Version classiqueVersion mobile

La justice réparatrice en milieu carcéral

 | 
Christophe Dubois

Préface

Olgierd Kuty

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, la prison belge est devenue un lieu de mutations capitales. Que l’on songe ! La montée en puissance des droits des victimes, la promulgation de la loi sur le statut juridique des détenus, la création du tribunal d’application des peines, la formation du directeur de prison au nouveau management public !

2Au cœur de ce grand tournant pénitentiaire, la justice réparatrice apparaît comme un événement décisif. Elle y est le signe le plus visible d’un phénomène majeur : comme l’aurait dit Touraine, la prison vit le passage de l’organisation à l’institution. Depuis les années 60, les sociologues voyaient dans les prisons des organisations closes, totales, fonctionnant à la contrainte, structurées par une logique custodiale. Mais aujourd’hui, la problématique de la reconnaissance des victimes est devenue une question sociale centrale dans nos sociétés et elle a conduit la prison à devenir un lieu d’invention de nouvelles régulations normatives.

3Toute l’importance de la recherche de Christophe Dubois est là. Alors que la thématique de la reconnaissance prend de plus en plus d’ampleur aujourd’hui, nous manquions d’une grande étude empirique portant sur ce sujet. C’est désormais chose faite grâce à cette première étude menée avec une remarquable finesse d’observation.

4La sociologie nous a appris que le travail d’institutionnalisation repose sur l’importante découverte de Mauss. Une « triple obligation « est constitutive du lien social : donner, recevoir, rendre. Le don est fondateur du lien social. Il est au cœur de toute relation, parfois la saturant comme dans l’amour ou l’amitié, parfois minimal, voire quasi-absent, comme dans ces prisons d’hier, même si Antoinette Chauvenet y avait déjà pressenti son obscure présence.

5Le présent ouvrage nous fait découvrir que la dynamique maussienne est une réalité des plus complexes. Le don n’est pas une formule mystérieuse, une entité transcendante. Ce n’est pas non plus un bloc monolithique de significations culturelles s’imposant aux acteurs. Tout au contraire, le don est négocié. Il est défini et redéfini au gré des interactions, le stratégique se mêlant au normatif. Il pourrait même être refusé dans un premier temps par ses destinataires s’il faut ainsi comprendre l’absence fréquente des victimes.

6Au départ, l’auteur s’inscrit dans la tradition interactionniste américaine des années 50 et 60 et s’appuie sur ses grands enseignements. Pour lui aussi, toute redéfinition identitaire repose sur une « transition de statuts » qui se réalise à travers une succession de séquences sociales, chacune faite de négociations multiples avec des acteurs souvent différents, et visant dès lors des contenus normatifs également différents.

7Mais si l’intuition de départ provient bien de l’Ecole de Chicago, Christophe Dubois en recompose profondément le tableau d’ensemble. Il y a tout d’abord le programme de la sociologie de la traduction de Michel Calon, fondamental pour dépasser ce que l’interactionnisme conservait encore de subtile stabilité structurelle. En effet, le déploiement d’interactions s’y déroulait toujours dans une succession de petits moments structurés comme dans les diverses salles du sanatorium ou de l’hôpital ou encore dans les auditoires de la faculté de médecine ou de la nursing school des grandes études de l’époque. Mais dans la prison belge, il s’agit de construire un tout nouveau parcours institutionnel, il s’agit de s’engager dans un processus permanent de structuration et pour ce faire, il faut problématiser, intéresser, mobiliser, enrôler autour de dispositifs.

8Ces efforts d’entraînements multiples des acteurs sont observés avec une très grande acuité. Tout passe par les consultants en justice réparatrice (CJR) : ils réunissent des surveillants particulièrement motivés et rassemblent les associations extérieures. Ce premier collectif d’entraînement s’attache à d’autres acteurs. En amont, il y a un cabinet ministériel allié à des chercheurs universitaires de Leuven, les inspirateurs du projet, qui eux-mêmes réinterprètent le message venu des Mennonites d’outre-Atlantique. C’est une des fortes originalités de la voie pénitentiaire belge. En aval, il y a les initiatives des gouvernements régionaux, comme celui du Nord du pays, qui élargit les possibilités sur lesquelles peuvent s’appuyer les CJR.

9Autre renouvellement : la méthode résolument descriptive proposée par Bruno Latour. C’est une autre approche de la rencontre des acteurs qui apparaît au lecteur lorsque Christophe Dubois livre « des comptes rendus « de situations particulières comme la peinture sociale, les formations de sensibilisation aux actes commis, ou encore les groupes de parole débouchant sur un colloque.

10Enfin, troisième percée, Christophe Dubois nous oblige à réapprécier certaines propositions de la théorie de l’Action publique pour cerner le nouveau rôle de l’acteur politique. Elle nous avait déjà appris que l’Etat joue désormais un rôle plus modeste (et ce d’ailleurs dans une perspective plus française que belge), un rôle d’animation au sein d’un réseau d’acteurs puisque l’on savait que tout est dans l’exécution par les acteurs de terrain, bien plus que dans la décision originaire qui peut rester inappliquée, si les systèmes locaux ne se la réapproprient pas. Bref, on ne change pas la société par décret, mais peut-être bien… par circulaire ministérielle !

11C’est peut-être la circulaire belge qui a donné une plus grande autonomie locale aux acteurs de terrain, et qui leur a permis d’épouser au plus près les spécificités du système d’acteurs. La redéfinition de l’Etat (un cabinet ministériel associé à une équipe de recherche universitaire) autour d’un rôle d’animation ne signifie donc pas un repli sur une position subalterne. Tout au contraire, un Etat animateur peut aussi être porté par une volonté politique forte et cette fonction animatrice a permis des ancrages différents des CJR flamands et francophones dans leur environnement propre, y développant des conceptions, soit maximaliste, soit minimaliste, de la justice réparatrice.

  • 1 P. Ricoeur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004, p. 317.

12Au terme de ces pénétrantes analyses, peut-on pressentir un des avenirs possibles de la justice réparatrice face aux nouveaux défis qu’elle fait surgir ? Nous sommes en effet confrontés à l’interpellation cruciale de Paul Ricoeur et à sa crainte que « la demande de reconnaissance affective, juridique et sociale, par son style militant et conflictuel, ne se (résolve) en une demande indéfinie, figure du ‘mauvais infini’ »1, celle qui ne peut jamais être satisfaite.

13Il est clair que la logique victimaire à l’œuvre dans nos sociétés peut conduire à un réel enfermement dans un statut de victime. Ce livre nous donne des raisons d’espérer : la reconnaissance s’effectuera avec d’autant plus de force qu’au sein de ce nouveau système d’interactions, l’expression de remords ne viendra pas d’un être humilié et avili par le système carcéral traditionnel mais, au contraire, d’un sujet de droits. C’est là que se trouve probablement une des conditions de la sortie du statut de victime, au bout de ce long chemin qui vient seulement de commencer (car seulement 6 % des détenus participent à l’expérience de justice réparatrice qui, de plus, reste souvent marquée par l’absence de la victime).

14Dès lors, on aperçoit le rapprochement nécessaire à effectuer entre ces innovations rappelées plus haut : le nouveau statut juridique des détenus et la justice réparatrice sont complémentaires, entretiennent clairement des convergences dans ce mouvement de redéfinition du lien social. Et ici encore, la thèse de Christophe Dubois est une contribution importante à ce nouvel approfondissement de la fonction réhabilitatrice de la peine.

Notes

1 P. Ricoeur, Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock, 2004, p. 317.

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search