les activités, dispositifs et actions qu’ils ont initiés, les CJR ont également mis toutes sortes d’acteurs (détenus, intervenants extérieurs, directeurs, surveillants, comptables, psychologues, aumôniers, médias, etc.) au contact de cette idée de justice réparatrice. A leur tour, certains de ces acteurs sont devenus des porte-parole, à l’image des détenus ayant rédigé une bande dessinée ou des actes de colloque, des médias diffusant certaines initiatives75, de détenus et de victimes témoignant leurs expériences76, des agents de surveillance accueillant des victimes, des détenus accueillant de nouveaux détenus, etc.

6Le fait d’organiser des activités orientées vers la justice réparatrice a également permis à des associations d’entrer en prison. Celles-ci ont eu tendance à s’autonomiser progressivement vis-à-vis des CJR si bien que, même après l’extinction de la fonction de consultants, certaines sont parvenues à conserver et leur place et leurs activités. C’est du moins le constat provisoire que l’on peut dresser à l’heure actuelle.

7Enfin, par leur travail, les CJR ont participé à l’élargissement du travail de certains surveillants, en redéfinissant le rôle de certains et en décloisonnant leur activité. En diffusant des informations au sujet de la justice réparatrice, ils ont aussi contribué à l’enrichissement du travail des ces professionnels de la détention et les ont amenés à prendre connaissance – voire conscience – de l’existence des personnes derrière le concept de « victimes ». Localement, on a également pu noter de nouveaux liens de coopération entre certains services, tels que la comptabilité ou le SPS.

8A travers toutes ces interactions, et le long des chaînes de porte-parole diffusant le message de la justice réparatrice autour d’eux, on peut considérer que les CJR sont parvenus à créer un véritable réseau social autour de ce concept théorique, abstrait et polysémique. Au cours des huit années de travail des CJR, ce réseau s’est étendu, il s’est densifié et a ainsi participé à la stabilisation de cette idée dans le champ pénitentiaire.

9En se focalisant sur divers objets (une idée ; une partition et des interprètes ; des conceptions ; un répertoire ; des situations concrètes) à partir d’échelles d’observation variables (internationale, nationale, régionale, organisationnelle, situationnelle), deux optiques se présentent à l’analyste. L’une est attentive aux effets de réduction d’un réseau international dont on ne retrouve plus trace qu’à travers quelques situations singulières, concernant quelques détenus au regard de la population totale en détention, et débouchant sur l’extinction de la fonction de CJR. L’autre optique est attentive effets d’amplification conférés à un concept criminologique vague et imprécis, qui s’est transformé en activités, en actions et en dispositifs agissant sur les représentations de certains détenus et l’identité professionnelle de certains surveillants pour, en fin de compte, être porté par de nouveaux directeurs, les « directeurs juniors ».

  • 77 Relatif au regard du nombre de détenus concernés par les activités et dispositifs (décrits dans la (...)
  • 78 La présente étude a porté sur la dimension qualitative davantage que sur la dimension quantitative (...)

10Une lecture intermédiaire consiste à revenir sur le tableau des établissements pénitentiaires dressé par les premières pages. Des établissements où, malgré les – trop rares tentatives d’ – innovations politiques subsistent des signes forts de crise. Et où malgré les signes forts de crise naissent des initiatives innovantes, au-delà des obstacles au changement et des inerties institutionnelles. Ces initiatives laissent entrevoir un processus d’évolution organisationnelle. Non pas une évolution vers une culture de la réparation, mais un processus lent, incrémental, cherchant ci et là des micro-espaces à transformer en poches d’innovation. Et reposant sur des interactions. Car c’est à travers des interactions que les CJR ont effectué un travail de médiation, permettant à des acteurs divers d’entrer en relation grâce à l’étiquette qu’offre le concept de justice réparatrice. De nouvelles connexions – dont le caractère relatif77 et qualitatif78 doit à nouveau être souligné – existent donc depuis la fin de l’an 2000. L’analyse de leur genèse tout comme celle des processus qui les constituent permettent d’éclairer, sous un angle différent, la vie des organisations carcérales, tout en proposant une mémoire du travail accompli en aval de la circulaire du 4 octobre 2000.

Notes

75 En témoigne notamment le reportage de France Inter, diffusé le 15 février 2009, intitulé « Victime/agresseur : l’étonnant dialogue » et consacré au travail de l’association Médiante. Emission en ligne. URL : http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/interception/index.php?id=76198, consultée le 3 avril 2009.

76 On peut par exemple citer cet extrait de La libre Belgique du 27 mars 2009, consacré aux parents de Joe Van Holsbeeck, adolescent assassiné le 12 avril 2006 à la Gare centrale de Bruxelles : « Le père de Joe confirme qu’à l’initiative du ministère public, une rencontre de médiation a eu lieu voici quelques semaines entre son épouse et Mariusz. “Elle a duré trois heures et, pendant plus de deux heures et demie, c’est ma femme qui a parlé, qui a expliqué à Mariusz la façon dont nous vivions depuis le jour du drame, qui lui a révélé la profondeur de notre chagrin et de notre détresse. De cela, il n’avait jamais été question en IPPJ [Institution Publique de Protection de la Jeunesse]. Mariusz n’avait pu prendre la mesure de notre douleur. Je crois qu’il a compris bien des choses ce jour-là et cette discussion a également fait du bien à ma femme. Il faudrait creuser cette idée. Elle pourrait aider à l’amendement des jeunes délinquants, meurtriers ou simplement voleurs”. »

77 Relatif au regard du nombre de détenus concernés par les activités et dispositifs (décrits dans la troisième partie de cette thèse), par rapport à la population totale de détenus.

78 La présente étude a porté sur la dimension qualitative davantage que sur la dimension quantitative de la justice réparatrice en milieu carcéral.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search